bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu > Articles > Review
Voir aussi

Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu

crpg gc amerique
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Les ailes éternelles et l'océan perdu
Baten Kaitos fait partie de ces jeux qui ont réussi à bénéficier d'une grosse aura avant même leur sortie, notamment grâce à la réputation de l'équipe derrière le jeu : le scénariste de Chrono Trigger et Chrono Cross, Monolith Soft (Xenosaga) à la réalisation, le tout sorti sous le label Tri-Crescendo, fondé par un ancien de Tri-Ace. Voila qui avait effectivement de quoi rendre optimiste, surtout sur une console qui manquait cruellement de (bons) RPG.
Quelques mois après l'excellent Tales of Symphonia exclusif à la console en dehors Japon, voici le premier vrai grand RPG sorti uniquement sur le support. Baten Kaitos: Eternal Wings and the Lost Ocean était donc le gros RPG attendu par tous les possesseurs de Gamecube.

Le joueur dans le jeu

L'histoire du jeu prend place dans un monde où les cinq continents sont de vastes îles flottantes - vous avez dit Skies Of Arcadia ? - et dans lequel les humains ont évolué au point de développer des ailes dans leur dos. Selon les anciennes légendes, les îles se trouvaient jadis dans l'océan, mais un dieu maléfique du nom de Malpercio aspira l'océan avant d'être scellé dans des "End Magnus" par des héros, les Magnus étant des cartes pouvant contenir l'essence des choses. Le monde du jeu repose entièrement dessus. Ainsi la paix revint sur un monde désormais privé d'océan.
Mais - RPG oblige - cette paix est fragile, et l'aventure débute alors qu'elle se retrouve à nouveau menacée. L'Empire, "continent" le plus puissant, commence à s'activer et certains pensent la guerre imminente. C'est dans ce contexte que Kalas, le héros du jeu, est retrouvé inconscient dans une foret et ramené dans le village le plus proche, sur le continent de Sadal Suud. Après la rencontre d'une jeune femme nommée Xelha, Kalas se retrouve embarqué au fin fond de la forêt et libère le pouvoir de l'End Magnus du continent. Mais à peine nos jeunes héros ont-ils le temps de réaliser ce qui leur arrive que l'Empire débarque, kidnappe Xhela et laisse Kalas pour mort. ..

Même s'il faut avouer que le scénario sent le déjà vu (un Empire dominant, un ancien dieu démoniaque ramené à la vie...), son traitement est remarquable, avec comme points d'orgue quelques retournements incroyables et imprévisibles. Surtout, les développeurs ont vraiment fait fort, c'est qu'ils se sont évertués à intégrer le joueur dans le scénario. Le joueur ne se contente pas d'être celui qui tient la manette devant la télé, le ventre bedonnant dépassant de son caleçon dégueulasse : il est son esprit gardien. On se retrouve ainsi l'allié le plus précieux de Kalas vers qui il se tourne régulièrement pour parler, et on est systématiquement consulté lors des décisions cruciales. Même s'il aurait pu être bien plus exploité, le principe reste assez novateur et très intéressant, tout en restant parfaitement cohérent.
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu

Belotte !

Comment classer Baten Kaitos. Indéniablement le jeu est un Classical Rpg pur et dur, mais son système particulier le rend un peu marginal. On alterne classiquement les villages, les lieux avec des combats et les déplacements sur la carte. A noter qu'on se déplace juste de lieux en lieux. Dans les villages on pourra bien sur acheter de l'équipement, sous forme de cartes, discuter avec les villageois, fouiller les maison en quête de cartes (les endroits où on peut chercher sont indiqués par des symboles comme dans FFIX), ou bien essayer d'attraper des essences élémentaires. Kézako? Vous disposerez vite de carte vide qui permettent de stocker des essences, souvent indispensable pour avancer dans votre quête. Par exemple, une coulée de lave vous empêche de passer? Aller stocker l'essence élémentaire de la glace brulante et hopla, le tour est joué. Un système vraiment réussi car il oblige à bien réfléchir sur les essences que l'on doit conserver, car les cartes vides sont rares (on peut les vider quand bon nous semble). Dans les villages on a également accès aux téléporteurs vers l'église. Et oui, chose étrange, il n'y a qu'une seule église qui se trouve dans une sorte de dimension parallèle, allez comprendre... Pourquoi je vous en parle ? C'est ici qu'on passe les levels!!! En effet, à l'instar de ce qu'on voit dans les premiers Might And Magic, on ne passe pas les niveaux instantanément. Il faut aller voir le prêtre et lorsque vous avez assez d'EXP, LEVEL UP!(et même souvent par paquets de plusieurs, les églises n'étant pas accessibles via les lieux). De plus, ces charmants religieux effectuent également les changements de classe lorsque vous posséder l'objet requis (j'y reviens plus tard). Enfin, au fond de l'église se trouve un homme dont le but est de restaurer la carte des étoiles. Cinquante fragments ont été répartis dans le monde, et à chaque fragments restitués à cet homme, il vous donnera un objet, parfois pourri, parfois vraiment super utile. Les lieux sont quant à eux ultra variés, souvent très originaux et regorgent d'énigmes assez complexes, faites marcher le cerveau!
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu

Le deck

Au fur et à mesure du jeu vous récupérez donc plein de petites cacartes. Vous n'aurez pas trop de problème de stockage puisque vous pouvez en avoir jusqu'à mille dans votre inventaire. Ces cartes se divisent en trois grandes catégories: les cartes de combat, les cartes de camps, et les autres. En ce qui concerne les cartes de combats, on trouve encore différentes catégories: attaque, défense, guérison, et boosts. Vous pourrez en mettre autant dans votre deck spécifique du perso en vue du combat que votre classe vous le permet (en gros classe multiplié par dix). A quoi ça sert de garder celles qu'on utilise pas? Premièrement, les cartes évoluent au fil du temps, certaines épées finiront par devenir pourries. il faudra donc avoir de quoi les remplacer. De plus, lors d'un changement de classe il faut mettre dix cartes supplémentaires pour remplir le deck, autant les avoir sur soi plutôt que de devoir en racheter. En parlant d'acheter, sachez que pour vous faire de l'argent, aller massacrer du petits monstres ne suffit pas, les combats ne rapportant pas un kopeck. Inutile aussi d'espérer revendre les cartes trouvées à la fin des combats, elles ne rapportent rien. Non ici il faudra vendre les photos prises lors des combats une fois que celles-ci auront été suffisamment de temps dans votre inventaire. C'est étrange mais on s'y habitue rapidement. En ce qui concerne les cartes de camps, il y a évidemment celles qui permettent de se guérir, de soigner un statut défectueux mais aussi de booster les caractéristiques des persos, ou de leur donner un bonus d'EXP. Ces cartes ne sont utilisables qu'une fois, contrairement à celles des combats qui s'utilisent autant de fois que l'on veut, à raison d'une fois par sortie du deck. Bien gérer ses decks (ceux de combat spécifiques à chaque persos et celui de camp) se révèle indispensable pour avancer sans encombre dans ce jeu, dont la difficulté parfois élevée rappelle avec bonheur les RPG d'antan. A noter la présence d'un mini jeu sous forme de shoot, totalement nul .
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu

Rebelotte !

Comme je le disais plus haut, la vie dans Baten Kaitos est grandement axée autour des cartes. Les combats ne dérogent pas à la règle. Les combats sont vraiment le point le plus original du jeu, même si certains jeux comme Arcana Strikes sur Saturn avaient déjà posé les bases d'un tel système. Le premier tour est le tour d'attaque. Le jeu tire au hasard un certain nombre de cartes (dépendant de votre classe) parmi votre total (dépendant lui aussi de votre classe). Vous avez ensuite quelques secondes pour choisir avec quelles cartes attaquer (ou guérir) et essayer d’enchaîner, chaque carte utilisée étant remplacée par une autre, également tirée au hasard. Mais il ne faut pas attaquer au hasard! Ainsi, la plupart des cartes possèdent deux attaques, une basique et une élémentaire. Les dommages finaux ne sont pas calculés carte par carte, mais sont un ensemble des dommages effectués. Qu'est ce que ça change? Les éléments allant par paire, il faut faire attention à ne pas jouer deux éléments antagonistes. Par exemple, jouer une carte qui possède une attaque de feu de 100, puis une qui possède une attaque d'eau de 90 résultera au final à une attaque de feu de 10. Pas terrible hein ? Les réflexes seront vite mis à rude épreuve car il faudra vite être capable de voir à quels éléments sont sensibles tels ennemis, et se rappeler quels éléments on a déjà lancés (facile au début, mais quand on lance neuf cartes à la fin ça se complique méchamment). Les attaques spéciales finissent systématiquement le tour d'attaque, mais nécessitent d'avoir lancer un certains nombres d'attaques avant d'être disponibles. Les dernières par exemple ne peuvent lancées qu'au bout de sept tours! Le gros problèmes venant du fait qu'on ne peut zapper leur anim', certes jolies, mais longues et vite répétitives Pour les plus habiles, des combinaisons spéciales peuvent être effectuées. Chaque cartes possèdent un numéro dans le coin supérieur droit. Celui sert justement pour ces combinaisons. Attaquer avec des paires, des triplettes ou des suites augmentera le dégât de la suite de carte au final. Mais attention, il faut que cette suite soit constituée uniquement de combinaisons. Lors du tour d'attaque on peut également choisir de se soigner, ça fonctionne pareil sauf qu'on vise un allié. Après vient le tour de défense. Ça fonctionne exactement pareil. Sur chaque attaque ennemi on place une carte, et chaque défense possède la défense basique et la défense élémentaire. il faut donc essayer au maximum de défendre avec l'élément opposé de l'attaque ennemie, sans quoi vous vous prendrez toute son attaque élémentaire dans votre sale petite gueule, dites le vous bien !
Cela amène le défaut principal du jeu, les combats sont trop liés à la chance. Si un boss commence à vous attaquer et qu'aucune défense de l'élémentaire inverse ne sort, AIE. Et encore pire, il arrive souvent qu'au premier tour aucune carte d'attaque ne tombe, il faudra donc se défausser d'une carte de défense, jusqu'au moment où une carte d'attaque acceptera de pointer son nez. Hélas il arrive souvent d'attendre trois ou quatre tours contre les boss, c'est ultra chiant... Ceci dit ne crachons pas sur ce système de combat, il est relativement novateur et complet. Il est juste dommage de passer en moyenne cinq minutes par combat à cause des animations inzappables. A noter que prendre des photos ne coupe pas un enchaînement, les appareils peuvent même servir dans le cas où il n'y a plus de cartes d'attaque, pour espérer que la prochaine piochée en sera une. A la fin de chaque combat vous aurez le montant d'EXP gagné et vous pourrez choisir une carte parmi celles proposées. Et oui une seule, à chaque fois que vous aurez gagné plusieurs cartes, une seule sera disponible pour vous, choisissez bien ;). A noter qu'une fois le deck utilisé entièrement, un tour sera nécessaire pour pour le remélanger, faites donc attention à ce que ça n'arrive pas à tous vos persos en même temps face aux boss.
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu

Au service des yeux, et des oreilles

Certes les décors sont dans un style fantastique comme Chrono Cross. Certes ils sont superbes, fouillés et très colorés. Certes il y a beaucoup d'incrustations vidéo dans ceux-ci qui font de ce jeu le plus beau du genre. Certes, la modélisation lors des combats est réussies, donnant ainsi un jeu graphiquement très abouti. Certes, l'animation n'est pas en reste, avec notamment un boss final impressionnant sur ce point (mais vraiment que sur ce point, tant il est minable). Mais, ce qui met vraiment sur le popotin, c'est la bande son. Motoi Sakuraba a encore une fois signé un chef d'œuvre, tout en se renouvelant. On reconnait parfaitement son style, c'est vrai, et cela ne me déplait pas, mais il a su apporter quelque chose de nouveau dans ces compositions qui les rendent vraiment différentes de ce qu'il fait d'habitude. Le thème de combat, classique dans sa mélodie, surprend par l'utilisation de violons. Les thèmes de villages sont bien plus doux qu'à l'accoutumée. Et que dire de la musique d'intro, tout simplement parmi les meilleurs compo que j'ai eu l'occasion d'entendre. Nan vraiment, Sakuraba signe ici sans aucun doute une de ses trois meilleurs bande sons, donnant ainsi toute sa plénitude à ce soft. Par contre il y a un vieil effet de réverbération sur les doublages de base, ce qui les rend assez infâmes (il faut changer le mode de son dans les options). Et les doublages américains ne sont pas très réussis... Au niveau du scénario, comme je le disais précédemment c'est assez classique mais les rebondissement sont imprévisibles et on se demande constamment quel est le prochain qui nous attend. Vraiment réussi! De plus les personnages sont vraiment travaillés et se complètent parfaitement (mention spéciale à Mizuti, terrible!). En ce qui concerne la durée de vie, comptez cinquante heures pour finir la quête principale, et beaucoup plus si vous faites les quêtes annexes, monstrueusement nombreuses.
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu
Au final, on obtient un RPG magnifique, qui restera dans les annales de part son système de cartes réussis et de part sa bande-son d'anthologie. Hélas les combats s'éternisent vraiment trop à cause d'animations impossibles à écourter. Dommage, sinon le jeu serait entré au panthéon des RPG. Mais il reste excellent, et sur GameCube c'est rare.

22/01/2005
  • Que c'est beau
  • Une bande-son anthologique, une nouvelle fois signée Sakuraba
  • Un système de cartes réussi
  • Des rebondissements fantastiques
  • Une ambiance envoutante
  • Durée de vie énorme
  • Les combats s'éternisent beaucoup trop, et dépendent trop de la chance
  • Les doublages ne sont pas bons
8.5

GRAPHICS 4.5/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 4.5/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4/5
Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu > Commentaires :

Baten Kaitos: Les Ailes éternelles et l'Océan perdu

8.5
8.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
63 commentaires
Kray7

le 04/01/2018
9_5
Un des rares titres GameCube qui m'a donné satisfaction. En dehors de deviner les cartes, pour le reste avec une belle full: graphismes excellents, histoire exceptionnelle, gameplay louable, excellente longévité!
Pwyll

le 19/04/2017
8
Un petit bijou sur Gamecube avec un gameplay original qui déroute un peu au premier abord. Cependant, son originalité souffre aussi d'un système de deck assez aléatoire qui transforme certains combats en purge. Le jeu est magnifique et l'univers enchanteur porté par d'excellents personnages et une bande sonore sublime.
peppermint

le 09/01/2016
9
J'ai beaucoup aimé le cachet général : décors d'une grande finesse, différents univers. Ca a été un vrai plaisir que de parcourir ces différents lieux.

Les personnages sont dans l'ensemble assez réussis même si c'est surtout au fil de l'histoire que je les ai d'avantage apprécié. Le scénario est bien ficelé et prend parfois des tournures prévisibles mais... en fait pas du tout.
Cf le passage du magnus volé.
La mise en scène aurait parfois gagné à être un peu plus dynamique, mais ça n'altère pas non plus le rythme générale de l'histoire. Sinon pour chipoter un peu, compte tenu de l'intro prometteuse je m'attendais à des cinématiques au fil du jeu, ça aurait pu être un plus pour une méga immersion. L'ost accompagne très bien le jeu. Petit bémol technique pour les doublages us (connais pas les originaux) qui sont parfois parasités par un echo (genre doublés dans une boîte de conserve). Le système de combat se démarque vraiment de ce que j'ai l'habitude de voir, avec son système de carte. Il y a juste le côté hasardeux des cartes par moments mais malgré ça je trouve que le système de combat reste bien pensé.

Au final, ce Baten Kaitos a été une très bonne expérience pour moi et m'a vraiment fait passer un excellent moment du début à la fin. Fin qui, d'ailleurs, m'a beaucoup plu aussi.
Kronos59

le 26/07/2015
9

Baten Kaitos terminé, et c'était vraiment une expérience marquante pour ma part!

+ Le scénario, en apparence classique, se révèle au fil du jeu jusqu'à un final excellent.
+ Les graphismes : certes ça a vieilli, mais pour la GC c'est vraiment très beau!
+ Les combats : le système est original même si j'ai eu du mal à me faire au système des suites
+ Du challenge : certains Boss m'ont vraiment donné du fil à retordre
+ La bande-son : Une des meilleures que j'ai pu entendre, bravo Monsieur Sakuraba.
+ Le level-design des donjons, pas mal de surprises bien foutues
+ Le casting : les persos sont (presque) tous intéressants
+ Le système de magnus, original
+ La façon d'intégrer le joueur au récit, vraiment sympa et jamais vue ailleurs.

- Devoir compter sur la chance en combat
- Parfois contraignant d'avoir une limite de Magnus de quête
- Les doublages enregistrés dans les chiottes des développeurs, avec des doubleurs incroyablement mauvais en prime
- Je m'attendais à un peu plus de scènes cinématiques vu la scène d'intro, dommage j'aurai voulu en prendre un peu plus plein les mirettes.


Herbrand

le 01/06/2015
6

+ Direction artistique : superbe
+ Musique : l'une des meilleures composition de Sakuraba
+ Combats : original et dynamique
+ Univers et sentiment d'aventure

- Casting alternant le bon, le moins bon, et le médiocre
- Scénario prévisible dans l'ensemble
- Mise en scène mollassonne
- Dernier tier déséquilibré


Yahiko

le 26/08/2014
8_5

La première nécessité pour se donner les moyens d’apprécier Baten Kaitos c’est de couper les doublages. Ceci fait on peut se lancer et se laisser embarquer... Et Baten Kaitos a commencé par m’embarquer. Comment ne pas l’être devant une telle direction artistique ? C’est si bon de se rappeler que quand Sakuraba ne bosse pas en pilotage automatique pour Namco il est ce compositeur de génie capable de composer des OST aussi puissantes. Celle de Baten Kaitos vole haut, très haut, à la hauteur magistrale d’un Star Ocean 3. Et puis il y a le visuel. Magnifique en tout point si on ne nous avait pas servi ce chara design d’un goût plus que douteux. Heureusement le plaisir des yeux est ailleurs : les décors sont magnifiques, l’univers est merveilleux et donne au titre une touche onirique rarement atteinte. Le jeu a plus de 10 ans et il n’a pas vieilli, il m’apparait clairement que la 3d pré calculée est le style qui a le mieux vieilli de cette génération. Style que Baten Kaitos sublime avec ses éléments de décor en mouvement.

D’ailleurs la filiation entre ces jeux et Baten Kaitos est évidente. Il leur emprunte beaucoup, principalement Chrono Cross (logique…). Dans le style graphique et l’exploration donc, mais pas que. Dans l’ambiance également : lumineuse, exotique. Les lieux et ce qu’ils dégagent rappellent furieusement ceux de son glorieux aîné, une dose de mysticisme et de poésie en moins. La filiation entre CC et BK est également évidente dans la construction du jeu et le déroulement de l’histoire. Comme CC, Baten Kaitos peut aussi se découper en deux phases. Dans la première, le jeu prend son temps, l’histoire est présente mais occupe peu de place, elle pose ses bases et se met en place tranquillement avec un brin de mystère. Elle est surtout prétexte à la découverte et à la contemplation extatique de l’univers du jeu. C’est cette partie-là que j’ai préférée, très nettement.

Et puis il y a ce twist, qui met d’abord sur le cul puis qui laisse espérer d’un final en apothéose, et qui finalement fait entrer le jeu dans une autre phase, qu’il maîtrise moins.

A partir de là, le rythme du scénario s’intensifie, celui des dialogues aussi, les révélations s’enchaînent. Le constat semble plutôt alléchant, mais c’est un aspect que Baten Kaitos fait plutôt mal. Ou tout du moins sans la délicatesse dont il faisait preuve jusque-là. Et ça crée une sorte de décalage entre un univers précieux, délicat plein de poésie et un script un peu balourd. Pourtant l’intrigue est bien foutue et suffisamment consistante pour susciter l’intérêt et la curiosité, les thèmes sont abordés avec justesse et réserver les révélations pour la fin n’est pas en problème en soi. Sauf que dans ce dernier tiers Baten Kaitos manque trop souvent de finesse dans son écriture, comme dans ses dialogues, le charisme des persos en souffre. L’attachement aussi. Surtout, il est affreusement statique dans sa mise en scène –point sur lequel il parvient à être inférieur aux jeux que je citais plus haut malgré ses années de moins. Statisme qui galvaude largement le côté dramatique et émotionnel de certaines scènes qui auraient pu être bien plus fortes et poignantes.

Heureusement un élément ne cesse de s’étoffer au fil du jeu et vient atténuer cette déception : le gameplay. A la base j’aime bien tous les jeux qui touchent aux cartes et le côté aléatoire qui va avec donc je partais sur de bonnes bases pour apprécier le système de combat. Mieux ils n’ont cessé de s’améliorer au fil du jeu. L’évolution des personnages, du deck de cartes, les boss plus retords rendent petit à petit le système de plus en plus technique et tactique. La difficulté est toujours juste et bien équilibrée et certains boss fight m’ont vraiment excité. Seul petit bémol de cette évolution, les combats aléatoires sont de plus en plus long. Mais ça ne m’a pas gêné plus que ça, le côté aléatoire de la pioche obligeant à être tout le temps actif et attentif.

J’ai apprécié Baten Kaitos. C’est un excellent J-RPG, qui brille d’abord par sa direction artistique, très marquée et très personnelle, qui donne d’abord beaucoup de légèreté à l’aventure et qui rend la progression très fluide. Mais j’ai longtemps cru tenir un jeu encore plus grand, ce qu’il ne me semble pas être au final. La faute à un dernier tiers qui, en manquant de finesse, laisse en partie s’envoler l’esprit poétique qu’avait su insuffler le jeu jusque-là.

Edit : nouveau run en 2019 enchaîné après avoir bouclé Baten Kaitos Origins. L'enchaînement des deux mérite d'être fait et bonifie clairement l'expérience avec un nouvel angle de vue sur les événements et le background.


Moonset

le 14/06/2014
9_5

Un sans faute. Déjà le casting est réussi. Les personnages sont hauts en couleur, le héros est touchant, l'héroïne mystérieuse. Même le side-kick rigolo a une part de drame! Côté univers c'est ultra original et c'est servi par de la 2D précalculée SUBLIME. Le gameplay est ultra nerveux et réveille votre instinct de collectionneur. L'histoire n'est pas en reste, envoutante à souhait avec quelques rebondissements ultra-réussis.

Un des meilleurs RPG de cette génération.


Luckra

le 02/03/2014
8
Baten Kaitos est une merveilleuse aventure en partie plombée par 2 défauts majeurs.

Graphiquement le jeu est somptueux, une 2D animée sublime pour les backgrounds et une DA à tomber. Musicalement, Sakuraba signe l'une de ses meilleures (voire sa meilleure) OST à ce jour.
Le scénario est bon sans atteindre des sommets et réserve son lot de surprises (mais il se traîne un peu dans les dernières heures). Les personnages ne surprendront pas par leur originalité mais sont assez bien écrits pour qu'on s'y attache à la longue. Et là vient le premier défaut majeur du titre : le doublage absolument infect. La mise en scène est statique mais les personnages ont leur petites animations pour amener de la vie aux dialogues. Le doublage vient ruiner tout ça en enlevant toute crédibilité et émotion aux nombreuses scènes du jeu.
Niveau gameplay on a affaire à un JRPG tout ce qu'il y a de plus classique (ville avec NPC et marchands/worldmap/donjon avec énigmes et boss) et la masse de contenu est largement suffisante. L'originalité du jeu vient du concept de Magnus qui sont des cartes permettant de stocker absolument tout et n'importe quoi (armes, armures, animaux, alcool de pépé ou dettes de la famille) et apporte du piquant aux différents puzzles et quêtes annexes du jeu. Bien évidemment le système de combat tourne aussi autour de ces cartes et on vient là toucher le 2ème gros défaut du jeu : le système de combat a été pensé avec les pieds. Nombre de fois on se retrouve à ne pouvoir attaquer qu'avec des salades de fruits et des concombres ou encore ne pas pouvoir se défendre parce que le hasard nous a donné une main pleine de cartes d'attaque. Et même si on obtient une bonne pioche, si le boss par exemple a décidé d'attaquer les 2 autres membres de l'équipe et jamais celui-ci, il va finir par se retrouver avec une main pleine de cartes de défense pour attaquer, frustrant. Tout ça ne rend pas les combats plus difficiles mais les allongent considérablement suivant votre chance de tirage et on finit par simplement les éviter, le jeu n'étant pas particulièrement difficile.

En virant le battle designer, en purgeant le studio de doublage et en gardant tous les éléments qui font de Baten Kaitos une aventure sublime, on peut tenir une perle. Baten Kaitos Origins peut-être ?
Kagura Shiro

le 04/08/2013
9
++ L'univers grandiose!
++ Gameplay évolutif et bien huilé
++ OST magique (Motoi Sakuraba était inspiré \O/)
++ Direction artistique somptueuse (chaque écran est une véritable oeuvre d'art)
+ Quêtes annexes nombreuses et originales (arbre généalogique etc.)
+ Les cartes au cœur du gameplay (pas juste un gadget) que se soit en combat ou pendant les phases d'exploration.
- Mise en scène

Mede

le 03/09/2012
Edité le 03/09/2012
9
Un Jeu est une très joli aventure. Des décor somptueux, des personnages attachant, un gameplay attrayant (mais répétitif) font de se jeu une perle de la gamecube. Je suis resté bouche bée a plusieur moment de l'aventure. Le frisson m'est venu a plusieur reprise . J'en garderais un souvenir impérissable.
122 active users (1 member, 121 guests, 0 anonymous member)
Online members: Borwoolo
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion