bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Breath of Death VII: The Beginning > Articles > Review
Voir aussi

Breath of Death VII: The Beginning

crpg pc internet
Breath of Death VII: The Beginning
Tales of an incredible, amazing, marvelous, prodigious, astonishing and revolutionary adventure
Le 8-bits est à la mode. Un peu comme une réponse à la course et à la surenchère technologique qui sévit depuis le début de ce millénaire, il défend son lard à l'aide de pixels et de musiques rétros, et se permet même un retour en force sur tous les plans (d'ailleurs, vous n'avez pas entendu parler de la Post-it War ?). Déclaration d'amour d'une génération élevée aux gros carrés pour certains, volonté de surfer sur la vague de la nostalgie à moindre coûts pour d'autres, le monde du jeu vidéo voit de plus en plus de softs arborer la robe du old school. Un hommage et une passion que les gars de chez Zeboyd Games font perdurer, avec "un jeu comme dans l'temps, mais un peu beaucoup parodique", qui fleure bon les années 80.

Bienvenue à Zombieland

Ce qui devait arriver arriva : une énième guerre plus tard et l'utilisation d'une mystérieuse arme de destruction massive, l'homme a enfin condamné son existence, et par la même occasion celle de toute trace de vie sur terre. Un bonheur pour un malheur, faute de vie ce sont les morts et autres créatures fantastiques qui sont dans la place. Zombies, fantômes, squelettes, orcs j'en-passe-et-des-meilleurs investissent donc la planète bleue - qui plus est débarrassée de tous soucis potentiels (adieu problèmes de démographie, de répartition des richesses, de DSK et du CAC 40 !) - et sont bien contents de désormais avoir la paix. Une paix dont Dem, chevalier squelette aphone et caricature de héros ne peut profiter, car il reçoit l'ordre du narrateur tout puissant de se démerder pour "percer les secrets du passé et savater les forces du mal" ; en effet, un peu benêts d'avoir été devancé par les humains pour déclencher l'Apocalypse, les démons décident de raser ce qui reste de morts-vivants et de vivants-morts, au moins pour la forme. Voilà donc notre sac d'os lancé à l'aventure malgré lui, rejoint de force par Sara, fantôme historienne qui aime se faire des films, Lita la vampire geek et Erik le prince zombie au fort accent français.

Inutile de chercher un scénario où il n'y en a pas dans Breath of Death VII, d'ailleurs même une feuille de PQ paraitrait encore bien vide après y avoir écrit l'histoire en intégralité. Plus qu'à un RPG, on a ici affaire à une parodie de RPG qui fait très vite comprendre dès les premières minutes qu'il n'y a rien à prendre sérieux. Le jeu est truffé de répliques et de références toutes aussi idiotes les unes que les autres, s'amusant même à régulièrement tacler ou exagérer des éléments du RPG devenu banaux et surtout clichés depuis le temps : ainsi on forcera le joueur à se taper un passage dans les égouts sous prétexte que c'est un passage aussi énervant qu'obligatoire, ou on se foutra de lui lorsqu'il obtiendra l'arme ultime, étant donné que battre ce boss-caché-ultime la possédant prouve que l'on avait déjà un groupe de demi-dieux. On rigolera également beaucoup de Dem, notre héros aphone, qui verra toujours ses pensées ou ses idées interprétées aux antipodes de leur sens initial. Le titre du jeu n'échappe pas non plus à la règle, référence à la fois à la série Breath of Fire et à Final Fantasy 7, l'auteur s'étant dit que s'inspirer de jeux aussi populaires pouvait être sympa ; inutile de chercher les 6 précédents, donc. BoD VII se fend d'un humour caustique et plaisant, pour peu d'accrocher à une comédie masquant un scénario fait de vide, et qui parlera plus aux vieux briscards du JRPG qu'aux jeunots.
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning

Classique, linéaire, moche

L'un des maitres mots de Breath of Death VII, c'est "rapidité" ; et pour cause, il ne faudra pas plus de 6 heures pour en venir à bout. Tout dans le jeu a été conçu pour freiner un minimum le joueur, aussi bien en combat qu'en exploration. L'exploration, parlons-en justement : on baladera donc Dem et ses acolytes sur une worldmap tout aussi 8-bitienne que le reste du jeu, en enchainant villes et donjons sans que de réels soucis se posent. Tout est très basique et linéaire. Une exploration néanmoins conçue de manière à elle aussi troller et faire bisquer le joueur, en le faisant chercher moults passages secrets pour accéder à des coffres bien visibles, qui contiendront alors une symbolique pièce d'or ou de l'équipement surpuissant. Sans parler de tous les butins que Dem, homme squelette de principe, ne prendra pas : après tout c'est déjà très malpoli de rentrer chez les gens sans frapper, alors piquer leurs biens et se tirer comme un voleur est hors de question. Petite particularité avec toutes les cartes que visitera la joyeuse troupe, puisque chacune d'entre elle (world map incluse) disposera d'un nombre limité de combats ; une fois la limite atteinte, plus de combats aléatoires à craindre, et l'exploration peut se faire sans sourciller. Et si néanmoins on réclame quand même bastonnades, on peut lancer des affrontements depuis le menu, limite atteinte ou non ! Idéal pour faire une pause farming entre deux tannées de boss, souvent très costauds et qui cassent le rythme, les combats étant très généreux en piécettes et expérience. Et comme si ça ne suffisait pas, de nombreux points de régénération sont également présents (et sont souvent synonymes de *tada*... boss fight), sans parler du fait que l'on peut sauvegarder à tout moment.
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning

Les combats quant à eux sont à l'image de l'exploration et des graphismes : basiques. Ils prennent la forme d'un tour à tour classique sur un simple fond noir, où seuls les ennemis apparaissent à l'écran, Dragon Quest stylez, ennemis qui n'échappent pas à la règle de la re-coloration générale pour en créer de nouveaux. On choisit donc les actions de nos personnages entre attaque / défense / magie / technique / potion (seul objet consommable du jeu !), et parfois en utilisant la commande "Union", demandant deux personnages ou plus pour effectuer une action, gourmande en MP mais aux effets plus efficaces que la normale. Quelques subilités sont néanmoins présentes, avec notamment un système de combo, dont le compteur est variablement incrémenté après chaque attaque d'un personnage, et qui va déterminer la puissance de certaines techniques, vital contre les boss car représentant une force de frappe non négligeable; ou un système de level-up qui fait choisir à chaque fois entre deux capacités ou statistiques, idéal pour créer son équipe bien à soi, cette customisation prenant fin autour du niveau 30. Il est toujours possible de leveler après, mais les gains seront alors les mêmes quel que soit le choix.

Je parlais de rapidité un peu plus haut, et bien les combats eux mêmes encouragent également à faire vite et bien, et à déployer tout son sens tactique. Et pour cause : à chaque fin de tour, la puissance des ennemis augmentent de 10 %. Et les tours défilent rapidement. On a très vite fait de se retrouver face à un monstre capable de détruire en un coup ses personnages, voire tous ses personnages lors de combats de boss. Rapidité qui sera également prise en compte dans le regain de MP à la fin du combat, ces derniers étant une denrée précieuse (à l'inverse des HP qui sont toujours régénérés).
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning

Des pitits carrés partout

Comme vous l'aurez sans doute remarqué au fil de la review, ce n'est pas par ses performances techniques que le soft brille, préférant se draper d'une robe toute pixelisée et riche en couleurs tout droit sortie des années 80. La réalisation est très austère dans son ensemble, les environnements visités sont plus que classiques, le jeu est vraiment radin en effets et artifices, et pourtant cette sauce où le pixel est roi prend agréablement même après plus de deux décennies d'existence ; grande prudence pour les afficionados des polygones et autres textures dernier cri, le choc pourrait être sévère (mais quel bon joueur de RPG jugerait majoritairement sur les graphismes, hmm ?)

Même constat pour la bande-son du jeu, dont les pistes se comptent littéralement sur les doigts des deux mains. Elle fait son travail d'ambiance correctement sans jamais être trop envahissante, et les musiques la musique de combat est particulièrement réussie, son remake pour les combats de boss également. Le jeu offre également un minimum de replay value par la présence de plusieurs modes de difficulté, et un mode Score Attack, consistant à boucler le jeu avec le niveau le plus petit possible pour maximiser son score.
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning
Breath of Death VII: The Beginning
Une bonne petite surprise que ce Breath of Death VII. Parodie de RPG classique dans le fond et la forme, ce soft pas piqué des vers surprend par son humour bien trempé, ses mécaniques sympathiques et sa réalisation aussi arriérée que charmante. Un soft idéal pour s'éclater entre deux gros RPG ou le temps d'un week-end, ses 5-6 heures de durée de vie pour cause. Pour à peine 2€ le jeu, il serait idiot de passer à côté, d'autant plus que pour le même prix, un bundle avec son grand frère Cthulhu Saves The World est disponible.

03/10/2011
  • Le charme 8-bits
  • L'humour
  • Des mécaniques bien pensées
  • Juste 2 € !
  • C'est quand même très court
  • Rythme du jeu en dents de scie
  • Attention, c'est quand même très old-school
6.5

GRAPHICS 2.5/5
SOUND/MUSIC 2.5/5
STORY 4.5/5
LENGTH 1/5
GAMEPLAY 3/5
Breath of Death VII: The Beginning > Commentaires :

Breath of Death VII: The Beginning

6.5
6.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires xla [0]
6 commentaires sur PC
Kray7

le 16/05/2013
8
une grande jouabilité. graphiques que j'aime le plus, des techniques pas très difficile, histoire linéaire et de la nouveauté, humour souvent présent

I like it!
Zapan

le 23/12/2011
6
Sympatoche petit RPG stylé 8 bits.

L'ambiance est fun, à prendre au second degré, le jeu se laisse aller tranquillement jusqu'à son terme.

C'est très classique, à la façon d'un DQ pour les combats et les déplacements.

Gros bémol pour moi : le coté labyrinthique des dongeons, vu les éléments qui se répétent on se perd vraiment!

Second bémol : il n'est pas long. Remarque ça évite de se lasser.
Luckra

le 18/11/2011
6
A la fois hommage et satyre des RPG 8 bits, BoD VII est un bon petit jeu court mais amusant. Rien à redire pour le casting avec ses répliques excellentes ou le scénario qui enchaine les parodies des clichés du genre. Les musiques sont aussi de très bonnes factures (même si elles ne sont pas 8 bits). Dommage pour le gameplay un peu trop simpliste et calqué sur Dragon Quest.
Anthemis

le 15/08/2011
6
BoD VII est une aventure sympathique.
Un RPG qui parodie le genre dans un enrobage 8-bits, forcément faut adhérer à l'humour pour accrocher au soft ( bien qu'au final rien ne soit à jeter, le gameplay étant basique mais pas mauvais, les musiques quant à elles sont simplement bonnes, puis le soft est assez court et jamais rébarbatif... ).
Bref un bon petit soft à se faire en un Week End.
Faizon

le 23/07/2011
6
Amusant clin d'œil aux classiques du J-RPG, ce BoD VII:TB est une aventure heureusement courte, car rapidement fastidieuse, proposant quelques idées amusantes, et qui amuse le temps de quatre à cinq heures de jeu. Le tout manque un peu de rythme et, au final, de réelle inventivité, pour faire la différence ; néanmoins, à ce prix réduit, ce serait faire la fine bouche que d'appuyer trop lourdement la critique.
Riskbreaker

le 17/07/2011
7
Bon, ok.

La troisième guerre mondiale a éclaté. Tous les humaines sont morts... d'ailleurs toute forme de vie est morte (sauf les arbres). Les zombies, eux, sont peinards, ils prospèrent et ont repeuplé les villes. Tout va bien dans le monde des morts-vivants quand quelques démons montrent le bout de leur queue.
Et là, ouf, un squelette héros montre le bout de son nez. Il s'appelle DEM, c'est lui que l'on contrôle, et sans le vouloir, il va sauver le monde. Wouhou, nice, let's go !

Premier point amusant et drôlement bien trouvé : DEM est aphone (normal pour un squelette dirons-nous). Du coup, les autres personnages interprètent ce qu'il dit, allant souvent à l'encontre total de ce qu'il pense. Quiproquo dans tous les sens, idée original, ça commence bien !

Et puis ça enchaîne direct, on parodie tous les éléments du RPG, mettant un point d'honneur à accentuer chaque élément, se moquant de tout et de rien. C'est jouissif, souvent très drôle, et l'habitué du genre se plaira face aux critiques second degré du soft. Par exemple, lors de notre arrivée dans les égouts, on se retrouve tout de suite face à un texte introductif : "Un copyright de tous les RPG : les égouts. Un passage aussi énervant qu'obligé, désolé.". Ca donne le ton, n'est-ce-pas ?

Pour le reste, c'est du basique.
Graphismes 8-bits, level-up super rapide, combats sommaires à la Dragon Quest + ajout d'un système d'union (très basique aussi), décors sommaires et peu renouvelés, scénario basique et vite expédié... Bref, on ne cherche pas vraiment d'intérêt de ce côté ci. Surtout que certains boss peuvent donner du fil à retordre et imposent de crawler véritablement chaque zone pour disposer d'un niveau suffisant. Bref, on farm, on tue un boss, on court à la zone suivante, et ainsi de suite.

L'aventure se boucle en 4-5h et même si quelques éléments améliorant le replay value sont disponibles (mode hard et mode score), on y reviendra que très peu.

Reste au final un titre qui vaut le coup d'être joué, ne serait-ce que pour ses dialogues excellents, ces caricatures toutes plus exquises que les autres du RPG jap, et ses personnages au caractère trempé très attachants. C'est court mais bon, et pour le prix, il ne faut vraiment pas le louper. A bon entendeurs....
83 active users (0 member, 83 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion