bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Atelier Iris 3: Grand Phantasm > Articles > Review
Voir aussi

Atelier Iris 3: Grand Phantasm

crpg play2 europe
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
La surprise de l'été
Dire que je me suis lancé sans grand entrain dans Ateliers Iris 3 serait un doux euphémisme. N'ayant pas trouvé les deux premiers épisodes exceptionnels - assez bons tout au plus - et devant les critiques assez sévères d'une certaine presse, je m'étais fait une raison : j'allais y jouer une petite dizaine d'heures et le reposer sur mes étagères, trop de bons RPG me tendant les bras.
Mais voila, trois semaines et des dizaines d'heures de jeu plus tard, je peux le dire : grosse surprise !
En quelques lignes, je vais tenter d'expliquer mon engouement.

L'Escalario, fiction ou réalité ?

Tout commence dans la forêt de Valtessa. Edge et Iris - les deux charmants héros du jeu - sont alors à la peine. En pleine mission pour la guilde de leur ville, les voila encerclés par une tripotée de monstres qui ne demandent qu'à les réduire en miette. Heureusement, tel le titre d'une grande et célèbre série philosophique américaine des temps modernes, les voila "sauvés par le gong". En effet, dans ce monde si particulier, les aventuriers de la guilde ne peuvent rester qu'un temps limité dans les mondes dans lesquels se déroulent les quêtes avant d'en être brusquement éjectés, un paramètre important à prendre en compte pour tous ceux qui osent s'aventurer dans ces mondes peuplés de monstres.
La routine de simples quêtes pour monter en grade au sein de la guilde va être interrompue par l'apparition de piliers de lumière. Et si ceux-ci étaient liés au légendaire Escalario, relique du passé qui peut exaucer un vœu à qui le possède ?

Le début d'une longue quête de vérité pour l'alchimiste Iris, le guerrier Edge et bientôt Nell, une aventurière délaissée par sa sœur avide de pouvoir...
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm

Un jeu à quêtes

Autant le préciser toute suite, Atelier Iris 3 est un RPG à quêtes, ce qui ne plaira pas à tous. Celles-ci se découpent en trois catégories et sont accessibles via le tableau de la guilde (sauf...), bâtiment central du jeu :
- Les quêtes principales : ce sont des quêtes scénarisées qui fournissent les points de grade, indispensables pour avancer le jeu et passer au chapitre suivant. À la manière d'un Legend of mana, elles se passent souvent en plusieurs parties qui forment au final une petite histoire. À peine moins poétiques, elles sont très souvent intéressantes et agréables à jouer, et permettent de mieux connaître et comprendre les divers protagonistes de l'univers.
- Les quêtes ponctuelles : ces quêtes sont disponibles une seule fois et consistent soit à débusquer et tuer un gros boss, soit à trouver et amener les objets demandés au client. Ces quêtes donnent souvent droit à des objets rares.
- Les quêtes en vrac : elles consistent à laminer plusieurs ennemis du même type ou à ramener plusieurs objets génériques au client. Elles peuvent être refaites plusieurs fois et donnent des objets plus communs.

À noter que la complétion de toutes les quêtes uniques du jeu donne droit à la bonne fin, mais... j'en ai déjà trop dit.
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm

Cinq mondes

Les quêtes représentent l'essentiel du jeu, et se répartissent sur cinq mondes : la forêt de Valtessa, le château de Grimoire, le champ de bataille de Posporia, la vallée de Cristal de Dakascus et enfin le grand jardin d'Ishtar.
Chaque lieu possède ses spécificités, ses villages, ses habitants et bien sur ses monstres qui le hantent. Il devient vite indispensable de bien les connaître pour mener les quêtes à bien rapidement, notamment à cause du temps imparti pour chaque visite d'un monde. Si les mondes sont vite tous accessibles, de nouvelles parties se découvrent au fur et à mesure de l'avancement des quêtes via des nouveaux passages ou des nouveaux objets, permettant de rendre moins répétitive leur exploration.
Certains n'apprécieront guère de revenir maintes fois dans les mêmes mondes, pour ma part je n'ai jamais trouvé ça lourd ou pesant, car une bonne connaissance permet de finir la majeure partie des quêtes très rapidement et peu sont imposées.
Chaque monde possède une liste de missions subsidiaires qui donne des points, permettant de débloquer des objets une fois un certain nombre d'entre aux acquis. Un principe sympa, qui pimente encore plus les phases d'exploration.

Les ennemis sont visibles sur la carte et se découpent en trois catégories :
- Bleus : des ennemis faibles, un coup d'épée permet de les éliminer pour ne pas les affronter.
- Blancs : les ennemis normaux du lieu.
- Rouge : les ennemis plus durs de chaque lieu.
Il est assez aisé de les éviter, mais diable, les combats sont tellement bons que je n'ai pu m'empêcher de rosser quiconque se mettaient en travers de ma route !
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm

BURST

Parlons-en donc des combats !
D'une base au tour par tour assez classique, ils deviennent rapidement jouissifs, comme souvent grâce au principe des furies. Les fondements sont simples :
- Chaque personnage joue plus ou moins vite souvent en fonction de sa vitesse
- On peut évidemment attaquer, défendre, fuir et utiliser des objets
- Avec le temps les points de skill augmentent, permettant l'utilisation des attaques spéciales et des magies.
- Au fur et à mesure des coups donnés lors d'un combat une jauge de Burst se remplit. Celle-ci activée, les points de skill sont mis à fond, et les dégâts décuplés ! C'est le moment d'enchainer comme un bourrin les grosses attaques avant que le Burst - magnifiquement rendu à l'écran - ne s'achève.

Au départ, c'est simple. Mais plus on avance dans le jeu, plus les ennemis ont des résistances spécifiques, ce qui atténue la montée de la barre de Burst, et plus ils font de hits, ce qui réduit aussi l'avancement de la barre.
Sans jamais être réellement compliqués, les combats nécessitent sur la fin un peu de technique, pour optimiser le rendement de chaque coup et atteindre au plus vite le Burst.
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm

Alchimie nous voici

Iris no Atelier, ça veut dire l'atelier d'Iris (oui, je parle aussi japonais avec les objets). C'est donc sans surprise que l'on retrouve ce point central de la saga, qui sert à tout.
L'atelier représente ainsi une sorte de QG où l'on peut sauvegarder sa progression, créer ses objets via les recettes dégotées ici et là, tenter de découvrir de nouvelles recettes (en changeant les objets d'une recette), et enfin changer de classe pour Edge et Nell.
Oui, le jeu propose un système de classe accessible grâce aux "mana" libérées au cours du jeu. Au nombre de huit, elles permettent de choisir le profil idéal à nos personnages. Chaque classe possède ses particularités, ses compétences et ses objets propres.

Le système de jeu est ainsi très complet, et il faut quelque temps avant de bien tout maîtriser.
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm

La bande-son, atout numéro 1

C'est du Gust, inutile donc d'attendre une grande 3D léchée, le jeu présente une 2D de fort bonne facture qui emploie des couleurs chatoyantes. L'ensemble ne souffre que d'une chose, l'animation assez ridicule d'Edge lorsqu'il saute. Pour le reste, rien à redire, les environnements sont variés et détaillés, certains décors sont sublimes (l'entrée de Grimoire, Dakascus, Ishtar) et ont droit à une patte graphique remarquable.

Mais là où le jeu excelle, c'est réellement dans sa bande-son. Les musiques sont vraiment superbes et variées, et les plus importantes - celles des combats donc - sont aussi les meilleures. Mention spéciale pour "Dance with the spirits", musique sublime accompagnant les rencontres avec les mana, une petite écoute vous permettra de mieux saisir pourquoi la flute de pan, ça tue.

Bref, Ateliers Iris 3, c'est du solide, mais n'espérez pas vous y engager pour le finir rapidement, le jeu est long, une quarantaine d'heures est nécessaire pour en voir le bout. Pour peu que vous accrochiez vraiment et que vous décidiez de faire toutes les quêtes et de découvrir tous les objets, le compteur peut vite exploser.
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Atelier Iris 3: Grand Phantasm
Certes, le jeu ne plaira pas à tous à cause de son principe de quêtes et son aspect dungeon-RPG qui tranche avec le reste de la série. Mais pour qui aime le genre, il ne laissera pas insensible par son ambiance féérique, sa bande-son magistrale, son système de jeu soigné et ses personnages attachants.
Une belle réussite, probablement le meilleur Atelier, dans un style différent des précédents.

21/08/2007
  • Bande-son
  • Système de classes
  • L'alchimie !
  • Le casting du jeu
  • Repasser plusieurs fois dans les mêmes lieux pourra gêner certains
8

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 3.5/5
LENGTH 5/5
GAMEPLAY 4/5
Atelier Iris 3: Grand Phantasm > Commentaires :

Atelier Iris 3: Grand Phantasm

8
6.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
9 commentaires
Selene

le 21/10/2014
6_5

+ Graphismes et character design
+ Système de combat abouti
+ Très bonne ost

- Pratiquement aucun scénario
- Personnages clichés à outrance. Aucune personnalité marquante.
- Quêtes nazes
- On repasse tout le temps aux mêmes endroits


Zanxthiloïde

le 14/07/2014
6
Encore un RPG sympathique mais avec de gros défauts.

Ayant joué en premier aux Mana Khemia (sorti 1 an plus tard), le jeu souffre de la comparaison.

Ici, point de système de combat ultra dynamique, c'est du tour par tour classique avec un système de jauge à remplir pour effectuer de gros combos et de gros dégâts, mais sans grosse attaque spéciale. Comme pour Mana Khemia, il n'y a presque aucune difficulté dans les combats (avec 2 ou 3 exceptions, mais même en étant pas préparé, on peut presque toujours s'en sortir).
A noter la présence d'un système de job qui donne envie de se plonger encore plus dans le jeu... avant de se rendre compte qu'au bout de la moitié du jeu on les a tous débloqué ainsi que tous leurs skills (au nombre de 5, c'est très limité).

Niveau musique c'est très moyen sauf le thème d'introduction qui est bien épique... jusqu'à ce que les paroles en japonais apparaissent.

Les artworks des personnages sont très génériques et manquent énormément de détail, mais ça convient bien à leur caractère.

Le côté exploration est génial ... pendant les 10 premières heures de jeux. Le jeu dure 30 heures et on se retrouve toujours à explorer les mêmes décors pendant les 20 dernières heures de jeu qui ont failli me faire abandonner, surtout vu l'absence de scénario.

Enfin l'alchimie, le petit plus de la série est raté à cause d'un manque de personnalisation des objets, que les rares marchands du jeu ne renouvellent pas leur stock donc on est souvent en rupture de certains matériaux communs, et de pleins de matériaux obtenables uniquement avec des quêtes.
Zak Blayde

le 14/03/2012
7
Un jeu qui diffère grandement des deux épisodes précédents, dont le gameplay s'articule autour d'un hub (la ville) depuis lequel on accès à différents niveaux. Le grand défaut de ce changement, c'est la répétitivité. On complète des quêtes qui nous font revenir très régulièrement dans chacun de ces niveaux, trouvant au fur et à mesure les ingrédients pour pratiquer l'alchimie (seulement possible dans l'atelier).

Au bout d'un certain nombre de quête, l'histoire principale avance, et les chapitres s'enchainent. Le jeu est long et ce fonctionnement devient lassant à partir de la moitié du jeu.

En revanche, les graphismes sont sublimes, tout comme les musiques (bien que trop peu nombreuses, elles énerveront votre entourage), les combats sont agréables, l'alchimie simple mais toujours efficace.

L'originalité de cet épisode c'est aussi la présence de boss très difficiles à vaincre en fin de jeu, qui vous obligent à adopter la bonne stratégie ou à vous faire laminer.

Trois personnages seulement sont jouables, mais deux d'entre eux peuvent au fil du jeu changer de tenue et de compétences, ce que le jeu appelle les BLADES. A chaque Mana débloqué au cours du jeu, une nouvelle tenue se débloque pour l'un des deux personnages.
Bao

le 06/06/2010
Edité le 16/07/2014
6_5
Les personnages sont attachants (faute d'êtres réellement intéressants, à mon goût) et bénéficient d’un chara-design efficace. J’ai trouvé l’ensemble scénaristique sans grandes prétentions, mais il se laisse suivre agréablement, à son lot d’humour (le nain masochiste…) et de scènes tristounettes notamment à travers les quêtes (système de progression qui ne m’a pas trop dérangé autre mesure), et la storyline dispose d’un finish efficace (j’ai eu la good ending).

Graphiquement pas grand-chose à dire, de la 2D bien Gustienne, très colorée, ni trop clinquante et ni trop pauvre. Par contre mention aux entrées de zones, inutiles certes, mais superbes (Grimoire !) La bande son est sympathique, agréable et accompagne bien le jeu, et propose même quelques morceaux bien puissants.

La difficulté du soft est assez bien équilibrée, hormis lors de quelques pics de difficultés bien sentis, la progression est assez fluide, aussi bien en exploration (la découverte progressive des map) qu’en combat (les classes d’ailleurs, great idea, et PUIS LE BURST !). Le système d’alchimie est très bon et facile d’utilisation, malgré la « frustration » constante que représente l’acquisition d’une nouvelle recette (enfin dans mon cas, notamment avec les dérivations de recettes… avec RIEN pour les deviner, j’étais constamment à faire un full check des items...)

J’ai trouvé le jeu rapidement très répétitif. « Uniquement » 5 map ça fait peu à mes yeux, elles deviennent vite très familières, surtout quand on doit les revisiter X fois et se taper des trajets jusqu’au bout des maps pour des objectifs parfois con-con ou anecdotiques, ou aller chercher quelques ingrédients (car le jeu est bien avare, même en étant top-Raider-de-la-mort-qui-tue faut pas espérer un seul coup de main de la part de la guilde ou des commerçants, ne serait-ce que sous la forme d’un renouvellement de stock…), le tout avec un timer peu clément au cul (hais-déjà dit à quel point je hais les timer ?).

Bref j'ai quand même accroché au soft, malgré une lassitude grandissante sur la fin.
Kenshiro

le 04/01/2010
Edité le 07/01/2010
4
Bien fun au niveau des combats, meilleur que le 2 sur ce plan la, par contre j'ai moins aimé le reste.
Un système d'avancé par guilde, remplir des missions aussi minime, tel que livre un commerçant, ect...

Un scénario qui fait du surplace pendant longtemps a cause de ca. De plus il m'a pas trop interessé.
On attend la fin de chapitre pour pouvoir avancé dans le scénario, le reste sert a rien, on a l'impression de faire que des quêtes annexes pour le coup.

un jeu moyen, qui accroche grace à ses graphismes et ses combats! le Burst c'est bien!!!
GamerFF

le 27/07/2008
Edité le 17/12/2008
8
Avec un système de combat encore plus dynamique et tactique (quand les boss se décident à être plus méchants), une bande-son bien sympa et parfois excellente avec des pistes comme Omen ou Schwarzwei (qui déchire lors de l'affrontement d'un certain personnage), ce Atelier Iris 3 est certainement le plus mature des trois avec sa brochette de personnages tantôt comiques tantôt touchants et notre palette de héros plus adultes qui se complètent à la perfection pour nous offrir parfois de très bons moments.
Certainement le meilleur des Atelier Iris sur Ps2 si on omet le côté assez répétitif des 5 donjons qu'on fini par connaitre par coeur et l'arrière-plan des battles de type grotte assez médiocre (je chipote ;p).
Fei

le 21/08/2007
Edité le 25/06/2008
8
+ Les premières heures sont agréable, même s'il s'agit d'un tutorial à rallonge, le tout est très bien fait et on ne s'ennuie pas.
+ Musique excellente.
+ Graphiquement rien d'extraordinaire, c'est de la 2D Gust donc agréable.
+ Passée la phase d'apprentissage, viens la période que j'ai préférée : la découverte des Afterworlds, bien qu'il en existe que 5, ils sont vastes, variés et non-accessible dans leur totalité lors des premières visites. Bref du bonheur en perspective.
+ Les personnages attachants, le character design réussi.
+ L'espèce de système de jobs permets des combats intéressants et variés !
+ La fin.

- La démarche à la con d'Edge !
- Je ne me serai qu'un peu ennuyer dans les dernières heures de jeu, quand les zones deviennent trop familières et les aller-retours lassants, cependant la fin mérite le détour !
Ptival

le 21/08/2007
7
Mon avis sera plus modéré que celui de MeDioN à propos de cet Atelier Iris.

Le changement de régime est radical : on ne visite plus un monde vaste, mais une seule ville relié à 5 grandes zones (comprenant presque chacune un village et des zones de combat), et le jeu ne consiste plus à traverser ce monde, mais à faire des quêtes pour faire avancer l'histoire et évoluer.

Graphiquement rien à reprocher, la 2D de Gust s'affine, les sprites sont maintenant mieux fondus au décor, les décors fourmillent de couleurs et de détails (les entrées de zones sont magnifiques bien qu'inutiles d'ailleurs ^^ Ah Grimoire !) Les chutes de framerate sont rarissimes et pas gênantes (le seul endroit qui me revient est Squawk Village en scroll vertical)

La bande son est sympathique, l'introduction est bien meilleure que les 2 anciens AI, et la musique accompagne agréablement tout le jeu. Cependant les voix des personnages sont un peu irritantes, notamment les cris en combat de Nell et Iris qui sont énervants au possible.

Le jeu a une agréable durée de vie d'une soixantaine d'heure sans perdre de temps. Les 40 premières heures sont géniales, on découvre les zones, nos première quêtes, on commence à accumuler un stock d'alchimiste, à découvrir de nouvelles Mana et classes qui vont avec, on enchaîne les quêtes sans s'en rendre compte. On découvre avec joie qu'une zone qu'on croyait finie n'était que la moitié de la zone réelle.

Mais par la fin, la lassitude se fait ressentir, les quêtes sont plutôt répétitives, on est complètement maître du déroulement du scénario (il ya des quêtes qu'on sait qu'elles feront avancer le scénario), très prévisible bien qu'un peu plus touchant que les 2 précédents opus. Puis le jeu commence à devenir assez restrictif, avec des quêtes mal pensées (tuer 200 fois un monstre simplissime, ramener un n-ième objet tout au fond d'un niveau X fois revisité) et des idées malvenues (mettre un objet en quantité très limitée alors que le système d'alchimie pousse à ne pas se retenir !).

Autre point en demi-teinte les combats, qui sont souvent trop simples à mon goût. Cependant, il y a vers la fin beaucoup de boss qui donnent du fil à retordre et sont vraiment agréables à appréhender (dommage que ce ne soit pas le cas d'un boss de fin aux HP nombreux mais qui ne met jamais en danger

Le système d'alchimie est quant à lui rodé et amélioré pour un confort presque optimal. Seul bémol, on a parfois du mal à s'y retrouver à la fin avec des listes d'objet un peu désordonnées :

Bref Atelier Iris 3 présente une aventure quelque peu différente de ses frères, une approche plus centrée sur quelques personnages, des quêtes, du dungeon-crawling. Au final le jeu n'éblouit pas, mais vous procurera une bonne cinquantaine d'heure de bonheur, tout en laissant un peu sur sa faim une fois les limites atteintes.
Zak Blayde

le 30/07/2007
Edité le 30/07/2007
Il a l'air répétitif et limité, mais malgré tout, tout à fait sympathique cet Atelier. Et les graphismes sont somptueux.
128 active users (1 member, 127 guests, 0 anonymous member)
Online members: Yaone
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion