bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Stella Deus: The Gate of Eternity > Articles > Review

Stella Deus: The Gate of Eternity

trpg play2 europe
Stella Deus: The Gate of Eternity
Il y a quelques années sortait sur Playstation un T-RPG qui n'était pas sans rappeler Final Fantasy Tactics, ce qui n'avait rien d'étonnant, dans la mesure où l'équipe de développement était composée d'une partie de la "bande à Matsuno", responsable, entre autres, de ce dernier. Hoshigami : Ruining Blue Earth avait pour lui des atouts certains, comme un gameplay original et relativement riche, ou encore un scénario complexe. Cependant, sa très grande difficulté, ainsi que se médiocrité musicale, avaient en revanche de quoi rebuter la majorité des joueurs. Stella Deus: The Gate of Eternity peut être considéré comme le petit frère d'Hoshigami, tant par son système de combat que par sa trame scénaristique. Je me souviens m'être dit alors que la "suite" d'Hoshigami, si elle parvenait à gommer les défauts énoncés ci-dessus, serait sans doute un très bon jeu. Nous allons voir si les promesses ont été tenues.

A l'aventure, compagnons...

Les Terres de Solum...
Un continent plongé dans une brume mortelle appelée les Miasmes.
Rien de ce qui a été recouvert n'a émergé du brouillard antique, les Miasmes ont tout ramené au néant.
Ce fléau a entraîné une époque de désespoir.
L'humanité a perdu l'espérance et presque sombré dans la folie.
Voleurs, traîtres et meurtriers ont conduit Solum au chaos. Ce territoire est devenu l'enfer sur terre.
Mais une lueur d'espoir est née dans la nuit sombre de Solum.

Cet espoir est la religion Aeque, qui enseigne la doctrine de "fin paisible". Elle déclare : "Dieu veut la destruction de notre monde brisé. Ceux qui l'acceptent et attendent leur sort seront les bienvenus à ses côtés".
L'idéologie Aeque a libéré le peuple de ses craintes, mais l'a également privé de toute raison de vivre.
Le chaos est toujours là. L'apathie s'est répandue comme une chape de plomb, tous attendent leur fin paisible.
Mais un homme appelé Dignus s'est avancé.
S'auto-proclamant Seigneur, Dignus a rassemblé une armée.
Il s'est emparé du royaume de Fortuna, massacrant les populations apathiques.
Aussi vite que la paix était arrivée, la peur a commencé à torturer les habitants de Solum...
Aujourd'hui, la source de cette peur, le Seigneur lui-même, approche du village de notre héros...
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus: The Gate of Eternity

Solum, ou comment réinventer l'espoir

Stella Deus vous propose d'incarner Spero (en latin : "j'espère"), un jeune homme originaire du village de Porta, dont les premières minutes de jeu nous apprennent qu'il a été attaqué par l'armée impériales, et que notre héros ne doit la vie sauve qu'au marché conclu par son ami Vyser avec l'ennemi : celui-ci mettra au service de Dignus ses talents d'alchimiste (pour sauver le monde ?) et Spero s'engagera dans l'armée impériale pour aider à cette tâche. Un adversaire est donc posé d'emblée : le Seigneur Dignus et sa légion, tandis que Spero semble au contraire bien seul dans sa lutte pour la sauvegarde du monde, bien qu'accompagné par deux amis d'enfance, Grey et Adara, et plein d'espoir envers les recherches de son ami Vyser.
Un monde apathique et dévasté, un seigneur sanguinaire, un royaume en faillite dont l'unique héritier a rejoint la résistance, un mystérieux clan qui communique avec les esprits incarné par la toujours plus belle Linéa, une religion pacifiste mais désespérante : voilà qui constitue le socle de l'aventure, socle classique, dont les variations sont suffisantes pour garantir les surprises et les variations que l'on peut exiger de ce genre de jeu. Sachez que si le jeu est long, non seulement le rythme ne connaît pas de creux, mais en plus, les différents évènements sont correctement enchaînés, liés les uns aux autres : nulle incohérence, nul "replâtrage" excessif ne viennent obscurcir le tableau. Les différents partis font l'objet d'un traitement qui satisfait la curiosité, et cependant, aucune question n'est laissée sans réponse.
Le scénario est servi par des personnages au caractère réaliste, tant sur le plan rationnel qu'émotionnel. Notre héros n'est pas un héros né, ce n'est pas non plus un couard de concours, hanté par des complexes nombreux et paralysants : ses paroles, ses actes sont le plus souvent le fruit d'une délibération "humaine" dont le joueur est le témoin. Par delà Spero, le scénario s'articule surtout autour des personnages de Linéa et d'Avis (et... je n'en dis pas plus). Par ailleurs, le charisme des personnages est renforcé, non seulement par la qualité du chara-design, mais également par la finesse des répliques et la réussite que constituent les voix (parfaitement adéquates).
Mais plus qu'un scénario, Stella Deus est la porte ouverte vers un univers unique. Techniquement, le tout est satisfaisant, et si l'animation paraît en premier lieu quelque peu saccadée lors des combats, c'est un point que l'on oublie rapidement et qui ne gêne en aucun cas la progression. L'univers de Solum se démarque graphiquement : les décors se caractérisent - et en particulier lors des combats - par l'emploi de couleurs rappelant la tristesse et la désolation qui y règnent, notamment par le biais des teintes grises et jaunes. Solum est un monde en voie de désertification, et le style, pâle et démuni, de l'ensemble (quelques exceptions, d'autant plus mises en valeur, subsistent) le rappelle sans cesse.
Or, le tout est accompagné par une bande-son épique et imposante, composée par Sakimoto et Iwata, dont le registre n'est pas ici renouvelé (non qu'il s'agisse d'une critique, mais parce qu'il s'agit de prévenir les habitués qu'ils ne seront pas dépaysés). C'est un véritable tour de force que d'avoir illustré ce monde désolé et empli de désespoir au moyen de mélodies ambitieuses, entraînantes et riches. C'est la tonalité propre de Stella Deus qui surgit de l'opposition entre le vide graphique et le souffle de vie, l'énergie induite par l'accompagnement sonore. Les mélodies, que ce soit lors des combats ou en dehors, n'ont de cesse de plonger le joueur dans la situation de nos héros, qui parcourent le monde pour le restaurer, tandis que partout se lève autour d'eux un vent de mort et de résignation. Ajoutez à cela que les noms sont presque tous d'inspiration latine (Spero, Aeque, Dignus... ou encore Ventus, Flamma... et non "Ignis", mademoiselle), et vous obtenez un univers unique, cohérent, qui en ce sens a tout pour plaire.
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus: The Gate of Eternity

On prend les mêmes en mieux

Stella Deus reprend en grande partie le système de combat initié par Hoshigami : chaque personnage (six au maximum) dispose de 100 AP durant son tour, qu'il peut consommer en se déplaçant ou en effectuant une action. Le tour se poursuit tant qu'il reste au personnage des AP, mais plus il aura conservé de AP à la fin de son tour, plus celui-ci reviendra rapidement. Les déplacements consomment un nombre de AP défini par les statistiques du personnage, mais également par la nature du terrain, et chaque action consomme un nombre de AP qui lui est propre. Ce système est dans un premier temps déroutant, pour qui n'a pas joué à Hoshigami, et se révèle, pour peu que votre équipe ne soit pas surentraînée, défensif, au sens où il est souvent préférable d'attendre, de laisser l'adversaire venir, de l'obliger à se déplacer. Cependant, la prudence induite peut parfois peut-être flirter avec l'attentisme, nécessaire, la difficulté de Stella Deus, plutôt bien dosée (pas de paliers trop importants, si ce n'est contre quelques rares boss), ne permet pas au joueur qui "joue le jeu" de faire n'importe quoi, de se jeter à corps perdu dans la bataille, d'autant plus que la défaite de Spero est synonyme de fin de partie, et le rythme des batailles est lent par conséquent. L'issu ne tient souvent pas à grand chose : très tactique pour certain, trop attentiste pour d'autres, la victoire est cependant dans tous les cas une délivrance. Avec un peu de persévérance et beaucoup de stratégie, on progresse régulièrement dans le jeu.
Votre fine équipe est préparée par le biais du menu, cher aux tacticiens. Le personnage peut s'équiper (l'équipement concerne aussi les objets utilisables) et peut également apprendre à maîtriser des sorts. En plus des Exp, le personnage qui agit gagne durant les batailles des SP qui peuvent être dépensés pour apprendre des capacités, ou pour augmenter, de manière définitive, les statistiques (c'est capital). Le nombre de capacités que le personnage peut utiliser durant les combats dépend de sa classe, tout comme la nature même de ces capacités. Celles-ci sont de trois sortes : actions, soutien et zone. Les compétences de zone affectent les personnages qui se trouvent dans la zone d'influence du-dit membre (elles affectent les alliés s'il s'agit d'une capacité positive, les adversaires si celle-ci est nuisible) : ces compétences doivent faire l'objet d'une étude attentive, elles sont une arme redoutable. Le passage de classe suppose un certain niveau au point de vue statistique et l'utilisation d'un objet précis. Il est à noter que des compétences peuvent être apprises par l'utilisation d'un objet, moyennant quelques SP.
En dehors des combats alternent phases de dialogues et déplacements sur la carte : chaque localité permet d'accéder à la "ville", dans laquelle se trouvent un magasin, des catacombes (pour s'entraîner) et une guilde où vous pourrez vous acquitter de missions, écouter des rumeurs (à l'exemple de Final Fantasy Tactics) qui vous mèneront vers des quêtes annexes, et où vous pourrez faire fusionner deux objets pour en obtenir un plus puissant. Pas grand chose de surprenant pour un T-RPG, donc. La durée de vie est correcte (entre 30 et 40 heures) et peut être rallongée pour peu que le joueur se mette en tête d'écraser ses adversaires, de faire le point sur tous les secrets de Solum.
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus: The Gate of Eternity
Stella Deus est un jeu dont le principal défaut réside sans doute dans le fait qu'il s'agit d'un T-RPG, ce qui le prive à priori d'un succès qu'il mérite pourtant à tous points de vue : l'univers atypique, franchement original mais néanmoins très développé, en fait un jeu unique tandis que le gameplay, dans son ensemble se révèle riche et accessible. Il ne s'agit pas ici d'un petit jeu, mais d'une aventure riche en rebondissements et aux personnages attachants. On regrettera seulement que la difficulté, qui reste élevée, ai tendance à enfermer le joueur dans une position d'attente qui ne ravira pas tout un chacun. Mais c'est assurément une excellente surprise, et encourageant de la part d'une équipe qui sait tirer les leçons de ses erreurs. Bravo.

13/03/2007
  • Un univers unique, qui se démarque par une tonalité produite par l'opposition entre la bande-son et les graphismes, tous deux très réussis
  • Des personnages attachants et très humains
  • Un gameplay propre et bien exploité
  • Un peu de résistance pour les fins tacticiens
  • On attend avec impatience le prochain projet de l'équipe
  • Le système de combat engage à la défense et à l'attente
  • Encore trop difficile pour les débutants
  • Le levelling reste fastidieux
7

GRAPHICS 3.5/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 3.5/5
LENGTH 3.5/5
GAMEPLAY 4/5
Stella Deus: The Gate of Eternity > Commentaires :

Stella Deus: The Gate of Eternity

7
6.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pstore [0]
8 commentaires sur PlayStation 2
vernes

le 09/06/2015
7
Le système de combat est bien sympa, la troupe aussi, graphiquement c'est bon (surtout pour un T-RPG) mais le tout manque d'ambition pour devenir un indispensable. Malgré tout il fait parti des rares jeux que j'ai fini à 100%, en maugréant sur la fin certes, c'est dire si sur le moment le jeu est plaisant.
kaf3

le 30/07/2013
Edité le 30/07/2013
9
Un T-RPG...stellaire et original !!!!
dandyboh

le 11/02/2012
Edité le 23/05/2013
6_5
Stella Deus est un T-RPG, semblable à Hoshigami, mais qui dispose par rapport à ce dernier d'un avantage non-négligeable : celui d'être un beau jeu. Oui, Stella Deus est un très beau jeu, avec un très bon système de combat, mais malheureusement, une IA au ras des pâquerettes, et surtout, un jeu qui n'a pas vraiment de saveur, pas vraiment d'âme. Et c'est bien dommage, tous les éléments pour en faire un superbe jeu était là. Sitôt fait, sitôt oublié, malgré les bons moments passés dessus...
heavenly

le 31/10/2011
6
T rpg sympathique, à l’histoire soignée et à l'ambiance gégéral trés agréable (l'OST de Sakimoto aide !) mais le tous reste peu être un peu trop classique...
Tompouce

le 23/01/2010
6
Ce jeu possède de nombreux défauts (ils sont énumérés plus bas), cela étant dis, pour ma part,le charme opère et le système de combat et d'upgrades proposé par le jeu est excellent.
Un peu difficile certes, il oblige à un peu de rigueur et de patience.
Adeptes de TRPG fouillés, à vos manettes!
jubei

le 04/05/2009
Edité le 04/05/2009
5
+ Graphisme et arts works magnifique
+ Le système Ap
- Les catacombes parfois obligé pour avancé dans le scénario sans se faire détruire
- L'IA a certains moment perd la tête...
- Le système de fusion aurait pu être mieux géré
algerino

le 15/09/2008
Edité le 21/10/2008
6
J'avais pris le jeux parce que je le croyais en voyant la boite que c'est un mariage entre megaten et tactic ogre mais le titre ne s'approche d'aucun de ses 2 jeux puisque il abandonne la gameplay du tactic ogre pour un nouveau concept de déplacement a base de AP certes innovant mais en pratique très lassant, surtout que l' IA et la difficulté sont élevés surtout au début de jeux que vous ne pouvez pas gagner deux combats successifs sans passé par un donjon d'entraînement moche et répétitive cela inclus un progression très répétitive et lassante beaucoup plus que les autres tacticals d'ailleurs le concept de titre est son principale défaut.

Pour un jeux PS2 j attendais a visiter les villages ,accomplir les quêtes annexes d'une manière moins linéaire mais rien de tous ça même les titres GBA s'en sort beaucoup mieux .

Sinon le titre dispose d'une touche artistique très bien travaillè qui est son principale atout en bref si vous chercher un tactical et vous n'avez pas une PSP voici un bon titre ,si vous avez déjà cette console alors passer votre chemin la console dispose des titres beaucoup plus intéressants.

Sinon le titre dispose d'une touche artistique très bien travaillè qui est son principale atout en bref si vous chercher un tactical et vous n'avez pas une PSP voici un bon titre ,si vous avez déjà cette console alors passer votre chemin la console dispose des titres beaucoup plus intéressants.

Moradin

le 19/08/2008
Edité le 21/08/2013
7_5
Un bon RPG tactique. Simple dans son systême par rapport à d'autres (Disgaea, FFT, Tactics Ogre), chaque personnage n'ayant quasiment qu'une profession. Mais le challenge est parfois dur à relever, le leveling demeure indispensable mais pas à outrance sauf peut-être pour avoir les "métiers" ultimes.

Ensuite l'univers est accrocheur et mature même si le scénario demeure basique. Les graphismes sont dans le ton ainsi que les musiques (mention pour celle de l'intro).

Un super RPG-T qui reste plus dans le ton d'un FFT que d'un Disgaea. Avis aux amateurs
63 active users (0 member, 63 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion