bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Feda: The Emblem of Justice > Articles > Review

Feda: The Emblem of Justice

trpg snes japon
Feda: The Emblem of Justice
Shining Faible
Sorti en 1994 uniquement au Japon, Feda: the Emblem of Justice est un tactical-RPG qui est un peu passé inaperçu de par chez nous. On retrouve pourtant parmi les noms affiliés au projet un certain Kenji Orimo, l'un des réalisateurs du tout premier Shining Force, qui s'en va par la suite créer Max Entertainment, la boite responsable du développement de la série Feda. Tout bon fan de tactical se met alors à espérer un jeu de qualité, déclencheur d'une nouvelle saga au destin de celle des Shining Force. L'espoir fait vivre.

Viva la revoluciòn!

Voilà 600 ans que la guerre interespèce fait rage, et le royaume de Balfaumoria relâche la puissance des Quatre Sages de la Mort auparavant scellée dans une arme destructrice, une épée connue sous le nom d'Executor. La guerre prend alors un autre tournant, et petit à petit, Balfaumoria prend le contrôle de toutes les régions du monde connu. Après une guerre qui dura 1000 ans, la paix revient enfin. Une paix toute relative, l'armée impériale faisant régner la terreur et réprimant toute révolte dans le sang. La haine des citoyens de l'empire grandit envers celui-ci, et certains forment une armée révolutionnaire, aussi nommée armée d'Arcadia, qui vise le secret dessein de renverser l'oppresseur et de rendre sa liberté au peuple.

Ainsi commence l'histoire de Brian, soldat de l'empire, qui au beau milieu d'un énième massacre dans un village par les troupes de l'empereur, ose se dresser contre son supérieur hiérarchique. Direction la case prison, et c'est là que Ain, un ami homme-loup ne manquant ni de classe ni l'occasion de l'ouvrir, le libère. Et avec l'aide de Dora, une femme-loup proche de Ain, ils prennent la poudre d'escampette. Leur périple les amènera à rencontrer moult alliés et à rejoindre l'armée révolutionnaire. L'heure de se battre pour la liberté est venue.

Guerre, morts, enjeux politiques, idéologies, ... Le moins que l'on puisse dire, c'est que Feda instaure dès le départ une ambiance sombre et sérieuse. Le périple de Brian l'amène à rencontrer des gens de tout bord et de toutes espèces, prêt à se battre pour une cause en laquelle ils croient. Il y a bien des guerriers durs à cuire, mais aussi des gens simples, des villageois abandonnant ceux qu'ils aiment pour qu'il puisse un jour vivre en paix.

Le background racial du jeu est vaste. Humains, homme-loups identiques à ceux de Shining Force, homme-lézard, centaures, elfes, gargouilles, ainsi que tout un tas de races créées pour l'occasion. On est régulièrement surpris lors des rencontres par la diversité raciale des personnages. Malheureusement, hormis pour le héros, on en apprend bien peu sur chacun d'entre eux. Ils ont bien leurs petits rôles à un moment donné (généralement lors de la rencontre) mais ça ne va guère plus loin, malgré les très nombreux dialogues du jeu. Car Feda est verbeux, jusqu'à en friser l'overdose. Tout est une excuse à déclencher une discussion pas forcément utile pour la progression, quitte à rabâcher ce que l'on sait déjà. En ville, sur la map ou dans les combats, tout le monde y va de sa petite phrase. Même les game over sont l'occasion de voir une séquence parlotte. Ce trop de texte nuit au rythme général de l'histoire, même s'il n'est pas le seul responsable, mais l'on va y revenir. Dommage, car le scénario est prenant, bien huilé et riche en révélation.
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice

...And justice for all

Feda dispose d'un système d'alignement. Selon vos actions et vos choix durant les batailles, votre emblème (ou titre), symbolisant cet alignement, il s'orientera vers Law ou Chaos. Vous commencez le jeu en Neutral, mais dès le premier combat, deux choix s'offriront à vous, lesquels influenceront sur votre emblème. Et il en sera de même pour une majeure partie des batailles. Durant celles-ci, un objectif de mission vous est proposé. Éliminer le chef, amener vos personnages à un endroit particulier ou tenir jusqu'à l'arrivée des renforts feront partie des objectifs que vous pouvez remplir. Ou pas. Les mener à bien axera votre emblème vers Law et terminer le combat sans en tenir compte vous aiguillera vers un emblème Chaos. Si certains alliés vous rejoindront quoi qu'il arrive, d'autres ne le feront qu'en fonction de votre alignement.

Viser Chaos vous facilitera grandement la tache. En effet, dérouiller tout les ennemis en face de vous sans discernement vous permettra de renforcer cette orientation. Engager des batailles non nécessaires ou fuir un combat après avoir tué quelques adversaires aussi. Vos personnages s'abreuveront en points d'expérience et monteront en niveau au point d'en rendre le jeu simple, mais ennuyeux, car c'est le même schéma qui se répétera encore et encore. Viser Law s'avère déjà plus intéressant, mais la difficulté fera un sacré bond. Tuer seulement le leader d'un bataillon alors que des soigneurs lui régénère sa barre de vie pendant que des brutes vous foncent dessus pour en découdre demande une tactique élaboré et un droit à l'erreur presque inexistant. On a cependant vite fait le tour des différents schémas de missions, la faute à un trop grand nombre de batailles imposées, augmentant allégrement la durée de vie.

Choisissez bien votre orientation et soyez y fidèle. Être Law et se rapprocher de Chaos verront les alliés Law se plaindre de vos choix, puis finir par quitter votre équipe définitivement. Faire le yoyo est la meilleure façon de se mettre une grosse épine dans le pied et de perdre des compagnons d'armes utiles. Il y aura bien assez de combattants indifférents à votre emblème pour finir le jeu, mais cela sera une autre paire de manche. En fonction de votre titre, vous débloquerez une des quatre fins du jeu. La plus dure reste celle liée à Fedain, l'emblème Law ultime. Hormis pour la séquence finale, le déroulement de l'histoire ne sera malheureusement pas chamboulé. Tout juste quelques lignes de dialogues de la part de protagonistes non présents. Et puis c'est tout.
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice

L'art de la guerre

Le gameplay est composé de deux phases : les ballades sur les maps et en villes, et les combats. Le jeu est divisé en chapitres, chacun permettant de se mouvoir dans une zone composée de villages et éventuels donjons. Vous êtes restreints dans vos mouvements, le chemin étant souvent imposé. A chaque lieu, vous avez trois choix. Vous vous déplacez vers le lieu suivant, restez sur place ou pénétrez dans votre QG. Ce dernier permet d'accéder à toute la phase préparation. Il est possible de choisir les membres de son équipe pour les prochains combats, dix étant le nombre maximum de personnages utilisables à la fois, sachant que Brian et Ain sont d'office imposés. Vous pouvez aussi gérer votre inventaire, assigner les consommables et armes en réserves aux combattants. Plus fun mais moins important, vous pouvez changer le nom des protagonistes. Enfin, c'est l'endroit où vous pourrez sauvegarder votre partie et ramener à la vie ceux qui ont péris en plein combat. Le QG évoluera avec le temps. D'une tente près d'un feu de camp au départ, vous finirez par avoir votre base avec personnel inclus.

Flâner en ville permettra de taper le bout de gras avec les locaux et d'apprendre quelques trucs sur les alentours, même si ces autochtones seront généralement plus enclins à vous confier leur haine de l'empire qu'à vous parler de la beauté des paysages de leur région. Profitez-en pour rendre visite au marchand, prêt à vendre armes, consommables et éventuelles armures à votre équipe. Choisissez une produit à acheter et assignez-le à un des membres de l'équipe. N'hésitez pas à revendre le surplus ou les armes moins puissantes, histoire de vous renflouer et d'acquérir meilleur matériel.

Sur la map, vous verrez souvent le sprite d'un ennemi. Rejoignez-le pour déclencher une bataille. Sur des cartes de tailles fort généreuses, parfois au point de devoir attendre plusieurs tours avant de pouvoir croiser le fer, vos unités et adversaires se déplacent plus ou moins chacun à leur tour. Cela dépend surtout du nombre d'ennemis. S'ils sont plus nombreux, il n'est pas rare que les guerriers en face agissent deux fois de suite. Inutile de retenir un ordre d'action. Tout comme vous, l'IA choisi qui faire avancer dans l'ordre qui l'arrange le plus. Vous pouvez déplacer un curseur permettant d'apprendre quelques infos sur l'ennemi. HP, MP, des statistiques telles l'attaque et la défense physique, l'agilité ou le mouvement, ou encore les résistances élémentaires. Rien d'autre. D'ailleurs, ce ne sont que des chiffres, vous permettant d'avoir un ordre d'idée des capacités de l'opposant. Mais vous ne serez jamais quels dégâts théoriques vous pourrez subir ou infliger. Autre problème, impossible de déterminer la zone de déplacement potentielle des troupes adverses. A moins d'avoir une mémoire d'éléphant associée à un œil de lynx (la zone de déplacement ennemie ne s'affiche que l'espace d'une demi-seconde avant qu'il ne bouge), manœuvrer ses persos sans risque se fera au jugé quand ce n'est pas à l'instinct. Cela devient l'enfer quand vous êtes en face d'un nouvel opposant puissant. Impossible de savoir s'il est capable d'utiliser des attaques à distance ou seulement au corps à corps. Un coup à rager d'avoir perdu un allié vital par manque d'information. Et ce genre de mésaventure arrivera plus d'une fois. Vous pourrez toujours ressusciter les morts en dehors des combats, via l'option « entrainement » dans le QG, donnant lieu à une mini-bataille facile. Cependant c'est un affrontement qui orientera votre alignement en Chaos.

Au moment d'agir, vous déplacez votre unité et choisissez soit l'attaque classique, soit la technique spéciale (la magie pour les concernés) faisant figure de compétence unique. Les personnages ne peuvent pas en apprendre de nouvelles, elles sont imposées dès le départ. Il est aussi possible d'utiliser voire donner un objet à un autre combattant, ou simplement défendre. Quand une attaque ou technique est utilisée, une séquence animée « Shining Force style » se déclenche montrant le résultat, avec affichage textuel des dégâts et de l'expérience gagné. Parfois vous manquerez votre coup, ou au contraire réussirez une attaque critique, voire super critique même si cela n'arrivera que très tard dans le jeu. Ces séquences ne sont pas passables, tout juste peut on accélérer le tout en faisant sauter les dialogues appuyant l'action. Cela éternise les batailles, et il n'est pas rare qu'elles dépassent régulièrement la demi-heure, voire bien plus quand vous cherchez à atteindre l'objectif de mission. Remporter le combat rapportera des Shells (la monnaie locale), de l'expérience pour toute l'équipe, y compris les réservistes, et un éventuel changement de titre.
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice

Recyclage

Feda: the Emblem of Justice reste techniquement dans la moyenne des Tactical-RPG sortis sur Super Nes la même année. Les sprites demeurent détaillés malgré la pixellisation. Par contre, les portraits des protagonistes principaux sont ternes en plus d'être uniques durant toute l'aventure. Les séquences animées durant les combats sont de vraies réussites malgré une pixellisation encore une fois trop présente. Les villages sont composés de quelques baraques qui se ressemblent toutes, de l'extérieur comme de l'intérieur. D'ailleurs, les villages sont à peu de choses près des copiés/collés les uns des autres. L'emplacement des maisons est le seul changement vraiment notable en plus de pavés pour les villes censées êtres plus importantes. Même sensation de clonage pour les PNJ, dont on peut compter les modèles différents sur les deux mains d'un estropié. Et encore et toujours une impression de déjà-vu dans les décors, concernant majoritairement la forêt, les montagnes et une étendue d'eau à l'occasion. Les combats en intérieur restent les seules occasions d'observer quelque chose de plus original.

Rarement ambiance sonore n'aura été aussi peu marquante. Aucun véritable thème n'est a signaler. Les plus complexes restent ceux de la séquence d'introduction et des crédits. Pour tout le reste, on n'hérite que de boucles sonores s'étalant au mieux sur plusieurs dizaines de secondes. Les très nombreux combats sont partagés entre cinq ou six morceaux, tous les villages ont une unique piste, et la musique de la map ne changera qu'une fois vers le milieu de l'aventure. Les séquences animées ont droit à une variété de mini-boucles musicales plus étendues que la moyenne du jeu : deux par camps, selon l'utilisation de l'attaque basique ou de la technique spéciale. Et pour finir, quelques morceaux pour les séquences scénarisées. En plus d'être lassant, ce trop plein de répétitivité en poussera plus d'un à couper le son. Ce qui ne sera franchement pas une grosse perte.
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice
Feda: The Emblem of Justice
Malgré des bonnes idées, telles le système d'alignement, Feda: the Emblem of Justice n'est au final qu'un tactical du pauvre, à réserver uniquement aux fanatiques du genre, même s'ils risquent de lâcher l'affaire en cours de route. Les autres se dirigeront volontiers vers une saga plus célèbre et surtout un jeu de meilleure qualité.

18/06/2013
  • Scénario
  • Diversité raciale
  • Système d'alignement
  • Trop long
  • Trop de combats interminables
  • Séquences animées non passables
  • Ergonomie
  • On a vite fait le tour du gameplay
  • Musique sans saveur
4

GRAPHICS 2.5/5
SOUND/MUSIC 1/5
STORY 3.5/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 2/5
Feda: The Emblem of Justice > Commentaires :

Feda: The Emblem of Justice

4
7

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
10 commentaires
MacGregou
le 04/02/2017
7
Ouais, non mais n'importe quoi... Je rejoins l'avis de RPG Player à propos du test présent ici sur Legendra. Foutre 4/10 à ce jeu, c'est quand même ne pas savoir peser le pour et le contre, et laisser l'objectivité de côté. Et là, je vous vois à 30 kilomètres venir avec vos gros sabots : "Ouais non mais les tests il y a toujours une part de subjectivité. Et puis les goûts, les couleurs, tout ça..."
Tiens ouaip : "les goûts, les couleurs..." : j'ai tapé dans le mille, puisque c'est l'excuse de Auty en réponse à la critique qu'on a faite de son test.
Sauf que... Si l'on suit cette mouvance, on peut alors foutre 2/10 à Chrono Trigger et dire "Ouais, j'ai pas aimé et je le trouve merdique. Mais comme tous les goûts ont le droit d'exister, mon avis est valide". Hélas, faire un test demande quand même de savoir quelque peu mettre de l'eau dans son vin, ou vice-versa.

Et là, mettre 4/10 à Feda Emblem of Justice, le saquer (y'a pas d'autre mot, désolé) sur tous les petits points négatifs (soyons francs, il y en a) tout en occultant tout le positif pour au final conclure en disant grosso modo "C'est vraiment un tactical de merde", non ça ne passe pas.
Est-ce qu'on parle de la durée de vie du jeu, somme toute très appréciable ?
Du gameplay simple, certes pompé sur Shining Force, mais qui évite de passer 10 heures dans les menus à planifier nos prochaines attaques ?
Est-ce qu'on parle des animations très bien fichues pour de la SNES ? Certes on ne peut pas les passer, mais elles ne durent pas 20 plombes non plus. A ce sujet, je n'ai pas souvenir que Final Fantasy 7 ait été traîné dans la boue parce que les invocations, elles aussi non "skippables", durent trop longtemps...
1/5 pour les musiques ? Non, mille fois non ! Ok elles ne sont pas formidables. Mais 1/5 pour moi, c'est une note qui qualifie quelque chose d'inaudible. Là, les pistes sont quand même généralement agréables et font le job (même si trop répétitives).
Et les batailles, on en parle ? Trop longues, nous dit le test ? Pfffft, c'est un Tactical, je n'ai pas envie d'avoir un combat qui dure 3 minutes sur une map sans envergure.
Je pourrais continuer encore longtemps en mettant en avant la diversité ethnique des personnages (d'ailleurs, contrairement à un Shining Force, il n'y a quasiment aucun clone graphique), le système très sympathique de l'alignement, le scénario agréable à suivre, les méchants charismatiques, les petits dialogues bien fichus pendant les attaques...

Par souci d'objectivité (tiens tiens...), je n'oublie cependant pas que l'ergonomie dans les menus est parfois très mal pensée, voire incomplète (organiser son équipement est une purge). Très peu d'équipements à acheter aussi. Pas de phases d'exploration, pas de quêtes annexes. Et effectivement, une certaine redondance à cause d'un nombre de combats trop élevé (mais rien n'empêche d'espacer ses sessions de jeu pour éviter l'overdose).
Mais tout cela n'empêche pas Feda d'être un Tactical non pas extraordinaire, mais réellement très sympathique et agréable. Et non un "truc-machin" au rabais et mauvais comme le test le laisse penser.

Mes respects au site Legendra que je trouve très bien fichu, très bien agencé, et avec des articles de passionnés. Mais là, pour le coup, ce test de Feda est trop biaisé pour être fiable.

PS : Ce n'est pas la nostalgie qui parle, j'ai découvert ce jeu fin 2016.
auty

le 13/07/2013
Si j'avais mauvaise langue, je dirais que tu as très très très mauvais goût RPG Player. Mais il parait que les goûts et les couleurs, ça se discute pas. Par contre, Feda méga best game ever, y'a matière à débattre.

Le seul point où je te rejoins (et seulement en partie), c'est sur la qualité du scénario. Il est clairement travaillé, y'a une ambition certaine, même si y'a trop de dialogues inutiles qui viennent te rabâcher ce qu'on sait déjà. Et ça nuit pas mal au rythme de l'histoire.
Après, j'irais pas jusqu'à dire qu'il est immense. On parle pas d'un FF6 ou d'un Chrono Trigger. Mais le scénar' est solide, oui.

Pour le reste, on a pas du jouer au même jeu.

Le système de combat à un goût d'inachevé. On manque d'information, la seule qui est vraiment exploitable sur les adversaires étant les défenses élémentaires. Le reste, c'est trop théorique et approximatif pour qu'on sache exactement à quoi s'en tenir. D'autant que rien n'est expliqué, c’est un peu "démerde-toi tout seul pour trouver les différentes subtilités". Du coup, face à un nouvel adversaire, c'est un peu l'inconnu. On tâtonne, on découvre les mauvaises surprises, on se fie à son instinct. Pour un tactical, genre où le choix de chacune de ses actions peut te coûter la victoire, ça la fout mal.

Si les séquences animées sont effets forts réussies et sympathique pendant les premières heures de jeu, on en a vite fait le tour. Et franchement, se taper des centaines et de centaines de fois ces séquences qui sont longues au point de rallonger des combats qui trainent déjà en longueur, c'est une vrai purge. Tu trouves ça cool au début, puis t'en viens vite à chercher un moyen de passer à la suite.

Pour finir, la bande-son est d'un rare ennui. J'ai du mal a concevoir que des boucles sonores de 20 à 30 secondes (le cas le plus courant dans le jeu) puisse être qualifié de "culte". En plus, les thèmes sont peu nombreux, et on se les bouffent jusqu'à en faire une indigestion.

Alors, je suis content pour toi si ce jeu te fait bander comme un cerf, mais non, Feda n'est pas un grand RPG de la SNES, Feda n'est pas un grand jeu tout court.
MeDioN

le 12/07/2013
Tu as parfaitement le droit de ne pas être en accord avec le test, mais tu as aussi le droit de respecter l'avis du testeur, tout comme je vais respecter le fait que tu mettes 10/10 à Feda, qui est un T-RPG que j’apprécie personnellement mais je placerais bien loin des référence du genre.

Amicalement.
RPG Player
le 12/07/2013
10
Argh!! Mais qu'est ce que c'est que ce site qui descend 1 à 1 les plus grands jeux SNES?? OMG, Feda est juste une superbe référence en matière de TRPG.

Tous les points de ce jeu sont POSITIFS!!
Rien que le scénario est immense, plein de rebondissements de fou furieux, des choses très inhabituelles dans les RPG...
Ensuite le système de combat est ingénieusement pensé et parfaitement calibré avec une difficulté parfaitement progressive.
Les séquences animés sont sublimes et n'ont pas besoin d'être "passées" puisqu'en plus d'être magnifiques elles font parties du "combat".

Pour finir, musicalement même si ça ne tient pas d'un Final Fantasy, on est dans du lourd et toutes les musiques sont vraiment très très agréables avec certains thèmes parfaitement culte!

Bref, encore un très très très mauvais test!!
Sphynx

le 21/05/2011
7
Un bon petit jeu pour l'époque, pas révolutionnaire mais quand même... Moi j'avais bien aimé. A essayer.
Benjimaru

le 22/10/2009
6
Un petit jeu sympa que j'ai plutôt apprécié.
synbios

le 19/08/2007
6
Ce clone de Shining Force n'égale pas son modèle.
Néanmoins, il plaira aux amateurs du genre.
OLDFAN
le 17/11/2006
il existe bien une version patchée anglaise. Mais le soucis principal vient des musiques biens nulles qui ne supportent vraiment pas la comparaison avec les musiques enchanteresses de Shining Force. Et en plus, il n'y a pas de village...
JojO
le 03/06/2005
un bon tactics-RPG, malheureusement doté d'une facilité déconcertante... ( il y a moyen de bien s'amuser quand même, surtout pour les fans du genre
PXL

le 31/01/2002
7
Ce T-RPG reste assez intéressant pour les fans du genre qui ne sont pas rebutés par les musiques ennuyeuses et l'histoire incompréhensible due au japonais (Je ne crois même pas que l'on puisse trouver une version patchée en émulé. Mais je m'en fiche, je préfère jouer sur Super Famicom et non sur les émulateurs (ils me servent juste à faire des captures d'écran pour que vous puissiez avoir de zolis images)).
43 active users (0 member, 43 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion