bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies > Articles > Review
Voir aussi

Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies

crpg nds japon
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Multi-Quest
Dragon Quest est une série de RPG culte au Japon et vieille aujourd'hui de plus de 23 ans. Ça a été l'origine de la popularité des RPG au Japon grâce à un système de jeu simple mais assez subtile et bien équilibré pour attirer l'attention et accrocher le joueur. Il est aussi intéressant de signaler que le trio créateurs Yuji Horii, Akira Toriyama et Koichi Sugiyama est toujours derrière ce neuvième opus, chose que l''on trouve rarement chez les autres vieilles séries de RPG encore présentes aujourd'hui. Alors que nous réserve ce nouveau draque ? Comment la recette a-t-elle évolué tout en gardant un bon rythme et un équilibre de jeu raisonnable ? C'est ce que nous allons essayer de voir a travers cette critique rédigée a partir de la version japonaise du jeu.

Step into a new Dragon Quest

Bien que la saga Dragon Quest appartenait à Enix et maintenant Square Enix, aucun épisode n'a été développé en interne. En effet, 4 studios différents ont bossé sur les épisodes de la série principale. Dans l'ordre: ChunSoft, Heartbeat, Arte Piazza et Level-5. Depuis Dragon Quest VIII, c'est Level-5 qui a repris le flambeau de la série.

La sortie d'un nouveau Dragon Quest a toujours été un événement. L'annonce de cet épisode sur la petite portable de Nintendo a pris tout le monde à contre-courant, surtout après un Dragon Quest VIII sortis sur PS2. La régression graphique avait de quoi faire peur. Le jeu n'a pas fait l'unanimité auprès des joueurs et ceci avant même sa sortie. De plus, les développeurs ont annoncé un revirement au niveau du gameplay, orienté vers le jeu en multi joueur et un système de combat à l'action RPG. Si dans la version finale, on retrouve toujours un jeu très orienté multi joueur, le système Action RPG a été abandonné. On y a échappé belle, il faut l'avouer.
Quatre années, c'est le temps que Level-5 a mis pour peaufiner leur bébé dont de nombreux retards causés par des changements au cours du développement.

Le jeu commence par l'inévitable case de création de votre avatar, le héros. C'est une première dans la série. Le joueur a la possibilité de créer son héros de toutes pièces : sexe, cheveux, couleur de la peau, yeux, taille... etc. Il n'y a pas énormément de choix mais suffisamment pour créer une tête originale qui correspond aux goûts de chacun.

S'en suit le début de l'aventure qui vous plonge dans la peau d'un jeune célestien, sorte d'ange gardien qui a la lourde tache de veiller sur ces êtres égoïstes et faibles que sont les humains. Lorsqu'il est prêt, un célestien se voit confier un village sur terre qu'il doit protéger. Le jeu commence par un didacticiel qui familiarise le joueur avec le système du jeu en effectuant des tâches basiques qui consistent à aider les habitants d'un certain village.
Mais les choses ne tardent pas à se compliquer et le joueur se retrouve dans la peau d'un ange déchu qui a perdu ses ailes, suite a un accident qui s'est produit dans le monde qui se trouve au delà des nuages. Vous êtes donc le dernier espoir des êtres humains.
Le jeu dégage une certaine poésie, une qualité d'écriture et simplicité chère à son auteur et qui a toujours fait la qualité de la série : précis et concis.

Le déroulement du jeu est très classique dans la pure tradition de la série : on entre dans les demeures des gens sans demander la permission, on pille le contenu des armoires, on détruit les barils pour récupérer des objets et les propriétaires ne sont jamais mécontents. On retrouve aussi le cycle jour/nuit introduit depuis le 3ème opus.

On ne se trompe pas sur la marchandise. En effet, on est bien dans un draque : ambiance, bruitages, tout le feeling ou presque rappelle aux habitués les heures passées sur les précédents opus.
Le jeu est découpé en petites histoires qui se trouvent liées par une trame principale qui se dévoile au fur et à mesure de l'aventure. On part à la chasse des monstres en accomplissant des quêtes : sauver une princesse, aider un village frappé par une malédiction, etc.
Il y a juste le début qui est peu conventionnel. Le reste c'est du archi classique.
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies

Dragon Quest again

Dragon Quest VIII jouait la carte de la claque graphique sur PS2. On se retrouve là avec un neuvième volet moins impressionnant techniquement (limitations du support obligent) mais les développeurs ont fait un travail remarquable au niveau de la réalisation et la modélisation des éléments du jeu. À ce niveau là, Level-5 n'ont plus rien à prouver. Ceci-dit, même si la modélisation des villages en 3D est impeccable et l'utilisation de sprites 2D (a la manière de Xenogears) pour les figurants est judicieuse, ça trahit des fois le style de la série, les monstres et personnages dessinés par Toriyama paressent fades, un Toriyama qui s’essouffle ces dernières années d'ailleurs on dirait.
Niveau reproches toujours, il n'est possible de faire pivoter la caméra que 45 degrés et l'affichage est sur un seul écran. A ce niveau, Arte Piazza ont beaucoup mieux géré que Level-5 sur les remakes DS. En effet, il était possible de faire des rotations à 360 degrés et l'affichage était sur les 2 écrans.
Mais le résultat final est plutôt convaincant. A défaut de coller parfaitement au style, ça adapte une modélisation sans fausse note et particulièrement impressionnante pour le support.

Coté musiques, comme d'habitude, le jeu ne possède pas énormément de pistes mais ça reste de de belles compositions.
Koichi Sugiyama, le compositeur vedette de la série est toujours derrière les musiques de cet épisode. A 78 ans, le bonhomme a toujours de l'inspiration et c'est toujours un réel plaisir de vivre l'aventure bercée par les mélodies symphoniques chères au monsieur.
Malgré le fait qu'il y ait du réchauffé et que le niveau soit en dessous des compositions des autres volets de la série, ça reste très agréable à écouter.

A première vue, le jeu aurait pu être le remake d'un ancien draque comme les précédents sur DS. Mais le nouveau titre de Level-5 s'en démarque à plus d'un détail, allant jusqu'à bouleverser certains codes que l'on croyait jusque là acquis.
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies

A Quest for glory

A présent parlons game system. Le développement des personnages jouables est basé sur un système de customisation complet qui couvre les équipements et les capacités allant jusqu'à créer les personnages jouables de toute pièce comme c'est le cas du héros.
Le jeu reprend le système de classe déjà apparu dans dans les épisodes 3, 6 et 7. Un système de classes ingénieux et complet qui offre une expérience de jeu vraiment différente du huitième opus par exemple. Le joueur a à sa disposition 6 classes de base plus 6 classes avancées qu'il pourra débloquer via des quêtes spécifiques. Chaque classe a ses restrictions : un prêtre ne pourra pas par exemple porter d'armure lourde.
Au début du jeu, chaque personnage est figé avec sa classe mais dès l'arrivée au classique Dharma Shrine, le joueur pourra changer de classe à volonté, chaque classe ayant sa propre progression. Comme dans Dragon Quest III, on reprend au niveau 1 pour chaque nouvelle classe mais le niveau de chaque classe n'est pas perdu puisque le personnage le récupère quand il décide de revenir à la classe en question.
Le développement est classique, suite à un level up un personnage voit ses stats augmenter en plus des points de compétences distribuables par le joueur comme bon lui semble pour apprendre des techniques, des magies, aptitudes passives ou d'augmentation permanente de caractéristiques. Ceci incite à changer régulièrement de classe pour bien développer les personnages.
Le changement notable dans ce système de classe se trouve au niveau des aptitudes. En effet, il y a désormais une séparation entre les magies et les skills. Les magies sont désormais indissociables des jobs auxquels elles sont associées. Un Guerrier ne pourra pas utiliser un sort offensif qu'il a appris quand il était mage par exemple. Les skills en revanche restent si on change de classe. Ces skills sont réparties en 2 catégories: les "weapon abilities" qui sont indissociables des armes correspondantes et les "jobs abilities" qui sont permanentes et qui donnent des boosts de stats.

Passons maintenant aux combats. Là on se retrouve en terrain connu avec des combats classiques au tour par tour régis par l'agilité de chaque personnage qui détermine l'ordre de l'action. On peut configurer les compagnons pour agir tout seul durant les combats. D'ailleurs, on peut saluer les choix de l'IA qui sont souvent pertinents.
En plus des commandes classiques on retrouve les "tensions", une fois le joueur boosté ça permet de déclencher une super attaque qui fait beaucoup de dégâts, sans parler du mouvement coup de grâce propre à chaque classe (sorte de limit break) qui se déclenche aléatoirement.

Niveau équipement, chaque personnage a désormais 8 slots et tout ce qu'il met est visible en temps réel. Les menus sont dans la continuités du 8, en plus modernes.
Level-5 oblige, l'alchimie fait son retour avec un nombre impressionnant de recettes. Recettes que le joueur peut obtenir dans des bouquins ou à l'issue des innombrables quêtes annexes. Sachant que les meilleures armes sont issues de cette alchimie ça change pas mal de données pour les habitués aux vieux Dragon Quest. Sans parler des ingrédients, souvent très fastidieux à réunir.
L’idée de l'alchimie est bonne en soi mais colle mal au système du jeu traditionnel au point de rompre son équilibre.
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies

Nine over three Quest

Puisque les nouveautés n'ont pas que des défauts, on va parler ici de la plus grosse nouveauté du jeu et qui fait son intérêt.
C'est le mode multi-joueur qui mobilise la plus grosse partie du jeu. Ce dernier a engendré de gros changements pour que ce soit faisable. Les combats ne sont plus aléatoires par exemple. En effet les ennemis sont visibles sur le terrain et il ne tient qu'à vous de les engager. Certains sont très agressifs, d'autres fonceront tête baissée alors que d'autres fuiront. Ça dépend du niveau et du type d'ennemi. Les Metal Slimes par exemple fuiront à la vue du joueur alors que certains monstres ne le lâcheront pas.
Le mode multi-joueur est très intéressant puisque tout le jeu est construit autour. Voici brièvement ce qu'il faut retenir de ce mode.
D'abord, ce mode est jouable uniquement en local. Il n'y a pas de multi-joueur en ligne. Ensuite toute l'aventure est faisable en multi plus pas mal de quêtes exclusives plus des échanges d'items et de cartes au trésor (treasure maps). Tous les événements de la quête principale en multi n'affecte que le hôte. Les guests retrouveront leur parties à son état quand ils retournent chez eux. Enfin, chaque semaine il est possible de télécharger via le wifi des quêtes supplémentaires, acheter des items dans wifi shop et même accueillir des guests connus des vieux draque qui vous offriront leurs équipements.
Lors de l'exploration des donjons, chaque joueur est libre dans ses déplacements mais si l'un des membres de l’équipe est engagé dans un combat, les autres peuvent le rejoindre pour l'aider. Le déroulement des batailles est classique sauf que chaque joueur ne contrôle que son personnage. Le jeu étant jouable jusqu'à 4 en même temps.
Ce mode multi-joueur ajoute un réel plus à l'aventure vu comment il est construit et bien pensé. Une réelle innovation au niveau du game system qui se paie le luxe de ne pas être juste un accessoire. A ce propos, Dragon Quest IX fait presque figure de rebelle au sein d'une série aussi conservatrice.
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies

A lacking main Quest

Quelques défauts du jeu ont été évoqués plus haut mais il y en a pas mal d'autres. Il faut savoir que la majorité des nouvelles idées apportées ne sont pas mauvaises en elles-même mais c'est le contexte et/ou la façon avec laquelle elles ont été intégrées qui cloche. Et là, c'est principalement Level-5 qui est pointé du doigt.

Commençons par l'histoire qui, si elle semblait originale au début, cette sensation s'évapore par la suite. Ça consiste en gros en un assemblage de petites histoires plutôt sympathiques. Mais c'est justement là le problème. Il y a que très peu de rebondissements. On perd l'aspect épique qui faisait la force de la série. Si on ajoute à ceci un contenu de la quête principale vraiment léger (donjons, challenges, déroulement en général) et un final peu convaincant, on ressort de l'aventure forcément déçu et ceci malgré la qualité de la narration.
Il y aussi un certain personnage particulièrement énervant. C'est cette espèce de fée appelée "Sandi" qui rappelle une certaine Navi en plus niaise et fouineuse avec un air et un accent de Shibuyette (version jap).

Le jeu est beaucoup trop cloisonné et linéaire(fausse liberté au début avec la création de l'avatar et l'incarnation d'un ange mais finalement cet ange ne peut ni voler ni faire ce qu'il veut), on est loin de la liberté d'un Dragon Quest III par exemple dont il s'inspire pourtant largement.
Comme dans le 8, les combats sont animées en 3D lors des attaques, ce qui rend les batailles moins rapides et surtout on se retrouve avec des situations des fois ridicules dues à la position des combattants par rapport aux monstres.
Cette vue en 3D constitue un gros point noir des combats. Level-5 aurait pu proposer l'option de choisir l'ancien système.
Un autre point qui frappe ici, c'est la facilité déconcertante du titre. Une difficulté à la portée du premier venu qui efface tout challenge durant la quête principale. Challenge qu'on retrouve durant certaines quêtes optionnelles, mais ça s’arrête là.
D'ailleurs parlant des annexes, ces dernières constituent plus de 90% du contenu du jeu. Du coup, on se retrouve avec énormément de quêtes inutiles pour meubler un certain vide.

Quant à la durée de vie, comptez environ 35 heures pour finir la quête principale et plusieurs centaines pour tout faire au vu du contenu immense du jeu en quêtes annexes et multi-joueur.

Comment un tel monument du RPG japonais allait-il assurer la transition au multi sans sacrifier son équilibre de jeu (rythme, difficulté), tout en touchant le public le plus large possible (syndrome des dernières générations), de l'intégriste qui exige son texte de 10 lignes suite à chaque level up ou avant une sauvegarde, au joueur occasionnel ? Et ben non, c'est précisément là tout le problème. Le jeu a voulu tout faire mais il n'a réussit à percer nulle part.
On s'est finalement retrouvé plus avec un dungeon crawler axé multi-joueur qu'un RPG classique. Une fois pris comme tel, le titre est excellent.
Du coup, à qui est adressé le titre ? Les fans de la première heure risquent d'être déçus par les changements peu convaincants. Les nouveaux joueurs ainsi que les joueurs occasionnels, eux risquent d'être perdus dans un contenu aussi immense. Le réel intérêt du jeu c'est son multi. Si ce mode vous intéresse, ça vaut bien le coup de prendre le jeu même si ça demande un exemplaire du jeu par joueur. Sinon vous risquez d'être déçus.
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies
Dragon Quest IX est la preuve qu'un jeu peut avoir des arguments purement techniques (graphismes, jouabilité/gameplay, son, durée de vie) aboutis mais qui s'essouffle très rapidement.
Déception, c'est ce qu'on retient après avoir fini le jeu. Après les nombreux changements au niveau du soft lors de son développement, on s'est retrouvé avec un draque qui ne sait pas sur quel pied danser : déroulement classique de l'aventure mais une quête principale assez faiblarde et très banale pour privilégier le multi joueur et surtout le contenu annexe en général. De plus, le jeu souffre de changements apportés par Level-5 qui ne sont pas toujours dans le bon sens avec un challenge en baisse. On se retrouve du coup avec un titre qui déçoit à première vue mais les amateurs de dungeon crawlers et customisation seront comblés avec un contenu immense et un gameplay toujours aussi intéressant.

08/01/2011
  • Une belle 3D sur DS maitrisée et fluide
  • Le game design bien pensé et équilibré
  • Les ajouts du multi et le online
  • La création et customisation des personnages
  • Le système de classes de retour plus parfait que jamais
  • Les à-côtés
  • Musiques sympathiques
  • Une durée de vie colossale pour finir le jeu à 100%
  • La quête principale assez faiblarde
  • Equilibre du jeu pas toujours respecté
  • Toriyama en petite forme niveau design des personnages et les monstres
  • Un draque qui manque de challenge
  • Les combats en 3D qui sont là pour brouiller et ralentir l'action plus qu'autre chose
  • Sandi, insupportable
  • Beaucoup de quêtes de remplissage
  • Où est passé le casino ?
6

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 3.5/5
STORY 2/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4.5/5
Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies > Commentaires :

Dragon Quest IX: Sentinel of the Starry Skies

6
7.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
25 commentaires
Elekami

le 09/05/2014
6_5
Je me suis ennuyé ferme sur ce Dragon Quest IX, dont le fond de la quête solo n'a que trop peu évolué au fil des opus.
L'histoire est toujours aussi peu intéressante, le gameplay n'a guère bougé, hormis l'ajout de jobs, sympathique mais néanmoins frustrant pour le level-up. La quête principale est longue mais laborieuse, et entachée par des musiques qui tapent très vite sur le système. Celles qui sauvent l'OST sont bien peu nombreuses...
Dragon Quest fait trop "carré" pour vraiment impressionner, il se range derrière des mécanismes classiques déjà vus et revus des centaines de fois et cela peine à donner de la saveur à une aventure au final assez fade, en dépit des qualités intrinsèques dont profite le jeu.
Selene

le 07/04/2014
7
Voilà un rpg que j'ai eu du mal à finir ! Je ne parle pas de la difficulté, la progression se fait sans encombres et pratiquement sans séances de level-up. Le problème, c'est le côté multijoueur qui enlève la possibilité de connaître une équipe attachante au profit de marionnettes sans vie (et oui jouer en solo du coup devient vite barbant).
De plus, les quêtes et le scénario sont très enfantins mais les graphismes sont très beaux pour de la ds.
PXL

le 21/07/2013
6
Et voilà ! Encore une fois avec les dernières productions japs, il m'a fallu plusieurs années avant de pouvoir me forcer à m'investir totalement dans un de leurs RPGs pour pouvoir le finir.

Jeu sympatoche, on résout des problèmes vitaux pour des petites communautés. Mais la trame principale est aussi fine que le fil d'un haricot vert Extra fin .
Le jeu est par ailleurs très facile (avec 3 gladiateurs et un prêtre). Et ce qui est finalement le plus laborieux dans ce jeu, c'est l'eternel Leveling. d'un chiant absolu surtout qu'il faut recommencer depuis le début dès lors qu'on change vocation.
Donc lourdingue de chez lourdingue et des persos avec un charisme égal à zéro puisque le jeu est destiné au multi. Donc quand on jour en solo, on récupère des persos (ou en créé), mais ils ne parleront jamais. Leur compagnie est d'une morosité absolue.

Sorti de tout ça, j'ai quand même passé une aventure distrayante avec un donjon final vraiment sympa.
LGF

le 06/02/2013
5
Je suis vraiment partagé pour ce Dragon Quest 9.
En vérité ce qui me dérange le plus c'est son éternelle ressemblance avec les autres opus. Même système de combat, même menus, parfois même musiques (ou du moins qui s'en rapprochent), même esthétisme. Si le tout garde son charme, j'ai tout de même ressenti une certaine lassitude et un manque de personnalité dans le titre.
Il y a bien cette grande nouveauté, l'aspect multijoueur et la personnalisation de nos compagnons. Je ne parlerais pas du multijoueur car je n'ai pas eu l'occasion de le tester et cela ne me donne pas très envie (pour un rpg classique au tour par tour... mais cela reste mon avis subjectif). Pour la personnalisation je suis prêt à reconnaitre les qualités de l'idée, autant dans le gameplay par le choix et le changement de classe que pour l’esthétisme des personnages. Mais le prix de ce système est très grand. En effet le scénario, qui pourrait s'avérer intéressant mais qui tombe dans une routine plutôt prévisible, ne prend pas en compte nos compagnons customisés. Ces derniers sont totalement transparent et ne sont utiles qu'au combat. En combinant cette donnée au mutisme du héros, on donne la part belle au personnage qui nous accompagne, une fée dont j'ai oublié le nom et qui me ferait regretter de navy de Ocarina Of Time.
La modification en temps réel des armures est une touche très intéressante. Il en existe une panoplie et toutes ont leur design propre très sympathique et très appréciable.
Je vais accorder (ou lui affubler?) la note de deux étoiles et demie pour caractériser mon partage.
Un Dragon Quest trop classique et parfois trop ennuyant, mais ce classicisme est éfficace et ce neuvième épisode n'est pas non plus à jeter.
anhhoi

le 11/01/2013
Edité le 11/01/2013
7
Si ce n'est pas mon épisode préféré de la saga, j'ai malgré tout accroché au système de jeu, même si certaines classes sont d'une utilité un peu douteuse (j'ai souvent monté des classes uniquement pour récupérer des points à répartir ailleurs).
Je n'ai pas eu la chance de partager ce jeu en multijoueurs (sans doute que l'expérience aurait été agréable) et je regrette que le scénario ne soit pas plus poussé (même si c'est toujours plutôt classique dans cette série).
Mais j'ai pris plaisir à monter ma petite équipe, à la bichonner, la faire progresser, et m'amuser à la fin à parcourir des donjons bonus et affronter des boss cachés.
Du classique mais pas désagréable.

PS: Mon gros regret: la fermeture de la VPC et donc l'impossibilité à présent de se procurer des objets rares et uniques que l'on pouvait télécharger quotidiennement dans le passé
CACgolf

le 18/05/2012
9
J'ai adoré ce jeu sur tout les points : graphismes, musiques, scénario...
L'inventivité des noms des monstres et des objets m'ont particulièrement plu (c'est mon premier Dragon Quest).
On en redemande.
GreyEsper

le 11/08/2011
Edité le 11/08/2011
8
Un très bon jeu! Des graphismes corrects pour une DS, une bande son plutôt sympa, une durée de vie colossale: DQIX est probablement LE RPG a possédé sur DS!

Malheureusement, DQIX est trop différent des autres opus pour qu'on puisse le considérer comme un Dragon Quest. Alors voilà, même si la plupart des nouveautés sont excellentes, elles n'ont pas leur place dans un DQ.
Exemple; les ennemis qui apparaissent à l'écran. L'idée est vraiment bonne, ça nous permet d'éviter les combats en cas de besoin ou si on n'a pas envie de combattre, mais c'est contraire aux DQs! En plus de ça, on tombe rarement sur plus de 2-3 ennemis à la fois, alors que dans les autres DQs on tombe rarement sur moins de 2 ennemis par combat.

Le problème c'est que DQIX vise un public plus large, et le jeu s'adapte en conséquence... Jusqu'à dénaturalisé le gameplay classique de Dragon Quest! Non seulement le gameplay est beaucoup trop moderne pour un DQ, mais en plus le jeu est devenu trop facile, et c'est vraiment dommage...

Bref, un très bon jeu! Mais avec un gameplay trop différent et une difficulté trop absente comparé aux autres DQs.
DQ, c'était décidément mieux avant...


Zeckfried

le 09/06/2011
7
En voulant moderniser la série, l'ogre SE à quelque peu défiguré cette vieille série mythique qui tenait uniquement par ses bases. Le huitième épisode les avaient sublimés en les dotant d'une technique bien supérieure aux précédents. Le neuvième tente d'ouvrir la saga au grand publique (voir au casual...). La première chose qui frappe, c'est la 3D, franchement pas au point sur DS. La personnalisation de l'équipe aurait pu être un plus si les autres personnages n'étaient pas aussi fantomatiques. Ensuite, le système de combat bien qu'un peu plus rapide que dans le VIII, n'est pas aussi efficace que celui des remakes DS. Il n'empêche que ce DraQue fonctionne comme tout les DraQue, au delà du multi assez gadget, on a une aventure longue et riche, toujours aussi légère et gardant l'esprit de la série. Bref, un épisode de transition espérons le.
Moua!
le 23/05/2011
10

Ce jeu c'est vraiment de la balle!!!!!

bonne pour les producteurs de jeu pour faire mieu que celui-ci !

en fin pour moi c'est vraiment un coup de


The White Angel
le 23/05/2011
10

Pour moi c'est le coup de foudre ^^ je n'ai jamais aimé autant un jeu!

les +:
-Le fait que les équipements se voient
-Le fait que l'on peut recruter Tulipe, Vanda et Bérangère
-Le choix personnel de créer soit même son héros
-Le graphisme magnifique et même presque féerique!
-Le mode multijoueurs

les -:
-Les personnages ne sont pas tous en 3D (c'est vraiment dommage)
-On ne peut pas faire un multijoueurs via la Wifi
-Les parrures et autres bijoux (dans les equipements) ne se voient pas!
-Les musiques ne sont pas différente celont la nuit et le jour (dans le map) et celon la ville
-(c'est mon opignon)Je trouve que cela serait vraiment pas mal que le joueur puisse monter à cheval ^^

Malgrès tous ces points négatifs cela reste le meuilleur jeu Dragon Quest et j'en suis à plus de 500h et je continue toujours!

PS: j'ai trouver un logiciel qui permet d'incarner Vanda Tulipe et Bérangère et là j'incarne Vanda et c'est vraiment cool ^^ !

Ma note : 20/20 ou 5*

< bon jeu à tous!


85 active users (1 member, 84 guests, 0 anonymous member)
Online members: mikkel
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion