bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Chrono Trigger > Articles > Review
Voir aussi

Chrono Trigger

crpg nds amerique
Chrono Trigger
2008 A.D.
Le 2 Juillet 2008 est une date mémorable, c'est la date où Square-Enix a annoncé le portage du célèbre Chrono Trigger sur DS. Une annonce pas étonnante compte tenu du nombre de portages et de remakes que l'éditeur nous sert depuis un moment.
D'autant plus que là, il ne s'agissait pas de n'importe quel jeu, c'était l'un des projets les plus ambitieux de la firme à l'époque 16-bit. Le jeu était donc attendu par la communauté des gamers et c'est l'occasion ou jamais de le découvrir pour les nouveaux joueurs et le refaire pour une énième fois pour les fans. Nous allons donc voir si ce portage vaut le coup.

Foward to the Past

Remontons le temps 13 ans en arrière quand le premier Chrono Trigger est sorti. À l'époque le jeu était référencé comme étant le "Dream Project", une collaboration de quelques grands noms du RPG dont les plus connus étaient Hironobu Sakaguchi (le créateur de la série Final Fantasy), Yuuji Horii (l'homme derrière Dragon Quest) et Akira Toriyama (le papa de Dragon Ball et le chara designer de Dragon Quest). A côté de ces noms on trouve aussi Masato Kato qui a écrit la plus grande partie de l'histoire et Yasunori Mitsuda qui a composé la majorité des musiques du jeu avec l'aide de Nobuo Uematsu. Il y a d'autres noms aujourd'hui célèbres comme Tetsuya Takahashi et Tetsuya Nomura. Mais l'homme à qui on doit le rassemblement de cette équipe n'est autre que le célèbre designer et producteur Kazuhiko Aoki chez SQUARE. Le jeu est sorti donc sur Super Nintendo et a connu un grand succès au Japon, puis a été localisé aux États-Unis, mais n'est jamais sorti en Europe.
En 2001, le jeu a connu une adaptation sur Playstation avec des cinématiques réalisées par Toei Animation et dessinées par Akira Toriyama, ainsi que des musiques d'une meilleure qualité et des bonus qu'on pouvait débloquer (sound test, cinématiques, coffres, les différentes épilogues...) en ayant vu les différentes fins du jeu.
Cette version DS est donc la 3ème apparition du jeu, porté presque à l'identique, avec quelques bonus.
Chrono Trigger
Chrono Trigger
Chrono Trigger

The Magic Kingdom

Le thème central du jeu est le voyage dans le temps. Durant tout le jeu vous allez assister à des moments clés de l'histoire et essayer de résoudre les conflits. L'idée des voyages dans le temps a été proposée par Horii et a été le squelette de l'histoire. Au début du jeu, vous n'avez pas beaucoup de liberté pour visiter plusieurs périodes mais à mesure que vous avancez dans l'histoire vous aurez de plus en plus de portails temporels qui mènent à différentes époques, et vous pourrez vers la fin du jeu vous rendre facilement où bon vous semble que ce soit dans l'espace ou dans le temps.
Ce mécanisme qui consiste à gagner en liberté en avançant dans le jeu est excellent, et le concept du voyage dans le temps est bien exploité. Vous pouvez agir sur les évènements d'une période et voir les conséquences de vos actions dans le futur.
Le deuxième thème très important dans l'histoire est la Terre: le jeu trace l'histoire de cette dernière depuis son "enfance" jusqu'à son vieillissement, en passant par la Préhistoire, l'Age de glace ou encore le Moyen-Age, et le but est de la sauver.
Enfin, le troisième thème important est le combat interminable entre les deux races principales du jeu: les humains et les reptiles. A certains moment du jeu le joueur a l'impression de voir des évènements connus de notre histoire et ce choix n'est pas anodin. En effet, les développeurs ont intégré volontairement des références réelles pour renforcer la crédibilité de l'univers.
Pas mal d'autres petites histoires se greffent parfaitement à la principale et donnent lieux à des quêtes annexes.
La narration est globalement minimaliste, jamais trop de "blabla" inutile sans en faire trop peu non plus, juste ce qu'il faut.
Ce style est cher à Horii et confère au jeu son aspect ludique, et l'ensemble rend le déroulement très riche.

Les personnages du jeu, quant à eux, sont sans exception très intéressants, que ce soit les NPC ou les personnages jouables. Ils ont tous leur petite histoire, leur raison de se battre.
L'une des particularités du jeu réside dans ses fins multiples. Le jeu original en possédait 13 différentes et cette version DS s'est vue greffée une fin supplémentaire pour renforcer les liens scénaristiques avec Chrono Cross. Si le joueur n'a accès au début qu'à 2 ou 3 fins selon ses actions, il pourra voir les autres en recommençant le jeu en New Game+, possible une fois celui-ci terminé une première fois. Le recommencer permet ainsi de garder les statistiques des personnages, leurs niveaux et tous les objets non clés du jeu. Ceci le rend plus facile mais aussi et surtout donne la possibilité de le finir à tout moment.
C'est un jeu où le temps est une notion centrale et les développeurs sont allés jusqu'à offrir la possibilité de le finir dès les premières minutes à condition d'être bien préparé ! Du coup, les fins changent selon les actions faites jusqu'à avoir battu le boss final et donc selon le moment où l'on terrasse ce dernier. Ajoutez à cela le fait que chaque fin possède plusieurs variantes qui dépendent des choix et quêtes annexes, et vous obtenez un choix varié.
Si le jeu est finissable en 25 heures la première fois, la replay value tiendra les fans en haleine plus longtemps.
Ainsi les gens qui aiment les jeux courts seront servis et ceux qui préfèrent les jeux longs en ont pour leur argent aussi. La durée de vie est donc très flexible et conviendra à tout le monde surtout que l'histoire est captivante.
Chrono Trigger
Chrono Trigger
Chrono Trigger

Unnatural Selection?

Avant de nous attarder sur les autres aspects du jeu, jetons un coup d'œil sur les ajouts de cette version DS, sachant que Square-Enix n'est pas connu pour ajouter beaucoup de bonus dans ses portages.
On commence par ce qui frappe tout de suite: l'interface. Double-écran oblige, celui du bas affiche désormais la carte du monde et des raccourcis personnalisables pour le menu. Ce dernier est toujours accessible via le bouton X mais s'affiche maintenant sur les 2 écrans pour plus de visibilité, un bon point donc. Quant aux combats, vous avez le choix entre une interface semi-classique ou une interface DS. La semi-classique est appelée classique mais ça n'en est pas une car l'écran du bas affiche quand-même les noms des ennemis en plus de celui du haut pour l'interface classique. Un point négatif que j'ai remarqué avec ce mode a fait son apparition : le bouton Y qui permettait d'habitude de basculer le menu de haut en bas s'il cache l'action s'est vu adjoindre une IA "à la con". En effet la console, même si vous basculez le menu en haut par exemple cherchera à le mettre là où ça lui plait, pas très pratique. Le mode combat DS offre quant à lui plus de visibilité mais ceux qui n'aiment pas switcher en permanence entre les 2 écrans resteront probablement en mode classique. Il est aussi possible de jouer avec le stylet mais ça reste un gadget vu que ce n'est pas fait pour à la base.
Toujours dans les reproches, carton rouge Square-Enix pour avoir enlevé la musique "The End of Time" dans le menu de changement de la team.
Point très positif, la traduction anglaise a été modifiée pour être plus fidèle à la version japonaise et les noms de pas mal d'objets ont été modifiés. Au passage la version française est d'excellente qualité et très fidèle à l'originale.

Passons maintenant aux ajouts au niveau du contenu. Les premiers ajouts se trouvent au niveau des quêtes annexes: beaucoup de nouvelles ont été ajoutées. Mais disons-le tout de suite: la majorité de ces nouvelles quêtes sont à dormir debout tellement elles sont passionnantes, je vous mets au défi de prendre du plaisir à les faire. En gros, les développeurs ont ajouté par ci par là des portails qui mènent à des donjons sans queue ni tête et dotés de game design vraiment douteux. Et comme si cela ne suffisait pas, une des quêtes offre une incohérence assez flagrante au niveau de l'histoire, à croire que les stagiaires qui l'ont créée ne connaissaient rien du jeu. Bref, c'est du gâchis et c'est bien dommage. Le seul donjon qui sorte du lot est celui avec la fameuse musique "Singing Mountain" (que l'OST contenait, très belle), mais il reste très moyen.
Le deuxième ajout concerne une fin supplémentaire censée renforcer les liens avec Chrono Cross. L'idée à la base n'est pas mauvaise mais sa mise en scène et son contenu laissent vraiment à désirer. La chose qui peut le racheter est le boss de fin qui est assez corsé.
Enfin le dernier ajout concerne le mode Wi-Fi qui permet de capturer des monstres et les faire combattre contre d'autres joueurs à travers le monde.

On retrouve aussi la totalité des bonus Playstation, les loadings en moins : les cinématiques, sound test, la localisation des trésors, les différentes fins....
Au final, c'est la version du jeu la plus complète à ce jour, dommage que certains ajouts mentionnés plus haut n'aient pas bénéficié de plus de soin.

Pour faire court donc, 90% des apports de la version DS et des modifications n'ont aucune saveur. Même les joueurs qui ne connaissent pas le jeu original verront tout de suite ces ajouts tellement ils sont mal faits et mal intégrés, ce qui est vraiment dommage.
Chrono Trigger
Chrono Trigger
Chrono Trigger

What Lies Beyond?

Revenons à l'essentiel, le jeu principal qui a 14 ans, quand même. A l'époque, les graphismes en ont émerveillé plus d'un : par rapport à la Super Nintendo, le travail effectué sur les décors, les personnages et tous les éléments graphiques étaient remarquables. Aujourd'hui ce travail n'a pas été touché et on comprend pourquoi. En effet le rendu est toujours aussi réussi et le jeu n'a pas vieilli.
C'est surtout la direction artistique du titre qui fait sa force. Les personnages et les monstres ont été dessinés par Toriyama et le rendu était bluffant à l'époque surtout quand on regarde le portrait des personnages. On doit le travail sur la modélisation au directeur Tetsuya Takahashi épaulé par Yasuyuki Honne, Tetsuya Nomura et Yusuke Naor, qui ont travaillé principalement sur les décors. Les environnements sont variés et riches en détails : forêts, châteaux, montagnes, grottes, neige, déserts... Du classique mais bien fait, sans oublier les différentes époques qui offrent des environnements encore plus variés : Préhistoire, Moyen-age, Présent, Futur...

Les musiques du jeux ont été composées principalement par Yasunory Mitsuda, accompagné du célèbre Nobuo Uematsu le compositeur des Final Fantasy, ainsi que Noriko Matsueda - la compositrice de Front Mission - qui a enregistré une seule piste dans l'OST. Je parlerai plus en détails de l'OST du jeu dans une critique à part mais sachez que cette bande-son est très belle et se compose de morceaux vraiment inoubliables, qui vous berceront tout au long de cette aventure hors du commun. Concernant l'enregistrement des musiques, la qualité est proche de celle sur Super Nintendo mais il faut jouer avec le casque pour pouvoir en profiter, car les hauts parleurs de la DS ne rendent pas hommage à la qualité des musiques.

Continuons sur la forme, la boîte du jeu reprend la première version sur SNES pour les US et la couverture Super Famicom pour la version japonaise et l'Europe. Le livret est tout en couleur et les premières éditions, selon la zone, contiennent un disque avec les musiques du jeu ainsi qu'un petit poster. Un plus vraiment appréciable.
Chrono Trigger
Chrono Trigger
Chrono Trigger

The Fated Hour

Les joueurs qui n'ont jamais fait le jeu et en ont beaucoup entendu parler se demandent souvent pourquoi il est aussi apprécié par la communauté des fans. D'abord, il est très accessible : une prise en main immédiate et une entrée directe dans le vif du sujet.
Le gameplay est à la fois simple et efficace. Il hérite de certains éléments de la série Final Fantasy comme l'ATB (Active Time Battle) par exemple ainsi que de Dragon Quest comme le système des capsules ainsi que certains personnages. Si le système de départ ressemble à celui d'un FF, il en garde uniquement les points forts et enlève tous les éléments "gênant" comme les rencontres aléatoires. Ici il n'y a pas de coupure entre l'exploration et les affrontements : quand vous vous approchez suffisamment des ennemis, le combat s'engage directement tout en restant avec un système par ATB et donc presque du tour par tour. On retrouve les commandes classiques : attaquer, utiliser les techniques et les objets. Ajoutons à cela une commande qui permet de combiner des techniques entre les personnages pour exécuter des attaques plus évoluées et plus efficaces. Les techniques s'apprennent via des "tech points", récupérés à la fin de chaque bataille, et les combinaisons dépendent des personnages. A noter qu'il y a des combinaisons doubles et triples, à vous de les découvrir ! Les combats ne sont pas nombreux et restent très agréables. Pas de rencontre sur la carte du monde, ce qui nous évite pas mal de lourdeurs.
Le game design quant à lui est très travaillé et chaque élément est bien placé avec un dosage parfait. Il n'y en a jamais trop, ni trop peu. De plus, le rythme ne baisse jamais tout au long de l'aventure, il n'y a pas de temps mort, tout est parfaitement équilibré.
Chrono Trigger
Chrono Trigger
Chrono Trigger
Chrono Trigger sur DS est un portage réussi finalement : la parfaite version Super NES plus les ajouts PS1, les loadings en moins.
Le seul point noir dans le tableau se trouve au niveau de certains ajouts spécifiques à cette version DS, comme les donjons inutiles, la revue de l'interface ainsi que la jouabilité pour s'adapter à la console. Mis à part l'affichage de la carte sur le deuxième écran ainsi que le fameux donjon "Singing Mountain", tout le reste est inutile ou bâclé.
Toujours aussi splendide, c'est un chef-d'œuvre intemporel qui a très bien vieilli et que tout amateur de RPG, novice ou expert doit faire au moins une fois dans sa vie. Il sort pour la première fois en France, entièrement traduit, les joueurs qui ne connaissent pas cette perle ont ainsi l'occasion de le découvrir dans une version très complète !

07/02/2009
  • L'histoire passionnante
  • Le rythme sans aucun temps mort
  • Les quêtes annexes
  • Des musiques cultes
  • Des personnages attachants
  • Les fins multiples
  • La touche Dragon Quest avec celle de Final Fantasy
  • Le design de Toriyama
  • Des graphismes qui n'ont pas vieilli
  • La version la plus complète à ce jour
  • Pas mal d'ajouts complètement inutiles
  • Mode classique qui ne l'est pas vraiment
9

GRAPHICS 4.5/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 4.5/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 4.5/5
Chrono Trigger > Commentaires :

Chrono Trigger

9
9

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires and [1] ios [0] mob [0] nds [57] pc [0] play [36] pscx [0] vc [0]
85 commentaires sur Super Nintendo
Nikus
le 14/10/2021
10
Le jeu qui m'a fait découvrir les émulateurs en 1998.
20 ans plus tard, j'y joue encore régulièrement, j'écoute encore l'OST...
Tout a été dit sur le graphismes, scénario, le chara design, etc...
Mais là où Chrono Trigger enterre tous les autres RPG, c'est le rythme, qui maintient l'intérêt du joueur sans jamais faiblir.
Une légende qui mérite la note ultime.
Golden Leaf

le 27/08/2019
10
La réputation de Chrono Trigger n'est pas usurpée : il s'agit bien d'un des meilleurs RPG de sa génération. Moi qui n'aime pas particulièrement Toriyama, j'ai pourtant été charmé par cet univers, mais aussi par ce système de combat et par cette bande-son hors du commun. Le scénario et les rebondissements ne sont pas en reste, l'aventure est d'une grande variété, le jeu est pensé pour être rejoué. Vraiment, Chrono Trigger est un chef-d'oeuvre !
heavenly

le 01/04/2017
10
Toujours aussi grand jeu malgré les années qui passe ! L'ambiance unique ainsi que les musiques divines de Mitsuda ni sont pas étrangère !!
Ash
le 20/03/2017
6
Mouais.

J'avais fais le jeu en son temps, et je ne l'avais malheureusement pas particulièrement apprécié.

Hormis le début du jeu qui était génial avec le passage devant le barreau, j'ai eu du mal sur d'autres pans de l'aventure qui m'avaient profondément ennuyés.

Après évidemment le jeu était dans le top niveau réalisation (et est indémodable comme bien des jeux snes) mais le fait que je m'ennuie sur un jeu le fait directement passer sous les 7 d'office.
yunfa

le 10/02/2017
9_5
Une légende du rpg, un incontournable que chaque fan se doit de faire, ne serait ce que pour sa culture général )
Adopte

le 03/01/2016
9_5

Quelque part dans le temps



Chrono Trigger. Deux mots dont la simple évocation suffisait à provoquer l'étincelle dans les yeux des joueurs européens, alors tout juste initiés à ce genre qu'est le J-RPG. Il faut dire que le bébé de Squaresoft avait des arguments à faire valoir: mitonné avec amour par une équipe de développement aux allures de dream team ( Hironobu Sakaguchi, Akira Toriyama, Nobuo Uematsu, Yuji Horii et le petit nouveau Yanusori Mitsuda), le soft semblait comme en proie à un fabuleux destin avant même qu'il ne commence à se tenir sur ses deux gambettes. Autant de bonnes fées pour se pencher sur votre berceau, ça ne peut pas tromper!

Longtemps réservé aux aficionados d'import, le soft resta un certain temps une énigme pour moi. Mes seules sources d'informations se résumaient aux articles de journaux spécialisés et aux rares tests réalisés sur le web. Je me revois encore contempler les screenshots ainsi que l'écran-titre du jeu, m'imaginant quels morceaux d'aventure pouvait bien contenir ce bijou. Ma première partie date d'il y a à peu près six ans, mais dans ma tête c'était comme si j'avais effectué un bond en arrière. Un bond en arrière me renvoyant quelque part dans le temps... En 1995 plus précisémment.

Le jeu débute d'une manière on ne peut plus classique: plan aérien sur ce qu'on devine être le village servant de point de départ au jeu. Puis enchainement direct sur la chambre du héros principal, Crono, qui comme une grande majorité de héros de J-RPG, est tiré de son roupillon par sa môman, laquelle en a ras le bol de voir son fils faire la grasse mat' alors que, je cite, "il fait super beau dehors et que c'est pas en passant ses journées à pioncer qu'il va réussir à se dégotter une petite poulette". Je force le trait mais bon, c'est un peu ça l'idée. On apprend donc qu'une fête millénaire vient de débuter, et par la même occasion qu'une dénommée Lucca nous cherche pour nous faire part d'un truc "super important", nous donnant comme point de rendez-vous la place Leene. En chemin, Crono tombe sur Marle, une jeune fille au caractère bien trempé, et c'est après avoir récupéré son pendentif que cette dernière vous demande de l'accompagner au festival. Ma foi, il va peut-être choper plus tôt que prévu le Crono.

Quand bien même l'introduction se révèle classique, ce sont véritablement ces premiers instants qui donnent le ton, constituant une grosse bouffée d'air frais. Cette place Leene, dont le caractère paisible et joyeux est retranscrit de façon remarquable, notamment par le talent du compositeur Yasunori Mitsuda. On se plait à déambuler comme un petit fou, à s'essayer aux quelques mini-jeux, à voler le déjeûner d'un pauvre vieillard qui n'avait rien demandé, à faire le zouave devant sa belle. Passé cet instant de bonne humeur, voici nos deux amis arrivés au point de rendez-vous, la dénommée Lucca voulant présenter un prototype de sa dernière invention: le télepod, une machine sensée téléporter les personnes d'un point A à un point B. Le premier essai sur Crono se révèle concluant. Et quand vient le tour de Marle, les choses se gâtent: réagissant mal à son pendentif, la machine subit un court dysfonctionnement faisant envoyer cette dernière non pas à un autre endroit du village, mais ... du passé. N'écoutant que son courage, notre héros à la tignasse rouge feu s'empresse alors de partir à sa poursuite, celà avant que le portail ne se referme sur eux. Atterrissant dans une contrée inconnue et beaucoup moins hospitalière, c'est véritablement là que votre aventure commence.

Le jeu se révèle être un J-RPG tour par tour classique dans la forme: des points de HP, de MP, une jauge ATB, des techniques propres à chaque personnage... La nuance du système de combat vient de la complémentarité entre ces derniers, laquelle évolue en fonction du nombre de combats en commun. Cette complémentarité se traduit par le débloquage d'attaques "combo" qui peuvent être effectuées par deux (double tech) ou trois (triple tech) coéquipiers à la fois. Ces dernières, qui nécessitent un nombre de MP important, se révèlent souvent dévastatrices. Et l'aspect tactique est encore plus accentué lorsque l'on prend en compte que chacun de ces personnages est assigné à un élément (eau, feu, foudre, glace, ténèbres). Contre certains boss, la maîtrise de ces attaques se révèlera être d'une grande aide.

Concenant la progression du jeu, elle se veut incroyablement fluide et plaisante. Pas de combats aléatoires ici, vous voyez les ennemis à l'écran, ce qui vous donne la possibilité de les attaquer, ou de les contourner. La montée en niveaux est excellemment dosée. Le rythme exploration/combats est ainsi parfaitement calibré, ce qui sert beaucoup au jeu, vu que ce dernier est aussi excellemment rythmé au niveau de l'intrigue: si cette dernière se veut simple de prime abord, aussi bien le ton du jeu tantôt humoristique, tantôt épique, tantôt plus sombre, que le souci du détail, que le thème des voyages temporels abordé avec tant de maestria et de passion, font qu'il devient difficile de ne pas être conquis. De la première à la dernière seconde, le jeu avance sans temps mort, nous faisant prendre part à des scènes aussi mémorables que jouissives, je prends en exemple la fameuse scène du tribunal. Le concept des voyages temporels sera même poussé encore plus loin à l'occasion des quêtes annexes, une action que vous aurez réalisé dans une époque ayant des répercussions sur une autre postérieure à celle-ci. Quand bien même celà reste assez basique dans la forme, dieu que c'est jouissif!

La bande-son du jeu est quant à elle une grande réussite. Réalisée en grande partie par Yasunori Mitsuda (Xenogears et Chrono Cross) elle offre ce supplément d'âme qui font des jeux vidéos des chefs d'oeuvre. Très complète, elle a la grande qualité de s'accorder parfaitement à chaque endroit ou situation offerts par le jeu. Vous vous sentirez l'âme d'un aventurier à l'écoute du thème principal, vous sentirez la vaillance vous envahir à l'écoute de celui de Frog, vous redouterez la lugubre quiétude des bois maudits à l'écoute de "Secret Of The Forest", vous vous enivrerez de la mystique atmosphère du royaume de Zeal grâce à "Corridors Of Time"... Toute une foule de bons sentiments orchestrés avec une maitrise sans précédent.

Au final, qu'est-ce que Chrono Trigger? C'est une aventure avec un grand A, une belle histoire avec un grand B et un grand H, un putain de jeu qui défonce grave avec un grand P, un grand D... Ouais enfin vous avez compris. Quand bien même le jeu se veut accessible et donc simple dans son approche (pas d'histoire tarabiscotée ou de personnages qui vous font part de leurs états d'âme toutes les cinq minutes) il révèle une vraie ligne directrice dans ce qu'il a à proposer, et dieu sait que le concept des voyages dans le temps peut se révéler casse-gueule.

Bénéficiant d'un bel enrobage pour l'époque, avec un charme qui fait toujours son effet, sacrément bien rythmé, amené, savamment orchestré par une bande-son qui a fait de nombreux adeptes, offrant un plaisir de jeu inépuisable, et proposant une durée de vie très honnête avec les multiples fins que vous pourrez débloquer grâce au New Game +, Chrono Trigger se révèle être au final un produit maitrisé de bout en bout. Pas ce qu'on a vu de plus profond certes, mais à l'instar d'un Retour Vers Le Futur, les bons sentiments, quand c'est fait avec talent, et quand c'est saupoudré d'un peu de magie et de rêve, ça fait que dans un sens, les histoires complexes, on s'en balance.


Astram

le 22/08/2015
9_5
Excellent RPG malheureusement un peu enfantin par moment, le système de combat bien que cool est tout de même un peu trop basique et frustrant par moment.
La mise en scène bien qu'excellente, le scénario et les personnages restent très peu profond, l'on peut rester sur notre faim.
flosuke

le 16/07/2015
9
Tres bon jeu , scenario innovant !
peppermint

le 31/03/2015
10
Voilà un jeu culte qui mérite son statut de BGE, et ce, même avec le poids des années.

Le scénario est bien ficelé (avec son lot de passages marquants) et une liberté de voyager dans le temps qui s'accentue au fil du jeu.

Les quêtes annexes sont vraiment très chouettes, surtout les quêtes des armes ultimes des personnages. Que ce soit par rapport à l'histoire qui tourne autour de chaque perso ou par rapport aux armes et objets récupérés.

Le système de combats qui se limite à 3 personnages est simple et bien pensé ; l'apprentissage des techniques individuelles mais aussi des technique à 2 et à 3 pour les combos donnent un côté addictif à cet apprentissage et un grand intérêt pour chacun des combattants. Ajoutons à cela que tout les persos sont autant efficaces au combats qu'attachants, ce qui m'a fait hésiter plus d'une fois quant à la composition de mon équipe.

Graphiquement ça vole haut, on prend vraiment plaisir à gambader dans cet univers. En ce qui concerne l'ost, il y a quelques excellents thèmes qui dominent et dans l'ensemble l'ost est de très bonne facture.

J'en retiens une expérience particulièrement marquante.
BlackJowy

le 31/07/2014
9_5
L'un des meilleurs RPG tout simplement : Le scénario, les musiques, les décors, les personnages, les différentes époques, etc ...

Incontournable.