bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Ys VIII: Lacrimosa of Dana > Media > Vidéos > PlayStation 4 > 2 disponibles :

Ys VIII: Lacrimosa of Dana

Videos nxn

Video pc

Videos psv

Fearless Adventurer, Adol Christin
Exclusive Content Trailer
Ys VIII: Lacrimosa of Dana > Commentaires :

Ys VIII: Lacrimosa of Dana

8.5
7

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires and [0] escsw [0] ios [0] nxn [2] pc [0] pstore [0] psv [0]
9 commentaires sur PlayStation 4
Yama

le 18/07/2019
3
Le jeu est techniquement très faible. Dès qu'on approche un peu la camera des personnages, ils disparaissent pour n'en laisser qu'un,à croire que la puissance de calcul de la ps4 pro n'est pas suffisante pour afficher 3 personnages de près... <img src=" /> .

Les décors sont très bof, et vraiment peu variés. En dépit du scénraio qui veut que tout se passe sur uneîle, ils auraient pu faire un petit effort en terme de dépaysement.

Les musiques,tout comme les décors, sont très moyennes pour beaucoup. Seuls 1 ou 2 thèmes sont vraiment cool, mais je m'attendais à beaucoup mieux.

Le casting proposé est d'un ridicule amère. Entre la pouf mal baisée,et le plouc qui lâche ses pets, le pauvre Adol a en effet de quoi rester muet.

D’ailleurs, je ne sais pas si c'est une question de budget, mais je plains le doubleur d'Adol qui a du sortir 1 ou 2 phrase et quelques "ah" de tout le jeu, ce qui est frustrant quand on voit que quasiment tous les autres persos sont doublés.

(Oui, j'aime pas les héros muets, ça fait vraiment teubé, surtout quand un narrateur parle pour eux, autant les faire parler eux)

Ensuite, mon Dieu, que de fautes d'orthographe (les"é" à la place de "er", ça m’énerve), de vocabulaire, et de syntaxe !! Ils ont fait du google trad ou quoi ??. Il eut mieux valu laisser le jeu en anglais plutôt que de pourrir la langue française. Même certains objets ont des noms différents dans les menus et dans les quêtes..... <img src=" />

Question scénario, c'est une vraie repompe de plusieurs thématiques déjà vues et revues dans des centaines de milliers de rpgs jap, donc on passera vite fait sur ça.Heureusement, la touche R1 permet de zapper vite fait dès que ça commence à titiller. (et ça titillait beaucoup)

Question gameplay, on a du Ys, donc c'est nerveux, et heureusement encore, c'est la seule chose à peu près potable du jeu. Je dis à peu près potable, car les 3 personnages de base se suffisent à eux même pour couvrir l'ensemble des situations dans lesquelles on se trouve, donc je n'ai jamais touché à Ricotta, ou Humel.

Enfin, je n'aime pas quand les personnages se mettent à parler en pleins combat, on comprend rien, et c'est gonflant.

Le côté découverte de l'île avait son bon côté au début, avec quelques péripéties, mais la routine se fait vite ressentir au bout d'un moment. Cela va de même pour ce qui est de l'agrandissement du village.

Au final, cet opus est le plus pourri auquel j'ai joué. Un gros coup d'épée dans l'eau, de la part de notre Adol le Rouge.

D'ailleurs au passage, j'ai débloqué le trophée "finir le jeu avec Adol" au bout de 2 heures de jeu, en me promenant sur la plage au tout début...encore un bug du jeu.... <img src=" />


Yahiko

le 27/11/2018
7
Fun lorsqu'il arrive à être frénétique, addictif lorsqu'il s'agit d'être complétionniste, Ys VIII est malheureusement plombé par un problème de rythme et un découpage qui pose question avec des scènes de blabla intempestives et souvent inintéressantes. Tellement dommage alors que l'angle choisit pour lié les destins d'Adol et Dana était bien vu. Un vrai bon jeu, qui avait tout pour être encore plus grand et qui laisse ce petit goût d'inachevé en bouche.
Bao

le 12/07/2018
7
Le jeu est l'occasion pour la série de continuer sa "Trails-ification" narrative entamée avec Ys Seven, en donnant toujours plus d'importance à un casting plus ou moins cliché et plus ou moins bien exploité, et en versant un peu plus dans la complexité scénaristique mais avec moins de brio qu'avec l'autre série de Falcom. Le lien entre Dana, Adol et l'histoire qui en découle est plutôt original et touchant, mais niveau déroulement / rythme c'est pas très bien maîtrisé pour carrément devenir foutrac sur la fin avec un deus ex machina, au sens littéral du terme, pour tenter de tout coller ensemble (et encore ça ne suffit pas à lever certaines zones d'ombres). J'ai sourcillé comme jamais pendant les révélations finales.

Le rythme du jeu est la chose qui m'a le plus tué : aux cassures blabla toutes les 20 minutes il faut rajouter les cassures liées aux événements, comme les raids qui globalement sont inintéressants ou les cassures au sein des combats mêmes ; avoir mis des primordiaux (synonyme de "foutu sac à PV") partout c'est quand même une grosse connerie car ces affrontements deviennent vite des agacements plus que des étapes mémorables de l'épopée. Passé la première moitié du jeu je me contentais de fuir de coffre en coffre et de grind périodiquement sur les petits monstres. C'est dommage car arpenter l'île à cent à l'heure est prenant, entre secrets à découvrir, lieux à trouver et trésors à grappiller, mais cette balade se fait en sachant que quelque chose va périodiquement venir enrayer la machine. Pour me répéter, le rythme c'est le gros, TROP gros point noir du jeu. Le système de combat est bon, probablement la meilleur itération du système à trois personnages, mais comparé à Seven / Celceta le jeu manque clairement d'imagination dans la manière de l'utiliser, notamment contre les boss, ou ce manque d'imagination se retrouve aussi dans le déroulement. C'est pour ces raisons que je regrette d'ailleurs qu'il n'y ai pas eu plus de phases de jeu avec Dana : un peu de réflexion, un peu de plate-forme, un rythme soutenu, des combats qui demandent de bien utiliser les spécificités de notre personnage... c'est une poignée d'heures en cumulé, mais une poignée d'heures qui sentent bon le Ys solo d’antan. Et pour l'OST, comme d'hab rien à dire, trop de pistes qui tuent (le thème principal, Sunshine Coastline, Rocky Path, Crimson Fighter...), mais j'y ai pas trouvé "ma" piste god-like façon Valestein Castle / Crimson Rage / Genesis Beyond The Beginning.

Au final, j'arrive toujours à savoir si oui ou non cette transformation de la série est une bonne chose... et si savoir est mieux que de ne pas le savoir.
BlackJowy

le 04/06/2018
8
Et ben euh ... c'était 'achement bien

+ : Un scénario sympa que j'ai trouvé assez original (peut-être moins pour ceux qui ont joués aux autres Ys ?)
+ : Un petit coté Lost (dans ses débuts) avec le naufrage, l'île mystique, etc ...
+ : Combats nerveux et en temps réel, on déboule sur la map et on fonce/défonce tout
+ : L'OST rock qui donne envie d'avancer
+ : La découverte de l'île (en bonus on peut cavaler, se téléporter, pas trop de ralentissements inutiles ...)
+ : Durée de vie
+ : La vraie fin

+/- : Le sosie de Bernard Tapie
+/- : Le côté "completionist" qui ne m'intéresse pas du tout
+/- : Certains clichés (personnages, histoire, etc ...) mais qui sont étrangement bien passés
+/- : Personnages pas hyper développés, ni très passionnants mais ça passe

- : Techniquement en retard, mais osef
- : Certaines coupures dans les scènes, genre pour la suite tu dois faire 3 pas et appuyer sur X à nouveau ...pourquoi ?
- : La localisation, merci merci pour le français, mais l'orthographe et les bugs d'affichages, bof.
- : Le scénario trop dilué si on fait tout ce qu'offre le jeu (à mon sens il faut se concentrer sur la quête principale, et revenir en NG+)
Arefu

le 24/03/2018
7
Incroyablement fun et addictif, la principale force d'Ys 8 réside dans son gameplay parfaitement calibré, à la fois très défoulant et nécessitant de bons réflexes et une bonne appréhension des mécaniques de défense (Flash Guard/Move) pour être bien performant. Les ressources (relativement) limitées nous obligent à bien jouer dans les donjons pour éviter des aller-retours inutiles et le jeu met en place plusieurs diversions pour nous distraire de la quête principale (% sur absolument tout ce que l'on peut récupérer, quêtes annexes, raids et hunts, affinités avec les rescapés...).
Ceci couplé à une OST de folie comme d'habitude, qui contribue à 50% au plaisir de jeu, fait de Ys 8 un jeu très agréable à jouer et que l'on revisite avec plaisir.

Maintenant si nos protagonistes pouvaient juste arrêter de casser le rythme en prenant des pauses pour discuter entre eux toutes les 20 min...
xenocross
le 09/12/2017
6
+ Bonne durée de vie
+ Une OST plutôt bonne.

- Système de combat incroyablement bourrin.
- scénario pas terrible.
- Terriblement laid.

En conclusion un petit RPG sympathique sans prétention.
yunfa

le 27/11/2017
8
Premier Ys pour ma part et une agréable aventure! La technique date mais le jeu contrebalance avec un casting attachant, une histoire qui prend de l'ampleur (malgré un début poussif), une ost sympathique et un gameplay simple mais efficace.

A noter que tout est fait pour dénicher le 100%, que ce soit la découverte de la map, des trésors, en passant par l'affinité avec les pnj.

Bref, une aventure qui mérite d'être vécu même par les néophytes du genre.
Faizon

le 25/11/2017
8_5
Ça ne révolutionne clairement rien, mais ça peaufine à l’extrême une formule très efficace. Du coup, on ne voit pas les heures passées, et on s’eclate à partir à la chasse au % de map ou au trésor caché en tuant des monstres à coups de compétences variées. Et comme on rajoute plein d’excellentes idées et micro-systèmes et que le scénario, à défaut de briller, n’est pas trop stupide, on en ressort plus que satisfait.
Pwyll

le 16/10/2017
10
Un coup de coeur. Ys VIII : Lacrimosa of Dana ne paie pourtant pas de mine avec ses graphismes datés. Cependant il compense avec des décors qui appellent à la découverte et une narration de qualité. L'exploration est au coeur du jeu et se fait progressivement. Un vrai délice de découvrir avec curiosité de nouveaux lieux, de nouvelles personnes à sauver. Le village des Naufragés devient nous aussi notre maison, ce lieu où on retrouve nos habitués autour d'un feu de camp. Une fois l'aventure finie on a qu'une hâte : y retourner. Dans mon cas, n'ayant pu obtenir que la fin normale, je me délecte d'un NG+ où le niveau est adapté, évident le syndrome de rouler sur tout ce qui bouge. Et puis surtout, la seconde lecture du scénario gagne en intérêt.
23 active users (1 member, 22 guests, 0 anonymous member)
Online members: Radiant Silvergun
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion