haut_menu
Infos Blog
Loading...
Tests et critiques de jeux-vidéo
Crée le 26/10/2010
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Octobre 2019>>
LuMaMeJeVeSaDi
30010203040506
07080910111213
14151617181920
21222324252627
28293031010203
haut_menu
Blogs recommandés
Final Fantasy XIII
Par Lokki, le 29/10/2010 à 11h49 (1720 vues)
Catégorie : RPG
Voir la fiche



Il paraît que les stars savent se faire attendre... J’étais là ce fameux 8 mars, posté devant la Fnac des Champs Elysées, plongé au milieu d’une foule de fans et bravant un froid glacial pour la sortie en avant première du treizième opus de la saga des Final Fantasy. Emmitouflés dans nos manteaux, l’ambiance était plutôt bonne malgré ce froid mordant qui piquait nos joues presque aussi fort que l’absence flagrante d’organisation alimentait les débats. Où étaient donc les animations géniales qu’on nous avait promis ? Ou était l’organisation ? Surement bloquée au Japon… Malheureusement pour nous, ce n’est qu’après vingt-deux heures que les portes se sont enfin ouvertes, mais ce n’est qu’une heure et demi plus tard que les fans pris dans le ventre mou de la foule ont pu mettre la main sur le précieux blu-ray estampillé Square-Enix. Hélas pour les fans arrivés après vingt heures, seuls les courageux qui avaient fait la queue depuis midi ont pu avoir les dédicaces du producteur Yoshinori Kitase et du directeur artistique Isamu Kamikokuryo (qui ne sont restés que trois quart d’heure)… Bref, Final Fantasy XIII était enfin arrivé sur le sol français, rien ne saurait gâcher la fête et c’est donc les mains encore tremblantes (sûrement encore à cause du froid) que je les ai posées sur ce fameux Final Fantasy XIII.





"Un peu d'histoire"

L’histoire se déroule sur Cocoon, une petite planète futuriste satellite de Gran Pulse, un peu comme l’est la Lune pour la Terre. Cocoon est dirigée par le Sanctum, un gouvernement Théocrate qui procède régulièrement à des "purges" pour se défaire des habitants de Cocoon que l'on soupçonne d’être entrés en contact avec des Fal’Cie de Pulse. Je vois d’hors et déjà vos mines déconfites à la lecture de ces mots bizarres, mais dites vous bien que si vous tenez à suivre l’histoire de Final Fantasy XIII il va falloir vous y faire car elle va être riche en mots nouveaux ! Pour faire simple, un Fal’Cie est une créature mystique et magique à mi-chemin entre une machine et un monstre ; il existe deux types de Fal’cie : ceux de Pulse (les soi-disant méchants) et ceux de Cocoon (les soi-disant gentils). Les humains qui rentrent en contact avec un Fal’Cie sont alors « marqués » par ce dernier et se voient assigner une tâche spécifique ; on appelle ces humains les L’Cie. S’il accomplit sa tâche dans le temps qu’il lui est imparti, le L’Cie se change en cristal et obtient la vie éternelle, s’il échoue, il se transformera alors en Cieth, une sorte de monstre informe. Plongés dans la peur d’une attaque des Fal’Cie de Pulse, le Sanctum fait donc la chasse aux humains soupçonnés d’être des L’Cie de Pulse pour les renvoyer sur cette planète maudite. En gros, il fait bon vivre sur Cocoon si et seulement si on n’a rien avoir avec Pulse…


"Prêt à voyager au pays de la claque graphique..."



Ces quelques informations sont bien digérées ? Très bien ! Suivez-moi dans mon salon. Canapé : Ok. Télé : Ok. Thé chaud : Ok. La galette est incérée dans la Playstation 3 et on est prêt à en prendre plein la tête et à faire nos premiers pas sur Cocoon !

Après une introduction qui ressemble à s’y méprendre au début d’une superproduction hollywoodienne (limite Avatar), on arrive sur le menu principal du jeu. J’appuie sur le bouton « nouvelle partie » et le jeu démarre.

Dès le départ, on ne peut qu’être abasourdi devant la qualité des cinématiques tant au niveau des graphismes que de la mise en scène. C’est inévitablement le sourire aux lèvres que nous voilà directement plongés en pleine action ! Ca explose, ça court, sa virevolte, bref, ça nous en met plein les yeux et c’est tant mieux ! Le passage à une console « next gen » à du bon et la PlayStation 3 nous montre ce qu’elle a dans le ventre.

On dirige Lightning (pas la voiture du film Grease mais l’héroïne du jeu), une belle et athlétique jeune femme aux cheveux d’un rose pale à faire frémir tous les fans de Lady Gaga. Si mes mots peuvent paraître ici narquois ou ironiques, ne vous trompez pas sur mes intentions car le Character Design de Final Fantasy XIII est, je trouve, très réussi et les héros ont tous des looks soignés et différents.



Une fois n’est pas coutume, notre bande de héros est composée de membres tous très différents (style, caractère, compétence, etc.). Si tous les looks sont assez réussis (mention spéciale pour Lightning), les caractères des personnages ne sont pas tous forcement de bon goût… Snow, le beau blond de service, m’a particulièrement énervé de part son optimisme à toutes épreuves, son discours immuable sur les valeurs à suivre et ses poses « nice guy Colgate AquaFresh ». Quant à la jeune Vanilla, elle m’a agacé de par sa voix (version anglaise), ses gémissements horripilants et sa niaiserie hors norme… Même Hope, le plus jeune de la bande, paraissait bien plus mûr. Mais soit, il faut de tout pour faire un monde et globalement, les autres personnages sont agréables à jouer et à entendre…


"...et du film interactif ?"



…et c’est tant mieux (s’ils sont agréables à entendre : ndlr) tant il y a de scènes cinématiques et de coupures dans l’action ! Car oui, Final Fantasy XIII est une pure merveille au niveau graphique et rarement un jeu n’a été aussi beau que ce soit pour les décors, les personnages ou les cinématiques mais ce jeu se rapproche plus d’un film interactif que d’un jeu vidéo et c’est bien là un de ses défauts majeurs ! Trop de cinématiques tue la cinématique ! Comptez 10 minutes de cinématiques pour 10 minutes de jeu ! Si cela est sympathique au début (on explique la situation, on s’immerge dans l’univers du jeu, etc.) ça devient frustrant les heures qui suivent. Du pain et des jeux réclamaient les Romains de la Rome antique, et je suis bien d’accord avec eux ! Du jeu messieurs, du jeu ! Ce n’est pas les graphismes et les cinématiques qui font le sel d’un RPG mais bien le plaisir de jeu et l’exploration et c’est là que Square-Enix semble s’être perdu…

Les phases d’explorations ne sont plus. Nous dirigeons donc un personnage dans un long couloir en enchaînant les combats. Ca peut ressembler à un raccourci mais j’ai bien peur que ça n’en soit pas un. L’esprit RPG n’est pas là et on a parfois plus l’impression de jouer à un jeu d’action style Bayonetta ou Devil May Cry qu’à un Final Fantasy. Les décors, bien que parfois vastes, se résument à de longs couloirs qu’il nous suffit de suivre. Difficile de se perdre ou de laisser s’échapper des coffres cachés… Il faudra malheureusement attendre les derniers chapitre du jeu pour gouter à la liberté offerte par les plaines de Gran Pulse, et encore, il vaut mieux attendre d’avoir fini le jeu pour y retourner tellement les challenges offerts sont hors de portée lors du fil principal…

Et les pauses équipements dans les villages me direz vous ? Et bien ça aussi ça à disparu ! Plus d’interaction avec des PNJ, plus besoin de se balader pour discuter avec tout le monde, plus besoin d’écluser les magasins d’armes ou de potions puisque que vous trouverez tous ça dans les points de sauvegarde via des boutiques virtuelles. Non, je ne ferais pas mon Francis Cabrel en vous chantant que c’était mieux avant mais parfois la technologie n’a pas que du bon. Dommage.

Que nous reste-t-il de RPGesque là dedans alors ?


"L'impitoyable monde du combat et le plaisir retrouvé du farming !"



Ha ! Enfin du vrai positif ! Outre les graphismes, l’attrait pour Final Fantasy XIII réside dans son système de combat particulièrement bien (re)pensé.

Au premier rang des nouveautés, seul le leader du groupe (désigné par le joueur) est jouable, les deux autres équipiers sont dirigés par l’IA de la machine. Les actions de ces derniers sont déterminées par des « Stratégies » que l’on met en place dans les menus, un peu comme on compose une stratégie dans des simulations de sports. Pour établir sa liste de stratégies, il convient de déterminer le rôle de chacun, ces rôles sont assimilables aux jobs classiques, ils sont au nombre de six : Attaquant (attaques physiques + quelques magies non élémentales), Défenseur (pour attirer les attaques ennemies), Ravageur (idem mage noir), Soigneur (idem mage blanc), Tacticien (mage lançant des sorts bénéfiques aux alliers) ou Saboteur (mage infligeant des malus aux ennemies). Libre à vous de configurer votre liste de stratégies (six au maximum) comme vous le voulez : deux soigneurs et un attaquant, deux attaquants et un ravageur, etc. On peut changer de stratégies parmi les six sauvegardées autant de fois qu’on le souhaite durant des combats qui prennent pour le coup une dimension plus stratégique qu’à l’accoutumée puisque chaque ennemi nécessite en général une stratégie particulière pour être battu.



D’ailleurs, il y a également du nouveau dans les jauges de vie des monstres puisque qu’une barre de choc fait son apparition. Une fois celle-ci remplie, l’ennemi entre en état de choc et les coups infligés sont alors grandement accrus. Il convient donc de mettre rapidement l’ennemi en état de choc pour le vaincre. Et plus vous le battez rapidement, plus vous aurez de chance d’avoir de bon items !

Pour résumer, avant de combattre il faut donc avoir établi des stratégies et durant le combat il faudra veiller à mettre rapidement sont ennemi en état de choc. Mais ce n’est pas tout ! Les ennemis étant visibles à l’écran (comme pour Final Fantasy XII), pour les mettre en un coup en état de choc, il est fortement recommandé de les attaquer par surprise soit en les attaquant par derrière, soit en utilisant des objets permettant à votre équipe de se rendre momentanément invisible ! Bref, les combats de sont non seulement plus aléatoires mais ils deviennent stratégiques et très dynamiques !

Pour le reste, comme pour les précédents Final Fantasy, la fameuse jauge d’Active Time Battle est toujours de la partie même si elle a été quelque peu remaniée. Elle a en effet été compartimentée en plusieurs morceaux dont le nombre augmente au fur et à mesure de l’évolution de vos personnages. Chaque sort ou action nécessite un certain nombre de morceau d’ATB pour être lancé. Libre à nous de la remplir en entier (et de programmer plusieurs attaques physiques ou magiques) ou de la consommer partiellement pour attaquer rapidement et achever l’ennemi. Cela n’a l’air de rien mais ça influence grandement les combats et les stratégies appliquées : soigner plus rapidement, achever un adversaire, interrompre une action de l’ennemi, etc.

Enfin, pour ce qui est des désormais indéboulonnables invocations, (attention, risque de spoil), chaque personnage se verra attribuer un Eidolon, c’est à dire une invocation qui lui est propre et qu’il peut appeler lors des combats pour lui prêter main forte. Lorsqu’il est invoqué, les autres équipiers disparaissent du champs de combat pour laisser place à l’invocation et à son invocateur. Les Eidolons ont deux formes : leur forme « animale » dans laquelle ils se battent de manière autonomes avec votre personnage ou une forme en mode symbiose où votre personnage chevauche son invocation et peut donc la diriger. C’est plutôt sympa et surtout impressionnant mais ce n’est pas avec ces invocations que j’ai eu le plus de plaisir à jouer.


"Pimp my ride"



Un peu à la manière d’un bon jeu de tuning (ou tout simplement d’un bon RPG ^^), il vous faudra gérer les compétences de vos personnages en fonction du rôle que vous souhaitez leur attribuer. Sur les six rôles disponibles, un personnage a en général trois rôles majeurs et trois rôles mineurs. Il est donc conseillé de les spécialiser dans les rôles dans lesquels ils sont les plus performant.

Pour cela, il va falloir dépenser vos points de combats durement gagné dans le Crystarium, une sorte de dérivé du Sphérier de Final Fantasy X mais en trois dimensions cette fois (technologie oblige). Les points dépensés vous permettront d’acquérir des compétences particulières (nouvelles compétences, amélioration des statistique de magie, de force ou de points de vie) et de spécialiser ou non votre personnage dans un domaine.

Cette manière de faire progresser votre personnage (exit les niveaux 99 des personnages sur-boostés) accompagnée du système de combat rend Final Fantasy XIII particulièrement plaisant à joué et l’enchainement des combats sera particulièrement sympathiques !


"Fonky Fantasy"



Côté bande son, Final Fantasy XIII a laissé de côté Nobuo Uematsu pour confier les platines à Masashi Hamauzu (SaGa Frontier 2, Unlimited Saga entre autres). La musique d’introduction est plutôt réussie. Différente en fonction des versions (UE ou Jap), la version européenne intitulée « My Hands » est interprétée par Leona Lewis, une chanteuse anglaise plutôt bien faite de sa personne.

Les thèmes généraux sont assez bien réalisés mais j’avoue ne pas être tombé en extase en les écoutant. Le thème de combat du boss de fin est assez épique et commence à faire peur au bout d’un quart d’heure d’écoute, pour le coup, ça vous met dans le bain ^^ !

Globalement, la musique est bonne comme dirait Jean-Jacques. Les titres sont variés et savent se faire discrets quand il le faut, bref, rien à reprocher à ce niveau là, c’est du bon.


"Monster Quest"



Pour ce qui est des quêtes annexes, je ne pourrai malheureusement pas être très bavard là-dessus (qui à dit « ouf » ?).

Outre les « Succès » à débloquer, vous aurez accès à un certain nombre de quêtes annexes disponibles à la toute fin du jeu, lorsque vous aurez l’opportunité de retourner sur Pulse. La plupart des quêtes sont données par des anciens Cieth changés en stèles. En général, ils vous chargent d’accomplir la tâche qui leur avait été attribuée et qu’ils n’ont pu terminer. Bien entendu, ces quêtes vous permettent de gagner de l’expérience mais aussi de gagner des butins plus ou moins précieux.

Au rayon quêtes annexes vous aurez aussi l’amélioration de vos armes. Il y a très peu d’armes disponibles pour vos personnages et celles-ci devront être améliorées en les combinant avec des Matériaux récupérés lors de vos combats. Ces améliorations se font via un système complexe de combinaison qui m’a, je dois l’avouer, laisser sur le côté de la route tellement je n’y ais pas accroché.

Globalement, je suis assez déçu par ces quêtes qui interviennent bien trop tard dans le jeu car personnellement, lorsque je l’ai fini, je n’avais plus vraiment le cœur à y rejouer encore. Il aurait été plus judicieux de les faire intervenir à au autre moment qu’à 10 mètres du boss de fin… voir pire puisque des compétences supplémentaires sont débloquées une fois le boss éliminé…


"Final Stage"



Voilà Messieurs Dames, nous y sommes, le verdict tombe comme le couperet d’une guillotine. Final Fantasy XIII est pour moi un bon jeu Action-RPG mais un mauvais Final Fantasy. Toute la partie exploration qui faisait le charme de la série a été purement et simplement supprimée et c’est bien dommage. Pour un but avoué de conquérir de nouveaux joueurs ? Dommage encore puisque malgré de bonnes ventes, ce jeu à laissé sur leur faim bons nombres de joueurs de la première heure. Pourtant ce jeu avait des atouts à faire valoir grâce à son système de combat dynamique et sa réalisation de haut vol…

Pour les joueurs adeptes d’action, de combats effrénés et de graphismes sublimes, n’hésitez pas ! Mais si comme moi vous aimez les phases d’exploration dans les RPG et si par malheur vous êtes passés un peu à côté du scénario de ce Final Fantasy, vous serez globalement déçus.

Inutile de vous dire que je regrette encore les heures d’attente passées sur les Champs Elysées, on ne m’y reprendra plus… Tasse de thé terminée, télé et console éteinte, jeu rangé dans son boîtier et remis sur l’étagère du haut : bonne nuit à tous !

Les "plus"

- Des graphismes in-game magnifiques et des vidéos sublimes (un véritable film!)
- Un système de combat punchy et novateur
- Jouer les différents personnages à tour de rôle

Les "moins"

- Un scénario complexe et pas très inspiré
- Jeu trop scripté / peu (pas?) de liberté
- Pas d'interaction avec les PNJ, pas de villages, pas de shopping...
- Peu de quêtes annexes
- Est-ce bien un RPG ?


Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
5 commentaires
Flikvictor

le 30/10/2010
J'adore les Final Fantasy mais après de là à attendre des heures pour l'acheter... :death:
Je pense que FFXIII serait mieux passé si le développement n'avait pas pris autant de temps. Le délai d'attente par rapport au résultat n'est absolument pas justifié.
Avril

le 29/10/2010
En effet, mais le jeu m'a personnellement énormément déçu, donc bon :=p. Pas de pitié !
Lokki

le 29/10/2010
@ Nagendra : Comme tu dis... °

@ Magus : Oui, tu as raison, c'est du tour par tour classique mais il ressemble plus à un jeu d'action qu'à un RPG classique d'où ma comparaison à un A-RPG ou à un jeu d'action tout court d'ailleurs.

@ Avril : tu n'y vas pas avec le dos de la cuillère !

Magus

le 29/10/2010
Juste pour dire : FFXIII n'est pas un A-RPG hein, il en donne peut-être l'illusion mais ça reste du tour par tour classique. On ne contrôle pas les mouvements des personnages et il n'y a pas de touche attaque, défense, etc, ca reste de la sélection dans une liste d'actions (voir pire du automatique).
Nagendra

le 29/10/2010
Et oui....
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox