haut_menu
Infos Blog
Loading...
Tests et critiques de jeux-vidéo
Crée le 26/10/2010
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Octobre 2019>>
LuMaMeJeVeSaDi
30010203040506
07080910111213
14151617181920
21222324252627
28293031010203
haut_menu
Blogs recommandés
Final Fantasy VII
Par Lokki, le 27/10/2010 à 15h50 (1929 vues)
Catégorie : RPG
Voir la fiche

Est-il encore utile de présenter Final Fantasy VII ? J’en doute. Mais puisque je suis dans la rubrique, faisons l’exercice. Septième épisode de la série mais premier à sortir (i) sur une machine Sony et (ii) en France, il fut pour beaucoup de joueurs, dont je fais partie, le premier vrai RPG Japonais, laissant par la même occasion une marque indélébile dans nos jeunes esprits de gamers. Véritable réussite commerciale (près de 10 millions d’exemplaires vendus), comment ce jeu a-t-il pu conquérir autant de cœurs lors de sa sortie en 1997 ?

Ce que je vous propose de lire ci-dessous n’est évidemment pas parole d’évangile mais il vous donnera, je l’espère, un bon aperçu de ce que je pense de la question !


"Scénario : un Grenelle de l’environnement avant l’heure"

Vous incarnez Cloud, un jeune homme frappé d’amnésie et un ex-membre du Soldat, l’élite de l’armée privée de la société multinationale Shinra. Devenu mercenaire, vous avez accepté un contrat du groupe de rebelles écologistes Avalanche : faire sauter un des réacteurs de la centrale de la Shinra (votre ex-employeur donc) dont le but est de puiser du Mako, l’énergie vitale de la planète Gaïa, afin de produire de l’énergie. La mission se déroule bien et vous rempilez même pour un deuxième attentat sur un autre réacteur. Malheureusement, la deuxième expédition ne se passe pas comme prévu et l’histoire peut enfin commencer : que représente réellement la Shinra ? Quel est son but ? A quoi sert réellement l’énergie Mako ? Comment allez-vous retrouver la mémoire ? Qu’est-ce qui vous relie à la Shinra ?

Mêlant des problématiques très contemporaines (écologie, pauvreté, éthique scientifique, etc.) à un univers à la fois empreint d’Heroic Fantasy et de Science Fiction, le scénario de Final Fantasy VII est réellement profond et travaillé. Même s’il peut sembler parfois confus au cours de l’aventure, les pièces du puzzle s’assemblent petit à petit pour révéler une histoire riche et finalement pas si complexe, un peu à la manière d’un bon thriller dont on ne comprend le sens qu’à la dernière scène.

Dirigiste dans les premières heures de jeux (on suit le fil du scénario dans un environnement fermé, la ville de Midgar), le scénario s’assouplit rapidement pour donner un peu plus de liberté au joueur qui découvre avec bonheur la carte du monde de Gaïa. Enchaînant phases d’actions et moment de repos, scènes tragiques et scènes mélancoliques, le scénario de Final Fantasy VII est plutôt bien rythmé et propose un bon nombre de rebondissements tout au long d’une aventure régulièrement ponctuée par l’entrée en scène de nouveaux personnages (dont 9 sont jouables au total).


"Graphismes & animations : ange ou démon ?"

Voilà un thème qui à fait couler beaucoup d’encre à l’époque… Au niveau graphique, n’y allons pas par quatre chemins, Final Fantasy VII fait un amalgame de très bon et de moins bon (pour ne pas dire mauvais).

Je vous propose de commencer par les points positifs qui sont (heureusement) majoritaires. Pour cela, je tenais à souligner dans un premier temps le travail de Tetsuya Nomura (créateur des personnages) et Yusuke Naora (directeur artistique). Le Character Design des personnages de ce premier épisode en 3 dimensions est particulièrement réussi et surtout très cohérent avec l’univers du jeu. Il n’était pourtant pas aisé de mélanger Heroic Fantasy et univers futuriste Cyber Punk !

Pour en revenir à nos chocobos moutons, une chose est certaine, à l’époque, Final Fantasy VII était une véritable voiture de course au niveau graphique et dans l’ensemble, les décors en 2 dimensions et les personnages en 3 dimensions lors des phases de combat flattaient la rétine du joueur. S’ils étaient beaux à l’époque (révolutionnaires même selon certains), ils restent encore fort agréables à regarder aujourd’hui et ceux qui n’y auraient jamais joué n’auraient pas forcément les yeux qui piquent en s’y plongeant sur leur PSP ou leur PlayStation 3. C’est en effet toujours un plaisir de livrer bataille et d’admirer les animations des personnages lors des magies, des limites (les furies des personnages) ou encore des terribles invocations.

L’une des nouveautés de l’époque (et pas des moindres) était l’apparition de cinématiques. Même si elles ont aujourd’hui bien mal vieillis (comparez les à celles de Final Fantasy XIII pour rigoler…), elles étaient clairement magnifiques à l’époque et gardent tout de même un petit charme rétro et se laissent admirer ne serait-ce que pour leur mise en scène théâtrale. D’ailleurs, la scène de la fuite de Midgar à moto reste une de mes cinématiques préférées tous jeux vidéo confondus.

Pour ce qui est du moins bien, car il y a toujours un petit « mais » qui traine quelque part, les personnages en Super Deformed (SD), c’est à dire petit corps / grosse tête, lors des phases d’exploration sont en tous points…moches. Normal pour l’époque ? Pas forcément, Final Fantasy VIII et Final Fantasy IX feront mieux à ce niveau là en tout cas. En clair, les personnages sont très grossièrement modélisés et ressemblent plus à un assemblage de gros Legos qu’à de vrais personnages. Toutefois, le plaisir de jeu demeure mais le gap graphique entre les scènes de combat et les phases d’exploration est important et surprend au premier abord. La carte du monde, elle, ne vous donnera pas de souvenirs impérissables mais reste lisible et de bonne facture.

"Système de combat : du classicisme au service de l’innovation !"

Le système de combat quant à lui repose sur la sacro-sainte jauge Active Time Battle (ATB) : le joueur peut déclencher une action dès que la barre d’ATB de son personnage est remplie. Il a alors à sa disposition un certain nombre d’actions qui augmentera au fur et à mesure de votre progression et qui variera en fonction du personnage joué (attaquer, magie, voler, invoquer, etc.).

Il s’agit donc d’un système de combat classique mais assez dynamique puisque l’ennemi n’attendra pas que vous ayez fait votre action pour attaquer : le premier qui rempli sa jauge d’ATB et qui valide son action frappe et ainsi de suite. Par exemple, si vous ne validez jamais votre action, votre ennemi continuera de vous frapper à chaque fois que sa jauge sera remplie.

Une petite nouveauté réside dans l’apparition des Limites. Une jauge de limite se remplit au fur et à mesure que votre personnage subit des attaques. Une fois la jauge remplie, l’action « attaquer » se change en « limite » et cela permets à votre personnage de déclencher une attaque spéciale. Un personnage en possède plusieurs qui ont chacune des effets différents (attaquer une seule ou plusieurs cibles, soigner, etc.).

Bon, rien de révolutionnaire au final me direz-vous ? Et je répondrai « effectivement », Final Fantasy VII a des bases et des mécanismes de jeu basiques, solides et éprouvés et ce n’est évidemment pas là qu’il tire son épingle du jeu. Le véritable « plus » de cet épisode vient de la gestion des Matérias, de petites sphères teintées de magie qui, si vous en équipez votre arme où votre armure, vous permettent d’effectuer tout un panel d’actions : magie, invocation, action, soutien ou amélioration des caractéristiques.


Le système de gestion des Matérias est assez simple mais permet des combinaisons multiples, pour ne pas dire infinies. Si on équipe son personnage, via ses pièces d’équipements, de la Matéria « Feu », il pourra alors lancer des sorts de « Feu », si on combine cette Matéria à la Matéria « Tout », il sera alors capable de lancer le sort « Feu » sur tous les ennemis présents à l’écran. Simple, mais aussi efficace que prenant. Ajoutez à cela que les Matérias évoluent comme votre personnage au fil des combats (Feu 1 > Feu 2 > Feu 3…) et vous obtiendrez des heures et des heures de tests et d’améliorations pour trouver les combos les plus efficaces !

Sans révolutionner le genre, Square a finalement réussi son pari en scotchant des millions de joueurs à leur paddle.

"Musiques et ambiance sonore : des mélodies qui vous trotteront longtemps dans la tête !"

Un point quelque fois sous-estimé par les éditeurs, les musiques et l’ambiance sonore de ce Final Fantasy sont un vrai régal pour les oreilles (si toutefois les oreilles pouvaient se régaler). Une fois de plus Nobuo Uematsu signe une bande-son incroyable qui sert remarquablement le jeu en plongeant encore plus le joueur dans l’univers de Final Fantasy VII. On tremble en écoutant le thème de « Jenova », on vibre sur le thème des combats (très dynamique) et on n’hésite pas à mettre son chapeau d’aventurier en écoutant la musique de la carte du monde ! Je ne parlerai pas du « Mambo del Chocobo » qui reste une de mes musiques préférée de tout le jeu : jamais il n’a été aussi jouissif de chasser et chevaucher ces poulets géants ! ;-)

"Quêtes annexes : et pour 10 euros en plus en plus vous aurez…"

Comme tout bon RPG qui se respecte, Final Fantasy VII propose un bon nombre de quêtes et de mini-jeux qui viendront s’ajouter à la quête principale. Plutôt que vous les lister toutes je ne parlerai que des plus marquantes.

- L’élevage de Chocobos : une quête particulièrement longue qui a marquée plus d’un joueur ! Le but de cette quête est de capturer et d’entraîner des Chocobos afin de faire s’accoupler les meilleurs pour obtenir, grâce à divers croisements, des Chocobos bénéficiant de caractéristiques particulières : marcher sur l’eau, gravir des montagne, voler, etc. Le Chocobo ultime étant le Chocobo d’or. Ces emblématiques volailles vous permettront d’obtenir des items cachés, plus ou moins utiles.

- Les personnages cachés : il existe dans le jeu deux personnages facultatifs que l’on peut débloquer. Même si ce n’est absolument pas nécessaire pour finir le jeu, il serait dommage de s’en passer.

- La sempiternelle quêtes des Armes et des Limites ultimes : encore une fois, rien de bien nouveau dans le monde vidéo-ludique mais cela reste une quête sympathique à faire et ma foi, plutôt utile au final.

- La quête des Armes : non je ne me répète pas (^^), il ne s’agit pas d’armes conventionnelles mais de monstres gigantesques invoqués par la planète pour se défendre. Le scénario vous en dira plus mais sachez qu’il s’agit de monstres plutôt coriaces qui demanderont quelques heures de Level Up avant d’en venir à bout.

- Les mini-jeux du Gold Saucer : il existe dans Final Fantasy VII une sorte de Casino géant, perdu au milieu d’un désert (qui à dit Las Vegas ?), qui vous offre tout un panel de mini-jeux plus ou moins réussi. C’est un passage obligé de la quête des Chocobos car c’est ici que vous viendrez entraîner vos plus belles bêtes en participant à des courses.

"Final Stage"

Final Fantasy VII se différencie de ses prédécesseurs pour plusieurs raisons : premier Final Fantasy sorti sur une machine Sony, premier épisode en 3 dimensions de la série et premier à intégrer des cinématiques, premier à être localisé en France et je m’arrêterai là de peur d’y passer ma journée. Résolument axé grand spectacle et inspiré par le cinéma, il est le précurseur de ce que seront ses successeurs : de véritables Blockbusters.

Ambassadeur du genre en Europe, ce jeu à su conquérir le cœur de millions de joueurs grâce à des mécanismes de jeux simples et profonds. Possédant des qualités indiscutables tant sur le Game-Play et les graphismes que sur l’ambiance sonore ou encore sur le scénario, nous lui pardonnerons volontiers ses quelques défauts. Prenant et dynamique, Final Fantasy VIIest non seulement un RPG que tout fan du genre se doit d’avoir fait mais également un RPG capable d’attirer les néophytes (dont je faisais partie) et les curieux comme il a si bien su le faire en 1997.

Les "plus"

- GamePlay parfait
- Replay value énorme
- Univers fascinant et personnages attachants
- BO dynamique et agréable
- Nombreuses quêtes annexes
- Scénario profond et travaillé...

Les "moins"

- ...mais parfois confus
- Les graphismes ont mal vieilli


Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
9 commentaires
Lokki

le 28/10/2010
Une fois de plus, merci pour vos commentaires.

@ Ahltar : il est vrai que les musiques "midi" de FF7 ont pris un petit coup de vieux, je ne peux qu'être d'accord avec toi, on est bien sur loin des musiques symphoniques des derniers opus mais à l'époque ça ne choquait personne. Comme tu dis, c'est subjectif tout ça et j'avoue avoir encore plaisir à m'écouter les musiques des combats. ;-)

@ Eclipse : Merci pour tes commentaires forts sympathiques ! Pour ce qui est des images j'en mettrais sans doute ce week-end mais j'ai un peu galéré avec la mise en page !
Au plaisir de lire ton prochain article !

:caution: Edit : Images rajoutées (c'est pas exactement ce que je voulais mais bon, ça ira !)
Eclipse

le 28/10/2010
Mon 1er RPG comme bcp et donc, celui qui m´a fait découvrir le genre.
Intéressant ton article et conçu de telle manière à raviver certains souvenirs qui dormaient encore en nous.
Mais de manière générale, comment oublier un tel jeu, c´est impossible.
Merci de nous replonger dans cet univers magique et fantastique qu´est FFVII (BGE)
Cela dit, je trouve un peu dommage que tu n´ais pas ajouté d´images dans ta review, ça aurait donné plus de vie à ton article je trouve.
Je ferais une review de FFVII un de ces jours moi aussi mais dans très longtemps puisque tu viens d´en faire une.
En tout cas c´est pas mal.

Bonne continuation
Ahltar

le 28/10/2010
Honnêtement, j'ai été un grand fan à sa sortie en France.
Mais récemment, quand j'ai retrouvé une ost paumée dans mes mp3, j'ai pas du tout été séduit, je n'ai trouvé que 2 ou 3 pistes "vibrantes" (dont le thème de combat final raaaah). Le reste m'a fait penser à des fichiers midi un peu améliorés.

Donc, j'auais nuancé sur ce point au moins, OST très propre et parfaitement adapté au jeu MAIS plutôt dépassée de nos jours (avis perso ^^). En comparaison, celle de Final Fantasy Tactics a, je trouve, vachement mieux vieillit

M'enfin bon, c'est complètement subjectif...

Bel article en tout cas
Lokki

le 27/10/2010
Merci à tous !

Oui, il suffit parfois d'un jeu pour tout changer, Resident Evil pour les Survival Horror, GTA pour les jeux d'actions, Street Fighter pour la baston... et FF7 pour les RPG. ;-)
Mikaya

le 27/10/2010
+1000 très bon petit retour sur ce bijou
Flikvictor

le 27/10/2010
C'est marrant comme il suffit simplement d'un titre pour bousculer tout un genre.
snas

le 27/10/2010
t'inquiete moi aussi c'est mon BGE avec Xenogears
Lokki

le 27/10/2010
Merci Snas,

FF7 est effectivement mon RPG préféré. C'est lui qui m'a vraiment initié au genre et j'en garde un excellent souvenir... ^^
snas

le 27/10/2010
Lokki toi t'es un bon
BGE avec des perso hors du commun....SEPHIROTH
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox