haut_menu
Infos Blog
Nippon ni mauvais
Bonnes surprises et infâmes bouses de la production japonaise
Crée le 26/12/2015
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Juin 2020>>
LuMaMeJeVeSaDi
01020304050607
08091011121314
15161718192021
22232425262728
29300102030405
haut_menu
Blogs recommandés
Nouveautés manga - mai 2016
Par cKei, le 13/05/2016 à 14h55 (715 vues)
Catégories : Animation/manga, Critique manga
Encore un tetraptyque de nouveautés ou pseudo nouveautés à présenter ce mois-ci. Je passe directement aux choses sérieuses pour cause d'absence d'idée d'introduction rigolote.

ReLife

Décidément les collections de Ki-oon me plaisent de plus en plus. Non seulement ils trouvent des séries originales, mais en plus la forme est de bonne qualité. Découvert au hasard des étals de mon libraire, ReLife est un format poche mais massif, car tout en couleur. Le dessin est bon, bien colorisé, d'un style assez mignon, et ce manga a été une belle surprise à la lecture.

On y suit un NEET de 27 ans dont les recherches d'emploi se soldent invariablement par un échec, du fait que son CV comporte un stigmate gênant : Arata a en effet quitté son premier job après seulement quelques mois, pour une raison restée globalement irrévélée. Il vivote de petits boulot mais ses parents menacent de lui couper les vivres s'il persiste à s’entêter à vivre en ville sans en avoir les moyens. Acculé financièrement et honteux de sa situation, il préfère mentir à ses rares amis que de leur avouer qu'il touche le fond. C'est pourtant en sortant d'une belle murge censée lui faire oublier ses soucis qu'il est accosté par un homme.

Celui qui se présente comme Ryo Yoake, cadre dans la société ReLife, se propose de lui trouver un travail s'il consent à une "petite" expérience : Il ne s'agit que de gober une pilule tendue par cet inconnu tout sourire qui semble tout connaitre de lui. Pas vraiment le mec louche donc. Cette pilule est supposée faire rajeunir notre héros d'une dizaine d'années, après quoi son travail consistera à mener une vie de banal lycéen durant un an, après quoi les souvenirs de ses camarades seront effacés tandis que lui bénéficiera d'un CDI. Un an aussi sans dire à personne ce qu'il est, sous peine de voir sa propre mémoire effacée.

Bon évidemment devant cette vision ressemblant fort à une rencontre avec le diable à un coin de rue, Arata envoie chier son nouvel ami collant. Sauf qu'en se réveillant, il dévisage dans le miroir son lui d'autrefois ; gamberger sur l'utilisation ou non de la pilule en étant bourré n'était probablement pas l'idée lumineuse qui soit. Voilà donc notre héros contraint, contre son gré d'homme sobre, de se préparer pour la rentrée à venir pour s’infiltrer au mieux dans une salle de classe, avec l'espoir d'un effet positif sur sa vie.

Soyons clairs, le scénario n'est pas des plus originaux sur le principe : le concept est d'ailleurs assez proche d'Erased en un sens, le ton pesant en moins. Le personnage principal, lui, est le prototype même du loser à la Keitaro, maladroit dans ses relations mais qui sait être responsable quand il le faut. En grand fan de Love Hina ça me va très bien, et à titre personnel je me retrouve pas mal dans cet anti-héros, je pense que le lecteur moyen s'y attachera bien. Le reste des personnage est du même tonneau, le genre qu'on retrouve dans la plupart des mangas lycéens : la ou les premières de la classe, des filles mignonnes, le beau gosse de la classe, la jeune prof cool mais ferme et ainsi de suite.

Cependant tout ce petit monde fonctionne bien et on s'y attache vite. Comme dit plus haut, on y retrouvera la problématique d'un adulte coincé dans un corps d'ado avec ce que ça comporte sur le plan comportemental et émotionnel. Revenir à une période de sa vie à la fois facile à vivre et compliquée à gérer quand on a des habitudes qui détonnent. Côtoyer de jeunes filles avec l'obligation morale de ne pas y toucher malgré les liens qui se créent.

L'histoire comporte également une part de mystère : n'y a-t-il pas parmi les élèves d'autres cobayes déguisés ? Quelle est la véritable finalité de l'expérience ? Comment Arata s'est-il vraiment retrouvé sans emploi ? Tant de questions qui trouveront surement une réponse dans les prochains volumes. En tout cas c'est un début qui promet.

Chez Ki-oon

Countrouble

Celui-ci est à la fois plus ancien (sa sortie en France date de quelques mois) et mois notable. Un ado boutonneux amoureux de la "plus belle fille du lycée" (une beauté froide déléguée de classe) reçoit la visite d'une sorcière/ange qui va se charger de réunir les tourteaux avec ou sans leur assentiment. J'ai déjà lu ça quelque part, mais où...

La mécanique repose sur le fait que chaque sort de l'ange/loli envahissante est assorti d'une contrainte à satisfaire dix fois : tenir la main d'une fille 10 secondes pour savoir de qui elle est amoureuse, se faire remercier 10 fois pour provoquer des sentiments amoureux... Bon dans le genre c'est d'un classicisme certain (quiproquos, triangle amoureux voire plus et sorties scolaires etc.) mais efficace. Faut juste pas lui demander la lune.

Chez Pika

My Hero Academia

Ce manga shonen, qui a subi une grosse campagne marketing le mois dernier, est l'exact opposé de One Punch Man tout en ayant un sujet proche. Et proche à d'autres titres également parmi lesquels Ratman et co. Celui-ci est formaté à l’extrême pour devenir un blockbuster à la Naruto, avec son héros naïf, impuissant et pleutre mais qui réussira à devenir exceptionnel à force d'efforts, et grâce à une aide extérieure.

Les super-héros donc. Un monde où l'extraordinaire est devenu la norme, où les enfants naissent généralement avec divers types de pouvoirs surnaturels. Sauf Izuku qui, fait rare, en est totalement et irrémédiablement dépourvu. En plus d'en faire la proie idéale pour les bullies du coin qui le victimisent sans vergogne (et avec l'assentiment tacite de tous les adultes environnants, vu que personne ne dit rien), cela l'a également doté d'une profonde admiration pour les héros populaires et notamment All Might, idole inébranlable internationale.
Bref celui qu'on appelle Deku (en gros, "loser") voudrait vraiment pouvoir intégrer l'institut pour héros Yuei malgré l'impossibilité de la tache.

Impossible ? On est dans un shonen. Long story short, il essaye de sauver quelqu'un, manque de se faire tuer mais est sauvé par All Might qui apprécie le geste et décide de le prendre sous son aile. Il l'entraine durement et lui transmet son pouvoir, trop puissant pour le fragile corps d'Izuku qui est tout cassé quand il l'utilise, mais qui pourra quand même réussir grâce à lui à entrer à l'institut au grand dam de son bourreau du lycée, l'orgueilleux Katsuki qui lui dispose d'un fort pouvoir. Le reste déroule un scénario convenu mais efficace.

Je récapitule : héros en devenir naïf mais au grand potentiel, puissance difficilement maitrisable mais qui devrait mui assurer la victoire au bout du compte, forte envie de devenir exceptionnel et reconnu malgré ses tares, une belle bande de copains, rivaux et love interest. Avec ça, peu de chance que My Hero Academia n'échoue à devenir une série à succès pour un certain public. Personnellement j'ai bien aimé le premier volume, je lirai le second sous peu, mais jusqu'ici ça manque cruellement de personnalité propre.


Chez Ki-oon

Anus Beauté

Last but not the least, terminons cette revue par la série qui a fait jaser petits et grands le mois dernier et déclenchée nombre de bons mots. Et pour cause, ça va parler de cul, littéralement. Hahaha, houhouhou, drôle, 'cule un mouton. Hum.

Anus Beauté donc, version française de Kiss my Ass (キス マイ アス en VO), s'appesantit sur le difficile sujet des hémorroïdes, affliction honteuse et surtout douloureuse dont souffre le héros (lycéen amoureux transi, encore). Forcément prolapsus et fistules ne l'aident pas à se rapprocher de sa belle, surtout quand ça le titille au mauvais moment et qu'il doit faire un saut aux chiottes pour tout remettre en place. Sauf qu'une de ses camarades repère son petit manège et l'accoste : elle connait bien le sujet, veut devenir proctologue et décide pour ça de l'aider à vivre avec la maladie. Elle va devenir son intime, d'où quiproquos et triangle amoureux derechef.

Ce qui caractérise le Manga en tant que média, c'est sa capacité à parler d'à peu près tout bien plus librement que la BD occidentale. Celui-ci en est l'exemple parfait. On remarque vite que si le cadre et les protagonistes sont assez bateau, la série se démarque par son côté informatif et précis sur un sujet médical. Sa application également à en parler sans complexe ; il va falloir s'habituer à parler avec décontraction d'anus, de descente d'organe et plein d'autres termes peu ragoutants avec force schémas.

En bref, ça dédramatise, ça explique un sujet épineux dont souffre nombre de nos concitoyens. La préface signée de notre Marina Carrère d'Encausse nationale va également dans ce sens, malgré la forme c'est tout à fait sérieux et même salutaire.

Seulement j'ai le regret de devoir avouer qu'en tant que série manga c'est très limité par son fond classique, ça va probablement garnir les rangs des curiosités plus que des bonnes séries.

Chez Kurokawa

Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
4 commentaires
cKei

le 14/05/2016
Par "certain public" je n'entendais pas forcément quelque chose de péjoratif, mais plutôt les lecteurs qui lisent sans forcément chercher à "voir" les schémas de création de l’œuvre (ou qui ne les connaissent pas encore). Le formatage à l’extrême dont je parle est incroyablement visible ici. Ça m'a d'ailleurs rappelé les mangas intradiégétiques à Bakuman. Ça ne l'empêche pas d'être plaisant mais sur le principe, y'a rien que de très classique question personnalités, pouvoirs et compagnie. Que le héros se blesse à chaque déploiement de force est une bonne idée mais ça n'est rien de moins que pousser à l’extrême des pouvoirs d'autres œuvres (un exemple, le Kaioken).

Le shonen nekketsu est très codifié, c'est un fait, parfois on le remarque, parfois moins. Moi ça a tendance à m'entraver un peu dans ma lecture. Et la série est bonne hein, c'est pas la question (j'ai lu les deux volumes parus avec plaisir), simplement quand je compare par exemple à Blue Exorcist qui est strictement identique dans sa reprise des codes, ce dernier m'a paru bien meilleur pour les maquiller. Je viens de lire les 3 premiers volumes et c'était bien plus agréable, opinion perso bien sûr.

Ahltar : Countrouble et Anus Beauté on peut s'en passer, je voulais les essayer mais pas forcément les poursuivre. Par contre je pense que ReLife est vraiment très bon.
Bao

le 13/05/2016
J'invite les gens en dehors de ce certain public (et ceux dedans) à découvrir ce Boku no Hero Academia tiens. C'est justement pas si formaté que ça même si on y retrouve les codes habituels du shonen, le héros est d'ailleurs tout sauf pleutre et con-con (et c'est rafraichissant un héros pareil, le premier tome donne d'ailleurs bien le ton sur qui il est et ce qu'il est), la galerie de personnages est bien diversifiée et surtout bien travaillée, le rythme est bien soutenu car l'auteur ne tire pas inutilement sur la corde, un bon équilibre humour/action/émotions (les scènes d'actions sont d'ailleurs bien punchy), et le style 'mix comic/manga' du mangaka passe super bien. Et bon si il occupe régulièrement le top 5 des votes des fans depuis qu'il est soumis, c'est qu'il doit avoir un semblant de personnalité. La parution japonaise en est au chapitre 90 avec déjà 2-3 gros arcs derrière elle, et actuellement il y a un virage majeur dans le récit qui est en train de se jouer.

Après la campagne marketing derrière c'est pas si étonnant, le Shonen Jump est en déficit de top-shonen (World Trigger patine, Toriko aussi mais il va se finir, Bleach fait... du Bleach, OP est là une semaine sur deux, etc) et le bousin est super-populaire.
Ahltar

le 13/05/2016
Mpi je valide My Hero Academy, y'a le potentiel.
C'est effectivement formaté pour devenir un blockbuster, mais ça n'est pas spécialement un mal, vu que c'est bien fait

Et va lire le second volume, ton rapprochement avec One Punch Man est assez naturel et approprié.
Et l'auteur a visiblement pris le temps de réfléchir assez en profondeur ses personnages, ce qui est loin d'être un mal.

Pour les autrs mangas...
Bah j'avoue qu'ils ne m'attirent pas du tout
Je ferais peut-être l'effort de prendre les Erased quand la série sera finie.
Mikaya

le 13/05/2016
Fistule??? Srsly? s'il a des fistules le gars c'est juste... worst ever !

bon, a part my hero academy vite fait, ça fait pas super envie ces dernières séries sorties mais merci de tes retours dessus
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox