haut_menu
Infos Blog
Nippon ni mauvais
Bonnes surprises et infâmes bouses de la production japonaise
Crée le 26/12/2015
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Juillet 2020>>
LuMaMeJeVeSaDi
29300102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930310102
haut_menu
Blogs recommandés
Sales (Galapa)gosses
Par cKei, le 08/03/2016 à 12h35 (836 vues)
Catégorie : RPG
Quand Compile Heart a annoncé son label Galapagos RPG en 2013, j'étais de ceux qui ont pensé de suite à un gros coup marketing. D'autres l'ont pris bien plus au premier degré comme une volonté assumée de faire, en réaction à l'occidentalisation du secteur, un acte de contestation qui aboutirait à produire des jeux faits par des japonais, pour des japonais.

Acte de contestation, mon cul ! Leur plan est bien plus limpide, se servir de l'irrévérence et de la transgression comme moteur de leur boite, pour faire de CH non plus une infime partie d'une niche, mais son porte-étendard. Manque de bol ils sont à mon sens en train de réussir.



Voyons d'abord les choses en face : le JRPG va mal depuis quelques années, mais son occidentalisation si l'on puis dire, reste en grande partie étrangère à cet état de fait, et surtout très peu développée. Les japonais font des jeux pour les japonais depuis toujours, c'est d'ailleurs ce qui a toujours marché et qui fait que les adorateurs du genre (dont je fais partie) en sont friands. L'ouverture massive vers le marché occidental est très récente et ne s'est pas forcément accompagnée d'une répercussion sur le développement même des jeux. Honnêtement Square Enix et quelques autres gros morceaux mis à part, j'ai peine à trouver un exemple de devs qui incluraient directement l'avis des occidentaux. Par conséquent prôner un "retour aux valeurs nippones du médium" n'a aucun sens, dans la mesure où ils ne les ont jamais vraiment quittées.



Art of Trolling

Ensuite quel est le message ? Que l'occidental n'apprécie pas la vision très personnelle véhiculée par les jeux CH ? Possible et même probable, après tout il s'agit souvent d'une forme (filles en petite tenue, souvent très jeunes et malmenées, pour caricaturer) tendancieuse hors-Japon. Que l'ecchi bas de gamme est l'ADN même du RPG jap ? Bullshit ! Celui-ci n'est présent que depuis quelques années, du moins à ce niveau (c'est à dire presque de l’auto-parodie tellement il est poussé à l’extrême), et en grande partie à l'impulsion même de Compile Heart et de quelques autres.

De fait, la rhétorique utilisée ici ressemble fortement à celle employée par nos propres extrêmes, qui se pavanent sur les plateaux télé et radios pour dénoncer qu'on ne les invite jamais. Et comme eux, ça marche. En se posant en victimes, certains se laissent avoir et se replient de plus en plus vers cette seule source de jeux. Et en poussant le bouchon, comme on le verra plus bas, les gens réagissent (même au plus hauts sommets) ce qui leur permet en retour de se poser en victime et d'alimenter le cercle littéralement vicieux.

Les trublions de pacotille

Car quand on regarde la production Compile Heart jusqu'ici, il n'y avait pas vraiment de quoi fouetter un manekineko. Certes loin des Puyo Puyo d'antan, leurs séries les plus en vogues ne sont pas vraiment les archétypes de la subversion, de l'impertinence ou de la profanation de la bienpensance.

Prenons la première, Hyperdimension Neptunia. Son crédo se limite à mettre en scène des filles (parfois jeunes, oui) typiques d'animes et les tropes qui vont avec, sur fond de vannes meta ou genre-savvy. Les jeux de la licence sont d'ailleurs plutôt efficaces pour ce que j'ai pu en voir, et pourraient même avoir plus de succès si la technique était à la hauteur (et c'est loin d'être le cas, du moins pré-remakes). Le concept de base (rejouer la guerre des consoles au travers des OS-tan, ou plutôt des Console-tan créées par Compile Heart) était même relativement bien reçu car pour une fois original. Voilà des jeux on ne peut plus japonais, qui ont leur lot de fans (peu nombreux mais exaltés, après tout c'est un marché de niche donc de quoi se plaint-on ?) et de détracteurs, mais on a peu vu ces derniers attaquer ces jeux sur leur idéologie, seulement sur la forme, effectivement critiquable.

La seconde série, Agarest, va un peu plus loin. Il s'agit d'une série qui propose de suivre une ligne de héros sur plusieurs générations, obligeant ainsi le premier du nom à trouver un épouse et se reproduire. Si les jeux prennent quelques features directement dans les Eroge (comme l'augmentation d'affinité au fil des évènements et choix de réponses, les flags à déclencher, ou plus simplement la forme adoptée par la narration) le tout reste carrément très chaste, voire cucul la praline.
Le comble de la subversion est atteint lorsqu'on propose au joueur de masser les filles dénudées avec divers ustensiles dont des friands à la saucisse cocktail (miam) ou divers légumes, wouh, c'est l'éclate et famille de France est outré. Ben non mec, c'est juste une phase chiante (et presque obligatoire), parfaitement inintéressante, et qui s'avère tellement caricaturale et désuète devant les Eroges précédemment cités qu'elle apparaitrait presque vieux jeu. Tout le contraire de ce qui semble être l'envie du développeur, avide de choquer le chaland, et pas du tout du genre à donner envie de se déloquer devant son écran.


A côté de ça, une palanquée d'autres jeux restés sans suite mais intégrant des dispositifs tout aussi risibles. On se souviendra - en fait non - de Monster Monpiece, le jeu de carte demandant au joueur de frotter l'écran tactile du jeu de son doigt *wink wink nudge nudge* pour déloquer les donzelles et les faire défaillir. Si après ça vous n'êtes pas émoustillés !


Tout ça pour ça ?

Arrive donc ce premier rejeton tant attendu du label qui prétend changer les choses, à savoir Fairy Fencer F. Mais alors là bonjour l'arnaque, si vous vouliez du cul vous allez être déçus. Parce qu'il n'y a pas plus chaste que ce jeu, qui s'il utilise en grande partie la formule des Neptunia est au final parfaitement générique. Il reprend les codes bien connus du héros amnésique (si je me rappelle bien et c'est pas gagné tellement le jeu m'a marqué) et flemmard, avec sa tsundere de familière et toutes les autres qui arriveront dans sa vie avec leur propre Moe. A côté de ça, aucune idée intéressante pour raviver la flamme, des mécaniques de gameplay chiantes comme la mort. C'est ça le vrai JRPG ? Je rappelle qu'un an avant était sorti, toujours chez CH mais hors du programme Galapagos un jeu bien plus à même de figurer dedans, à savoir Mugen Souls, sorte de croisement entre un Neptunia et un Disgaea (pour le côté over the top déjanté) qui incluait lui un mini-jeu de frottage de nymphettes d'ailleurs censuré au moment de la localisation (et qui malgré ça était beaucoup plus ludique que FFF). Next !

Et pour le coup le second Omega Quintet (voir erratum en bas de page) ne semble pas beaucoup plus aller dans la surenchère. Si j'en crois les quelques avis lu (n'y ayant pas joué par moi-même, je m'en contenterai), il s’agirait d'un JRPG assez moyennasse comme il y en a tant, incluant en sus un système de destruction d'habits pour satisfaire à la "caution ecchi" du développeur. Enfin bon finalement on n'en a pas tant parlé que ça, déjà parce que ce n'est pas le premier concept bas du front à arriver sur le marché (concept par ailleurs déjà surexploité par d'autres séries comme Senran Kagura ou - pour aller loin The 3rd Birthday), et surtout parce que les défenseurs de la morale sont déjà occupés ailleurs.

Oui parce qu'en ce moment figurez-vous que les grosses colères de CH, c'est le cadet des soucis des occidentaux. A une époque où le Gamergate (je vous renverrais aux excellents articles passés sur Merlanfrit) fonctionne encore à plein régime et s'affronte directement à ceux qu'ils appellent les Social Justice Warriors (soit toute personne qui remet en cause leur vision) sur des questions de localisations qui font débat dans le microcosme du JV et du JRPG pour déterminer s'il est normal d'adapter - horreur ! - un jeu pour le marché occidental au risque de changer - horreur derechef ! - quelques éléments du jeu voire d'en censurer (selon leurs mots, et là c'est carrément un casus belli) des pans entiers. Par exemple en ce moment le gros débat c'est sur le dernier né de la série Fire Emblem qui non content de traiter très lourdement du lesbianisme - scènes reconstruites pour l'occasion de la sortie à l'ouest - incluait un mini-jeu de gouzi-gouzi sur le casting féminin (quand on vous dit que c'est endémique) à la manière des jeux Pokémon auparavant, en plus creepy. Mini-jeu évidemment supprimé chez nous.

Bref, les gens ont d'autres choses à fouetter et Compile Heart, tout le monde s'en fout, ils sont juste ringards. Et ça, un troll supporte rarement. Sa vengeance sera terrrrrible. On en tremble d'avance.

Pousser le bouchon un peu trop loin ?

Donc bon, comme tout gamin en plein caprice fâché tout rouge, Compile Heart semble vouloir attirer l'attention par tous les moyens. Sauf que comme tout le monde se fout royalement de leurs coups d'éclat, arrive un moment où ils se lâchent, et c'est pas beau à voir.

L'esprit fertile de la boite, probablement le gamin susnommé, a donc présenté hier au terme d'un teasing de très bon gout Genkai Tokki*, qui reprend le concept mammaire de l'Omega Labyrinth de D3 Publisher
Omega Labyrinth (notez le ω qui forme la poitrine oppai de l’héroïne sur le logo, lolilol) a plus de potentiel, toujours selon la vision fantasmée par CH. N'y ayant pas joué, je ne pourrai pour le coup critiquer l'ensemble du jeu, je ne connais que sa mécanique principale qui a fait grincer des dents : si le jeu semble être un roguelike tout ce qu'il y a de plus basique (les images me font penser aux donjons de Legasista ou de Sorcery Saga/Awakened Fate Paradox), il intègre surtout un système d'expérience stocké dans la poitrine de son héroïne, qui passera petit à petit de la pettanko à la bakunyuu, ainsi qu'un mini jeu ressemblant fort à du titjob. J'ai envie de dire Wow, such transgression, much provocation, very choquant ! Là oui, il a le potentiel à faire s'élever les voix féministes (ou juste les gens sains d'esprit, au choix) et les prudes.
et l'applique à une loli pirate (entre autres gonzesses). Si l'on en croit Siliconera il y sera question, et je cite, de "pai-raising" (donc à nouveau d'augmentation du volume mammaire j'imagine). Tout un programme qui vise directement, si j'en crois les propos rapportés par l'article, à dépasser les limites (de la morale ? de la législation ?) et à choquer. Gageons qu'en plein débat international sur le sujet ça donnera du grain à moudre et aux détracteurs, et aux défenseurs du droit d'irrévérence et à l'imagerie ecchi.

*On passera sur quelques jeux intermédiaires et notamment Makai Ichiban Kan (Makai Shin Trillion) sur lequel je n'ai pas franchement d'avis.

Dont je fais théoriquement partie d'ailleurs, et c'est bien là le problème car je ne demande rien de plus que de continuer à faire ces RPG que sont les Neptunia et Mugen Souls, du moment que ça reste correct (et que la qualité moyenne suit, bien sûr). J'ai strictement rien contre les jeux utilisant une imagerie Moe (au hasard, Demon Gaze dont j'avais amplement défendu le droit d'exister et je continue) si ce n'est que le procédé devient depuis quelques années beaucoup trop répandu car employé comme cache-misère par bon nombre d'acteurs du secteur en mal d'idées. Ce qui m'agace dans toute cette affaire, ce n'est donc pas tant qu'un développeur y aille de son petit jeu sexiste et confidentiel pour pervers. Ils vont loin cette fois-ci mais des Eroges et dôjins tout aussi confidentiels ont probablement franchis ces limites bien avant et après eux. Pour moi c'est bien ce procédé carrément démagogique par lequel Compile Heart appelle à les soutenir et à faire d'eux des martyrs pour cette cause de merde qu'est leur vision du JRPG. CH veut tout simplement choquer l'opinion pour se renforcer, et d'ailleurs c'est réussi puisque tel que vous me voyez j'ai passé trop de temps à répondre à cette problématique, et que je ne doute pas que quelques plumes publiques et à la ligne éditoriale franche vont bientôt venir faire enfler le débat. C'est certainement leur faire trop d'honneur. Je revendique en tant que personne non unidimensionnelle le droit d'avoir des passions qui me sont propres, des travers aussi, d'être parfois "choqué" par le contenu des jeux, parfois pas, mais cette posture de CH à s'approprier l'essence du JRPG au dépens de nos propres visions du genre, je la trouve tout bonnement dégueulasse.

Erratum:
J'aurais mieux fait de ne pas écrire en pleine crise d'insomnie car comme l'a fait aimablement remarquer un commentaire, j'ai confondu Omega Labyrinth (de D3Publisher) et Omega Quintet qui n'ont rien à y voir l'un avec l'autre (sinon que le premier illustrait mieux mon propos. J'ai dit de la merde sur ce point et je m'en excuse :/

Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
6 commentaires
Let

le 09/03/2016
Bah tu l'as dit dans l'absolu tout le monde s'en fout de CH. Ils tentent de jouer aux rebelles (car ils ne sont que des seconds couteaux) pour tenter d'exister et ça ne prend pas parce qu'on sait que derrière toute l'esthétique moe/ecchi/vulgos se cachent la plupart du temps des jeux avec des systèmes éculés et ne présentant que peu d'intérêt. Et en plus, cette image leur colle à la peau donc même en faisant un RPG qui dit: "on veut se racheter une conduite", ils bideraient encore plus car leur public ne suivrait pas.
Bref j'approuve à mort le fait qu'on en parle trop de cet éditeur et que fondamentalement ils n'ont eu de la "visibilité" qu'à cause de la période de disette sur la précédente génération de consoles.

Bao

le 08/03/2016
M'est surtout d'avis que Galapagos RPG c'est un coup de com' qui a plus ou moins fini en coup d'épée dans l'eau. Le côté chantre du RPG que s'était donné le géniteur des Neptunia avait certes eu un effet urticant auprès de communauté, mais avec le recul n'a vraiment changé : CH occupe toujours cette place de producteur de jeux légers plus ou moins gagnée grâce à la visibilité offerte par le 'déficit' de jeux sur la gen PS360 (car sur PS2 ou sur PSX on en aurait rien eu à foutre), et ce bien avant l'instauration de Galapagos, et il peine à fédérer au delà de son public acquis à la cause du comico-ecchi (les chiffres Media Create donnent un bon aperçu je trouve, les ventes des jeux CH ne décollent jamais vraiment). Le pire, c'est que cette image de producteur cul-cul low-cost semble définitivement lui coller à la peau auprès des joueurs, et le constat est encore plus dur en occident.

Maintenant la question c'est surtout de savoir si le studio va camper cette position quitte à se marginaliser ou si il va chercher à passer une vitesse vu que les studios historiques du RPG semblent revenir sur le devant de la scène. Au passage c'est assez perturbant de voir que dans la même semaine Black Rose Valkyrie (qui semble plus ambitieux que la moyenne) cotoite Genkai Tokki Pirates dans les news.
Raymontp

le 08/03/2016
Je comprend le gros coup de nerf et je le partage.
Sauf que c'est un peu partout pareil : depuis quelques années, tout est coincé sur une boucle temporelle et plus personne ne cherche a avoir "une idée".

Pour CH, ils en profitent grassement parce qu'ils ont le champ complètement libre : pas sûr qu'ils auraient autant percer a l'époque ps2.
Si autant de licences (Wild arms ? Grandia ? Suiko ? Dark Cloud même ?) n'avaient été collées dans le placard en même temps (surtout en même temps en fait...), ce genre de licence n'aurait pas eu d'audience aussi forte.
Je m'avance certainement trop en disant ça mais pour moi l'attente pour Persona 5 est en partie due a ce sentiment "rescapé de la belle époque".
Et j'adore me répéter mais des rescapés, y'en a pas des masses...
cKei

le 08/03/2016
Mr anonyme : je me suis effectivement bien planté sur le coup de l'Omega, merci d'avoir fait la remarque (pour pousser ça aurait été mieux de le dire sur un autre ton mais en même temps l'article s'y prête bien, donc )
Ensuite je n'attache pas trop d'importance à CH, au contraire je n'arrête pas de dire que tout le monde s'en fout. Simplement leur discours est nauséabond.
Sur le reste, tu défens la vision exactement inverse de la mienne en reprenant des arguments provenant d'autres sources que perso je comprend très différemment (notamment sur Fire Emblem), on ne sera donc jamais d'accord.


Ahltar : J'aurais dû mieux m'exprimer, ce qu'il a pris au premier degré c'est le "nationalisme" qu'il décortique, pour moi c'est de la poudre aux yeux et ses conclusions vont dans le même sens.

"Donc, dans le fond, capitalistiquement parlant, c'est plutôt bien joué de leur part.
Après, oui, dégueulasse, bas, tout ce que tu veux."

C'est exactement my point

"j'ai un peu de mal à cerner la cohérence global de ton billet, le coup des Galapgos c'était y'a plus de deux ans. Ils ont sortis, quoi, 2 jeux et demi sous ce label ?"
Ils en ont sortis 4 il me semble si on compte le futur étron. Et comme tu le vois c'est pas un dossier bien bossé ce billet, je l'ai écrit à 3h du mat parce que j'arrivais pas à dormir. Fatalement même si j'assume, le matin ça coule moins de source.

"Tout ce qu'ils sortent à côté de ce label ne cherche donc, par définition, pas à s'accaparer le savoir japonais ?"

Je suis aussi perdu que toi, parce que comme dit dans l'article cette histoire est fumeuse depuis le début et que certains de leurs jeux sortis hors du label pourraient être plus qualifiés pour y rentrer.
IF, j'en sais foutre rien.
Anonyme
le 08/03/2016 edit eff
lol
Fait tes recherches mieux. Faut s'informer. Quand on cite un jeu, on ferait bien de connaitre son developer. CH n'a rien a voir avec Omega Labyrinth, c'est totalement le coup de D3Publisher la.
Et vraiment, "problematique" "martyrs" et "vision du JRPG"? Non mais on se prend pour un dramatique ou quelque chose la. CH font ce qu'ils veulent et ce qu'ils aiment et si c'est du n'importe quoi, ben, voila. Mais la je vois qu'on rattache un chwaya trop d'importance a un developer niche qui se fout de l'avis des autres. On vend un produit la, c'est pas la reinvention du genre. Beuarf. Et t'oublies au moins 3 autres jeux par CH/Galapagos.
Et en plus de ca, faut rependre les fausses informations, car le mini jeu du FE laisse toucher les gars comme les filles. Et le "dialogue anti-lesbien" qui a ete "reconstruit"? Il n'a jamais existe. En fait la scene est carrement la meme. Non en fait, c'est Nintendo Of America qui, voulant gagner les points d'activisme, a repandu la rumer qu'ils avaient supprimer les mechants dialogues anti-lesbiens! En fait c'est eux qui se font martyrs pour un peu de pub.
Mais oh non, c'est le mechant Compile Heart avec ses 30000 copies vendues qui detruit la reputation des JRPGs! Les monstres, ou est leur honneur? WOUIINNNN
Ahltar

le 08/03/2016
J'ai l'impression que tu n'as pas lu ou pas bien compris l'article d'Elincia en disant qu'il l'a pris bien plus au premier degré que toi...
Je t'invite à relire son article pour le coup, il a exprimé la même chose à l'époque que toi maintenant.

Ensuite, quand je lis ça :
A côté de ça, une palanquée d'autres jeux restés sans suite mais intégrant des dispositifs tout aussi risibles. On se souviendra - en fait non - de Monster Monpiece,

Je m'insurge, il fait parti de la série "Genkai" dont un deuxième épisode : Moe Chronicle est sortie. Et pour être tout à fait exacte, le dernier site teaser sur la pirate proposerait ainsi le troisième jeu de cette série...
Donc, non, pas "sans suite", loin de la

On peut critiquer tout ce que l'on veut, à raison, il faut tout de même reconnaître que cette boite a bien raison de faire cela : ça fonctionne et plutôt bien même.
Donc, dans le fond, capitalistiquement parlant, c'est plutôt bien joué de leur part.
Ils vendent de plus en plus leur jeux, s'exportent de plus en plus, se permettent même de vendre rentablement des remake de jeux ancien de seulement 2 ans.

Après, oui, dégueulasse, bas, tout ce que tu veux.
Je pense tout de même qu'ils ont raison d'en profiter, soit cela ne durera pas et ils sombrent à nouveau dans leur anonymat d'origine, soit... ben voilà quoi.

Mais j'ai un peu de mal à cerner la cohérence global de ton billet, le coup des Galapgos c'était y'a plus de deux ans. Ils ont sortis, quoi, 2 jeux et demi sous ce label ?

Tout ce qu'ils sortent à côté de ce label ne cherche donc, par définition, pas à s'accaparer le savoir japonais ?
Je suis un peu perdu du coup.
Et que fais-tu d'Idea Factory dans cette histoire ?
Ils font partie intégrante du complot Compile Heart (vu que c'est leur maison-ère non ?)
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox