bandeau
avatar Guest
Login|Inscr.
sign
fiche

Cosmic Star Heroine for PS4 > 3 fiches :

Cosmic Star Heroine for PS4

fiche

escsw play4 pstore

Cosmic Star Heroine for PS4 > Commentaires :

Cosmic Star Heroine for PS4

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires escsw [0] play4 [0]
1 commentaire sur PlayStation Store
Ragna

le 01/07/2018
8
Cosmic Star Heroine fini sur PS4, en 40 heures et au niveau 67.

Eh bien, le moins qu'on puisse dire, c'est que ce RPG indé au tour par tour a été une agréable surprise pour moi. Ça fait du bien entre deux gros jeux. J'ai retrouvé l'esprit des RPG d'antan, c'est-à-dire ceux des années 90 de l'époque Super Nes, l'âge d'or du J-RPG. En effet, le titre est conçu comme un RPG japonais bien que ça n'en soit pas un. Sous ses atours de Classical RPG à l'ancienne, le titre s'inspire de moult références de jeux de rôles japonais bien connus, mais il n'en reste pas moins rafraîchissant, avec ses petites idées qui fourmillent dans son système de combat et qui rendent les rixes addictives. Mais commençons par l'histoire. Elle se veut très marquée sur l'aspect espionnage, science-fiction et conspiration. Où des artefacts de l'espace sont au centre de l'intrigue. Il y a un petit côté Xenosaga au niveau de l'atmosphère, mais évidemment le scénario est clairement moins complexe. Et bien qu'il soit classique par moments, ce scénario est plutôt bien rythmé, tout s'enchaîne tambour battant et on ne s'ennuie pas un seul instant. Il y a même quelques twists intéressants vers la dernière partie du jeu. En fait, le soft est bourré de références et de clins d'œil qui raviront sûrement les amateurs de RPG. Par exemple, rien que la première ville du jeu fait vaguement penser à Midgar de FFVII, de même qu'un niveau à un stade avancé fait penser au désert de Corel, sans parler qu'un des persos jouables rappelle un peu Rude des turcs, mais ce n'est pas pour autant une copie de tous ces petits détails, loin de là. Ce qui est sûr, c'est que voir ce genre de chose m'aura décroché un sourire de nostalgie à plus d'une occasion. Cosmic Star Heroine ajoute sa propre touche dans tout ce fatras de clichés et de références. S'imprégnant d'un univers à mi-chemin entre le cyberpunk et le space opéra, le jeu fait aussi penser à Phantasy Star dans sa progression visuelle. Le chara-design est mignon et fidèle aux RPG de la vague des années 90 puisque tout est fait en 2D, même les cinématiques ponctuant l'aventure sous forme de séquence 2D animées sur plan fixe façon Game Boy Advance pour certains jeux. C'est là qu'on voit que le style du dessin est à cheval entre le manga et le comic. C'est un style que j'apprécie, et qui, je trouve, convient parfaitement au jeu. Pour dire, il m'a fait un peu penser à l'animé Malo Korrigan et les traceurs de l'espace. Mais alors quand on récupère le vaisseau et que l'héroïne principale devient la capitaine de son propre navire spatial, j'ai pensé à Mass Effet du fait qu'on peut parler à plein de membres d'équipage et qu'on peut voyager dans l'espace, certains membres nous prêtant main-forte dans les combats (j'y reviendrai plus bas.)

On explore donc des planètes, chacune représentant un monde se parcourant en quelques petites heures car comprenant une grande ville principale, quelques donjons et petits villages. Il y a deux types de vues, toutes deux ayant en commun d'être aériennes. La vue d'hélicoptère rapprochée quand on explore les rues d'une ville ou d'un village ainsi que les donjons, et celle éloignée quand on explore la carte du monde pour pénétrer dans les différents lieux. Et là, bonjour la purée de pixels quand on voit notre troupe de persos en file indienne de loin ! Mais c'est totalement assumé par Zeboyd Games, avec sa patte graphique pixel arts qui colle très bien à ce genre de jeu. Si on n'est pas réfractaire au pixel arts, ça passera très bien. Ce qui est mon cas.

Il faut dire que le jeu n'est pas spécialement long. En un vingtaine d'heures c'est plié, pour peu qu'on aille droit au but mais il y a quand même quelques petites quêtes annexes en cours de route, et elles ne sont très longues ni mal placées pour casser le rythme de la trame. Il y en a aussi vers la fin de l'aventure, bien évidemment. J'ai pris mon temps pour le level up et parce j'ai tendance à tout fouiller et à parler à tous les pnjs. Il y a en d'ailleurs pas mal pour un jeu de cet acabit, tout comme les mobs à combattre. Parlons-en justement des combats, un tour par tour à défilement vertical à la FFX (sauf que les tours d'action progressent vers le bas). Les chargements sont inexistants, si bien que les combats se déclenchent immédiatement à l'approche des ennemis sur l'écran, sans la moindre transition, comme Chrono Trigger. On peut contrôler jusqu'à 4 personnages, chacun bénéficiant de ses propres compétences. Si le jeu n'est pas particulièrement difficile pourvu qu'on comprenne le système, il est recommandé de faire bon usage des skills pour triompher. La particularité vient du fait que les compétences des persos ne consomment pas de MP, elles s'utilisent en combat puis il faut utiliser la commande Défendre pour recharger les capacités et les utiliser derechef. Attention toutefois, certaines ne peuvent être utilisées qu'une fois, comme la résurrection. Autre détail nouveau, les points de style qui augmentent à chaque tour et selon les actions, avec un pourcentage additionnel des dégâts (physiques, magiques ou technologiques). Quand le perso atteint un certain nombre de points de style, il entre dans un sorte de transe appelée Hyper qui ne dure qu'un tour, rendant ainsi plus efficaces les attaques, les altérations d'état ou les techniques de soutien. Les objets offrent également un bon avantage tactique car ils peuvent être consommés indéfiniment mais une seule fois en combat, et il faut préalablement les assigner à des emplacements prévus à cet effet. Bref, s'il y a du classique, il y a aussi des éléments qui rendent les combats jouissifs. Ajoutons le fait que certains membres d'équipage de notre vaisseau font office de soutien dans les combats en offrant des compétences passives et autres bonus de combat à notre groupe de combattants.

Un mot sur les musiques qui se révèlent assez bonnes, donnant naturellement dans le ton 16-bits, voire 32 bits. Elle se mettent au diapason avec tout cet univers futuriste, mention spéciale pour les musiques de combat particulièrement pêchues. Le battle theme et celui des boss sont un véritable bonheur pour les oreilles, et sont bizarrement un peu plus marquants que les thèmes d'ambiance, qui restent cela dit agréables et intrigants à entendre en mode exploration. D'ailleurs, chacun de nos héros a son propre thème musical. L'humour est parfois présent dans les dialogues où ces thèmes sont joués, d'ailleurs. Dommage que le jeu soit en anglais, c'est un anglais pas spécialement compliqué mais certains termes technologiques ou scientifiques peuvent vous faire bloquer. Le menu n'est pas très ergonomique ni esthétique, et on regretta que les objets-clés ne soient pas répertoriés dans un sous-menu pour une meilleure lisibilité.

En clair, j'ai passé un très bon moment avec CSH. Je le conseille à tous ceux qui apprécient les J-RPG à l'ancienne et qui ne sont pas trop exigeants sur l'originalité tout en aimant les références aux anciens titres d'anthologie.

Les + et les -
+ Un battle system bien pensé avec les skills rechargeables et le mode Hyper
+ Des dialogues bourrés d'humour et de références
+ La trame prenante s'enchaînant sans temps mort
+ La possibilité d'infliger des dégâts extra (+ de 9999 pts)
+ Des quêtes secondaires certes classiques mais bien situées dans la progression pour pas casser le rythme de la trame
+ La musique, planante et prenante
+- Un peu court
- Pas en français
- Menus et sous-menus pas toujours faciles à parcourir
- Impossible de recenser et d'examiner les objets de quête
48 connectés (0 membre, 48 invités, 0 anonyme)
Legendra RPG V4.8 © Force 2018 - Mentions légales
Webmaster : Medion