[Review] Grandia, de GameArts
Par Shadow, le 13/07/2009 à 22h15 (2416 vues)
Catégories : Preview & Review, RPG
Voir la fiche


Continuons sur notre lancée avec les RPG de GameArts, si vous le voulez bien ? Après Lunar 1/2, les développeurs se sont lancés dans une autre série davantage connue sous nos latitudes : Grandia. Cette saga a connu "seulement" 4 épisodes aux US, et encore 2 de moins chez nous... Cependant, Grandia -premier du nom- est assurément l'un des meilleurs du lot, et on y a eu le droit (même si pas tout à fait en "français", mais bon...). Alors je vous propose de partir à l'aventure en compagnie de Sue et de Justin...

J'espère que cette thématique vous aura plu !
Le week end prochain, je prépare quelques articles qui devraient ravir les amateurs de Tacticals. ^^

Introduction : Développée par GameArts, la série des Grandia a su conquérir le coeur de ceux qui s'y sont essayés. Ce qui marque d'emblée dans le premier jeu de cette saga dont nous allons parler, c'est la fraîcheur du soft : celui-ci détourne habilement les codes du J-RPG, pour donner un résultat emprunt d'une identité bien à lui. Sans plus attendre l'annonce d'un Grandia IV qui tarde, fêtons dignement le dixième anniversaire de la sortie du jeu original sur les PS1 japonaises.

Après la présentation de mystérieux personnages, on se retrouve dans la ville industrielle de Parm, en compagnie de Justin et de son amie Sue. Ces deux jeunes gens sont en pleine chasse au trésor, initiée par l'antipathique Gantz.
Une fois les “raretés” trouvées (un Tablier Sale désignant par exemple l'Armure Légendaire...) nos compagnons retournent au restaurant tenu par la mère de Justin pour y souper. Le lendemain, Justin part voir le conservateur du musée de la ville afin de connaître le résultat des examens effectués sur la pierre d'esprit que lui a léguée son père. Si celles-ci ne se sont avérées probantes, le chercheur fournit cependant un laissez-passer à Justin et Sue, afin que ces derniers puissent accéder aux ruines actuellement étudiées au nord.


C'est ainsi que commence l'histoire de Grandia, qui comme vous aurez pu le remarquer, ne se prend pas du tout au sérieux. Le jeu suit une narration particulière, en s'éloignant relativement des standards du genre, puisque l'ambition première de Justin est d'explorer le monde, et non de le sauver !

Les scènes marquantes s'enchaînent à n'en plus finir, et on s'attache aux nombreux protagonistes au travers des évènements. D'autant que le jeu a une approche très réaliste des choses : pleins de petits détails en témoignent. À commencer par les discussions avec les PNJ qui impliquent régulièrement l'un ou plusieurs des membres de l'équipe (il y a donc une vraie discussion avec la personne), mais aussi les feux de camps réguliers durant lesquels on fait une pause pour discuter entre compagnons de route. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais au travers de tous ces petits dialogues optionnels on parvient à mieux cerner les différentes personnalités. La présence temporaire de certains protagonistes joue par ailleurs avec l'attachement du joueur, qui pourra regretter le départ d'un des piliers de l'équipe.

Pour ce qui est de la narration, celle-ci est d'une dynamique impressionnante : on se laisse emporter par la soif de voyages de Justin, qui nous surprend à chaque minute un peu plus. On ne sait jamais trop à quoi s'attendre avec lui, et il est par conséquent difficile de s'ennuyer : sachez bien que lorsque vous pensez avoir terminé une quête et mérité un peu de repos, une autre aventure se présentera immédiatement !
L'univers de Grandia fascine d'ailleurs par la recherche effectuée, décrivant des civilisations disparues (dont seules des ruines et légendes peuvent témoigner de l'existence passée). Régulièrement, des séquences en images de synthèse -voire même des dessins animés- accompagneront un évènement, et enfin certains moments-clés sont doublés (plutôt rare sur PS1), dégageant ainsi des scènes toute l'émotion qu'elles doivent susciter. Les musiques se couplent qui plus est à l'action, et nous décrivent divers sentiments ; le deuxième thème de combat, en particulier, est assez épique et très entraînant. Bref l'univers et la présentation de ce dernier témoignent de la maîtrise des développeurs en la matière, et Grandia est un appel à l'aventure de tous les instants.


Mais, car il y a un mais, la découverte est d'une extrême linéarité. C'est paradoxal, et pourtant très souvent il est impossible de faire machine arrière lorsque vous quittez un lieu, son accès étant condamné tôt ou tard. Un point qui fâche certes, mais après tout... Justin n'est qu'un gosse, il n'a pas de super pouvoirs ou de super véhicule pour se déplacer ; alors non, il ne peut pas parcourir le monde en quelques minutes comme il l'entend, et un voyage d'un continent à l'autre se fait dans un sens...
Dans la pratique, l'envie de continuer l'aventure se fait de toute manière sentir, et certains pardonneront donc bien vite le jeu sur ce point.

D'autant que la 2D du soft a plutôt bien vieilli, et que les décors traversés (forêts, montagnes...) sont colorés et souvent originaux (avec des plantes un peu étranges sur le Nouveau Continent, ou bien la possibilité d'interagir avec des éléments du décors pour des animations cocasses). On regrettera cependant les textures qui tremblotent, ou encore quelques discontinuités sur certaines structures ; enfin, la version PS1 accuse de nombreux ralentissements qui cassent le rythme de l'exploration.

L'arrivée dans de nouveaux lieux s'accompagne des traditionnelles visites à l'armurerie du coin : les équipements sont souvent onéreux et il est possible d'en trouver certains dans les donjons suivants. D'où la nécessité de gérer ses achats, d'autant qu'un personnage peut équiper différents types d'armes, ce qui n'est pas anodin pour son évolution (nous y reviendrons). La particularité du soft vient des Mana Eggs, qui contiennent des magies. Il faut les trouver en dehors des villages et les utiliser pour attribuer un élément à vos personnages.


L'évolution dans Grandia a ceci d'intéressant qu'elle est tout sauf linéaire. Ainsi l'apprentissage de magies passe par l'utilisation de Mana Eggs on l'a vu. Mais une fois que vous les avez obtenues, ne comptez pas apprendre de nouvelles attaques élémentaires en montant de niveau : il faut pour cela faire usage de votre dernier talent. En effet chaque magie a son propre niveau d'évolution, qui augmente avec des points d'expérience (dont l'obtention varie selon le type de magie utilisée et les personnages visés). Passé un certain niveau, vous pourrez apprendre un nouveau sort : il faudra parfois améliorer plusieurs magies pour maîtriser une attaque, qui sera alors la combinaison de ces éléments. À noter, même si tous les Mana Eggs vous permettent d'assigner une des quatre magies élémentaires, chaque personnage apprendra certains sorts qui lui seront propres.
Le système est identique pour les attaques physiques : un personnage est généralement capable de manier plusieurs armes, aussi l'apprentissage de coups spéciaux dépend-t-il des niveaux de maîtrise d'une ou plusieurs armes.

Le reproche qu'on peut faire au système : l'évolution est vraiment très lente, et au cours d'une partie on aura tout au plus le temps d'apprendre quelques techniques indispensables, les dernières nécessitant un entraînement long et rébarbatif. Autrement ceci peut être vu comme un avantage, dans la mesure où l'obtention rapide de fortes capacités de combat déséquilibrerait grandement le jeu. Grandia garde également les pieds sur terre par rapport à l'argent, qui ne coule pas à flot. Il faut donc préférer l'exploration plutôt que l'achat rapide et irresponsable.


Ça tombe plutôt bien, puisque les excursions dans la nature procurent un confort de jeu bien senti. Les donjons sont très souvent alambiqués, et ils fourmillent de monstres et de trésors. Heureusement on peut observer les décors dans leurs moindres recoins, il suffit pour cela de faire tourner la caméra à votre guise ! Les monstres se déplacent sur la carte comme votre équipe (Justin et ceux qui l'accompagnent apparaissent à l'écran), et entrer à leur contact provoque le combat. Si vous les prenez par l'arrière vous aurez l'avantage (et vice versa). À noter, si posséder une équipe de quatre personnages (le maximum) peut sembler avantageux, il faut cependant redoubler de prudence lorsque le nombre de membres augmente : vous formez une plus longue “chaîne” de protagonistes, et ceux-ci sont alors davantage susceptibles de se faire surprendre par l'ennemi...


Entrons dans le vif du sujet : parlons des combats ! Ceux-ci se déroulent en semi-temps réel ; tout est régi par une barre apparaissant dans le bas de l'écran. Chaque participant est associé à une icône se déplaçant sur cette jauge d'action : celle-ci finit par arriver à un premier seuil (COM), où vous devez décider du prochain mouvement, puis un deuxième (ACT) où l'action s'exécute alors.
Plusieurs possibilités s'offrent à vous lorsque vous avez un personnage au niveau du COM ; il est tout d'abord possible de lancer deux assauts simples, ou un seul légèrement moins puissant. Ce dernier coup pourra cependant retarder la prise d'action de sa cible, voire même faire annuler une commande en cours de confirmation.

Il faut savoir faire usage de la magie et des compétences physiques également, en gérant certains paramètres. Tout d'abord, les nombres de Points d'Esprit/Magie limitent l'usage de ces capacités. Ensuite il faut savoir qu'en utilisant une de ces commandes, le temps d'exécution n'est pas systématiquement instantané ; plus précisément il faut utiliser une technique, non seulement pour monter le niveau de la magie/arme associée, mais également pour augmenter la maîtrise du coup en lui-même. Le temps d'exécution sera ainsi considérablement réduit voire nul.

Si vous sentez que vous risquez un Cancel (annulation de votre commande), il est préférable de se défendre : vous pouvez endurer l'attaque, ou changer de position dans l'arène. La fuite est également une option (en dehors des combats scénarisés). Pour terminer sachez qu'il existe un mode automatique, que vous pouvez configurer dans la partie stratégie en combat, celui-ci décidant des différents comportements adoptables par vos personnages (exemple : 'Agressif' pousse à l'utilisation de magies/techniques, 'Régulier' favorise l'usage d'attaques simples/doubles...). Assez diversifiée, cette configuration peut s'avérer utile lorsque vous connaissez vos adversaires (si vous voulez faire du level up par exemple).


Le système de combat est riche et très intéressant, seulement la difficulté globale du titre gâche un peu tout. Les adversaires sont rarement une menace, et une équipe de quatre combattants avance facilement. Une possibilité pour accroître le challenge aurait été de limiter le nombre de personnages autorisé à trois, ou alors de rendre les adversaires plus belliqueux... Quelques combats mis à part, ces derniers se révèlent en effet plutôt passifs, et ne nous torturent pas vraiment avec des altérations d'état par exemple. De même, on peut regretter la possibilité de se régénérer à chaque point de sauvegarde rencontré : sur le principe je ne dis pas non, mais il aurait fallu restreindre ceci à quelques points-clés seulement (et pas avant les boss, ç'aurait été mieux).


Pour les amateurs du système, il existe cependant une alternative aux évènements du scénario : les donjons bonus. Au nombre de trois, ces derniers réussiront sans mal à retenir les acharnés : ils ne prennent pas très longtemps à être explorés (six à sept heures environ), mais sont bien équilibrés entre difficulté de l'exploration et celle des combats.
Il y a en effet des quantités de trésors à découvrir dans ces impressionnants dédales, et les combats requièrent un plein investissement de votre part : rentabilisez vos magies/techniques ! Par ailleurs les monstres sont très radins en expérience, et le niveau de challenge est ainsi maintenu tout du long pour peu que vous jouiez le jeu.
Plutôt éprouvant, le dernier donjon représente en outre le défi ultime du jeu (bien au-delà du boss final). La durée de vie totale s'élève ainsi à une bonne quarantaine d'heures, ce qui place Grandia dans la bonne moyenne du genre.

Pour terminer, un commentaire sur les localisations de Sony et Ubisoft (selon la région). La version US n'est pas exempte de fautes de frappes et de quelques erreurs par-ci par-là, mais le doublage s'avère de bonne facture et on peut mesurer l'implication des acteurs d'une manière générale.
Par contre c'est Ubisoft qui s'est chargé de la version PAL, et outre le mode 50 Hz, du point de vue audio c'est le chaos le plus total. Mélange de voix US et FR incohérent (lors des cinématiques non sous-titrées), une scène perd même toute sa crédibilité de par la superposition des deux doublages (!!). Bref, jouez à la version US si vous le pouvez, le jeu n'en sera que plus agréable.


Conclusion : Je me vois mal terminer sur une note négative. Grandia fait partie de ces jeux aux défauts objectifs évidents (linéarité, faible difficulté... Quand on ne dénote pas quelques problèmes de localisation), mais il possède des qualités telles, qu'on se laisse emporter par l'expérience proposée. C'est un peu paradoxal et pourtant, Justin est un jeune garçon très attachant, sans doute de par son universalité. C'est parce qu'on arrive à s'identifier aux personnages (dont l'évolution est palpable), parce qu'il y a une réelle interaction, qu'on se sent si proche d'eux. Un peu comme si nous aussi, nous vivions l'aventure Grandia.

+ Les donjons bonus, au challenge bien corsé (dernier)
+ Paramétrage stratégique pratique et bien pensé
+ Gameplay innovant et évolution non linéaire
+ Bonne durée de vie de l'ensemble
+ Des scènes inoubliables
+ Les doublages anglais
+ Un jeu universel

- ... Mais c'est quand même trop court !
- Peu de challenge dans la trame principale
- Trop linéaire (impossible de revisiter la plupart des lieux)

Note Indicative : 16/20







Insérer un commentaire
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
6 commentaires
MeDioN

le 03/08/2009
Ca me donne trop envie d'y rejouer

Le 16 me peine beaucoup...
Toki

le 17/07/2009
Je l'ai termine egalement il n'y a pas longtemps. Il m'a fallu 60h pour le finir en ligne droite, pas mal la duree de vie^^
Un tres bon jeu et des musiques inoubliables.
Ds108j

le 15/07/2009
Un des mes premiers RPG, de très bons souvenirs l'été chez un pote chez qui je jouais et qui m'a permis de le finir ! ^^
david06

le 15/07/2009
L'ayant terminé il y a peu de temps, je ne peux être que d'accord avec toi.
Zapan

le 15/07/2009
Encore un RPG a rajouter ds ma liste! (remarque maintenant j'ai le temps d'en faire )
Mikaya

le 13/07/2009
Ce jeu est quand même géniallissime une vraiment agréable experience rpgiesque j'ai total adoré à l'époque ! j'avais découvert sur Saturn et finis sur PS
haut_menu
Infos Blog
Filgaia
Terre de mystères...
Crée le 01/01/2009
haut_menu
Catégories
haut_menu
Calendrer
<<Juin 2019>>
LuMaMeJeVeSaDi
27282930310102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
haut_menu
Blogs recommandés
haut_menu
Signets
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
S'inscrire
Blogendra V1.2 [Propulsé par Legendra RPG] © Force 2008 - En ligne depuis le 13/09/2008 on Infomaniak.net
Développeur : Medion Designer : Allesthar

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS Valid Atom Feed get Firefox