bandeau
avatar Guest
Login|Inscr.
sign
fiche

The Legend of Zelda: Breath of the Wild > Articles > Review

The Legend of Zelda: Breath of the Wild

adv wiiu europe
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
Ganon me les brise
La série The Legend of Zelda nous avait fait visiter les cieux avec Skyward Sword lors de sa dernière pérégrination sur console de salon. Cette fois, on revient à un cadre plus classique puisque Breath of the Wild nous ramène vers les terres d'Hyrule. Ceci 100 ans après que le fléau Ganon dévasta le Royaume. Évidemment, le rôle de Link qui se réveille enfin après avoir passé un siècle dans une cuve sera donc de prendre sa revanche sur Ganon.

Une découverte grisante

Il est peu dire que dès le début, Breath of the Wild tranche radicalement avec Skyward Sword. Lorsque ce dernier était proche de nous endormir avec sa très longue introduction, BotW se montre quant à lui bien plus pragmatique. L'on se retrouve ainsi très rapidement livré à nous-même (à l'instar du tout premier The Legend of Zelda) dans une zone d'introduction ouverte. Les quelques premières heures du jeu servent à appréhender les fondamentaux du jeu tout en jouissant déjà d'une certaine liberté. On s'amuse à récolter des ingrédients ici et là pour cuisiner des plats amusants – ceux-ci régénèrent notre vie, exit les cœurs à l'ancienne – et surtout à grimper et courir n'importe où. En effet, ce Zelda nous offre une liberté de déplacement sans doute jamais atteinte avec la possibilité d'escalader absolument partout, selon la capacité de notre jauge d'endurance.

Ces premières heures sont également l'occasion d'obtenir les modules de notre tablette sheikah (qui prouve que Link est bel et bien le héros de la Légende), c'est à dire des pouvoirs. Ceux-ci ne sont pas très nombreux : les bombes, un pouvoir qui nous permet de déplacer certains objets, un autre qui permet d'en figer, et un dernier qui sert à créer un bloc de glace sur de l'eau. Ces modules nous sont principalement utiles pour résoudre les énigmes présentes dans les 120 sanctuaires qui parsèment le monde d'Hyrule. Chaque sanctuaire nous donne un item et, lorsque l'on en réunit quatre, cela permet d'améliorer soit notre nombre de cœurs de vie, soit notre jauge d'endurance. La qualité des sanctuaires est très inégale, et il est parfois plus intéressant de les trouver que de les faire. Mais cela demeure plutôt un point fort du jeu, là où la plupart des AAA récents s'abstiennent de proposer toute forme de réflexion.

L'introduction se termine avec l'obtention du paravoile. Les enjeux de notre quête sont alors posés : il faut terrasser le fléau Ganon, qui menace de nouveau Hyrule. Et si l'on veut, on peut s'y essayer directement. C'est là la principale nouveauté de ce Zelda : passée l'introduction, on dispose d'une liberté d'action totale. Le joueur peut choisir de plier le jeu lorsque bon lui semble. Il est inutile de préciser bien sûr que le téméraire qui voudra se faire Ganon avec ses trois pauvres cœurs risque fortement d'essuyer quelques déconvenues. L'objectif est donc de rendre Link le plus puissant possible, en terminant un maximum de sanctuaires, en obtenant la Master Sword qui est bien sûr toujours de la partie, ou encore en améliorant l'équipement (grâce aux grandes fées… il fallait bien leur trouver une utilité et visiblement les développeurs n'ont pas été plus inspirés que ça).
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Plus grand, mais pas plus intelligent

On remarque assez vite que Breath of the Wild s'inspire assez largement de nombreux open-worlds occidentaux bien connus tels que The Witcher III, Skyrim ou même Assassin's Creed. Ces références apparaissent par le biais de divers événements présents à travers la map et le crafting, très présent. En fait, c'est un RPG occidental avec un enrobage Zelda. Les mécaniques de jeu présentes dans la majorité des opus de la série sont remplacées par des systèmes au demeurant très classiques. L'aire de jeu est quant à elle gigantesque et sans chargement entre les zones. Pour obtenir la carte de ces zones justement, il faut escalader une tour trouvable dans chacune de celles-ci.

Mais il faut constater que la grandeur de la map devient progressivement une tare. Au début, l'exploration est captivante. On s'amuse à stopper notre voyage pour mettre au tapis les monstres qui grouillent un peu partout, dans la nature ou regroupés dans des camps, on ramasse tous les objets possibles… Cependant, l'espace de jeu est la plupart du temps inutilement grand avec beaucoup d'endroits finalement sans intérêt que l'on met beaucoup de temps à traverser ou à escalader… D'autant plus que l'accélération de Link ne le rend guère plus rapide, et que celle-ci est très courte même en améliorant bien sa jauge d'endurance. Et si escalader est amusant au début, cela devient parfois fatiguant, sachant qu'il pleut assez régulièrement et que la pluie nous empêche de gravir les parois. Il existe bien des chevaux, que l'on droit dresser avant de pouvoir monter (et les enregistrer dans des relais présents en nombre dans le jeu, pour pouvoir les réutiliser à souhait), mais ceux-ci sont plutôt rigides, y compris pour les meilleurs d'entre eux. Dès que l'on arrive dans des espaces un peu plus étroits, ça a même tendance à devenir un petit calvaire avec des montures incapables de sauter par-dessus certains éléments.
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild

De vrais choix de gameplay

Heureusement, le nombre assez incroyable de subtilités qui enrichit le gameplay relève le tableau. Et c'est là sans aucun doute l'une des plus grandes forces du titre. Bien souvent, on est surpris en découvrant tous les détails auxquels ont pensé les développeurs. Sans trop en révéler, par exemple, lorsqu'il y a de l'orage, il faut retirer tout notre équipement métallique sous peine de recevoir la foudre. Aussi, si vous placez une bombe devant des monstres, certains vous la renverront avec un grand coup de pied. Ou encore, vous pouvez utiliser une baudruche (objet récupérable sur les octoroks) pour l'accrocher à un vase ou un bout de bois pour le faire voler vers le ciel. Et il y a bien d'autres choses à faire, mais le plaisir réside ici bien entendu dans la découverte de celles-ci.

Pour ce qui est des commandes, on est au départ un peu déconcerté par les sauts qui utilisent la touche X, mais on s'y fait. Sur Wii U, il est préférable d'utiliser une manette Pro pour un confort optimal, mais le titre reste tout à fait jouable avec le Gamepad. Celui-ci n'utilise par ailleurs nullement le double-écran, vous avez juste le choix entre afficher le jeu sur votre téléviseur ou sur l'écran tactile du Gamepad. Pour ce qui est des combats, on reste dans l'esprit Zelda avec des commandes assez simples à appréhender même si Link parait moins souple que par le passé. Le changement notable se fait plutôt au niveau de la difficulté, plus relevée qu'à l’accoutumée même s'il s'agit tout de même d'un jeu loin d'être « difficile ».

Un point important à noter dans le gameplay est le fait que votre équipement (armes, arcs, boucliers…) se brise après un certain nombre d'utilisations. Concrètement, cela se produit souvent très vite, ce qui vous oblige à constamment renouveler votre inventaire avec tout ce qui vous passe sous la main. L'idée est plutôt intéressante, même si en conséquence, on a tendance à hésiter à utiliser nos équipements rares… De plus, il faut souvent jeter des choses lorsque notre équipement arrive à saturation. Pour améliorer la capacité de celui-ci, il faut trouver beaucoup, beaucoup de korogus (les petits elfes de la forêt, aperçus précédemment dans The Wind Waker). Ceux-ci se trouvent aux quatre coins de la map, et vous demandent de réussir parfois quelques exercices (comme tirer des flèches sur des cibles en mouvement) pour les déterrer. Ce qui est très répétitif et fastidieux. Au total, le jeu en compte 900, sachant que près de la moitié s'avère être finalement inutile… Étrange.
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Une formule imparfaite

Pour égayer un peu les grandes plaines et montagnes qui façonnent le monde d'Hyrule, il n'y a pas que les korogus, fort heureusement, et Nintendo a tenté d'ajouter des points d'intérêt en nombre. On compte ainsi davantage de villages qu'habituellement (encore heureux vue la surface de jeu). Ceux-ci sont plutôt agréables à visiter et nous permettent de faire le plein d'objets ou encore d'acheter de nouveaux équipements (eh oui, on change de vêtements dans ce Zelda). On retrouve aussi des PNJ toujours hauts en couleurs et qui se veulent atypiques (et nous refilent énormément de quêtes annexes, la plupart relativement peu intéressante). Certains endroits de la map comportent en outre des challenges spéciaux. Par exemple, sur une certaine île, on vous retire tout votre équipement et vous devez vous débrouiller avec ce que vous trouvez sur celle-ci. Ce qui permet de briser un peu la monotonie de l'exploration. Aussi, le jeu vous invite à retrouver des lieux affichés dans votre album photos. Il s'agit de souvenirs qui permettent à un Link amnésique de retrouver la mémoire. Le nombre de souvenirs trouvés influe sur la fin (qui est dans tous les cas très moyenne). Ce n'est pas tellement passionnant mais pourquoi pas…

Breath of the Wild reste un Zelda et qui dit Zelda, dit donjons. Ils existent au nombre de quatre, ce qui semble léger mais Majora's Mask en comptait tout autant et de qualité, ce qui n'était donc pas si problématique. Le souci ici est justement que ces donjons, qui tentent également de renouveler la formule Zelda, s'avèrent être plutôt moyens. Ils utilisent toujours le même concept, et se terminent assez vite (30–45 minutes suffisent pour chacun d'entre eux). À vrai dire, ils nous évoquent plus les tombeaux optionnels de Rise of the Tomb Raider en un peu plus complet bien sûr, que les temples torturés auxquels nous avait habitué la saga. Alors oui, il faut quand même un poil de jugeote pour s'en sortir mais avec un nombre aussi restreint, on s'attendait tout de même à plus mémorable. Il en est d'ailleurs de même pour les boss qui les ponctuent, pas bien difficiles à appréhender ni à vaincre. Dans ces deux cas, on se situe nettement en-dessous de la qualité des autres volets majeurs de la série.
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild

C'était mieux avant ?

Visuellement, le jeu nous propose un style cel-shadé qui tente surtout de masquer les lacunes techniques de la machine. Ce n'est pas désagréable, mais il ne faut pas trop s'attarder sur certaines textures. Les villages, et notamment les intérieurs, se montrent en revanche vraiment très jolis. Le design des personnages est également plaisant, celui des boss est par contre moins sympathique. La direction artistique, dans son ensemble, souffle le chaud et le froid. On alterne entre paysages inspirés et d'autres bien plus quelconques. Surtout, on peut regretter que tous les sanctuaires et les donjons disposent constamment du même style graphique. Certains y verront là une forme de cohérence, d'autres un signe de fainéantise artistique.

Breath of the Wild se montre plus surprenant par son sound-design. Les musiques se font très discrètes lors de nos aventures, avec seulement des notes de piano de temps en temps. C'est plutôt bien pensé, et ça colle à l'ambiance désirée. Par contre, globalement la bande-son manque tout de même de thèmes vraiment marquants. On retrouve certaines musiques connues avec plaisir, mais les nouvelles ne sont pas spécialement mémorables. L'apport des voix lors de certaines scènes n'est pas forcément évident non plus. Il s'agit parfois juste d'une ou deux phrases parlées, avant un retour à une scène in-game avec seulement du texte. Et les voix françaises frisent parfois le grotesque.

Finalement, ce BotW donne avant tout l'impression d'être un grand patchwork entre un RPG open-world un peu lambda et Zelda. Et il s'y perd un peu. Ce mix sans grande identité manque de folie dans son ensemble. Il s'agit surtout d'un Zelda en beaucoup plus éclaté que d'habitude, mais moins inspiré. En 100 heures de jeu, combien avons-nous visité de lieux mémorables, combien avons-nous rencontré de personnages mémorables, combien avons-nous vécu de moments mémorables ? Très peu. Là où l'on se rappelle aisément des heures passées à flâner dans Bourg Clocher avec Majora's Mask, de la découverte de Mercantîle avec The Wind Waker ou encore de l'arrivée dans le Dark World avec A Link to the Past, Breath of the Wild peine, lui, à nous claquer à la figure ce genre d'instants qui font d'un bon jeu, un grand jeu. Il joue sur la corde de la nostalgie mais les Gorons, les Zoras, les Piafs, les Gerudos et les korogus que nous rencontrons ne parviennent à égaler leurs modèles. Parsemer la worldmap de noms qui titillent les fans donne le sourire mais n'y change rien. En jouant à ce Breath of the Wild, on se dit : « ah tiens, ça c'était bien dans tel ou tel opus » mais ce dernier-né de la saga n'arrive jamais à imposer ses propres références. Problématique.
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
The Legend of Zelda: Breath of the Wild
Le principal problème de ce nouveau rejeton de la série The Legend of Zelda est d'avoir le fessier entre deux chaises. D'un côté, il emprunte allégrement les codes des RPG occidentaux modernes et d'un autre, il s'efforce de conserver certains principes fondamentaux d'un Zelda classique. Malheureusement, il n'excelle dans aucun des deux domaines. À l'instar de son monde ouvert inutilement gigantesque, le jeu mise bien trop sur la quantité plutôt que la qualité et la redondance devient alors inévitable. Les donjons sont quant à eux nettement en-deçà de ce que à quoi nous avait habitué la série. Malgré cela, ses mécaniques de gameplay extrêmement nombreuses et exaltantes à exploiter ainsi que sa proposition d'un monde ouvert au sens propre du terme rendent The Legend of Zelda : Breath of the Wild particulièrement intéressant à découvrir.

02/04/2017
  • Énormément de contenu…
  • Exploration parfois exaltante…
  • Gameplay qui regorge de subtilités
  • Monde VRAIMENT ouvert
  • Du challenge
  • Sound-design bien pensé
  • Character-design
  • Peu de chargements
  • La cuisine, amusante
  • …à la qualité très inégale
  • …et d'autres fois redondante
  • Un certain manque d'identité
  • Map inutilement vaste qui rend les déplacements fastidieux
  • Donjons et boss en-deçà des standards de la série
  • Pouvoirs quelconques
  • Musiques oubliables
  • Des ralentissements
  • Les voix françaises
7.5

TECHNIQUE 3.5/5
BANDE SON 3/5
SCENARIO 2/5
DUREE DE VIE 4/5
GAMEPLAY 4/5
The Legend of Zelda: Breath of the Wild > Commentaires :

The Legend of Zelda: Breath of the Wild

7.5
8.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires nxn [6]
3 commentaires sur Wii U
kolibri

le 26/05/2017
7_5
L'exploration est prenante, le monde est gigantesque et le contenu l'est tout autant. Le jeu a une DA vraiment superbe (même si elle ne se prête pas si bien que ça à l'admiration des panoramas) et surtout, ce que j'ai trouvé le plus appréciable, c'est que c'est un jeu qui a été pensé et réalisé de façon super maline, ou tu peux résoudre des situations de plein de façons différentes en réfléchissant un peu et en prenant et en retournant les problèmes. Tu réfléchis pas de la même manière en jouant à BOTW que tu le fais en jouant à d'autres jeux et ça, c'est très fort.

Mais c'est aussi un jeu qui n'est pas vraiment fait pour moi. Un peu trop grand, trop opulent, trop libre, j'ai eu du mal à me mettre dans l'univers tant le début du jeu manque de situations fortes et s'apparente à un man vs wild, à essayer de te démener dans un environnement hostile aves des branches de bois qui se cassent tous les trois coups. La suite du jeu est un peu meilleure, mais ça reste une grande part d'exploration pour explorer, et même si l'univers s'y prête à merveille et que je passais parfois des soirées à ne rien faire (ou pas grand chose) pour chercher des sanctuaires, j'aurai préféré un peu plus de cadre.

Bref un jeu très très bon dans son domaine, pas irréprochable mais très intéressant, mais qui m'a parfois un peu ennuyé.
Luigi

le 15/04/2017
9_5
Voilà je l'ai terminé en 132 heures... Et bien que dire ... Le kiffe du début au générique de fin !
Moi qui n'arrivais pas à accrocher aux Zelda, là c'est la claque.
La liberté absolue, l'intelligence et la diversité du gameplay, la musique, la direction artistique, la durée de vie et l'obsession d'y revenir durant les 100 premières heures en font une œuvre accomplie.
Je vais faire court, un chef d'oeuvre vidéo ludique
Vivement les DLC !
J'ai acheté la Wii U d'occasion il y a quelque semaines, mon dieu quel bonheur !!!
Morm

le 03/04/2017
8
Sortons tout de suite l'éléphant de la pièce, ce jeu est quand même un peu une honte d'un point de vue technique, le framerate est complètement à la rue et plus grave, j'ai eu de nombreux petits freezes (~1sec) en combat.

Ce nouveau Zelda brille selon moi pour deux raisons particulières :
- L'exploration complètement libre qui n'a jamais aussi bien porté son nom, c'est le premier open-world que je fais où l'exploration est vraiment menée par la curiosité et la découverte
- La base du gameplay et les différents systèmes et moteurs (physique, IA, météo, ...) qui interagissent tous entre eux et donnent lieu à beaucoup de gameplay émergents.

Ce sont pour moi les deux points fondamentaux qui changent complètement le feeling du jeu par rapports aux anciens opus, et ce sont surtout les raisons pour lesquelles les premières heures de jeu sont absolument géniales, la découverte de tous les systèmes et leurs interactions est simplement jouissive.

Ensuite pour les reproches vus régulièrement : certes il y a peu de donjons et ils ne sont pas très longs, mais pour moi c'est largement compensé par les nombreux sanctuaires disséminés un peu partout, et j'ai bien apprécié certaines des quêtes pour les ouvrir. Je n'ai jamais été un grand fan des énigmes à la Zelda où il n'y a souvent qu'une solution unique, mais j'ai plutôt apprécié celles de ce nouvel épisode qui demandent à la fois un peu de réflexion et d'execution tout en pouvant trouver des solutions alternatives. C'est bien plus organique que précédemment et ça fait une grosse différence selon moi.

Ensuite j'ai beaucoup apprécié le système de durabilité des équipements, ça permet de donner un peu de sel à chaque combat et de devoir faire des choix, ce qui est toujours bon à prendre imo. Et il y en a tellement partout que je n'ai jamais été en manque.

Tout ça aurait donc pu donner un jeu génial, mais pour moi il a un gros défaut qui l'empêche de vraiment briller à tous les niveaux : son manque de variété. Il aurait fallu d'autres types d'ennemis et d'armes pour varier les combats, plus de pouvoirs afin de proposer des interactions (et donc puzzles) plus complexes, plus d'activités différentes à faire dans le monde pour rompre la répétitivité, plus de variétés visuelles dans les décors, ...

Ha oui et dernier truc que je trouve complètement con, le fait de pouvoir utiliser des objets directement depuis le menu. Tout le gameplay a réussi à être intégré de manière complètement organique sauf ça, ce que je trouve vraiment dommage. Et ça tue un peu le peu de difficulté que les combats pouvaient proposer.

Au final, ce nouveau Zelda prend une nouvelle direction qui me plait bien plus que les épisodes précédents, et les premières heures de jeu sont absolument géniales et grisantes, mais je trouve qu'il a du mal à aller au bout de ses idées.
41 connectés (1 membre, 40 invités, 0 anonyme)
Utilisateurs en ligne: Herbrand
Legendra RPG V4.8 © Force 2017 - Mentions légales
Webmaster : Medion