bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Castlevania: Lament of Innocence > Articles > Review

Castlevania: Lament of Innocence

adv play2 europe
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania 64 avait osé faire le premier pas. Difficile de passer en premier, surtout avec une technologie naissante très perfectible. Et bien qu'applaudi en grandes pompes à sa sortie par la presse et les joueurs, il est très vite devenu le vilain petit canard de la série.
Trois ans plus tard débarquait alors Lament of Innocence, l'opus salvateur sensé faire table rase des expériences passées. Une attente démesurée reposait logiquement sur ses épaules, d'autant plus que Metroid Prime avait prouvé au monde entier que le genre acquis depuis Symphony of the Night pouvait parfaitement se transposer avec brio en trois dimensions.

Prologue

L'histoire se passe au XIe siècle, en ces temps où la paix est encore protégée par des légions de Chevaliers. À leur tête officient deux jeunes prodiges : Mathias Cronqvist et Leon Belmont, deux amis très soudés. Emportés par les croisades à des milles à l'est de leur pays natif, leur route se divisa… et leur destin tragique se mit en branle.
Mathias revint assez tôt, victorieux de sa campagne. Mais son retour n'était pas des plus réjouissants : sa femme Elisabetha était morte. Profondément ébranlé par cette nouvelle, il tomba alité durant des semaines entières. On n'entendit plus parler de lui…
Une année entière passa alors avant que Leon ne fit son retour avec son armée, toujours invaincue au combat. Mais d'étranges phénomènes envahissaient son domaine, les monstres ravageaient les terres et pire : sa bien-aimée, Sara, fut enlevée…

C'est à ce moment que Mathias choisit de rendre visite à Leon, pour lui apprendre que ces derniers évènements semblent étroitement liés à un vampire, résidant dans un très grand château dans les terres de l'est. Sara se révèle être sa captive, il n'en faut pas plus à notre héros pour renoncer à tous ses bien et partir à la recherche de son amour.
La fameuse légende démarre à cet instant…
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence

L'Epicnessless

Alléchant. C'est le moins qu'on puisse dire.
La promesse de grandes révélations, avec l'émergence de Dracula, ses origines, et surtout, l'épopée du premier membre de la famille Belmont-tueurs-de-vampires. On commence cette aventure un peu fébrile, avide de révélations sur la saga, sur une console qui peut enfin nous en mettre plein la vue. Les espoirs sont grands…
… Et la déception proportionnelle.
La narration est malheureusement à l'image de la série : chaotique.
Une introduction intéressante, des personnages charismatiques, quelques rebondissements ici et là mais des scènes rares, des dialogues sommaires et une fin sensée contenter notre soif de Dracula expédiée en cinq minutes. Et c'est ici que le bât blesse : l'absence quasi intégrale du comte. Une simple discussion en fin d'aventure, sortie de nulle part, viendra répondre aux interrogations initiales et ce, de manière bien sommaire.
C'est pauvre, bien trop pauvre pour nous contenter. On attendait quelque chose de puissant, un moment épique au possible pour la naissance la mythologie, à l'image de ce qu'aura tenté Lords of Shadows quelques années plus tard dans un autre registre. Mais non, Konami en a décidé autrement et décide de tirer un trait sur ces deux personnages au potentiel pourtant énorme. Très gros gâchis laissant un goût amer en bouche.
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence

Un peu d'exploration

Vous prenez le contrôle de Leon une fois que celui-ci arrive au sein de ce fameux château.
Zone centrale de toute l'aventure, vous y trouverez un accès vers les cinq différents niveaux puis vers le couloir final. Chaque level est clairement différencié des autres, reprenant les grands thèmes de la saga (chapelle, égouts, etc) bien qu'aussi surprenant soit-il, la Clock Tower n'est pas de la partie – une première dans la saga. Tous offrent une map relativement grande, composée d'une succession de couloirs et de salles plus imposantes dans lesquelles vous devrez défaire un certain nombre d'ennemis et/ou résoudre une énigme (souvent gentillette) afin de débloquer le passage vers la suite. L'avantage est, qu'une fois la salle débloquée une première fois, vous n'aurez pas à la nettoyer une seconde fois. Et ce point est vraiment le bienvenu car Lament of Innocence n'est pas avare en backtracking.
À vous d'avancer suffisamment pour dénicher le boss du level, obtenir sa sphère et ainsi, passer au niveau suivant. Une fois les cinq niveaux purgés des démons, vous n'aurez plus qu'à foncer dans le château au travers de la porte principale qui se sera alors débloquée.

Au cours de l'aventure, Leon va bien évidemment gagner en puissance, tant au niveau de son équipement/armes que de ses combos et objets. Son fouet va du coup gagner en énergie, vitalité, magie (vous découvrirez au passage l'origine du Vampire Killer !) et vous ramasserez aussi, comme dans les autres épisodes, des armes secondaires (hache, croix, dagues, eau bénite, etc) qui, une fois couplées à certaines orbes, vous offriront un nouvel éventail de combos fortement utiles. Une latitude bienvenue laissée à chaque joueur qui pourra choisir son attaque préférée en fonction de sa manière de jouer. Les combinaisons sont multiples et restent assez équilibrées. Un bon point, mais terni par une lourdeur assez conséquente du gameplay où un certain input-lag (que l'on espère voulu) se fait sentir.
Selon votre motivation, vous pourrez vous adonner à la chasse aux items, tout comme dans Symphony of the Night afin d'augmenter le petit Leon au maximum de ses caractéristiques avant la joute finale. Un peu de recherche, quelques énigmes supplémentaires et certains murs friables à faire tomber. Il s'agira d'ouvrir l'œil.
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence

Le problème du level-design

Malheureusement, si tout ceci semble encore une fois complet et bien pensé, les limites du système se font très vite ressentir et un sentiment de frustration vient gagner le joueur dès la première heure de jeu.
Trois des cinq niveaux disponibles semblent presque identiques. Leur architecture et la manière dont vous les explorerez sont sensiblement similaires. Très plats, aucune verticalité, vous enchaînerez couloirs linéaires et salles à vider pour passer à la suivante. Sympathique au début, on s'ennuie malheureusement très vite. Ajoutez à cela le fait que Lament of Innocence ne propose pas de système d'expérience à proprement parler (tuer un ennemi ne vous apporte rien, si ce n'est son loot) et vous comprenez très vite que les combattre est totalement optionnel. S'ensuit alors une exploration en zig-zag, avec un Leon évitant le maximum d'ennemis possibles pour atteindre la salle suivante en un temps record. Deux niveaux sortent heureusement du lot, le Dark Palace of Waterfalls et le Ghostly Theatre, qui arrivent à proposer un peu plus de fraîcheur au niveau de l'exploration, moins limitée à une succession de couloirs et salles identiques. Cela reste tout de même faible. Malheureusement, tout ceci mis l'un dans l'autre freine considérablement l'implication du joueur dans cet univers. On passe le plus clair de notre temps à courir entre les ennemis, ouvrir des portes et attendre que le chargement de la salle suivante veuille bien se terminer. L'exploration de chaque niveau est du coup très laborieuse, l'envie de complétion frôlant le néant le plus total. On s'y oblige tant bien que mal, à défaut d'en être motivé.

La difficulté du titre est largement accessible et ne présente que peu de challenges. Le tout couvert d'une durée de vie très faible, il vous faudra compter cinq heures en ligne droite, puis une à deux heures supplémentaires pour bien tout raser. Heureusement, un mode hard se débloque ensuite, et c'est dans celui-ci que toute la richesse du gameplay pourra s'exprimer. Tout devient alors bien plus nerveux, plus technique et les défauts cités plus haut passent au second plan. Dommage de devoir attendre aussi longtemps…
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence

Image et son

Techniquement, le titre est dans la moyenne du support.
D'un côté, il offre une modélisation tout à fait correcte des personnages couplée d'une animation convaincante, et de l'autre, on s'étonne sans cesse devant le vide incroyable de ces niveaux. Les salles sont vides... totalement vides. Un balcon et peut-être un arbuste viendront en égayer quelques unes, mais c'est tout. Les développeurs mettaient en avant la lisibilité de l'action pour justifier ce choix graphique, mais là encore, on reste très loin de la richesse et de la limpidité d'un God of War pour ne citer que lui.
Le plus gros défaut venant de ce sentiment de "copier-coller" quasi omniprésent. Toutes les pièces se ressemblent, arborent la même structure et manquent cruellement de variété et de détails. Joli mais vide.

Musicalement, en revanche, c'est la fête. Comme pour la très grande majorité des titres de la saga. Une fois de plus, c'est Michiru Yamane (Aria of Sorrow, Symphony of the Night) qui s'y colle et arrive à fournir quelques pistes vraiment sympathiques. Seul leur nombre très limité viendra nuancer l'ensemble, ainsi qu'une piste vraiment à part, presque de mauvais goût : Anti-Soul Mysteries Lab. Une piste agressive et utilisée dans un univers moyennement approprié, elle peut très vite agacer pour peu que vous tendiez un peu trop l'oreille.
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence
Castlevania: Lament of Innocence
Lament of Innocence laisse dubitatif. Son système de jeu, basé sur une exploration en détail des niveaux et sur un système de combat réussi - bien que redondant - arrive à convaincre et nous fait passer de bons moments. De même que son ambiance globale couplée à une bonne direction artistique insuffle au jeu une réelle identité. D'un autre côté, la promesse de la Genêse de la saga, celle que l'on attendait depuis une décennie, n'est pas vraiment tenue et reste constamment ternie par des défauts de level design disséminés ici et là. Un titre vite terminé, vite oublié, qui, finalement, aura bien du mal à dépasser son aîné (Castlevania 64), malgré quelques qualités indéniables.

09/05/2016
  • Bande sonore
  • Possibilités du gameplay
  • L'ambiance
  • Techniquement correct
  • Le level-design
  • Le scénario
  • Durée de vie minime
6

GRAPHICS 3/5
SOUND/MUSIC 3.5/5
STORY 2/5
LENGTH 1.5/5
GAMEPLAY 3/5
Castlevania: Lament of Innocence > Commentaires :

Castlevania: Lament of Innocence

6
6.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pst2c [0]
15 commentaires sur PlayStation 2
faust

le 22/12/2012
6
A part le combat contre le boss optionnel, c'est court, c'est limite moche, mais comme c'est du CASTLE, ca ira.
Luckra

le 14/08/2012
7
La genèse de la saga racontée dans un épisode 3D.

Techniquement le jeu pêche énormément avec une modélisation pas très détaillée, des animations raides et des effets de lumière pas toujours bien faits. Mais la patte graphique de la série est là et chaque lieu a son ambiance propre comme on a pu avoir dans d'autres épisodes.
Les musiques contribuent aussi énormément à cette ambiance car on retrouve le style propre à la série depuis SotC.
Le scénario nous raconte l'origine du clan Belmont, du fameux fouet Vampire Killer et de Dracula. Et même s'il faut avouer que la mise en scène pêche souvent et que le doublage est très inégal, j'ai pris plaisir à découvrir l'histoire (qui s'inscrit très bien dans la continuité).
On retrouve le gameplay classique de la série depuis SotC : équipement (fouets, armures et accessoires), les reliques, les subweapons (dague, hache, croix, etc.) couplées cette fois à des orbes colorés pour modifier l'attaque et l'inventaire plein de potions, joyaux et plats exotiques. La seule chose différente est l'absence d'XP qui du coup n'oblige pas le joueur à tout nettoyer (même si l'on est enfermé dans les salles la première fois qu'on y entre). On couple tout ça à des contrôles bien rigides, même pour l'époque et on a un sentiment un peu amer en bouche.

Bonne réintroduction de la série dans l'univers 3D (adieu N64), ce Lament of Innocence laisse un gout de "trop peu" même s'il pose des bases très saines au niveau de l'histoire et au niveau du gameplay pour de futurs jeux.
heavenly

le 23/10/2011
Edité le 24/10/2011
7
Un castlevania bien dans l'ambiance de la série qui malgré un gameplay rigide nous sert une ambiance épique et gothique à souhait avec une fin magistral qui nous prend au tripes !!
Popolon

le 23/08/2011
7_5
Adepte des Castlevania depuis fort longtemps, j'avais vraiment hâte de découvrir les origines de la saga. C'est maintenant chose faite, et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Lament of Innocence est un jeu suffisamment court pour ne pas devenir répétitif et suffisamment long pour tenir le joueur en haleine.
Graphiquement, on s'en sort plutôt bien, même si les décors ne sont que des textures différentes à chaque fois pour les mêmes pièces (à quelques exceptions près). La modélisation des persos en revanche ne fait pas vraiment honneur au design de Kojima Ayami et laisse à désirer. Musicalement parlant, c'est très sympa même si on a déjà entendu mieux. Enfin la jouabilité du titre est correcte, quelques actions sont un peu approximatives mais bon (c'est un problème récurrent chez la famille Belmont).
Au final, j'ai passé un très bon moment. Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais je me suis vraiment amusé alors je lui mets un bon 4/5.
Faizon

le 06/10/2010
6
Malgré un level design fort peu inspiré, ce volet en 3D propose une aventure convenable, d'une difficulté globalement équilibrée, proposant quelques possibilités d'exploration pour les plus courageux. L'ambiance est, comme souvent avec les Castlevania, au rendez-vous, et la courte durée de vie rend le tout recommandable, à défaut d'être incontournable.
Toki

le 16/02/2010
Edité le 23/06/2010
4
Premier Castle sur Ps2 et grosse deception.
Les musiques sont excellentes pour la plupart et le scenario assez travaille puisqu'on assiste a l'origine de la saga, mais malgre cela Belmont oblige, la jouabilite est horrible, les niveaux manquent d'inspiration....
Seul plus, pouvoir rejouer avec Joachim...
devildestinyman

le 23/08/2009
6
Vraiment un opus épique c'est un peu le début de la quete des Belmont l'histoire est assez bien faite , les graphismes sont assez bien et je trouve le passage à la 3D réussie ... Cependant les musiques manque un peu de peps on est loin des musiques de cstlevania 4 ou de celle de Rondo of blood !!!
Une durée de vie et une difficulté qui est au rendez vous ...
Chipstouille

le 25/06/2009
Edité le 01/06/2013
1
Quelle ânerie ce jeu.

Je commence par rectifier deux points:

- Il ne s'agit pas du premier Castlevania en 3D, Konami nous a déjà "ravi" de 2 épisodes en 3D sur Nintendo 64 très fidèles aux 4 premiers (et quelques...comme le Bloodline ou le premier Dracula X) mais à la gestion de la caméra et des sauts calamiteuse (voir exceptionnellement agaçante) que je déconseille donc fortement, surtout vu les standards de maniabilité actuels.

- Lament of innocence ne renoue pas du tout avec le gameplay d'origine de la série. Je rappelle que les premiers Castlevania étaient des jeux de plateforme, donc avec de nombreuses phases d'acrobaties diverses à effectuer. Ce n'étaient pas des beat them all comme c'est le cas ici. Les deux épisodes N64 en revanche, renouaient justement avec les épisodes originaux.

Donc sinon, cet épisode est la plus grande supercherie du Jeu Video de ces 10 dernières années (et pourtant yen a eu d'autres). Personne ne tilte sur le level design qui n'est même pas digne des pire beat them all de l'ère 8-16 bits? C'est quoi cette succession de sales carrées et pratiquement vides hyper répétitive? C'est encore pire que la Chrystler Tower de Parasite Eve...

Alors le jeu est en effet maniable, les musiques sont pas dégueux, les graphismes sont moyens plus (pour peu qu'on aime l'aspect hyper régulier des décors) mais alors pour l'intéret on repassera. A ce rythme-là, il vaut mieux un bon jeu de baston qui a au moins le mérite de défouler et de demander en général un peu plus de doigté. Au moins on vous demandera pas de circuler dans des labyrinthes qui n'en sont pas... Je n'en veux pas tellement à Konami qui ne fait que rater son coup une fois de plus mais aux critiques dythirambiques que l'on a pu lire ça et là sur le jeu et qui n'ont pour la plupart, même pas relevé le principal problème.

Donc, pour un Castlevania en 3D, ça n'aurai pas pu être pire, même les épisodes N64 s'en sortent mieux que ça...
James K. Barley

le 15/10/2008
6
Premier Castle en 3D... et les dents grinces. Malgré un chara-design magnifique d'Ayami Kojima, la modélisation des persos est vraiment mauvaise. Les musiques sont loins d'égaler les ancètres et on regretera cette caméra sur raille assez gênantes, par moment.

Il fallait bien qu'ils en fassent un en 3D... ç'aurait pu être bien pire.

Le fait de pouvoir mettre le jeu en anglais tout en gardant les doublage japonais était un plus innatendu dans la version jap.
Kenshiro

le 08/04/2008
Edité le 05/06/2008
8
1er episode sur PS2, un jeu en 3d, assez bon, mais basique, on renoue avec la serie d'origine. gameplay d'origine aussi, et scenario on arrive a l'origine de la saga, comment cela a commencé.
donc tres bon scenario, mais le gameplay un peu rigide peu decevoir.
68 active users (0 member, 68 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion