bandeau
avatar Guest
Login|Inscr.
sign
fiche

Eternal Sonata > Articles > Review
Voir aussi

Eternal Sonata

crpg play3 europe
Eternal Sonata
Sauter dans la Mer
Originellement sortie sur XBox360, la symphonie éternelle de Tri-Crescendo s'est offert un véritable bis sur Playstation 3 dans une édition Director's Cut reprenant en l'agrémentant le travail original des créateurs - entre autres - des deux épisodes de Baten Kaitos. En dehors des ajouts visibles comme les nouveaux costumes (sur lesquels je ne m'attarderai guère), le jeu propose quelques segments supplémentaires dans la trame principale. Si certains sont anecdotiques, d'autres en revanche subliment ce qui était déjà un petit chef-d’œuvre. Retour, donc, sur Eternal Sonata, RPG coloré et chatoyant s'il en est, et tout particulièrement sur cette version longue qui s'adresse tant aux amateurs de la première mouture qu'aux nouveaux venus.

La Symphonie du Destin

Bien qu'il ait été annoncé avant même sa sortie (les miracles du marketing !) qu'Eternal Sonata serait un jeu traitant de la thématique du rêve, et en particulier de celui qu'aurait fait le compositeur Chopin avant de mourir, celle ou celui qui voudrait trouver ici une œuvre historique et centrée sur FF (pour le petit nom du pianiste, Frédéric François) va rapidement déchanter : si le personnage fait effectivement partie intégrante du casting avec son grand chapeau, si le jeu nous fait également vivre, en parallèle, ses derniers instants, et si le monde dans lequel se meut notre petite troupe est effectivement présenté comme l'ultime rêve de Chopin, bien malin celui qui pourrait repérer dans Eternal Sonata un propos construit et suivi sur le songe. A mon sens, loin de trahir par cette légèreté une promesse pour le coup non-tenue, je crois tout simplement qu'Eternal Sonata prend ce personnage historique et cet épisode de sa vie pour en faire un lointain hommage - Tri-Crescendo est avant tout, ne l'oublions pas, un studio de musique - et un point de départ original à son odyssée.

Bien sûr, l'avatar du compositeur parle de temps en temps de l'origine du monde dans lequel a lieu l'aventure, bien sûr, quelques intermèdes érudits sur la vie de Chopin agrémentent agréablement le jeu, mais cela reste surtout décoratif. Le cœur du jeu n'est assurément pas, dans l'absolu, de distinguer le réel du rêve.

Les vrais héros, ce sont en effet Polka, une petite fille qui vend de la poudre florale et maîtrise la magie (ce qui est, dans ce monde, le signe d'une maladie incurable), Allegretto (un jeune homme pauvre qui porte secours à plus fauché que lui encore), et toute la troupe bigarrée qui les accompagne, le fil conducteur étant de faire cesser les agissements malveillants du comte Valse (et non pas Valls – quoique cette plaisanterie fort douteuse soit appelée à passer rapidement de mode), qui inonde le pays d'une poudre minérale qui s'apparente à une drogue universelle. C'est d'ailleurs autour de cette poudre et de ses effets pervers que tournera principalement l'intrigue - en tout cas dans sa dimension "visible".

La scène initiale montrant Polka en train de sauter d'une falaise ne tend pas vers une grande clarté narrative : dans l'ensemble, elle est à l'image du jeu qui suggère plus qu'il ne dit, et dont le fil est relativement ténu. J'ai l'impression qu'Eternal Sonata – à l'exemple d'un morceau de musique savante – s'éprouve plus qu'il ne se comprend au sens intellectuel du terme. On peut bien sûr y déceler un discours sur le destin, sur le courage (bref : sur les thèmes que nous retrouvons dans nombre de RPG de ces dernières années) mais le propos est le plus souvent sibyllin.

La version PS3 ajoute quelques nouvelles étapes de jeu et deux personnages supplémentaires : si le passage derrière le miroir du prince est anecdotique, et si les nouveaux personnages sont clairement mal intégrés aux combats puisqu'ils ne possèdent pas une palette de coups aussi riche que les anciens, Polka connaît en revanche quelques nouvelles galères qui viennent enrichir le personnage, et la fin a littéralement été modifiée. Si la version d'origine n'en devient pas obsolète pour autant, cette variante-ci est clairement meilleure : comme si l'on avait enfin affaire à une jeu terminé !
Eternal Sonata
Eternal Sonata
Eternal Sonata

La Symphonie du Nouveau Monde

Heureusement pour quiconque n'accrocherait pas à ce propos presque prophétique, le monde dans lequel nous sommes invités à nous mouvoir est d'une beauté à couper le souffle : beauté de la photographie et de l'animation pour commencer, avec un style coloré et lumineux qui vient nous rappeler le bon souvenir des deux épisodes de Baten Kaitos, et qui n'a peut-être d'égal, de façon rétrospective, que chez le superbe Ni no Kuni. Beauté de la musique, aussi (le contraire eût été un comble, d'ailleurs), composée par le seigneur Sakuraba, qui nous livre ici un sommet : quoique je sois piètre musicien, je crois reconnaître les tendances déjà développées dans Star Ocean : till the End of Time et, une nouvelle fois, les deux Baten Kaitos. Entre douces mélodies accompagnant vos flâneries dans des cités qui régalent également vos yeux comme Baroque et morceaux plus entraînants lorsqu'il s'agit d'explorer un donjon en forme de clarinette, la bande son est variée. Mention spéciale à la chanson (« Pyroxene of the heart ») - qui rappelle bien sûr « Le Ali del principio ».
Eternal Sonata
Eternal Sonata
Eternal Sonata

La Symphonie Eroica

Eternal Sonata vous propose également de combattre, selon un système qui tend de plus en plus au temps réel à mesure que votre « niveau de groupe » augmente (ces augmentations sont régies par des événements précis du scénario). Les coups donnés par les personnages font monter une jauge d'écho, grâce à laquelle il est possible de déclencher des coups spéciaux puis, au fil de l'aventure, de les enchaîner parmi les personnages. Il est également possible d'utiliser des objets préalablement sélectionnés dans le menu d'exploration : cette dernière fonction était peu utilisée sur la version d'origine : il n'en est plus de même sur la version dont il question ici, et dont la principale nouveauté est le niveau de difficulté revu très sérieusement à la hausse. D'un jeu trop facile, nous sommes passés à un jeu relativement difficile, qui demande parfois une vraie approche tactique, que ce soit dans la gestion des objets, justement, ou dans la gestion de l'ombre et de la lumière : en effet, selon que les monstres se trouvent dans l'ombre ou dans la lumière, ils changent de forme et de forces, tandis que les coups spéciaux des personnages changent également. Les déplacements (libres dans le temps imparti pendant le tour du personnage) sont donc de première importance.

La version PS3 propose un vrai défi : les derniers boss ont été largement renforcés et demandent un petit passage par la case entraînement. Pour les vrais musiciens de la bataille, il existe encore et toujours un « Unisson Mystérieux » dans lequel se trouvent les adversaires les plus forts du monde ! Ce sera l'occasion de faire encore grimper l'expérience, d'obtenir des stats qui décoiffent et de rosser le dernier boss - ou d'affronter ceux qui sont optionnels.
Eternal Sonata
Eternal Sonata
Eternal Sonata
Eternal Sonata, déjà sur XBOX360, a parfois été mal reçu, sans doute parce que nous en attendions ce qu'il ne propose pas : un jeu sur Chopin, un jeu traitant de la différence entre le rêve et la réalité. Par ailleurs, le traitement sibyllin du scénario le rend en fait assez élitiste. Mais comment résister à tant de beauté ? Cette nouvelle version vient parachever l’œuvre d'origine, venant confirmer que cette quête, prenant Chopin comme contexte seulement, est bien celle du Cœur humain, et de sa lutte sans cesse recommencée contre les Ténèbres qui menacent toujours de l'envahir. Devant cette vertu, il se pourrait bien que même le Créateur (car c'est ce qu'incarne Chopin, après tout) s'incline et laisse à la Lumière le soin de veiller sur le monde entier.

05/07/2015
  • une beauté à couper le souffle
  • une bande son remarquable
  • une aventure bien moins niaise qu'elle en a l'air
  • la Lumière et le Coeur vaincront !
  • deux nouveaux personnages assez anecdotiques
  • un propos très mystérieux qui pourrait en repousser certains
9

TECHNIQUE 5/5
BANDE SON 5/5
SCENARIO 4/5
DUREE DE VIE 4/5
GAMEPLAY 5/5
Eternal Sonata > Commentaires :

Eternal Sonata

9
7.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires xb360 [37] xla [0]
16 commentaires sur PlayStation 3
Pwyll

le 19/04/2017
7
Une des très belles surprises de la PS3 grâce à un scénario original, clairement loufoque et des graphismes vraiment magnifiques. La lecture à plusieurs niveaux est d'ailleurs un des gros points forts du jeu tout comme le casting original et attachant. Cependant, le design, très japoniais, est à réserver aux fans du genre.
Rugal69

le 14/07/2016
8
très bon jeu,
+ casting, système de combat et histoire intéressante.
- quelque longueur dans les cinématiques et les donjons.

ça reste une bonne expérience et j'y ai passé un très bon moment.
Britney
le 10/08/2015
Ce jeu

Par contre,surprenant de ne pas voir en négatif le systeme de sauvegarde qui rapelle les glorieuses heures de la PSOne...
A moins que ce soit un plus...
Bahamut-Omega

le 14/11/2013
Edité le 14/11/2013
8_5

Finis ma première partie à Eternal Sonata sur Ps3 (3 fois sur 360 avant ça).
Bon je ne vais pas revenir sur ce que j'ai dis pour la version 360, je vais juste parler des modifications:

+ Les nouvelles scènes. Elles permettent de clarifier certains points ambigus sur la version 360 (la fin notament). Lunivers est mieux développé du coup.

+ L'augmentation de la difficulté. La difficulté de base correspond au NG+ de la version 360, mais sans les bonus. Le je ne se résume plus à du bourrinage de touche.

+ Les donjons supplémentaires, ça augmente la durée de vie.

+ Les personnages supplémentaire...

- ... mais qui arrivent trop tard.

- La difficulté est assez inégale. Les chapitres 1 et 2 sont assez facile, le 3 plus difficile sur la fin, le 4 est le plus dur de tous, faut à une équipe sans attaquant. Et à partir du 5 c'est bien plus facile, surtout si l'on a battus un boss optionnel qui donne un des meilleurs accessoires du jeu.

- Les photos de Piccolo ne servent plus à rien, à part les photos de dragons verts du chapitre 2, elles ne rapportent plus rien à la vente, et les monstres sont très radin. Faut vraiment faire le plein d'objets de soin à ce moment là, surtout en prévision du chapitre 4...

- Les jolies photos lors des mini biographies de Chopin, remplacées par des tableaux assez moches.

La version Ps3 est bien la meilleures version du jeu malgré les quelques nouveaux défauts.


Herbrand

le 26/10/2012
Edité le 25/04/2013
6
+ Système de combat très élaboré et dynamique, mais rendu accessible au joueur de part une évolution au fur et à mesure de l'avancement de l'histoire
+ Graphismes enchanteurs
+ Casting très attachant
+ Originalité du contexte et de l'univers, donnant au scénario plusieurs niveaux de lectures

- Extrêmement linéaire
- Partie explicite du scénario assez réduite au final
itachi 57

le 17/07/2012
9
Bon il y'a pas trop de bouleversements par rapport à la version Xbox 360 hormis des temps de chargements plus long et plusieurs nouveautés dont je parlerais plus loin.

Graphiquement tout d'abord, l'emploi du cel-shading est très bien utilisé car les personnages sont très bien modélisés et les décors magnifiques (mention spéciale pour la ville de Baroque), par contre niveau murs invisibles et limitation du décor ils ont abusé.

Au niveau de l'OST j'ai eu un coup de coeur car Motoi Sakuraba à frappé très fort, mention spéciale aux thèmes de combats qui nous rappelle son heure de gloire quand il bossait pour Valkyrie Profile, Star Ocean ou Baten Kaitos et les musiques de Choppin joué par Stanislas Bunin sont magnifiques, je connaissais pas Chopin en plus donc grande OST.
Le scénario quand à lui se veut assez simple et une certaine niaiserie se dégage de pas mal de protagonistes, heureusement que ça se débloque à, la fin parce que à certains moments c'était pénible.
Le système de combat est un mélange de tour par tour et temps réel, comprenez par là qu'on peux se déplacer partout dans l'aire de combat mais qu'avec le personnage dont c'est le tour d'attaquer, les attaques quand à elle se font en temps réel, vous avez une barre de temps en haut gauche qui vous dit combien de temps vous allez attaquer, sinon il y'a un bouton pour les items, ainsi qu'un bouton pour les techniques spéciales et vous pouvez même contrer chaque attaque en ayant le bon timing, à signaler que les ennemis changent d'apparences en plein combat quand l'ennemi passe de la lumière aux ténèbres, et c'est valable pour les attaques spéciales également.

Concernant les nouveautés et bien il y'en à pas mal, il y'a deux nouveaux personnages jouables qui sont le prince Crescendo et la princesse Serenade, il y'a un nouveau donjon ou on joue avec Polka, ce donjon s'appelle Lament et se passe dans un miroir et permet en le finissant de débloquer Crescendo et Serenade.
Sinon il y'a un nouveau morceau de Chopin, de nouvelles quêtes, de nouveaux costumes, de nouveaux ennemis, de nouvelles cinématiques, de nouvelles fins et de nouveaux costumes, voila c'est tout.

Les plus et les moins :

+Les graphismes toujours aussi enchanteurs.
+l'OST de grande qualité.
+Les doublages japonais de grande qualité.
+Le système de combat proche d'un Tales of.
+Un nouveau donjon qui se révèle excellent.
+L'ajout du prince Crescendo et de la princesse Serenade qui apporte un plus dans l'équipe.
-Le scénario est d'une niaiserie (du moins au début).
-Salsa qu'on à envie d'encastrer dans un mur.
-La durée de vie très minime.
-Les méchants qui disparaissent un peu vite.
-Chopin finalement relégué au second plan.
yusuke

le 21/10/2011
8_5
Quelle belle surprise que fût Eternal Sonata Je ne m'attendais pas à un aussi beau jeu lorsque je l'ai pris,et pourtant,il fait surement parti des meilleurs Rpg de la génération actuelle.. Les graphismes sont magnifiques,on a rarement eu affaire a du si beau Cel-Shading et les décors sont somptueux(à l'instar d'un certain Baten Kaitos). Niveau sonore,on retrouve un très grand Sakuraba avec de magnifiques compositions du niveau d'un Baten Kaitos ou même Star Ocean 4 sorti plus récemment. Le scénario est assez niais mais certains personnages sortent du lot et sont quand même très charismatique. Quant au gameplay,on retrouve des combats très dynamiques un peu comme ceux de Star Ocean,mais moins technique quand même. Ajoutez à cela une durée de vie quand même conséquente à condition de prendre son temps et de ne pas rusher.. Des donjons optionnels ainsi qu'un New Game + sont présents pour rallonger la durée de vie,ce qui nous donne un résultat tout à faire honorable pour un rpg. En bref,Eternal Sonata est un excellent rpg que tout passionné devrait faire au moins une fois ! Une très belle surprise pour ma part
Bark

le 04/03/2011
Edité le 04/03/2011
8
Trusty Bell, aussi connu sous le nom d'Eternal Sonata porte bien ses deux titres. Éternel et sûr comme l'éternel retour de Nietzche et enchanteur comme le son d'un beffroi ou d'une sonate.
Mais pour le meilleur comme pour le pire il ne se résume pas à cela. ES est avant tout une histoire de forme.

Commençons par la structure du récit: le rêve d'un malade devient notre réalité. Ce petit monde a ses problèmes, ses tracas et nous en suivons le flux. Au cœur d'un univers poétique chaque protagoniste suis l'intrigue politique en essayant de résoudre ses propres problèmes, Chopin plus que les autres.
Ainsi le récit et superposé à une thèse philosophique, quoi de plus impliquant pour le joueur me direz-vous?
Le problème c'est la synchro, tantôt la thèse est passée à la moulinette façon fromage rapé, tantôt le récit est étalé comme de la confiture que l'on servirais à un enfant. On se retrouve avec Chopin qui rèpète 20 fois la même conclusion sous des angles différents pour être sur que l'on comprenne et à se balader en compagnie de Beat et Salsa qui nous font des... blagues, si ont veux leur donner un nom. Malgrès un manque de punch dans certaines mise en scènes (là ou d'autres sont très réussies cependant) l'ensemble reste suffisamment cohérent.

Comme on peut s'y attendre la musique joue un rôle important dans ES, cependant pour peu que l'on ais fait quelques Tales of, une bonne partie de l'OST sentira le réchauffé. Ce qui n'empêche pas Sakuraba d'avoir créé pour le jeu quelques véritables masterpieces.

Côté Gameplay on récupère un peu des titres pré-cités en séquençant au tour par tour, on enchaine les combos et on utilise intelligement l'ombre et le lumière pour modifier ses skills. Sympa mais ça manque de profondeur (ça aurait pu être sympathique de pouvoir influer sur la la lumière plus dynamiquement) et ça peu lasser. Heureusement en contrepartie le jeu n'est pas trop exigeant et ne requiert qu'un peu de leveling et d'utilisation d'items.

Et finalement les graphismes, c'est léché, détaillé, beau. L'animation des personnages et du paysage est omniprésente. Pour un premier pas next-gen, c'est grand. Il ne manque qu'un peu du punch des scènes d'actions de blockbusters.

40h parfois un peu frustrantes à cause du gameplay ou fastidieuses à cause du level-design de certains donjons dont l'annexe qui est vraiment dispensable. Mais une bonne fin et un ressentit final qui vaut vraiment le coup.


Benoî!

le 19/02/2011
7
Le début du jeu est absolument enchanteur, les décors et les musiques sont magnifiques. L'animation des personnages a été aussi très soignée. De plus le concept de mêler l'histoire de Chopin au soir de sa vie dans cet univers onirique est assez réussi, cela donne un filigrane assez sombre et tragique à toute l'aventure.

Le système de combat est assez intéressant avec les zones d'ombre et de lumière et son aspect évolutif. Quelques bémols cependant, certains combats "basiques" peuvent être un peu long face à un bestiaire répétitif, et quelques boss qui obligent à faire un level-up un peu lassant (mais en même temps sans ces 2-3 passages le jeu serait super facile).

De bonnes bases donc, mais le tout peine à décoller, c'est vrai que la mise en scène de certains moments importants est plombée par des longueurs et des dialogues un peu niais. Ça stagne, ça se répète.
Et la fin, si elle est très émouvante n'en est pas moins assez... confuse.

Mais c'est globalement un bon moment, ça vaut le coup de s'y essayer.
LGF

le 23/12/2010
7
Le début de Eternal Sonata est assez prometteur. On découvre un fait inhabituel dans un RPG, un fait historique. On retrouve donc un Frédéric Chopin sur son lit de mort. Le jeu suggère son dernier rêve. Le joueur se retrouve alors dans ce monde imaginer par notre Chopin. L'introduction en est très poétique, combinant musiques, graphismes et introduction du monde et de ses personnages assez réussis. Vient alors les combats qui est, pour moi, le point fort du jeu. On trouve ici un mixte entre un rpg et un A-rpg. De plus, le système évolue au fil du jeu, ce qui permet tout d'abord de s'y familiariser puis il évolue (en atteignant certains points du scénario).
Malheureusement, la début du jeu laisse vite place a un scénario assez creux, plat et classique (qui pourtant aurait put donner quelque chose de bon s'il avait était plus travaillé). Les personnages sont attachants, mais vite agaçants et finalement assez niais.
Les musiques sont également un point fort du jeu, très jolie et très immersives. Un aspect historique nous présentent certaines œuvres du véritable Chopin, très sympathique à suivre.

Pour faire bref, Eternal Sonata reste un bon RPG mais son scénario creux et ses personnages trop souvent niais pourront en rebuté certains. A faire au moins une fois tout de même rien que pour l'ambiance et surtout l'excellent système de combat!
43 connectés (2 membres, 41 invités, 0 anonyme)
Utilisateurs en ligne: ckool13, Machin
Legendra RPG V4.8 © Force 2018 - Mentions légales
Webmaster : Medion