bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Muramasa: The Demon Blade > Articles > Review

Muramasa: The Demon Blade

arpg wii amerique
Muramasa: The Demon Blade
The Demon Blades
VanillaWare... Pour beaucoup, ce nom est synonyme d'Odin Sphere et de jeux à la 2D magnifique. Le studio japonais ne tient bien sûr pas à faillir à sa réputation et revient donc en force avec son nouveau titre. Muramasa The Demon Blade est un Action-RPG dynamique sur Wii saupoudré d'une ambiance japonaise féodale. Design accrocheur, couleurs pastels superbes, gameplay abouti, Muramasa a-t-il seulement des défauts ?

Le pouvoir des Demon Blades

Deux destinés liées par la maîtrise du Oboro Style...

Momohime, princesse décédée, a vu son corps possédé par l'esprit d'un samurai, héritier de l'art ancestral du Oboro. Condamnée à le suivre dans sa quête dans l'espoir de récupérer son corps, elle va se retrouver face à une guerre des clans sans merci...

Keisuke, Ninja amnésique qui se retrouve soudain maître du Oboro Style va partir en quête de sa mémoire et de sa bien-aimée. Quels sont les évènements qui l'ont conduit à perdre la mémoire ? D'où vient cette maîtrise soudaine du katana ? Telles sont les questions qui parcourent son chemin.

Des cerisiers en fleur, une montagne enneigée, la chaleur des enfers et la lueur du paradis ne suffiront pas à arrêter ces deux destinés muées par leur volonté et le fil des Demon Blades...
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade

Oboro Style

Les combats sont indéniablement l'un des points forts de Muramasa. Momohime et Keisuke ont tous deux hérité du Oboro Style, ce style de combat unique et dévastateur qui leurs permet de manier les Demon Blade avec brio. Du côté joueur, cela se traduit par une bonne maîtrise des commandes de la manette. Le premier point est que vous avez le choix de choisir votre manette de jeu : le combiné Wiimote / Nunchuck, la manette classique ou la manette GameCube. Une fois votre choix effectué, un tutoriel viendra vous apprendre les rudiments du katana.

Pour commencer, il faut noter que Muramasa propose deux types de combats. Le premier mode consiste en des combats "habituels" pour un Action-RPG. Des ennemis sont répartis dans la zone que vous traversez et il faut les combattre. Ces combats sont assez minoritaires et ne représentent probablement que 10% des affrontements que vous rencontrerez. Le second type de combats, et le plus majoritaire, a lieu dans une aire délimitée par l'écran. Là il n'est plus question de parcourir la zone dans laquelle vous êtes pour tuer vos adversaires, comme dans Odin Sphere, mais de les affronter sur un espace défini. Dans ce sens Muramasa se rapproche plus de Princess Crown (aire fermée plus large) ou de RPG comme Tales of ou Star Ocean dans le principe (combats en temps réel dans une aire définie). Pour occire vos opposants, vous allez devoir vous servir de vos katanas et du pouvoir qu'ils renferment.

Tout d'abord, Keisuke comme Momohime peuvent équiper trois Demon Blade à la fois, et un accessoire complémentaire. Ces trois Demon Blade équipées seront celles que vous utiliserez lorsqu'un combat aléatoire interviendra. Il est impossible de changer son équipement en plein combat. Par contre, vous avez la possibilité de changer d'épée parmi les trois à tout moment. Cette possibilité renferme plusieurs avantages. Le premier est que ce changement s'accompagnera d'un "Quick Draw" (une sortie rapide), une attaque qui touchera tous les ennemis à l'écran. Cette attaque efficace se recharge au bout d'un certain temps ou lorsqu'une de vos épées se casse, ce qui m'amène au second point. Les Muramasa ont beau être des épées d'une puissance remarquable, elles n'en restent pas moins fragiles. Chaque katana possède une jauge baptisée "Soul Power". Cette jauge une fois vide entraînera la casse de votre épée. Ce ne sont pas les coups qui font descendre la jauge de Soul Power, mais l'utilisation que vous faites de votre arme. Parer une attaque ou renvoyer un projectile avec consomme l'énergie vitale de votre lame. Comme votre épée est aussi bien une arme de défense que d'attaque, lorsqu'elle est brisée votre défense sera nettement moins efficace et vos HP seront vite malmenés. L'autre facteur qui va faire décroitre le Soul Power de vos Muramasa est l'utilisation des attaques spéciales. En effet, comme dit plus haut, chaque Katana renferme un pouvoir spécial, une attaque puissante parfois combinée à un élément qui consommera une partie de son énergie. Il faut donc les utiliser avec parcimonie car une fois que vos trois épées ont été cassées, le combat devient très difficile voire ingérable.

Heureusement les Muramasa sont des épées magiques qui, lorsqu'elle sont rangées dans leur fourreau, se régénèrent. Toute la tactique des combats consiste donc à jongler entre les katanas afin d'en avoir toujours un en bon état pendant que les autres se rechargent et ainsi ne pas se retrouver à la merci des ennemis. Heureusement, certains objets vous permettront de restaurer la jauge de Soul Power. Vous trouverez également des Soul, qui rempliront votre jauge de Soul Power, disséminées dans les différents lieux que vous visiterez. Vous en obtiendrez aussi en tuant vos adversaires qui laisseront derrière eux leurs âmes. Il est important de bien se servir de tous ces paramètres avant d'affronter l'un des boss du jeu, qui sont d'une prestance incroyable et qui demanderont bien souvent une tactique définie pour les vaincre.
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade

Muramasa le forgeron

Tout le pouvoir du Oboro Style réside dans la maîtrise et l'acquis des Muramasa. Pour cela, vous devrez vous servir des Katanas obtenus au cours du jeu afin d'en créer de nouveaux via la forge. Pour forger de nouvelles épées, vous devez naviguer sur l'arbre des Muramasa et les débloquer au fur et à mesure, pour cela vous aurez donc besoin de la bonne épée de départ, mais aussi du bon nombre de Soul Power et de Spirit. Votre possession totale de Soul Power est amputée d'une partie lorsque vous créez une nouvelle arme, il faut donc bien ramasser les Soul dans le jeu et ne pas trop fuir les combats. La jauge de Spirit quant à elle est déterminée par votre alimentation. Chaque objet de soin utilisé augmentera votre Spirit d'un certain nombre de points. Toutefois, cette utilisation a une limite de taille car chaque objet de soin augmentera aussi votre jauge d'appétit. Tant que cette dernière n'est pas vide, vous ne pourrez pas "manger" un autre objet de soin ce qui peut vite être un problème en combat. Le plus simple est encore d'aller dans l'un des restaurants afin de se payer un bon repas qui améliorera votre Spirit. Si vous préférez manger en solitaire, vous avez la possibilité de cuisiner vous même vos petits plats via le menu, en vous servant des livres de recettes et des ingrédients achetés au cours du jeu.

Forger se révèle essentiel : c'est le seul moyen d'obtenir des armes plus puissantes. Dans le jeu, les boutiques ne vendent que des objets, des ingrédients pour la cuisine et des accessoires à équiper mais vous ne trouverez en aucun cas des armes. La majeure partie des accessoires est à trouver dans des coffres ou en tuant des boss optionnels et une bonne partie des Muramasa nécessaires à la complétion de l'arbre de forge s'obtient de la même façon. Outre le côté collection et augmentation de puissance, il est nécessaire de forger toutes les épées si vous voulez avoir accès aux différentes fins du jeu. Chaque scénario propose trois fins alternatives et pour voir la dernière, il faudra posséder les 108 Muramasa. Si la première fois finir chaque scénario demandera une dizaine d'heures, il en faudra entre 25 et 30 pour finir le jeu dans sa globalité, en comptant les phases de level up nécessaires pour réussir les combats optionnels.
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade

Le Japon féodal à la sauce VanillaWare

L'histoire de Muramasa se déroule dans un Japon féodal ce qui va nous permettre, pour notre plus grande joie, d'explorer différents lieux variés issus de cette période. La touche VanillaWare et sa 2D pastel superbe, déjà présente dans Odin Sphere et Princess Crown, rend hommage aux décors du jeu. Que ce soit dans les prairies, les villages, les forêts de bambous ou les monts enneigés, on en prend plein les yeux. C'est beau, c'est magique, c'est enchanteur et tous les décors sont parsemés de petites animations qui nous donnent l'impression d'être devant un tableau vivant. Les tableaux sont intégralement en 2D avec parfois une possibilité d'aller dans "le fond" du décor pour prendre un nouveau chemin à la manière d'Odin Sphere. Bien sûr, les phases d'exploration ne servent pas seulement à admirer le paysage, elles servent aussi à découvrir les Soul et objets cachés dans les contrées visitées. Votre route vous amènera dans divers villages, l'occasion de se réapprovisionner en aliments, en objets ou encore de s'attabler au restaurant pour un bon repas. Un peu plus tard dans le jeu, vous pourrez également vous faire transporter d'un lieu à un autre, ou vous baigner dans les sources chaudes régénératrices en parlant aux bonnes personnes.

Si l'on est assez libre d'aller et venir dans l'espace ouvert, le jeu est assez dirigiste dans sa progression. En effet, la plupart des autres endroits de la carte du monde ne seront accessibles si, et seulement si, vous avez la bonne épée pour briser la barrière qui en protège l'entrée. Chaque barrière est d'une couleur définie (rouge, jaune, bleue, bleue claire, violette, verte, orange et blanche) chacune ne pouvant être brisée que par la bonne Muramasa. N'espérez donc pas pouvoir sauter une étape ou faire des boss dans le désordre. Les donjons optionnels sont également protégés par une barrière de couleur. Mais avoir la bonne Muramasa pour y entrer ne suffit pas souvent à avoir le bon niveau pour réussir le donjon. Pour plus de sécurité, un message s'affiche lorsque vous essayez d'y pénétrer vous indiquant le level recommandé pour réussir l'épreuve qui vous attend à l'intérieur. La seule exception à la règle sont les barrières blanches qui ne seront elles déblocables qu'une fois le jeu fini une première fois. Elles renferment les accès à des lieux bonus pour chaque scénario, des boss optionnels et les challenges les plus relevés.

Toute cette quête est accompagnée de musiques qui sonnent justes, qui varient selon les lieux et rendent justice à l'environnement graphique qui nous entoure. Pas inoubliables certes, elles s'accordent néanmoins avec justesse à la situation. Mention spéciale pour les musiques des Boss qui sont superbes. Il faut aussi signaler que tous les doublages ont conservés les voix japonaises originales qui sont superbement interprétées. Un vrai bonheur !
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade

La tâche de sang

Muramasa frôle la perfection. Dommage que quelques petits défauts viennent assombrir cette œuvre. Le premier point noir est que la partie de Keisuke est beaucoup plus basique dans son approche. Alors que les boss rencontrés par Momohime vous demanderont une certaine stratégie, la quasi-totalité de ceux rencontrés par Keisuke pourront être vaincus en matraquant le bouton attaque. Dommage sur le coup, surtout lorsqu'on commence le jeu avec Momohime. Autre point sombre du côté de la partie de Keisuke, on fait rapidement beaucoup d'allers-retours pour se rendre d'un endroit à l'autre alors que le chemin de Momohime se fait de manière plus fluide et plus naturelle.
La principale déception vient tout de même des parties optionnelles que l'on débloque en brisant les barrières blanches. Ces dernières donnent accès à de nouvelles zones, tout du moins pour le personnage car elles ne sont pas si nouvelles que ça. En y accédant, on se rend vite compte que l'on visite les lieux de l'autre scénario et qu'on y affronte les même boss. Dommage, un petit effort aurait pu être fait de ce côté-là d'autant plus que ça renforce l'impression de redondance des ennemis, qui ne sont pas très variés avouons-le.
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa: The Demon Blade
Muramasa est un régal pour les yeux et un régal à jouer. VanillaWare réitère l'exploit Odin Sphere avec un A-RPG prenant, superbe et nerveux. Muramasa fait partie de ces jeux qui nous émerveillent par leur réussite et leur parti pris. Même si quelques petits défauts viennent légèrement ternir le tableau, on prend son pied. On le prend tellement qu'on collectionne les Muramasa et l'on débloque les donjons optionnels afin de découvrir les six fins différentes.
Muramasa est un Must-Have pour les fans de RPG et de bons jeux tout court !

25/10/2009
  • Les graphismes superbes
  • Le design magnifique
  • Les boss impressionants
  • Les Muramasa
  • Le gameplay
  • Trois fins différentes par personnage
  • Les allers-retours sur le scénario de Keisuke
  • Les ennemis peu variés
9

GRAPHICS 5/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 3/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 4/5
Muramasa: The Demon Blade > Commentaires :

Muramasa: The Demon Blade

9
7.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires eswiiu [0]
31 commentaires sur Wii
Golden Leaf

le 26/08/2019
9
Voilà un jeu qui envoie du bois - ou plutôt, du bambou - si l'on excepte quelques répétitions dans les décors. L'ambiance est fantastique, les combattants sont agiles et rapides, et la difficulté est largement modulable grâce aux différents niveaux de difficulté. La bande-son est signée du grand Hitoshi est la rejouabilité est maximale.

C'est superbe.
Luigi

le 01/05/2018
8
Après Odin Sphère ps4, j'ai lancé Muramasa su Wii... J'ai aussi la version ps vita/ps tv avec les dlc mais les couleurs (pastel) sont plus sympa sur Wii. Donc ce sera le jeux principal sur Wii et les dlc sur ps tv
La version WII est en français avec les voix originales qui sont géniales (jinkuro et Momohime) !!!
Niveau graphisme c'est jolie mais après Odin Sphère ps4 sur mon rétro c'est pas top ... Espérons une version HD/4K dans le futur ....
D'un point de vue gameplay on est proche d'OS, c'est un super BTA/RPG. Le temps de jeux est conséquent, peu de lecture et de l'action à profusion. Les BOSS sont top et les ennemis en général sont agréables à combattre. Je l'ai fait en mode difficile (à part un BOSS) et c'était le pied !
Je l'ai finit en 16h avec Momohime et je vais aussi le faire avec le deuxième perso en speedant car seul les Boss changent entre les 2 perso. La collecte des épées est un plaisir et les essayer une à une est jouissif !
Je vais speeder car honnêtement la répétitivité extrême et les aller retours me gavent !!! Le pire c'est la musique qui est pas mal en général mais ça gave grave à la longue...
Je vais prendre le temps de terminer avec le deuxième perso et de faire les dlc mais après je vais faire un break avant de commencer Dragon's crown ... En Septembre la version pro sur Ps4 sera probablement en promo sur le psn

MAJ: Terminé en 26h pour les deux scénarios. Il est ensuite possible de continuer en refaisant les boss et les defis souches pour avoir toutes les épées et les fins alternatives...
Le deuxième run avec kisuke a été largement plus fun. Les armes sont plus sympa, les Boss mieux faits même si moins forts et quelques nouveaux environnements sympa. La fin que j'ai eu etait aussi sympa (résurrection).

Au final un vrai bon jeu qui aurait put être meilleur en corrigeant quelques erreurs...

Maintenant je vais faire les dlc sur pstv
Selene

le 07/04/2014
8
Visuellement c'est une grande claque ! Du coup, je regrette qu'il n'y ait pas assez de paysages différents. Les 2 héros évoluent quasiment dans les mêmes environnements alors que leurs 2 scénarios n'ont rien à voir.

Gros coup de coeur pour l'histoire de Momohime.
vernes

le 13/12/2013
6
Un BTA de 20 heures c'est long aussi beau soit-il -_- .
Yoda

le 28/08/2013
7
J'ai pris le jeu car mon entourage m'en parlait avec grande éloges.
Et après l'avoir bouclé j'avoue avoir été bluffé par tout le côté artistique du jeu qui indéniablement est une véritable claque et l'ambiance est au top mais sorti de ça je n'y ai pas trouvé mon compte, le système de combat c'est du BTA et je ne suis pas un grand fan du genre, certes les nombreux sabres à récolter au fur et à mesure de l'aventure avec chacun leur finish move donne un peu de renouveau mais ça ne suffit pas, au bout de quelques heures la lassitude pointait le bout de son nez et les décors ont beau être somptueux j'avais le sentiment que tout comme le système de combat, ça se répétait.
J'ai tout de même finit le jeu mais ça ne fut que par petites sessions et au final je n'en garde pas un très bon souvenir.
L'aventure fut tout de même agréable et dépaysante dans ce somptueux japon médiéval mâtiné de mythologie mais tout de même bien trop répétitif.
Ynaki

le 02/02/2013
Edité le 02/02/2013
8
Oboro Muramasa (avec la voix grave style samuraï !)

Pour ma part un très bon jeu que j'ai fais d'une traite !

* Déjà niveau esthétique, je l'ai déjà dis mais Vanillaware maitrise clairement la 2D.
Je me suis surpris plusieurs fois à m’arrêter sur certains panoramas artistiquement éblouissant.
* Une OST à nouveau signé par Hitoshi Sakimoto qui fait clairement le travail avec des sonorités très propre à l'ambiance du jeu.
* J'ai beaucoup apprécié les références culturelles sur l'histoire du Japon (l'ère Edo, les youkaï, les tengu...)
D'ailleurs on constate que le bestiaire est relativement varié et cohérent.
* Niveau gameplay c'est simple, c'est jouissif, sa répond bien, c'est fluide, c'est instinctif, pas de temps mort pour des combats très rythmés.
* Le scénario quant à lui est efficace et très bien conté sans s'imposer.
Quelques rebondissements sont de la partie notamment à la découverte des fin 2 et 3 des deux héros. D'ailleurs les 2 héros (Momohime et Kisuke) partage un peu ce système de "destinée commune" qui était déjà présent dans Odin Sphere. Probablement une marque de fabrique de Vanillaware. Pour ma part, j'ai une petite préférence pour le scénario de Momohime.
* Le jeu présente un bon challenge sans être insurmontable (mode Shura) et le end-game (repaires et barrière blanches notamment) donne une bonne difficulté supplémentaire avec à la clé des bonus plutôt.....craqués? Bon pas loin en tout cas^^

Quelques petits reproches cependant:

* La répétitivité des décors et des musiques un peu trop présente (là où avec Odin Sphere ce défaut était dû au recyclage des décors pour chaque persos, dans Muramasa cette répétitivité ce ressent au sein d'un même scénario ce qui est dérangeant pour ma part).
* La monté de niveau O_o, level 99 sans forcer (même si le level dans ce jeu sert plus de prérequis que de réel gain de puissance et de défense).
* Pas mal de sabres qui passe à la trappe vers la fin vu la vitesse à laquelle on les débloque, un peu dommage.
* Le scénario qui reste classique et en deçà de celui de Odin Sphere pour ma part.
* Quelques soucis de traductions ?!?

Pour conclure, j'ai plus apprécié ce jeu pour son gameplay que son histoire même si elle reste efficace, mais je garde une préférence pour Odin Sphere.
peacecraft

le 06/01/2013
5
Un jeu que j'ai trouvé moyen, très moyen. Certes c'est joli mais c'est super répétitif, et au final la première heure passée, on s'ennuie plus qu'autre chose et on trace pour arriver au prochain boss. Les tableaux sont les mêmes tout le jeu, le scénario est peu passionnant et compréhensible. Bref, pas top et j'étais plutôt pressé de le terminer.
peppermint

le 27/12/2012
Edité le 15/06/2013
8_5
J'ai pris plaisir à parcourir un japon féodale illustré par de superbes graphismes. Les musiques renforcent incroyablement l'ambiance de tout ces superbes endroits que l'on traverse.
La maniabilité des combats est excellente et donne place à des combats à la fois nerveux et fluide. C'est un vrai plaisir que d'aller combattre. De ce fait, le côté un peu répétitif des combats ne m'a pas vraiment dérangé.
Le système de forge est réussi et bien exploité.
Le scénario n'est certes pas ce qui se fait de plus original et n'est pas très dense, mais comme l'ambiance du jeu est particulièrement réussi, le jeu n'en reste pas moins très immersif.
heavenly

le 03/07/2012
Edité le 07/08/2013
6_5
+: Graphisme 2D SPLENDIDE !!
Systeme de combat bien dynamique
Ambiance "japon médiévale" parfaitement restituée

-: Scénario un peu confus par endroit (traduction fr limite...)
Combat redondant à la longue


Jeu très agréable au final qui coule tous seul mais, en ce qui me concerne, pas la tuerie que certain annoncée... dommage !!
MeDioN

le 11/03/2011
7_5
Muramasa est certes le Vanillaware le plus abouti techniquement (quelle 2D et quelle animation !) et au système de combat le plus intéressant, mais aussi le jeu le moins poétique et celui qui possède le scénario le moins intéressant. Assez court (18h pour voir le bout des deux aventures, 28h pour tout faire) malgré les nombreux allers-retours superflus, il ne récompense pas vraiment les nombreuses heures nécessaires pour voir les 4 fins annexes, qui sont absolument sans intérêt, et les croisements entre les scénarios sont plutôt superficiels.
Un bon jeu bien défoulant, mais dont j'attendais un peu plus.

+ 2D magnifique
+ Animation sans faille
+ Combats dynamiques et nerveux
+ Système de forge

+- Bande son assez jolie, mais nettement en deça de celle des précédents jeux.

- Scénario décousu et pas très intéressant
- Diablement répétitif, et trop d'allers-retours
64 active users (2 members, 62 guests, 0 anonymous member)
Online members: Bao, Saraphrodite
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion