haut_menu
Infos Blog
Nippon ni mauvais
Bonnes surprises et infâmes bouses de la production japonaise
Crée le 26/12/2015
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Mars 2019>>
LuMaMeJeVeSaDi
25262728010203
04050607080910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
haut_menu
Blogs recommandés
Bilan 2018 : du neuf avec du vieux
Par cKei, le 03/01/2019 à 13h18 (384 vues)
Catégories : Bilan, Critique RPG, Jeux vidéo, RPG
Au moment de cliquer sur "nouveau billet" pour donner un titre à ce bilan, mes neurones enclenchent leur ballet pour passer en revue tout pseudo-jeu de mot ou référence. Pas grand chose de drôle, de satisfaisant pour représenter une nouvelle année assez compliquée sur le plan personnel (enfin, plus que les précédentes, rien de grave) et un peu morne question RPG. Je prends donc ma liste de jeux 2018 et un motif s'impose soudain : aucun - AUCUN (bon peut-être un) - titre qui ne soit pas une repompe directe, un nouvel épisode à peine maquillé, un remaster ou un hommage appuyé à quelque chose d’existant et codifié. C'est étonnant quand même, d'autant que beaucoup considèrent 2018 comme un grand cru du JV. Mais pour moi c'est un fait, ça n'a pas été la plus originale ou la plus flamboyante. Juste quelques titres pépères et de bonnes marottes personnelles qui m'ont pas mal occupées ces douze derniers mois.


Comme à mon habitude, pas de "top" mais une liste critique que j'espère exhaustive, accompagné s'il y a lieu d'un lien vers ma review ou article. Cette année je m'inspire du forum Merlanfrit et du western Leonien pour classer les jeux dans trois catégories : Good (les bons jeux) / Bad (les... mauvais jeux, du moins ceux que je considère comme pas terribles) / Uglies (l'entre deux ou les jeux bien pétés par un aspect ou un autre). Sans plus attendre...


The Goods

Monster Hunter World

Review positive mais mesurée.

C'était LA grosse sortie du début d'année, celle qui promettait d'ouvrir la série au delà de son public de connaisseurs : vers la masse, notamment grâce à une refonte graphique qui, sans être spectaculaire, était bienvenue. Et la promesse est tenue sur à peu près tous les plans. Si l'on excepte une méthode d'apprentissage pas toujours au point pour les nouveaux venus submergés d'informations et quelques fonctionnalités idiotes (l'impossibilité de faire de la coop directe dans les missions scriptées), cet épisode World est une réussite, de celles qui font péter les records de son éditeur. Probablement le RPG de l'année pour beaucoup, voire un GOTY certain à égalité avec le très attendu Red Dead Redemption 2.

Sauf qu'à titre personnel, le contrat était loin d'être rempli. Je vois bien que c'est indéniablement un très bon jeu, ma review est plutôt positive. Seulement pour avoir fait tous les Monster Hunter depuis Unite sur PSP, soit dix ans de chasses en solo quasi complet, je ne vois pas en quoi World est révolutionnaire ; c'est "simplement" une mouture rendue populaire d'un concept qui a fait ses preuves depuis longtemps. Pas de quoi pavoiser, et je dirais même que je me suis lassé beaucoup plus vite (à vue de nez 2x plus, environ 70h de jeu) d'un contenu qui tend à tourner en rond très rapidement. Du coup je sors ma carte blasé et je recule de huit cases.

Radiant Historia Perfect Chronology

Relationship : it's complicated. La review viendra en temps voulu.

La première fois que j'ai entendu parler de Radiant Historia, c'est sur recommandation enthousiaste de ma très chère Lisore. Le soft faisait partie de ces quelques JRPG DS qui me manquaient et j'ai donc acquis la cartouche sur le tard dans une période déjà bien remplie. Et autant je voyais bien ce qui avait conquis les joueurs d'époque - c'est du tour par tour assez classique avec quand même pas mal d’idées originales - autant je n'ai pas été captivé plus de quelques heures.


En voyant le jeu ressortir sur 3DS en début d'année, j'ai eu envie de lui redonner sa chance. Bon ça a attendu quelques mois quand même, le temps pour mon backlog de se vider et le jeu de s'affiner comme le bon vin. Et en bouche un gout tout à fait exquis : dans la mesure où c'était déjà plutôt typé oldie en 2010, ça n'a pas tellement vieilli et si les nouveaux artworks ne seront pas du gout de tout le monde c'est tout de même un changement assez anodin. Pour le reste le système de combat basé sur la maitrise du placement ennemi avec les coups spéciaux est cool, et la progression dans le jeu est assez sympa aussi. Le truc c'est qu'à un moment on arrive à une sorte de routine, les voyages temporels sont un peu trop scriptés vu qu'on n'a que deux timelines qui se bloquent régulièrement pour obliger à avancer dans l'autre, et les quelques ajouts ne suffisent pas à tout relancer. A l'heure actuelle je suis allé beaucoup plus loin que la première fois mais j'ai de nouveau lâché le jeu pour un autre, sorry BB. Par contre ma 3DS est à portée de main, vu que je pense que j'en sais assez cette fois pour le reprendre au moindre temps mort dans les actualités rpg.

Octopath Traveler

Review 100% 90's

La grosse actualité de l'été, c'était justement du neuf avec du vieux. Plus exactement une de ces nouvelles licences JRPG qui miment les grands classiques de la période SNES, j'ai nommé Octopath Traveler. Un gros tiers de Romancing SaGa, un soupçon de Live a Live, un peu de Bravely Default pour la forme et on termine par OH PUTAIN J'AI RENVERSé LA TOTALITé DU FLACON D'OST EPIQUE, plus la place pour le scénario.

Oui le jeu a de gros défauts et en premier lieu un concept qui fait évoluer les trames narrative des huit personnages indépendamment les unes des autres, ce qui fait qu'on n'a pas cette sensation de liant qu'un FFVI pouvait avoir en son temps. Pour autant le jeu a un gameplay tout à fait correct et même assez addictif, une DA qui a de la gueule, une durée de vie dans le haut du panier et, chose beaucoup moins prévisible, ce qui est pour moi la meilleure bande-son de l'année, si ce n'est des années précédentes. C'est fait par un inconnu et ça donne toute sa saveur à cette aventure anthologique, une vraie bonne surprise.

Valkyria Chronicles 4

La review, à l'heure actuelle, est coincée sur un iceberg. J'updaterai dès le dégel.

Je suis un grand fan du premier Valkyria Chronicles, c'est pour lui que j'ai acheté la play3 et je l'avais bien essoré. Je le considère encore aujourd'hui comme l'un des meilleurs RPG tactiques jamais créés, et j'avais déjà expliqué à quel point je fus déçu qu'il n'influence pas plus la production. Et les 2ème et 3ème épisodes ont beau ne pas être aussi ambitieux, il n'empêche que ce sont de bons Tacticals aussi. A l'annonce de Valkyria Azure Révolution j'étais comme un ouf (tavu) jusqu'à ce que j'apprenne à quel point ça allait partir en live, du coup j'ai été soulagé - mais prudent - lorsque j'ai su que Valkyria 4, déjà, allait exister (un bon point) mais reviendrait en plus aux fondamentaux.

Ça c'est pour le contexte, et c'est ce qui explique pourquoi malgré toutes ses qualités Valkyria Chronicles 4 m'a beaucoup déçu : c'est tout simplement une remise à niveau du premier opus qui veut se faire passer pour une suite parallèle. On retrouve globalement à l'identique les mêmes mécaniques, les mêmes types de batailles qui demandent les mêmes tactiques, et les bons changements apportés par les épisodes PSP sont repartis à leur état initial, dommage. d'autant qu'à côté les rares nouveautés ont tendance à être mal intégrées. Bref un bon jeu dans la lignée du premier, mais qui risque de décevoir les fans.

Dragon Quest VIII 3DS

Une review gluante apparait

DQVIII n'est certainement pas le DraQue le plus original dans son déroulement et son concept narratif, en revanche c'est celui que j'ai toujours considéré comme le plus "complet". Celui qui profite de la PS2 et de son Cell-shading pour proposer une aventure dense, un bon système de combat (proche des habitudes de la série mais avec quelques ajouts sympas comme l'escouade de monstres), un scénario long et prenant, plein de quêtes annexes, des superboss, un système d'alchimie qui permet d'exploiter des mécaniques, une bonne bande-son... *burp*. Ce que j’appelle parfois un "JRPG total" au même titre que les FF PSone, chose assez rare pour la seconde série de square Enix.

Et sur 3DS peu de choses ont évoluées, mais malgré un downgrade graphique flagrant ça reste tout aussi bon que l'original, ce qui sera parfait pour les nouveaux venus ou les nostalgiques.

Labyrinth of Refrain: Coven of Dusk

Partie en cours, review complète à venir.

Etrian Odyssey mis à part, ça fait un moment que je n'ai plus fait de vrai Dungeon Crawler. La période PSVita est passée et la mode avec elle, ce qui n'est peut-être pas un mal. Parallèlement je suis en gros manque de Disgaea, ou au moins d'un JRPG regorgeant de systèmes et mécaniques complexes. Et là, paf, arrive donc Labyrinth of Refrain qui mêle habilement les deux. Dingue !

Je vais être honnète, je n'attendais pas grand chose de ce premier D-crawler pur-jus made-in Nippon Ichi, et quand j'ai vu que le scénario était dans la lignée du pas terrible The Witch and the Hundred Knight, j'étais pas très confiant. Les personnages sont quasiment tous détestables, les évènements franchement horribles dans leur résolution (pas gores, juste gênant. Pour donner une idée, dans TWatHK une antagoniste se fait transformer en souris et violer par toute une portée de souriceaux. Super -_-), l'humour merdique (reviens Disgaea ils sont devenus fous) et plein de sous-entendus sexuels cringy AF et ce qu'on nous raconte n'est pas super intéressant de toute façon. Sauf vers la fin où ça explose bien. Mais dans ce style de jeu ça reste marginal, l'important est ailleurs.

Et pour le coup le jeu se rattrape bien sur les idées de gameplay. D'un côté la forme reste traditionnelle, on se balade dans des donjons case par case en vue subjective, les combats se déclenchent quand on entre en contact avec un symbole ennemi et se font au tour par tour. De l'autre ça regorge d'originalités. Le fait de pouvoir casser certains murs pour trouver ou non des trésors ou des raccourcis en est un, il y a tout un système de mana à accumuler, un autre pour multiplier l'XP en prenant des risques... Et des sortes de simili-FOE, des ennemis beaucoup plus puissants que les autres qui demandent en général d'être contournés la première fois qu'on les croise.

On sent d'ailleurs une certaine influence Sekaiju no Meikyû, qui a tendance à ne pas être maitrisée. Par exemple, certains coups critiques "gore" viennent affaiblir le perso ou l'ennemi touché qui perd un membre, un peu comme les Binds. Mais à la différence près que c'est non seulement permanent (jusqu'à guérison à la base) mais aussi totalement aléatoire. Donc chiant et ingérable. De façon générale, pas mal d'aspects du gameplay étaient inutiles, on a ici une mécanique de karma, des Echos, des combos, plein d'éléments d'attaque et d'altération mais au final on n'a que peu de prise sur eux et on finit par faire avec, c'est totalement transparent dans la gestion du jeu.

Pour le reste la création d'équipe nous amène à gérer pas mal de choses plus ou moins faciles à appréhender, entre la classe de personnage (seulement 8 différentes , plein de choix qui influent sur les statistiques et évolution, les armes et équipements à porter. C'est extrêmement riche, limite trop, mais on a l'embarras du choix pour exploiter certains trucs Disgaea Style. Et les persos peuvent transférer leur âme dans un autre corps pour varier les passifs et améliorer leur potentiel. Et en combat, on se retrouve à manier jusqu'à 15 personnages organisés en Cabales, sans compter les personnages de soutien. C'est une évolution très progressive, parfois déséquilibrée (les sorts magiques sont mal gérés et peu efficaces sur la première moitié du jeu), mais on passe par plusieurs phases dans une aventure finalement longue pour ce style de jeu (en ligne droite, on dépasse allégrement la 60aine d'heures) et c'est assez addictif.

C'est en tout cas un des meilleurs jeux de l'année (à son niveau, soit les jeux de petits devs) pour moi, et j'espère voir un jour une suite améliorée et expurgée de tous les trucs inutiles cités plus haut.

The Uglies

Dragon Quest XI

Review déjà faite par un autre, now merlanfrit is my best friend.

L'autre grand jeu qui déçoit avec VC4, et celui-là est encore pire : il manque vraiment de saveur. Pourtant les ingrédients sont là. Une équipe classique mais où chacun a sa place (mages, voleur, héros, paladin, comique de service etc.). Un scénario long avec pas mal de rebondissements et un gros post-game. Des graphismes franchement pas dégueulasses avec des cinématiques du plus bel effet et des modèles de monstres très fidèles à leur sprite d'origine, FFXV-style. Une mécanique d'évolution par spherier qui tient la route, agrémentée d'un nouveau système d'alchimie. Pas mal de références à l'univers de la série. Sur le papier tout est là pour que ce soit un bon jeu.

Sauf que, et j'en suis le premier désolé, ça ne marche pas. L'absence d'un gimmick narratif global fait déjà tache - le jeu se contente de reprendre le monde semi-ouvert déjà tenté dans le 8 avec moins de maestria et des zones encore plus vides - et Square-Enix (pour la seconde fois en solo) s'est contenté de remplir les espaces avec des collectibles et un jeu de cibles à trouver qui passe le temps, ou plutôt l'étire inutilement. Mais surtout, et c'est à mon sens plus grave, l'équilibrage de difficulté du jeu fait qu'on n'est quasi jamais en danger sur les deux premiers tiers de l'aventure, soit plus de 50h au bas mot pour qui veut tout faire. Et si on roule sur le jeu, on n'a de fait jamais le loisir de profiter des armes puissantes et des techniques qu'on peut développer avec le sphèrier, c'est hyper frustrant. La base est là, et par une simple envie de l'éditeur de privilégier le grand public plutôt que les habitués, on casse tout. Ça m'a inspiré cet article mais j'en ressors vraiment déçu, surtout après tant d'attente.

Pokémon Cristal

N'espérez évidemment pas d'article, mais voilà un dresseur qui chante les Mystérieuses Cités d'Or.

Bon là je le cherche et le jeu n'y est pas pour grand chose, mais qu'est-ce que ça a vieilli ! Pokémon, sans être ultra-fan (ceci n'est pas la version ultime d'ultra-soleil/lune) c'est une série que j'aime et pratique depuis 1999. Bientôt vingt ans, et c'est probablement mon premier JRPG ever, avant FFIX. Pour dire comment la version rouge m'a marqué (tout est de sa faute, en gros). Attention, ce que j'aime ce sont les RPG Pokémon, pas le merchandising ou l'anime. Mais du coup je me refais régulièrement une partie une fois l'an, soit sur les nouvelles versions soit sur les remasters réguliers. D'ailleurs j'ai acheté celui-là sur un coup de tête à la fnac en pensant que c'était enfin le remake de la seule Gen qui me manque à faire (Perle) alors que c'était juste un code Virtual Console pour la génération 2 que j'ai déjà fait... 4 fois minimum si je compte bien chaque version que j'ai possédé.

Bon bref, Cristal c'est la version améliorée de Or/Argent, qui déjà à l'époque brodaient sur la formule des premiers jeux en l'améliorant à peine à grand coup de map étendue et de fonctionnalités accessoires. La nostalgie de cette période remonte vite mais niveau jeu, c'est aujourd'hui une formule que je trouve un peu simpliste. Probablement aussi que je la connais trop, cette nouvelle partie a été une promenade de santé, même l'Ecrémeuh de Blanche. Et pourtant j'avais cette fois-ci une équipe à l'opposée de mes habitudes, que des PKMN qui en général trainent au fond des boites du PC de Léo.

C'est toujours un bon jeu mais il a fait son temps, aujourd'hui c'est moche et suranné.

Atelier Lydie & Suelle

C'est un jeu de cette année et pourtant je pourrais dire exactement la même chose que ci-dessus vu que les Ateliers se reproduisent plus vite que les pokémons en ce moment.

Je ne vais pas épiloguer (la review est là pour ça), le cru 2018 c'est l'habituel anthologie des deux précédentes équipes avec toujours la même tambouille ou presque : pas mal, mais rien de transcendant.

.Hack//GU Last Recode

On arrive dans les jeux que j'ai commencé, qui m'ont diverti un temps mais que j'ai mais droppé avant la fin. Les .hack en général, c'est une de mes licences favorites des années 2000 grâce à son concept accrocheur de série transmédia mimant les pratiques du jeu online. Sorti - en France - contemporainement à Yureka, bien avant la grande mode des Isekai, avant l'explosion de cette merde de Sword Art Online, il déployait son univers riche et original (à l'époque) au travers d'une série de quatre jeux accompagnés d'OAV et d'une série d'animation, puis de divers mangas et autres supports qui enrichissaient l'histoire.

Sans vouloir refaire toute la chronologie, .Hack//G.U fait partie de la seconde génération de The World et s'accompagnait d'un anime (Roots) aux excellentes musiques, comme toujours. Le problème étant qu'à l'époque ça ne faisait plus vraiment recette et le support vieillissant (la PS2) n'a pas dû attirer les éditeurs occidentaux puisque cette trilogie n'est jamais sorti chez nous. En ce qui me concerne, mon seul contact avec ces jeux est donc passé par l'émulation, le temps de critiquer le premier volet dans ce petit test à valeur de présentation ; mais je n'avais finalement ni le temps ni l'envie de continuer avec le second et troisième dans ces conditions. De fait la sortie de ce remaster en intégrale était l'occasion rêvée de s'y re-frotter et de soutenir la licence.

Et au final... c'est un nouvel échec. Force est de constater que si le concept de gérer les sessions online d'un adolescent à l’existence hors-jeu bien réelle est toujours coolos, joué en 2018 ça a énormément vieilli. L'évolution du scénario est lente et demande si possible d'avoir vu Roots récemment pour être vraiment apprécié, le hardware d'origine est toujours bien visible dans des textures baveuses à peine lissées et pire la refonte du système de combat et d'exploration des donjons m'a beaucoup moins convaincu que lors de la première quadrilogie de jeux. Je crois aussi que je ne suis plus vraiment dans l'ambiance d'époque : c'est un jeu riche qui demande de vraiment s'immerger dans l'ambiance d'une société régie par le virtuel, d'aller lire les nombreuses sources internes (vidéos de médias, articles de presse etc.), consulter les faux-forums du jeu pour y trouver des indices et envoyer de faux-mails aux PNJ pour avancer dans l'histoire. On y avance vraiment pas vite et encore une fois j'ai fini par jeter l'éponge, avant la fin du premier cette fois : d'autres choses plus trépidantes à faire dans l'immédiat.

Tales of Berseria

Que dire. Tales of et moi, "c'est compliqué". J'ai vraiment adoré la série dans ses premiers épisodes SNES/GC, je l'ai suivi toutes ces années (la série principale, pas les spin-offs), je l'ai vu se caricaturer peu à peu jusqu'à l'insulte Xillia 2 qui a été la goutte d'eau, et j'avais juré qu'on ne m'y reprendrait plus. J'ai donc sauté Zestiria en sentant le coup fourré, sans regret aucun. Bon j'avais tenté Vesperia ensuite, qui semble être l'épisode favori de beaucoup de connaissances, sans l'adorer autant qu'on me l'avais vendu. Je pense tout simplement que la série de Bamco vaut mieux que ce qu'on nous sert ces derniers temps, temps qui durent et durent sans donner de signes de mieux.

En laissant passer ces quelques années, j'ai quand même eu envie de lui laisser sa chance. Berseria semblait, d'après les critiques, être d'un meilleur niveau que mes nemesis. Et le début du jeu leur donnait raison, on a une protagoniste (déjà une nouveauté) plutôt cool dans son genre d'écorchée vive en quête de vengeance, dans le pur style de Yuri donc bien plus intéressante que les habituels mioches soulants. Le système de combat, j'avais pas trop d'appréhension vu que c'est le point fort de la série même dans les mauvais jours ; ça fonctionne plutôt bien. Les personnages archétypaux je peux m'y faire sans trop de soucis.

Non, ce qui pêche c'est que ce jeu a exactement les mêmes tics de level-design que les précédents, à foutre de grandes zones vides remplies de collectibles inutiles partout. Et t'as beau savoir que les orbes lumineuses qui respawnent à chaque changement d'écran ne servent qu'à obtenir des éléments cosmétiques ben tu perds quand même trois plombes à toutes les ramasser, c'est compulsif. Et à côté de ça les combats ne tiennent pas la longueur, pas plus que le scénario qui a fini par m'indifférer. Donc j'ai laissé tomber aux 3/4 environ. Dommage, encore une fois ça partait bien.

Fire Emblem Echoes: Shadows of Valentia

Si vous me connaissez un peu, vous savez surement que je suis un gros amateur de T-RPG. Mais pas de Fire Emblem : je n'ai rien contre la série, elle m'a longtemps attirée même. Seulement les rares épisodes (certes pas les plus fameux) que j'ai eu l'occasion de tester ne m'ont pas convaincu. Le côté pierre-feuille-ciseau inhérent au gameplay de la série déjà, s'il est intéressant d'un point de vue tactique pour obliger à penser chaque coup minutieusement, s'accorde mal avec la permadeath, ça a tendance à me rebuter. Et puis tout simplement, je trouve la série un peu fade face à d'autres styles comme les Disgaea, Yggdra ou Tactics Ogre qui ont leurs défauts respectifs mais plus d'impact sur moi. Question de gout.

C'est donc sous les pressions combinées de Lisore et de ma comparse de Podcast Azura, toutes deux fan incontestées de la licence d'Intelligent System, que j'ai cédé à l'appel de Fire Emblem Echo: Shadows of Valentia. *musique d'angoisse*

Et c'était pas si terrible, sur 3DS les options des jeux permettent d'y jouer sans mort permanente, ce qui déjà n'enlève en rien la "difficulté" de l'ensemble mais est surtout beaucoup moins frustrant. Ceci étant, de la frustration il en reste car ce jeu c'est la foire à la RNG. Il faut savoir que FEE:SoV est un remake du second épisode canonique de la série back from 1992 et que ça a sacrément pris un coup de vieux (vous commencez à le voir ce leitmotiv ?). Si j'en crois les divers forums consultés par mes soins l'équilibrage a été refait, et pourtant il reste alourdi par une énorme prépondérance des coups critiques sur le reste des variables de combat. Le fait est que si vous faites les batailles et poncez le jeu de fond en comble (et c'est comme ça que je joue), vous vous retrouvez avec des personnages et équipements surpuissants, capables de taper plusieurs coups qui seront critiques une fois sur deux voire plus, garantissant quasiment à tout ennemi de succomber en un seul assaut, boss compris. Et vu que le reste des tactiques ennemies ne vient pas contrebalancer ce rapport de force biaisé, on a vite fait de rouler sur le jeu avec un ou deux personnages qui gagnent de l'XP quand l'ennemi vient s'empaler direct sur le fil de leur lame pendant que les autres galèrent juste à atteindre la ligne de front pour chopper les restes.

C'est dommage parc qu'au delà de ce problème le jeu m'a semblé sympa, assez complet pour ce style notamment sur la construction de l'équipe. Mais je l'ai laissé tomber peu avant la fin pour un jeu plus enthousiasmant.

The Bads

Atelier Sophie

J'ai beau aimer les transitions logiques, la fin du paragraphe précédent ne faisait évidemment pas référence à Atelier Sophie. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, j'avais sauté cet épisode parce qu'il ne m'inspirait pas avant de m'y remettre avec Firis, et j'avais bien fait : Sophie ça a beau être le point de départ de la trilogie "bien mais pas top" que sont les Mysterious, c'est aussi le plus faible, comme souvent avec les premiers qui essuient les pots cassés. Je vais pas m'étendre parce que j'ai joué moins de 10h avant de craquer, mais c'est non seulement moche (encore plus que d'habitude) mais aussi assez peu intéressant au niveau des mécaniques d'alchimie qui seront heureusement améliorées dans Atelier Firis et Lydie&Suelle.

Regalia: Royal Edition

Pour moi Regalia c'est un gros gâchis. Déjà parce que c'est un objet curieux (un Tactical typiquement japonais Kickstarté avec succès par un studio de devs polonais) que j'aurais vraiment voulu présenter par l'intermédiaire d'une review. Parce que c'est un jeu assez riche dans son style, hybride entre T-RPG à la Disgaea et des jeux de gestion, avec des mécaniques de combat franchement sympas, beaucoup d'humour dans les dialogues et les relations entre personnages. Mais malheureusement il y a un hic : le soft a tendance à crasher aléatoirement en sortie de combat, trop souvent à mon gout et aucune solution ne semble améliorer ça tandis que personne ne bouge côté développeur pour patcher ce bug. Qu'un jeu crashe, bon c'est l'époque qui veut ça. Quand en plus une feature du jeu empêche de sauvegarder quand on veut pour obliger à enchainer les combats tendus dans un donjon, ça peut vite devenir chiant.

Bref j'ai abandonné l'idée et je trouve ça fort dommage parc que je m'amusais plutôt bien *sad violin*

Exist Archive

Celui-là j'ai hésité à le mettre à part dans une catégorie "The Shit". Pour tout dire je voulais me lancer dans une review et au final j'ai abandonné l'idée tellement je n'arrivais pas à trouver une seule chose positive à en dire.

Exist Archive c'est une tentative de Spike Chunsoft de faire "son" Valkyrie Profile Lenneth en débauchant Tri-Ace et Motoi Sakuraba. Une tentative seulement parce que si sur la forme c'est très similaire, au point d'avoir plagié et à peine modifié le battle-system et la progression dans les donjons, le tout est d'une piètre qualité. Chaque compartiment du jeu, hormis le scénario qui use d'une narration beaucoup moins originale (et assez insipide) que VP, est juste un décalque raté. Les combats reprennent les 4 persos associés à un seul bouton de la manette à presser en rythme, et une jauge de furie rappelant les PWS pour achever l'adversaire, mais c'est juste chiant et répétitif et la mécanique de rotation de l'équipe n'a aucun intérêt puisque chaque classe de personnage a des forces et faiblesses associées à sa position. Les donjons en vue de côté sont chiants comme la mort, moches (textures ps2), d'un level-design paresseux et quasiment tous identiques. Et en plus c'est une progression par mission qui oblige à se retaper certains trucs en boucle. Les personnages principaux sont caricaturaux, inintéressants voire horripilants, et les antagonistes inexistants. En fait c'est juste naze.

J'ai droppé le jeu après à peine une dizaine d'heures, et très honnêtement à moins de vouloir volontairement faire un RPG-nanard, passez votre chemin.

The Pas Joués

Bon là il n'y en a que deux, à savoir Ni no Kuni 2 que je n'avais pas vraiment prévu de prendre vu les mauvais souvenirs du premier mais qui m'a été bien vendu par Zali Falcam, et le portage/remaster Switch de The World Ends with You, pris pas trop cher mais j'ai perdu le gout de le faire en lisant les retours qui sont assez unanimes sur la mauvaise jouabilité de cette version. Damnede.

MVP

Dark Souls, la série complète.

Aventure relatée à partir de ce post sur les forums.

Ceux qui me connaissent savent que j'ai un tantinet accroché à la méthode FromSoft depuis une bonne huitaine, que même en dehors des sorties des jeux je me refais régulièrement des parties sur chaque épisodes pour tester des builds. Cette année j'ai essayé de freiner et pour cela, j'ai entrepris de platiner le tout.

Je ne suis habituellement pas friand de trophées, plus exactement je n'aime pas sortir d'une route "normale" de jeu juste pour en obtenir, genre sauter 2000 fois sur place pour obtenir la récompense virtuelle. Mon seul Platine état justement celui de Bloodborne, qui lui s’obtenait naturellement en faisant le jeu par le menu, mais pour les Souls ma façon de jouer (en tentant des builds en changeant de personnages, et surtout en jouant hors-ligne) rendait ça inabordable.

Quand ça m'est venu, j'ai décidé de faire les jeux dans l'ordre en commençant par Demon's Souls, puis Dark Souls, DSII, pour finir par DSIII. J'ai mis environ 3 jours pour D'sS en juin, en refaisant le jeu plusieurs fois pour chopper toutes les armes et sorts ; le plus long aura été un sacré farming d'une Pure Bladestone qui aura pris plusieurs heures. Dans les 25h réparties sur une petite semaine en aout pour Dark Souls, qui a été moins chiant niveau farming mais qui a nécessité pas mal de boucles et d'actions particulières, comme couper la queue de Seath, refaire la questline de Logan, etc.

Pour DSII, fin aout, ça a été beaucoup plus compliqué. Il me manquait beaucoup de choses et notamment des récompenses de serments online, pour lesquelles j'ai dû farmer longuement hors-ligne. Mais j'ai apprécié l'expérience notamment parce que ça m'a permis de faire des trucs inhabituels et de rédécouvrir le jeu avec un build neuf. Même chose pour DSIII fin octobre, avec encore plus de farming sur une semaine.

A chaque fois, je suis passé par plusieurs émotions. Beaucoup de nostalgie, l'impression de la fin d'une époque engagée il y a huit ans avec le premier épisode, un sentiment que je n'avais pas tellement éprouvé au moment de terminer le dernier dlc de DSIII. Une impression de puissance aussi, puisque depuis le temps que je les pratique c'est le jeu qui est devenu la proie désormais ; par exemple, Ornstein et Smough ne sont plus aussi impressionnants et tombent sans trop de difficulté. Pas mal de frustration par contre sur des mécaniques (notamment de loot rare) idiotes ou des enchainements débiles d'actions qui peuvent faire perdre des heures pour une simple erreur. La découverte permanente a été une surprise, puisque j'ai plus de 10 parties sur chaque mais que je continue à trouver des choses, comprendre le fonctionnement de ces mondes d'une richesse décidément assez inégalée. Mais cette fois je suis libre, libéré de l'âme sombre pour me consacrer à d'autres licences. Quoique, peut-être une petite partie de plus ? * part attaché à une camisole encadré par deux messieurs en blanc *



En résumé :

Une année plutôt très éprouvante côté personnel, une bonne déprime sur les six premiers mois liés à divers trucs (sentimentaux, soucis de voisinage, un déménagement long et pénible avec des soucis de FAI), j'ai été pas mal occupé par le boulot aussi où j'évolue dans mes responsabilités (sans évolution de salaire bien sûr :D). Du coup j'ai passé plus de temps sur des activités passives comme les séries télé (je me suis fait des rétrospectives Friends, New York Section Criminelle, Esprits Criminels, j'ai bien apprécie aussi Justified, Brooklyn 99 en décembre, et débuté Better Call Saul).

C'est en partie ce qui explique le peu d'entrain à publier des billets de blogs, certains restent encore bloqués dans le back office, d'autres (les critiques manga) réunis en un seul article quand ça me prend. J'allais dire aussi que niveau RPG j'ai fait moins de jeux actuels (effectivement sortis en 2018), mais en même temps j'ai rattrapé pas mal des années précédentes, papillonné sur de vieilles gloires, beaucoup de parties longues aussi. Ce qui me fait terminer l'année sur 15 nouveaux RPG, c'est dans la moyenne. En contrepartie je crois que je n'ai joué à rien dans les autres genres de jeu, hormis pendant l'irl Legendra (bigup aux hommies d'ailleurs ^^) et pourtant un des premiers achats de l'année a été DBFighterZ, qui est nonchalamment resté sous blister.


Les Hautes-Alpes, en 4k 60fps

En parlant de l'IRL et sur une note plus réjouissante, j'ai pris pas mal de plaisir à discuter JV avec différentes personnes. En chair et en os, via facebook aussi pour celleux qui n'étaient pas accessibles, et une pensée particulière a une personne déjà évoquée pour laquelle je me suis offert un petit voyage dans les montagnes, c'était très cool :) je ne me suis pas encore mis à Discord mais peut-être que ça viendra, parait-il que le channel de Legendra est bien actif. Et celui de l'excellent Calvinball Consortium me tente bien aussi.

On a été assez peu productifs quant au podcast aRPiGi, seulement 5 épisodes mais tous assez sympas et j'espère informatifs. Si vous voulez les écouter, vous trouverez les liens ci-dessous ou à partir de ce message du forum. Espérons qu'on sera plus réguliers en 2019.

aRPiGi épisode 11
aRPiGi épisode 12
aRPiGi épisode 13
aRPiGi épisode 14
aRPiGi épisode 15


Articles à lire :

Outre les reviews, j'ai parfois eu envie d'écrire sur le JV par d'autres artifices que la critique de jeu. Voici quelques-uns de ces articles.

  • Taro Yoko, the biographie/the book : une critique du bouquin publié chez Third Editions par notre ami Elincia.
  • Yureka, voyage au pays du MMO coréèn : Une présentation d'un manga ayant trait au JV, selon un concept que j'avais entrepris quelques année en arrière. peut-être que je le reprendrai un jour.
  • Demokratia ou le JV expérimental : Même chose que ci-dessus.
  • Malades du jeu ? : Ici c'est une réflexion personnelle sur la classification de l'addiction au JV par l'OMS, à la mi-2018.
  • Dilemme : En 2018 j'ai recommencé à écrire chez Merlanfrit après un passage à vide ; cet article est justement une réflexion débutée plusieurs années plus tôt sur les similitudes entre Undertale et Valkyrie Profile : Covenant of the Plume. Ca peut sembler tiré par les cheveux mais n'hésitez pas à lire et commenter ;)
  • Gamme d'Etalonnage : Je me demandais comment parler de DraQue XI sans faire de review, et je suis parti sur une rétrospective des différentes époques de l'équilibrage dans les RPG, par intermédiaire de la série d'Enix.

J'espère n'avoir rien oublié.


Les attentes RPG 2019 :

Catégorie "Yay"

  • Atelier Lulua: the Scion of Arland : Nouvel arc, nouvelle héroïne et un peu de fanservice avec le retour en Arland. Je doute que ce soit formidable mais ça peut le faire.
  • The Princess Guide (mars) : ça ressemble de loin à Grand Kingdom, c'est du NIS et je suis en manque. En l'absence d'un Disgaea 6, ça fera l'affaire.
  • Sekiro: Shadows Die Twice (mars) : C'est pas Dark Souls mais c'est du FromSoft, dois-je ajouter quelque chose ?
  • Etrian Odyssey Nexus (février) : Je doute que ça change des précédents, mais la formule marchait encore dans le 5 donc ça peut être mon Dungeon Crawler annuel (quoique techniquement j'ai pas encore bouclé Labyrinth of Refrain).
  • Pokémon : Depuis que je peste sur le statu-quo imposé par GameFreaks (soit plus de 15 ans), je vais évidemment pas dire non à un RPG Pokémon qui apparemment a envie de faire bouger les choses. j'attends quand même de voir avant de m'emballer.
  • Borderlands 3 : Que dire ? Borderlands c'est pas la série du siècle mais j'ai beaucoup aimé le 2 et TPS, je dis pas non à un numéro 3 s'ils se sortent les doigts. Ceci dit on a très peu de news ni même de trailers, et encore moins de date fixe.
  • Indivisible : comme l'année dernière, c'est un Indie que j'attends depuis que j'ai testé la démo mais il ne se décide pas à sortir.
  • Granblue Fantasy Relink : à en juger par les alléchants trailers et autres vidéos de gameplay, ça a le potentiel pour être un gros et grand RPG de l'année.
  • SEGA Megadrive Classics : C'est une compil qui contient plusieurs vieux RPG d’intérêt, comme les Phantasy Star que j'ai jamais fait. Je l'ai déjà acheté, du coup ça servira à boucher les éventuels trous.
  • Super Smash Bros Ultimate : Je viens de le démarrer et j'ai trouvé qu'il a quelques aspects T-RPG avec le système de niveaux des esprits du mode aventure. Bon OK c'est une blague.


Catégorie "Nay"

  • Sword Art Online Fatal Bullet : je me suis toujours pas remis de cette pige jamais payée à essayer de cerner Re: Hollow Fragment. Il me faut du temps...
  • God Eater 3 : Mauvais souvenirs sur le 2, je me vois mal recommencer sur celui-là.
  • Final fantasy XV episode Ardyn : HAHAHAnope
  • Code Vein : un Dark-souls-like par les mecs qui ont commis God Eater, ça m'attire moins que ça ne me fait peur.


Catégorie Rattrapage :

  • Lost Sphear, Alliance Alive : deux jeux 2018 qui me faisaient de l'oeil mais que j'ai repoussé à plus tard.
  • Ni no Kuni 2, The World Ends with You : comme expliqué plus haut, je les ai déjà acheté. Ca servira de bouche-trou.
  • The Last Ranker : il est installé sur ma PSP mais faut que je sois dans le mood.
  • Shadow Hearts : depuis le temps que je veux le faire, je me dis que je vais bien craquer un jour ou l'autre sous les suppliques des twittas sûres.
  • CrossCode : j'en ai lu du bien, du moins bien... j'ai bien envie de tenter quand même.
  • Undertale, Hollow Knight : Je les avais mis de côté vu que mon laptop a du mal à supporter les JV Steam, mais sur Switch ça devrait passer.


Catégorie "ça a l'air correct mais peu probable" :

  • Nelke and the Legendary Alchemists : Ateliers of the New World (mars) : Le concept d’Atelier fanservice ne m'attire pas des masses.
  • Tales of Vesperia Definitive Edition : j'ai fait le Vesperia original il y a 3-4 ans seulement, je l'ai bien en tête et je ne l'ai pas trouvé si exceptionnel.
  • Kingdom Hearts III : La série ne m'attire plus depuis longtemps. Bon c'est LA grosse sortie de l'année, alors vais-je craquer ? Bien possible.
  • Trails of Cold Steel 3&4 : quasiement aucune chance qu'ils sortent vu l'état actuel d'Xseed, du moins cette année. Sinon ce serait achat direct.
  • The Lost Child : C'est un jeu qui m'attire mais j'en sais tellement peu dessus qu'à l'heure actuelle, c'est pas dans mes priorités.
  • Longest 5 minutes (février) : le concept me fait penser à Z.H.P et quelques autres, donc à priori pourquoi pas mais la période va être chargée, pas une priorité.
  • Langrisser I&II remake : pas encore confirmé chez nous,
  • Grandia HD Remaster : J'adore Grandia mais je le connais déjà par cœur, et en tant que remaster simple je laisserai ça à ceux qui ne l'ont jamais fait.
  • Final Fantasy Cristal Chronicles remake : bif bof. J'avais essayé l'original à l'époque GC, le concept pro-multijoueur m'avait laissé de marbre.
  • Fire Emblem Three Houses : comme expliqué ci-dessus, c'est une série que j'ai du mal à apprécier à sa juste valeur.
  • Monster Hunter World Iceborne : A priori si c'est pour refaire la même chose en boucle une dizaine d'heures de plus, je me vois mal payer pour une extension à MHW. Si l'envie me reprend j'irai plutôt vers le portage de Generations, sur lequel j'ai de meilleur souvenirs.
  • Project Phoenix : un des plus longs running-gags de Kickstarter, je doute déjà qu'il sorte et si c'est le cas j'ose même pas imaginer l'état. On verra les retours.
  • The Surge 2 : j'avais bien aimé le premier malgré ses quelques tares, mais je sais pas si le dev a de quoi relancer l’intérêt d'une suite...

J'en oublie surement mais ça fait déjà un sacré paquet de RPG à gérer. On se retrouve dans un an pour le prochain bilan, mais n'hésitez pas à suivre les différentes reviews, podcasts et autres articles que je relayerai sur Legendra, ses forums, ce blog ou sur mon compte twitter.

Bonne année à tous :D


Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
10 commentaires
Soulhouf

le 12/01/2019
ptain ça c'est du bilan !
Tout le monde me dit que DQXI est fantastique mais ce qui me fait peur c'est son coté trop moderne (cinématiques, combats en 3D, monstres visibles sur la carte, voix...) comme le VIII et IX que je n'ai pas trop aimé.
Sinon on est bien d'accord MHW c'est de la balle. C'est le jeu auquel j'ai plus joué en 2018 car il le valait bien.
maxff9

le 11/01/2019
Ptin t'as tellement geeké mec !
GG et c'est cool que tu écrives sur tes parties. Autant avant ça me bottait de rédiger des trucs sur le net, ou même discuter sur le forum que maintenant faut vraiment que je me motive pour écrire 3 pauvres lignes. REND MOI LA FOI BRO
mimylovesjapan

le 09/01/2019
On est d'accord pour Exist Archiv. Impossible de faire plus de 10h sur le titre tellement c'est répétitif et sans ambition. On dirait un jeu smartphone...
Takhnor

le 05/01/2019
O_O et ben, sacré bilan !
Pour Regalia, c'est dommage pour les plantages, on dirait que la version où y a le moins de bugs c'est la Windows, il me tentait bien vu qu'il est aussi sur Linux, mais apparemment y aurait des glitches...:/
Bonne année!
MeDioN

le 05/01/2019
Wow t'as pas chômé ! J'ai noté 2/3 trucs pour cette année là
Bahamut-Omega

le 03/01/2019
Si ça peut te motiver à la faire, The Longest 5 Minutes est très court. Une douzaine d'heures, sans aucune prise de tête.

Sinon super Bilan
cKei

le 03/01/2019
Merci les filles. Oh et toi aussi Mika

Pour DraQueXI, ben en même temps j'ai vu quelques personnes qui prennent leur pied dessus. Je ne suis pas là pour dégouter les gens

Yaone : pour Regalia je parle de la version Switch, c'est pas sûr que ça ait le même souci sur Steam. Tu peux toujours vérifier.
Mikaya

le 03/01/2019
Super année, super bilan qui me rappel le bon vieux temps merci pour le partage
Mince, si tu veux pas donner envie de jouer à DQXI, met pas une image qui donne autant envie
Selene

le 03/01/2019
Bonne année ! très bon bilan, trop de titres qui m'intéressent. J'espère que je ne serais pas déçue par le DQXI car tu ne me rassures pas du tout surtout que j'ai adoré le 8...
Faut que je teste un Monster Hunter un jour aussi.
Bon courage, rien de mieux qu'un rpg ou qu'une bonne sitcom pour se remonter le moral. ^^
Yaone

le 03/01/2019
Joli bilan.
Tu me fais peur pour Regalia, il traîne toujours dans ma liste de souhaits, mais il me faisait bien de l’œil.
Bonne année, j'espère qu'elle sera plus clémente côté vie personnelle. ^^
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 sur Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox