haut_menu
Infos Blog
Loading...
Tests et critiques de jeux-vidéo
Crée le 26/10/2010
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Novembre 2021>>
LuMaMeJeVeSaDi
01020304050607
08091011121314
15161718192021
22232425262728
29300102030405
haut_menu
Blogs recommandés
The Legend of Zelda - Ocarina of Time 3D
Par Lokki, le 28/02/2012 à 19h42 (1248 vues)
Catégorie : RPG
Voir la fiche



Zelda Ocarina of Time
est considéré par bon nombre de joueurs comme étant le meilleur opus de la série et pourtant, faire de cet épisode une référence du genre n’était pas gagné d’avance pour Nintendo. Premier Zelda à voir le jour sur la console 64 bits de Big N, il devait aussi porter sur ses épaules le poids d’un changement déterminant pour la série : le passage à la 3D. Portée aux nues par les critiques et la plupart des magazines spécialisés à sa sortie, il n’est finalement pas étonnant de le voir réapparaitre récemment sous la forme d’une remasterisation sur Nintendo 3DS. Premier de la série à passer à la 3D en 1998, il sera naturellement le premier à passer à la 3D stéréoscopique sur la dernière portable de Nintendo. A tout seigneur, tout honneur.


Inutile de vous cacher que c’est la perspective de pouvoir rejouer à ce monument du jeu vidéo et surtout, de rejouer à un jeu qui a profondément marqué mon adolescence, qui m’a fait acheter la Nintendo 3DS. C’est donc avec une certaine nostalgie que j’ai posé mes mains sur la console, à l’instar de Link, j’allais moi aussi voyager dans le temps pour essayer de sauver le royaume d’Hyrule.

Mais la véritable question qui m’assaillait à ce moment là était de savoir si l’ocarina du temps avait justement réussi à passer outre les ravages du temps en traversant les époques jusqu’en 2012… Allais-je prendre autant de plaisir à parcourir la plaine d’Hyrule ? Les réponses à cette angoissante question ci-dessous…

"Once upon a time"

La légende de Zelda – l’ocarina du temps, nous conte la fabuleuse destinée d’un jeune garçon amené à devenir le héros du temps qui sauvera le royaume d’Hyrule du chaos.

L’histoire débute alors que Link, un jeune Kokiri (le peuple de la forêt), se réveille après avoir fait un étrange cauchemar… Il a assisté en rêve à la fuite de la princesse Zelda (mais ça, il ne le sait pas encore), poursuivie par un étrange et inquiétant cavalier noir… Peut importe, Link doit se dépêcher car le vénérable arbre Mojo, l'esprit protecteur de la forêt, le convoque personnellement.

L’arbre protecteur semble être au plus mal et à l’aube de sa vie, il lui révèle de précieuses informations. En réalité, Link n’est pas un Kokiri mais il a été recueilli par le vénérable arbre Mojo lorsque sa mère, mortellement blessée et fuyant les ravages de la guerre lui confia sont enfant. Il doit aujourd’hui accomplir sa destinée et contrecarrer les plans du fameux cavalier noir qu’il a vu en rêve et qui cherche à s’emparer de la Triforce pour assoir son règne sur le royaume d’Hyrule…

La première étape de votre aventure vous amènera à rencontrer la jeune princesse Zelda et à chercher les trois pierres ancestrales qui vous permettront d’accéder, via le temple du temps, au saint royaume pour ainsi espérer sceller à jamais l’avatar du chaos. Mais la manœuvre ne se passe évidemment pas comme prévu et vous vous réveillez sept ans plus tard dans un monde gouverné par l’infâme Ganondorf…

Malgré le temps, l’histoire ne m’a pas semblé avoir pris une ride et le charme opère tout de suite. C’est réellement avec plaisir qu’on découvre l’histoire du royaume d’Hyrule et qu’on découvre les différents peuples qui l’habitent avec leur propre background. Rajoutez à cela les voyages dans le temps qui vous permettent de redécouvrir les environnements déjà visités après sept années passées sous le règne impitoyable de Ganondorf et vous obtenez un monde d’une profondeur et d’une richesse rare. Tantôt enfantin, tantôt sombre, l’histoire de ce Zelda vous emmène d’un monde féérique et coloré à un monde dévasté par le Chaos qu’il ne tient qu’à vous de sauver. Le voyage est tentant n’est-ce pas ? D’autant plus que vous avez la furieuse et désagréable impression que c’est un peu de votre faute tout ça…


"La 3D stéréoscopique, c'est grave docteur ?"

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet épisode a bien été dépoussiéré ! Ne vous attendez pas à des graphismes HD bien sûr mais il faut avouer que la refonte graphique opérée par les petits gars de Grezzo flatte plutôt la rétine !

Fini l’effet de flou qui était la marque de fabrique de la N64 et bonjour à la profondeur de champs retrouvée ! Exit les visages carrés et bienvenue à des visages plus doux et aussi plus expressifs ! Oui, Grezzo ne s’est pas contenté de mettre les graphismes au goût du jour, les designers en ont profité pour rendre le monde plus vivant, plus détaillé et plus expressif qu’il ne l’était à l’époque. Nous n’avons donc pas à faire à un simple portage mais bien à une remasterisation de cet épisode et c’est tant mieux ! Non pas que jouer à la version originale n’est pas une bonne chose mais avec cette version 3DS nous n’avons pas (ou moins en tous cas) l’impression de s’être fait arnaqué par un éditeur qui nous ressort un portage vite fait d’un ancien hit pour s’en mettre plein les poches à moindre frais. Là au moins, on sait où on a mis son argent et cerise sur le gâteau, les graphismes piquent moins les yeux. Enfin… seulement si on n’active pas la 3D stéréoscopique de la console…

Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! L’effet 3D est de très bonne facture mais il est très difficile, voire impossible, de faire toute l’aventure en 3D tant le confort de jeu n’y est pas. Cela fatigue non seulement les yeux à la longue mais comme le joueur est amené à bouger la console (notamment pour le système de visée), l’image se dédouble car le regard du joueur n’est plus en face de l’écran… Dommage.

Toutefois, il s’agit là d’un petit bémol mais en ce qui me concerne, je n’ai pas considéré l’effet 3D comme étant l’argument majeur de cette version. Voyez-y plutôt l’opportunité de (re)jouer à ce petit chef-d’œuvre avec des graphismes améliorés et de l’avoir dans sa poche pour y jouer à tous moment !


"Dangereux donjons"

L’un des attraits majeurs d’un épisode de The Legend of Zelda réside dans la difficulté de ses nombreux donjons et Ocarina of Time s’est justement fait remarquer en ce sens.

De manière basique, l’aventure peut être scindée en deux parties : l’enfance et l’âge adulte. Ces deux périodes correspondent plus ou moins à la montée en puissance de la difficulté des donjons. Si les trois premiers donjons que l’on explore durant l’enfance de Link se font sans grosse prise de tête, les suivants sont bien évidement plus corsés. Mention spéciale sur le réputé Temple de l’Eau qui à fait perdre patience à bon nombre de joueurs tant ses mécanismes de jeu sont subtils voire tordus… Il faut non seulement composer avec les pièces d’équipements (grappin, bottes de plomb, ocarina, etc.) et les pièges qui parsèment le temple mais il faut en plus gérer le niveau de l’eau qui inonde le lieu pour avoir accès à certaines zones à certains moments. De quoi devenir fou si on ne s’y prend pas avec méthode (ou avec une bonne solution ^^).

Les énigmes et les mécanismes de jeu sont donc bien de la partie et comparativement au plus récent Zelda Skyward Sword, la difficulté de cet épisode nous offre un challenge un peu plus intéressant.


"Material Boy"

On dira ce qu’on veut, mais à courir après les rubis et les objets, Link passerait presque pour un sale capitaliste et en ces temps de crise, ce n’est pas très bien vu !

Blague à part, les objets et autres équipements sont une fois de plus de la partie pour cet épisode ! Je passerais rapidement sur les désormais classiques arcs, fronde, boomerang et autres bombes pour m’attarder plus spécialement sur l’apparition dans cet épisode de tenues spécifiques que Link pourra porter afin de bénéficier de bonus particuliers. Ainsi la tunique Goron de couleur rouge permet à Link de résister à une chaleur importante (et lui permet ainsi d’accéder au Temple du Feu) alors que la tunique Zora de couleur bleue lui permet de pouvoir respirer sous l’eau (et lui permet ainsi d’explorer le Temple de l’Eau). Notons aussi la présence de gants de force qui vous permettront de pousser et/ou lever des objets de plus en plus lourds, ou encore la présence du bouclier miroir dont l’utilisation dans le Temple de l’Esprit est vraiment fun à jouer.


Cela dit, la véritable innovation de cet épisode nous vient surtout de l’objet qui a donné son titre au jeu, j’ai nommé l’Ocarina du Temps. Plus qu’un simple instrument de musique, l’ocarina vous permet d’interagir avec votre environnement grâce à des mélodies qu’il vous faudra aprendre au préalable. Au fur et à mesure de votre aventure, vous garnirez ainsi votre cahier de musique de partitions dont les mélodies vous permettront d’accéder à certaines zones où à certains bonus : la mélodie du soleil vous permet de faire accélérer le temps, celle d’Epona vous permet d’appeler votre cheval dans les plaines d’Hyrule et ainsi de suite. Parfaitement intégré dans le gameplay, l’ocarina vous permettra également d’enclencher certains mécanismes dans les donjons, rendant l’objet aussi utile dans l’histoire que dans les phases d’exploration ou les donjons.

Enfin, l’autre innovation du jeu est l’apparition d’un moyen de transport en la « personne » d’Epona, une jument que vous devrait acquérir via une quête spécifique. La plaine d’Hyrule étant aussi vaste que vide, chevaucher Epona s’avère aussi plaisant que nécessaire. Ce n’est pas que cavaler à pied dans la plaine est pénible mais le faire à dos de cheval est tout de même plus rapide ! Et puis ne boudons pas notre plaisir : chevaucher un cheval c’est quand même la classe ! ;-)


"Ocarina Sound System"

Je ne passerai pas trois heures sur la thématique car je suis convaincu qu’écouter les musiques de ce jeu vaut mieux que lire ces quelques lignes mais il faut reconnaitre que la musique de cet épisode est tout simplement magnifique ! Tantôt douce, tantôt épique, elle s’adapte toujours parfaitement à chacune des situations que l’on traverse, renforçant encore plus l’immersion du joueur dans le monde d’Hyrule. Mention spéciale pour la musique de la plaine d’Hyrule dont le souffle épique viendra accompagner joyeusement vos folles chevauchées sur Epona !

La musique revêt réellement une importance toute particulière dans cet épisode puisque via l’ocarina vous serez amenés à connaitre et à retenir un certain nombre de mélodies courtes qui vous resteront dans la tête bien après avoir éteint la console : la berceuse de Zelda, le chant de Saria, la musique d’Epona, etc.

Bref, entrainante et entêtante, la musique de cet opus est une vraie réussite et je ne peux que vous encourager à les découvrir ne serait-ce que via les quelques vidéos que l’on peut trouver sur le net.


"Une maniabilité Parfaite avec un grand "P" comme console Portable"

A la base, Ocarina of Time avait été spécifiquement pensé autour du pad de la Nintendo 64. A l’époque, on ne tarissait pas d’éloges sur la maniabilité du jeu et on louait l’association intuitive des objets à certains boutons de la manette. Mais jouer via une manette sur télévision de salon c’est une chose, retranscrire cela sur une console portable, s’en est une autre. Là encore, les équipes de Grezzo ont fait des merveilles en exploitant au mieux l’ergonomie de la console. L’écran tactile est savamment exploité et rend l’utilisation des objets encore plus rapide et efficace que sur N64. L’écran du bas permet donc d’avoir accès à 4 objets rapidement, de visualiser la carte des lieux, de faire appel à Navi (mais pourquoi donc voudrions nous faire appel à elle ?), d’utiliser la vue à première personne ou de sélectionner l’ocarina.

Mais l’écran tactile n’est pas la seule innovation de ce portage, l’utilisation des gyroscopes de la console lors des phases de visée a également été exploitée. Il est effectivement assez intuitif et assez facile de bouger la console pour viser un ennemi. On a certes l’air débile lorsqu’on joue en public mais bon… tant que la jouabilité est là, on ne va pas se plaindre !


"Master Quest"

Enfin, je vous propose de terminer par une énumération des quêtes annexes qui viendront ponctuer l’aventure principale.
- Récupérer tous les quarts de cœur
- Chasser et récupérer les spectres
- Chasser et récupérer les 100 (!) Skultullas d’or
- La quête des grandes fées
- La quête des flèches magiques (flèche de glace)
- L’épée de Biggoron
- La vente des masques
- Et l’inévitable pêche à la ligne !

Bref, pas le temps de s’ennuyer au royaume d’Hyrule ! Les plus courageux d’entre vous pourront s’essayer à la « master quest » une fois le jeu terminé une fois. Il s’agit là d’une version miroir du jeu original, plus difficile encore. Un challenge pour les bonhommes quoi !


"Final Stage"

En conclusion, ce Zelda est un véritable « must have » sur Nintendo 3DS ! Avec ses mécanismes de jeu inventifs, ses donjons captivants et ses musiques enchanteresses, ce serait vraiment un crime de passer à côté. Supporté par une réalisation de haut vol par le studio Grezzo qui ont su sublimer la version originale à défaut de l’avoir transformée, The Legend of Zelda Ocarina of Time 3DS est la version ultime à posséder pour tout fan de Zelda qui se respecte.

Les "plus"

- Des graphismes mis à jours pour une vraie remasterisation !

- Un chef-d’œuvre dans sa poche
- Une histoire captivante
- Des donjons intéressants et challengeants
- Une maniabilité au top
- Des musiques enchanteresses

Les "moins"

- Une 3D gadget
- Revenir au point de départ après chaque sauvegarde hors des donjons… -_-‘


Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
5 commentaires
Lokki

le 15/10/2012
Yes, Koichi Ishii est bien celui qui a donné naissance à la série des Mana et c'est aussi le créateur des Chocobos et des Mogs !!!
onimenokyo

le 25/09/2012
tres bonne review , on voit que tu as vraiment aimé ce BGE du jeu video au plaisir de lire un autre de tes tests je n'en suis pas sur , mais je pense dailleurs que le studio grezzo est dirigé par l'ancien chef d'orchestre de la non moins legendaire serie " seiken densetsu " koichi ishii.... dites moi si je me trompe ???
Lokki

le 29/02/2012
Pour la maniabilité je ne suis pas tout à fait d'accord. Il est vrai que la 3DS n'a pas la meilleure ergonomie du monde pour ce type de jeu mais passée la première heure de jeu on s'y fait bien et au final j'ai plutôt apprécié. Après, je en pense pas qu'on puisse comparer la maniabilité d'une console portable à la maniabilité du génial pad de la 64.
Riskbreaker

le 29/02/2012
Pour moi la maniabilité c'est justement le pire défaut du titre.
Mais c'est lié à la console et non au jeu. Les boutons de la 3DS sont foutrement mal placés et font mal aux pouces et index en très peu de temps. Du d'y jouer plus de 2h d'affilée sans s'arracher les mains.

Pour le reste, on est d'accord sur à peu près tout.

Mais plus que noter le jeu de fond (ocarnia, chef d'oeuvre), je noterais ce remake bien en dessous de l'original.
Mikaya

le 28/02/2012
héhé ^^ ton avis fait plaisir à lire
je le prendrais le jour ou j'aurais la 3DS
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox