L.A. Noire - Noire c'est noir
Par Zak Blayde, le 25/05/2011 à 00h40 (1726 vues)
Catégorie : Jeux vidéo
L.A. Noire
Après le succès inconditionnel de Red Dead Redemption du studio Rockstar, ce dernier produisit L.A. Noire, un titre nous permettant d'incarner un policier dans le Los Angeles d'après-guerre. Développé par Team Bondi, le titre utilise le moteur de jeu de GTA, mais au lieu d'être un jeu bac-à-sable comme ce dernier ou comme RDR, L.A. Noire est un jeu d'aventure mâtiné de scènes d'action, très linéaire et dirigiste.

Dans le Los Angeles de 1947, de la morphine du surplus de l'armée inonde les rues et provoque de nombreuses morts, tandis qu'en parallèle un serial killer sévit. Cole Phelps, décoré de la seconde guerre mondiale, est muté de son poste de policier de la circulation pour entrer à la section criminelle.

Le jeu se découpe en chapitres, chacun racontant une affaire. Chaque affaire donne lieu à différentes phases de jeu : inspections de scènes de crime ou d'autres lieux, avec ramassage d'indices, interrogatoires, courses poursuites (à pied et en voiture), fusillades, combats à mains-nues et enfin filatures (à pied et en voiture, encore).

Seuls les interrogatoires présentent une réelle originalité, utilisant le fascinant moteur d'animations faciales ultra réaliste développé pour le jeu pour permettre au joueur de deviner si un témoin/suspect dit la vérité ou non. Le joueur interroge la personne sur chaque fait ou indice en sa possession et doit déterminer si le témoignage est véridique, si une partie de la vérité est occultée, ou si la personne ment délibérément. Si le témoin est déclaré menteur, une preuve doit être présentée. Ce principe rappelle quelque peu celui de Phoenix Wright, où chaque objection doit être appuyée d'une preuve.

Outre les animations faciales étonnantes, le jeu se révèle assez beau, mais souffre des même défauts que les autres produits Rockstar, à savoir une difficulté parfois à afficher les éléments à temps lors de l'exploration en voiture, et aussi d'un bon nombre de textures tout à fait dégueulasses. Comme d'habitude, la surface de jeu démentielle excuse plus ou moins cela. La PS3 est ici exploitée à fond, et on sent qu'elle en bave (ou que le jeu est mal optimisé).

Les autres phases de jeu sont tout à fait classiques, voire franchement bateau (la boxe consistant à esquiver et frapper avec deux boutons).

Le jeu brille par la qualité de sa mise en scène, par son scénario faisant évoluer différentes intrigues en même temps, pour ensuite les faire parfois se rejoindre. Les personnages sont travaillés, et leur interprétation jouit grandement des animations faciales et de la motion capture.

Du coté des déceptions, le ramassage d'indices se trouve être plutôt lourd, tandis que tous les types de gameplay s’enchaînent de façon robotique, sans réel sentiment d'intégration entre eux. Cela est renforcé par le fait que le joueur n'est pas autorisé à sortir son arme hors des scènes de fusillades par exemple, que l'aspect exploration est réduit à la simple conduite en voiture alors que la ville est gigantesque...

La ville manque aussi beaucoup d'identité, alors que le cadre du polar noir aurait permis une présence de l'urbain beaucoup plus prononcée.

On ne peut s'empêcher aussi d'avoir du mal à s’identifier au héros, dont la personnalité ne ressort que très fadement durant le jeu, alors qu'on était complètement dans la peau de John Marston dans RDR. Les personnages secondaires sont même plus intéressants, puisqu'on découvre au fur et à mesure du jeu leur implication politique et leur passé, alors que celui du héros n'est dévoilé que via des flashback de la guerre du Pacifique entre chaque chapitre, qu'on a du mal à raccrocher au présent.

L.A. Noire est donc une semi-réussite, avec son scénario et sa mise en scène excellents qui en font un très bon "film" alors que l'aspect ludique est en retrait, un comble du jeu-vidéo, alors que Red Dead Redemption de Rockstar se révélait un chef-d’œuvre de narration ET de gameplay l'année précédente. L.A. Noire souffre donc de la comparaison avec son aîné mais s'affirme malgré tout comme une belle expérience, sans doute porteuse d'espoir pour un prochain jeu.

Je ne peux en effet que fantasmer sur un véritable jeu bac à sable de la trempe d'un Red Dead Redemption dans le Chicago de l'époque de la prohibition, où le joueur incarnerait un détective privé qui aurait la possibilité de résoudre des affaires en tout genre en collaboration avec la police et serait confronté à l'envie d'appliquer sa propre justice dans un monde où les guerres de mafias et la corruption lui font perdre tout espoir. Un jeu où le personnage serait beaucoup plus mis en avant donc, et où le choix et la non linéarité seraient de mise.

Bonus :
- Le cast complet du jeu http://www.imdb.com/title/tt1764429/fullcredits
- Les acteurs ayant leur copie dans le jeu : http://boards.ign.com/l_a_noire/b8557/202573917/r202590997/

Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
3 commentaires
Elincia

le 28/05/2011
Sympa !
Shadow

le 26/05/2011
Merci pour cette petite critique <
Benjimaru

le 25/05/2011
Plutot d'accord en général, il est vrai que Phelps manque de charisme, et le fait que nous sommes pas si libre que ça... reste au final que c'est un bon titre mais pas la tuerie tant rêvée.
haut_menu
Infos Blog
Role Playing Blog
Bilan annuel Jeux-vidéos et Cine Club Legendra au programme.
Crée le 29/12/2008
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Septembre 2020>>
LuMaMeJeVeSaDi
31010203040506
07080910111213
14151617181920
21222324252627
28293001020304
haut_menu
Blogs recommandés
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox