bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Rogue Galaxy > Articles > Review

Rogue Galaxy

arpg play2 europe
Rogue Galaxy
Skies of Jaster Rogue
Tenait-on avec Rogue Galaxy un énième Rpg, soi-disant mythique dans la mesure où il proposerait une réalisation de haute voltige et des personnages apparemment charismatiques, ou s’agissait-il davantage d’un nouveau RPG classique jusqu’à la banalité qui, une fois son heure de gloire (commerciale) passée, retomberait bien vite dans les ténèbres de l’oubli ? On pouvait craindre qu’il ne s’agisse en effet que d’un (trop) long voyage à travers de multiples planètes sans âme. On pouvait craindre que Jaster Rogue et sa « mystérieuse » cicatrice ne soit que le point de départ d’un scénario cousu de fil blanc et mis en scène de façon prétentieuse. On pouvait le croire en effet, mais cette foi inébranlable pouvait-elle résister aux combats dynamiques, aux situations dramatiques et aux environnements colorés de Rogue Galaxy ?
Je suis venu vous conter l’histoire d’un beau voyage...

Réalisation stratosphérique

Avant même de pénétrer la substance du soft, c’est sa réalisation, dans l’ensemble, qui frappe quiconque s’en approche : si le cel-shading ne s’élève pas, à mon sens, au niveau de la merveille qu’est Zelda: The Wind Waker, on tient là un concurrent de taille sur le plan technique. Plus beau et plus coloré que Wild Arms 3 (pourtant déjà très réussi lorsqu’on y pense), Rogue Galaxy place la barre très haut, à la hauteur de ces étoiles que le héros ne cesse de regarder. L’immersion est garantie, d’autant plus que les environnements sont entièrement ouverts : il n’y a pas de coupure entre les différentes sections d’une planète : les temps de chargement n’interviennent que lorsque l’on monte à bord du Dorgenark ou lorsqu’une cut-scene vient égayer le tout (un peu à la Metroïd Prime, en fait).
Le cel-shading n’est pas la seule force du jeu : les cut-scenes, à la mise en scène ambitieuse (trop parfois, surtout au début) laissent parfois la place à des FMV à couper le souffle, mêlant dessin animé et images de synthèse pour un résultat sidérant de beauté ET de style (ce n’est pas juste détaillé, c’est vraiment réussi, au point de vue esthétique).
Ajoutez à cela que les musiques et les doublages sont d’excellente qualité, que les effets sonores sont nombreux et variés, que vos personnages parlent pendant que vous explorez le monde et vous obtenez une référence (référence pour longtemps à mon sens) au point de vue technique, dotée d’une superbe 3D temps réel (par le biais de laquelle sont modélisés les environnements d’exploration et les combats).

Rogue Galaxy
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy

"Make me feel alive" (Fox in Metal Gear Solid)

Le filon de Rogue Galaxy, le filon de ce genre de RPG en général, c’est la liberté, le grand voyage à travers un monde qui flirte avec l’infini. Les cartes qui sont sur la table ne sont pas seulement celles du RPG dit old-school : c’est plus que cela, c’est un véritable Skies of Arcadia-like, référence absolue en la matière jusque là à mon sens. Ce n’est pas seulement un grand voyage, c’est une véritable envolée (ici dans l’espace), envolée qui donne cette tonalité si particulière à ces deux aventures, et dont ne bénéficient pas des jeux comme Grandia ou Lunar par exemple (il ne s’agit pas de critiquer, mais de faire comprendre le concept de Skies of Arcadia-like). En littérature, on parle de roman d’aventures, on pourrait parler ici, au prix d’une tautologie peut-être de RPG d’aventures, mais d’aventures célestes !
C’est de la liberté de Jaster Rogue dont il est ici question, « mystérieux » enfant, dont le visage est marqué d’une « mystérieuse » cicatrice, et qui est protégé par un « mystérieux » guerrier, lequel semble savoir quelque chose sur sa « mystérieuse » identité.
Tous ces mystères sont suffisants pour lancer une aventure qui vous permettra d’explorer tout un système stellaire à bord d’un vaisseau pirate, de rencontrer des personnages hauts en couleur, pénétrés par leurs propres « mystères », de rechercher des trésors légendaires, des planètes perdues, et de faire sa fête à tout ce qui fait preuve d’immoralité manifeste.
Vous acquerrez bien sûr de « mystérieux » pouvoirs, et si le scénario n’est pas si original, il est suffisant, il évite les clichés au prix d’une mise en scène efficace et d’un traitement réussi des émotions. Ne vous attendez pas à trouver des personnages vraiment tordus ou des révélations prétendument philosophiques : le scénario n’a qu’un rôle narratif, il vous entraîne de planète en planète, efficacement, et c’est là l’essentiel.

Rogue Galaxy
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy

Une galaxie de caractères

On rencontre vraiment beaucoup de monde dans Rogue Galaxy : les personnages jouables sont nombreux, différents, et en dépit de la fadeur qui se dégage en premier lieu de quelques-uns d’entre eux, le scénario leur réserve un petit moment personnel qui leur permet de gagner le cœur du joueur : oui ! Rogue Galaxy n’est pas un jeu pour les cérébraux, il se joue avec le cœur à fleur de peau, prêt à sombrer dans l’épopée et à compatir envers un personnage rencontré au fond d’une mine.
Les PNJ sont très nombreux, mais certains parmi eux, récurrents, finissent par devenir véritablement attachants : vous serez poursuivis par un archéologue, vous épaulerez un ancien guerrier à la morale secrète, et vous rencontrerez tantôt ces deux personnages mystérieux qui partout cherchent un père de famille. Le monde, immense, se traduit par la multiplication des personnages, la richesse de l’univers rejaillit sur le traitement qui leur est réservé. Là encore, après un départ hésitant, cela se met en place, l’aventure trouve son rythme, l’immersion agit.
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy

Star Ocean + Tales of + Grandia = ...

Évidemment, au cours de vos explorations, vous ne manquerez pas de rencontrer une foule d’adversaires, tous plus laids et plus cruels les uns que les autres. Mais autant être tout de suite rassuré : les combats sont réussis. Non seulement il est possible de s’engager pleinement dans la bataille puisque les points de sauvegarde - incroyablement nombreux - soignent les personnages, mais ceux-ci sont franchement dynamiques, sans être complètement bourrins (ah… un peu quand même).
Parmi vos trois personnages, deux sont contrôlés par une IA… satisfaisante. L’aire de combat prend place dans l’aire d’exploration, si vous vous éloignez trop des adversaires, vous fuyez le combat. Le déplacement est libre, et vous pouvez, à loisir, utiliser des objets, utiliser des capacités, frapper avec votre arme primaire, frapper avec votre arme secondaire, sachant que tout cela consomme petit-à-petit votre barre d’action qui, une fois vide, commence à se recharger. Par ailleurs, l’arme secondaire (souvent une arme à longue portée) dispose de sa propre barre d’action, qui une fois vide, se recharge (mais pas plus d’un certain nombre de fois par combat).
Mais le zeste tactique intervient dans la mesure où certains ennemis ne peuvent être touchés que d’une certaine manière : parfois il faut sauter, parfois il faut casser la barrière, grâce au Gun-anti-barrière ou grâce à une attaque spéciale. On ne peut pas (toujours) foncer dans le tas.
La difficulté est raisonnable, certains boss sont difficiles, mais rien d’insurmontable (le leveling n’est pas nécessaire), et le jeu, s’il n’est pas aussi long que le boîtier le prétend, tiendra toutefois en haleine les joueurs les plus expérimentés plus de trente heures.

Rogue Galaxy
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy

Musiques galactiques

Tout cela ne se déroule pas dans le silence : et il eût été dommage de nous priver des fabuleuses compositions qui accompagnent l’aventure dans Rogue Galaxy. On ne se risquera pas à comparer la bande son avec des monstres comme Final Fantasy (ante-X), d’autant plus que le genre n’est pas le même. Peu de thèmes ici, mais un nombre conséquent de musiques d’ambiance, volontairement répétitives, qui provoquent l’immersion et qui restent dans la tête. Par ailleurs, les quelques thèmes qui subsistent sont réussis, et les chansons sont remarquables.
Enfin, on ne peut pas ne pas s'arrêter sur les musiques qui accompagnent les combats contre les boss (elles sont, principalement, au nombre de deux), renversantes d’efficacité, motivantes.
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy
Rogue Galaxy
"Aye Aye Captain" finira par dire le joueur, en chœur avec l’équipage, le joueur qui se laissera porter par la magie de Rogue Galaxy, RPG riche, diablement bien réalisé et frôlant la perfection dans son genre. Ceux qui ont adoré Skies of Arcadia n’ont pas le droit de passer leur chemin, ils trouveront ici son rival le plus sérieux. Non, définitivement non, Rogue Galaxy n’était pas le jeu que l’on pouvait craindre. C’est un voyage fantastique à travers les étoiles, un périple pirate que l’on n’oubliera pas et dont résonneront toujours en nous quelques-unes des fantastiques musiques.
"Aye Aye Captain", Mariglenn vous attend!

12/11/2007
  • Réalisation d'ensemble réussie
  • FMV de toute beauté
  • Environnement musical de grande qualité
  • Combats dynamiques
  • La grande aventure
9

GRAPHICS 4.5/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 4/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4/5
Rogue Galaxy > Commentaires :

Rogue Galaxy

9
7.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
36 commentaires
Pwyll

le 19/04/2017
3
En voilà un jeu que j'aurai voulu aimer. Sérieusement. J'ai décroché rapidement alors que le jeu semblait avoir toutes les cartes en main pour réussir. Mais les débuts sont poussifs, sauvé par une DA originale et un univers emprunté à Stars Wars. Et c'est con que pour une fois qu'un j-rpg s'émancipe de la fantasy, je décide de le bouder. Mais promis, je m'y remettrais, un jour.
Renty

le 25/01/2017
6_5
Quem joga Rogue Galaxy com certeza se impressiona com a qualidade gráfica do game. É impressionante a quantidade de detalhes que a produtora conseguiu criar utilizando a técnica cel-shading, a mesma utilizada em todos aqueles jogos baseados em desenhos animados.

Os personagens mesmo “desenhados” passam muita realidade nas expressões e falas. Os cenários batem um bolão, muito coloridos e riquíssimos em detalhes, pelo menos para um jogo de RPG para Playstation 2.

Mas o que rouba a cena grande parte do tempo são as lindas animações, que constantemente surgem para deixar você babando. Eu destaco aquela do deserto quando Jester está quase sendo engolido por um monstro gigante (muito comuns no game) e aí a misteriosa menina o salva com aquela motinha e tudo mais. Lindo.
yunfa

le 11/10/2016
8
J'en garde d'excellent souvenir. L'histoire est sympa, le gameplay et les arbres de compétences sont top, le casting est agréable (même aurai pu être plus recherché).

Gros soucis pour la caméra par contre qui se fait souvent la malle.

De même le boss de fin aura été décevant (je ne spoilerai pas) mais le combat est fade.

Je pénalise la caméra et le boss final avec un 8/10. (sinon j'aurai mis 9)
ballade

le 11/02/2016
4
Impossible d'accrocher, après 10 heures de jeux, 3 donjons long et répétitifs, des boss qui nécessitent juste suffisamment de potions, une caméra insupportable qui rend les sauts précis impossible, des combats aléatoire (merde, sur un arpg?) tout les trois pas, une direction artistique douteuse, qui mélange un peu tout et coloré à l'extrême (ce qui cible les - de 15 ans. Dsl mais c'est un fait scientifique..) , des animaux qui parlent, le scénario de star wars ep 1 dans le vaisseau d'albator.. non décidément j'accroche pas, j'avance, j'avance, sans vraiment aimer ou détester, avec juste un sentiment de vide absolu,avec de temps à autres un petite lueur de curiosité dans les yeux, quand je remarque un nouveau plagiat. Conclusion, on doit tous grandir un jour
Selene

le 06/04/2014
7_5
Absolument sous le charme au début, arrivée à la moitié, je n'avais qu'une envie c'était de le finir car le scénario part complètement en vrille. Cette histoire rocambolesque vire au ridicule complet.
Petite déception aussi au niveau des personnages qui auraient mérité meilleur traitement, pourtant, là aussi c'était très bien parti!

Visuellement, le jeu est magnifique, les cinématiques sont justes époustouflantes. Le système de combat est très dynamique, un peu à la Dark Chronicle me semble t-il, quand aux musiques, elles sont très agréables sans être transcendantes pour autant. En bref, de très bons moments tout comme de grosses déceptions sont au rendez-vous.
vernes

le 15/12/2013
7_5
Des éléments empruntés un peu partout mais de ce qui se fait de mieux et on obtient un ensemble des plus agréable même si hélas il n'y a quasiment rien d'inoubliable .
Kagura Shiro

le 04/08/2013
5
35 heures de jeu.
+ Jeu très joli, les scènes cinématique sont de toutes beauté!
+ Étendues vastes, décors variés
+ OST très agréable, et doublage US réussi
+ Riche et plutôt long, pas mal de quêtes annexes : crafting, chasse aux trésors etc.
+ Système de téléportation pratique (vu le nombre d'aller-retour)
-- Level design paresseux, aliasing très présent
-- Caméra affreuse que se soit en exploration ou en combat
- Donjons trop longs
- Mais arrêtez avec vos combats tous les 10 pas! Je veux sortir, zut! Et même en ville vous vous faites attaquer! O_o
- IA dans les choux (dilapide les objets et les PC à une vitesse folle)
- Très répétitif
- Roster en demi-teinte (Jaster, Kisala, Zegram, Lilika le sauvent comme ils peuvent...)

Yama

le 29/05/2013
8_5
Un excellent rpg sur PS2. Il bénéficie de la bonne époque de Level 5, à nous pondre des jeux sympas, aux graphismes attrayants.

Même si le scénario est assez convenu, le casting est intéressant, et surtout, le battle system est jouissif à souhait.
Le jeu est assez long, et les quelques quêtes annexes sont intéressantes (sauf celle des insectes, inutile à mon goût).

Un très bon jeu qui allie efficacité, et gameplay.
Riskbreaker

le 20/02/2013
Edité le 01/06/2013
7_5
Généralement, les jeux ultras attendus, comme Rogue Galaxy, je les fuis.
Annoncé comme un des derniers blockbusters de la PlayStation 2, il avait un nombre assez incroyable d’arguments convaincants sur le papier… Durée de vie de plus de 100h, quêtes annexes partout, possibilité de vagabonder sur plus de 6 planètes différentes dans la galaxie, graphismes magnifiques, bande sonore épique, etc.
Allez, on est en 2013, plus de six ans après sa sortie PAL, il est temps de voir ce qu’il en est vraiment.

Et bien au final, Rogue Galaxy se révèle être un bon jeu. Si on oublie ses couloirs, bien entendu…

Graphiquement irréprochable, il arrive à convaincre avec un cell-shading pour le moins très réussi. Rares sont les jeux aussi convaincants dans ce style. Dommage que l’animation ne suive pas complètement (trop rigide). Beaucoup de scènes CG, de décors assez grands et de trompe-l’œil réussis. Rogue Galaxy est beau et coiffe encore la plupart des jeux Wii d’aujourd’hui (Xenoblade… ?).

Musicalement, ça passe. Si certaines scènes sont vraiment réussies grâce à un fond sonore épique – les scènes finales en fait – le reste du jeu peut vite taper sur les nerfs tant on reste longtemps dans une zone. Ainsi, la musique de Burcaqua rend complètement dingue au bout d’à peine 15 heures de jeu (raaah cette flûte insupportable) – celle de l’écran d’accueil, pareil, imbuvable tellement on l’entend… Et malheureusement, c’est le cas pour la plupart des musiques de field. Dommage.

Et puis il y a ces couloirs. Les couloirs des donjons. Des donjons qui durent plusieurs heures…
C’est pas compliqué, le premier couloir que vous voyez lors de l’entrée dans un de ces derniers… Et bien… Ce sera le même pendant les deux prochaines heures. Avec des combats tous les six pas. Bon courage. Pour ma part, fort heureusement, je n’ai craqué que lors du dernier donjon. Le reste du jeu est passé relativement bien. Mais le dernier… Avec ses combats à rallonge et ces grottes interminables… Horrible.
Les combats, en revanche, sont sympathiques. Même si on finit par ne lancer que le skill Supernova en boucle pour en finir vite fait, le système de skill avec la gestion de nos deux autres compères est bien pensé. L’AI fait son boulot et jamais ne nous embête. On râlera juste sur la redondance et le nombre de combats hallucinant que l’on fait dans ce jeu (en 40h, j’ai dû en fait plus de 2 500).

Et puis il y a son scénario. Lent à démarrer, une scène à la moitié du jeu relance cependant notre intérêt, jusqu’à la fin. Loin d’être mauvais, bien que basé sur une structure typiquement japoniaise et de type shonen, il évite quelques caricatures dans lesquelles sont tombés des jeux comme Xenoblade ou la plupart des derniers Tales of.
C’est sympathique et certaines idées vraiment ingénieuses.

So what ? Rogue Galaxy, ce n’est peut être pas la tuerie voulue par Level 5, ce n’est pas le grand jeu qui restera dans les anales - surtout sur PS2 où le catalogue de RPG est complètement barge – mais il y a du bon, du très bon.
Bahamut-Omega

le 15/07/2012
5
Après l'avoir finis une première fois sans m'avoir marqué, au moment de sa sortie, je viens de le re-terminer et... j'ai été grandement déçut

Son scénario est très basique, d'un ennui mortel, mal rythmé et prévisible. Il y a un mieu vers les chapitre 8 et 9, mais la pression retombe vite après...

A part Jaster, Kisala, et Zegram à moindre mesure les persos sont vraiment peu intéressent. Si, j'aime bien le méchant et sa collaboratrice

Heureusement j'ai trouvé son univers attachant.

Concernant le système de combat, très basique avec quelques défauts, comme les attaques spéciales qui cassent le rythme, les sauts imprécis, les attaques sautées imprécises (on ne saute pas assez haut) et la visée calamiteuse.

Dans le gameplay, on a plein de chose sympatique mais au début seulement
Le système d'évolution des armes fort sympatiques mais interminable, sérieusement quel intérêt d'avoir fait des armes "Ex" qui sont des copies conformes des armes normales, avec seulement un bonus de Stats. Sans compter les améliorations secrètes des armes de Jaster que l'on doit trouver tout seul

L'Usine et bien trouvé, mais l'interface avec les menus bien embêtante.
J'ai pas essayé les Insectrons, ça ne me dis rien et j'avais assez à faire.

Les donjons sont ennuyeux, très "couloir". Merci la téléportation qui évite les allés retours mais rend le jeu bien facile, heureusement les ennemis frappes fort ça équilibre un peu le fait d'avoir accés aux magasins n'importe quand.

La durée de vie est très longue grace aux quêtes annexes et c'est tan mieux, on rentabilise bien le jeu

Les graphismes sont sublimes, j'ai surtout été bluffé par les cinématiques. Les décors sont un peu vides par contre.

L'OST par contre . Ok pour les thèmes que l'on entends 3 fois dans le jeu, qui sont très réussis, mais pour les thèmes de zones c'est banal, voire innaudible, et les thèmes de combats ne sont pas marquants.

Bref grosse déception pour moi.
61 active users (1 member, 60 guests, 0 anonymous member)
Online members: Mabushii D
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion