bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
Dossier

American McGee's Alice

American McGee's Alice
Eat me, drink me
"DOWN THE RABBIT HOLE!"

Alors qu'elle fait part de sa vision du monde à son chat Dinah, un lapin blanc portant une veste passe en courant devant elle. Il regarde sa montre à gousset en répétant obstinément : "Je suis en retard !". Alice le suit, s'engage dans le terrier où il vient de rentrer et tombe dans un puits profond.

C'est ainsi que débute l'aventure d'Alice au pays des merveilles, histoire contée par Lewis Caroll, histoire bien connue, histoire bienaimée qui plonge la chère Alice au fond de son imagination et de ses rêves. Histoire follement enfantine qui reflète la disposition d'esprit de la chère Alice qui déborde de bonheur et de rêverie.
Mais si Alice n'était pas aussi innocente, si elle avait connu des malheurs, des problèmes, perdu un être cher et perdu ses intentions follement enfantines, comment aurait été le conte ?
American McGee raconte les aventures de cette Alice-là qui a sombré dans une folie de grande fille. Ainsi, son monde imaginaire devient de suite plus sombre, plus malsain, plus cruel. L'histoire reste sensiblement la même, une fois plongée dans sa rêverie Alice voudra suivre le Lapin du conte, et sera guidée par son chat. Encore une fois, elle devra trouver la potion qui la rendra toute petite pour pouvoir suivre le lapin dans son terrier... A ceci près que le chat d'Alice arbore un sourire malicieux sur un corps tout squelettique et que les décors, les personnages ont une odeur de vieille eau croupie. Tout est violent désormais, Alice devra se débattre avec un couteau pour chasser la Reine de coeur qui veut mettre à feu et à sang son merveilleux monde.

American McGee's Alice est donc une autre vision du conte de Lewis Caroll. C'est le premier projet en indépendant de McGee, l'un des principaux designers de Quake. C'est plus une œuvre d'auteur qu'un jeu vidéo qui malheureusement obtiendra des défaveurs dues à une 3D bancale et surtout un gameplay trop approximatif.
Vous voilà devant un jeu d'aventure au déroulement très classique et linéaire. Vous dirigez Alice dans un monde en 3D plein de plates-formes à sauter et de monstres à taper. Vraiment très simpliste, et gâché par une jouabilité ni souple ni intuitive.
Les passages de plates-formes sont donc assez frustrants car les sauts sont imprécis et la 3D souvent gênante (angles de vue...). Les combats sont aussi approximatifs, les possibilités sont pauvres : aucune tactique sauf attaquer et éviter. Alice utilisera plusieurs armes, le couteau au tout début pour obtenir des armes bien plus originales plus tard.
C'est mauvais, niveau gameplay, le jeu peine vraiment.

Mais cela dit, le plus important n'est pas là. Pour American McGee's Alice, la pièce reine est l'ambiance. Une ambiance toute particulière forgée dans les moindres détails. Et cela commence par le design, autant celui des personnages que des niveaux et de l'univers. Notre Alice a bien changé, elle se ballade désormais avec des boots, un corset et une figure pâle et les cheveux noirs que ne renierait pas la petite gothique du coin. Elle possède une voix sensuelle et maniérée, très originale pour un personnage de jeu vidéo. Son compère, le chat, est tout aussi morbide, ne portant rien sur les os et possédant une voix qui fait froid dans le dos... Passons les autres protagonistes qui sont dans le même ton. Parlons de la Reine de cœur à l'esthétisme burlesque et fou mais méchante.
Les décors ne sont pas en reste, ils sont majoritairement sombres et sont dignes de nos cauchemars d'enfant. Techniquement, la 3D utilise le moteur de Quake 3, c'est donc une 3D très détaillée et sans véritables défauts. Les niveaux sont toujours cohérents mais sont souvent trop petits. A vous la forêt plongée dans la nuit noire. A vous le château de cartes en feu, vous traverserez les endroits merveilleux contés par Lewis Caroll mais retouchés pour devenir des lieux de cauchemars.
Toute cette angoisse est accentuée par les musiques de Chris Vrenna, célèbre sur la scène indus avec ses groupes tels Nine Inch Nails ou Tweaker. Des musiques souvent industrielles, par moment des chansons, mais toujours dans cet esprit de conte d'horreur. Chris a été rappelé (car il avait déjà fait les musiques de Quake pour McGee) par McGee sur les conseils de Marilyn Manson. De plus, pour ce jeu et afin de conserver l'ambiance très classique du conte, il s'était interdit d'utiliser des synthés, des guitares ou des effets. Alors, il a passé plusieurs mois sur eBay à acheter des instruments d'enfants, des jouets mécaniques, ou des boîtes à musiques avec des chansons assez vieilles pour être libres de droits. Une sorte de calme lancinant et dérangeant s'installe. La beauté du diable.
Aussi, l'humour noir présent tout au long du jeu est toujours très plaisant. Du reste, si vous connaissez le conte original de Lewis Caroll vous apprécierez les nouveaux accoutrements et la nouvelle psychologie des personnages. Vous apprécierez tout autant le respect du scénario original, car tout au long du jeu c'est bien la même aventure qu'Alice au pays des merveilles que vous vivrez mais dans un monde cauchemardesque. Le jeu est donc long et toujours accrocheur parce que l'ambiance est très forte.

"Je m'appelle Alice. J'ai le coeur rêveur. J'imagine en esquisse. Un monde de bonheur. Un lapin qui donne l'heure. Des oiseaux qui parlent et qui pleurent."
Voilà ce qui tenait de thématique à l'œuvre original, mais maintenant Alice a bien trop de soucis et mélange la folie, le merveilleux et le morbide. American McGee's Alice est une œuvre d'art plus qu'un jeu, un conte pour enfant tout autant qu'une œuvre sadique. C'est en tout cas le jeu parfait pour voir à quel point Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll est une histoire folle qui se prête à toutes les extravagances. C'est à cela que l'on reconnait les grandes histoires, elles restent empreintes de la même magie quelque soit l'ambiance avec laquelle on la sert.

Autant dire que nous tenons là un jeu d'aventure unique en son genre, et qui mérite plus que le simple regard porté sur ce test. Si seulement le gameplay avait été différent...

8
19/09/2008
38 active users (5 members, 33 guests, 0 anonymous member)
Online members: Akram, Bao, kolibri, Yaone, yusuke
Legendra RPG V4.8 © Force 2014 - Legal Mention
Webmaster : Medion