bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Far Cry 3 > Articles > Review

Far Cry 3

adv pc europe
Far Cry 3
Did I gave you my definition of insanity?
« Hey mais c’est du FPS Far Cry » lança nonchalamment le visiteur assidu de Legendra dans les commentaires. « Pfff, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres » ajouta un autre membre, « on n’a qu’à coupler plusieurs genres de jeu dans un même titre tant qu’on y est ». « Tu vas voir, bientôt ils vont ouvrir le compendium à tous les hybrides et ils accepteront qu’ils aient des cross-over » s’indigna un lecteur occasionnel. Que diable, nous sommes au XXIème siècle les enfants, un peu d’ouverture d’esprit !

Un peu d’histoire

Far Cry c’est du shoot sous les tropiques et plein de sang. Si le premier opus eut plutôt bonne presse en son temps, on ne peut en dire autant de son successeur - développé non par Crytek mais par Ubisoft - qui laissa les joueurs relativement sceptiques en les propulsant dans une jungle hostile. Far Cry 3 revient, lui, aux origines caribéennes de la saga. Le plot de départ est plutôt simple. Une bande de potes en provenance d’Amérique part s’éclater sur une île paradisiaque pour fêter un quelconque événement, dans la bonne humeur, le sexe, la drogue et les sensations fortes. Manque de chance, il se trouve que ce petit bout de terre constitue le chef-lieu de pirates marchands d’esclaves fort peu commodes. Aussitôt dit, aussitôt fait, nos chers compagnons se font kidnapper par les vilains et sont faits prisonniers. L’action démarre réellement lorsque vous tentez, avec l’aide de votre frère, de vous échapper en douce de votre lieu de détention. L’occasion de saisir un peu l’atmosphère du jeu et de faire vos premiers pas dans le gameplay. Ah tiens, on peut distraire l’attention du garde en jetant des pierres pour se la jouer Solid Snake, sympa. A peine le temps de caillasser votre compagnon de captivité que votre frère se fait abattre froidement sous vos yeux par Vaas, le badass du coin. Vous réussirez fort heureusement à trouver refuge dans la dense végétation qui inonde l’île tout en esquivant très habilement les centaines de balles qui fusent dans votre direction. Souple le Jason Brody. Remarquez, lorsque vous constatez que pour vous soigner il suffit au choix de retirer la balle avec un scalpel, de bander une blessure d’un mètre sur deux avec une bande de tissu ou de se remettre le pouce déboîté (par on ne sait quelle force mystique d’ailleurs, à moins que les balles n’aient plus pour effet de perforer la peau) en place, vous comprendrez vite que le héros n’est pas constitué comme vous et moi. Un surhomme on vous dit. Recueilli par des autochtones après s’être fait un gros bobo, Jason décide alors de récupérer ses amis et pour ça, il va prendre les armes. Le jeune fils de bonne famille se transforme alors soudainement en une machine de guerre à faire pâlir de honte The Expandables, Chuck Norris et Jean Claude Van Damme. ‘Merica. Blague à part, vous ferez un véritable génocide dans ce jeu tant vous tuerez d'opposants.

Difficile toutefois d’être réellement sérieux quand il s’agit de traiter l’histoire du jeu tant elle relève de l’improbable. Fort heureusement, le scénario est loin de se prendre au sérieux et part volontiers dans des délires hallucinatoires d’une puissance assez phénoménale. On appréciera donc le côté mystique et tribal qui se dégage de l’île, de son histoire, de son peuple, tout en ne prêtant guère attention aux raisons logiques qui pourraient sous-tendre ce grand trip. D’ailleurs, mieux vaut ne pas être totalement réfractaire à la drogue si vous vous attelez à Far Cry 3, puisque Jason Brody en fera son petit déjeuner, son goûter et sa collation de vingt-trois heures. Les buvards de LSD devaient un peu trop tourner dans les bureaux d’Ubisoft Montréal. Sur une note plus sérieuse, le récit demeure de très peu d’intérêt pendant la première moitié du jeu et ne prendra son envol qu’une fois la seconde partie entamée. Seconde moitié que l’on rushera volontiers tant on se laisse facilement porter par les événements.
Far Cry 3
Far Cry 3
Far Cry 3

Un casting, ça se travaille

Far Cry 3 s’appuie surtout sur un casting de folie pour faire vivre son intrigue. Mais quel casting les enfants, quel casting, magnifié par le character-design inspiré de Brian Tyler. La galerie de personnages du soft est certes restreinte, mais détonne complètement Entre le pirate délicieusement cinglé Vaas majestueusement interprété par l’imposant Michael Mondo, l’énigmatique et sensuelle Citra, doublée par la très charmante Faye Kingslee et l’allemand timbré Sam, campé par Stephen Bogaert, le niveau est particulièrement élevé. Et c’est d’autant plus jouissif lorsque les dialogues sont, sinon bien écrits, toujours savamment tournés afin de mettre en avant les très fortes personnalités de chacun. C’est simple, une fois immergé dans l’expérience, vous vous sentirez comme prisonnier d’un asile de fous dont vous faites partie intégrante. Le délire psyché qui imprègne l’atmosphère n’en est que plus renforcé et embrumera votre esprit. La bande-son ajoute au phénomène, cumulant les musiques électro et dubstep lors des scènes cruciales. En somme, le travail sur l’ambiance du scénario est d’une justesse et d’une cohérence extrêmes.
Far Cry 3
Far Cry 3
Far Cry 3

And dream of Para-Paradise

Outre mon manque d’inspiration flagrant pour le titre de ce paragraphe, m’obligeant à avoir recours aux paroles de la première musique de ma playlist, il convient de mettre en valeur les environnements de Far Cry 3, sur lesquels il y a beaucoup à dire. Première remarque, les décors de l’île offrent des panoramas séduisants, malgré une technique parfois un peu juste quoique correcte dans l’ensemble. Alternant vallées verdoyantes, monts pointus et autres reliefs improbables, au point de se croire embarqué dans le Space Mountain quand on se trimballe en quad, le petit lopin de terre sur lequel notre aventure se déroule est, il faut le dire, agréable à parcourir. D’autant qu’il s’agit d’un open-world, pourquoi se priver ? Seulement, corollaire du lieu unique et isolé, les décors se renouvellent trop peu. On passe d’une plage à une jungle tropicale, puis une autre plage, et une autre jungle… Ah tiens ! Une ville. Plutôt un village en fait. Un hameau ? Bref, une case quoi. Pour les gens qui désirent s’attarder sur le jeu et viser le 100% de complétion, l’overdose de vert pétant, de bleu et de jaune risque de vous rayer la rétine. A petite dose après le boulot, on apprécie se balader dans ces décors, sur les longues sessions, on s’en lasse plus vite.

Deuxième chose primordiale, et ici c’est le corollaire Space Mountain qui s’applique, le level-design de l’île est improbable, mais impeccable. Imaginez-vous posté avec votre sniper sur une haute colline à plus de cent mètres d’un camp ennemi situé en contrebas (attention au dénivelé, ça serait dommage de chuter d’une si bonne position), camouflé par le feuillage, juste votre canon silencieux et votre lunette qui dépassent furtivement des hautes herbes, et allumez cette bande de salopards de pirates, un à un, sans qu’ils ne comprennent une traitre chose de ce qui leur arrive tandis qu’ils se meuvent, désorganisés et paniqués, telle une fourmilière que l’on écrase. Tout simplement jouissif.

Enfin, on serait presque tenté de dire que Far Cry 3 a un léger aspect historique. Par le biais de lettres à dénicher un peu partout sur la grande carte de l’île, Ubisoft nous renseigne sur le passif de l’armée japonaise sur ce bout de terre de l’Asie du Sud. Un background original que l’on peut apprécier notamment par la présence d’anciens bunkers désaffectés, de larges canons sur les rives placés çà et là pour repousser l’opposant ou encore de cadavres d’anciens soldats. Certes vous ne retiendrez pas un traître mot de ces lettres – si tant est que vous ayez le courage de toutes les trouver – mais l’intention est plus que louable.
Far Cry 3
Far Cry 3
Far Cry 3

Ouais ok, mais c’est quoi Far Cry 3 au juste ?

Patience moussaillon, il faut faire monter les blancs en neige avant de pouvoir faire de la meringue. En réalité, Far Cry 3 est un fourre-tout totalement hybride difficilement identifiable strictement, empruntant à la fois à Skyrim, à Grand Theft Auto et au FPS traditionnel. Un pur bac à sable à la première personne. On y retrouve des quêtes annexes données par des PNJ, deux poignées de mini-jeux, des objectifs secondaires, de la chasse, du craft, des arbres de compétence, de l’expérience, de l’exploration, des véhicules, de la customisation d’armes, du loot, etc. Ca n’en fait pas pour autant un RPG pur jus, plutôt un action-aventure qui s’en inspire. Mais voyons plutôt ça dans le détail.

Si l’on reviendra sur l’aspect FPS clairement orienté sur la furtivité, on retiendra ici un mécanisme comme la chasse, qui est plutôt addictif. Le principe est simple : vous tuez tel animal, vous récupérez sa peau, et à partir de celle-ci, vous pourrez vous confectionner un meilleur équipement (agrandissement de la cartouchière, du carquois, de votre portefeuille, etc). On se retrouve assez facilement en train de maxxer son attirail en partant à la chasse au requin, au tigre ou au dingo, parmi une faune plutôt riche et variée. De même, on pourra récolter plantes et herbes pour se confectionner des seringues qui amélioreront votre santé, vos aptitudes au combat ou encore votre capacité à chasser et à nager.

Mais ce qui influencera réellement votre façon de jouer, c’est plutôt l’arbre de compétences que l’on remplit à chaque niveau franchi. Séparé en trois branches distinctes qui concernent trois domaines différents (chasse, corps à corps et armes), vous pourrez à loisir sélectionner quelle partie du gameplay vous souhaitez optimiser. J’insiste sur le mot optimiser. L’arbre des compétences de Far Cry 3 n’est en rien aussi décisif que celui d’un hack’n’slash traditionnel, mais il permet tout de même de personnaliser un tant soit peu notre avatar.

Malheureusement, même si Far Cry 3 fait l’effort de fournir au joueur une expérience variée par ce bac à sable, les objectifs sont trop souvent répétitifs et redondants, hormis les défis Rakyat.
Far Cry 3
Far Cry 3
Far Cry 3

Du FPS au rabais ?

Les défis Rakyat, ce sont des mini-jeux de scoring dans une arène limitée où une arme précise vous est imposée, et il faudra ruser pour obtenir le meilleur score, sachant qu’un frag furtif rapporte plus de points. Malheureusement, ce seront les seuls vrais moments de challenge si vous jouez en normal. En effet, Far Cry 3 ne se révèle pas très compliqué – malgré un certain challenge progressif - si vous avez bien crafté et fait du level up en prenant le contrôle de tous les avant-postes pirates. Le problème étant que le soft n’a certainement pas été calibré pour des complétionnistes (que sont en général les joueurs de RPG), mais bien pour le joueur régulier, de sorte à ce qu’il se retrouve avec un arbre des compétences peu complété et un équipement bridé. Par ailleurs, le gameplay vous permet de marquer vos cibles, et ainsi de pouvoir les suivre, même à travers les obstacles. Un rouage astucieux mais qui rend bien trop facile le shoot. Mieux vaut s’atteler directement au mode hard. Un dernier mot, dédié à l’arsenal de ce Far Cry 3, plutôt exemplaire et diablement jouissif lorsqu’il s’agit de contrôler les meilleures armes disponibles.
Far Cry 3
Far Cry 3
Far Cry 3
« Le sagouin, il a osé faire ce test ». Et oui, Far Cry 3 emprunte volontiers au RPG en se constituant en hybride à la première personne. Si l’on gardera une impression mitigée du gameplay, parfois le cul entre deux chaises, on ovationnera volontiers la direction artistique, l’ambiance ou encore le level-design du titre. Far Cry 3 c’est aussi un bon délire, maîtrisé il faut le dire, qu’il est tout simplement agréable d’expérimenter en compagnie de personnages de qualité.

29/01/2013
  • Un bon délire
  • Un level-design du tonnerre
  • Des personnages principaux délicieusement timbrés
  • Un doublage exemplaire
  • Les beaux panoramas
  • Des gun-fights agréables
  • Se renouvelle trop peu
  • Gameplay qui se cherche
  • Environnements redondants
  • Sans doute trop facile
7

GRAPHICS 3.5/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 3.5/5
LENGTH 3.5/5
GAMEPLAY 3/5
Far Cry 3 > Commentaires :

Far Cry 3

7
8

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires play3 [1] pstore [0] xb360 [0]
2 commentaires sur PC
mimylovesjapan

le 20/09/2014
7_5
+ un jeu vraiment magnifique
+ le doublage exellent
+ c'est tres fun et souvent drole
+ c'est grand !
+ plein de manières d'arriver au même but

- le jeu devient vraiment trop trop répétitif dans son aspect RPG (sous quètes). Donc il vaut mieux rester dans la trame scénaristique si ça commence à saouler.
- le scénario est mauvais
Riskbreaker

le 17/07/2013
8
Far Cry 3 surprend.
Il prend le contre-pied des deux premiers opus en nous offrant un univers décalé avec un gameplay ultra jouissif faisant fi de toutes les contraintes imaginables dans un open world.
Du coup, c'est une quinzaine d'heures de gameplay réussi et franchement agréable pour peu que l'on aime les FPS. Car FC3 est avant tout un FPS, son côté aventure/RPG est en second plan.

Petite déception pour toute la partie de la seconde île, moins intéressante, et pour les graphismes... J'en attendais encore plus à ce niveau, même si ça reste très joli.

+ graphiquement fort sympathique
+ le décalage et le ton de la narration
+ la liberté
+ le gameplay nerveux et jouissif
+ une bonne durée de vie

- une identité qui, au final, se perd un peu pour tendre vers un maxi best-of big mac...
- la redondance des quêtes annexes
- l'occlusion ambiante, juste moche
26 active users (0 member, 26 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2014 - Legal Mention
Webmaster : Medion