bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
Dossier

Où va Square Enix ?

Avant-Propos

« Il est très difficile d’atteindre le jackpot, comme ce fut le cas avant. Une fois que nous l’avons atteint, nous devons en retirer le plus de jus possible. » Cinq ans après cette déclaration, Yoichi Wada alors PDG de Square Enix, démissionnait de son poste suite à des résultats financiers catastrophiques. Le déluge qui a frappé les côtes de Square Enix après l’annonce des pertes effectuées sur l’année fiscale qui s’achevait en mars dernier a fait tomber des têtes. Les 134,9 millions de dollars de pertes auront donc coûté à Wada son poste, mais pas seulement.

Au-delà du Japon, les répercussions se sont fait sentir en occident. Aux plus hautes fonctions tout d’abord, puisque Mike Fischer, président de la branche américaine, a fait ses valises et s’est envolé vers des horizons plus prometteurs en devenant vice-président de la branche digital music and video chez Amazon Japon. Ensuite, les salariés n’ont pas échappé à quelques petits plans de restructuration en Europe et aux Etats-Unis. Square Enix UK et le studio de Los Angeles en ont fait les frais. La maison-mère s’en est implicitement justifié par « l’ineffectivité des forces de ventes aux Etats-Unis » sur trois gros titres édités par la boite que sont Tomb Raider, Sleeping Dogs et Hitman Absolution. On rappellera toutefois que l’Europe a compté pour les deux tiers des ventes de la compagnie.

Les raisons de ce fiasco sont bien connues et sont bien différentes de ce qu’a pu raconter Square Enix pour justifier ses échecs. De toute évidence, les attentes de vente sur ces trois titres étaient largement exagérées, ce que l’éditeur a quelque peu remanié en avançant que cela était entièrement de la faute d’une industrie occidentale « de plus en plus compétitive et oligopolistique ». L’ironie dans l’histoire étant que Square Enix a délibérément tenté de devenir un de ces acteurs qui favorisent un système oligopolistique en voulant imposer ses softs comme les franchises incontournables de la génération.

Ce sont donc les activités d’éditeur qui ont mis Square Enix dans la situation qui est la leur, surtout l’édition de titres à fort caractère occidental. Rappelons que Sleeping Dogs est développé par United Front Games (canadien), Tomb Raider par Crystal Dynamics (états-unien), Hitman Absolution par IO Interactive (danois). Maintenant, ne nous leurrons pas, le virage occidental pris par l’éditeur n’est que le symptôme de la maladie du développeur.


28/05/2013
68 active users (0 member, 68 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion