bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Final Fantasy IX > Articles > Review
Voir aussi

Final Fantasy IX

crpg play europe
Final Fantasy IX
Pour l'amour de la fantaisie finale.
Un mensuel consacré aux jeux vidéos titrait, à l’heure de la sortie : " La Touche Finale", accordant évidemment à ce monstre (commercial, aussi) tous les éloges qu’il méritait, ne serait-ce que par ses qualités techniques, impressionnantes à l’époque. Mais que reste-t-il vraiment de ce titan, aujourd’hui, alors que les épisodes suivants sont venus renverser l’exploit d’alors et que la 3D pré-calculée a, à présent, été abandonnée ? Final Fantasy IX n’était-il qu’un miracle de la mode ou bien, par-delà le temps et l’oubli, reste-t-il cet épisode parfait et "final", comme on voulait le présenter au début des années 2000?

Final au pays des merveilles

A l’opposé des trois épisodes précédents, Final Fantasy IX nous plonge dans un univers coloré et surtout joyeux : pas de passé sombre comme dans Final Fantasy VI, pas de cité polluée comme dans son petit frère, pas de "réalisme" parfois grisonnant comme dans le huitième épisode, mais plutôt des terres de châteaux, de vaisseaux volants, de voleurs au grand cœur et de courageux aventuriers.
Cependant, il n’en revient pas pour autant à cet univers qui caractérisait la première génération de Final Fantasy: on tend à la fois ici vers le conte de fées et vers cette tonalité fantasyste, originaire.
Deux royaumes se partagent pacifiquement le continent : Alexandrie (sous le commandement de la reine Branet) et Lindblum, dirigé par le valeureux Cid. Si Alexandrie est la cité des chevaliers (Brutos et autres), Lindblum est plus avancée au point de vue technologique, spécialiste en termes d’aéronefs et repaire de la troupe de théâtre à laquelle appartient le personnage principal.
Parce que Djidane (dont le nom n’a cessé de varier au fil des traductions) est bien le héros de ces péripéties : il appartient aux Tantalas, chargés par le roi Cid de capturer la princesse Grenat pour faire pression sur la reine, qui prépare vraisemblablement un mauvais coup. L’affaire tourne à la tragi-comédie lorsque Djidane est prié par la princesse en personne (qu’il trouve déjà craquante)... de l’enlever!
Ainsi naîtra une aventure qui emmènera une troupe improbable à travers ce monde, et au-delà (comme il se doit), à travers un monde varié, tant au point de vue de ses civilisations que de ses lieux, parfois villages accueillants, parfois sombres passages.
Rien n’arrête la fantaisie : les magiciens sont partout, les sentiments les plus forts déplacent des montagnes et nos héros se surpassent sans cesse pour fuir une fin toujours prête à frapper : Final Fantasy IX, à coups de baguette magique et de scènes théâtrales, nous entraîne au fond du terrier.
Final Fantasy IX
Final Fantasy IX

La princesse et son voleur

Les personnages sont à l’image de l’univers : variés, riches mais sûrement pas renfermés (je pense aux mâles des deux précédents épisodes). Djidane est un joyeux drille, séducteur dès les premières scènes, amouraché d’une princesse qui – c’est cousu de fil blanc – ne rêve évidemment que d’en pincer pour cet amant improbable, aventurier libre comme l’air. Autour de ce couple trop beau pour être faux (et dont on ne se demande finalement jamais si "ça va faire", mais plutôt "comment ça va se faire") gravite quelques âmes égarées qui découvriront dans ce riche périple - dont l’enjeu ne saurait être autre que la défense du monde - le "sens de l'existence" : le chevalier Steiner, ayant juré allégeance à son royaume, obligé de coopérer avec la "racaille" qui lui sert de compagnie, mais également Bibi, un petit magicien, semblable à ces "mages noirs" qui font régner partout la terreur, figure de l’enfant peureux mais innocent (presque philosophe) ou encore la merveilleuse Eiko, dernière survivante d’un peuple d’invocateurs, seule dans son village avec pour seuls compagnons des mogs, "sourire triste" lorsqu’elle voit s’envoler celui qu’elle apprend à chérir.
D’autres personnages viennent compléter le cortège de sentiments en mouvement : le courage et la solidarité rencontrent l’incertitude, la solitude mais c’est bien sûr l’amour qui fait office de fil rouge tout au long de l’aventure, depuis la première rencontre, sous un capuchon blanc, en haut du grand escalier.
La catégorie de l’originalité n’est pas ici de mise : les personnages ne brillent pas par leur destin personnel qu'on-n'avait-jamais-vu, par leur histoire propre-et-jamais-égalée. Ils sont en revanche des modèles d’humanité, à notre image, quand bien même ils sont des rats, des invocateurs ou des êtres humains affublés d’une queue. L’attrait de ces personnages vient qu’ils expriment des choses simples - et par conséquent communes à tous - avec force. Final Fantasy IX n’est pas une œuvre pour les analystes, c’est une œuvre destinée au cœur, aux émotions, aux larmes, au rire.
Final Fantasy IX
Final Fantasy IX

Shakespeare ( rien que pour le fait de l'écrire )

Une grande mode (et on peut se permettre de la citer puisqu’elle était contemporaine de la sortie originale de Final Fantasy IX) était de voir du Shakespeare partout, tout le temps. Vagrant Story était un jeu shakespearien (sans doute parce qu’il mettait en scène Roméo Guildenstern et Rosencranz et parce qu’il prenait place dans un pays de châteaux et de chevaliers correspondant à l’image – réductrice et par conséquent erronée – que l’on se fait de Shakespeare), et Final Fantasy IX ne manquait pas d’être lu de la sorte : à coup sûr, Kuja (le-méchant-aux-cheveux-gris) était un personnage shakespearien parce qu’il parlait un vieil anglais (l’anglais du "thou" et du "thee" n’étant pas la propriété de Shakespeare), parce qu’il voyait dans son action une belle mise en scène. Pour toutes ces raisons, et parce que je n’aurais pas la prétention de connaître suffisamment Shakespeare pour l’invoquer ici, on ne dira pas que Final Fantasy IX est shakespearien.
En revanche, la mise en scène est diabolique, et rappelle, plus que jamais le théâtre. Les dialogues sont fins et bien écrits : les personnages ont de la répartie, les panneaux proposent des jeux de mots (la RATP n’est-elle pas responsable du réseau de transport de Lindblum ? - même s’il s’agit là d’une traduction), les décors sont magnifiques et les angles variés. Certaines scènes relèvent même proprement du théâtre le plus classique: sans parler des représentations des Tantalas, la scène de la lettre repose sur les ressorts qui fondent la comédie classique (les quiproquos qu’elle suppose, ainsi que le jeu des entrées et des sorties des personnages).
Par ailleurs, certaines références textuelles sont évidentes: Cinna, par exemple (mais attention au roi Lear, qui est un fait de traduction).
Pour finir, on peut toutefois relever la variation perpétuelle des tons, du rire au larme (on rit finalement de l’échec d’Eiko, oubliant un instant qu’elle n’a jamais vu de garçon dans sa solitude) ce qui, on peut le concéder, n’est pas sans rappeler un célèbre dramaturge anglais. En ce sens, alors, peut-être que Final Fantasy IX est shakespearien, mais il faudrait pousser plus à fond l’analyse avant de se montrer vraiment affirmatif.
A titre personnel je suis persuadé que cet épisode correspond tout à fait au mot "Romantisme" (c'est le professeur de Lettres qui parle !).
Final Fantasy IX
Final Fantasy IX

Le Final final

Hironobu Sakaguchi a répété à qui voulait bien l’entendre que son épisode préféré était le neuvième, parce qu’il était celui qui correspondait le mieux à l’idée qu’il se faisait de Final Fantasy. On ne peut qu’être tenté d’essayer de comprendre ce que veut dire - excusez du peu - le père de la série.
Final Fantasy IX ne serait pas seulement un « retour aux sources », comme "on" a pu le dire (il fallait bien dire quelque chose...), il serait bien l’épisode final, l’épisode parfait qui tente la synthèse de toutes les expériences passées.
En effet, il ne s’agit pas seulement d’un épisode old school ("école" qu’on peut limiter aux cinq premiers épisodes) bénéficiant des qualités techniques d’une PlayStation au sommet de son art (oui… c’est bien d’art dont il faut parler) mais bien d’une synthèse des forces caractéristiques de la série.

Final Fantasy, c’est d’abord une histoire de combats, qu’il s’agisse de terrasser le petit (pas toujours) ennemi ou le boss (pas toujours) redoutable. C’est une histoire de lutte âpre avec un environnement hostile qui ne saurait être dompté qu’avec l’expérience et le bon équipement. Il faut gagner de l’argent et acheter la bonne épée, sinon, c’est la raclée : et ce point est poussé ici à son paroxysme puisque l’équipement est non seulement garant des statistiques des personnages, mais également de leurs capacités.
A travers les âges et les modes, Final Fantasy n’a jamais abandonné ce recours à l’équipement, pas plus que la série n’a vraiment égalisé la difficulté des combats : même si le niveau de ces derniers a été nivelé pendant le nouvel âge de la série (je pense en particulier aux épisodes VII et VIII, même si le discours est davantage indicatif que définitif), Final Fantasy IX fait renaître le mythe du combat banal qui se transforme en lutte à mort.

Qui ne s’est pas amusé à faire le compte des éléments ponctuels récurrents dans au fil de la saga ? Final Fantasy IX en propose un florilège : Cid côtoie les chocobos et les mogs (de retour en force). Les mages noirs sont de sortie, les jobs sont au cœur du système, les chevaliers dragons et la magie bleue n’éclipsent pas Bahamut ou Alexandre. Final Fantasy IX est un concentré de références aux épisodes précédent, dans la musique ("Prélude", "Prologue", mais aussi introduction à la musique des combats, sans compter la reprise du Pic de Goulg, tirée du tout premier épisode), dans ses termes (Masamune, Ultima Weapon et Climhazard – malheureusement abandonnés par la traduction française) ou encore dans ses personnages (en particulier à destination du premier épisode, avec la présence de Garland et des quatre monstres élémentaires). Bizarrement, il serait bien difficile de trouver dans les épisodes suivants une quelconque reprise d’un élément propre à ce neuvième épisode, comme si celui-ci avait de fait marqué la fin d’un cycle (le propos reste, sur ce point ouvert).

Final Fantasy IX est plus qu’un retour aux sources, c’est une fantaisie finale qui s’appuie sur des forces et des caractères accumulés pendant plus de dix ans, au fil des épisodes. Cette synthèse est marquée par la référence au premier épisode, mais c’est bien un hommage à tous les épisodes dont il s’agit. Le gameplay en est le principal témoin: il ne s’agit plus de parcourir des labyrinthes et de parler à des avatars dans des villages anonymes. Les personnages ont gagné en richesse, le monde a gagné en variété et le cheminement est définitivement plus guidé. Ce n’est pas un retour au source, c’est un couronnement.

Final Fantasy IX
Final Fantasy IX
Je me rappelle avoir dévoré cet épisode en quelques jours (nuits comprises), âgé alors comme le sont aujourd’hui les élèves à qui je demande d’être sérieux, de ne pas négliger leurs devoirs de français. J’ai longtemps cru que l’amour que j’avais porté à cet épisode était le fait d’une mode personnelle, d’un sentiment momentané.
Final Fantasy IX, qui n’a pas pris une ride, ne vieillira jamais. Il est éternel : il est toujours aussi chatoyant, ses personnages sont toujours aussi touchants, la mise en scène est toujours aussi grandiose (bien servie par des dialogues franchement réussis) et le rire succède toujours aussi souvent, et aussi vite, à la tristesse et à d’autres sentiments qui n’ont rien d’originaux mais qui sont proprement humains (c'est ce que j'ai appelé le "Romantisme").
Lorsque la scène finale s’apprête à conclure l’aventure, et lorsqu’une voix sans doute mal identifiée rend hommage à Djidane, lui reconnaissant qu’il lui a appris à vivre, n’est-ce pas après tout une conclusion à toute la série plus qu’à cet épisode en particulier ? Après le recouvrement du cristal, y avait-il encore quelque chose à ajouter ? On venait de vivre l’amour, la colère, la solitude et le doute. On venait de sauver le monde, encore une fois. On venait de revivre tout ce que cette série avait fait naître.
Apaisée, Final Fantasy venait de mettre un point final à l’aventure d’une génération. Il n’y avait plus rien à dire, sa place était auprès des dieux, auprès de Bahamut et des siens, sa place était au cœur de l’éternité qui consacre les œuvres humaines comme art.
Final Fantasy IX, haut-les-cœurs, c’était la Touche Finale!

12/11/2007
  • La synthèse de la série
  • Personnages plus émouvants que jamais
  • Un monde merveilleux, bénéficiant d'une bande-son et d'une réalisation excellentes
  • Une mise en scène digne du théâtre
  • La fantaisie que j'aime
  • Les combats ne raviront pas les partisans du nouvel âge de la série : plutôt longs, leur difficulté est variable (les partisans de l'ancienne école apprécieront)
  • Le chant du cygne
10

GRAPHICS 4.5/5
SOUND/MUSIC 5/5
STORY 4/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4/5
Final Fantasy IX > Commentaires :

Final Fantasy IX

10
8.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires and [0] ios [0] pstore [11]
115 commentaires sur PlayStation
Ubik

le 24/08/2018
5
J'avoue être étonné de lire des commentaires aussi élogieux pour ce titre!
Je me rappelle de combats prenants et de musiques incroyables dont certaines que j'écoute encore aujourd'hui.
J'aimais bien la place du théâtre dans l'univers, même si pas assez exploité.

Pour le reste, j'ai pas aimé le endgame, peu intéressant par rapport au deux volets précédents. Ni le casting. Mention spéciale au mid boss récurrent totalement nanardesque, qui est juste un gros troll, un peu comme si on demandais à Nicolas Cage d'imiter Nicolas Cage, et sous cocaïne
L'histoire est osef, avec un twist tellement grotesque que c'est devenu un private meme!^^

En bref un jeu correct, mais un peu long et chiant.
The Ogre

le 05/01/2018
9_5
+ super ambiance
+ des persos attachants
+ des musiques inoubliables
+ un système rodé et efficace
+ des endroits à visiter magnifiques

- un méchant qui manque de charisme
- une fin sympa mais pas assez développée
- des sidequests très moyennes
- pas assez d'accent sur les Chimères, pourtant élément central de l'histoire...
Renty

le 28/02/2017
10

Pontos Fortes:

● O retorno às raízes do jogo, valorizando a palavra “Fantasy” que vai ao nome da série;

● Gráficos impressionantes obtidos com boas técnicas;

● A batalha cheia de adrenalina com os mega-chefes Hades e Ozma;

● Bastantes minijogos divertidos como Chocobo Hot and Cold e Tetra Máster.

Oportunidades de Melhoria:

● Rebalancear as recompensas e dificuldades em alguns minijogos e missões secundárias;

● Evitar as “oportunidades únicas” que não permitem que o jogador execute-os quando ele quiser;

● Realocar os Moogles envolvidos no Mognet que estão em locais inacessíveis no quarto disco, afinal é frustrante cuidar de uma missão que começa no primeiro disco para no final não poder completar 100%.

É um jogo muito bem feito, entretanto existem falhas de game design em missões secundárias e minijogos. Entretanto, exceto a missão do Mognet, não são missões que causam frustração extrema. Mesmo com algumas falhas, as missões secundárias que envolvem Ozma são muito divertidas e conseguem se encaixar com outros objetivos do jogador. Caso queira se distrair, vá brincar de Chocobo Hot and Cold. Se quiser treinar os personagens, pode fazê-lo nos locais onde aparecem os monstros amigáveis. Eu recomendo este jogo e ele pode ser encontrado para Playstation e na PSN.


yunfa

le 11/10/2016
9_5
Outre FF7, il est surement mon épisode favori. Grâce à son audacieux design et une palette de personnage tout en couleurs et une histoire magnifique; ce FF s'inscrit comme un des meilleurs RPG fantasy.

PXL

le 12/06/2016
7
Juste pour insérer le même commentaire que pour la version PSStore car je l'ai fini aussi sur PS1 :

Que dire sur ce jeu ?
Première scène du jeu excellente, on se laisse facilement immerger dans cet univers rétro enchanteur digne du maître sakaguchi.
Puis, l'ennui fait place au plaisir, le jeu devient très chiant, les personnages on a tous envie de les claquer (mention spéciale à kweena le perso le plus moche et inutile de tous les jeux vidéos du monde), la mise en scène devient merdique...... tout devient exaspérant et désespérant..
D'autant plus que les combats sont laborieux dans leur lenteur excécrable et les monstres qui vous lynchent sans problèmes vu qu'ils attaquent trois fois plus vite que vous pendant tout le jeu O_o'

Puis arrive la fin du CD 3, et là, la magie revient, le jeu redevient enfin intéressant. ça sonne enfin l'action, les héros prennent conscience de l'envergure de leur épopée. le final, c'est sûr va être explosif !!
Si effectivement, ce dernier point est vrai, le dernier boss malheureusement arrive comme un cheveu sur la soupe... qu'est-ce qu'il fait là lui ? et la fin du jeu, bien que longue et agréable n'est somme tout pas très logique au vu de tous les évènements que l'on vient de vivre '

Donc bon, un FF sympa mais pas trop, enchanteur mais pas trop, rétro ça c'est sûr mais c'est pas forcément un avantage....
Avis plutôt mitigé pour ma part. le scénario m'a bien plu pendant les dernières heures, c'est ce qui sauve sa note. ainsi que la création de cet univers très détaillé aux couleurs chatoyantes..
flosuke

le 16/07/2015
7_5
Tres bon rpg mais dialoque un peu niais.
Paprika

le 21/04/2015
10
Déjà fini il y a une bonne plombe, je voulais refaire FF9 et j'ai bien fait.

Un scénario vraiment prenant, fort en rebondissements, et une palette d'excellents personnages font partie des nombreuses raisons de (re)faire ce jeu.
Une aventure très riche qui comporte de nombreuses quêtes, avec notamment un mini-jeu addictif au possible : Le Chocobo Hot and Cold (Creuse Chocobo), sur lequel j'ai passé DES heures !

Pourvu d'une ost magnifique, FF9 vous charme autant les oreilles que les yeux avec ses graphismes éclatants. Et même en connaissant l'issue finale, l'émotion est toujours présente.
BGE
DenamPavel

le 08/08/2014
Edité le 08/08/2014
8
Le final fantasy de la ps1 que j'ai le moins apprécié. L'histoire tout comme les personnages ne m'ont pas emballé plus que ça. J'ai trouvé le système de transe très mauvais. Mais attention, ff9 reste un grand jeu. L'ost est à tomber, la réalisation tout pareil. Les décors ont un charme de folie et l'ambiance en général est une petite leçon d'héroic-fantasy à la japonaise.
BlackJowy

le 01/08/2014
8_5
Très bon jeu si ce n'est certains moments moins intéressants, et le dernier boss qui m'a semblé inutile (certains y voient du sens, mais bon...)
Kagura Shiro

le 28/07/2014
9
++ OST
++ Quêtes annexes nombreuses et variées (Mog-Poste, Chocobo, cartes etc.)
++ Un casting mémorable (Grenat, Beate, Steiner, Djidane, Bibi)
+ Le monde de Héra
+ Gameplay simple et efficace
+ Système de compétences (apprentissages via les armes)

- La transe qu'on ne maîtrise pas
- Combat un poil trop long
- Personnages en trop (Kweena, Tarask)
66 active users (0 member, 66 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion