bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Crisis Core: Final Fantasy VII > Articles > Review

Crisis Core: Final Fantasy VII

arpg psp amerique
Crisis Core: Final Fantasy VII
Enfin autre chose qu'un portage ou qu'un remake de la part de Square Enix sur PSP !
Quatrième projet de la "Compilation of Final Fantasy VII" après le jouissif mais controversé Advent Children, le Before Crisis sur téléphones portables que nous n’aurons jamais et l’étrange et moyennement réussi Dirge of Cerberus, Crisis Core est un Action-RPG sur PSP narrant l’histoire de Zack et les évènements pré-FF7.
Ne m’intéressant pas trop à la Compilation (bien qu’ayant adoré Advent Children pour sa démesure orgasmique), je n’attendais absolument rien de ce jeu que je pensais aussi insignifiant que Before Crisis ou Dirge of Cerberus. Finalement, après avoir fini la version US, je me dis que j’aurais eu tort de le snober...

" Wahou comme c’est beau ! "

La première chose qui frappe lorsqu’on lance Crisis Core, c’est bien la maîtrise technique de Square Enix, qui même sur une portable réussit à nous faire halluciner comme sur une console de salon. Les cinématiques sont très impressionnantes - le jeu se paye même le luxe de proposer une cinématique de baston Advent Children-esque d’environ 4 minutes qui laisse la gueule ouverte devant la portable de Sony (attention à la bave sur l’écran) - et assez nombreuses, et les cut scenes sont au niveau d’un jeu PS2 comme le premier Kingdom Hearts. Le tout entièrement doublé, bien sûr. Il faut le voir pour le croire.
Les phases de jeu ne sont pas en reste, bénéficiant d’une 3D fine, d’une animation d’excellente facture et de décors détaillés, la caméra pouvant être tournée à 360° ! En combat, les superbes effets lors des furies ou les invocations sous forme de cinématiques (ce truc de malade mental !) nous achèvent définitivement : sur le plan technique, Square Enix ne laisse aucune chance à la concurrence.

Ces bien belles images sont soutenues par une bande son toute aussi exemplaire. C’est Takeharu Ishimoto, un des nouveaux compositeurs de chez Square Enix autrefois programmeur du synthétiseur pour des jeux comme Legend of Mana, Vagrant Story ou encore Kingdom Hearts II, qui est en charge des musiques du jeu. Le bonhomme avait déjà eu le poste de compositeur pour Before Crisis et Last Order, l’OAV sur Zack présente dans le DVD d’Advent Children (on trouve d’ailleurs pas mal de reprises des musiques de cette OAV).
Mais revenons en aux musiques en elles-mêmes : Ishimoto nous pond de très bons arrangements de certaines mélodies de FF7, des ballades rock vraiment sympathiques ou encore des thèmes de combat plutôt hard, l’ensemble généralement entraînant m’évoque par moments le style de Shoji Meguro (Digital Devil Saga). En bref une OST qui bouge, très réussie dans le genre, et qui s’accorde plutôt bien avec l’univers de Final Fantasy VII.
Espérons que des projets plus importants seront confiés à Ishimoto, en attendant on peut retrouver sa musique sur le jeu DS The World Ends With You (à renforts de délires électros et J-pop très rafraîchissants) ou prochainement dans Final Fantasy: Dissidia sur PSP.
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII

Au cœur de la crise, la nostalgie.

Dès la cinématique d’intro, on sent que tout a été mis en œuvre pour émoustiller le fan de Final Fantasy VII : on y voit Zack attaquer un train et débarquer devant un réacteur Mako comme le faisait Cloud dans l’introduction du jeu original, avec la même musique.
Zack, membre du SOLDIER 2ème classe, est donc le héros de Crisis Core. L’histoire commence alors que la guerre de Wutaï (qui luttait alors contre la Shinra et son exploitation de l’énergie Mako) s’achève. Quelques temps auparavant, Genesis, l’un des trois SOLDIER 1ère classe avec Angeal et Sephiroth, a mystérieusement déserté. Hors, à la fin du conflit avec Wutaï, Angeal, l’ami et le mentor de Zack, disparaît lui aussi et semble avoir rejoint Genesis …
Crisis Core nous montre ce qui se passe avant l’incident de Nibelheim que nous connaissons tous, jusqu’au dit évènement et au destin tragique de Zack, en nous expliquant de quelle manière ce dernier a rencontré les Turks, Cloud, ou Aerith. Revivre certains évènements déjà narrés dans Final Fantasy VII, recroiser des personnages ou revisiter des lieux comme Midgar, la tour Shinra, les Taudis ou bien sûr Nibelheim très fidèlement réalisés tout en 3D (sans parler des nombreux clins d’œil ou références tout au long du jeu dans certaines conversations), tout ça fait remonter des agréables souvenirs, et une fois l’aventure terminée, l’envie de recommencer le jeu original se fait ressentir. D’ailleurs toute personne ayant fait Final Fantasy VII connaît déjà la fin de ce spin-off ... mais cela ne rend que certaines scènes plus émouvantes !

Mais FFVII était déjà un jeu très complet et son histoire n’avait pas vraiment besoin d’explications ni de détails supplémentaires, alors quand bien même le point de vue de Zack est sympathique, la plupart des nouveautés scénaristiques introduites dans Crisis Core ne sont pas vraiment utiles à l’histoire de base, et pire encore, certaines la modifient ou sont incohérentes avec celle-ci !
En effet, Angeal et Genesis (le bad guy que Nomura a dessiné à partir du chanteur Gackt et qui ne fait que lire Loveless de manière totalement insupportable tout au long du jeu) sont des personnages aussi importants que Sephiroth et pourtant totalement absents de la trame d’origine ! Enfin bon, même si l’on n’en fait plus mention par la suite, ils concernent des évènements dont on ne nous avait pas parlé, et après tout s’intègrent bien à l’histoire et au « nouvel univers » FFVII (à part une scène concernant Sephiroth à Nibelheim scandaleusement modifiée …). Ils se trouvent au final être des personnages assez intéressants et travaillés, le scénariste Kazushige Nojima n’étant pas un débutant et loin de dénaturer l’histoire qu’il a écrit pour le 7ème épisode de la saga de Square.
"Nouvel univers" introduit dans Advent Children et dont on peut également constater l’influence dès le début du jeu : on se retrouve avec Zack qui fait des bons de 5 mètres et semble échapper à la pesanteur et contredire ce bon vieux Newton, ou bien qui combat tout en se la racontant son téléphone portable à la main … Une mise en scène à la Nomura, stylisée à l’extrême, qui énervera certainement les détracteurs du chara-designer fashion et qui crieront (à tort) au scandale et au massacre de l’œuvre originale. Il est néanmoins vrai que ces effets de style sont parfois utilisés de façon assez outrancière. D’ailleurs, les téléphones portables dernier cri ont une place assez prépondérante dans Crisis Core, et recevoir un appel du futur plus grand méchant de Final Fantasy m’a fait assez rire... pourquoi pas un SMS ?
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII

Digital Mind Wave

Sous ce nom étrange se cache l’élément principal et primordial du gameplay de Crisis Core. Comme dit plus haut, le jeu est un A-RPG (les combats surviennent de manière aléatoire lors de l’exploration et Zack se retrouve dans une arène fermée, mais sans changement d’écran), dont les contrôles évoquent Kingdom Hearts, à la différence que le système est semi-automatique à la manière d’un Tales of : la touche Croix sert de bouton d’action et l’on se déplace dans le menu de commandes (attaquer, utiliser les diverses matérias équipées, objets) avec les gâchettes L et R, et l’on peut faire une roulade ou parer les coups ennemis grâce aux touches Carré et Triangle. Jusque là, du classique. Mais l’œil averti aura remarqué une roulette, comme au casino, dans le coin supérieur gauche de l’écran. Cette dernière, la D.M.W., fait défiler des portraits des différents personnages rencontrés au cours du jeu, affublés d’un chiffre compris entre 0 et 7. En gros, elle symbolise les émotions de Zack lors des combats. Si la chance est de votre côté et qu’une bonne combinaison de chiffres sort, la DMW vous gratifiera de quelques bonus sympathiques : MP ou AP infinis pendant quelques temps, résistance aux attaques physique et impossibilité d’être mis à terre ou encore invincibilité temporaire en cas de sacro-saint 777.
Et si les deux premiers portraits à se stabiliser sont identiques, le mode Power Surge s’enclenche: le combat s’interrompt et la roulette apparaît en gros sur l’écran, le temps que le dernier portrait s’affiche, avec parfois des petites cut-scenes issues des souvenirs de Zack. Si ce portrait correspond aux deux autres, jackpot ! Une furie associée à ce personnage se déclenche. Ces furies ne sont pas toutes offensives, par exemple celle d’Aerith régénère entièrement, ou celle de Cissnei rend toutes les attaques critiques jusqu’à la fin du combat. Lorsque vous aurez récupéré des matérias rouges ou certains objets clés, vous pourrez également faire appel aux traditionnelles invocations ou à certaines créatures gentiment débiles telles Mog, Chocobo, Pampa, etc. en cas de Power Surge.
Mais ce dernier ne sert pas qu’à en mettre plein la tronche à l’ennemi (et accessoirement plein les yeux du joueur) : si deux numéro identiques tombent lors du Power Surge, la matéria placée dans la fente correspondante évoluera d’un niveau. Et si c’est le 777 (encore lui !) qui débarque, c’est Zack qui, ô joie, augmentera d’un niveau.
J’en vois déjà s’acharner sur des boutons pour essayer d’arrêter la roulette : n’insistez pas, vous n’avez aucun contrôle sur le DMW, elle s’arrête aléatoirement. Cet aspect aléatoire peut sembler handicapant et le premier réflexe sera de trouver ce système inutile vu qu’il échappe à tout contrôle, mais globalement, il n’en est rien. Il faut adapter sa façon de jouer selon la roulette et les bonus qu’elle procure : par exemple, se mettre à utiliser à fond les magies quand les MP ne sont pas consommés, se montrer très offensif en cas de coups critiques ou attendre patiemment au loin qu’une furie sorte … malheureusement, les combats sont bien trop faciles, et bien souvent un bon gros bourrinage sans se soucier du DMW fera l’affaire. C’est également assez énervant qu’une furie (qu’on ne peut zapper) se déclencher contre des petits monstres faibles que l’on était sur le point d’occire en 2 coups d’épée.
Certains attentifs doivent se demander " Mais alors, le leveling aussi est aléatoire ? ". Oui et non : n’espérez pas vous retrouver au niveau 99 au bout de 2 heures de jeu grâce à la chance. Si les matérias peuvent évoluer n’importe quand, il y a par contre un compteur d’EXP invisible pour les niveaux de Zack. C’est seulement une fois un certain pallier d’expérience atteint que la roulette POURRA se stabiliser sur 777 lors des phases de Power Surge.

En définitive, ce système est une semi-réussite dont le côté aléatoire pourra frustrer et agacer ceux qui aiment être totalement maîtres du jeu, et donner l’impression d’être plus spectateur qu’autre chose. Mais l’idée se révèle intéressante et originale, et les affrontements au final fun et dynamiques, c’est bien là tout ce qu’on leur demande.
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII

La vie de SOLDIER

Zack étant membre du SOLDIER, il se voit proposer de nombreux petits contrats, qu’il pourra effectuer pour faire une pause dans le déroulement du scénario, l’aventure étant linéaire et bourrée de cutscenes (ce qui ne plaira pas à ceux ne supportant pas le Square de ces dernières années, mais donne un jeu sans prise de tête, rythmé et dont l’histoire se laisse suivre avec grand plaisir). Ces missions, totalement annexes et au nombre assez impressionnant de 300, ont beau être assez simplistes, peu scénarisées et peu variées mais sont redoutablement addictives une fois qu’on a fourré son nez dedans. Elles consistent généralement à explorer un mini donjon (et amènent parfois, mais rarement, à visiter certains décors inédits) et à se défaire d’un monstre, visible à l’écran. Accessibles depuis un point de sauvegarde dans le menu, elles se bouclent en quelques minutes et peuvent offrir très bons objets, que ce soit en récompense ou dans les nombreux coffres qui s’y trouvent. Malheureusement, enchaîner ces missions occasionnera un boostage assez conséquent et réduira la difficulté déjà peu élevée de l’aventure principale. D’autant plus que le jeu dispose d’un système de fusion de matérias véritablement excellent et complexe, qui permet d’obtenir des statistiques ravageuses pour peu que l’on se penche dessus, et encore plus si l’on utilise les trouvailles des missions. Mais pour l’amateur de challenge, ces missions seront également salvatrices: en effet, les dernières portent bien leur qualificatif de "very hard", et c’est à travers elles que se dévoileront des boss optionnels bien retors comme Square sait si bien les faire.
Pour arriver jusqu’à eux (enfin, surtout jusqu’à elle …) et boucler la plupart des dites missions, vous pouvez compter facilement plus de 40 heures, le jeu comportant quelques quêtes annexes et plusieurs mini-jeux assez sympathiques nous rappelant qu’on est effectivement bien dans l’esprit FF7. Mais en ligne droite, c’est 15-20 heures qui suffiront pour voir la sublime fin de Crisis Core … ce qui est tout de même assez honorable pour un jeu portable, surtout quand l’UMD est bourré à craquer. Le jeu dispose en outre d'un "New Game +" et d'un mode difficile pour ceux qui veulent en baver.
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core: Final Fantasy VII
Crisis Core est un soft complet, aussi prenant et immersif qu’un jeu console de salon grâce à sa réalisation impressionnante et ses diverses cutscenes, mais parfaitement adapté au support portable et aux petites parties grâce au système de missions et à ses points de sauvegarde très fréquents. Loin d’être uniquement destiné aux fans absolus de FF7 (même si le jeu leur parlera davantage) ou même futile, il est une excellente surprise vraiment très agréable malgré quelques fausses notes scénaristiques et une difficulté trop peu présente. Après moult portages et remakes, Square Enix signe enfin un RPG original sur la portable de Sony qui se classe parmi les meilleurs titres de la machine, si ce n’est son meilleur RPG. Les allergiques à Tetsuya Nomura ou aux productions de la firme depuis quelques années peuvent passer leur chemin, les autres peuvent s’y mettre sans aucun souci.

05/05/2008
  • Techniquement impressionnant
  • Cutscenes et cinématiques superbes
  • Très bonne bande son d’Ishimoto
  • Gameplay dynamique et sympathique
  • Le système de mission et de fusion des matérias
  • La nostalgie de Final Fantasy VII
  • Un final excellent
  • Linéaire
  • Un peu trop facile
  • Un bad guy parfois irritant
  • Des changements ou ajouts scénaristiques parfois ratés
  • Stylisation nomuresque assez outrancière
8

GRAPHICS 5/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 3.5/5
LENGTH 3.5/5
GAMEPLAY 3.5/5
Crisis Core: Final Fantasy VII > Commentaires :

Crisis Core: Final Fantasy VII

8
7.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
69 commentaires
peppermint

le 26/09/2014
8_5

Même si le jeu est relativement court sans tenir compte des missions, il n’en reste pas moins prenant pour tout fan de FFVII… et de Zack (qui pour moi est le personnage le plus emblématique de FFVII et justifie à lui seul l’envie de jouer à Crisis Core) !

L’aspect du jeu est impec, graphismes, cinématiques vraiment sublimes. Les musiques sont dans le ton d’un FFVII. On retrouve quelques reprises mais pas de thème vraiment marquant ou culte à l’image de FFVII.

L’ambiance est plutôt réussi, on retrouve la nostalgie de FFVII, à la différence que l’exploration peu développée et assez linéaire ajoute parfois un peu de froideur à ces retrouvailles avec cet univers.

Les persos, anciens comme nouveaux sont solides dans l’ensemble. Le scénario est convaincant et retranscrit sans fausse note le passé du héros Zack. Le personnage en lui-même est à la hauteur de mes attentes, ainsi que son évolution de soldat et humaine au fil de l’histoire. Sa relation avec Aeris et Cloud est bien amenée.

Le système de combat avec l’ocn est assez inhabituel mais je l’ai trouvé assez bien fichu malgré tout. Malgré ce côté un peu aléatoire c’est assez original d’intégrer les souvenirs et émotions de Zack au cœur des combats. De plus certains combos, ou attributs qui influent sur les stats, aident pas mal. Les combats sont enrichis par l’équipement de matérias qui boosteront notre perso et qu’il faudra booster aussi. Un petit plus aussi pour le système de fusion des matérias.

En ce qui concerne les missions, même si elles sont très répétitives (et parfois migraineuses) et n’apportent rien à l’histoire, on y trouve certains objets très précieux (mais pas toutes). Et évidement, elles offrent le (plus que) nécessaire en matière de combat pour leveler à donf, tellement à donf qu’il faudra parfois longer les murs car la fréquence est ultra élevée.

Crisis Core a été une bonne expérience pour moi. Une expérience qui s’est achevée par une fin sublime. L’une de mes fins préférées depuis que je joue au jeu vidéo. Et pourtant elle était spoiliée d’avance, on le sait tous. C’est dire à quel point elle était forte cette fin...
Pwyll

le 28/07/2014
7_5
Bon, soyons honnête : Crisis Core vaut surtout pour son personnage principal, Zack. Pour le reste, c'est un très bon A-RPG avec des musiques sublimes et à l'ambiance qui fait la part belle à la nostalgie de son ainé. Un bel hommage.
Elekami

le 08/05/2014
Edité le 14/06/2014
7_5
C'est sans doute l'un des meilleurs éléments de la compilation Final Fantasy VII...
La bande-son d'Ishimoto est excellente et comporte même quelques pistes vraiment marquantes. Le jeu nous emmène en outre dans des scènes mémorables qui jouent sur la nostalgie de FFVII...
On peut regretter une certaine répétitivité dans les combats et une exploration en somme qui s'avère être au final vraiment limitée, mais Crisis Core demeure malgré tout un A-RPG d'assez bonne facture. Un jeu à réserver à ceux qui veulent suivre une bonne histoire plutôt que de profiter d'un excellent gameplay, ceci dit.
Bao

le 30/06/2013
Edité le 30/06/2013
7_5
Très agréablement surpris par la manière dont le récit à été intégré à des évènements déjà connus depuis plus de 10 ans déjà, en évitant au maximum les incohérences et en faisant pleuvoir les références, tout en offrant de l'épaisseur à un casting en parti connu, et en donnant ses lettres de noblesses à un tout nouveau, Gackt y-compris, même si il est un peu tape-système à jouer l'émo récitant sans cesse le même poème. Le personnage de Zack Fair est vraiment génial, et la rétrospective de sa vie fournie par le jeu lui rend vraiment honneur : son tempérament, son évolution, sa maturité, sa relation avec les autres (avec Aeris notamment). Certes y'a des moments assez poussifs dans l'histoire, mais j'ai pu que m'attacher à ce personnage au fil du jeu tout en sachant la fin qui alalit connaitre, d'ailleurs les larmichettes n'ont pas loupées lors de l'ultime cinématique qui doit être une des plus puissantes de toute l'histoire de Final Fantasy, voir du RPG en général (dans mon cas hein). Zack c'est le Héros avec un H de Final Fantasy 7. Faut aussi dire que le jeu à une plastique de rêve, les cinématiques tuent la gueule, il est également très beau et très détaillé. L'aspect musical n'est pas en reste, les pistes remixées pistes sont très réussies et les nouvelles le sont encore plus (The Price of Freedom!!!).

Le gros point faible du jeu restera le gameplay en général, à mon goût. Le système de combat trouve vite ses limites, l'OCN est bien trop hasardeux et disproportionné dans ses bonus, le choix d'un tel level-up est ...bizarre, et le système des rencontres aléatoires tape sur les nerfs, on se retrouve à raser constamment les murs pour souffler 2 minutes. Y'a vraiment que le système de fusion de matéria que je retiendrais. J'en profite pour également pointer du doigt les missions, répétitives, moches, sans âme, enchainant les 10 mêmes décors, on a l'impression d'un ajout à la dernière minute suite à un complexe des développeurs sur la durée de vie du jeu en ligne droite. C'est dommage car ça aurait pu servir de gros fourre-tout pour continuer l’ode à FF7 faites par le jeu.

En définitif une très bonne expérience, et un must-do pour tous ceux qui ont fait FF7. Et cette fin putain, cette fin... :cryariver:
Herbrand

le 24/11/2012
6
Crisis Core, en tant que tel, est un jeu anecdotique mais suffisamment agréable pour être joué. Il profite cependant de l'impression background de Final Fantasy VII, lequel lui donne un tout autre intérêt. C'est donc un jeu à réserver avant tout aux fans de cet RPG mythique.

+ L'univers de Final Fantasy VII avec une rétrospective sur le passé de Zack
+ Réalisation graphique hors norme pour la PSP
+ Certains thèmes musicaux épiques
+ La fin, qui justifie à elle seule de jouer au jeu

- Gameplay (combat compris) assez répétitif
- Assez court si on exclut les annexes (extrêmement répétitives)
- Le trip One-winged angel qui atteint ici l'apogée du n'importe quoi
mogfa

le 16/09/2012
Edité le 12/06/2013
6_5
Je viens de finir Crisis Core-Final Fantasy VII pour la seconde fois et j'en profites pour faire mon commentaire sur le jeu. Et mon avis n'a pas vraiment changer par rapport à ma première partie. Le jeu est bon, voire très bon selon les moments, malgré certains défauts plutôt chiant. Petit récapitulatif:
+ Une histoire prenante, qui réussit à émouvoir malgré un final déjà connu.
+ L'ending, justement, qui est peut être le meilleur de la série, même si ceux de FFT et FFX ont leur mot à dire

+ Zack

+ le trio Angeal, Séphiroth, Génésis
+ Retrouver cet univers et certains personnages du jeu original est un vrai plaisir, même si certains ne sont là que pour le fan-service
+ Les boss fights plutôt sympa
+ Les matéria
+ Les cinématiques

+/- Un système de combat simple et efficace, mais qui trouve rapidement ses limites
+/- Une OST bourrée de thèmes cultes qu'ils soient nouveau ou de simple remix de l'originale, mais globalement plutôt inégales (les musiques des missions...)
+/- L'OCN: de bonnes idées, mais trop hasardeux

+/- Un des plus beaux jeux de la PSP, mais vide.

-Les missions: répétitives, trop peu variées et pas toujours cohérente avec la quête principale...Résultat: je partais pour le faire à 100 %, et je vais remettre le jeu de côté.

-Un jeu qui perd beaucoup en saveur si l'on n'a pas fait l'original (mais est-ce que le jeu se destine à des personnes se trouvant dans un tel cas de figure ?)

Note: 3,5/5.

J'ai hésité avec un 3, mais le plaisir pris sur la quête principale l'emporte sur l'ennui qu'on put me procurer par moment les missions annexes: un ou deux de temps en temps, ça passe. Quand tu les enchaînes tu finis par en avoir marre. Dans tous les cas, le jeu est un membre solide de la très contestée Compilation of Final Fantasy VII. Ce n'est pas forcément la tuerie que l'on était en droit d'attendre, mais ça reste un jeu sympa qui à mon sens qui rend bien plus honneur au jeu original qu'Advent Children ou Dirge of Cerberus.
Nivarea

le 02/09/2012
8
Un très bon jeu, oui, c'est certain.

Ce qu'il en ressort, ce sont des graphismes magnifiques pour la petit portable de Sony, des personnages attachants et travaillés, une ambiance extraordinaire, une bande son excellente, et un scénario touchant. Car la plus grande force de Crisis Core, c'est bien son scénario, qui rend hommage au personnage de Zack Fair, et qui vous touche au plus profond de votre coeur. Même en connaissant la fin, par FF VII, on ne peut s'empêcher de subir de plein fouet tout ce qu'elle signifie. Un joyau oui. Mais un joyau brut, car à côté de ça, et malgré le plaisir que le jeu procure, on retrouve des points agaçants, énervants même. Tout d'abord, le gameplay, loin d'être mauvais, mais très répétitif, et vraiment mou à mon goût pour un A-RPG, ce qui est assez dommage. Sanctionnons ensuite le système d'OCN, qui est sympa sur le papier... Mais le fait que ce soit ce hasard qui nous fasse même changer de niveau, là je dis non ! Ajoutons quelques moments vraiment poussifs, pour rallonger un peu la durée de vie pourtant bonne du titre, et des missions annexes vraiment très peu intéressantes, pour comprendre que Square aurait vraiment pût bosser dessus.

Un bon jeu en définitive, à faire ne serait-ce que pour son scénario (tout du moins sa fin d'une puissance exceptionnelle), et le personnage tragique de Zack Fair.
Yubashiri

le 14/04/2012
Edité le 04/09/2012
5
Réalisation: [Bien]
+ Modélisation et animation des monstres et personnages, excellentissime.
+ Des décors soignés, détaillés, et variés (Enfin, ceux du scénario...)
- Gackt. Autant j'aime ce que fait Nomura dans l'ensemble, autant je n'arrive pas à comprendre des trucs comme "Genesis"; Non mais, on ne fout pas une star de j-pop dans un final fantasy, c'est n'importe quoi enfin... En plus, ce personnage est détestable.

Gameplay: [Mauvais]
+ Système de combat assez dynamique et agréable, mais qui montre vite ses limites.
- Les combats ne sont pas aléatoires, mais essayent de donner l'impression qu'ils le sont. Comprenez par là que vous ne voyez pas les ennemis sur la map, et que les combats se déclenche donc à la manière d'un rpg normal, quand vous marchez... à la différence que ces combats sont placés à des positions fixes! Il y a un combat à chaque salle/carrefour/virage. Et vous savez quoi? C'est encore plus chiant que d'habitude, parce qu'en plus de faire un nombre incalculable de combat, vous savez à chaque fois quand vous allez devoir vous en taper un... Un truc très marrant, c'est quand à la sortie d'un combat, vous faite 1 ou 2 pas dans la mauvaise direction. Vous décidez donc de faire demi-tour. Mais devinez quoi? Et bien re-combat parce-que vous avez retraversé cette foutue intersection! Et ça, ça démotive très vite, vous verrez... Bon alors ok, on peut les éviter en rasant les murs comme une fillette, mais c'est contre l'esprit du sport ça.
- Le système d'OCN totalement aléatoire. C'est vraiment super marrant, surtout quand on vous demande de provoquer la sortie d'un triple sepiroth pour certaines sous-quêtes...
--- 300 missions... HORRIBLEMENT CHIANTES. Parlons en un peu tiens, parce que c'est ce qui a vraiment gâché mon expérience de jeu.

La partie bonus; les 300 merdes missions: []
Si je ne dois vous donner qu'un conseil à propos de ce jeu, ce sera de ne faire que le scénario et de ne jamais, au grand jamais, venir mettre votre nez dans ces fameuses missions. (Ou alors, faite en 3-4, mais pas plus).
D'ailleurs, ils appellent ça des missions, mais en fait, il faut juste traverser un donjon en défouraillant tout sur son passage. Ça à pas l'air trop mal comme ça. Mais le problème, il vient du fait que pour ces 300 missions, il y a tout au plus 15 donjons différents. Vous identifiez le problème ou faut que je vous aide? 300 missions/15 donjons: Ça veut dire que vous allez refaire encore et encore et encore les mêmes donjons. Vous allez vous faire chier encore et encore et encore. Et comprenez bien que quand je dit qu'il n'y a que 15 donjons, je ne parle pas seulement des décors... Ces donjons sont EXACTEMENT les même: Ils ne sont pas générés aléatoirement, il s'agit bien à chaque mission de parcourir la même succession de salle et de couloir! En faite, Crisis Core est un D-RPG qui ne s'assume pas, alors squenix s'est purement et simplement contenter de copier et coller ses 15 donjons encore et encore en ne changeant que les ennemis qui y apparaisses. Ainsi, CC se permet de pousser le péché de répétitivité des D-RPG classique encore plus loin: Vive CC!
Et n'oublions pas la difficulté aberrante. Vous avez toujours rêvez de tomber nez à bec avec des autruches géantes capables de vous tuer en un coup, même avec le meilleur équipement qui soit? D'affronter des mammouths possédant plusieurs millions de pv mais auquel vous ne pouvez infliger qu'un point de dégât à la fois à moins d'avoir recours à de douteux artifices? Les missions de Crisis Core présentent un véritable florilège des exemples les plus farfelus en matière de difficulté abusive.
Et à la fin, vous y gagnez quoi? Un combat contre un superboss, que vous allez mettre 30 minutes à battre en lui enchaînant les coups à 99 999 (Ce qui n'est pas aisé à accomplir, puisqu'il faut faire tout plein de merde avec des urnes... Enfin je ne vous raconte pas ça, sinon je vais refaire des cauchemars)
Et après? Vous gagnez une pièce d'équipement de malade mentale que vous n'allez finalement jamais utiliser parce qu'après avoir traversé tout ça: déjà vous aurez finis le jeu, et ensuite, parce que vous n'aurez plus jamais le courage de reposer vos yeux sur cet engin de torture psychologique.
Ah oui, vous gagnez aussi le droit de vous détruire tout le plaisir pour la fin du jeu. Vous allez pouvoir butter tous les boss finaux en un coup. Effet pétard mouillé garantit! Ouais, génial...

Scénario: [Moyen]
++ La fin est absolument fabuleuse (bien que sans surprise pour qui à finis ff7 de fond en comble)
+ Replonger dans l'univers de ff7 est un vrai plaisir.
- Sauf que bizarrement, je n'ai pas eu l'impression de jouer dans le même univers que ff7. Il manque quelque chose, mais je ne saurais trop dire quoi. Tout ça est trop propre, trop... Enfin pas pareil quoi. Si jamais on a droit à un remake hd de ff7, j'espère sincèrement qu'il ne ressemblera pas à CC.
- Les ajouts scénaristiques sont assez mal venus, et Gackt (Pardon, Genesis) accomplit l'exploit d'être un personnage plus chiant/raté/pourris que Cait sith (Ouais, rien que ça).

Ambiance sonore: [Moyen]
Les réarrangements sonnent... bizarrement et les nouvelles pistes sont pas inoubliables.

Durée de vie: [Moyen]
Entre 10 et 15 heures pour finir le scénario, c'est pas beaucoup, mais si vous ne faite que celles-ci, elles seront à coup sûr, intenses.
J'en ai mis 70 pour le finir à 100%, superboss compris, mais si vous le faite, préparez-vous à détester ce jeu pour le restant de vos jour. Ces 70 heures sont facilement l'un de mes pire souvenir vidéo-ludique.

Conclusion: [2.5/5]
Il m'a tellement dégoûté que je lui mettrais facilement 0.5/5. Mais bon, ça ne serait pas tenir compte du reste. Crisis Core est beau, les phases de jeu hors missions (le scénario quoi) sont vraiment biens, Zack est cool, enfin ça reste un bon jeu.
Mais voilà, ce payer un jeu psp pour le torcher en 10h, ça laisse un arrière-goût dans la bouche. Il ne vous restera alors plus qu'à vous lancer dans pléthore de missions pour des heures d'amusement d'horreur, d'ennuis, de désespoir et de diarrhée ludique en perspective.
Crisis Core est un D-RPG qui ne s'assume pas, et c'est son plus grand tort.
Rugal69

le 21/03/2012
8
un bon A-RPG, j'ai apprécié le scénario, les cinématiques et le gameplay.
par contre les missions annexes au bout d'un moment commence vraiment a etre chiante et répétitive.
ça empeche pas que je me suis bien amusé.
heavenly

le 22/10/2011
7
Mitigé pour moi que ce jeu: Etant un grand fan du 7 j'ai adorée tous les passages clefs de cet épisodes, nous explicitant certains des plus beaux moments du 7. Par contre toutes les scènes avec Gakt mon vite soûlé et n'apporte quasi rien à l'intrigue... en somme un remake du 7 aurait été tellement plus judicieux !!
26 active users (5 members, 21 guests, 0 anonymous member)
Online members: auty, Herbrand, Mathieu, Mikaya, snas
Legendra RPG V4.8 © Force 2014 - Legal Mention
Webmaster : Medion