bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Startling Odyssey > Articles > Review

Startling Odyssey

crpg pcecd japon
Startling Odyssey
The Startling Odyssey
La PC-Engine fut une console particulièrement bien fournie en RPG et possède son lot d’œuvres cultes et indissociables de son image. Tengai Makyô II: Manjimaru, Kaze no Densetsu Xanadu, Emerald Dragon ou bien encore Dawn of Ys n'en sont que quelques exemples parmi tant d'autres. Mais sa ludothèque vit également fleurir bon nombre de jeux inconnus et passés dans l'ombre de ses mastodontes. Startling Odyssey, du développeur Rayforce (Star Breaker, Miraculum), fait indéniablement partie de cette dernière catégorie. Deux épisodes virent le jour, le second se situant chronologiquement avant les évènements de ce premier opus dont il est question aujourd'hui.

Premiers pas sur le continent Milliumguld

Le jeune Leon Solford vit dans le paisible village d'Alicia sur l'île d'Amron aux côtés de sa mère, une magicienne du nom de Salia. C'est alors qu'un être particulièrement puissant, aux ordres de Zardan le roi des démons, apparait en plein milieu du hameau accompagné d'horribles créatures. Il tue son meilleur ami et enlève Salia après l'avoir transformée en pierre. Commence alors pour Leon un long périple afin de retrouver sa mère et contrecarrer les sombres desseins du maléfique Zardan. C'est sur ce scénario on ne peut plus classique que débute l'aventure de Startling Odyssey, classicisme que l'on retrouvera d'ailleurs à tous les niveaux, que ce soit les personnages, les combats ou bien encore le déroulement du jeu. Rappelons tout de même pour sa défense que le soft a vu le jour en 1993 et que les exemples de bons RPG de cette époque présentant les mêmes symptômes ne manquent pas.

Le problème ici, c'est que dès l'introduction on sait que l'on a affaire à un projet de petite envergure. Les séquences animées sont loin derrière ce qui se fait de mieux sur la machine de NEC, et même les voix digitalisées, grésillantes et étouffées, laissent à désirer. Le même constat peut malheureusement être fait pour les graphismes, relativement ternes et sans âme. La palette de couleurs pourtant conséquente de la PC-Engine n'est donc ici pas du tout exploitée, et ce ne sont pas les sprites grossiers des ennemis rencontrés qui viendront rehausser le tout. Un effort a tout de même été fourni sur les boss, beaucoup plus acceptables. Cela dit n'espérez pas les voir en mouvement, l'animation étant ici réduite au strict minimum. Quant à l'ambiance sonore, rien de remarquable à signaler non plus, les thèmes sont pour la plupart insipides et seuls quelques-uns sortent du lot. Les capacités du CD-ROM ne sont d'ailleurs pas vraiment mises à contribution car peu de pistes profitent du support, la grande majorité d'entre elles utilisant directement le processeur sonore de la console. Un bilan technique plutôt médiocre donc qui, pour le moment, plonge le soft dans les profondeurs abyssales des RPG les moins attrayants de la machine.
Startling Odyssey
Startling Odyssey
Startling Odyssey

Classique et répétitif

Le système de combat n'est, sans surprise, pas des plus originaux. Au début d'un affrontement, votre équipe a le choix entre se battre, fuir ou laisser la machine faire le travail à votre place (le mode "automatique" donc). Ce dernier vous sera d'ailleurs fort utile vu la fréquence absolument ahurissante des rencontres aléatoires. En effet, il ne se passe rarement plus d'une seconde ou deux entre chaque bataille... Et souvent encore moins. Alors oui c'est ignoble, et pénible aussi, mais fort heureusement la difficulté du jeu parfaitement calibrée arrive à faire passer la pilule. Bref, si vous pensiez que Tales of Destiny abusait de ce côté-là, alors Startling Odyssey n'est définitivement pas fait pour vous. Venons-en à présent aux combats proprement dits où quatre propositions vous sont données. Attaquer, lancer un sort ou un objet et enfin vous protéger. Une fois votre sélection effectuée sur l'ensemble du groupe, l'affrontement pourra alors débuter en respectant l'initiative de chacun. Un tour par tour des plus classiques en somme, pas transcendant pour un sou mais efficace. A noter que l'option de combat automatique fera toujours effectuer une attaque physique de la part des personnages, y compris les magiciens.

Parlons-en des personnages justement, car là aussi le jeu se révèle assez décevant. Entre Leon le justicier, Sophia l'amie d'enfance, Randy le comique de service, Rosetta le garçon manqué, Berne le vieux prêtre aux grands secrets et Selena la belle princesse amoureuse du héros, on se retrouve avec une belle équipe de stéréotypes déjà aperçus des milliers de fois. Les situations ont un air de déjà-vu, l'humour aussi, et finalement le jeu peine à nous surprendre. Car après tout, une histoire solide et pleine de rebondissements pourrait parfaitement combler le vide causé par les protagonistes. Malheureusement le scénario est à l'image de ces derniers : il n'est pas très intéressant. La faute à des "méchants" peu charismatiques et surtout à une trame de fond extrêmement banale. De plus, le déroulement de l'avancée du voyage se passe toujours de la même manière et se révèle assez monotone sur la durée (du moins pendant les trois premiers quarts du jeu). Chaque région a son château, ses deux villages et ses deux donjons à visiter et on passe au continent suivant. Alors vous me direz que dans les Tengai Makyô c'est exactement pareil, ce qui n'est pas tout à fait inexact. Seulement voilà, dans la série de Oji Hiroi, les zones à explorer sont beaucoup plus vastes, l'humour est dévastateur et les personnages sont très attachants. L'absence de tous ces éléments fait clairement défaut à Startling Odyssey.
Startling Odyssey
Startling Odyssey
Startling Odyssey

The Solford Legacy

Mais alors que lui reste-t-il ? Pas grand chose en vérité, puisqu'il échoue à quasiment tous les niveaux et qu'il est en effet très difficile de lui trouver des qualités. Cela dit, malgré un bilan général plutôt négatif, on ressent tout de même une volonté de bien faire de la part de Rayforce. En témoignent les nombreuses cinématiques ponctuant régulièrement le scénario qui, même sans être d'une qualité exceptionnelle, parviennent à maintenir (un peu) l'intérêt. C'est évidemment bien maigre et cela ne suffit pas à balayer le sentiment d'ennui et de déjà-vu prédominant dans Startling Odyssey. La durée de vie du jeu quant à elle est plutôt correcte et se situe dans la moyenne pour l'histoire principale. Trente-cinq heures environ seront nécessaires pour en voir le bout, même s'il faut bien admettre que la fréquence totalement abusée des rencontres aléatoires gonfle artificiellement le compteur.

En clair, le RPG de Rayforce est loin d'être un indispensable de la console, au contraire même. A moins d'avoir écumer toute la ludothèque de la machine, mieux vaut passer son chemin et attaquer directement sa suite/préquelle, Startling Odyssey II: Maryû Sensô, beaucoup plus réussie. Et comme en plus il n'est absolument pas nécessaire de faire le premier pour apprécier le second, le choix est vite fait. Pour finir, sachez également qu'il a eu droit à un remake sur PlayStation en 1999, renommé pour l'occasion Startling Odyssey 1: Blue Evolution. Le deuxième opus de la PC-Engine aurait également dû avoir le même honneur ainsi qu'un troisième épisode inédit, mais tous deux furent finalement annulés.
Startling Odyssey
Startling Odyssey
Startling Odyssey
Loin de faire honneur à la PC-Engine, Startling Odyssey y fait plutôt figure de RPG bas de gamme. Son scénario vu et revu, ses personnages caricaturaux, sa réalisation médiocre et son rythme de combat abrutissant finissent de le reléguer au rang des jeux les moins marquants de la machine. Sa suite sortie un an plus tard corrigera le tir de fort belle manière en proposant un soft beaucoup plus solide à presque tous les niveaux.

24/08/2012
  • Le mode automatique
  • Fréquence des combats abusée
  • Graphiquement pauvre
  • Scénario et personnages peu originaux
  • OST médiocre
4

GRAPHICS 2/5
SOUND/MUSIC 1/5
STORY 2/5
LENGTH 3/5
GAMEPLAY 2.5/5
Startling Odyssey > Commentaires :

Startling Odyssey

4

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
0 commentaire
Aucun commentaire
79 active users (0 member, 79 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion