[Now Playing] Une lance démoniaque contre une jeune pucelle
Par Shadow, le 30/04/2015 à 10h30 (876 vues)
Catégories : Now Playing, RPG
Voir la fiche

Dans ce billet je vais revenir sur les deux derniers jeux que j'ai testés dernièrement. Voici l'occasion d'une « association » improbable : l'univers sombre et dépressif de la série Dept. Heaven de Sting, contre les histoires rose bonbon de Gust. Et pourtant, ces deux jeux m'ont surpris, chacun à leur façon... Je vais profiter de ce billet pour vous parler de mes expériences de manière un peu plus personnelle qu'au cours des reviews, alors n'hésitez pas à commenter!


Je commence donc par le T-RPG de Sting. Sorti aux USA alors que la PSP se mourrait, j'avais entendu des échos du jeu par un ami qui jouait à la version japonaise. Même le mode de difficulté normal semblait poser un challenge assez conséquent. J'ai voulu tester par moi-même le jeu dès sa sortie, et le constat a été le même : entre les mécaniques de gameplay que je n'assimilais pas, et l'IA parfois intransigeante, j'ai fini par abandonner ma partie.

La suite de l'histoire est un rapport assez compliqué avec le jeu ; je n'arrivais pas vraiment à rentrer dans l'univers. J'y ai rejoué de manière sporadique, avant de finalement reprendre avec la plus basse difficulté, pour me laisser le temps d'assimiler le gameplay. Et cela a fini par débloquer la situation.


L'histoire du jeu ne semble pas trop sortir des sentiers battus à première vue : le héros fait partie d'un peuple opprimé par un empire tyrannique. Alors avec ses amis, il prépare en secret une révolte... Mais au bout de la première heure de jeu, lorsque l'armée impériale débarque dans le village du héros, Giulio... Gungnir donne le ton, avec une scène que je n'osais croire (venant d'un J-RPG, et aussi tôt dans l'histoire) :
la mort de Teresa, Claude et Noah, les amis de Giulio.


Arrive ensuite l'objet qui donne son nom au jeu : la lance Gungnir. Qualifiée de lance démoniaque, elle permet à son détenteur de décupler sa force. Commence alors une course folle entre un Giulio détruit, et le chef de l'armée adverse, pour acquérir cet objet mystérieux qui dégage une aura puissante. C'est finalement Giulio qui mettra la main dessus, et le joueur pourra constater par lui-même sa nouvelle force. Après la bataille, le soulèvement de la population est imminent. Seulement le groupe de Giulio inclut une jeune fille qui n'est pas n'importe qui, et qui finira par jouer un rôle plus important qu'on pouvait le penser au début. Et si dit comme ça, le jeu a des petits airs de Fire Emblem Path of Radiance (une fille trouvée par hasard, avec des origines cachées), ce n'est pas pour rien. Notamment par rapport à la fin du jeu, qui laisse un léger sentiment d'inachevé. Et pourtant, Gungnir prend une direction très différente de celle prise par Intelligent Systems avec sa série.

Je ne vais pas développer davantage, pour éviter de spoiler, mais aussi parce qu'en écrivant je me suis dis que ça pourrait faire l'objet d'un article « Couples du RPG. » Je reviendrai donc davantage sur Gungnir dans un prochain billet. Ce que je voulais souligner sur mon expérience avec le jeu, c'est que j'en suis ressorti avec un sentiment mitigé. Tout m'a plu, du gameplay aux animations des sprites, en passant par la musique et les surprises de l'histoire. Mais Sting avait, je pense, quelque chose de plus grand en tête pour Gungnir, au vue du nombre incroyable de questions laissées en suspens vers la conclusion de l'aventure. Et j'aimerais vraiment qu'ils aient la possibilité de terminer leur jeu un jour, en sortant une vraie suite à ce neuvième projet de la série Dept. Heaven.


Bref, ce jeu m'a un peu retourné, car il se termine comme il commence, avec un ton juste un peu plus doux qu'amer. Je pensais vraiment qu'en passant à Atelier Ayesha Plus sur PS Vita j'allais être blasé, et pourtant...

C'est ma spécialité de faire les choses dans le désordre, alors commençons par parler de la fin du jeu. J'ai eu la bad ending pour ma première partie (oui j'aime bien traîner, et j'avais cru comprendre que je pouvais le faire avec celui-là... ^^), et c'est plutôt pas mal comme fin en fait, quand on sort d'une partie de Gungnir :

Les retrouvailles avec la petite soeur, qu'on nous a donné comme but depuis le début, se font au bout des trois ans. Mais ce qui aurait sans nul doute dû être un moment riche en émotions est complètement gâché par le fait que Keithgriff « nous ait volé le but de notre voyage. » Assez cynique comme conclusion, et bien trouvé pour un Atelier je trouve.


Ah et vers la fin des trois ans à la ville portuaire, j'ai bien aimé la scène à la taverne où

Ayesha s'évanouit après avoir bu un verre. L'alcool avait été mentionné plusieurs fois pendant son voyage, je ne pensais pas qu'elle aurait « l'audace » d'en boire à sa majorité! Et la scène qui suit avec Ernie est assez énorme également.


Pour ceux qui n'ont pas peur de se spoiler, voici la scène en vidéo :



En rapport avec la scène :

Ce que j'adore c'est comment cette question d'Ayesha est totalement ignorée au cours du dialogue : « Huh? Mais comment j'ai enfilé mon pyjama et atterri dans mon lit? »

Et sinon, la petite réplique lancée par Ernie qui tue : « Tiens, maman t'a apporté un peu d'eau. »




Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
6 commentaires
Ahltar

le 27/05/2015
Ha, tu veux dire que tu t'intéresse aux annexes en fait.
L'histoire principale est close à la fin du titre.
La princesse reprend son trône, Esperanza se fait plus ou moins enculer mais la princesse reste honnête et œuvre pour l'égalité et la liberté. Elle offre même un sacré poste à Giulio, qui refuse pour aller vaquer à ses occupations à l'Est. Et le monde s'améliore doucement.

Après, pour les détails annexes, c'est Ragnus qui bute l'empereur, c'est même dit, l'empereur le reconnais quand il arrive en lui disant un truc du genre "te voila, l'héritier Astral..." et cet héritier Astral devait être un de ses enfants, Alissa n'est pas là, il reste Ragnus.
De plus, Robertus balance à sa fille qu'il est venu pour protéger l'empereur et qu'il l'a trouvé déjà mort, il n'a pas vraiment de raison de lui mentir à ce moment vu que tout est déjà réglé. D'autant plus que sa loyauté envers l'empereur n'était plus à démontrer.
Quand à ce que Ragnus fait ensuite, cela mériterait peut-être un nouveau jeu mais n'a pas d'importance dans l'immédiateté du scénario de Gungnir. Sinon, comme Ragnus le dit lui-même après sa défaite, il commence à peine sa véritable vie, MAIS QUI PEUT BIEN AVOIR PIQUER Veronica APRES LA MORT DE L'EMPEREUR ??? LOLILOOOL
Le clash entre Veronica et Gungnir pourrait survenir dans un Gungnir II ou un autre Dept. Heaven ou même jamais et rester libre d'interprétation.

Après, le combat de Giulio est loin d'avoir été inutile, il a sauvé tout le monde en démontant Ziyad le méchant et a permis ainsi à Alissa de monter sur le trône. Les chevaliers ont alors beaucoup de pouvoir mais Robertus sera loyal (il a ça pour lui) et sa fille est aussi acquise à la cause d'Alissa. La fin est assez clair, Robertus met en œuvre de nombreuses choses pour assurer l'égalité, les Leonicans sont tous devenus citoyens de l'empire et sont libres. Ca prendra forcément du temps de changer les mentalités et les habitudes de tous et on ressent que cela ne va pas assez vite pour les personnages (forcément, ils en ont chié grave et voudrais tout avoir tout de suite), mais c'est clairement sur la bonne voie. je ne vois pas comment tu peux douter

Bref, j'avais beaucoup aimé le scénar de Gungnir et la fin m'avait parût bien savoureuse tout en laissant quelques pistes pour une piste ou notre imagination

Pour la difficulté, tu n'as rien à abaisser, justement, il te suffit de "retry" jusqu'à ce que ça passe :
- l'xp accumulée est conservée entre chaque retry
- le niveau de difficulté du combat va diminuer en conséquence de chaque "retry" (mais les variations sont faible, ça compte aussi beaucoup sur le fait que tes persos grimpent en XP pendant ce temps et que tu expérimente stratégiquement pour améliorer tes performances de joueurs, y'a pas que les persos qui doivent progresser)
- les niveaux d'après seront facilités (calés sur la difficulté du dernier niveau réussi), c'est en fonction de ta note en fin de combat, si elle est bonne, la difficulté remonte doucement

Moi, perso, je ne trouve pas ça punitif ni idiot, c'est particulier comme système mais cela accompagne parfaitement le joueur, je trouve, et tout le monde peut finir le jeu avec juste un peu de persévérance. Cependant, le choc est brutal et peut décourager, c'est vrai, surtout si on ne fait pas gaffe au "retry".

Tu prends un Fire Emblem sans leveling et tu te rends vite compte que c'est l'inverse, si tu n'arrives pas à passer une map dans un FE, c'est vraiment pas gagné car recommencer ne change que peu de chose (cela te donne juste l'occasion de la jouer différemment, tes persos restent identiques).
Shadow

le 26/05/2015
@cKei : tu avais fait une partie en normal non? Parce que la durée de vie de 40h me paraît un peu grande. Sinon le format T-RPG = 25 à 30 missions me paraît assez honorable en terme de durée de vie, surtout pour un jeu sur console portable. Par contre franchement je ne trouve pas qu'il y ait du recyclage de cartes, au plus certaines servent deux, voire trois fois. En tout cas rien de très dérangeant je trouve, d'autant que c'est justifié par le scénario. Après c'est clair que les perso sont assez caricaturaux.

@Ahltar : eh bien j'ai beaucoup de questions qui attendent des réponses moi. ^^
Qu'est devenu le frère de Giulio? Qui a tué l'empereur, Robertus ou Ragnus? Et la lance de l'empereur volée, la « soeur » de Gungnir... Les deux armes sont censées se rencontrer au cours d'un combat il me semble. Rien de cela dans le jeu.
Le combat de Giulio n'a servi à rien, il a été utilisé et on ne sait pas s'il arrivera à faire un monde meilleur pour son peuple.
Et j'aurais bien voulu savoir en parallèle si Alissa allait réussir à se défaire de l'emprise des chevaliers, qui semblent prendre le pouvoir après la rébellion...


Bref, rien n'est vraiment réglé pour moi. Du moins cette fin ne m'apparaît comme une réelle conclusion. Tout au plus la fin d'un acte dans la grande histoire du jeu.

Et concernant la difficulté, oui tu as raison. Mais à mon sens ce n'est pas normal si on se retrouve bloqué à un moment, sans autre choix que d'abaisser la difficulté pour progresser à nouveau. L'idée est intéressante, mais un peu trop punitive je trouve.
Ahltar

le 24/05/2015
Faudra que tu me dises ce qu'il te manque au niveau scénario car l'histoire est bien terminée pour ce dont je me souviens

Et si le jeu est, en effet, difficile, dans le fond il ne l'est pas tant que ça puisqu'il suffit de leveler via le retry pour finalement réussir à boucler les missions les plus chaudes. Et d'ailleurs cela baisse la note du joueur, diminuant d'autant plus la difficulté des missions suivantes. Bref, c'est juste une question de persévérance, un jeu a ne pas donner à Yama quoi
cKei

le 04/05/2015
Je t'avouerai que le scénar de Gungnir ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, je ne me rappelle que de bribes.

J'ai plus été marqué par certains combats par contre: celui contre le "chef" des ennemis (dont j'ai oublié le nom), celui dans la foret contre Isabeli et ses zombis, et quelques uns bien corsés vers la fin du jeu. Surtout que j'essayais de faire une partie parfaite en choppant tous les coffres et armes ultimes, et ça a été bien chaud

Au passage, j'avais testé le jeu sur JVC, tu me diras ce que t'en pense
Shadow

le 03/05/2015
En fait je rapprochais surtout Gungnir de FE PoR du fait qu'en plus de la fille aux origines cachées,
l'histoire ne se termine pas vraiment à la fin du jeu.


Mais je suis d'accord avec toi pour le reste. Enfin par contre je trouve quand même que le début de Gungnir se démarque de pas mal d'autres J-RPG.
Pour moi cette scène reste brutale pour une entrée en matière, je pourrais pas citer 1 J-RPG sur 10 qui possède ce genre d'introduction.
Et puis les personnages on a vaguement appris à les connaître, ce n'est pas comme si on nous parlait de la mort d'un PNJ auquel on a jamais parlé. Le joueur était d'ailleurs en droit d'imaginer qu'il prendrait le contrôle des personnages plus tard dans l'aventure, une fois ce tutoriel passé, justement. C'est en ça que le jeu m'a surpris avec cette scène.
Mais ça aurait sans doute eu plus d'impact plus tard dans le jeu, oui.

D'ailleurs que penses-tu du moment où
Giulio affronte son « frère »? Le fait qu'il continue d'avancer après, presque comme si de rien n'était, m'a un peu dérangé. Même à la fin du jeu quand rien n'est résolu, il ne songe pas vraiment à partir à sa recherche...


Pour Ayesha, j'attendais d'en parler un peu plus dans mon bilan du mois. Le système d'alchimie me plaît bien tel qu'il est, mais il faut dire que je n'exploitais sans doute pas au mieux le système dans Meruru (pour citer un récent). Et le principe de l'album qui pose des petits défis pour obtenir des récompenses, je trouve ça assez sympa, ça rappelle le fonctionnement des J-RPG avant l'arrivée des DLC.
cKei

le 02/05/2015
"Et si dit comme ça, le jeu a des petits airs de Fire Emblem Path of Radiance (une fille trouvée par hasard, avec des origines cachées)"

Ca a des petits airs de n'importe quel RPG, le coup de la fille héritière de civilisation/royaume/pouvoir perdue c'est un cliché des rpgs. FFVII, FFVIII, FFIX, FFVI, Skies of Arcadia, on peut continuer des heures

je ne trouve pas que Gungnir soit un rpg très original, ni d'ailleurs sur la scène que tu décris vu que ce n'est qu'un tutorial, tôt dans le jeu. Malgré les sentiments que tu peux éprouver, ça n'a pas l'impact que ça a pu avoir dans d'autres jeux.

Malgré tout j'ai bien aimé l'aventure, le gameplay fonctionne bien en dépit d'un côté brouillon un peu laborieux, et y'a de quoi faire niveau batailles. Et l'ost est très bonne aussi.

Mon seul vrai problème avec ce jeu c'est que je trouve qu'Yggdra Union, que j'ai fait juste après, le défonce sur quasiment tous les aspects.

_________


En ce qui concerne Ayesha, tu n'as pas dit grand chose du jeu à part la fin. Mais perso si j'adore le concept depuis que j'ai découvert Rorona, Ayesha reste celui que j'ai le moins aimé sur PS3. Rapport aux changements qui font de la création d'équipement une grosse déception en terme de mécanique et possibilités 90% du jeu.
Par contre je suis content de voir qu'ils ont complètement revu leur copie dans escha&logy, qui est le plus complet à ce niveau là.

Je te confirme aussi que la gestion du temps est des plus simples dans cet épisode (comme dans tous les post-rorona), il suffit de bien réfléchir tes actions et même sans forcément y prendre du temps, tu peux tout faire. Sans utiliser de faq, j'ai terminé le jeu avec presque toutes les fins de débloquées, y'a juste UN évènement de Keithgriff impossible à prévoir qui m'a fait manquer la true end :/
haut_menu
Infos Blog
Filgaia
Terre de mystères...
Crée le 01/01/2009
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Aout 2019>>
LuMaMeJeVeSaDi
29303101020304
05060708091011
12131415161718
19202122232425
26272829303101
haut_menu
Blogs recommandés
haut_menu
Signets
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox