bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Final Fantasy VI > Articles > Review
Voir aussi

Final Fantasy VI

crpg play amerique
Final Fantasy VI
Au programme de cette version Playstation: cinématiques, 50 Hertz en PAL, et ralentissements.

Une histoire inoubliable

L'histoire de Final Fantasy VI arbore un aspect très mythologique. L'introduction nous conte l'histoire des trois déesses Magi qui un jour décidèrent de créer la terre. Mais les déesses se mirent à se battre entre elles. Cet affrontement fut appelé "la guerre des Magi". Pendant cette affrontement, les trois déesses donnèrent naissance à des créatures aux pouvoirs gigantesques : les Espers. Les humains, créatures pleines de vices, utilisèrent eux-mêmes ces Espers en les transformant en Magicites dans un but de destruction. Les déesses, se rendant compte de leur folie, se changèrent mutuellement en Statue de pierre et se cachèrent. Les Espers, fatigué d'avoir été exploité, se retirèrent de la même façon. C'est ainsi que la magie disparu pour près de mille ans de la surface de la Terre. Mais aujourd'hui, tapie dans l'ombre, se dresse une nouvelle menace. L'Empire de Gesthal accompagné de son bras droit Kefka, se mettent en quête des Espers pour redonner naissance à la magie, la contrôler et pourquoi pas, dominer le monde. Vous débutez l'aventure aux commandes de Terra (Tina dans la version Jap), une jeune fille amnésique qui doit, accompagnée de deux soldats de l'Empire, partirent en quête d'un Esper signalé dans les montagnes qui surplombent la ville industrielle de Narshe, au nord du continent. Mais au contact de la créature, la jeune femme va ressentir de troublantes sensations... Cette histoire, bien connue de la communauté des fans de RPG, est finalement très originale, c'est l'une des grandes forces et peut être même LA grande force de ce sixième opus. Les personnages, quant à eux sont nombreux et presque tous intéressants. L'histoire, rondement menée, est passionnante, pleine de rebondissements, très riche, sans pour autant fourvoyer le joueur dans des détails complexes et inutiles. Une des meilleures histoires jamais contées dans un RPG sans aucun doute, un point fort de cet opus, assurément.
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI

Un gameplay riche et solide

Côté Gameplay, Final Fantasy VI est un RPG tout ce qu'il y a de plus classique, avec combats aléatoires, bon vieux système d'expérience, etc. Mais après un Final Fantasy IV extrêmement classique et un Final Fantasy V à part puisqu'il reprend les bases de FF3 en les améliorants, on peut dire que c'est peut être le premier épisode qui innove autant dans son système de combat mais surtout d'évolution. La part la plus intéressante du système se trouve en fait dans les Espers, qui ne sont pas de simples invocations dans cet opus puisque, en les assignant à vos personnages, ils apprendront les magies associées à la nature de l'Esper (associer Ifrit vous permettra d'apprendre des sorts de feu, Shiva de glace, etc.). Le système sera complexifié (dans le mauvais sens du terme, selon moi) avec Final Fantasy VIII. Une autre originalité qui transpose la singularité des personnalités personnages dans le gameplay : les skills. Chaque personnage à une commande skill qui diffère selon ses aptitudes. Sabin (Mash en Jap) avec sa force brute à main nues, possède la commande "Blitz" qui vous oblige à rentrer une commande au pad différente selon le coup que vous voulez sortir ; son frère Edgar, utilise des "tools" : arbalète, perceuse, tronçonneuse et autres joyeusetés ; pour Cyan, ce sont des techniques de sabre, etc. L'attachement que l'on peut avoir à un personnage peut ainsi se traduire par son utilisation en combat. C'est l'une des caractéristiques de ce Final Fantasy 6 : tout est mis en œuvre pour que l'on s'attache aux personnages. Le système de ce sixième opus est donc simple et accessible, toujours supporté par le bon vieux ATB. J'oubliais également de vous parler des reliques : chaque personnage peut en porter deux, et elles permettent de vous octroyer des capacités spéciales tel qu'une augmentation de force, de magie ou même en fin d'aventure, la capacité d'attaque plusieurs fois dans un même tour ! Espers, skills et reliques, voilà les trois mots-clé du gameplay de ce FF6.
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI

Graphismes vieillisants et mélodies sublimes

Parlons technique maintenant. Eh bien, Final Fantasy VI est un jeu de seconde génération de SNES. Il sort en 1994 et on verra certes bien plus beau par la suite (Seiken III, Tales of Phantasia ou encore Chrono Trigger sont incontestablement plus beaux), mais force est d’avouer que certains décors sont très détaillés (la ville de Narshe, le magnifique lac de la forêt hanté ou le lieu et le boss final me viennent en tête). Sans être une véritable faiblesse, les graphismes de FF6 ont bien plus vieillis que les trois titres précédemment cités, mais il faut savoir dépasser ce cap pour découvrir la quintessence d’un titre aux milles délices. Et puis si vous le trouvez moche, vous serez supportés par l’une des meilleures bande-son jamais créée pour un RPG. Malgré le processeur sonore de la SNES, les mélodies sont belles et bien là : le thème de la carte (le célèbre Terra’s Theme), le thème de l’opéra ou le dancing mad final sont autant de compositions du maître Uematsu qui sauront, à leur écoute, vous replonger dans l’atmosphère unique de FF6. Le rôle de la musique était bien plus important sur SNES, du fait de l’aspect graphique qui prenait une importance bien plus réduite qu’aujourd’hui, et cela se ressent dans les compositions du jeu (pendant l’ère Playstation, Uematsu se tournera davantage vers des musiques d’ambiance). La bande-son de FF6 rajoute une pierre à l’édifice d’un jeu mythique, culte et inoubliable.
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI

Pourquoi si culte ?

Mais pourquoi FF6 est-il si culte ? Pourquoi la réminiscence de certains passages fout à chaque fois une folle envie de se replonger dans le jeu ? Eh bien, je vais utiliser une approche un peu spéciale. Tout récemment, j'ai fait Shenmue que je n'avais jamais fait. Un jeu captivant et génial, je le reconnais. Mais qu'est-ce qui empêche ce jeu d'atteindre le même niveau de culte que FF6 ? Eh bien parce que l'aventure ne décolle jamais du plancher des vaches ! Prendre le bus, déplacer des caisses pour gagner de l'argent et aller venger Papa, voilà ce que l'on fait dans Shenmue. En clair, on est jamais transporté, happé dans une histoire surréaliste où l'on va devoir sauver le monde. Et ça, pour moi, FF6 y arrive de la plus belle des façons qui soit, plus qu'aucun RPG auxquels j'ai pu goûter. Après l'introduction qui nous narre une histoire millénaire, on est plongé dans l'histoire de Terra jeune fille qui se révèle être amnésique. Dès l'introduction, des milliers de questions se posent. On veut savoir pourquoi ! Et ce qui est admirable c'est que le plaisir que l'on a d'habitude dans tout bon RPG : le minuscule et innocent héros plongé dans des aspirations planétaires qui le dépasse (Grandia, les Star Ocean, les Tales, Lunar). Ce procédé hautement jouissif a été vu et revu dans des dizaines de RPG et cela, tout simplement parce qu'il fonctionne (quel plaisir de se retourner après le combat final et de se dire que il y a quelques dizaines d'heure, on allait faire les commissions pour Maman). Eh bien ça dans FF6 : NIET, QUE DALLE, NADA. Non, pas de héros sorti de son village natal et qui part à l'aventure et qui va sans s'en rendre compte, finir par sauver le monde. Rien de tout ça, immédiatement, Final Fantasy VI vous plonge dans une histoire aux proportions incroyables. Et c'est là qu'on ressent tout le génie des équipes de Square : FF6 ne sombre jamais, je ne dis bien jamais dans le ridicule (bien que certains joueurs montreront du doigt un Kefka extravagant mais que je trouve personnellement génial dans sa folie, car malgré son sérieux, Final Fantasy VI sait faire la part belle à la fantaisie). Les actions que vous entreprendrez dans FF6 revêtent un parfum unique car vous ressentez vraiment leur importance. On remarquera que ces émotions doivent beaucoup à la coupure à mi-jeu où l'on croit que tout est foutu, ou l'ambiance s'assombrit brutalement dans une atmosphère post-apocalyptique du plus bel effet et où l'on doit quasiment tout reprendre à zéro, en tout cas dans le principe : échoué sur une plage, vous prendrez le contrôle de Célès pour reconstituer l'équipe dispersée aux quatre coins du monde. C'est aussi là l'une des particularités de FF6 : il n'y pas à proprement parler de héros. Certes, Terra est au centre de l'histoire, mais gravitent autour d'elles des personnages qui ont tous plus ou moins l'étoffe de héros. Et cela se matérialise littéralement in-game ou vous jonglerez allègrement entre les différents personnages selon le déroulement du scénario. Pour en revenir à cette sensation unique que nous évoquions, on sait que l'on a pas le droit à l'erreur et que notre quête est de la plus haute importance. Et ça beaucoup de RPG ont essayé de nous le faire ressentir, mais à mon sens, aucun autre ne l'a fait aussi bien Final Fantasy VI. Voilà pourquoi FF6 est un titre culte, qu'il n'usurpe en aucun cas sa réputation, même quand elle est donnée par des branleurs nourris, élevés et gavés à la troadé qui veulent se la jouer alors qu'ils leur est insupportable de supporter des graphismes SNES plus de cinq minutes.
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI

Des défauts où ça ?

Autre chose à remarquer : FF6 ne possède pratiquement aucuns défauts. J’ai beau chercher sur tous les composantes du jeu : rien. Le gameplay est riche et agréable, les musiques superbes, la durée de vie honorable pour un RPG 16 bits, le scénario démentiel. Seul point noir : quoiqu’on en dise, Final Fantasy VI a bien vieillit graphiquement. Si les graphismes 2D auront toujours un charme qui opérera plus ou moins bien selon les individus, force est de reconnaître que pour les nouveaux, il peut être parfois bien difficile de se replonger pleinement dans l’aventure. Mais au diable les nouveaux, au diable les mauvaises langues qui considèrent sa réputation comme usurpée : Final Fantasy VI, c’est culte, point.
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI
Final Fantasy VI
Cette version PSX qui arbore fièrement ses trois cinématiques (stupidement, à part la cinématique d'intro, il faut finir le jeu une fois avant de pouvoir visionner les autres, ça casse tout l'intérêt des cinématiques Made in Square qui sont censées s'imbriquer in-game pour dynamiser l'action) nous laisse sur notre faim avec zéro amélioration graphique ou sonore : pire encore, cette version n'émule pas parfaitement le processeur sonore de la SNES ni ses graphismes et animations qui ralentissent (regarder les décors défiler pendant l'affrontement du train fantôme : une honte ! Mais c'est peut être du au 50 Hertz...). S'il s'agit bien ici du FF6 que l'on aime tant, cette version n'est sûrement pas la meilleur pour faire un RPG, qui reste malgré tout, le meilleur Classical de la création.

07/05/2005
  • Le véritable goût d'une quête de la plus haute importance
  • Des passages tous plus cultissimes les uns que les autres
  • Une galerie de personnages (presque) tous intéressants
  • Une alchimie indescriptible
  • Le 50 Hertz de la version PAL!
  • Les temps de chargements inadmissibles
  • Aucune amélioration graphique
  • Des ralentissements o_O!!!!
8

GRAPHICS 2.5/5
SOUND/MUSIC 5/5
STORY 5/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4.5/5
Final Fantasy VI > Commentaires :

Final Fantasy VI

8
8.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires and [0] ios [0] pc [0] pstore [0] snes [70] vc [0]
42 commentaires sur PlayStation
Renty

le 12/03/2017
7
A história aqui chega a explorar alguns temas pesados, como gravidez na adolescência, suicídio e religiões extremistas, tópicos raros de se ver durante a década de 1990 e que os roteiristas da Square souberam explorar muito bem. Retrabalhar o roteiro pelos textos originais ficou muito bom, e mesmo jogadores veteranos conseguirão enxergar certos fatos de maneira diferente com isso. E, para tornar o jogo mais fácil, o jogo dá dicas de quais caminhos devem ser seguidos ou então para qual local avançar de forma a dar sequência na história. Útil para que o jogador não se perca após ficar algum tempo sem jogar. Não se engane, contudo: Final Fantasy VI nunca foi um jogo fácil. Alguns monstros nas dungeons finais podem dizimar seu grupo, mesmo com você tendo um nível mais alto.
Pwyll

le 28/07/2014
Edité le 17/03/2015
8
Considéré par un nombre important de personnes comme LE meilleur FF jamais fait. Effectivement, on continue sur la lancée de FF IV : scénario et univers fouillé, personnages charismatiques et une bande son hallucinante. On quitte avec cet épisode l'univers moyenâgeux pour explorer un univers plus steampunk et on a droit à une héroïne plus que badass. Un des meilleurs épisodes qui soit.
faust

le 12/12/2012
10
le meilleur FF, tout simplement, il n'y a rien a d'autre a ajouter.
Herbrand

le 31/10/2012
Edité le 02/12/2012
9
+ Un savant mélange de technologie et de magie
+ Scénario très abouti
+ Les protagonistes attachants et variés, tant du côté allié qu'ennemi
+ Un grand nombre de personnages jouables, chacun possédant ses caractéristiques uniques
+ Bande son mémorable
+ Une des meilleures réalisations artistiques et graphiques sur SNES

- Un taux de combat aléatoire un peu trop élevé qui casse le rythme du jeu et génère un soupçon de lassitude
- La version PS1 dispose de temps de chargement beaucoup trop importants. Ce problème est relativement réduit quand on y joue via le POPSloader de la PSP.
heavenly

le 08/10/2011
10
Tous simplement le final fantasy le p^lus représentatif de la licence... tout y est magique et parfaitement maîtrisé... uNe masterpiece videoludique !!
Wave

le 13/09/2011
8
Le constat est identique à celui de Final Fantasy Anthology, si ce n'est que l'enthousiasme, lui, est multiplié par mille. Le grand, le fabuleux Final Fantasy VI, encore considéré par beaucoup comme la crème du RPG japonais était enfin disponible en Europe, qui plus est avec un démo de Final Fantasy X. Le but était de promouvoir le dernier opus de la série, certes, mais j'étais ravi de me procurer cette version "légèrement inférieure" pour un si faible prix. Toujours en anglais, toujours ces temps de chargement, toujours à 15€.
Morm

le 29/11/2010
Edité le 12/11/2012
8
Bon je vais commencer par avouer mon amour pour l'OST de ce jeu, rarement des musiques m'auront autant fait vibrer. A coté de ça nous avons un univers et un scénario très accrocheur (encore une fois sublimé par l'OST), des graphismes très mignon (encore aujourd'hui) et un battle system bien diversifié et dynamique. Le fait d'avoir presque une vingtaine de compagnons est aussi très agréable, dommage que certains ne soient pas vraiment utiles.
Par contre éviter la version PS1 tant qu'à faire...
kolibri

le 29/10/2010
9
Tout à déjà été dit et redit, je vous conseille d'aller voir les autres coms parce que je sais que si je me lançais dans le mien, je vais écrire un pavé imbuvable.

C'est une tuerie ce FF6. Nan mais sérieux, faites-le hein ! Juste dommage que le design d'Amano soit aussi hideux à mon goût et que les écrans noir soient longs et lourds, parce que sinon, c'est vraiment du tout bon.

Se lancer dans FF6, c'est se lancer dans une aventure épique et haletante, sans réel temps mort.

Un must-play, mais évitez quand même cette version PS1, qui a quand même un atout de taille : son prix !
Ananas

le 22/09/2010
Edité le 23/07/2012
9
Un jeu absolument cultissime et épique. Une aventure pour sauver un monde déjà condamné, une épopée vue à travers les yeux de multiples personnages aux vies et aux destins terribles et touchants...

FFVI est exceptionnel sur tous les points : Un scénario aux proportions dantesques, sombre, qui nous emmène aux quatre coins du monde, nous fait ressentir des milliers d'émotions... Un casting de folie, des personnages absolument fantastiques et émouvants de par leur vécu, qui ont tous leur rôle à jouer. Un OST magnifique, le meilleur qu'Uematsu ait produit, simplement... L'ambiance est une réussite totale, et malgré les graphismes 2D un peu vieillots, le jeu est sublime, les sprites des ennemis en combat notamment, sont très réussis. Le système de combat, bien que classique dans le fond, innove grâce à l'ingénieux système de Magicite, et grâce aux personnages qui ont chacun leur technique de combat propre... C'est avec plaisir qu'on combat et qu'on découvre toute la richesse de ce gameplay. En dernier lieu, les quelques quêtes annexes ne sont jamais trop longues ou trop chiantes, et ça, ça fait du bien. On pourrait regretter que pour des "quêtes annexes" la plupart soient obligatoires cependant... M'enfin, c'est bien simple, avec ce jeu, on ne s'ennuie jamais.

Ce qui est le plus dommage, et qui est exclusif à cette version PSone, c'est qu'on écope de temps de chargement absolument abominables entre chaque combat et chaque aller/retour dans le menu... Ca casse le rythme. Et tout ça pour quoi ? Pour quelques pauvres bonus et une cinématique... C'est clair, ça vaut le coup, et j'enlève juste un petit demi-point à cause de ça-- le jeu mériterait autrement la note parfaite.

Un RPG génial et fabuleux, mais ce portage est clairement la plus mauvaise version du jeu. On lui préférera la version GBA, voire même la version SNES.
Faizon

le 06/08/2010
8
Si le jeu reste aussi magistral que sa version Snes, ce Final Fantasy VI sur PS1 lui reste malgré tout inférieur : temps de chargement malvenus, les magnifiques cinématiques qui auraient pu intégrer le récit sont de vagues bonus externes : la frustration est globalement au rendez-vous. Final Fantasy VI est jouable sur de nombreux (très nombreux, même) supports aujourd'hui, et la version PS1 n'est clairement pas celle à recommander.

65 active users (1 member, 64 guests, 0 anonymous member)
Online members: Bahamut-Omega
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion