bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

ajout_rpg
Final Fantasy IV: The Complete Collection > Articles > Review

Final Fantasy IV: The Complete Collection

comrpg psp europe
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Entrée Plat Dessert
Inutile de re-présenter une énième fois Final Fantasy IV : pierre angulaire d'une série et d'un genre, le RPG mythique de chez Squaresoft est probablement l'un des épisodes les plus appréciés de la saga, quelque chose qui se ressent tant les produits dérivés l'entourant et les multiples remakes et portages sont nombreux, même si on est bien loin du rognage jusqu'à la moelle que Final Fantasy VII a subi. Square Enix l'a donc bien compris, et décide d'offrir à ce soft une suite presque 20 ans plus tard, The After Years... qui sortira épisodiquement sur les réseaux de téléphones japonais. Et un peu plus tard, en intégralité sur Wiiware. Autant dire que la chose a été accessible à peu de monde. Jusqu'à ce que le développeur nippon décide de regrouper tout ce petit monde sur un UMD unique, et de retaper un peu la peinture : débarque donc toutes les boutiques du monde Final Fantasy IV: The Complete Collection, regroupant Final Fantasy IV, Interlude, et The After Years. Allez zou, c'est reparti pour un tour dans le monde aux deux lunes !

Passé, présent, futur

Le monde est désormais en paix, et tend à soigner ses lourdes blessures ; conclusion de l'épopée épique du paladin nommé Cecil Harvey et de ses amis, désormais héros, qui se sont érigés en rempart contre un mal qui gangrénait leur monde. Solidarité et reconstruction sont désormais les maitres mots, et le chevalier désormais roi de Baron s'efforce de venir en aide à tous ceux qui ont subi un joug dont il fut lui aussi responsable. Pourtant, des évènements étranges ont lieu presque un an après la conclusion de l'aventure, c'est ici que prend place Interlude, mettant en scène une jeune fille ressemblant à Rydia et pouvant également invoquer les Eons, qui disparaitra aussi vite qu'elle apparaitra en voulant réactiver la terrible tour de Babil. L'affaire semble classée et le temps reprend alors son cours pour avancer de 17 ans et ainsi commence The After Years, de nombreux heureux évènements ont alors lieu entretemps. Et l'un de ces heureux évènements s'appelle Ceodore, fils de Cecil et Rosa, embarqué dans une épreuve pour devenir membre à part entière des Ailes Rouges, plus fort corps d'armée de Baron dont son père fut jadis le meneur. Une épreuve réussie avec brio, mais un retour au bercail cauchemardesque : la troupe est attaquée par des monstres, Ceodore est l'unique survivant et devient pourchassé par les soldats de sa propre patrie, patrie qui recommence à attaquer les royaumes voisins pour voler leurs cristaux comme cela s'est déjà fait 17 ans plus tôt. Il ne doit son salut qu'à un mystérieux homme capé, qu'il décide de suivre pour découvrir ce qui se trame derrière ces évènements. Des évènements préoccupants qui poussent les anciens héros à reprendre la route, suivis par une toute nouvelle génération. Et pendant ce temps-là, la lune s'approche jour après jour de la Terre...

Inutile de s'attarder sur un Final Fantasy IV toujours aussi puissant et déjà largement traité d'innombrables fois (et adapté de la version GBA, donc 0 censure). Attardons-nous donc plus sur Interlude, faisant le lien entre Final Fantasy IV et The After Years, et sur ce dernier en lui-même. Pas grande chose sur Interlude, plus anecdotique qu'autre chose : un court récit avec des personnages imposés qui servira à peine de base aux évènements The After Years, et qui se boucle en 2-3 heures. Bref, pas la chose la plus intéressante. Un peu plus d’intérêt pour The After Years, la fameuse suite, qui cependant souffle rapidement le chaud et le froid. Première chose à mettre en cause : l'héritage même du format téléphone, pour lequel le jeu a été pensé à la base. Ainsi l'histoire est découpée en une multitude de chapitres narrant des évènements différents et ayant des acteurs différents - généralement une combinaison ancien+nouveau personnages - qui trouveront réponses lors des derniers chapitres dans lesquels tous les personnages se retrouveront. Des chapitres très courts, linéaires, qui s'entrecroisent parfois, mais qui manquent cruellement de punch pour vraiment intéresser (à une ou deux exceptions près), sans oublier un goût de déjà-vu tant le recyclage des environnements est à peine masqué. Fort heureusement, les fameux derniers chapitres se déroulent tambours battants et sauvent un peu les meubles une fois le casting réuni et le voile entourant le scénario levé. Reste les personnages, portant littéralement The After Years (les anciens forts de leurs auras sont plus approfondis, et les nouveaux qui ont également leur mot à dire), et ce fort côté fanfic du récit qui parlera aux connaisseurs, avec une multiplication des situations et des références qui fait parfois grincer des dents par sa non-volonté de vouloir s'émanciper de FFIV. Un ensemble en dents de scie, entre un Final Fantasy IV intemporel et un The After Years décevant mais qui saura brosser les fans dans le sens du poil, les autres beaucoup moins.
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection

United we stand!

Niveau gameplay c'est The After Years qui va proposer de nouvelles choses, on passera sur Final Fantasy IV et Interlude qui reprennent la même formule instaurée 20 ans déjà, et qui a fait ses preuves depuis. On notera cependant une facilité de l'épisode originel encore plus forte que dans les versions GBA et DS, et la toujours contraignante limite de 48 objets dans l'inventaire ; limite d'objets que The After Years fait sauter, pour le plus grand plaisir des collectionneurs (même les flèches ont subi une modification, il n'y a plus de compteur de munitions, il suffit d'en trouver une seule pour définir le type d'attaque à l'arc !). Et c'est quand même un poil dommage qu'il n'y ait pas eu un petit effort d'uniformisation sur ce point, en faisant disparaitre ces foutus compteurs qui ont frustré plus d'une fois.

TAY rénove un peu la charpente en revanche, qui garde la même base : présence de l'ATB, 5 personnages sur le terrain, chacun ayant un job unique qui va définir son rôle, ainsi que les forces et faiblesses du groupe. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'avec 22 personnages, on a le choix avec ce qui est le casting le plus large jamais apparu dans un Final Fantasy. Un choix qui n’empêchera pas le bien célèbre adage "la quantité ne fait pas la qualité" de faire ses preuves une nouvelle fois, avec un retour rapide aux fondamentaux une fois l'obligation de jouer avec certains personnages passée (tous les chapitres "Personnages" ont des personnages imposés, pour rappel) : entre les sous-clones (Les Eblan Four) les clones de personnages déjà pas intéressants à la base (Luca/Cid) ou ceux pas vraiment efficaces (Calca, Brina, Harley, Edward), autant dire que l'expression "pourquoi changer une équipe qui gagne" garde elle aussi tout son sens quand on fait revenir les fortes têtes de Final Fantasy IV en tête de rang, en ajoutant peut-être un-deux nouveaux membres réguliers. Rien n’empêche de jouer avec les personnages que l'on veut, chose tout à fait possible. Mais le rapport de force inégal et évident entre les personnages couplés à la nostalgie fera qu'on reviendra toujours très vite aux classiques.
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection

On compte deux nouveautés importante dans The After Years avec la présence des Bands, attaques coopératives aux effets divers et puissants qui vont impliquer de 2 à tous les personnages présents (comme dans Chrono Trigger, par exemple) mais qu'il va falloir auparavant trouver, et les cycles lunaires, directement en rapport avec le scénario : périodiquement ou après une bonne nuit de sommeil, le cycle de la lune va changer suivant un ordre prédéfini (4 cycles différents), chaque cycle ayant directement une influence sur les combats. Une influence à ne pas sous-estimer, car le bonus/malus apporté est significatif et peut souvent faire la différence : la nouvelle lune augmente l'efficacité des commandes spéciales et baisse celle de la magie blanche, la lune croissante augmente la magie blanche au détriment de la magie noire, la lune décroissante favorise les attaques physiques au détriment des commandes spéciales, tandis que la pleine lune va, elle, appuyer la magie noire et faire baisser la puissance des attaques physiques. Le jeu annote ces changements via une mise en couleur des commandes subissant le contrecoup ; la pleine lune est ainsi à préférer pour le chapitre de Palom où l'on va jouer en tout et pour tout deux mages, une pleine lune que l'on fuira si on joue un groupe qui se concentre sur les attaques physiques comme dans le chapitre de Yang.

Des éléments à ne pas sous-estimer, car The After Years est particulièrement ardu. La fréquence de rencontres est très haute et le contexte de la première partie du jeu, où l'on joue avec des équipes imposées et généralement réduites à 2-3 membres, sont les principales composantes de cette difficulté, farfouiller un peu partout pour récupérer de l'équipement unique et chasser le moindre gil est primordial. De plus, chaque chapitre dispose d'un donjon défi qui se débloque une fois le chapitre fini une fois (ce qui se notera par une étoile apparaissant sur le fichier de sauvegarde), donjons qui permettent d'obtenir des objets rares très utiles pour la suite, mais qu'il va falloir se taper 10 à 12 fois pour en obtenir tous les biens... on pourrait blâmer le format mobile encore une fois, ce genre d'initiative étant fréquent pour justifier plus d'heures avec peu de contenu. Quant à la deuxième partie du jeu, où la réunion des personnages a lieu, elle va consister en un chapitre de relative liberté, suivi du final dans lequel les personnages seront bloqués dans le donjon final. Attention où vous sauvegardez, donc. Une deuxième partie placée sous le signe du combat de boss, qui vont s'enchainer comme jamais, et d'un dernier donjon d'une redondance extrême par sa longueur et ses combats incessants.

D'ailleurs, concernant les sauvegardes, soyez EXTRÊMEMENT PRUDENT. Il ne faut jamais hésiter à en faire 2 ou 3 à chaque fois ! Il faut finir chaque chapitre "Personnages" pour débloquer les derniers chapitres et conserver les-dites sauvegardes comme preuve. On a vite fait d'écraser un chapitre déjà fini par inadvertance... et donc de se le retaper. Le bon côté, c'est que le contenu de chaque chapitre fini se conservera dans les fameux derniers chapitres, on se retrouve avec des gils et des objets à ne plus savoir qu'en faire.

Enfin un dernier petit paragraphe concernant la "complémentarité" des jeux, à savoir si oui ou non il y a héritage d'un jeu à un autre via les sauvegardes. La réponse : niet, zéro, nada. Ça n'aurait été qu'un bonus certes, mais certainement une bonne raison de refaire Final Fantasy IV, qui en l'état n'est qu'un énième portage du jeu plus joli et plus facile. A moins de n'avoir jamais fait le jeu ou d'être pris d'un élan de nostalgie, il n'y a pas vraiment de raisons de relancer la première grande aventure de Cecil.
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection

2D > 3D

Niveau réalisation en revanche, c'est tout à fait digne du soin et de la qualité made-in Square Enix. Cette Complete Collection affiche une 2D bien léchée, le retravail graphique de l'univers est homogène et ne dénature rien, les sprites des personnages sont bien plus soignés et colorés qu'à l'origine, ceux des monstres également, et le jeu offre une ribambelle d'effets visuels tous plus réussis les uns que les autres. Le jeu se permet même quelques petites cinématiques simplettes au gré de l'aventure, avec lesquelles on peut toutefois être un peu déçu tellement les magnifiques cinématiques d'introductions de FFIV et TAY placent la barre très haut. Même constat pour l'aspect musical, toujours aussi efficace et magistral malgré les années, les quelques nouvelles pistes ajoutées avec The After Years en plus du remixage offrent un peu de fraicheur à une OST toujours aussi merveilleuse. Autre option sympathique, on a le choix entre les pistes dans leurs versions originales ou arrangées, un petit tour dans les options et puis c'est bon. Et tant qu'on parle d'options, sachez également que le jeu offre la possibilité de "mémoriser" les commandes (le curseur reviendra toujours sur la dernière capacité / objet utilisé lors du tour d'un personnage) qui, couplée à l'auto-battle offre un confort de jeu plus qu'appréciable, notamment pour passer tous les combats aléatoires. Et le jeu est intégralement traduit en français. Que demande le peuple ?

Un sans-faute pour ainsi dire, même si un point restera sujet de discorde parmi les joueurs : le chara-design. Ainsi l'ami Amano, géniteur de la première génération se retrouve bouté dans la section bonus de cette compilation, sa présence se résumant à une galerie d'artworks qui se débloque au fur et à mesure que le bestiaire de FFIV et Interlude se remplisse. FFIV et Interlude qui eux optent pour un style plus lambda pour illustrer les personnages, tandis que TAY affiche lui le travail de Akira Oguro, chara-designer de cette suite épisode. On en ressort donc avec un manque de cohésion de l'ensemble, particulièrement frappant lors des fréquentes scènes de flashbacks dans TAY, où l'on va vivre ces scènes avec les illustrations de FFIV avant de retourner quelques secondes après dans l'aventure TAY ! Détail ou non, chacun fera son avis sur l'importance de ce choix, mais il aurait été peut-être plus sympathique que toute la partie design soit retravaillée pour être cohérente dans son ensemble.
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV: The Complete Collection
Final Fantasy IV traverse les époques sans jamais perdre son éclat et reste une valeur sûre de la saga, malgré le fait que cette version PSP ne soit qu'un énième portage : casting génial, gameplay diablement efficace, univers et OST épique pour une aventure épique. Un peu plus litigieux pour The After Years qui même malgré sa bonne volonté, son casting encore meilleur et ses bonnes idées propose une suite en demi-teinte et un récit mi-mou/mi-fanboy, et pour Interlude qui ne sert finalement pas à grand chose. Il serait néanmoins idiot de cracher dans la soupe car on a ici trois jeux en un, tout Final Fantasy IV sur une seule galette ET à prix abordable. Une compilation ultime que tout fan du 4ème épisode de la Fantaisie Finale se doit de posséder. Et en plus, tout dans la langue de Molière.

21/05/2012
  • 3 jeux, une centaine d'heures
  • Une OST embellie
  • Un casting génial
  • Un retapage graphique convainquant
  • Un gameplay qui a fait ses preuves
  • Un FFIV intemporel...
  • ... mais qui reste un énième portage, et en plus simplifié
  • Interlude qui sert à rien
  • The After Years est fade dans son histoire/traitement
  • La fréquence des combats, encore et toujours
  • Le manque de cohérence de l'ensemble
8.5

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 5/5
STORY 3/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4/5
Final Fantasy IV: The Complete Collection > Commentaires :

Final Fantasy IV: The Complete Collection

8.5
8.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pstore [0]
15 commentaires sur PSP
Kray7

le 12/03/2018
10
Excellent!!!
J'ai passé deux mois à finir d'abord et à compléter 100% mais je ne pouvais pas manquer de l'entreprise parce que je suis allé très près. Les trois Bestiaires sont proches de l'achèvement, l'original est à 98%, l'Interlude est terminée et la troisième est exactement après les années et s'est terminée à 99%. Les seuls monstres manquants à compléter sont juste quatre: si je devais revenir, probablement plus tard, je vais essayer où et quoi.
Seulement quatre? Comme le numéro de chapitre. Peut-être que ça peut être une coïncidence? Qui sait...
L'histoire des trois chapitres m'a beaucoup intrigué, bien que je connaissais déjà l'original il y a longtemps, mais m'a mis sur les plus longues épines de l'intrigue du troisième parce qu'au début il semblait rugueux et insaisissable mais lentement jusqu'à ce que je le comprenne . Comme d'habitude, toute l'intrigue se termine seulement par la révélation à la fin et presque jamais par la moitié.
Le reste des graphismes sont super-fantastiques, réalisés avec une très grande précision. De plus, grâce à mon expérience, quand je suis sur le point de jouer pendant les batailles, ça me fait beaucoup de plaisir de reconnaître assez bien les points faibles. Les mouvements dans le scénario d'attaques combinées par plusieurs personnages sont vraiment spectaculaires, quelque chose que je n'ai jamais vu dans d'autres RPG 2D démodés.
Les extras dans l'édition complète comme les dessins d'Amano et la musique de Nobuo ne manquent jamais et c'est un plaisir de les apprécier pleinement!
BlackJowy

le 19/04/2016
7_5
Sympa d'avoir tout ce qui a été produit autour de FF4 en un seul jeu
PXL

le 01/02/2015
10
Du tout bon, la meilleure compil à ce jour.
Pwyll

le 28/07/2014
Edité le 17/03/2015
9
L'édition conseillée si vous comptez vous lancer dans l'aventure Final Fantasy IV. La suite du jeu permet de rallonger l'expérience de jeu en suivant les progénitures de nos héros. Pour ce premier FF véritablement scénarisé, on a droit à un casting de choix avec un héros tortueux et charismatique et des personnages travaillés. Si le jeu n'est pas exceptionnellement long, son scénario réussit à nous tenir en haleine pour aller au bout de l'aventure. Inoubliable.
Lokki

le 14/01/2014
6
Certains critiqueront ce nième portage en arguant le fait que Square s’est une fois plus contenté du minimum syndical… soit, on ne peut leur donner entièrement tort car le jeu n’a pas été revisité mais avouons qu’il est tellement bon de remonter le temps et de s’essayer à ce monument du jeu vidéo qu’il serait dommage de s’en passer. Dommage car oui, Final Fantasy IV est bien un jeu à ne pas manquer. Final Fantasy IV a plutôt bien vieilli et cette version PSP possède un charme indéniable qui lui donne un nouvel élan. Ajoutons à cela les épisodes bonus que sont « Interlude » et « Les années suivantes » et vous obtenez le portage le plus complet de cet opus.

Au final, il s’agit d’un très bon Final Fantasy même s’il n’est clairement pas mon préféré (Cécil, pourquoi es-tu devenu Paladin ? C'est tellement classe d'être Chevalier Noir !!!).

Les "plus"
- Un scénario profond avec de multiples rebondissements
- Graphismes et musiques mises au goût du jour avec une belle touche vintage
- Une compilation vraiment complète !

Les "moins"
- Une "nième" version de ce FF4... (mais on ne va pas s'en plaindre)
Morm

le 17/10/2013
6
FFIV : Un grand classique mais qui porte le poids de son âge

+ Ambiance sympathique
+ OST plutôt agréable
+-Un scénario ultra-cliché mais bien rythmé
+-Combat très agréable mais manquant de profondeur
Popolon

le 21/05/2013
10
Quelle frustration quand je découvris en 2007 qu'une suite à mon FF préféré était en développement sur téléphone portable.
Heureusement, Square Enix eut la présence d'esprit de l'adapter sur Wii (joie) et surtout, 2 ans + tard sur PSP, dans une édition comprenant le jeu original et un scénario intermédiaire (Interlude) avec une amélioration graphique et sonore et quelques ajouts (dont ceux de la version Advance sur GBA).

Bref, après avoir reparcouru avec un immense plaisir le premier FF4, me voici au staff roll de la suite "The After Years". On y retrouve bien entendu et avec grand plaisir pour ma part, le même univers et les mêmes personnages affublés de quelques compagnons et années supplémentaires. La particularité principale de cette suite est le système d'épisodes, hérité de la version mobile. Seuls 4 "chapitres" sont obligatoires pour voir la fin du jeu mais il est hautement conseillé de les faire tous, surtout que dans cette version, on ne doit rien débourser en sus pour les obtenir (ouf, on a échappé aux DLC).
Ces différents chapitres sont interconnectés et se recoupent, les personnages se croisant d'un chapitre à l'autre. Le scénario pourrait être confus, du fait de cette narration hachée, mais, dans mon cas, pas de problème (j'ai fait un petit topo spoiler-free sur la manière et l'ordre d'appréhender ces différents chapitres, si ça intéresse quelqu'un...). Chaque chapitre se boucle en 3-4 heures, temps qui peut se multiplier par 2 si on fait les Challenge Dungeons et qu'on veut y trouver tous les items intéressants en les refaisant plusieurs fois (8 ou 9 fois environ).
Le scénario est solide et n'hésite pas à explorer certains aspects de l'univers de Final Fantasy (la série entière), notamment en revenant sur le rôle et l'origine des cristaux. Pourquoi avoir abordé un tel sujet sur cet épisode limite spin-off ? Un peu surprenant.

Techniquement, le jeu est la copie conforme de son aîné, même graphismes, même décors, même musiques (seulement un demi-douzaine de nouvelles pistes, c'est un peu dommage), même gameplay. Quelques nouveautés cependant : les phases de la Lune qui influent sur l'efficacité des sorts et des attaques, sans jamais être lourdingue et les attaques groupées (les Bands) qu'il faudra découvrir (et y'en a un beau paquet). Que dire de plus si ce n'est que je ne lui trouve pas vraiment de défaut, le côté un peu linéaire de l'aventure par rapport au premier épisode ne gêne pas en soi car on connaît l'univers par coeur si on a fait le premier et du coup, on n'a pas forcément ni le besoin ni l'envie d'explorer.

En résumé, c'est une excellente suite et si SE décide de nous donner un 3e épisode, je signe de suite (mais pas sur mobile... et pas un "browser social touch tablette game" à la manque !)
Popolon

le 20/01/2013
Edité le 26/01/2013
10
Final Fantasy IV est toujours aussi bon. La mise à jour graphique de ce remake est bienvenue, même si j'ai eu un peu de retenue au début : ça me faisait penser à un jeu flash et les graphismes actualisés couplés à l'animation quasi-inexistante des combats faisaient un peu décalés. Au final, je m'y suis habitué et j'ai retrouvé cette fine équipe de héros dans cette histoire naïve mais tellement agréable avec son petit côté shonen des années 90. Une valeur sûre de la saga à la double consonne.

Edit : j'ai pris le temps de faire le donjon bonus (Lunar Ruins) déjà présent sur GBA. Cela m'a rajouté une douzaine d'heures au compteur et au final, il est très sympathique. Les situations sont variées, parfois rocambolesques et ce n'est pas un gigantesque donjon de 100 étages avec des monstre de plus en plus costauds, ça change. A faire !

(Cette note concerne juste FFIV, je remettrai un commentaire une fois The After years terminé).
Herbrand

le 15/07/2012
Edité le 13/11/2012
6
La meilleure version de Final Fantasy IV à ce jour, qui reste fidèle à l'original tout en lui apportant une cure de jeunesse. Dommage que la fréquence trop élevée des combats aléatoire agace et que la difficulté du titre ait été grandement revue à la baisse.
Ananas

le 31/05/2012
Edité le 31/05/2012
6
FFIV:
+ Un charme certain malgré le temps qui passe.
+ La très belle 2D, bien plus efficace que la vilaine 3D de la version DS.
+ L'OST et ses quelques perles.
+ Palom et Porom.
+/- Un casting très inégal.
+/- Un système de combat parfaitement rôdé, bien que la lenteur des affrontements puisse être lourde. Et c'est sans compter...
- ...La fréquence absolument crispante des affrontements aléatoires.
- Le scénario qui ne passe définitivement pas.

Interlude:
+ Une mise en bouche sympathique entre FFIV et TAY...
+/- ...Mais trop courte...
- ...Et parfaitement inutile.

The After Years:
+ Le plaisir certain de la découverte.
+ Certains nouveaux personnages. (Céodore en tête.)
+ L'histoire qui, sans être exceptionnelle, reste digne d'intérêt.
+ L'OST, toujours superbe...
+ Le gameplay: L'ATB toujours aussi efficace, les attaques combinées et la vingtaine de personnages permettent de varier une recette vieille comme le monde, mais dont on ne se lasse pas.
+ Le challenge corsé sans être insurmontable.
+ Une myriade d'annexes.
+/- Un recyclage à peine masqué des évènements de FFIV, à la lettre près.
- La seconde partie du dernier chapitre n'est qu'un gigantesque boss rush.

J'ai voulu donner une seconde chance à FFIV, qui m'avait terriblement déçue dans sa mouture DS. Lorsqu'en plus le jeu est servi avec sa suite, comment résister ? Au final, ce fut une sage décision, et, si FFIV n'est toujours pas mon FF favori, j'en sors tout de même avec une bien meilleure impression.
83 active users (0 member, 83 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion