haut_menu
Infos Blog
Nippon ni mauvais
Bonnes surprises et infâmes bouses de la production japonaise
Crée le 26/12/2015
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Juillet 2017>>
LuMaMeJeVeSaDi
26272829300102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31010203040506
haut_menu
Blogs recommandés
Rapatriement volume 1 : Demon Gaze
Par cKei, le 04/04/2017 à 18h54 (153 vues)
Catégories : Critique RPG, Jeux vidéo, RPG
Voir la fiche
Le présent article avait été publié sur Jeuxvideo.com voilà plus de 2 ans, mais jamais rendu accessible aux utilisateurs non inscrits pour cause de respawn (c'est un synonyme de "mal branlé"). je le rapatrie sur mon blog pour l'ouvrir au plus grand nombre, mais aussi pour essayer de réhabiliter la mémoire de ce jeu dont le traitement journalistique a été à mon sens expéditif et inique - il faut dire que le jeu l'avait cherché, mais la profession devrait théoriquement aller creuser au delà des apparences et de la facilité.

Même au sein de son public de niche, Demon Gaze est typiquement le genre de jeu qui divisera. Un peu racoleur sur les bords, le cœur du jeu n'en est pas moins hyper basique, voir old-school. N'empêche que si l'on gratte un peu sous la surface, on y découvre quelque chose de franchement sympathique.


Si vous avez déjà jeté un œil à des reviews du jeu, particulièrement chez les anglo-saxons, vous serez probablement tombé sur des écrits outrés par la prétendue perversion du titre. D'autres se focalisent sur le fan-service qu'ils qualifient de lourd, de bas du front, ou préfèrent dénigrer ceux qui s'adonnent à ce genre de jeu. Et cette vaguelette médiatique n'est peut-être qu'un juste retour de bâton de la communication de l'éditeur. Le casting féminin a en effet été beaucoup mis en avant dans les trailers, et les classifications ESRB et PEGI donnent le ton : ce jeu contient du sexe, de la violence, des mots grossiers et l'utilisation d'alcool. Deal with it ! Et effectivement en lançant une partie, vous serez très vite mis dans le bain. Sur les premières heure de jeu, vous tomberez fréquemment sur des filles en petite tenue, ou assisterez à des scènes suggestives où la jeune soubrette sniffe gaîment la culotte de sa patronne. En somme, exactement les situations classiques que l'on retrouve dans les mangas humoristiques pour adolescents. Les détracteurs avaient-ils donc raison ?



Rincez-vous l'oeil 2 minutes, après on passe au jeu.


I'm just a fool whose intentions are good

Non ! Car si ces scènes frivoles sont particulièrement insistantes sur le début du scénario, ce n'est que pour donner un ton plus léger à une histoire autrement plus sombre. On pourrait épiloguer sur les personnages féminins souvent dénudés qui font écho au titre du jeu, possiblement une référence au concept féministe du Male Gaze (voir plus bas), mais cela serait complexifier pour pas grand chose une situation limpide : Du fan-service, il y en a un peu, oui, au travers des superbes artworks tenant lieu de portrait aux personnages et surtout des quelques petites CG de transition. Mais sur les plus de 45 heures que dure le jeu, ces scènes se comptent sur les doigts d'une main pour un total à l'écran de 5 à 10 minutes. On ne peut donc pas dire que cet aspect soit si présent que ça dans le jeu, qui reste finalement étonnamment soft pour un RPG de ce style. Et pour cause, sous ses graphismes bien léchés, Demon Gaze est un Dungeon Crawler relativement austère servi d'un système de combat classique mais diablement efficace, assorti d'un scénario plutôt convenu. Jugez plutôt : un mauvais démon millénaire menace de détruire le monde, et seul un adolescent amnésique doté d'un regard capable d'apprivoiser les créatures démoniaques pourra l'en empêcher. Et ce sauveur, je vous le donne en mille, il s'agit du joueur.

Le gros du jeu ressemble plutôt à ça.

Male Gaze

En fait de Démons, c'est vers le concept de Male Gaze que semble zieuter le titre du jeu. Le Male Gaze, ou Regard Masculin dans notre belle langue, c'est l'objectivation du corps féminin au travers des regards d'un public typiquement masculin (et souvent dans un sens lubrique, bien sûr). Si l'on peut difficilement nier que ces représentations sont très orientées au sein du jeu, il est toutefois bon de nuancer un peu la critique : les portraits des personnages féminins sont très dénudés et parfois placés dans des poses lascives, c'est un fait, mais ceux des personnages masculins le sont tout autant.

Difficile bien sûr de croire un instant que le développeur tente ici de tenir un propos sérieux et engagé sur le sujet, tout au plus celui-ci restera-t'il à l'état de référence, contrebalançant l'utilisation massive de midinettes moe destinées à aguicher le public cible.

Personnage "cool" ou aguichant, c'est à vous de voir

Demon Gaze prend place dans une pension, un joyeux bazar où les chasseurs de démons côtoient mercenaires avares et employés dysfonctionnels. Cette grande maison va servir de HUB tout au long du jeu, depuis lequel vous gérerez votre équipe et vos équipements avant de partir en mission latter du monstre. On y trouve les chambres des PNJ principaux, qui pour certaines servent commodément de magasins. De leur côté, les chambre des personnages jouables, au nombre de cinq par équipe peuvent être agrémentées de bibelots qui leur conféreront des bonus de statistiques fort utiles en combats. Une autre pièce servira de débarras pour vos équipements superflus, et de forge pour l'amélioration de vos plus puissantes pièces. Vous aurez également l'occasion d'y vivre quelques scènes amusantes ou de vous voir confier des missions additionnelles, quoique trop rarement.


La tenancière et la maid. On l'aurait pas déjà vu 1000 fois ?
Petit mais costaud

Mais le cœur du jeu, c'est bien l'exploration des donjons. Celle-ci se déroule en avançant case par case sur la carte des zones, en vue à la première personne dans un style typique des dungeon-crawlers. Parfois labyrinthiques, ces environnements recèlent -outre quelques trésors et pièges- de multiples rencontres ennemies aléatoires. Le seul véritable objectif consiste à trouver les cercles démoniaques jalonnant les niveaux et à les contrôler, de façon à faire sortir lesdits démons de leur tanière pour pouvoir les capturer. Et c'est là qu’apparaît la seule vraie particularité du jeu : pour pouvoir contrôler ces cercles, l'équipe doit y déposer des gemmes en offrandes, ce qui invoque aléatoirement des ennemis de base parfois légèrement plus puissants que leurs congénères du tout-venant. Une fois le combat remporté, vous obtenez en retour un équipement correspondant aux gemmes de départ. Les gemmes d’Épées vous fourniront vos lames, celles d'armures lourdes pareront vos Paladins et -plus important- celles d'artefacts vous offriront ces objets ô combien importants, comme nous le verrons plus tard. Certes, cela tourne le jeu en une gigantesque partie de grind et de farm, et tout le déroulement du jeu en devient excessivement répétitif. Mais tous ces équipements, vous en aurez besoin pour venir à bout des difficultés parfois inégales que le jeu vous envoie à la tronche. Mieux, malgré les quelques tares que l'on peut lui trouver, Demon Gaze n'en reste pas moins plutôt plaisant et surtout très addictif.


Faisons nos emplettes en savatant du monstre.

Addictif en particulier dans son système de combat, qui semble tout droit sorti d'un Dragon Quest. Les combats au tour par tour sont aléatoires et vous mettent face à face avec des groupes de monstres disposés sur plusieurs rangées. A vous de choisir attaques frontales ou sorts de groupe pour tomber les ennemis un à un ou cramer des lignes entières, selon la disposition de votre équipe et les pouvoirs à votre disposition. Le Demon Gazer est également capable d'utiliser ses pouvoirs pour invoquer divers effets, comme une régénération de santé à chaque tour, une fortification de défense ou directement les Démons déjà récupérés qui viendront combattre à vos côtés. Ces démons peuvent en sus être enragés pour améliorer significativement leurs caractéristiques, une mécanique cruciale à maitriser pour venir à bout de certains ennemis sans faire durer le combat plus que de raison. D'autant plus que les pouvoirs du Gazer puisent dans ne jauge d’énergie démoniaque qui, une fois à sec, risquerait de retourner vos démons contre vous. En temps voulu, de gros boss bien énervés qui useront de tactiques bien vicieuses pour anéantir vos personnages surgiront sur votre route, des combats qui mettront à rude épreuve votre stratégie de combat et vos builds. Il n'est pas rare que ces démons invoquent tout au long du combat des hordes infinies de petits sous-fifres qui focaliseront les attaques, ou des pouvoirs capables de one-shoter le plus robuste de vos tanks.

Je l'ai vexé non ?

Heureusement que pour les contrer, le jeu met à votre disposition pléthore d'options de customisation. Et c'est là le vrai bonheur, le système est classique mais extrêmement complet. Sept classes de personnage au choix, ce n'est pas énorme, mais largement suffisant quand on sait à quel point l'agencement du point de stat obtenu à chaque niveau d'expérience joue sur la cohésion de votre build. On pourra ainsi engager entre autres des Samurais qui trancheront dans le vif des lignes entières d'ennemis ou se serviront de leur agilité pour cribler les boss jusqu'à ce que mort s'ensuive en évitant leurs contre-attaques, des Paladins véritablement sacs à PV ou tout en contre-attaque, des Archers qui sniperont les boss bien au chaud derrière ceux-ci, ou encore les Mages et Healers aussi bien capables de sorts de destruction de masse que de protection de votre petite équipe. Reste le héros, cantonné à son job de Gazer, une sorte de touche à tout manipulateur des démons vaincus (qui au final se révèle particulièrement bourrin). Tout cela à associer à une race au choix qui jouera sur les caractéristiques de base et maximales, un beau portrait pour illustrer et une petite voix en sus. Enfin, il est aussi possible de varier les plaisirs en équipant des artefacts qui adjoindront une attaque ou compétence de soutien à une classe d'ordinaire incapable de l'employer, les possibilités en devenant vite multiples.

Les personnages peuvent être largement customisés.


Et pour quelques dollars de plus

Cela dit, toutes les mécaniques du jeu ne sont pas aussi bien huilées. Certains gimmicks rajoutés sont au mieux inutiles, au pire trop envahissants. Le premier qui vous sera introduit d'entrée de jeu, c'est la rapacité de la tenancière. Non contente de vous faire payer une blinde pour pouvoir recruter un personnage supplémentaire (jusqu'à quatre en plus du héros), elle a surtout la désagréable habitude d'attendre l'équipe qui rentre bien fourbue sur le pas de la porte pour leur extorquer le loyer quotidien (qui augmente en fonction du niveau global) avant qu'ils ne puissent enfin aller se pieuter. Le problème, c'est que l'argent étant rare au début du jeu cela vous oblige à vraiment planifier vos sorties, voir à farmer du monstre pour éviter de perdre de la thune au fur et à mesure. Un pécule dont vous aurez grandement besoin au départ pour étoffer progressivement votre équipe. A côté de ça, au bout d'une dizaine d'heure la somme demandée devient dérisoire devant les monceaux de trésors récoltés et rend le système plus soulant qu'autre chose.

Attrapez-les tous. Mais faites gaffe aux griffures.


L'autre fausse bonne idée intervient en donjons. Si les démons dont vous disposez peuvent être équipés sur le personnage principal pour lui faire bénéficier de boosts de stats conséquent ou de protections en combat, ils ont aussi la capacité d'offrir des effets de terrain. Chronos par exemple permet de supprimer les dégâts en traversant lave, ronces et autres terrain accidentés, Comet visualise des portes cachées pouvant mener à des trésors, et ainsi de suite. Malheureusement on peut regretter certains choix. Ces portes cachées par exemple, mènent parfois sur le chemin principal vers la sortie du niveau, en conséquence de quoi le joueur qui n'aura pas équipé le démon adéquat pourra très bien tourner en rond des heures sans trouver son chemin. Choix oui, mais libre, pas toujours. On notera enfin une tentative d'instaurer un semblant de fonctions communautaires Demon-Soulesques, à base de messages à laisser au sol. Si certains joueurs plein de bonne volonté viennent vous indiquer l'emplacement de trésors cachés ou les faiblesses d'un boss, il est regrettable de constater que la plupart se bornent à troller ou s'amusent à créer des jeux de mots sur la base du démon Uranus (if you know what i mean).

Long, assez complet, techniquement et artistiquement inégal, parfois soûlant mais souvent efficace, Demon Gaze vient agréablement enrichir la ludothèque pour le moment trop aride en bons jeux de rôle de la PS Vita. Si vous n'êtes pas contre un gameplay un peu rétro et que vous n'abandonnez pas devant le fan-service bas-du-front du début d'aventure, vous ne serez probablement pas déçus.




Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
0 commentaire
Aucun commentaire
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 sur Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox