bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Black Sigil: Blade of the Exiled > Articles > Review
Voir aussi

Black Sigil: Blade of the Exiled

crpg nds amerique
Black Sigil: Blade of the Exiled
Hors du temps
Black Sigil a su se faire attendre. Après des années de développement, un changement de support et de nombreux reports, le jeu a enfin débarqué aux USA le 9 juin. Annoncé comme le RPG à l'ancienne par excellence, Black Sigil a su éveiller la curiosité des joueurs nostalgiques de l'époque 16 bits.
Si le début du jeu frise l'amateurisme, le jeu monte progressivement en puissance et se révèle finalement à la hauteur de ce que l'on en attendait.

Kairu, exilé sans magie

Le monde de Bel Lenora est régi par la magie, et tous les habitants naissent avec la capacité d'en utiliser. Il y a cent ans, un homme qui ne pouvait utiliser de magie, Vai, traversa le continent, semant sur son passage morts et tragédies. Après une lutte acharnée, il fut banni par le puissant Duc d'Averay.
Aujourd'hui, Kairu, le fils adoptif du Duc, ne peut utiliser de magie, et les craintes d'antan ressurgissent. Après avoir tout tenté en vain pour que Kairu puisse utiliser la magie, le Duc se résigne à bannir son propre fils à la demande du roi, alors que le monde est de nouveau en proie à de nombreuses attaques de monstres.
Banni par les siens, Kairu va se retrouver dans un monde inconnu et découvrir sa destinée, en compagnie d'Aurora, la fille du Duc, tête brulée au grand cœur. Une quête initiatique commence alors, au cours de laquelle nos héros vont découvrir l'origine de leur monde...

Le scénario se révèle classique, mais passionnant à suivre. Après un démarrage plutôt mou, à l'instar de l'ensemble du jeu, l'histoire décolle et propose son lot de scènes touchantes, de révélations surprenantes, et bien sur de situations cocasses et drôles. Elle est surtout servie par un casting réussi et travaillé, qui arrive quelque peu à s'éloigner des traditionnels clichés du RPG japonais.
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled

Du bon gros old school

En se lançant dans Black Sigil, il ne faut pas s'attendre à un RPG qui innove fondamentalement et exploite au maximum les capacités de la DS. Dès les premières minutes, c'est une 2D typée Super Nintendo qui accueille le joueur, avec le découpage "carré" des décors qui était la norme à l'époque. Le résultat évoque les derniers Squaresoft sur la 16 bits de Nintendo, et aurait placé le jeu parmi les plus beaux RPG du support grâce à des sprites soignés, correctement animés, ainsi que des décors colorés fourmillant de détails. Hélas, en 2009, le jeu est techniquement un peu dépassé et est assez léger pour la DS, surtout durant une première moitié qui propose des magies assez fades et des boss aussi impressionnants qu'un film de Steven Seagal. Mais, comme si les développeurs avaient évolué avec leur bébé, le jeu monte en puissance, et les derniers boss sont souvent énormes et soignés, une progression que l'on retrouve par ailleurs dans tous les compartiments.

Le jeu opte sans surprise pour un déroulement classique, imposant une alternance d'explorations de villages et de lieux, reliés par une carte, et on peut à tout moment changer le personnage que l'on déplace d'une simple pression sur la gâchette droite, un détail toujours plaisant. Hormis lors de quelques passages proposant des ennemis visibles à l'écran avant de les affronter, les combats sont aléatoires, avec une fréquence aussi élevée que durant l'époque 16 bits. Ceux qui voyaient en Suikoden Tierkreis un cador pour le nombre de combats peuvent tout de suite se détourner de Black Sigil, on atteint juste un niveau hallucinant, dont il faudra s'accommoder pour espérer apprécier le jeu. Les villes sont des havres de repos permettant de se reposer, d'en apprendre plus sur le monde grâce aux villageois et livres présents, et bien sur de faire ses emplettes en objets et équipements. A l'instar des Shining Force, on ne peut faire porter que quatre objets aux personnages (en dehors des armes, cependant), que l'on assigne avec le même design de quatre cases en croix. Chaque objet possède une limite utilisable en combat, il faut donc bien gérer et répartir ses différents objets, on ne peut abuser des objets de régénération lors des combats. À noter que l'on récupère ses points de magie en marchant dans les zones de combats aléatoires, mais qu'étrangement l'écran supérieur de la DS affichant les points de vie et magie ne le répercute pas en temps réel.

Les lieux regorgent d'énigmes, sont assez complexes et tranchent avec les longs couloirs ou les lieux de quatre pièce qui sont de plus en plus monnaie courante dans les RPG d'aujourd'hui. Ils sont généralement conclus par un affrontement contre un Boss, souvent pas bien difficile si on a bien préparé le combat. D'ailleurs, en dehors du début, le jeu ne pose pas trop de problèmes pour peu que l'on fasse un peu de leveling.
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled

Une pincée de Final Fantasy 6

Bien sur, quand on pense à la Super Nintendo, le RPG qui semble incontournable est Final Fantasy 6, le chef-d'œuvre de Squaresoft qui reste encore pour beaucoup comme le meilleur RPG du développeur, si ce n'est le meilleur RPG de la création. Il paraissait donc naturel que le Studio Archcraft s'en inspire, et la filiation est évidente. Si l'ambiance heroic fantasy traditionnelle n'a que peu de rapport avec le monde dominé par la technologie du mythe, les constructions des jeux sont similaires.

- Tout d'abord, si Black Sigil propose bien un héros plus ou moins bien défini (Kairu), chaque personnage de l'histoire est parfaitement développé, et il n'est pas rare que le groupe de sépare. Séparations, croisements, quêtes personnelles, flashbacks, c'est un ensemble de destins qui va construire l'histoire, et non un héros autour duquel gravite un groupe. Dans Black Sigil, comme dans FF6, chaque protagoniste est le héros de sa propre histoire. Il est par ailleurs intéressant de noter qu'on y trouve aussi des personnages optionnels, pas forcément évidents à récupérer.
- On peut également séparer le jeu en deux parties distinctes, entrecoupées par un grand changement dans le monde et la séparation du groupe. Cela n'évoque-t-il pas instantanément la séparation entre le "Monde de la Balance" et "Monde des Ruines" ?
- Le personnage de Nym présente une similarité indéniable avec Gau.
- Enfin, la présence d'une carte en mode 7 dans la même veine, de quelques fuites de lieu chronométrées et d'un dirigeable devraient finir de convaincre les plus sceptiques.

Il ne faudrait pourtant pas croire que Black Sigil est un jeu qui sent le réchauffé et qui manque de personnalité, il faut plutôt y voir un vibrant hommage de développeurs qui ont surement été des joueurs fans de RPG à l'époque.
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled

Un zeste de Chrono Trigger

Si le déroulement emprunte à Final Fantasy 6, le gameplay est lui résolument inspiré de celui de Chrono Trigger. Combats avec trois combattants tournant autour de l'ATB et possibilité d'apprendre des techniques doubles évoquent immédiatement l'autre mythe 16bits de Squaresoft.
Mais réduire le gameplay des combats à une simple copie serait affreusement réducteur, car les développeurs ont su innover un peu. Contrairement à ce que l'on trouvait dans Chrono Trigger, l'allonge des armes influe grandement sur le déroulement du combat. Ainsi, les armes de corps à corps obligent le combattant à aller au contact pour asséner son coup, ce qui implique un déplacement, qui prend plus ou moins de temps. Le système prend alors tout son sens avec les aires de combat, qui intègrent des obstacles sur une plus ou moins grande aire. Ainsi, combattre sur un pont peut vite se révéler difficile avec que des bourrins, et il faudra régulièrement utiliser son tour pour se déplacer à l'aide de la gâchette. La disposition de l'équipe est donc très importante, même s'il arrive que l'on soit pris par surprise, désorganisant la troupe face aux ennemis.

Le placement est aussi très important pour les attaques spéciales et les magies qui possèdent chacune leur allonge propre et zone d'effet, que l'on peut moduler en cours de jeu avec quelques objets spécifiques. L'apprentissage des diverses techniques simples se fait avec le temps, tandis que les attaques combinées (trois différentes par "couple" de personnage) s'apprennent uniquement lorsque les deux personnages combattent côte à côte, ce qui incite encore plus à varier son équipe, même si la particularité de chaque lieu et le fait que les équipiers en attente gagnent de l'expérience (à peine moins) sont assez de prétextes pour faire tourner.
On regrettera tout de même l'introduction des combats : un simple écran noir sans aucun son qui laisse perplexe, et pourra souvent être confondu avec un changement de zone en proximité d'une sortie...
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled

Des annexes à la hauteur, une bande son pas si mal

S'il y a bien un point sur lequel Black Sigil ne soutient absolument pas la comparaison avec les gloires de l'époque, c'est bien au niveau de sa bande son. Si les thèmes sont plutôt jolis, aucun ne parvient à transporter réellement, ni à sublimer quelques scènes pourtant touchantes, ce que la musique de l'opéra de Final Fantasy 6 faisait à merveille, pour ne citer que l'exemple le plus significatif. On note également un cruel manque de variété durant la première moitié du jeu, lors de laquelle quatre musiques se battent en duel, avant une deuxième moitié bien plus fournie et réussie, pour un résultat vraiment bon au final. La qualité sonore est elle d'époque, c'est-à-dire assez moyenne aujourd'hui, mais elle renforce la nostalgie, et finalement, c'est peut-être mieux ainsi.
Il faudra compter une petite quarantaine d'heures tout au plus pour voir le bout de ce Black Sigil en ligne droite, malgré ce qu'on peut lire ici et là. Mais le jeu fait la part belle aux quêtes annexes, nombreuses et intéressantes, qui rallongeront d'une bonne dizaine (voire quinzaine) d'heures la partie du joueur aventureux. Elles permettent non seulement d'en apprendre plus sur l'univers du jeu, mais aussi de récupérer et forger les meilleurs objets, et de recruter un personnage bonus : de quoi motiver les plus réticents. Les trouver demande cependant de l'investissement, et surtout de la patience, les phases de recherche étant toujours accompagnées des combats tous les deux pas, avec des points de sauvegarde assez rares. On peut néanmoins faire une sauvegarde rapide à tout moment.

Black Sigil puise dans les légendes de l'ère 16 bits, et le fait plutôt bien, mais il manque ce petit grain de folie qui fait basculer un bon jeu en un titre inoubliable, un classique. On se rend compte alors à quel point Final Fantasy 6 et Chrono Trigger sont des jeux cultes, intemporels, des références qu'un bon jeu typé old school d'aujourd'hui ne peut qu'effleurer malgré ses qualités certaines.
Signalons également que certains joueurs rapportent de nombreux bugs et freezes qui entachent la progression, même si pour ma part j'ai fini le jeu sans subir un seul contretemps.
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil: Blade of the Exiled
Black Sigil, ou le dernier RPG de l'ère 16 bits exilé sur DS. Véritable hommage aux grands jeux de l'époque, le titre évoque par moment les légendes Final Fantasy 6 et Chrono Trigger, dont il s'inspire largement. Malheureusement, la fréquence des combats hallucinante et le manque de dynamisme de l'ensemble devraient en rebuter plus d'un.
À réserver aux fans des RPG classiques de la Super Nintendo, qui replongeront avec plaisir dans une ambiance qui leur est si chère.

17/08/2009
  • Un parfum old school savoureux
  • Le casting réussi
  • Gameplay complet
  • Scénario classique mais travaillé
  • Nombreuses quêtes annexes
  • Humour
  • Fréquence des combats
  • Manque de dynamisme, notamment dans le lancement des combats
  • Peu de musiques pendant la première moitié
7

GRAPHICS 3/5
SOUND/MUSIC 3.5/5
STORY 3.5/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 4/5
Black Sigil: Blade of the Exiled > Commentaires :

Black Sigil: Blade of the Exiled

7
6.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
5 commentaires
Yaone

le 31/12/2016
6_5
Commençons par le point qui fâche : le gameplay.
Alors le système de combat en lui-même est vraiment bien, sauf que le fait que les personnages doivent bouger pour attaquer au corps à corps, et avec l'agencement de l'"arène", peut amener à en avoir un qui se retrouve coincer et ne peut donc pas du tout attaquer normalement... À la fin ce n'est pas gênant, une attaque à distance et c'est réglé, mais au début, quand on n'a pas tant de SP que ça, c'est très clairement agaçant (enfin même à la fin, c'était chiant). En plus avec l'impression que les ennemis attaquaient tout le temps et la fréquence élevée des combats, je ne passais pas toujours des moments agréables. J'en avais même marre des combats au bout d'un moment. En plus, on avançait trop lentement à pieds sur la carte du monde...
Enfin s'il n'y avait que ça... mais il y avait des bugs assez gênants tout au long du jeu. Genre à un moment je suis restée coincée dans une pièce, impossible d'en sortir, obligée de recommencer tout le donjon du début alors que je l'avais fini... Ce qui m'amène au point que j'aurais apprécié avoir plus de points de sauvegarde, le stress par moment... ='(
C'est bien dommage, parce que j'ai vraiment adoré le reste : l'univers, les personnages, l'histoire, les musiques, les graphismes. C'en était à tel point que j'ai visité tous les lieux de la carte et donc fait toutes les quêtes annexes (ou presque). Ce côté-là me faisait carrément oublier les points noirs. Sauf que j'ai trouvé la fin décevante... Ou alors j'en attendais trop ?
Yama

le 30/04/2011
4
Ce qui est un simple défaut pour les autres, est pour moi assez insupportable, étant donné que les combats sont un des points que je juge primordiaux.
Or, ce Black Sigil nous propose ce qu'il y a de pire dans le domaine. Des fréquences trop rapides pour les combats aléatoires (moins que BOF3, mais plus que la moyenne), et des combats quasiment injouables de façon correcte.
Le fait de rester bloquer en commençant le combat, par un ami, est tout simplement ridicule, surtout que c'est toujours un bourrin au corps à corps et jamais un mage, comme par hazard...
De plus, il nous arrive souvent de commencer avec un handicap, on ne sait pourquoi, tel qu'empoisonné, paralysé ou aveuglé..!! burlesque !!
On ajoute à celà des icones ridiculement petites et mal fichues qui rendent les combats vraiment laborieux.
C'est dommage, à côté de çà, le scénario me paraissait pas trop mal, et l'humour était omniprésent.
Reste que graphiquement, ça fait quand même niveaux GBA, voire GBC...et là, ça craint un peu.

Bref, beaucoup trop d'approximations pour en faire un bon jeu à mon goût. (mais j'ai des goûts difficiles, àlors ceci explique peut être celà...)
synbios

le 16/11/2009
Edité le 16/11/2009
7
Très bon RPG old school qui m'a rappellé de bons moments passés sur Chrono Trigger, FF6 et autres perles SNES.

Le scenar tient la route (assez proche de celui de Suikoden Tierkreis, que j'ai fait juste avant, marrant), les persos sont réussis, le gameplay est assez chouette (les combos) et la durée de vie est plutôt conséquente (53 heures pour ma part, avec quêtes annexes. Mais sinon il faut bien compter 45 heures).

Seules véritables ombres au tableau, la fréquence des combats bien trop élevée qui découragera les moins téméraires, et quelques petits bugs malheureux (pour l'attente infinie dans la capitale des Dragons, il faut accélerer la vitesse des dialogues avant d'y aller...)

Mais il serait quand même dommage de bouder notre plaisir, car ce genre de RPG se fait rare de nos jours
GamerFF

le 01/11/2009
Edité le 01/11/2009
7
Black Sigil qu'est-ce que c'est ? Et bien :

+ Des personnages sortant un peu des classiques nippons, drôles et attachants, une histoire pas spécialement exceptionnelle mais qui se suit sans déplaisir, plusieurs fins, pas mal de quêtes secondaires, ...
+ Un RPG old-school dans l'âme et c'est quand même surtout ça qu'est bon, avec ses petits emprunts à droite à gauche ! ^^

+ / - Une jolie bande-son, dont on regrette le faible nombre de pistes.
+ / - Des premiers affrontements un peu mous, mais ça s'arrange nettement par la suite même si on aurait aimé que le concept des combats soit plus exploité (on utilise presque plus que des skills à la fin du jeu sans nécessité d'élaborer une stratégie de placement particulière).

- Un écran de transition identique pour l'entrée dans une nouvelle zone ou une rencontre avec des monstres, ce qui est parfois troublant.
- Un taux de rencontres trop élevé, diminuant malheureusement le plaisir de jeu.
- Quelques freezes pour les plus malchanceux.
- Le déséquipement de nos personnages après certains passages scénaristiques sans crier gare (changement d'équipe, événement important, ...).

Bref un jeu mine de rien réservé à ceux qui ont vraiment envie de s'y investir (même si sa durée de vie est dans la moyenne).
anhhoi

le 19/09/2009
Edité le 19/09/2009
7
J’adhère tout à fait au test de Medion sur Black Sigil.

Le plus gros défaut du jeu pour moi concerne les combats, mous, trop nombreux et trop longs (même si la barre d’action se remplira plus vite au fur et à mesure que les protagonistes progressent). J’ai aussi trouvé très bête que les personnages puissent se trouver bloquer sur le champ de bataille par des obstacles parfois insignifiants. Il m’est ainsi arrivé d’avoir un personnage qui se trouve endormi ou paralysé et qui bloque le passage, les deux autres qui le suivent ne pouvant plus rien faire sauf utiliser forcément des attaques utilisant des points de magie (points qui se régénèrent petit à petit gratuitement après chaque combat, quand même), à défaut d’avoir la chance de les voir équipés d’objets de soins d’altération d’état.

En effet, on ne peut pas utiliser les objets à loisir. Il faut les avoir préalablement équipés, sachant qu’un même type d’objet ne peut pas être porté par deux personnes différentes (pas très pratique).

Mon autre principale critique concerne la rareté des points de sauvegarde.

Malgré ces critiques, bizarrement, eh bien j’ai vraiment apprécié ce jeu au parfum old school, bel hommage au temps de la Super Nintendo, m’évoquant les heures passées notamment sur Final Fantasy 6 et Chrono Trigger.

Je me suis laissé emporter par l’histoire, intéressante bien que redevenant un peu classique sur la toute fin, et j’ai beaucoup aimé les personnages, que j’ai trouvé bien attachant pour la plupart et pas vraiment clichés, dont un clin d’œil à Final Fantasy 6 pour l’un d’eux.

En outre, Black Sigil propose de nombreuses quêtes annexes, variées et plutôt sympas, avec deux personnages optionnels à trouver (je me demande d'ailleurs comment se déroule la fin du jeu en leur absence).

Malgré leur qualité midi, j’ai aimé la plupart des musiques (mais pas le thème des combats).

Un jeu que j’ai pris plaisir à faire malgré les incessant (et saoulant) combats mais qui plaira peut-être surtout aux vieux joueurs à la fibre nostalgique.

[A noter que j’ai fait l’objet (une seule fois) du bug signalé par Medion, à savoir un freeze complet du jeu, alors que je marchais sur un point de soins (à côté de la sauvegarde donc…snif). Autre bug, une invocation gagnée qui n’apparaît pas ensuite dans mes attaques disponibles.]

74 active users (0 member, 74 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion