bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
Commentaires de Spiriel avatar
fiche
Trier par : Date | Support | Nom | Note
105 commentaires
Shining Force III scenario 1 sat
Spiriel

le 23/11/2003
Edité le 01/11/2009
10
Shining Force 3. Ce jeu évoque pour moi une drogue. impossible de s'arrêter en plein combat. Et très difficile de ne pas dérouler l'histoire. La perfection des tactical toujours aujourd'hui. Le meilleur système de progression des personnages jamais inventée (les amitiés^^), une histoire complexe liée avec le scenario 2, pleins de personnages et objets cachés avec le système des shrines. Et quel combat final! C'est du jamais vu! SF 3 a mis la barre très haut et l'atteint sans difficulté. La qualité graphique en passe même au second plan! On prends un immense plaisir à explorer les villages et aussi les cartes de combat, discuter avec les gens... plusieurs armes avec 3 attaques spéciales par arme, c'est de la folie! Ce jeu présente un nombre d'intérêts incalculable. L'ambiance médiévale est une réussite: rien n'a été mis de cote! Et une durée de vie totalement hallucinante si on enchaine les 3 scénarii (ce que je conseille vivement, tant la corrélation des deux premiers nous amène à comprendre des choses pas évidentes les deux scenarii pris séparément). Le design des personnages est dans l'esprit des shining force mais en plus soigné, et cela donne quelques résultats sublimes! Moi personnellement celui de Spiriel est le plus beau que j'ai jamais vu, pas pour rien que je l'affiche en avatar. Et Hazuki, Masqurin, Edoba, les héros, Cybel... la liste est très longue!) Il y a aussi l'idée d'affronter l'équipe d'un scenario avec celle d'un autre ce qui complique un peu le passage de niveau pur et simple. Ce jeu est une galerie d'ennemis qui ont la classe: Tybalt Arrawnt, Spiriel bien sûr... L'ambiance de ce scénario est celle que je préfère.
Valkyrie Profile play
Spiriel

le 29/11/2004
Edité le 01/11/2009
10
Valkyrie Profile est véritablement un extraterrestre au pays des RPGs. Il déplait à certains, mais il est difficilement concevable de ne pas l'essayer tant le plaisir est immense si on accroche. tout d'abord VP est d'une beauté stupéfiante, des décors qui coupent le souffle, les plus beaux sprites que je connaisse (ils ont presque tous une classe incroyable. Personnellement j'adore, que dis-je je vénère surtout ceux d'Aelia et Lenneth, mais que dire de ceux de Shiho, Jayle...). L'ambiance est également tres partciulière. Ici les villages sont d'un lugubre glaçant. L'atmosphère est terne, sans vie. Les gens ne connaissent pas le bonheur, et ça se voit. Le rendu dégage une impression très forte (on s'en aperçoit dès le prologue). On est à des années lumière d'une ambiance gaie comme pour Grandia !!! Ici pas de concession, pas de petits moments de bonheur pour rompre avec la dureté de la vie. Lenneth est la parfaite représentante de cette ambiance dure et froide comme de la pierre. Elle est (parait?) insensible, prétentieuse, impitoyable... rien à voir avec les héros sympatiques et attachants auquel on a habituellement à faire. Premier point qui peut décourager certains joueurs, impossible de s'identifier au personnage principal. D'ailleurs les personnages qu'on récupère au fur et à mesure ne sont pas tous des anges. Entre l'insupportable Jelanda, Badrach l'ordure, l'orgueilleuse Aelia, et que dire de Gandar... Le gameplay est lui aussi très original. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ca blaste (comme dirait Axi ^^). Ultradynamiques et très brefs, en plus d'être fort stratégiques et pas toujours évidents (si on ne finit pas le combat dès le premier tour, ca devient vite compliqué). Et des magies et attaques spéciales splendides. Mais un petit détail qui fait qu'on prend un immense plaisir à ces combats (enfin le détail en plus ^^), ce sont les animations des personnages. C'est classe, fluide, ... on pleure. D'ailleurs il suffit de voir Lenneth faire des glissades, courir ou sauter dans les lieux pour s'en rendre compte. Le seul jeu où j'ai fait des combats juste pour le plaisir des yeux et des doigts. VP est un jeu assez stratégique par ses combats (vraiment sur la fin ça change tout de réfléchir, ce n'est pas si souvent le cas ), mais également dans son déroulement. En effet, le leveling à l'infini est impossible, et pourtant il est bien utile pour amener les personnages qu'on vient de récupérer au niveau. Il faut donc faire des choix irréversibles, à bon escient. Bon, VP n'est pas un jeu difficile, mais bourriner sur la manette ne vous menera nulle part (enfin si, devant une Freija furibarde ^^). La vue de côté semble réduire les possibilités mais finalement il n'en est rien. Pourquoi? Tout simplement parce que dans les lieux Lenneth peut sauter, qu'il y a des plateformes (et des "sauts" pas toujours évidents), donc on profite très bien des deux dimensions. D'ailleurs les lieux un peu "A-RPG", ça casse leur monotonie que beaucoup décrient je trouve. On saute, on glisse, on balance et explose des cristaux, pour parfois sauter sur des poussières de cristaux... Il y a un systeme de skills assez complexe. En effet, il y a 4 types de skills : 3 qui servent pour les combats, et une qui sert à faire de votre personnage un Einherjar plus "présentable". Ca n'a aucune influence sur les combats, mais ça lui donne une plus grande valeur aux yeux des Dieux. A vous de répartir vos skills points parmi tout ça... Le scénario est l'autre point principal qui décourage certains joueurs. Le principe même de l'histoire de VP est qu'il n'y en a pas. Lenneth récupère des Einherjars, et nettoie Midgard des mort-vivants, elle rend service à ses maitres et ça s'arrete là. Bien sûr, on a droit à une séquence, souvent éprouvante, pour chaque personnage récupéré, mais au final ça ne fait pas un scénario. Cependant, il existe une histoire. Mais il faut la déclancher (je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler). Et ça vaut franchement le coup! Le scénario est d'une profondeur rare, on a droit à des séquences étonnantes! Le scénario est finalement très complexe. Un comble compte tenu du début du jeu. La durée de vie est impossible à déterminer. Ca dépend du joueur. Certains dépensent toutes leurs périodes à faire des donjons, d'autres font juste ce qu'on leur demande, et d'autres se permettent de zapper certains donjons. C'est possible car les caractéristiques des personnages dépendent principalement de leur équipement (donc il faut faire les donjons où se trouvent de bonnes armes et armures). Seuls les HP dépendent réellement du niveau. Il est donc possible de finir VP très vite, comme y passer énormément de temps s'en se perdre ou chercher son chemin. La bande-son est tres particulière. Comme le dit Axi, c'est vraiment rythmé. Cependant il y a quelques thèmes mélancoliques, comme le theme triste de Hai-Lo (Tomorrow), un bonheur pour les oreilles. Un très bon cru Sakuraba. VP est un jeu pas immédiat à prendre en main même pour les initiés aux RPGs, mais ça peut diablement valoir le coup, même si certains n'accrochent définitivement pas (ce qui ce comprend, vu l'originalité du jeu). Tri-Ace, retente nous encore quelque chose comme VP !!!! (mais pas un VP2...)
Ogre Battle 64: Person of Lordly Caliber n64
Spiriel

le 23/09/2006
Edité le 02/01/2015
9_5
Tuerie en vue. Inutile de s'étendre en de longs discours pour ce jeu. Le gameplay est d'une richesse énorme, les combats sont de ceux qui vous font passer des nuits blanches, les graphismes sont de la 2D somptueuse, les musiques... ont un pouvoir d'immersion impressionnant. L'histoire ne s'éloigne pas des sentiers battus, mais son traitement est hors norme et sans aucun raccourci. Une mise en scène grandiose et très adulte (aucune recherche de fun et de bonne humeur dedans, aucun compromis). Les scènes de scénario sont géniales, et finalement quand on voit tant de talent, on regrette un peu que si peu de persos aient été développés, et si peu souvent. Mais c'est un choix volontaire pour accentuer le réalisme du jeu, se focaliser sur l'histoire et l'univers. Le déroulement de l'histoire finit par être surprenant tellement on est peu habitué à des déroulements aussi peu fantaisistes. Une claque à tous les niveaux. Un certains nombre de différences avec Shining Force III, mais proche au niveau de la qualité. Seul défaut : être sorti sur un support aussi avare en RPG de qualité. S'il s'était appelé FF Tactics 2, ce jeu serait considéré comme la référence absolue de Tactical RPG par une majorité de joueurs, et on en parlerait encore...
Shining the Holy Ark sat
Spiriel

le 23/11/2003
Edité le 02/01/2015
9_5
Mon premier rpg! J'estime avoir été gâté! Ce jeu ne présente absolument aucun défaut, vraiment je ne voie aucun jeu avec une meilleure finition. les personnages ont une classe de folie (Lisa, Doyle!), le scénario, linéaire, est très fluide et comporte pas mal de subtilités. Et c'est un shining force. C'est à dire un mode de progression des personnages jouissif, une ambiance médiévale comme on (je) les aime. Les énigmes ne sont pas triviales mais ce n'est pas le casse tête horrible non plus. Des boss pour la plupart intéressants à battre, et le début de l'existence de Julian, le futur héros de SFIII. L'absence de digression dans l'histoire fait que le jeu est assez court, mais sans temps mort. Un plaisir énorme !
Chrono Cross play
Spiriel

le 22/11/2003
Edité le 04/01/2012
9
A chaque nouvelle partie, j'apprécie davantage Chrono Cross, ce qui est une gageure. Le postulat de base, en temps que suite de Chrono Trigger (la relation entre les deux jeux est tout de même confuse sur certains points), est brillant. Il s'agit de la coexistence entre la timeline issue du sauvetage réalisé dans CT et celle si Crono et les autres n'avaient rien fait. Outre le scénario central, extrêmement ingénieux même si on peut regretter un "j'avais tout calculé exactement de A à Z" qui ne semble pas coller à l'esprit du jeu, le jeu offre ainsi une vision existentialiste du monde, teintée d'amertume, en montrant la dualité des destinées des différents personnages. Le jeu ne cesse d'intéresser par sa richesse, mais aussi ses scènes clés parfaitement exécutées et souvent inattendues, ainsi que quelques personnages inoubliables.
L'alternance entre les deux mondes est parfaitement exploitée, chaque lieu servant deux fois mais avec des objectifs complètement différents.

La bande-son (sublime) et les graphismes proposent un univers hétéroclite et une atmosphère d'une douce mélancolie. Le gameplay est étrange mais pas dénué d'intérêt, même si les combats ne présentent jamais vraiment de difficultés.
Une expérience unique, à reproduire pour la creuser.
Chrono Trigger play
Spiriel

le 04/10/2004
Edité le 01/11/2009
9
Chrono Trigger... bon je vais pas m'étendre sinon mon commentaire va être plus long que le test lui-même. Alors que dire de CT? Character design de Toriyama, ma bande son RPG préférée, étonnamment variée en conséquence du principe des époques, des scènes cultes de différents types (le tribunal avec son thème rien qu'à lui, hilarant, les trois scènes avec Schala, le combat contre Magus... bon j'ai dit que je ne m'étendais pas!), des persos principaux assez effacés pour laisser la place à des PNJ historiques tels la famille Zeal, les gourous, Frog... Leur personnalité n'est pas travaillée mais ils sont le monde dans lequel l'aventure se déroule (ce sont ces personnages qui font l'Histoire, et non l'Histoire qui les façonne), et ils dégagent une aura surpuissante... surtout Schala et son thème musical splendide, ce mélange de puissance et de fragilité, de détermination et de soumission... Le scénario est implacable, ultrarythmé, plein de surprises. Le boss final est également très spécial dans le sens ou il n'a pas d'intentions propres. Et puis la trajectoire de certains persos (je pense bien évidemment à Magus) réserve tellement de surprises... L'ambiance est magique qu'elle que soit l'époque, mais tout particulièrement celle de -12000. L'univers se construit sous nos yeux par l'intermédiaire des personnages principaux de cet univers. Les combats sont rythmés, simples, là pour faire passer des niveaux en somme, et les boss sont nettement plus durs et longs, chacun possédant un point faible indispensable à connaitre (souvent parler à des gens suffira pour l'apprendre mais parfois perdre le combat sera le moyen le plus efficace pour deviner la tactique à adopter). Les lieux sont sans grand intérêt mais relativement courts et les combats ne sont pas une plaie donc ça va. Les quêtes annexes sont les seules que je connaisse qui ont du scénario et un réel intérêt, vraiment un point très positif. Sinon tout le monde banalise ce jeu en invoquant sa courte durée de vie. C'est vrai qu'il n'est pas très long, mais accomplir toutes les quêtes annexes prendra un peu de temps la première fois. Et puis cette impression de trop peu est quand même bon signe! De toutes façon il existe le mode new game +, qui a une vrai raison d'être (on peut remonter dans le temps juste avant l'aventure...) contrairement à Chrono Cross où cela tombe du ciel. Un RPG très connu et sujet à très peu de débats (tout le monde est à peu près d'accord à son sujet) ce qui le banalise. C'est vraiment regrettable selon moi. LE RPG de l'ère 16 bits.
Chrono Trigger snes
Spiriel

le 04/10/2004
Edité le 01/11/2009
9
Chrono Trigger... bon je vais pas m'étendre sinon mon commentaire va être plus long que le test lui-même. Alors que dire de CT? Character design de Toriyama, ma bande son RPG préférée, étonnamment variée en conséquence du principe des époques, des scènes cultes de différents types (le tribunal avec son thème rien qu'à lui, hilarant, les trois scènes avec Schala, le combat contre Magus... bon j'ai dit que je ne m'étendais pas!), des persos principaux assez effacés pour laisser la place à des PNJ historiques tels la famille Zeal, les gourous, Frog... Leur personnalité n'est pas travaillée mais ils sont le monde dans lequel l'aventure se déroule (ce sont ces personnages qui font l'Histoire, et non l'Histoire qui les façonne), et ils dégagent une aura surpuissante... surtout Schala et son thème musical splendide, ce mélange de puissance et de fragilité, de détermination et de soumission... Le scénario est implacable, ultrarythmé, plein de surprises. Le boss final est également très spécial dans le sens ou il n'a pas d'intentions propres. Et puis la trajectoire de certains persos (je pense bien évidemment à Magus) réserve tellement de surprises... L'ambiance est magique qu'elle que soit l'époque, mais tout particulièrement celle de -12000. L'univers se construit sous nos yeux par l'intermédiaire des personnages principaux de cet univers. Les combats sont rythmés, simples, là pour faire passer des niveaux en somme, et les boss sont nettement plus durs et longs, chacun possédant un point faible indispensable à connaitre (souvent parler à des gens suffira pour l'apprendre mais parfois perdre le combat sera le moyen le plus efficace pour deviner la tactique à adopter). Les lieux sont sans grand intérêt mais relativement courts et les combats ne sont pas une plaie donc ça va. Les quêtes annexes sont les seules que je connaisse qui ont du scénario et un réel intérêt, vraiment un point très positif. Sinon tout le monde banalise ce jeu en invoquant sa courte durée de vie. C'est vrai qu'il n'est pas très long, mais accomplir toutes les quêtes annexes prendra un peu de temps la première fois. Et puis cette impression de trop peu est quand même bon signe! De toutes façon il existe le mode new game +, qui a une vrai raison d'être (on peut remonter dans le temps juste avant l'aventure...) contrairement à Chrono Cross où cela tombe du ciel. Un RPG très connu et sujet à très peu de débats (tout le monde est à peu près d'accord à son sujet) ce qui le banalise. C'est vraiment regrettable selon moi. LE RPG de l'ère 16 bits.
Shining Force III scenario 2 sat
Spiriel

le 23/11/2003
Edité le 01/11/2009
9
Indissociable du premier scénario selon moi. Donc un passage obligé!!! des persos un peu moins beaux et intéressants, et une ambiance moins agréable. Mais ca fait très peu de différences.
Shining Force III scenario 3 sat
Spiriel

le 04/10/2004
Edité le 25/06/2014
9
L'ultime scénario de SF III ... Il est bâti différemment des autres. Un peu plus court (sans compter les shrines) avec un peu plus de persos, il est plus speed et je n'ai pas pu m'imprégner de la magie du jeu comme avec le premier scénario. Le combat final est légèrement décevant parce qu'avec les 3 équipes il y aurait eu moyen de faire quelque chose d'exceptionnel. J'ai préféré l'équipe du scénario 1. Enfin rassurez vous là je chipote. Il s'agit toujours d'un jeu exceptionnel, qui clôt très bien SF3. Vraiment ce jeu est à faire, si vous arrivez à vous le procurer bien sûr!
Suikoden II play
Spiriel

le 23/11/2003
Edité le 02/01/2015
9
Je précise immédiatement que mon avis sur ce jeu a changé lorsque je l'ai fait pour la deuxième fois. Auparavant je le trouvais génial, presque mon RPG favori, mais ce n'est plus le cas. La 2D et le character design sont très jolis. Le gameplay est amélioré par rapport au premier épisode. Mais finalement je trouve qu'il a perdu en âme ce qu'il a gagné en durée de vie par rapport au premier opus. Le début, avec une Nanami légendaire, est mythique. Mais ca s'essouffle, avec des lieux de plus en plus longs alors que les combats ne sont pas le fort des Suikodens, l'attitude de Jowy est finalement inexplicable, et la fin n'est pour moi qu'un prétexte à rallonger la durée de vie (Lucia qui débarque comme ca, Jowy qui insiste...). Il n'empêche, Luca Blight est parfait en "méchant". De très bonnes choses, mais l'humour et le tragique sont en deça du premier Suikoden. A faire de toute façon pour continuer de découvrir l'univers merveilleux qu'est celui des Suikodens (au passage je préfère de loin des suites qui se passent dans le même univers que des suites sans rapport à la FF).
Suikoden V play2
Spiriel

le 26/03/2007
Edité le 13/03/2011
9
Après l'épisode IV juste sympa (une hérésie vu le niveau de la série), sachant que plus on avançait dans la saga, moins je les trouvais géniaux (mais géniaux quand même ^^), j'étais effrayé par la sortie de ce jeu, terrorisé à l'idée qu'il pourrait signifier définitivement que la série était rentrée dans le rang. La frénésie dans laquelle ce jeu a plongé Synbios et Médion m'a quelque peu rendu courage et je me suis donc lancé dans l'aventure... pour probablement les 10 heures de RPGs les plus ambitieuses, passionnantes, intelligentes, et originales aussi, auxquelles j'ai pu jouer. Pendant 10 heures on ne joue pas vraiment, on découvre l'univers dans lequel l'histoire va se dérouler, on découvre tout un fonctionnement social et politique très complexe et subtil, et également des relations très riches et intéressantes entre les personnages de la famille royale et leurs proches... Jamais un jeu n'avait osé cette approche, sûrement considérée comme trop ambitieuse et difficile pour être réussie. Pourtant, Suikoden V s'en acquitte sans peine, nous montrant l'inexorabilité de la situation malgré toutes les bonnes volontés, et même pas mal de temps, 10 heures donc, pour essayer de contrecarrer les plans bien connus des Godwin! Suikoden V est le premier jeu 128 bits à réussir quelque chose de très difficile (qu'on retrouve dans très peu de jeux : les deux premiers suikos, VP, LoM... et c'est tout à ma connaissance) : en une réaction, une phrase, une attitude, un personnage gagne bien plus en profondeur qu'avec des dizaines d'heures de développement souvent répétitif (les To en particulier). C'est magique, extrèmement précieux, mais ça demande un talent infini. Ceci grâce à la mise en scène, aux dialogues, expressions faciales... Et la j'en arrive à un élément où Suikoden V n'a pas d'égal : les personnages. Les deux premiers nous offraient un vaste panel d'étoiles dont une grosse moitié bénéficiaient d'une vraie personnalité, originale et intéressante (le tout parfois au travers d'un unique dialogue!), et nous donnait l'impression de vraiment les connaitre. Dans le III le jeu se concentrait sur 20-25 personnages, très bien, mais avec un peu moins de génie. Ici la proportion d'étoiles qu'on a vraiment l'impression de connaître est encore plus grande que dans les deux premiers, mais surtout on a l'impression que chacune d'elle bénéficie d'un temps élevé de développement, alors même que l'histoire est touffue. Comment? Grâce à la mise en scène comme expliqué ci-dessus, avec une durée de vie importante, et en limitant les heures passées dans les lieux. Le meilleur "set" d'étoiles des Suikoden, ce qui est un véritable coup de maître. Lucretia a pulvérisé toutes mes attentes, devenant mon tacticien préféré de la saga... L'histoire est également la meilleure des Suikodens (et donc la meilleure que je connaisse dans un RPG), dépassant la perfection de fluidité du I, la richesse géopolitique du II, et le système des scénarii parallèles avec celui des "ennemis" du III. Elle brasse des thèmes très forts, comme la légitimité du pouvoir, l'aspect non protecteur d'un pouvoir destructeur, la loi de modération qu'implique l'inertie que constitue une population... des thèmes jamais abordés dans des RPGs, monstrueusement ambitieux, et traités à merveille. La variété des personnages à tous niveaux m'étonne encore aujourd'hui. L'impossible synthèse des désirs de toutes les personnes impliquées balaye toute situation du genre "on est les gentils on veut le bien de tout le monde". D'ailleurs chaque scène où on élimine nos ennemis est d'une délicieuse ambigüité. A de très nombreuses reprises le jeu pousse à une réflexion très pertinente... En résumé, intelligent comme jamais ne l'a été un RPG. Ajoutez à cela un gameplay amélioré en de nombreux points (formation, skills, duels...) et Suikoden V écrase de tout là haut la concurrence sur 128 bits. Des défauts? Non, mais quelques points perfectibles. Les musiques sont jolies, mais on est loin du travail d'Higashino sur les deux premiers volets. La quête des 108 étoiles vraiment impossible. Le point de vue choisi pour Sialeeds n'était sans doute pas le plus intéressant... C'est tout ;-). Konami, vous nous faites un VI de ce niveau SVP?
Breath of Fire IV play
Spiriel

le 11/03/2004
Edité le 02/01/2015
8_5
C'est le premier bof que je fais donc je ne ferais pas de comparaisons avec les autres. Je trouve que vu comment medion suce toutes les bandes sons des jeux qu'il teste, il sous-estime celle-ci, fort sympatique. Les persos, surtout leur attitude (j'ai surtout apprecié Ursula), sont très vivantes. Par contre le scenario est plutot faible : au debut on essaie de sauver une princesse puis on part a la recherche de quelqu'un d'autre...et c'est presque tout, avec tous les obstacles que ca comporte. Jusqu'aux 5 dernieres heures l'histoire n'est qu'un pretexte. Cependant deux points rattrappent cette lacune : tout d'abord le fait qu'on joue Fou-Lu et tout ce que cela represente (c'est dans ces periodes qu'on apprend le plus de l'histoire alors qu'en temps c'est tres minoritaire). Et puis il y a les minijeux. Bon moi personnellement la peche ca m'a gavé incroyablement mais les autres sont cools (surtout les fees ^^). Voila qui nous empeche d'avoir l'idee qu'on joue jusqu'au dernier lieu pour que le jeu dure. Maintenant il y a des points qui font que bof4 sort du lot. Premierement le cote tragique : ici on n'a pas droit a un happy end, bien au contraire. Le point de vue de Fou-Lu nous empeche a priori de le voir juste comme un ennemi, mais tres etrangement on retombe dans le manicheisme dans les dernieres heures du jeu, alors qu'on aurait pensé aboutir a une apogée dramatique, avec tout ce qui a précédé. Quoi qu'il en soit ce jeu est a faire car il est, apres Suikoden1, le jeu qui procure le plus d'émotions (enfin parmi les jeux auxquel j'ai joué ^^).
Legend of Mana play
Spiriel

le 23/09/2006
Edité le 25/06/2014
8_5
Voila un jeu hors norme avec lequel il est inutile de faire des comparaisons, surtout avec les autres Seiken Densetsu. Le jeu, techniquement pas extraordinaire, bénéficie d'une esthétique de conte étonnante, qui recréé un univers imaginaire enivrant. Le design est également parfaitement réussi, les animations des personnages étant un vrai plus pour mieux les comprendre (Pearl est trop craquante quand elle est gênée ^^). En plus de cette esthétique graphique somptueuse, Shimomura nous fait pleurer de bonheur avec ses musiques. Si elles n'appuient pas forcément l'ambiance des lieux/scènes qu'elles accompagnent, les mélodies sont d'une beauté renversante. Au final, on se croirait vraiment dans le rêve d'un enfant... qui a bon goût! Le jeu n'a toutefois rien d'enfantin. Pas de bonne humeur Tales of ienne. Les persos sont classes en général, et sont confrontés à des situations tragiques complexes. Le jeu révèle progressivement un univers riche et un non manichéisme insoupçonnable initialement. Le jeu est constitué de quelques histoires principales, qu'on suit par intermittances, et qui sont plus riches et intéressantes que la plupart des histoires de RPGs habituelles (malgré un temps consacré facilement 10 fois inférieur!). La faute à la mise en scène, phénoménale, qui confère une puissance émotionnelle immense au jeu (la fin de la quête des lampadaires, la fin du scénario des jumis...). La plupart des histoires proposées sont d'une beauté à pleurer, l'ambiance féérique aidant. De l'émotion pure en barre. A coté de ça, les combats sont sans réel intérêt, mais faciles, courts et peu nombreux. Les possibilités golem & co sont assez inutiles. On peut se perdre dans l'enlacement des différents scénarii, perdre le fil. On ne joue pas vraiment dans LoM, on assiste à de magnifiques histoires dans un monde à l'ambiance graphique et sonore onirique. Ce n'est pas un jeu pour gamer pur et dur. Un pari d'une audace rare de la part de Square!
Panzer Dragoon Saga sat
Spiriel

le 23/09/2006
Edité le 02/01/2015
8_5
PDS fait partie des jeux qui n'en sont plus vraiment. Un réalisme très poussé (positif pour le comportement des persos, le déroulement de l'histoire, l'univers, un peu moins pour le design). La force de jeu, comme l'explique bien Ignis, c'est sa force d'immersion. On a l'impression de planer a dos de dragon. C'est planant et extremement agréable. Les graphs sont assez somptueux... sauf qu'aujourd'hui ca a un peu vieilli techniquement. L'histoire est tres bien construite, on regrettera qu'au final, bien qu'elle soit énormément travaillée, le jeu soit court, donc l'histoire est tres courte! PDS est le jeu le plus cinématographique qui existe. On a droit a une photographie épatante, qui exploite en particulier a merveille le design d'Azel (perso original dans son traitement, magnifique). Les cinématiques bénéficient d'une mise en scène incroyable, rien a voir avec les démonstrations techniques sans réel intérêt que sont les cinamatiques des FF. Le gameplay est original, intéressant et accrocheur. La bande son suit. Un jeu a part, une expérience unique, pleine d'émotion. Les auteurs se sont ruinés sur ce projet peu rentable, délectons-nous de leur courage.
Phantasy Star IV md
Spiriel

le 23/09/2006
Edité le 25/06/2014
8_5
Un modèle à suivre pour les jeux ne cherchant pas la grande originalité. Une bande son avec des mélodies incroyables (ma préférée avec celles de CT et LoM). Les graphismes sont plutôt jolis, même s'ils ont plus vieillis que les derniers jeux SNES (toutefois, je l'ai fait assez récemment et ça n'a pas été un frein). Le gameplay est riche et plein de bonnes idées (curieusement pas trop pillées, c'est bien dommage). 5 persos, des combats dynamiques... Une excellente histoire, classique mais assez riche et exploitant l'univers Phantasy star. Des personnages très attachants, grâce à une remarquable mise en scène (les cut-scenes sont géniales, et parfois hilarantes) et un développement des persos parfaitement maitrisé les rendant intéressants. Le déroulement du jeu est maitrisé, la difficulté réglée à merveille. Seul reproche (minime) à faire : on ne connait pas l'effet d'un objet avant de l'acheter (mais bon c'est encore le cas dans SO3 par exemple ^^). Au final un jeu passionnant, drôle, émouvant, accrocheur. Un des jeux qui peut faire dire "c'était mieux avant".
Breath of Fire IV pc
Spiriel

le 11/03/2004
8
C'est le premier bof que je fais donc je ne ferais pas de comparaisons avec les autres. Je trouve que vu comment medion suce toutes les bandes sons des jeux qu'il teste, il sous-estime celle-ci, fort sympatique. Les persos, surtout leur attitude (j'ai surtout apprecié Ursula), sont très vivantes. Par contre le scenario est plutot faible : au debut on essaie de sauver une princesse puis on part a la recherche de quelqu'un d'autre...et c'est presque tout, avec tous les obstacles que ca comporte. Jusqu'aux 5 dernieres heures l'histoire n'est qu'un pretexte. Cependant deux points rattrappent cette lacune : tout d'abord le fait qu'on joue Fou-Lu et tout ce que cela represente (c'est dans ces periodes qu'on apprend le plus de l'histoire alors qu'en temps c'est tres minoritaire). Et puis il y a les minijeux. Bon moi personnellement la peche ca m'a gavé incroyablement mais les autres sont cools (surtout les fees ^^). Voila qui nous empeche d'avoir l'idee qu'on joue jusqu'au dernier lieu pour que le jeu dure. Maintenant il y a des points qui font que bof4 sort du lot. Premierement le cote tragique : ici on n'a pas droit a un happy end, bien au contraire. Le point de vue de Fou-Lu nous empeche a priori de le voir juste comme un ennemi, mais tres etrangement on retombe dans le manicheisme dans les dernieres heures du jeu, alors qu'on aurait pensé aboutir a une apogée dramatique, avec tout ce qui a précédé. Quoi qu'il en soit ce jeu est a faire car il est, apres Suikoden1, le jeu qui procure le plus d'émotions (enfin parmi les jeux auxquel j'ai joué ^^).
Final Fantasy VI snes
Spiriel

le 07/02/2004
Edité le 15/08/2014
8
FFVI est l'un des premiers jeux à donner ses lettres de noblesse aux RPGs, au-delà du simple divertissement, comme un passage à l'âge adulte du genre. Plusieurs raisons à cela. Tout d'abord, et peu n'en conviennent pas, la bande-son, magique, confère une atmosphère mélancolique qui transforme le jeu en expérience vécue. Les graphismes et l'histoire vont dans le même sens, donnant une cohérence rare à l'ensemble. La mise en scène et la narration se démarquent des canons de l'époque, affirmant une ambition qu'on ne retrouve plus depuis la fin de l'époque 128 bits. Qui ne se souvient pas de l'intro dans la neige avec le thème de Terra, la scène de l'opéra ou encore de Célès sur l'île, confrontée à la solitude (confronter un personnage à la solitude dans un JV, mais ils sont fous ou quoi chez SquareSoft ?!). Cette mise en scène, appuyée par les musiques, est fondamentale car c'est elle qui donne sa dimension émotionnelle ou épique. Le jeu se démarque également par un mythique boss de fin dément, qui oscille entre ridicule et terreur. Le casting est d'ailleurs excellent. Néanmoins, la plus grande qualité du jeu, qui n'a pas assez inspiré les créateurs de RPG à mon goût, c'est sa structure scénaristique. Une première partie assez dirigiste présente des divisions de groupe et de nombreux évènements marquants même si la ligne conductrice est assez simpliste; une seconde partie déroutante qui offre une grande liberté au joueur, avec des quêtes parfois inaccessibles raisonnablement.

Le gameplay est bien huilé mais moins efficace que les matérias de FFVII par exemple. Malgré plusieurs parties, j'ai assez peu de souvenirs des lieux, ce qui prouve que de ce point de vue là, le jeu n'avait pas encore atteint la maturité d'un CT (monotonie des décors et des ennemis, probablement, voire de la plupart des boss).

Incontournable, et une des pierres angulaires du RPG japonais.
Final Fantasy VI play
Spiriel

le 07/02/2004
8
Le premier point a noter est l'absence de heros principal. C'est tres positif pour un ff sachant que dans les autres opus le scenario tourne exclusivement du heros. La bande-son est effectivement excellente meme si je la trouve inferieure a celle de chrono trigger (). Au fil du jeu les personnages prennent presque tous corps, Terra etant un des persos les plus attachants que j'ai pu rencontrer (pas pour son design). Le systeme de combats et d'evolution n'est lui pas tres revolutionnaire, et comme la plupart des ff il y a des sous-quetes assez introuvables... Il n'empeche que le scenario, meme si pendant une grande partie se resume a une recherche des espers, regorge de beaucoup de bonnes surprises, comme les divisions en plusieurs groupes, le fait de devoir retrouver ses persos avant le combat final... meme si l'histoire n'a rien d'innovant. Kefka est par contre un boss final ridicule (pourquoi pas en tant qu'ennemi mais en tant que boss final ca passe mal). Pour conclure ce jeu ne recele pas reellement de defauts et comporte plusieurs qualites, mais il n'a pas l'etincelle qui fait par exemple de chrono trigger un mythe.
Heroes of Might & Magic II: The Succession Wars pc
Spiriel

le 22/11/2003
Edité le 01/11/2009
8
Le principe est génial.on a du mal à s'en défaire tellement ce jeu est accrocheur. Ce jeu a rendu ma mère dingue ^^.
Heroes of Might & Magic II: The Succession Wars gbc
Spiriel

le 22/11/2003
Edité le 01/11/2009
8
Le principe est génial.on a du mal à s'en défaire tellement ce jeu est accrocheur. Ce jeu a rendu ma mère dingue ^^.
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
46 active users (2 members, 44 guests, 0 anonymous member)
Online members: mimylovesjapan, Riskbreaker
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion