[Review] Ace Attorney Investigations – Miles Edgeworth, de Capcom
Par Shadow, le 20/03/2010 à 17h55 (10608 vues)
Catégories : Jeux vidéo, Preview & Review


On attendait tous son retour... Je parle bien entendu de l'inspecteur Gumshoe !! Ou pour certains, c'est un amour coupable pour Franzizka von Karma qui suscitait une attente pour le dernier Ace Attorney... Ah, et accessoirement, les fans désabusés par les enquêtes d'Apollo Justice attendaient le grand retour de Miles Edgeworth ; qu'importe, tous ces personnages se trouvent dans le dernier jeu de la série, édité par Capcom en février dernier. S'il est fort regrettable que celui-ci n'ait pas été traduit en français (je teste le premier en VF sur WiiWare, et ça vaut le détour...), il serait dommage de bouder son plaisir : le digne successeur de Phoenix Wright est là ! Et il n'est pas exclu qu'il lui vole la vedette...

Introduction : C'est avec la DS que l'éditeur Capcom s'est trouvé une nouvelle plate-forme capable d'accueillir les portages de l'une de ses dernières franchises, la série des Gyakuten Saiban. En occident, cela a permis aux joueurs de découvrir les aventures de Phoenix Wright, jeune avocat souvent bien entouré (il trouve toujours une ou deux jeunes femmes pour l'accompagner) et surtout un peu prodige. La série de Capcom n'a jamais eu pour vocation d'être réaliste, sans être pour autant uniquement parodique, et c'est tout le paradoxe ; il faut y "jouer" pour le croire, mais malgré son humour débordant, tout épisode de la licence reste une occasion de se creuser la cervelle afin de résoudre des enquêtes toutes plus tordues les unes que les autres. Si Apollo Justice (Saiban 4 au Japon) avait continué la tradition en apportant un peu de renouveau dans la jouabilité (en tant que premier épisode exclusif à la DS), c'est à présent de l'autre côté du barreau que Capcom nous propose de passer. Gyakuten Kenji, ou Ace Attorney Investigations de par chez nous, est une spin-off dans laquelle on incarne un procureur renommé. Celui-ci n'est autre que Miles Edgeworth, le vieil ami/ennemi juré de Phoenix. Pour autant, est-ce que le jeu est si différent de ses prédécesseurs ?



À l'instar de la démo diffusée en ligne par l'éditeur, le jeu démarre sur les chapeaux de roue : à peine rentré d'un voyage, Miles n'a pas le temps de défaire ses bagages, que son bureau est devenu une scène de crime ! L'affaire est forcément personnelle, aussi le jeune procureur commence-t-il à enquêter, avec l'aide de son partenaire de toujours, l'inspecteur Dick Gumshoe. C'est par là-même l'occasion de présenter la plupart des mécaniques du jeu. On retrouve les incontournables preuves, qui peuvent être présentées aux témoins afin d'obtenir des explications ; mais aussi, et voilà une nouveauté de cet épisode, être utilisées pour pointer une contradiction avec un élément du décor. Ceci aboutit généralement à la mise en mémoire d'une idée, qui pourra être associée par l'esprit logique de Miles avec d'autres, afin de mieux comprendre le contexte des évènements étudiés.

En dehors de ces deux petites nouveautés par rapport aux autres opus, on ne manquera pas de noter que les personnages évoluent désormais en 2D dans les décors, qui ne sont plus une simple suite de fonds d'écrans statiques. Au final cela ne change pas fondamentalement les choses, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, la liberté de mouvement est réduite : en effet le jeu se découpe toujours en deux phases, à savoir l'investigation et les témoignages. Lors de la première, on est "enfermé" dans la pièce où l'on se trouve jusqu'à ce que l'on ait tout trouvé (rien ne peut être raté). On se déplace donc assez rarement, et il est difficile de se retrouver perdu. La deuxième phase de jeu se rapproche dans l'esprit des séquences de procès de la série principale ; face à une tierce personne relatant ce qu'elle a vu ou ce qu'elle croit, vous devez exposer votre raisonnement afin de parvenir à la vérité. Le mot-clé pour cela est bien entendu "preuve" : pointer du doigt (parfois littéralement !) une contradiction ouvre la voie à une autre explication des faits, et ainsi, l'enquête progresse. Vous pouvez également soutirer des informations supplémentaires en interrompant le témoignage lorsque vous le souhaitez. D'ailleurs, très souvent il est indispensable de faire cela, car ça permet de clarifier certains faits, ce qui se traduit par un discret petit rajout au témoignage initial ; ce sera dans ce cas-là le passage qu'il faudra retenir pour mettre en évidence une "contradiction". Et même si vous n'arrivez pas à contrer l'argumentaire d'un protagoniste la première fois, une vague allusion au problème soulevé par le témoignage met assez souvent la puce à l'oreille. Un peu comme si Miles nous guidait à travers son esprit...

Les fans l'auront peut-être compris, le joueur est particulièrement guidé dans cet opus. Peut-être plus que par le passé, mais peut-être aussi tout simplement commence-t-on à s'habituer aux raisonnements tortueux des scénaristes qui n'ont décidément pas finis de nous étonner. Si l'on peut regretter de deviner dès le début des premières enquêtes l'identité du "bad guy", le déroulement, lui, suit toujours la même dynamique riche en rebondissements qu'on lui connaît. Naturellement, chaque enquête se termine de manière insoutenable, puisqu'elle introduit généralement la prochaine. De plus, toutes les affaires sont liées les unes aux autres, et l'on découvre ainsi au fur et à mesure les tenants et les aboutissants d'un scénario fort prenant. Et même la durée de vie est au rendez-vous, puisqu'on restera facilement une vingtaine d'heures sur les 5 enquêtes qui nous attendent, ce qui est tout à fait honorable pour ce genre de jeu (et de mémoire, l'une des meilleures, sinon la meilleure durée de vie de toute la série).


Que les fans se rassurent, ils auront de nombreuses occasions de crier dans le micro de leur DS...

Mais la force des Ace Attorney ne repose pas uniquement sur la complexité de ses affaires criminelles. Cet univers toujours si "tragicomique" doit son importance à ses personnages hauts en couleur. Les répliques sont garanties d'avoir un certain impact avec des effets sonores bien placés (des BAMS et autres bruitages), d'autant qu'il existe à peu près autant de caractères différents que de personnages ! Cet opus introduit de nouvelles têtes, dont la jeune Kay Faraday et autres représentants de la loi... Contrairement à ce que l'on avait pu craindre avec la pub faite autour de Mr. Portman notamment (un protagoniste rencontré dans la première enquête), le design de ces nouveaux personnages est de grande qualité, et ils s'intègrent bien avec l'univers de Miles Edgeworth. Car au milieu des nouveaux, se trouvent bon nombre de guest stars, qui font une apparition plus ou moins remarquée afin d'apporter leur petit grain de sel à telle ou telle affaire.

Il est toutefois bon de préciser qu'au-delà des apparences, Ace Attorney Investigations se suffit tout à fait à lui-même, puisqu'il construit sa propre histoire, et développe suffisamment la plupart des protagonistes pour que personne ne se sente perdu. On pourra néanmoins parfois regretter le zèle d'un tel fan service : le personnage d'Ema Skyes méritait bien plus que de faire de la figuration ! Espérons qu'une éventuelle suite réparera cette erreur... Les fans d'inspecteur empoté et autre procureur sadique seront en revanche aux anges avec les caméos de cet opus !

Un petit mot, pour finir sur les personnages, par le plus important de tous : le héros. Tour à tour gentleman, puceau à la recherche d'une victoire parfaite, Miles Edgeworth ne peut décemment pas laisser indifférent. Sa personnalité se dévoile à nous sous des angles que l'on n'aurait pas cru possibles jusqu'alors, et nul doute qu'il est un réel atout pour le soft. Rarement un héros aura autant touché et ému à travers une histoire narrée sur une console portable. On pénètre, que Miles le veuille ou non, dans son intimité... Ce qui participe indéniablement à l'humour du soft.

Au final, quelques déceptions "objectives" pourront être retenues : la perte en intensité des séquences de témoignages dans leur ensemble, qui est à relier avec la faible diversité des musiques. Elles étaient par le passé beaucoup plus variées et surtout plus enjouées, et il faut dans cet épisode attendre l'arrivée d'un personnage (et de son thème associé) ou de la conclusion d'une affaire pour véritablement se sentir transporté, ce qui est fort dommageable. On notera enfin que la musique s'interrompt lorsqu'on sort d'un écran, ce qui est encore plus curieux quand on pénètre dans un lieu avec le même fond sonore... Et pour les plus "exigeants", cet opus n'incarne pas un réel renouveau : vous pourrez en effet très vite constater que Miles a troqué son badge de procureur, bien forcé de défendre la plupart du temps des personnes qu'il est le seul à pouvoir sauver d'une méprise...

Conclusion :
En définitive, tout dépend bien souvent de son appréciation personnelle quand il s'agit de juger de la qualité d'un jeu. Ce que certains considéreront comme des défauts pourra être vu comme une qualité par d'autres. Ceci s'applique bien entendu au cas de Ace Attorney Investigations. Les fans aguerris pourront regretter le déroulement prévisible de la trame dans son ensemble ; pour ma part j'apprécie que le jeu apparaisse un peu plus "terre-à-terre", sans pour autant oublier de délirer un bon coup quand il le faut. De même, beaucoup de fans vous diront que cela ne les dérange pas d'enchaîner les affaires plus ou moins liées entre elles (après tout, pour un représentant de la loi IRL, c'est rarement le cas), mais personnellement j'apprécie particulièrement qu'elles soient longues et forment un tout. En plus de proposer un héros fort charismatique et de nouveaux personnages à la hauteur de nos attentes, Ace Attorney Investigations a le mérite de se suffire à lui-même et d'être plutôt accessible aux néophytes. Je n'essaie pas de convaincre qui que ce soit que ce titre me semble au-dessus de l'ultime Phoenix (régulièrement cité comme le meilleur de la série) ; ce que j'essaie de vous expliquer, c'est pourquoi il faut découvrir ce jeu sans plus tarder.

+ Les ajouts de gameplay, même mineurs, diversifient le déroulement des investigations
+ Le plus accessible de la série, AAI ne perd pas pour autant de son génie
+ Edgey se pose comme un personnage principal très touchant
+ Les nouveaux protagonistes à la hauteur des espérances
+ 5 enquêtes toutes reliées les unes aux autres
+ Une excellente durée de vie pour le genre
+ Un nouvel Ace Attorney exclusif à la DS
+ Franzizka von Karma Is Back !

- Réservé aux anglophones
- Ema Skyes, simple figurante ?!

Note Indicative : 18/20


Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
12 commentaires
Toki

le 23/03/2010
Je viens de commencer le tout premier Ace Attorney et c'est tout simplement excellent, merci de m'avoir fait decouvrir cette saga
Shadow

le 23/03/2010
Je ne sais pas trop... Pour moi c'est vraiment kif-kif, vu que ce jeu est le premier de la série depuis... le tout premier, en fait ^^ à être vraiment indépendant des autres opus. Son seul rapport avec ses prédécesseurs, c'est le fan service, et c'est quand même loin d'être le centre de l'intrigue. En plus ce jeu est probablement le plus facile de la licence. Sachant qu'on ne peut qu'avoir envie de jouer à tous les opus une fois qu'on en a finis un, je ne vois pas le mal à commencer par celui-ci.

Toki

le 23/03/2010
Ok merci Lee
Lee

le 23/03/2010
Surtout pas Toki, surtout pas ! Tu te gâcherais une énorme partie du plaisir de la découverte en commençant par celui-ci ou n'importe quel épisode autre que le 1. Il est essentiel de faire les épisodes selon leurs dates de parution respectives.
Toki

le 23/03/2010
Je connais pas du tout cette serie, c'est bon si je commence par celui-ci?
Zapan

le 22/03/2010
Excellente review et bon jeu! Je commence l'enquete 5!! Après la folle enquête 4 pleine de rebondissement et son charismatique boss!
Lee

le 22/03/2010
Lang Zi says : "Give Ema more screentime next time !!!!"

Lang Zi also says : "Good review for an excellent game."
Shadow

le 21/03/2010
A part ça j'espère que le prochain jeu de la licence aura Franzizka en personnage principal (avec pourquoi pas Ema comme sidekick)

Et tu n'es pas le seul !

Non mais sérieusement, Franzizka n'est même PAS sur la jaquette
Amôn

le 21/03/2010
Il l'a pas troqué son badge, c'est juste qu'il préfère le garder dans sa poche (ce qui ne l'empêche pas de le montrer à la moindre occasion ^^)

Bref, un excellent AA qui se place directement parmi mes préférés même si c'est vrai qu'il est plus dirigiste que ses prédécesseurs. Par contre, que les coupables soient facilement identifiable ne m'a pas dérangé (en plus j'ai pas trouvé ça si évident). Au contraire même, j'ai bien aimé ces moment où on connait le criminel, mais où le manque de preuve nous empêche de le faire coffrer.

A part ça j'espère que le prochain jeu de la licence aura Franzizka en personnage principal (avec pourquoi pas Ema comme sidekick)
Shadow

le 20/03/2010
Peut-être que le middle de la dernière enquête est plus surprenant que l'end, mais bon, va donc oublier le "boss de fin" de sitôt... :rire: Coriace dans son genre !

haut_menu
Infos Blog
Filgaia
Terre de mystères...
Crée le 01/01/2009
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Avril 2020>>
LuMaMeJeVeSaDi
30310102030405
06070809101112
13141516171819
20212223242526
27282930010203
haut_menu
Blogs recommandés
haut_menu
Signets
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox