[Review] Xenoblade Chronicles, de Monolith Soft
Par Shadow, le 14/08/2012 à 08h37 (5703 vues)
Catégories : Preview & Review, RPG
Voir la fiche



En ce mois d'août on peut célèbrer un anniversaire : celui de la sortie de la sortie française de Xenoblade. ^^ Certains parlent même d'un avant et d'un après-Xenoblade, il paraît. Faut dire que la Wii tire bien sa révérance avec ce genre de jeu... Cette review est dédicacée à Mikaya~ Et bon courage à tout les autres qui ne l'ont pas encore fini/commencé !

Introduction Découvert en juin 2011 en version japonaise, Xenoblade a suscité chez moi une attente particulière, bien indépendamment de tout le buzz qui est né plus tard sur la toile. Le jeu paraissait fun, un peu complexe à maîtriser de prime abord, vaste, avec un univers et une bande son très riches. Et fin août, je reçois la VF... Un an plus tard et une première partie terminée, il est temps de faire le point sur le titre de Monolith Soft.

Le titre s'ouvre sur une bataille de grande ampleur entre les Homz et les Mekons, les êtres humains contre les machines. Les Homz semblent bien se défendre, et disposent d'un atout non négligeable : la Monado, une épée qui procure à Dunban, son maître, de nombreux pouvoirs. À vrai dire, elle possède tellement de ressources, que les Homz eux-mêmes n'en connaissent pas tous les secrets. Après ces premières batailles, on nous présente le cadre plus général dans lequel va se dérouler le soft : deux géants qui se font face, immobilisés pour l'éternité après une lutte ancestrale dont Bionis (le géant des êtres vivants, par opposition aux Mékons) serait sorti vainqueur...


Après une ellipse temporelle, le jeu nous propose d'incarner trois villageois, amis d'enfance : Shulk, Fiora et Reyn. Ils vivent à la colonnie 9, et leur vie semble bien réglée grâce à la victoire sur les Mékons, remportée l'an passé. Malheureusement, les êtres mécaniques ne semblent pas avoir dit leur dernier mot : alors qu'on pensait la menace écartée, une armée de Mékons envahit la colonnie 9. Les victimes sont nombreuses, et Dunban repousse difficilement les assauts : utiliser Monado l'épuise... C'est alors que Shulk surprend tout le monde, en apprenant à maîtriser la Monado à la place de ce héros de guerre ! Il parvient sans trop de mal à repousser les premiers adversaires, mais un ennemi plus puissant surgit soudain, et là...

L'intrigue de Xenoblade a plusieurs bons côtés. Elle démarre assez fort, et on se prend à s'attacher aux personnages au grés des scènes fortes dès le début (l'attaque de la colonie 9 notamment). Les faiblesses techniques (modélisation des visages, synchronisation labiale) sont compensées par la qualité de la mise en scène : dynamique, avec un bon fond sonore. Les ennemis qu'on affronte ont la facheuse tendance à être titanesques, ce qui n'arrange rien. Bref, on s'ennuie rarement lors des cinématiques, et les premières heures sont du tout bon. Malheureusement le jeu se traîne un peu en longueur, ce qui fait retomber le soufflé après quelques heures : des révélations pas si surprenantes que ça, des personnages qui ne s'investissent plus dans les évènements (pourtant il en faut de la motivation pour sauver le monde) voire qui agacent... Pas un mauvais point en soi, la longévité du titre pourra toutefois constituer un défaut pour certains joueurs, qui aiment qu'après 70h, un jeu cesse de les narguer en repoussant à n'en plus finir le grand final.


Mais parlons de ce qui fait la particularité de ce RPG sur Wii : l'immensité de son univers. Lorsqu'on découvre les géants Bionis et Mékonis, le jeu nous laisse nous en faire une petite idée. Mais celui-ci n'est pas seulement gigantesque, il est dépaysant. Des plaines immenses à une jungle luxuriante, en passant par diverses grottes et autres lieux qui vous réservent bien des surprises (les marais, les monts enneigés), vous ne risquez pas d'oublier le voyage. Les développeurs n'ont pas oublié de truffer les décors de multitudes de petits détails ; on apprécie particulièrement le réalisme lié au passage du temps, symbolisé par l'alternance jour/nuit, mais aussi par les petits aléas météorologiques. Pluie, tonnerre et chute de neige, tout y passe, et cela a une incidence sur la faune présente, ainsi que l'heure de la journée naturellement. Insectes, herbivores, carnivores, créatures plus ou moins virulentes sont au programme. Et comme dans tout bon écosystème, il y a des créatures faibles et des prédateurs, ainsi il n'est pas impossible qu'autour de la colonie 9 vous rencontriez déjà des monstres aux niveaux 70+... Courage, fuyez ! Les monstres ultimes dépassent même le niveau 99, donc autant dire qu'ils doivent être là depuis un petit bout de temps et qu'il y a sans doute une bonne raison à cela. À vous de les destituer de leur place dans le règne animal.

Dommage que dans les dernières heures de jeu, l'univers traversé au long du scénario cesse un peu de nous émerveiller. Mais côté exploration, ce n'est pas d'avoir une centaine d'heures de jeu à votre actif qui vous empêchera de découvrir quelque chose. Et l'exploration est rendue d'autant plus agréable, que le soft dispose d'une bonne distance d'affichage, et de chargements relativement rares (vu qu'ils n'interviennent qu'aux changements de zone, et que chaque zone est gigantesque). Un bon point donc, le jeu est vraiment agréable à parcourir, à découvrir, et on prend plaisir à rester bêtement sur place, ne serait-ce que pour profiter de la bande son.


Le gameplay se révèle assez riche, tout en ne déboussolant pas les habitués du genre : vous contrôlez un personnage, accompagné de deux alliés contrôlés par l'ordinateur. Vous vous déplacez et commencez un combat en temps réel sur la carte : soit un ennemi vous repère, soit vous choisissez de l'affronter. Il est possible de fuir l'affrontement si l'ennemi semble trop redoutable, et si d'aventure vous succombiez de vos blessures, vous recommenceriez au checkpoint le plus proche. Et ça vaut mieux ainsi, car on a vite fait de sous-estimer certains adversaires... Au fil de votre avancée dans un lieu, vous découvrez de nouveaux sites et des repères, qui deviennent tout autant de précieux points de téléportation tout au long de l'aventure.

En combat, chaque personnage attaque automatiquement l'adversaire ciblé ; le leader peut donner quelques ordres simples à ses compagnons ("attaquez la même cible !", "restez derrière moi !") et changer de cible si besoin. Chaque protagoniste dispose d'une palette de techniques de combat, gagnées en montant de niveau, ce qui permet de varier le style de jeu selon vos envies. On peut attaquer l'ennemi par l'arrière ou sur les côtés pour des dégâts ou des effets supplémentaires, et d'autres techniques permettent de soutenir ses alliés, handicaper l'adversaire, etc. Vaincre les ennemis donne des points à répartir pour l'amélioration ces arts, dont le niveau maximum peut être augmenté en utilisant des grimmoires spéciaux.


À noter, la particularité de Shulk qui dispose d'une deuxième palette de techniques, associées à la Monado, et surtout d'un pouvoir bien utile conféré par l'arme, celui de prédire l'avenir. En combat, votre leader peut ainsi savoir à l'avance lorsque certains ennemis s'apprêtent à porter un grand coup. Libre à vous de le contrer en vous protégeant, ou en essayant de déstabiliser l'adversaire, pour le faire ensuite tomber à terre. L'accent est mis sur la coopération : lorsque vous prévoyez une attaque adverse, vous pouvez demander à un allié d'utiliser une de ses compétences. Si l'un d'entre eux est tombé au combat vous pouvez le ranimer, l'aider à se relever s'il est à terre, etc. Et vous pouvez également faire des combos avec les trois personnages qui interviendront une ou plusieurs fois pour attaquer le même monstre. Les dégâts sont ainsi augmentés, et pour certains monstres, c'est le seul moyen de les destabiliser par exemple. Tout ce qui a trait à la coopération est lié à une petite barre de formation, et utilise une petite unité de cette barre (sur un maximum de trois). Lorsqu'elle est vide, il faut la remplir en attaquant l'ennemi, et en utilisant les compétences au mieux (attaquer par derrière si cela confère un avantage par exemple). Lancer un combo avec toute l'équipe nécessite que votre barre soit pleine et cela la vide ; ça peut donc vous empêcher de soigner un allié dans le coma pendant un petit moment, d'où une part de stratégie non négligeable dans les combats.


Après, le jeu reste globalement assez facile, du fait que les découvertes d'un lieu vous rapportent quantité d'expérience, ainsi que l'accomplissement des nombreuses quêtes annexes du jeu. Il n'est pas rare de finir par être trop puissant tant on prend plaisir à explorer l'univers qui s'offre à nous, et on peut ainsi regretter que les développeurs n'aient pas pensé un système à la Final Fantasy VIII, où les monstres s'adaptent aux niveaux des membres d'équipe. Cela aurait permis de rééquilibrer la part de challenge offerte. Elle se révèle en effet très insuffisante en début de jeu, et assez déstabilisante sur la fin, lorsqu'il faut leveler pour tenir la route contre un boss...

Sinon, le jeu regorge de petites choses à faire : les quêtes annexes en constituent une part importante, avec la customisation de votre équipe. Des compétences à effet permanent peuvent être apprises et partagées entre les membres de l'équipe. Renforcer les liens entre eux (par des cadeaux ou en coopérant) améliore votre efficacité lors des affrontements. Chaque lieu regorge de PNJ avec leur propre histoire, et accomplir certaines quêtes revient à faire ou défaire des liens les unissant à d'autres personnages. Tout cela se trouve récapitulé dans le sociogramme, qui indique également quand on peut trouver chaque individu dans la journée. Pour les membres de l'équipe, améliorer l'entente permet aussi de développer leur relation, par des petits dialogues débloquables en certains points du jeu, à la manière des private actions d'un Star Ocean. Dans Xenoblade il y a beaucoup à découvrir et beaucoup à faire, on apprécie pour cela la présence d'un new game +. Détail amusant au passage, un bug dans la version japonaise empêche le compteur de temps de dépasser 99h59, et pour la sortie européenne, Nintendo a du s'apercevoir de ce détail plutôt surprenant, puisqu'on peut enfin jouer plus de 100h à Xenoblade. Réjouissant, n'est-ce pas ?


Conclusion :
Xenoblade s'est fait attendre, mais l'attente fut récompensée par une localisation digne de ce nom, qui permet à un large public de découvrir ce RPG atypique. Long, bien rythmé, avec des décors splendides et une faune impressionnante, le titre de Monolith Soft nous en donne pour notre argent du début à la fin. Son côté MMO offline se marie bien avec la richesse de son univers, qui fait qu'on a toujours envie d'en découvrir plus, si bien qu'on ne compte plus les heures de jeu accumulées. Si le soft a ses défauts, il ne se contente pas d'être l'un des seuls représentants du genre sur la console pour nous satisfaire. Il va au-delà des attentes, et c'est en cela qu'il s'avère bluffant.

+ Localisation en français avec les voix originales en option
+ Le réalisme des environnements (le climat, la faune)
+ Une ôde au voyage, le dépaysement est garanti
+ Des cinématiques bien mises en scène
+ Très peu de chargements
+ La longévité du titre

- Problème de calibration de la difficulté
- Les menus, peu ergonomiques et un brin illisibles
- Des personnages vraiment insipides durant la quête principale
- Des référencements qui manquent et dont on aurait bien besoin (un bestiaire...)

Note Indicative : 17/20.



Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
8 commentaires
Shadow

le 21/08/2012
Courage camarade, un jour tu vaincras! (ou pas )

La prochaine review portera sur un Wild ARMs, au fait. ^^
Mikaya

le 20/08/2012
je la lirai quand je l'aurais finis NA !!!
Ahltar

le 18/08/2012
Je veux bien, mais je ne suis pas très fort en ortho
Shadow

le 18/08/2012
Merci d'avoir souligné le truc qui fait tâche pour mes perspectives d'avenir Il faut vite que je reprenne l'habitude d'écrire des reviews lol. Tu te proposes pour la relecture orthographique du billet?

Sinon j'ai corrigé, c'est juste que les dernières fois je passais avec mon téléphone sur le site, donc c'est moins commode qu'avec un PC XD
Ahltar

le 18/08/2012
Finalement, tu ne veux pas le lier à la fiche du jeu ? (et Xenoblade n'a qu'un 'n' )
Ahltar

le 17/08/2012
Nan je parle d'un lapin sanguinaire. Les gros gorilles sont faciles à tabasser

Sinon, y'a une faute au titre de l'article
Shadow

le 16/08/2012
Exact, c'est un oubli de ma part, je vais corriger cela. ^^

Tu parles du monstre des montagnes? XD
Ahltar

le 15/08/2012
170H pour moi et j'ai quasiment tout fait (il me manque un unique level 110+ je crois et un ou deux lien intra-groupe qui n'est pas au max ^^).

Ce jeu est une merveille !

Tu n'as pas relié ta review à la fiche du site, c'est dommage ^^
haut_menu
Infos Blog
Filgaia
Terre de mystères...
Crée le 01/01/2009
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Septembre 2019>>
LuMaMeJeVeSaDi
26272829303101
02030405060708
09101112131415
16171819202122
23242526272829
30010203040506
haut_menu
Blogs recommandés
haut_menu
Signets
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox