bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Final Fantasy Type-0 > Articles > Review

Final Fantasy Type-0

crpg psp japon
Final Fantasy Type-0
Agito XIII
Le projet Fabula Nova Crystallis aura probablement été un des plus ambitieux et compliqué de Square Enix. Entre un Final Fantasy XIII controversé après un long développement et un Versus XIII qui se fait toujours attendre, la compagnie s'attire de plus en plus les foudres de ses fans. Agito XIII, jeu original pour PSP faisant partie intégrante du même projet est enfin disponible sur le sol japonais.
Renommé entre temps Final Fantasy Type-0, justifiera-t-il toute cette attente ?

Le héros légendaire

Le contexte de l'histoire se situe dans le monde d'Orience qui est divisé en quatre grandes nations. Chacune de ces nations possède un cristal qui apporte la prospérité, et un traité de paix fut signé pour éviter tout conflit. Le Maréchal Cid va profiter d'un concours de circonstances pour mener l'assaut sur les autres nations, fort d'une technologie avancée. La guerre fait donc de nouveau rage et Suzaku, la capitale de Rubrum, n'échappera pas à la tourmente. C'est dans cette cité - qui possède une académie d'apprentissage à la magie - que nous débutons l'histoire, sous les feux ennemis.
Plus particulièrement, nous suivons la classe zéro qui va se retrouver en première ligne. Des ados qui, d'après une ancienne légende, rêvent de devenir le héros légendaire Agito qui aurait le pouvoir d'empêcher un étrange phénomène de compromettre l'avenir d'Orience. Mais toute légende a sa source, et il se pourrait que les évènements prennent une tournure encore plus tragique que ne le laisse supposer cette guerre.

Le scénario de Type-0 est particulièrement complexe. Les causes sont multiples et tirent leurs forces du background incroyablement riche du jeu. Plusieurs royaumes, des dizaines de personnages principaux et des centaines de personnages secondaires émaillent le récit. Ajoutons un soupçon de mysticisme avec de vieilles légendes, un univers apocalyptique sous fond de guerre et nous avons tous les ingrédients d'une histoire riche.
Malheureusement, ce genre de choix ambitieux part souvent dans tous les sens au risque de perdre le joueur qui ne sait plus comment restructurer les évènements. Ici, les scénaristes ont opté pour une structure où les chapitres sont racontés par un narrateur et le joueur ne jouera que les phases importantes qui auront une incidence majeure sur le conflit. Ce choix est un moindre mal car il n'empêchera pas quelques difficultés dans l'appréhension de certaines scènes, notamment celles qui font la passerelle avec Final Fantasy XIII.

Pourtant, la recette fonctionne grâce à une écriture qui va mettre en avant une émotion très particulière. Nous sommes dans un univers en guerre et absolument tout ce qui est sous nos yeux ne raconte que des horreurs presque banalisées par une trop grande quantité de violence. Les justifications ne sont pas toujours pertinentes, les bons sentiments n'ont pas leur place et on a parfois envie de tout contredire dans les décisions pour finalement se dire que, d'un certain côté c'est compréhensible. Il en résultera une émotion dérangeante et d'une extrême froideur qu'à ma connaissance peu de RPG japonais ont su proposer, en tout cas certainement pas un jeu estampillé Final Fantasy.
Car qu'on se le dise, Type-0 c'est l'envoi d'une "bande de gamins" à l'abattoir, des ados qui pensent être tout-puissants et que rien ne leur est impossible. Quand ils vont remettre les pieds sur terre, ils constateront les dégâts, des éléments destructeurs qui remettent en cause même leurs convictions. De ce côté là, les scénaristes ont indéniablement maîtrisé leur sujet pour un FF qui n'est pas vraiment "tout public".
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0

Le Chant du Cygne

A l'heure où la Playstation Vita prend la relève, la PSP tire sa révérence technique avec Type-0 qui pousse la petite machine un peu plus loin dans ses retranchements. Vous me direz, c'était le minimum avec près de six ans de développement mais cela n'atténue pas la qualité incroyable de la réalisation. Un habillage bien calibré et des cinématiques certes moins riches en texture qu'un Advent Children mais indéniablement mieux mises en scène, on en prend plein les yeux pour notre plus grand plaisir. Il suffit de voir certaines séquences spectaculaires avec des invocations sublimées à leur paroxysme pour s’en convaincre.
Le jeu tient sur deux UMD et on le comprend vu l'ampleur du travail sur la 3D. Des personnages très détaillés qui bénéficient d'une animation soignée, des invocations splendides et des décors parfois raffinés (un peu du niveau de The 3rd Birthday) avec des effets de lumière convaincants, pas de doute, nous sommes en présence de la plus grosse production PSP. Le jeu propose une carte du monde et de multiples phases distinctes qui permettent de mieux apprécier le travail des graphistes, notamment grâce à un framerate très rarement mis à défaut.

Pourtant, toute cette surenchère de qualités est plombée par quelques éléments disgracieux. Le bestiaire qui n'est ni très varié ni très volumineux, des environnements trop souvent recyclés, un manque de couleur indéniable (même si c'est en phase avec la froideur du contexte) et surtout une caméra qui joue avec nos nerfs. Oui, car si on comprend qu'il va être difficile de la contrôler (déplacement au stick, la croix de direction pour la caméra) à cause de l'ergonomie même de la machine, ça n'explique pas les errements avec le système de lock.

Quelques problèmes qui méritaient d'être mentionnés mais le résultat demeure tout de même très plaisant et place Type-0 au top techniquement sur le support. A noter que le jeu permet une installation partielle sur memory stick (un peu plus de 500Mo), indispensable si vous ne voulez pas craquer devant les longs et nombreux temps de chargement.

Porté par la grâce

Avec un tel tableau, on pouvait se demander comment s'en sortirait la bande-son. Rassurez-vous, elle est parfaitement dans le ton, entre les compositions de Takeharu Ishimoto (avec le concours de Rieko Mikoshiba) qui proposent des pistes pêchues et les musiques grandioses jouées par le Sydney Symphony Orchestra, nos oreilles sont aux anges. A ce titre, une mention est délivrée au morceau du staff de fin, un chef d'œuvre de huit minutes. Maintenant, il faut aussi reconnaître que le thème principal, même s'il est brillant, est un peu trop exploité. Je vous invite à consulter la Radio en page d'accueil pour quelques musiques.

Niveau doublage, rien à dire. Si tout n'est pas doublé, nous avons des acteurs parfaitement dans le rythme avec d'ailleurs quelques noms prestigieux parmi le casting. Les bruitages ont bénéficié d'un soin qui fait plaisir.
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0

Un système original

Nous sommes ici en présence d'un jeu qui propose de multiples phases de gameplay. Nous retrouverons la phase dominante qui est typée Action-RPG, nous avons des phases de STR (stratégie en temps réel) avec des combats soit aléatoires (comme sur la carte du monde) soit avec des ennemis visibles et par conséquent évitables.

La structure du jeu en elle-même est découpée en chapitres. Lorsque les évènements de la narration prennent fin, vous êtes à Suzaku avec un temps limité jusqu'à la prochaine mission. Ce temps permettra de faire des quêtes pour les PNJ, des missions optionnelles, de débloquer des "events" spéciaux, de glaner des objets, d'augmenter vos statistiques en cours, de gagner des niveaux d'expérience... Vous ne pourrez pas tout faire dans la première partie puisqu'il y a plus de possibilités que de temps et qu'il est parfois nécessaire de changer le personnage que l'on contrôle (il y a 14 personnages jouables).
Quand le temps imparti est écoulé, c'est le moment de partir en mission. Pour se préparer c'est assez simple puisque tout est au niveau du point de sauvegarde. Vous pourrez y modifier vos équipements ainsi que monter vos compétences et skills avec les points obtenus grâce à l'expérience. Vos personnages s’équipent d'armes et d'accessoires (il y a des vendeurs un peu partout dans Orience) mais également de leurs skills (jusqu'à 3). Les skills sont propres à chaque personnage et on constate avec joie que tous les personnages sont différents : Trey est archer, Deuce est barde, Jack est samourai, Rem est magicienne, Nine chevalier dragon... Chaque personnage possède son arme de prédilection et le gameplay peut complètement changer même si les commandes, elles, ne bougent pas. Vous pourrez aussi opter pour les très couteuses magies du jeu qui sont divisées en catégories : artillerie légère, fusil à pompe et bombe (au début). Par exemple pour une magie de type feu, le premier projette une boule de feu, le deuxième arrose de plusieurs projectiles et le dernier forme un rempart de flamme autour de vous. Toutes ces magies augmentent leurs attributs grâce à l'AltoCrystarium en échange des âmes que vous récupérez sur le corps de vos victimes.

Les missions classiques sont des phases d'Action-RPG où vous êtes comme dans un Donjon-RPG. Vous avez un petit plan via l'inventaire qui permet de voir où vous êtes et quelles zones renferment des objets. Les objectifs sont assez variés mais on retrouve souvent le schéma qui amène à faire son chemin jusqu'au boss. Dans ces phases, vous ne pouvez diriger qu'un seul personnage et les autres sont gérés par l'AI assez médiocre du jeu, avouons-le. Cette dernière peut être améliorée en invitant d'autres joueurs dans sa partie (à hauteur de maximum 3 minutes, et qui n'est pas accessible aux possesseurs de PSP-1000) ou alors activer une option pour que le jeu fasse apparaître des joueurs factices de niveau aléatoire.
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0

Vous avez donc un bouton pour l'attaque, un pour chaque skill/magie, un pour le lock, un type d'objet à stocker et c'est parti. Simple en pratique, le système fait en revanche appel à une très bonne dextérité et un bon sens tactique, d'autant qu'on ne peut pas changer de protagoniste à la volée, ils doivent mourir pour puiser dans la réserve. Du coup, les têtes brûlées vont souffrir dans ce jeu où un soldat lambda peut vous tuer en deux coups de baïonnette, alors je ne vous parle même pas si vous êtes pourchassés par deux Behemots... Heureusement, la maniabilité frôle l'excellence et il y a le système "phantom" qui, par l'intermédiaire d'un bref macaron, nous montre un point faible dans le gimmick adverse permettant de le rosser en un coup (à répéter sur les boss ou les ennemis coriaces pour les affaiblir temporairement). Autre possibilité choisie au préalable avant mission, l'attaque trinité qui offre divers bonus à l'équipe ou les eidolons. Ifrit, Shiva ou encore Odin pourront offrir leur service pendant un court laps de temps en échange de la vie d'un des élèves. Particulièrement puissantes et qui se contrôlent comme un personnage normal, les invocations bénéficient aussi de leurs propres compétences qui s'améliorent avec l'expérience (booster le temps, HP ou MP...). Pour celles et ceux qui se posent la question, il y a bel et bien des furies et elles ne font pas dans la dentelle en matière de grand spectacle.

En parallèle, certaines phases proposent de la stratégie en temps réel sur la carte du monde. Vous démarrez avec quelques bases et le but est de prendre celles de l'ennemi, sachant que parfois il faudra en plus s'infiltrer, ce qui amènera au système dit classique que nous avons vu au dessus. La surface étant particulièrement vaste, vous allez pouvoir invoquer vos chocobos, qui peuvent devenir de redoutables montures si vous avez bien gérés vos accouplements. Les chocobos se capturent un peu partout sur la carte du monde, et les accouplements se font à la ferme de Suzaku. Nos animaux favoris permettent ainsi d'explorer à sa guise la carte pour découvrir ses secrets ou d'accéder aux villes que vous avez libérées pour y accomplir diverses quêtes (il y a également un haut-vent en point'n click).

Je pourrais écrire encore de longues lignes sur tous les secrets que le jeu renferme, mais je préfère vous laisser la surprise. Square Enix montre que parfois la patience peut se révéler salvatrice en offrant une expérience de jeu unique portée par des émotions fortes. Pour de multiples raisons, on a du mal à lâcher la console et ça c'est plutôt bon signe.
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0

Annexes

Une trentaine d'heures pour les plus rapides mais vous ne verrez pas grand chose sur une partie.

New Game+ : je commence avec ce mode puisque non seulement il vous permettra de faire ce que vous avez loupé la première fois, mais aussi car de nombreuses missions d'histoire viennent se greffer pour expliquer l'envers du décor (une solution alternative en somme). Il y a plusieurs fins et pour cela il faudra avoir le niveau adéquat. A ce propos c'est un des problèmes du jeu, l'expérience monte très lentement et on comprend mieux pourquoi Square Enix avait mis à disposition un DLC avec un accessoire qui double l'expérience. D'ailleurs, le jeu propose un système "sleep" qui permet à vos personnages de monter d'expérience même si la console est en veille. Valable uniquement pour un personnage à la fois, votre fidèle serviteur ne s'en est pas servi pour profiter du challenge du jeu. Cependant après test, un personnage est monté de deux niveaux en 24h. A bon entendeur...

Quêtes optionnelles : via les PNJ, découvrir les zones cachées, corriger le Malboro de niveau 50 ou un Béhémot de niveau 99, obtenir toutes les invocations et leurs déclinaisons, remplir l'impressionnante base de données... Le jeu est fait pour être joué longtemps, très longtemps.
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0
Final Fantasy Type-0
C'est un peu la peur au ventre qu'on termine Type-0, complètement secoué par tant de froideur et de violence auxquelles une franchise comme Final Fantasy ne nous avait pas habitué. Malgré quelques défauts et une accessibilité discutable, l'expérience offerte est digne d'intérêt et mérite qu'on lui pardonne toute cette attente. Un spin-off de grande classe en somme, pour le plus gros projet qu'aura accueilli la PSP.

19/12/2011
  • Une expérience unique !
  • Réalisation au top
  • Musiques superbes
  • Système original et varié
  • Gros contenu
  • Très bonne replay value
  • Scénario très intéressant...
  • ...mais qui décontenance par sa structure
  • Caméra et lock facétieux
  • Trop de recyclage dans le bestiaire et les environnements
  • Montée d'expérience pénible
  • Ne pas pouvoir changer de perso à la volée
8

GRAPHICS 4.5/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 4/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4/5
Final Fantasy Type-0 > Commentaires :

Final Fantasy Type-0

8
6.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pstore [0]
10 commentaires sur PSP
Luckra

le 21/05/2017
4
Graphiquement, c'est très correct pour la PSP avec un gros effort de mise en scène dans les cutscenes. Même constat sur les musiques soignées.
Le scénario a un fond très intéressant marqué par le conflit et ses conséquences sur les personnes, c'est par moment très cru et étonnamment juste. Malheureusement c'est noyé dans un gloubi-boulga mal écrit de termes et mythologie ffxiii mélangé à la vie des clichés sur pattes de la classe Zero et des très nombreux autres personnages à peine effleurés.
Le gameplay est de l'action très simple, souvent répétitive, qui favorise plutôt le changement de personnages pour varier l'action par rapport au nombre de coups que peut faire un seul perso.
On passe le plus clair du jeu à nettoyer de petites zones fermées sans trop réfléchir puis on revient à l'école pour passer le temps avant la prochaine mission. La caméra est moyenne surtout avec les personnages qui attaque en mêlée. Et l'AI des alliés est particulièrement idiote.
Pour passer le temps on peut soit assister à des cutscenes sans intérêt dans l'école, soit booster ses stats en prenant une classe, soit sortir sur la worldmap pour faire des fetch quest au niveau 0 d'écriture et d’intérêt.
Au final j'ai eu tellement de mal à rentrer dedans et m'imposer le gameplay moribond pour avoir accès au scénario que je trouve difficile de le recommander.
Nivarea

le 23/02/2017
8

Type-0 m'a porté par la force de son ambiance, qui a réussi à m'accrocher de bout en bout. Sombre, un peu sanglant et parfois empli de désespoir, j'ai bien aimé la représentation de la guerre façon Final Fantasy. Son scénario est franchement intéressant quand on rentre plus profondément dans l'univers du jeu, mais il est aussi foutrement flou, parfois difficile à saisir. Rien à dire sur la bande son en revanche.

Reste son système de jeu, avec un gameplay bien fichu quoi que difficile à apprivoiser, et un déroulement clairement taillé pour les sessions nomades. Type-0 est un jeu taillé pour la PSP, que j'ai grandement apprécié, malgré ses défauts évidents (en plus de ce qui a été mentionné plus haut : world map ratée, RTS qui ne m'a pas convaincu, personnages attachants mais pas assez développés)


Yaone

le 30/12/2014
8
Les plus gros points positifs du jeu pour ma part : l'histoire et son ambiance, les personnages et les musiques. Carton plein à ce niveau-là.
Après le gameplay aurait pu être génial si l'IA n'était pas aussi naze et que les personnages non pris dans l'équipe pouvaient gagner de l'expérience aussi. Mis à part ça, c'est assez cool d'avoir quatorze personnages avec des jouabilités différentes, ça permet de varier au cours des combats (même si on finit par avoir des affinités avec certains et on délaisse les autres). D'ailleurs, lesdits combats sont bien dynamiques et ça donne un côté bien nerveux au jeu, renforcé avec sa difficulté.
MeDioN

le 07/08/2014
7
Porté par une ambiance assez sombre, une technique à couper le souffle, une OST soignée, un background très fouillé et des combats nerveux, FF type-0 est très bon RPG qui s'impose comme un incontournable de la PSP.

Malgré tout, son scénario beaucoup trop flou sans le NG+ (mais foutrement passionnant avec), la répétitivité de l'ensemble et la difficulté à bien manier l'ensemble sont autant d'éléments qui pourraient en rebuter plus d'un.
maxff9

le 04/08/2014
Edité le 05/08/2014
5
Terminé FF Type-0 en 30h. Je n'ai pas fait de NG+ mais j'ai regardé les entrées du codex que j'avais manquées via une sauvegarde 100%.

Au départ le jeu est plus que prometteur. L'intro claque, la technique du jeu est époustouflante et le scénario semble sombre et mature. Au fur et à mesure que les chapitres passent, le jeu devient de plus en plus frustrant. Le gameplay qui repose sur des principes très sympas est en fait totalement déséquilibré. En plus de ça, la caméra part totalement en couille avec le lock (qui est absolument nécessaire pour réaliser des coups critiques et sans ça, on se fait niquer). L'aspect RPG m'a semblé inutile. Soit les monstres nous tuent en un coup, soit on les tue par "coup critique", càd qu'on tape au bon moment et alors nos stats d'attaque ne servent à rien.
La mise en scène est pourrie, c'est encore plus coupé que dans les vidéos de Cyprien ou Norman. A chaque fois qu'un perso a parlé : flash noir, mouvement de caméra et de position du perso. Trop laid.
Les cinématiques par contre sont bluffantes mais peu nombreuses. Le scénario m'a semblé intéressant mais je trouve que la progression ne le met pas en valeur et il y a beaucoup de choses non dites et non montrées.
L'un des éléments les plus frustrants est que le jeu vous propose du contenu annexe qui est inaccessible (il faut parfois être niveau 99...).

+ bases du gameplay avec 14 persos aux styles différents
+ réalisation (graphisme, technique, etc). Très beau pour la PSP
+ scénario intéressant
+ univers et background
+ on finit par s'attacher à notre classe

- équilibrage du jeu TOTALEMENT raté
- difficulté illogique et frustrante
- mise en scène des dialogues
- contenu annexe inaccessible alors qu'il est proposé
- la fin qui soulève quelques questions
- l'aspect RPG quasi inutile

J'espère vraiment que tous les défauts seront corrigés dans la version HD, à commencer par le gameplay. A cause de ça, je pense que ce jeu doit être évité. C'est un énorme potentiel qui a été gâché mais qui aura peut-être le jeu qu'il mérite sur PS4.
Pwyll

le 28/07/2014
Edité le 08/08/2014
9
Au départ j'étais un peu rebuté par le lien avec FF XIII. Au final, j'ai été carrément enchantée par l'univers, les personnages et l'histoire. Alors oui, c'est un jeu mature et relativement dur. Les missions sont très longues et bien stressantes. Cependant, l'abandon ne signifie pas de grosses pertes puisqu'on garde les niveaux acquis sur chaque personnage.
Niveau gameplay on est gâté avec 15 personnages jouables avec des techniques différentes pour chacun. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas éclaté en combat à changer de personnages pour mieux exploiter les différentes stratégies.
L'histoire en elle-même est très bien écrite, le fait que le scénario avance sous forme de chapitres évite la lourdeur du jeu. Et puis, n'oublions pas qu'il n'a pas été taillé pour une console de salon, mais pour une console portable.
Enfin, les ost sont absolument sublimes, on a là une des bandes sonores les plus magnifiques écrites pour un FF.
Herbrand

le 27/07/2014
4
+ L'ambiance belliqueuse omniprésente, avec une bonne dose de fantasy
+ La Classe 0 dont on apprend à connaître les membres au fur et à mesure de l'histoire
+ Bonne réalisation dans l'ensemble
+ Combats variés grâce au style particulier de chaque PJ
+ Le stress de la guerre bien ressenti dans certaines missions

- L'impression dérangeante que tout dans ce jeu est pensé pour frustrer le joueur
- Scénario découpé et beaucoup trop irrégulier
- La longueur et le format des missions, qui ressemblent à une succession incessante de combats
- La world map complètement inutile
- Les batailles tactiques inintéressantes
- Le besoin de grind tout au long du jeu
- Le contenu annexe peu intéressant
mimylovesjapan

le 02/07/2014
6
D'abord, merci beaucoup à l'équipe qui a traduit le jeu et qui m'a permis d'y jouer.
Alors bon, le jeu est sympathique, les musiques cools, le système de combat assez fun au début, et y a quelques scènes épiques.
Ensuite, ben, c'est du farm à 80%, le scénar n'est pas tres interressant, les persos ne sont pas assez travaillés, le bestiaire est simpliste, le jeu trop long pour ce q'uil propose en terme de scénar, et diversités des lieux, etc. Et puis il y a le dernier chapitre, 5 bonnes grosses heures, ou on se tape TOUJOURS le même enemi, qui commence à sortir par les trous de nez. Pour ceux qui arrivent à chopper la bonne fin bravo, les autres risquent de regretter de ne pas avoir regardé une soluce plus tôt avant d'éteindre leur console.
Voila, bref. C'est loin de proposer l'expérience d'un vrai final, mais bon, on va dire que sur PSP c'est correct. Même si il y a mieux.
Mention spéciale pour la réalisation, qui est tout de même impressionnante pour la petite console de sony.
Bahamut-Omega

le 22/06/2014
Edité le 29/06/2014
6
Fini Final Fantasy Type-0 sur PsP en 37 heures. Du moins le scénario car les 100% c'est une autre histoire.

Dans l'ensemble c'était sympa.

J'ai surtout apprécié l'histoire qui m'a captivé de bout en bout. Le thème de la guerre assez crédible au coté fantastique des premiers FF et de la "Fabula Nova Crystallis" (enfin ce qui l'en reste) ont formés un univers très intéressants.
Le dernier chapitre est assez en retrait par rapport au reste de l'aventure, c'est qui donne cette fausse impression d'arrivé comme un cheveux sur la soupe, à l'instar du big boss de FF IX qui en avait choqué plus d'un, les moins attentifs surtout .
Les héros sont nombreux et cool; caricaturaux pour la plupart ça tranche pas mal avec le fait qu'ils soient soldats. Mais en dehors de Rem et Machina, les douze autres n'ont pas de réels impact sur l’histoire (en dehors de leurs actions sur le terrain en tan que soldat d'élite bien sur).

Le système de combats aussi est bien, déjà pour un A-RPG (ou du moins un RPG avec de l’action pour être précis), avoir 14 personnages avec des styles et techniques différents c'est génial. La plupart sont même facilement contrôlable. On peut varier pas mal notre façon de jouer pendant les missions.
Missions qui sont assez longues et difficiles, il n'est pas rare de la commencer en sous-level par rapport au lv conseillé tan les ennemis sont radins en exp et nos persos nombreux (pas de partage d'exp...). Et il n'est pas rare non plus de les finir in extremis avec un "survivant" (renforçant au passage le coté « réaliste » de ces missions commando d’élite) ; les boss n'étant pas le challenge le plus difficile dans le jeu, du moins dans une première partie.

Mais le reste du gameplay est moins réussis à mon goût.
Déjà le contenue NG+ présent durant le NG, que ce soit des sub missions à très haut lv ou des monstres lv 99 sur la world map gênant un peu l’exploration. Mais aussi le fait que tout le scénario ne soit pas complètement dévoilé dans une première partie.
D'habitude j’aime assez les NG+, mais là c’est assez frustrant de louper tan de choses en première partie. De plus les bonus du NG+ peuvent sembler conséquent, mais dans ce cas précis non. Et les scènes inédites en NG+ ou NG++ ne répondent pas aux questions laissés en suspens.

Ensuite, le système de dialogue et de quêtes liés à l’académie, nous forçant à faire énormément d’aller-retour pour pas grand-chose.
Le fait qu’il faille faire tan de lv up sans que les gains soient redistribués aux membres dans la réserve, faut aimer le farming pour viser les 100%...
Et pour finir, le fait qu’il soit sur PsP, la gestion de la caméra est horrible. Le stick droit manquant se fait ressentir. Contrôler la caméra avec la croix directionnelle (à gauche donc) sachant que l’on contrôle les persos avec le stick (à gauche…) est un calvaire.

Sinon techniquement c’est très réussi, la PsP est bien exploitée. Les cinématiques sont sublimes.

L’OST est agréable à l’écoute sans être somptueuse. Quelques thèmes sortent du lot tout de même.

Malgré quelques choix étranges dans la construction du jeu, j’ai beaucoup aimé faire cette première partie et suivre l’histoire.
Zanxthiloïde

le 15/06/2014
Edité le 15/06/2014
7
Une expérience assez bizarre pour un Final Fantasy. Le scénario est raconté de manière assez décousu (il y a beaucoup d'ellipses narratives bizarrement placées) et la multitude de personnages empêche de s'attacher à l'un d'entre eux (surtout que les 12 membres de la classe 0 qui sont censés être les protagonistes reçoivent un développement minimum). De plus, le dernier chapitre vient de nul part et n'explique pas grand chose.
Par contre, quel plaisir de redécouvrir la mythologie fabula nova dans un univers plus "réaliste".

Le système de combat est sympathique avec les nombreuses compétences et les 14 personnages uniques à notre disposition, mais tous ne se valent pas à cause du système de "break/kill sight" indispensable contre la majorité des ennemis et qui favorise grandement les attaques rapides et à longue portée. A noter la grande difficulté si on ne souhaite pas grinder (tous les personnages ont leur propre jauge d'expérience qui ne se remplit que s'ils sont actifs), on se retrouve souvent avec seulement 2 ou 3 membres de la classe 0 en vie. Heureusement, le dernier stage du jeu s'adapte au niveau moyen de l'équipe.

Le jeu se décompose en 2 étapes : les missions et le temps à l'école. Les missions sont simplement des stage à parcourir avec divers objectifs. Le temps à l'école est la phase qui permet d'effectuer les quêtes secondaires et d’accéder à des cutscenes développant les personnages. Cependant la plupart de ces quêtes secondaires demandent un niveau affreusement élevé pour une première partie et on se demande bien pourquoi elles sont d'ores et déjà accessibles.
Il y a aussi des phases de "guerre" mais elles sont très ennuyeuses et faciles.

Un bon jeu sans plus qui aurait mérité une plus grande durée de vie pour exploiter tout son potentiel.
57 active users (0 member, 57 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion