haut_menu
Infos Blog
Nippon ni mauvais
Bonnes surprises et infâmes bouses de la production japonaise
Crée le 26/12/2015
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Novembre 2017>>
LuMaMeJeVeSaDi
30310102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930010203
haut_menu
Blogs recommandés
First Manga XVII : the after (new) years
Par cKei, le 13/02/2017 à 19h19 (346 vues)
Catégories : Animation/manga, Critique manga
"Tiens et si au lieu de m'énerver tout seul sur Final Fantasy XV j'écrivais un peu sur les nouveautés manga de ce début d'année ?"
Ça va me détendre un brin et j'ai pas mal de retard à rattraper, la fin 2016 ayant été occupée à d'autres choses. Relativement peu de nouveautés en ce début 2017 - bien tassé il est vrai - mais de la qualité et de la diversité. D'autres devraient venir courant du mois, c'est en commande.


Ex-Arm

Delcour-Tonkam, seinen

"Tiens ça me rappelle un truc..."

Il y a deux ans j'avais bien apprécié Ex-Vita, manga légèrement cyberpunk, un peu fripon sur les bords (les héroïnes ont tendance à se retrouver à pwal). Ça n'était pas l'extase car très classique, mais ça me rappelais des mangas d'autrefois type You're Under Arrest ou Gunsmith Cats et leur duo de fliquettes déjantées, avec une pointe de GitS. Le manga n'a eu que deux volumes mais je m'y suis attaché, d'autant qu'il était bien dessiné.

Ex-Arm, c'est une sorte de reboot d'Ex-Vita. On garde le duo de choc et son fonctionnement, Minami la noob un peu impulsive, Alma l’androïde glaciale et badass. La différence c'est que dans ce nouvel univers, Tokyo a subi une grave attaque de la part d'un groupe utilisant des Arms, armes surpuissantes qui semblent technologiquement hors de leur époque tant elles causent la destruction. Un jour qu'elles sont chargées de récupérer un paquet aux mains de la mafia, nos policières tombent sur l'un de ces Arms numérotée 0. Dotée d'une conscience propre, il s'agit du cerveau robotisé d'un adolescent décédé plusieurs dizaines années plus tôt et qui se demande bien ce qui lui est arrivé.

L'introduction de ce personnage anachronique et déphasé brise le moule du duo qui se retrouve à composer avec ce gamin puissant mais immature, dont le passé garde quelques surprises, et sur ce premier volume ça fonctionne plutôt bien, à voir si ça tient la longueur.

Shinya Komi s'est cette fois-ci entouré d'un scénariste dédié qui semble vouloir faire une série plus longue que l'originale en gardant le même humour et ça n'est pas pour me déplaire, car si encore une fois ça ne casse pas des briques question originalité c'est un manga assez efficace dans son genre.

Ano Hana
Panini Comics, shonen

Oui bon je sais c'est une image de l'anime.

Je me demande parfois ce qui passe dans la tête des éditeurs ou libraires pour catégoriser un manga dans la catégorie Shôjo et donc marquer une série au fer rouge du "girly paillette kawaii". Ano Hana laisse certes la part belle aux sentiments des protagonistes mais c'est avant tout une comédie dramatique qui peut être appréciée par tout un chacun. C'est d'ailleurs assez similaire à Cross Game (que je recommande chaudement, c'est un Adachi immanquable) qui a parfois eu le même traitement d'incompris, le surnaturel en sus.

Le premier volume s'ouvre sur un jeune homme déscolarisé, limite hikikomori (il ne sort presque plus de chez lui et ne veut voir personne). On comprend que sa vie a été émaillée de drames personnels et que de gamin espiègle et volontaire, il est devenu lugubre et cynique. L'une de ces difficultés concerne la mort de sa mère, mais la première concerne le décès accidentel d'une de ses camarades de jeu d'enfants dont il était amoureux. C'est surtout ce choc dont il refoule les souvenirs qui a fait exploser en vol le groupe de copains dont il était le meneur, et a profondément transformé sa personnalité.

Or un jour lui apparait le spectre de sa copine décédée, qui a grandi comme lui et vient le poursuivre de ses assiduités fantomatiques. Elle a tout à fait conscience d'être morte mais ne sait pas du tout ce qu'elle fait là, si ce n'est qu'elle voudrait que le groupe de potes se reforme. Au départ l'apparition laisse notre héros pantois, mais il doit bien se rendre à l'évidence devant les objets qui bougent réellement tout seuls : il est bel et bien hanté. Reste à exaucer ce voeu et recontacter ses anciens amis avec une pointe d'appréhension.

C'est un très bon manga et typiquement le genre que j'aime. Un sujet sérieux mais de l'humour quand même, bien dessiné, ça peut parler à tout le monde ne serait-ce que pour l'aspect du temps qui passe et qui change les gens. En tout cas c'est mon cas.

Seven Deadly Sins

Pika, shonen, extrait gratuit disponible sur le site


Ça m'a été chaudement recommandé par des gens du forum (j'ai les noms petit canailloux), et je vois pas bien pourquoi. Oui, ça contient tous les ingrédients d'un bon shonen de base, mais justement y'a rien d'autre. Aucune originalité, c'est pas spécialement mieux écrit que les 2 milliards de mangas similaires (genre Rave, Fairy Tail, le tout venant quoi). C'est même affreusement identique niveau scénar à Ubel Blatt, comme je le remarquais il y a quelques jours : en gros de gentils chevaliers ont été piégés par de méchants chevaliers voilà plusieurs années, ils sont rentrés dans la légende comme des malandrins et vont aller se foutre sur la gueule avec les méchants pour regagner leur dignité. A commencer par le héros, un gamin qui cache en fait un vieux briscar plus expérimenté qu'il n'y parait.

Alors y'a pas mort d'homme mais je comprends vraiment pas son succès (d'ailleurs je comprends pas non plus celui de Fairy Tail *sifflotte*).

Les Fleurs du Mal

Kioon, seinen
Le maillon faible de cette liste est typiquement le genre de manga avec lequel j'ai du mal à accrocher. Ayant parfois tendance à l'hyper-empathie, j'ai énormément de peine à suivre cette histoire d'un mec qui, pour moi, est tout à fait normal mais va faire une connerie qui pourrait le faire passer pour un gigantesque pervers aux yeux de la société bien sous tous rapports. Et qui au lieu de réagir de façon logique va s'enferrer à sa honte.

Pour la petite histoire, c'est un lycéen assez timide et amoureux de "la plus belle fille de la classe" (comme d'hab quoi). Un jour qu'il traine dans les couloirs en dehors des heures de cours, il tombe sur le sac de sport oublié par sa dulcinée et s’empare un peu précipitamment de sa tenue T-shirt/pantsu qu'il va gaiement sniffer chez lui. Manque de bol quelqu'un l'a vu, de son côté la fille semble traumatisée par ce crime odieux, et ce qui n'était au départ qu'un geste innocent d'un gamin curieux se transforme en secret inavouable, et par la suite en chantage.

En effet celle qui l'a pincé la main dans le sac (de sport) est une fille considérée comme asociale, qui pour une raison qui lui appartient va en faire son toutou.

Le dessein de l'auteur semble être de normaliser "la perversion", à savoir des agissements irréfléchis qui peuvent être mal ou sur-interprétés par l'autre, dénoncer aussi l'hypocrisie de la normalité à la japonaise (notamment) où nulle aspérité ne doit se voir et où le catalogage hatif peut marquer à vie. Je comprends tout à fait la démarche mais la lecture de ce premier volume, assez peu agréable, ne m'a pas donnée envie de lire la suite.

Oldman

Kotoji, "seinen", quelques extraits en ligne


Ça faisait longtemps que j'avais pas lu de manhua. Celui-ci est hyper léché, avec ses dessins presque occidentaux, parfois très réalistes et son histoire médiévalo-fantastique d'une méchante reine immortelle et de son vieux fils qui la combat aidé par une femme-soldat-cyborg. Dit comme ça ça a l'air un peu décousu et effectivement ce premier volume ne fait que poser le scénario et les personnages, je vois pas du tout vers quoi ça va aller.

Du coup ça a l'air plutôt bon mais c'est pas vraiment ma came et je pense pas acheter la suite (pourtant en 4 volumes). Mais si vous êtes friands du genre, ça peut être très cool.

Shikigami

Panini, shonen
Le genre de bon petit manga hyper efficace que tu te dis au départ que c'est toujours la même chose mais finalement ça te gagne juste par la force des relations entre persos.

Oui parce qu'au départ c'est juste un ado super fort pour son age qui chasse des monstres (en l’occurrence des Shikigamis) grâce à son propre pouvoir de dresseur de créatures surnaturelles. Il rencontre une fille un peu plus âgée, flemmarde tête en l'air et détective ratée qui a le pouvoir de voir les "liens" existant entre une personne et un objet important qu'elle aurait touchée. Les deux s'associent parce qu'ils peuvent être utiles l'un à l'autre et hilarity ensues.

Tu sais pas pourquoi des fois les histoires marchent et des fois non, là c'est du réchauffé mais ça fonctionne au poil. Les personnages sont des archétypes (le gosse un peu pervers élevé hors de la société et héritier d'une famille puissante, la fille plus expérimentée mais incapable et nonchalante, le flic intraitable, le sidekick etc.) mais en même temps y'a une sorte de relation Shinji/Misato entre les deux protagonistes qui les rend vraiment attachants. Ça paye pas de mine mais j'aime bien, c'est comme ça.

C'est tout... pour le moment.

Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
3 commentaires
Riskbreaker

le 14/02/2017

Je me pose la même question pour Seven Deadly Sins. J'ai lu jusqu'au tome 17 et... déçu. Je m'attendais à tellement mieux après avoir lu pas mal de monde dire ici que "ouais, enfin un bon Shonen ! Il est différent.". Et effectivement, je n'ai perçu absolument aucune différence avec les autres grands classiques. C'est sympa, ça tombe pas dans le nul comme Bleach ou certains arcs de Naruto (pour le moment), mais on est loin de la fraîcheur d'un One Piece ou d'un Dragon Ball (obligéééé de le citeeeer luiiiiiii). Après, les Shonen, je lis ça avec une certaine curiosité de temps en temps, mais ça une grande tendance à me gaver si ça sort pas du lot réellement. Mais vraiment quoi.
Jpense m'arrêter là moi, pour lire autre chose.

D'ailleurs, j'en profite, j'ai lu récemment les 30 tomes de l'habitant de l'infini et c'est juste génial (sauf le début relou et lent). Et je lis Ikkyu en ce moment qui, même si ça a du mal à démarrer, maintenant je suis dedans, c'est sympa.


cKei

le 14/02/2017
Je dirais surtout que c'est la formule One Piece (qui déjà n'était pas précurseur). Après la comparaison avec Ubel Blatt c'était évidemment pour faire le grand écart et montrer que c'est un truc vieux comme le manga.
Bao

le 13/02/2017
Pour Nanatsu no Taizai (qui n'a de point commun avec Ubel Blatt qu'un pitch de départ, et encore), c'est un peu la même chose que Busou Renkin ou Boku no Hero Academia en ce qui concerne les raisons du succès : on se retrouve avec des histoires au rythme très soutenu axées autour d'arcs scénaristiques courts, une bonne alchimie entre un protagoniste atypique et un galerie de personnages secondaires, et une partie action toujours à fond les ballons. En plus on sort d'une très, très longue période de shonen pour poseurs façon Bleach, Reborn ou dans une certaine mesure Naruto (pour citer les plus gros), donc ce genre de lectures est rafraichissant dans la mesure ou ça revient aux fondamentaux, et à marche soutenue.
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 sur Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox