bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

7th Dragon > Articles > Review

7th Dragon

crpg nds japon
7th Dragon
Dragon Quest 666
En réunissant des personnalités de qualité, Kazuya Niinou (Game Designer d'Etrian Odyssey) se permet un petit tour de passe-passe et profite de l'expérience menée sur Etrian Odyssey pour offrir à nouveau à la Nintendo DS un pur RPG old school, à première vue répétitif et pourtant gravement efficace. Entouré par Rieko Kodama, l'esprit derrière les premiers Phantasy Star et Skies of Arcadia, et d'un character designer appelé Mota, illustrateur au style très proche de Yuuji Himukai (toujours Etrian Odyssey), Kazuya Niinou nous ressort toute sa science du RPG sans concession mais drôlement bien ficelé. On peut dire que l'homme n'a pas changé grand chose à sa recette pour nous pondre 7th Dragon, tant celui-ci partage des similitudes avec Etrian Odyssey, mais tout est ici mieux fignolé ; Etrian Odyssey était pourtant déjà un prototype de haute volée. Et alors qu'on attendait plutôt ce genre de soft chez Atlus, c'est Sega qui a récupéré le bijou (Kazuya Niinou ayant quitté Atlus peu après le développement de EO premier du nom).

Sink into Flowers, World

Kazuya Niinou rempile donc avec sa recette du RPG pour vieux routard qui n'a pas évolué depuis 1987, et nous pond à nouveau un scénario simpliste, prétexte à donjons. 7th Dragon prend place dans un monde contrôlé par les dragons et dont 80% de la superficie est rongée par le mal. 666 dragons ravagent en effet le monde d'Eden, qui est littéralement envahi par des milliers de fleurs carnivores, empêchant les habitants de sortir de chez eux. Le rôle du joueur est alors très clair : éliminer tous les dragons afin de faire disparaitre les fleurs malfaisantes d'Eden et ainsi rétablir les affaires politiques du continent, très en berne depuis qu'il est impossible de se déplacer.
L'histoire se veut simple et en retrait, mais elle propose une bonne continuité tout au long du jeu puisque les différentes villes sont liées par un contexte politique omniprésent : les villages et royaumes communiquent régulièrement entre eux et on a véritablement l'impression de voyager dans un monde cohérent.
Le scénario offre tout de même quelques moments de bravoure qui, en général, permettent de relancer de façon magistrale une histoire qui reste très souvent en arrière plan.
7th Dragon
7th Dragon
7th Dragon

Si l'on devait justifier la légèreté du scénario, on dirait qu'il laisse la place à l'exploration et à la liberté de mouvement à travers la carte du monde au lieu de nous happer la gueule avec 50 cut scenes à chaque coin de rue. En effet, le monde d'Eden s'offre au joueur dans toute sa splendeur dès le début du jeu, le continent pouvant être très tôt bougrement parcouru à la manière de Zelda ou Mother premiers du nom. Malgré tout, se mouvoir à travers le continent ne sera pas une promenade de santé puisque le monde est envahi de fleurs maléfiques qui font perdre à nos héros un peu (beaucoup) de vitalité au moindre pas. La sensation de liberté devient alors vite ambigüe puisque l'exploration, à priori totalement libre, est en vérité très limitée : on ne peut pas aller bien loin sous peine de perdre tous ses HP à vitesse grand V. On comprend bien vite que chaque mouvement sera synonyme de douleur ou de game over stupide, à moins de bien réfléchir à chacun de ses pas. Car en effet, chaque fois que l'on marche sur une fleur, celle-ci disparait. On pourra donc avancer, certes péniblement, en traçant son chemin à travers les fleurs, revenir se soigner à la ville, et poursuivre son épopée.

La quête principale avance de manière étonnante : le joueur devra débloquer des "missions" en parlant à certains PNJ ou en effectuant certaines actions. Les missions sont toutes indispensables au bon avancement de l'histoire principale. On peut, cela étant dit, avoir plusieurs missions en cours et les terminer suivant l'ordre de son choix. En général, l'objectif d'une mission est de débarrasser un endroit de ses dragons ou d'un boss maléfique, ceci afin de faire prospérer le contexte politique d'un royaume et de rétablir les relations entre les continents. En plus de ces missions, le jeu regorge de quêtes plus ou moins secondaires (certaines étant en effet indispensables à la progression de l'aventure) que l'on débloque de la même façon, en parlant au bon personnage un peu au hasard de notre voyage. Le nombre de quêtes disponibles est important, et beaucoup de PNJ nous parleront de leurs problèmes, certaines quêtes étant même liées à plusieurs personnages en même temps. L'idée est vraiment bien pensée, mais un détail vient gâcher le déroulement de ces quêtes et couper un peu le côté aventure et exploration du soft : chaque quête obtenue, avant de pouvoir être exécutée, doit être validée à la guilde que l'on aura nommé au début du jeu. Il faudra donc penser, chaque fois qu'une quête nous est proposée, à bien retourner dans un village afin de la valider par les instances supérieures. Pire encore, une fois la quête achevée, il faudra de nouveau retourner à la guilde pour aller pécho la monnaie. On est donc régulièrement dérangé par ces détours obligatoires si l'on veut parcourir toutes les quêtes.
Il y avait certainement moyen d'optimiser ce système et d'éviter au joueur tous ces détours ennuyeux.
7th Dragon
7th Dragon
7th Dragon

Land of Dragons and Flowers

7th Dragon est un jeu qui n'a de cesse d'agresser le joueur : les fleurs font perdre de la vie, les combats aléatoires sont nombreux, les Dragons aussi. De plus, le pic de difficulté entre chaque donjon est sans concession : le joueur ne se retrouvera jamais en situation de puissance mais pourra quand même progresser, avec frustration et persistance.

Les dragons, ou le réel fer de lance du jeu, sont au nombre de 666 et représentent les véritables ennemis du jeu. Etrian Odyssey avait ses FOE, 7th Dragon a ses dragons, à la différence près que les dragons sont omniprésents dans chaque donjon alors que les FOE étaient disposés avec parcimonie. Car dans 7th dragon, on croise pas moins de 40 dragons par donjon et ce qui faisait peur au début du jeu (croiser des ennemis surpuissants en pleine ballade) devient bien vite une habitude ; un côté affectif finit par s'installer. Dragon Quest premier du nom nous proposait d'aller saigner un unique dragon. 7th Dragon y fait référence avec humour et nous propose un Dragon Quest puissance 666.
Les dragons peuvent attaquer en groupe ou rejoindre un combat aléatoire. Surpuissants mais pas imbattables, on croise souvent le même type de dragons durant les différents donjons : la tactique à adopter finit par être repérée suivant le dragon. La stratégie à privilégier est le buff. En somme, au lieu de foncer tête baissée vers un dragon, mieux vaudra chercher le combat aléatoire sans difficulté et booster ses personnages en sort de statut en tout genre. Un indicateur affichera sur la carte de l'écran inférieur dans combien de tours le dragon le plus proche de vous débarquera en plein combat, soit le temps restant pour vous préparer.
Les dragons anéantis disparaissent de la carte et le compteur (il y a en effet un compteur qui indique le nombre de dragons restants) se met à jour. Attention toutefois, car les dragons peuvent revivre si l'on passe trop de temps à l'hôtel (ou au Love Hotel pour les petits coquins) sans avoir nettoyé définitivement l'endroit. Il vaut donc mieux courir un seul lièvre a la fois, et donc s'attacher à annihiler les lieux un à un.
7th Dragon
7th Dragon
7th Dragon

Underground Grotto

Ceux qui ont déjà tâté Etrian Odyssey connaissent la chanson tant 7th Dragon lui est similaire sur de nombreux points, notamment concernant le début du jeu.
À peine le jeu lancé, 7th Dragon Ball Z nous propose de créer nos personnages à la guilde. Les sept classes disponibles ressemblent pour beaucoup à celles de Etrian Odyssey : nous avons le choix entre Rogue, Mage, Fighter, Princess, Knight, Samurai et Healer. Évidemment, un bon management de l'équipe est indispensable tout au long du jeu, car il faudra souvent compter sur toutes les classes afin de vivre sa quête de façon optimale.
Petite différence avec Etrian Odyssey cependant, car 7th Blue Dragon ne propose de jouer que 4 personnages en combats au lieu des 5 de Etrian Odyssey. Le jeu ne s'avère pas plus facile ou déséquilibré pour autant, car les skills sont répartis de façon différente et les habitués de Etrian Odyssey devront légèrement repenser leur formation. Mais 7th Dragon Age Origins propose tout de même ses petites nouveautés : Rieko Kodama (Phantasy Star, Skies of Arcadia) nous a concocté un système similaire à celui de Phantasy Star IV (ou Chrono Trigger) pour ce qui est des attaques combinées, appelées ici Synergies. En somme, nous avons la possibilité d'utiliser deux personnages aux affinités de classe importantes (un Knight avec une Princess par exemple) pour créer des attaques généralement dévastatrices.

Chaque montée de niveau offre au personnage un point de compétence à attribuer dans un skill au choix. Comme dans Etrian Odyssey, il faudra augmenter certains skills de plusieurs niveaux afin de débloquer les skills les plus puissants. Mais 7th Dragon propose un arbre des skills qui montre l'arborescence de ceux-ci et qui apporte ainsi une ergonomie bien pratique, même si cet arbre de skill est rigide à souhait : on ne peut pas mélanger les classes ou les skills. En résulte donc le même problème que sur Etrian Odyssey : certains personnages finiront à la poubelle car le choix des skills est peu judicieux et se fait souvent de façon aléatoire lors de la première partie. Il faudra donc expérimenter.
Toutefois, nul besoin d'être parano, faites vous plaisir dans la répartition de vos skills : en effet, on trouvera vers le milieu du jeu un item pour remettre à zéro tous les skills points de son personnage. Attention tout de même, le jeu ne propose qu'une seule sauvegarde.
Cependant, quelques skills paraissent indispensables à booster le plus tôt possible, comme "Safe Walk" qui permet de réduire voire d'annuler (suivant le niveau du skill) les dégâts dus aux fleurs.
7th Dragon
7th Dragon
7th Dragon

Swords Bursting

Si les combats se déroulent de manière relativement classique, en restant très proche d'un Etrian Odyssey, 7th Dragon propose quand même quelques petites particularités qui rehaussent l'intérêt :
Le mode Ex (pour Exhaust), que l'on peut activer trois fois entre chaque repos (comme les HP ou MP, une fois les 3 EX utilisés il faudra aller se reposer à l'hôtel afin de recharger les batteries), permet ainsi de multiplier les possibilités de notre personnage en combat, puisqu'une fois utilisé, le mode EX accélère la vitesse du personnage (qui attaquera désormais presque toujours en premier), augmente de 150% la puissance des attaques, augmente la défense, augmente la qualité des sorts de soins ou de statut, et permet en plus de lancer une attaque spécialement conçue pour le mode EX. Ce "Special Ex Skill" est souvent dévastateur et n'utilise pas de mana. Il faudra donc apprendre à gérer au mieux ses 3 EX durant les longs donjons si on ne veut pas se retrouver vidé devant le boss du niveau et avoir à retourner au village au moment le moins propice. Les amateurs apprécieront également le fait que le mode EX permet de fuir de manière bien plus efficace, car la fuite marchera à tous les coups. Spéciale dédicace à Kanedo.

Le système de combat en lui-même emprunte également aux Megaten modernes (Nocturne, Persona 3) puisqu'il est possible d'obtenir un tour de jeu supplémentaire (appelé Extra Turn) suivant certaines conditions. Les différentes possibilités d'obtenir ce tour supplémentaire sont définies suivant la classe du personnage : par exemple le Fighter reçoit un extra turn quand il tue un ennemi, le samurai aura un extra turn s'il reçoit un fort taux de dégâts en un coup, etc.
Le jeu permet d'ailleurs aux beaux gosses et autres amateurs de techniques abusées de cumuler les extra tours si on refait la manœuvre pendant le tour supplémentaire déjà acquis. Il y a donc la possibilité de cumuler ad-eternam les tours supplémentaires si la technique est maitrisée.
La combinaison des skills et des classes est donc essentielle pour bien s'en sortir dans 7th Dragon, et pour profiter des particularités du gameplay. Comme énoncé plus haut, il y a même des skills qui se combinent spécialement entre eux, à la Phantasy Star IV ou Chrono Trigger, suivant les classes utilisées.
7th Dragon
7th Dragon
7th Dragon

Soaring the Heavens, Travelling the Oceans

7th Dragon, malgré son enrobage clairement rétro, laisse entrevoir une maitrise technique omniprésente.
Le jeu utilise des sprites 2D pour les personnages et une 3D relativement simpliste pour les décors. Pour autant, la 3D n'est pas à la ramasse, loin de là même. Les décors sont remplis de détails, les couleurs sont chaleureuses sans pour autant être agressives et kitsch, et les fleurs omniprésentes remplissent les décors tout en créant une atmosphère féérique, bien que parfois proche de la nausée tant ces fleurs sont PARTOUT et semblent entourer le joueur de tous les côtés. Ce qui fait surtout plaisir à voir, c'est la finesse graphique du jeu : tout est simple mais extrêmement élégant et détaillé. Cela crée d'ailleurs un contraste étonnant entre la difficulté du jeu et la bonhommie de l'aspect graphique. Les character et monster design mignons tout plein signés MOTA aident également à créer une atmosphère cohérente, une fois de plus très proche de Etrian Odyssey. L'aspect super déformé de nos personnage est à la fois super expressif et suffisamment générique, et crée parfaitement l'illusion d'avoir une équipe de personnages unique à chaque joueur et à chaque partie.
Durant les combats en vue subjective, nos personnages apparaissent rapidement pour asséner leurs coups dans un style cartoon et manga mignon à souhait, et les monstres sont parfaitement retranscris grâce à l'excellent monster design. Certains dragons sont d'ailleurs immenses et en imposent sévèrement. Par contre, et voilà bien le seul défaut d'ordre technique que l'on pourra faire à 7th Dragon, les monstres ne possèdent aucune animation et restent donc statiques du début à la fin d'un combat. Décevant, mais on se consolera en se disant, par dépit, que cela aide à créer cet aspect rétro qui colle à la peau de 7th Dragon.

C'est le fier Yuzu Koshiro qui signe la bande son de 7th Dragon. Bien que l'homme nous ait habitué à des pistes rock & roll avec Falcom ou à des trips oldschool sautillants sur Etrian Odyssey, il a décidé de créer ici une OST relativement fraiche, à la fois mélancolique, jazzy, et extrêmement élégante, mais qui pèche un peu par manque de dynamisme. Un comble pour l'homme qui a signé les énormes bandes son de Street of Rage. Le résultat final est donc un peu fade malgré quelques réussites par-ci, par-là. Bonne surprise cependant, un item disponible à la fin du jeu permet de passer la bande son DS en mode 8 bits qui rappellera les heures de gloire du bonhomme sur PC98 ou sur Etrian Odyssey. Un item salvateur qui redonne à la bande son tout son caractère enflammé et groovy, mais qui arrive un peu tard...
7th Dragon
7th Dragon
7th Dragon
Excellent RPG tout de même assez ciblé et exigeant, aussi dur qu'un Etrian Odyssey mais toujours réaliste, 7th Dragon remplit à merveille son contrat de RPG old school pas pour tout le monde. Comme Greg le millionnaire, 7th Dragon est dur de partout. Répétitif ? Non, addictif.
Fidèle à son "prototype" Etrian Odyssey, 7th Dragon propose un après-jeu (alors que la quête principale est déjà longue) assez conséquent puisque la fin du jeu ouvre l'accès à un nouveau donjon, des nouveaux dragons à anéantir et surtout un nouveau boss (et des nouvelles musiques !). Il s'agirait même presque d'un épilogue.
Quelques rumeurs promettaient une localisation au moins aux USA, mais il semble clair aujourd'hui que Sega ne laissera jamais sa chance à ce soft outre-Atlantique.

20/06/2010
  • Techniquement d'une grande finesse
  • L'exploration
  • La rapidité des combats et le rythme du jeu en général
  • Les combats efficaces et intéressants
  • L'univers cohérent
  • Le design !
  • Les dragons !
  • Les donjons prenants et pas forcément interminables
  • Les détours nombreux et obligatoires (et chiants) à la guilde
  • Pas d'animations des ennemis durant les combats
  • Musiques un peu fadasses
  • L'évolution des personnages un peu aléatoire lors de la première partie
8

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 3.5/5
STORY 2.5/5
LENGTH 5/5
GAMEPLAY 4/5
7th Dragon > Commentaires :

7th Dragon

8
7

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
4 commentaires
Yaone

le 12/10/2019
6
Un jeu qui me faisait de l’œil depuis sa sortie, mais n'a jamais quitté le territoire japonais. Heureusement que des gens sympa l'ont traduit dans une langue accessible.

Au final, il y a du bon : le système de combat, surtout qu'on peut les accélérer, les différentes classes possibles avec leurs capacités différentes (par contre, il faut bien choisir celles qu'on veut, c'est super long à monter), l'objectif d'éliminer les dragons (il ne m'en manquait que 18, la haine XD).
Et du mauvais : la lenteur des déplacements même avec l'accélération (sauf pour le bateau), le design des personnages (j'ai eu du mal à me décider qui prendre pour mon équipe), le système de quêtes où on ne peut prendre que trois quêtes à la fois et il faut aller l'activer et la valider dans une "agence", celle-ci n'étant que dans les grandes villes. Ça m'a bien cassé les pieds au point que j'ai arrêté de les faire, surtout qu'elles ne sont pas toutes intéressantes. Les donjons sont assez répétitifs aussi, d'autant plus que les combats aléatoires sont assez fréquents.
Côté des mitigés, l'histoire est simpliste, mais fait bien son taf pour ce jeu. En musique, il y a des bons morceaux comme des quelconques.
Le jeu m'a semblé difficile au début et contre quelques boss (pas le dernier XD), mais dans l'ensemble, ça allait.
En bref, un jeu sympa, mais répétitif.
Sphynx

le 23/02/2015
5

7th Dragon n'a jamais quitté l'archipel japonais, et en fin de compte ce n'est peut-être pas plus mal.

On aurait pu s'attendre à un digne héritier de la série Etrian Odyssey, il demeure cependant très en dessous. Graphiquement très décevant, je continue à me demander pourquoi les développeurs de jeux DS s'entêtent à utiliser une 3D fade sur un support qui la gère aussi mal. Scénaristiquement très simpliste aussi, le jeu est long. Ce pourrait être une bonne chose mais je l'ai pour ma part trouvé plus répétitif qu'addictif. Dur aussi, sans véritable raison. Tout n'est pas bon à jeter, certaines idées sont originales. Et surtout, le système de combat est très dynamique et plaisant. Mais un RPG, c'est un peu plus qu'un système de combat, même dans un Dungeon-RPG.

En bref, 7th Dragon est un jeu à peine correct, qui n'a rien d'inévitable à moins d'être un grand fan de son grand frère Etrian Odyssey.


+ Un système de combat dynamique et sympathique
+ La durée de vie

- La difficulté excessive et sans raison
- Très répétitif
- Graphiquement pauvre
- Un scénario très simpliste
anhhoi

le 05/08/2014
Edité le 04/10/2014
7
Le jeu n’étant jamais sorti hors du Japon, j’ai pu découvrir 7th Dragon grâce à sa traduction bénévole.
Le Game Designer d’Etrian Odyssey a participé à son élaboration.

Il y a sans doute un petit côté Etrian en effet.
Je pense notamment à la création d’une guilde, avec des classes un peu semblables (par contre l’équipe ne peut regrouper que quatre combattants en même temps, contre cinq dans Etrian Odyssey). L’évolution des personnages se fait de la même manière, avec répartition stratégique des précieux points de compétences octroyés à chaque montée de niveau.
De même, il est nécessaire de vendre les objets lâchés par les ennemis ou les produits de récoltes afin de débloquer les nouvelles armes et armures disponibles en magasins.
Lors des phases d’exploration, on retrouvera l’équivalent des F.O.E d’Etrian Odyssey, ces ennemis (sur?)puissants (les dragons, ici) signalés sur la carte et qui ont le pouvoir de s’incruster dans les combats déjà lancés.

Des quêtes peuvent être débloquées en parlant aux habitants (pas plus de trois quêtes en même temps, ce qui s’avère très vite trop restreint, sachant que certaines ne peuvent pas être réalisées avant d’avoir bien avancé dans l’aventure bien qu’elles soient déjà disponibles), quêtes qui ont beaucoup d’importance pour certaines puisqu’elles permettront parfois de débloquer des compétences spéciales nécessaires à l’avancée (je n’en dit pas plus pour garder la surprise).

7th Dragon évoque dans sa réalisation les bons vieux rpg japonais à l’ancienne (la créatrice de la saga Phantasy Star a d’ailleurs participé aussi au jeu), avec une vue de haut dans les villages et ennemis « immobiles » à l’écran lors des phases de combats.
J’ai été un peu déçu par les musiques, souvent assez quelconques je trouve, ce qui est décevant de la part de Yuzo Koshiro l’auteur des musiques de Street of Rage et The Revenge of Shinobi.

Le jeu est assez exigeant de par sa difficulté (combats aléatoires nombreux, impossibilité de sauvegarder sur la carte du monde, lieux infestés de plantes empoisonnées qui font baisser la barre de vie à vitesse grand V lorsqu’on marche dessus (sauf à utiliser une compétence limitant voir annulant les dégâts)).

L’histoire n’est pas follement originale mais bon, comme on dit, ça se suit, car le système de jeu est assez agréable.
Néanmoins la mécanique de jeu pourra sans doute lasser et sembler répétitive : arpenter des donjons en cherchant la carte et en essayant chaque fois de vaincre tous les dragons du lieu pour nettoyer la zone des fleurs empoisonnées.
Pour ma part j’ai trouvé le jeu plutôt accrocheur, la quête principale ainsi que les petites quêtes anexes.

J’ai très vite arrêté le « post-game » une fois le jeu achevé car il consistait en des combats incessants et assez costauds.
massafent
le 25/05/2010
10
c'est de la bombe!!!!!!!!!
56 active users (1 member, 55 guests, 0 anonymous member)
Online members: Bobmallet
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion