bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires > Articles > Review
Voir aussi

Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires

trpg psp amerique
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Be brave
Si on étudiait la population des joueurs de RPG, on pourrait surement en dégager trois grandes catégories principales : le casual (ou joueur du dimanche, aussi appelé "el noobo") qui touche au genre de temps en temps, le joueur assidu qui finit les jeux sans se prendre la tête, et puis le hardcore gamer (aussi appelé "el loco"), qui aime à finir ses titres à fond quoiqu'il arrive, par delà l'ennui, la lassitude et parfois la folie. Avec ses petits moyens, Idea Factory a bien compris qu'elle aurait du mal à attirer les deux premières catégories, et s'est spécialisée dans les RPG bien lourds et exigeants. Parmi eux, Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires, portage sur PSP du deuxième opus de la saga sorti initialement sur PS2, qui débarquera à la fin du mois en Europe via le PStore, près de 4 ans et demi après sa sortie américaine, et quelques jours après sa sortie sur... Android !
Une longue attente, pour un jeu qui a reçu un accueil plutôt mitigé à sa sortie...

La Guerre de sept ans

Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires nous plonge au cœur d'un grand conflit entre les humains et les démons qui dominent depuis des années le Neverland, monde bien connu des fans d'Idea Factory (à peine avais-je écrit cette phrase que je me suis immédiatement demandé si ça existait...). Mais la grogne monte dans les rangs des hommes, de plus en plus nombreux. Ne supportant plus les agissements des démons, qui n'hésitent pas à bruler les villages et profiter de la populace locale, ils commencent à se soulever et à fomenter une révolution pour reprendre le contrôle du continent, pleins d'espoir.
Le début de ce qui sera désormais connu sous le nom de "Guerre de sept ans".

Le point fort du titre réside dans le fait d'être complètement plongé dans une grande guerre, que l'on va vivre à travers les yeux de tous les protagonistes : l'Empire de Simba (humains), l'Empire du Neverland (démons), et enfin une petite armée neutre qui cherche à venir en aide à la population, l'armée de libération de Rozess. Chaque fin et début de chapitre donne lieu à un grand résumé des manœuvres et opérations passées en présentant les trajets et les batailles sur la carte du monde, pour marquer les grandes périodes de la guerre. Des passages particulièrement réussis.
Une grande guerre sanglante qui comptera son lot de trahisons, embuscades, manipulations ou assassinats de sang froid. Le jeu restranscrit parfaitement les choix cornéliens auxquels les protagonistes seront confrontés, en adoptant un point de vue totalement dénué de tout manichéisme.
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires

Boost your PSP !

Mais il faut l'admettre, le premier contact avec ce T-RPG est plutôt brutal... Temps de chargement trop fréquents qui peuvent vite rendre fou un moine tibétain (la moindre phrase d'un dialogue donne lieu à un chargement, hallucinant) et ralentissements accompagnant presque chaque action (même le petit coup d'épée anodin), et il n'y a qu'un moyen de profiter du jeu : Custom Firmware, overclock de la PSP et jeu installé. Gageons que la version PStore à venir règlera quelques problèmes, mais il faut être bien conscient que les chances d'apprécier le jeu en y jouant sur une PSP brute avec l'UMD original sont très minces.

Une fois ces quelques réglages de routine effectués, la désactivation des animations et des déplacements (oui, j'insiste, à moins que vous aimiez passer 20 minutes pour chaque tour...), on peut enfin se lancer sérieusement dans le jeu, et les premiers pas sont plutôt convaincants. Alors que les critiques lues ici et là étaient majoritairement négatives, je suis accueilli par des graphismes réussis, un chara design au top, des musiques superbes (l'absence de doublages dans cette version passe presque inaperçue), un début d'intrigue captivant, une mise en scène bien travaillée, et surtout un gameplay incroyablement complet. Création d'objets, de magies, recherche de lieux grâce à des infos glanées ici et là, combinaisons d'attaques seul ou à plusieurs pour d'énormes combos dévastateurs, exploration de petites villes, liberté dans le choix de déroulement des évènements selon l'armée choisie, rien ne manque. Et contrairement à ce que l'on voit souvent, tout est à exploiter pour pouvoir avancer sans encombre dans le jeu.

Les premières heures sont vraiment entraînantes, l'alternance des trois armées brillante, et je commence à me demander comment le jeu a pu être descendu à ce point. Des joueurs du dimanche trop mauvais qui n'ont rien compris au jeu, forcément. À leur décharge, les tutoriaux du jeu sont quand même assez légers par rapport à la profondeur du gameplay, mais avec de la bonne volonté, on s'en sort sans problème.
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires

KEEP COOL

Après une vingtaine d'heures de jeu, je commence à revoir mon jugement. Les batailles inutiles s'enchainent sans relâche, les séquences de scénario se font un peu rare, les trois mêmes musiques tournent en boucle inlassablement, et je supporte de moins en moins de voir mon héros glisser sur le sol dans les villes de façon ridicule, rendant le tout immaniable...
Heureusement, l'ambiance, le défi des combats qui demandent un vrai investissement et la perspective de changer la "classe" de mes nombreux personnages tous plus "classes" les uns que les autres me tiennent en haleine, avec le secret espoir que le jeu ne soit pas trop long ou qu'un renouvellement inattendu tombe du ciel. Oui, malgré les antécédents du développeur, j'aime rêver et je suis d'un optimisme débordant.

Plus de quarante heures se sont maintenant écoulées, l'espoir fait place à un désespoir triste comme un plat de fajitas sans piment. La moindre amélioration ou création d'armes impliquent des heures de combats dans les lieux annexes pour récupérer les fameux et indispensables EP (la signification n'a aucune importance dans le propos), que je ne peux plus encadrer. Cela fait maintenant deux jours que je n'ose relancer la PSP, et la moindre évocations des initiaux "SS" me fait frémir, ramenant mes heures de jeux douloureuses en éclipsant totalement les heures sombres de l'Histoire, qui me parait bien dérisoire (même dans les moments difficiles, je sais toujours faire de grandes rimes)...
Pourtant, l'envie de voir la conclusion de cette grande guerre me pousse et me porte, il y a un charme mystérieux à cette aventure à rendre fou, et à force de courage, je continue, je prends des jours à améliorer mes armes, mes skills, et j'arrive à transformer de cuisantes défaites rapides en véritables luttes acharnées qui voient mes héros survitaminés résister aux attaques dévastatrices des boss tous plus dangereux les uns que les autres.

Et me voila après 90h de jeu - dont les trois quarts furent allègrement consacrées au leveling et à la récupération de mes amis les EP - au bout du chemin. Enfin, la libération, l'aboutissement d'une vie de joueur de RPG : je me présente face au boss final, prêt à en découdre vaillamment sans peur !

Un game over rapide et 10h de leveling plus tard (l'habitude, désormais...), je me replonge dans les combats précédant ce fameux combat de clôture (oui, il faut parfois refaire toute une succession de combats lorsque le dernier est trop compliqué pour notre armée actuelle, c'est chouette non ?), et entrevois enfin mon Graal, la fin !
Mais la fin n'était en fait que le début...
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires

True ending, true gosu

Car en voyant la fin piteuse que le jeu m'avait généreusement octroyé, j'ai senti comme un problème. Gamefaqs étant mon ami, j'ai compris que j'avais obtenu la fin du looser, celle du joueur du dimanche n'ayant absolument rien calculé au jeu. Celui sur qui je crachais honteusement dans ma vie précédente. En vérité, il y a une façon précise de faire le jeu, et chaque choix d'armée aux moments cruciaux amènent vers une branche différente.
Mais obtenir la fin ultime sans guide est illusoire, tant l'ensemble est compliqué et sans réelle logique. Je décide donc de m'y atteler avec une bonne FAQ en utilisant le NG+ que le jeu propose généreusement et qui simplifie grandement l'expérience. Et je découvre une toute autre expérience. J'ai droit à de nouvelles scènes (avec de nouvelles musiques !) qui rendent le scénario plus complet et sans creux, je récupère des personnages dont je ne soupçonnais même pas l'existence, et je profite enfin du système de jeu que j'ai fini par totalement assimiler.
À vrai dire, ce n'est que là que le jeu révèle enfin tout son potentiel, et les quelques 40h passées sur le NG+ se révèlent une expérience totalement différente et vraiment plaisante.

Si le jeu avait été mieux équilibré, moins exigeant, mieux optimisé pour la console et plus accessible dès la première partie, nul doute qu'il aurait été l'un des indispensables du genre sur la console. Cela fait beaucoup de si, tout de même...
Au lieu de ça, il n'attirera que les joueurs un peu fous qui n'ont pas peur de perdre des heures de leurs vies dans des combats mécaniques et sans intérêt pour voir le bout, tout en prévoyant dès le départ de le faire une deuxième fois pour vraiment en profiter.

Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires, c'est un peu l'école du hardcore-gaming, à l'ancienne, à la dure, et comme la France, on l'aime ou on le quitte. Moi, j'ai décidé de l'aimer, et je dois concéder que j'ai déjà recommencé une partie sur la version Android, prêt à pleurer dans le métro en voyant un boss me tuer mes six personnages en une attaque...
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires est un jeu incroyablement riche et prenant. Malheureusement, en plus des lacunes du portage qui obligent à customiser sa PSP, il est trop exigeant et mal équilibré pour vraiment convaincre une majorité de joueurs, et ne se destine qu'aux hardcore gamers qui sont prêts à s'investir plus d'une centaine d'heures. À ce prix seulement le jeu dévoilera ses plus beaux atouts...

24/01/2011
  • Alterner trois armées dans un grand conflit
  • Ambiance réussie
  • Système de jeu incroyablement complet
  • Le design
  • Belle bande son...
  • ... pas assez variée
  • Optimisation pour la PSP proche du néant
  • Trop de combats inutiles obligatoires qui plombent le plaisir
  • True ending (chemin de loin le plus intéressant) impossible à obtenir sans FAQ... et trop exigeant en premier run
  • Maniabilité désastreuse en ville
6.5

GRAPHICS 2.5/5
SOUND/MUSIC 3/5
STORY 3.5/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4/5
Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires > Commentaires :

Spectral Souls: Resurrection of the Ethereal Empires

6.5
5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires and [0] ios [0] pstore [0] wphone [0]
1 commentaire sur PSP
Fei

le 17/05/2010
5
+ Le chara-design
+ Une tonne de personnage, la plupart bien réussi
+ Une bonne OST dommage qu'elle ne soit pas plus variée

+- Du challenge presque trop par moment (surtout pour la true end)
+- Graphiquement correct
+- Tactical de base, pas beaucoup d'originalité

- Une true end impossible sans guide
- Trop de combat, mal rythmé
- Une histoire bof bof
- Ville morte, moche et similaire
- Gestion de l'inventaire et des upgrades mal fouttue
52 active users (0 member, 52 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion