haut_menu
Infos Blog
Nippon ni mauvais
Bonnes surprises et infâmes bouses de la production japonaise
Crée le 26/12/2015
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Juillet 2018>>
LuMaMeJeVeSaDi
25262728293001
02030405060708
09101112131415
16171819202122
23242526272829
30310102030405
haut_menu
Blogs recommandés
Malades du Jeu ?
Par cKei, le 18/06/2018 à 15h45 (208 vues)
Catégories : Allocution, Jeux vidéo
En tant que passionné, je suis le premier à vouloir mettre en avant les aspects culturels et sociaux des jeux vidéo, trop souvent relégués à une fable que les gamerz décérébrés utiliseraient pour déculpabiliser leur loisir préféré si l'on en croit les "gens normaux". La tentation est donc souvent grande de vociférer à l'encontre des observateurs extérieurs (grand public, presse généraliste) quand ceux-ci montrent une nouvelle fois le JV sous un aspect peu reluisant en l'accusant de tous les maux (causeur de tueries de masse aux USA, dévoiement de la jeunesse et j'en passe). Mais comme l'observe régulièrement l'ami Shane Fenton réagir violemment à ce type d'accusations n'est jamais bon pour la cause que l'on défend, et on va donc essayer de traiter un peu plus calmement du sujet d'aujourd'hui : le JV comme une addiction. Et ce n'est pas sorti de nulle part puisqu'on a une bonne raison d'en parler.

L'information bruissait depuis quelques mois, c'est désormais acté : depuis hier, 17 juin 2018, l'Organisation Mondiale de la Santé a officiellement inclus le Trouble du jeu vidéo dans sa classification internationale des maladies (version 11). Vu que c'est un sujet largement débattu tant dans la communauté scientifique et médicale que dans l'opinion populaire et qu'on en dit tout et n'importe quoi, je redoutais un peu cette annonce, qui finalement est passée totalement inaperçue. En fait de coup de semonce, ce changement de vision n'est pas si dramatique.

Si je m'en tiens au lien officiel donné plus haut, ce trouble du jeu vidéo est considéré comme "un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques". C'est donc bien un problème du comportement humain, compulsif, et non quelque chose causé par le jeu en lui même, encore moins le JV au sens large et dans sa diversité qui agirait sur le cerveau (autre que sécrétion d'endorphine et compagnie). Ouf. En tant que gros joueur, il me paraissait inique que l'on considère de facto le JV comme un problème. On y passe un temps certainement énorme mais est-ce plus critiquable que les lecteurs pathologiques ou les amateurs de danse ? Suis-je lobotomisé pour autant ? Inculte ? Je ne pense pas. Au pire légèrement asocial par certains côtés (je précise que je plaisante) mais c'est ma façon d'être, le JV ici comble le vide, il ne le crée pas. Je sais donc que pour la grande majorité des gens, il n'aura pas d'effet d'addiction au sens lourd du terme.

Par conséquent et je l'ai souvent dit, sans être un professionnel de la santé je refuse qu'on fasse du JV en tant que média un bouc émissaire. Parce que les jeux vidéo, pris dans leur globalité, ne sont pas une drogue. Si addiction il y a, elle est liée à des pratiques problématiques, par une vie sociale défaillante elle même causée par une multitude de facteurs. Le JV peut ici servir d'exutoire pratique, mais ça n'est qu'un parmi d'autres. Le désigner comme instigateur du problème me semble donc aussi à côté de la plaque que de voir la société américaine 60's considérer le rock'n'roll comme la musique du diable propre à dévoyer la jeunesse. Et je ne peux m'empêcher d'y voir aussi un mépris de génération.

Difficile pourtant de dédouaner l'entièreté de la production actuelle car de plus en plus de pratiques commerciales de l'industrie visent directement à accrocher plus que de raison le joueur pour lui soutirer du fric : ça a commencé avec les MMORPGs et leurs mondes persistants (qui ont entrainé l’appellation de no-life) qui obligeaient par ricochet à se connecter très régulièrement au mépris de sa vie "hors-jeu", mais à l'époque ça n'était qu'une déviance causée par une boucle de gameplay novatrice. La situation aujourd'hui a évolué et les choses sont beaucoup plus critiquables dès lors que traire le joueur comme une vache à lait est devenu l'objectif. Dans une société qui déjà utilise massivement la gamification pour attirer le client, on se doute bien que des pratiques du jeu vidéo comme les Free-to-play ou les gacha-games ne sont pas là pour faire dans l'humanitaire. Les premiers vous permettent de jouer gratuitement mais vous pousseront sans cesse à passer à la caisse pour pouvoir évoluer (plus facilement ou tout court) dans le jeu jusqu'à parfois avoir payé plus cher qu'un jeu habituel. Les second sont l'équivalent d'une pochette surprise ou d'une machine à sous, puisque vous pouvez "ouvrir des boites/caisses/cristaux/etc." pour obtenir personnages ou autres breloques inutiles qui rejoindront une collection. Et à la différence des jeux type Pokémon et autres TCG dont les actions pour toucher au but sont connues au départ, seule la chance (ou plutôt une RNG inconnue) vous permettra de toucher au but, rendant ces jeux virtuellement infinissables sans hypothéquer votre baraque - et y passer vos journées.


La constante de ces jeux c'est qu'ils obligent à se connecter régulièrement, souvent plusieurs fois par jour, ne serait-ce que pour quelques secondes. Le jeu fait alors partie de la vie au même titre que le brossage de dent. Quand on voit comment certains s'accrochent à leur portable, aux réseaux sociaux au-delà de tout sens commun, on voit bien à quel point la même chose transposée à une pratique ludique - qui vise donc le plaisir au départ - peut être dévastatrice. Manque de bol ce type de mécanique tend à essaimer dans tous les genres de jeu ces dernières années, notamment avec la pratique accrue des Lootbox qui fait polémique depuis 2017. Et contrairement au JV dans son acceptation classique, elles sont à même de vraiment influer négativement et directement sur le joueur au même titre que l'addiction au jeu d'argent.

On voit également émerger un type de joueur de plus en plus "accro" (notez les guillemets) à cause des jeux de type DOTA et autres MOBA, voire à leur déclinaison de type Overwatch, dont l'aspect compétitif est mis en avant soit par la professionnalisation de l'e-sport, soit par les nouvelles façons de le consommer (la démocratisation du stream Twitch, des VOD Let's Play). Puisque les joueurs se mesurent constamment les uns aux autres et sur le plan international quelque soit leur talent, qu'ils doivent généralement agir en équipe, cela les "oblige" à s'entrainer plus que de raison et à des heures indues, et fatalement ça peut aller à l'encontre d'une vie sociale extérieure épanouie. Ne pas oublier non plus la pression de satisfaire son audience de la part de non-professionnels. Tous n'auront pas de problème à le gérer mais difficile de ne pas voir le nombre croissant de naufragés.

Une fois ce constat fait, difficile de reprocher à l'OMS de prendre la problématique en compte. Loin d'un Casus Belli à l'encontre des joueurs et de l'industrie, ce changement de vision relève peut-être de la nécessité. C'est un fait, la pratique du JV change avec les évolutions technologiques et avec elle les pathologies qu'elle peut participer à développer. Je reste à convaincre mais si cette reconnaissance du trouble spécifique au JV comme maladie peut permettre une meilleure prise en charge des malades, alors elle sera pour le mieux. En espérant, d'ici que les premiers retours d'expérience arrivent, ne pas voir cette note officielle utilisée dans un but hostile.

Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
3 commentaires
Shadow

le 02/07/2018
Ton propos/point de vue est intéressant, je le partage.

@maxff9 : ça n'a pas l'air facile pour ton ami, et je comprends tout à fait ce que tu mentionnes comme un « cercle vicieux » ; les personnes malheureuses ont souvent du mal à le reconnaître, et à demander de l'aide...
maxff9

le 19/06/2018
Sans partir dans tous les sens, je pense qu'en effet le jeu vidéo semble parfois davantage combler un vide et non le créer au début mais au final ça n'est qu'un cercle vicieux. Plus on comble le vide par le JV, moins on s'ouvre au reste, plus on a un vide à combler...

Perso j'ai un très bon pote que je connais depuis plus de dix ans qui m'a tout l'air d'avoir sombré. Il est sans emploi, n'a plus d'amis IRL et se contentent de jouer aux jeux en ligne sur sa PS4, encore et encore (R6S, Destiny etc). Aux premiers abords, ses jeux semblent être le problème mais les enlever ne va pas aider. Avec un autre ami, il faut qu'on arrive à trouver des activités (à groupe restreint sinon il vient pas) qui l'intéressent pour essayer de changer l'équilibre mais c'est pas évident et ça me peine vraiment... Il a clairement besoin d'aide mais il ne l'acceptera jamais et préférerait ne plus nous voir que de faire un effort.

De mon côté, j'adore vraiment le jeu vidéo comme moyen de raconter une histoire, ou plutôt de "vivre" une histoire. Je ne joue quasi qu'exclusivement à des jeux solos. pour le moment, j'ai bien plus envie de passer la soirée chez moi à geeker qu'à aller voir mes amis. Par contre je suis incapable de dire si cette partie asociale de moi m'est inhérente ou si elle s'est créée petit à petit avec les jeux vidéos.
En fait, si je sais, c'est inhérent xD
Morm

le 18/06/2018
En effet je n'étais pas au courant de cette nouvelle classification.

Sinon, je suis tout d'accord avec toi
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 sur Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox