bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Enclave > Articles > Review

Enclave

arpg xbox europe
Enclave
Enclave : n.f. (du latin "clavis"=clé) Petit territoire isolé dans une région relevant d'une autre souveraineté. (dictionnaire Hachette)

Enclave est un A-RPG qui tire fortement dans le Hack'n Slash, mais qui sait conserver une identité rôliste, de par son univers, son histoire, et son système d'équipement. Développé par les suédois de Starbreeze Studios, dont c'est le premier jeu, et édité par Swing ! Entertainment Media, à qui l'on doit l'adaptation de Record Of Lodoss War en Europe sur Dreamcast, il vous place dans la peau de différents guerriers aux aptitudes variées et séparés en deux camps, nous verrons pourquoi.
Enclave
Enclave
Enclave

Je vais comme d'habitude commencer par relater ma prise de contact avec le packaging du jeu. La boîte verte est bien entendu fidèle à elle-même, totalement inadaptée aux illustrations qui se veulent médiévales, mais bon, rien n'y changera, alors autant s'y faire... L'illustration qui orne la jaquette est sobre et a le mérite de retranscrire efficacement le propos du jeu : ici, il sera bien question d'occire le plus grand nombre de créatures possibles, dans une ambiance heroïc-fantasy. La gravure du DVD est identique à la jaquette, mise à part une couleur qui tire davantage dans les tons or. J'en viens maintenant à la réelle satisfaction de ce packaging. : le manuel. Ce dernier est le plus esthétiquement réussi que j'ai jamais eu l'occasion de contempler (même l'avertissement sur l'épilepsie a été soigné). Dans une présentation élégante aux couleurs très bien choisies, ce booklet divinement illustré nous pose les bases de l'histoire, du système de jeu, et des différents écrans qu'on pourra rencontrer au cours de la partie.

Je vais maintenant brièvement planter le décor dans lequel le joueur aura le privilège d'évoluer. Très élégamment contée par le manuel, l'histoire prend place autour de la ville fortifiée de Celenheim. Ce lieu est situé au coeur d'une plaine extraordinairement fertile, suscitant la convoitise de tous les peuples. Ce furent les humains et les elfes qui les premiers prirent possession de ces terres si précieuses. Ils fondèrent Celenheim, et élevèrent tout autour des remparts pour se protéger de tous ceux qui convoitaient leur sol. Tous les assauts successifs furent repoussés, jusqu'au moment où le démon Vatar unifia toutes ces pauplades mécontentes et jalouses et lança un assaut de grande ampleur sur Celenheim. Les humains s'apprêtaient à plier sous le poids du nombre, lorsqu'un sorcier puissant apparut au sommet d'une proche colline et libéra son courroux, frappant le sol de son bâton et déchaîna ainsi la Nature elle-même. Durant une nuit entière, tout ne fut plus que chaos, le feu et le sang se mêlant en des volutes rouges qui seules coloraient l'obscurité qui venait de s'abattre. De la colère du sorcier naquit une faille gigantesque entourant tout Celenheim, qui devint ainsi une enclave au milieu de terres sombres et ravagées peuplées de créatures sombres peinant à survivre mais avides de vengeance. A ces créatures fut donnée le nom d'Extérieurs. Pendant ce temps, Celenheim et ses habitants connurent prospérité et croissance. Les rares créatures qui parvenaient à traverser la faille étaient aussitôt abattues par la puissante armée de l'Enclave. Cependant la Terre guérissait, et de jour en jour, d'année en année, la faille devint de plus en plus étroite, permettant à un nombre croisant de créatures de franchir la faille. Ce qui n'est pour l'instant que des raids isolés d'Extérieurs aveuglés par le désir de vengeance risque de devenir bientôt la renaissance de la puissante armée des ombres. Le jeu débute alors que les premières vagues de l'assaut s'abattent sur Celenheim Pour faire face aux dépenses de guerre considérable, la reine lève des impôts énormes. Le personnage incarné au début par le joueur ne peut plus payer ses impôts et il est jeté en prison. C'est à ce moment que l'on prend son contrôle.
Enclave
Enclave
Enclave

Le premier niveau est à la fois un tutoriel et une introduction à l'univers superbe du soft. Les murs s'écroulent autour de vous, victimes des catapultes ennemies, la forteresse subit sous vos yeux un début d'invasion, et la garnison a toutes les peines du monde à retenir les Extérieurs. Après avoir assisté à ce carnage lors de la première mission, la deuxième vous impose d'aller prêter main forte aux soldats et repousser l'ennemi. ... Et ainsi de suite : le jeu est une suite de "missions", chacune d'entre elles étant liée aux autres par des cut scenes utilisant l'incroyable moteur du jeu. La scénario a beau être classique, il n'en reste pas moins très bien mené et les événements scriptés apportent vraiment un plus à l'action.

Deux campagnes sont proposées dans Enclave : celle de la lumière et celle des ténèbres. Chacune d'entre elles possède ses propres personnages et missions. Seule la première est accessible au début. Environ douze missions vous seront proposées dans chacune des campagnes. Dans chaque campagne seront disponibles 6 personnages (hors persos cachés), qui se débloqueront dans l'écran de sélection au fur et à mesure qu'ils seront rencontrés par le joueur. Chacun dispose de capacités propres, et il arrivera qu'une mission soit quasiment impossible à compléter avec tous les personnages sauf un. Il faut donc bien évaluer les capacités de chacun. La campagne de la lumière vous proposera d'incarner : un chevalier, une chasseresse, une druide, un halfling, un ingénieur, et un mage. Du côté des ténèbres seront disponibles : un berserker, un assassin, une ensorceleuse, une liche, un bombardier, et un gobelin.

Le système de jeu est assez particulier. Sauf rares exceptions, il est impossible de sauvegarder à l'intérieur d'une mission, obligeant le joueur à tout recommencer en cas de mort prématurée. La gestion de l'équipement est quant à elle totalement inédite : le joueur dispose en début de mission d'une somme avec laquelle il pourra s'équiper. Cette somme grandira bien sûr au fur et à mesure des missions, plus ou moins suivant l'aptitude du joueur à ramasser les chaudrons e pièces d'or dissimulés un peu partout. Il est inutile d'économiser de l'argent : l'équipement est "loué", et l'argent qui reste n'est pas rajouté à la mission suivante. Un autre avantage est que l'on peut tout essayer, étant donné qu'on peut revendre un objet au même prix que celui de son acquisition Si on n'est pas satisfait de l'équipement qu'on vient de choisir, on peut ainsi le changer sans pénalité.
Le point noir du jeu vient de sa jouabilité. Non seulement les contrôles demandent un temps d'adaptation assez long, mais la difficulté intrinsèque du jeu est tout simplement colossale. L'absence quasi-totale de checkpoints pendant les missions n'arrange bien entendu rien à l'affaire. On note cependant une bonne idée qui consiste à permettre au joueur de passer rapidement de la première à la troisième personne, ce qui est très utile en fonction du type d'arme utilisé.
Enclave
Enclave
Enclave

Graphiquement, le jeu s'avère être tout simplement l'un des plus beaux jeux jamais sortis sur console. Le moteur du jeu est impérial, et le travail sur les textures est titanesque : il suffit de voir par exemple les tableaux accrochés au mur dans la maison que le joueur traverse au début de la deuxième mission. Le seul reproche qu'on pourra faire est le manque relatif d'interactivité avec les décors : seules quelques chaises et tables peuvent être brisées, de même que quelques fenêtres.

L'univers est quant à lui tout simplement génial, tant dans son fond que dans sa forme. Dans son fond, tout d'abord, on notera une originalité fort appréciable. Les "méchants" ne sont en fait qu'un peuple malheureux et condamné à une vie de misère alors que de l'autre côté de la faille vivent richement d'autres êtres qui n'ont rien de plus qu'eux. On éprouve ainsi une certaine pitié pour eux, ce qui n'est pas courant dans les univers d'heroïc-fantasy pure et donne tout son sens à la campagnes des Ténèbres incluse par les développeurs. Mais c'est surtout dans la forme qu'Enclave propose une atmosphère formidable. Les architectures sont démentielles, tant par leur élégance que par leur variété, tant par leur conception intelligente que par la recherche artistique dont ils ont fait l'objet. Les personnages sont également très réussis esthétiquement, mon préféré restant l'Assassin.
Les musiques s'inscrivent parfaitement dans le contexte, avec des sonorités celtico-médiévales, et une inspiration "elfique" assez marquée. On peut cependant leur reprocher d'être trop discrètes, couvertes par les cris de douleur des créatures exterminées. Les voix françaises sont tout à fait correctes, même si ce ne sont pas les meilleures que j'ai entendues jusqu'à maintenant.
Au niveau de la durée de vie, Enclave est très long, mais cela est avant tout dû à la difficulté énorme que nous imposent les développeurs.
Enclave
Enclave
Enclave
Ce jeu ne conviendra qu'aux plus patients, à ceux qui comme moi font passer l'atmosphère avant le gameplay. Il faut bien dire qu'une fois surmonté ce frein qu'est la difficulté, la récompense est énorme, tant les contrées que l'on visite sont belles et esthétiquement parfaites.

07/10/2002
  • Des graphismes hallucinants
  • Un univers très riche et recherché, aussi bien dans la forme que dans le fond
  • Une difficulté inhumaine
  • Une jouabilité qui demande un long temps d'adaptation
  • Peu d'interactivité avec les décors.
  • C'est TROP dur (Comment? Je l'ai déjà dit?)
  • C'est VRAIMENT TROP dur (J'insiste encore)
8

GRAPHICS 5/5
SOUND/MUSIC 5/5
STORY 4.5/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 3.5/5
Enclave > Commentaires :

Enclave

8
7

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pc [1]
6 commentaires sur Xbox
soulgiorkan

le 07/06/2010
8
Un jeu qui a partagé la presse... Pour ma part c'est une franche réussite aussi bien d'un point de vue graphisme qu'intéret. L'aventure est longue, on manie plusieurs personnages, et on fait évoluer leurs caractéristiques au cours du jeu. L'ambiance sombre du jeu est plutôt sympa. L'alternance entre incarnation du bien et du mal apporte un peu de variété. Le jeu n'est pas trop difficile comme cela a été décrié. Reste que la maniabilité n'est pas évidente par moment et qu'il n'y a pas de sauvegarde en cours de mission ce qui peut provoquer quelques crises de nerfs, car les missions sont longues! De plus l'histoire est assez conventionnelle... mais c'est secondaire dans un Beat'em All.
<
PXL

le 21/05/2010
3
un jeu qui m'a veritablement ennuyé, avec ses combats ultra répétitifs et pas vraiment soignés...

pour moi, un mauvais jeu...

Les graphismes etaient pas trop mal quand meme


le 31/03/2010
Edité le 02/04/2010
8
Bon, bah je voulais poster un bon commentaire sur ce jeu que j'ai vraiment bien aimé (faut sur Xbox) mais Zio a déjà tout dit, et de fort belle manière. Je crois qu'il ne sert à rien que j'en rajoute. Je pense grosso modo comme lui.
Anthemis

le 18/07/2007
Edité le 12/12/2012
6
Enclave , ou comment faire passer la technique avant tout le reste. Enclave est un jeu décousu possédant un scénario bateau, un gameplay plus que moyen, et qui reste très répétitif.( malgré les différents persos).
Cependant la qualité des graphismes, l'ambiance et les musiques et le fait de pouvoir jouer les deux camps, sauvent la mise, un jeu mi figue mi raisin, enchanteur et frustrant à la fois. Loin d'être la bombe annoncée ici en test tout de même.
Hayward

le 03/10/2004
Edité le 29/08/2007
9
L'un de mes jeux préférés sur XBox. Des graphismes couplés avec une ambiance et un univers excellent !! Les niveaux sont terribles et on se les refait avec plaisir pour trouver toutes les pièces d'or. De plus, les musiques signées Gustaf Grefberg sont magnifiques et on se prend à les siffloter de temps en temps.
Zio

le 00/00/0000
Edité le 22/10/2002
8
Il y a bien longtemps dans le monde d'Enclave, un démon du nom de Vatar apparut et voulut y faire régner la terreur. La guerre éclata entre les humains et les monstres alliés à Vatar. C'est alors qu'un puissant mage se tint devant le démon. Et tel Gandalf devant le Balrog, il frappa le sol de son bâton et créa une faille où le démon disparut. Mais la faille se propagea et sépara l'Enclave en deux. Isolé mais prospère se trouve alors Celenheim, peuplé d'humains, elfes, nains, etc. De l'autre côté se trouvent les Dreg'atars, Les serviteurs de Vatar, des orcs, des trolls, etc... La faille protégeait Celenheim mais la nature étant ce qu'elle est (ouah !!) la faille se rétrécit, permettant aux Dreg'atars de la traverser. Et ce jour arriva. Celenheim fut envahie et une nouvelle guerre commença. Les impôts furent augmentés pour payer l'armée et le peuple souffrait. En refusant de payer votre tribut, on vous jette en prison. Mais voilà, les Dreg'atars se sont avancés dans les terres de Celenheim et votre prison est attaquée. C'est ici que tout commence... Enclave possède un esprit Heroïc-Fantasy très prononcé. Mages, Druides, Elfes, Demi-elfes, Trolls, Orcs, etc tout y est. Sans parler des paysages typiques. Le jeu est découpé en missions. Le tout est scénarisé (et de belle manière) mais il n'y a pas un monde ouvert à la Zelda. Juste une carte où l'on choisit son niveau à traverser. Mais pour passer au suivant, il faut finir le niveau précédent, et pouvoir ainsi le refaire à loisir, au cas où, on n'aurait pas trouvé tout l'or. Ah l'or ! C'est un peu le pourcentage de la mission. Si on trouve tout l'or d'une mission, c'est qu'on la finie à 100% (encore que des items cachés sont à dénicher parfois). A chaque niveau, un total d'or diffèrent et bien sûr de plus en plus grand. Cet or sert aussi à acheter des équipements pour son ou ses héros. A vous donc boucliers, armures, épées, haches, arcs et tant d'autres choses. J'ai parlé de plusieurs héros. Car on peut choisir quel héros fera tel mission. Mais si au début seul le guerrier est sélectionnable, c'est en délivrant les autres que vous les gagnerez (et en finissant le niveau). Par exemple, la druide est détenue prisonnière, la demi-homme est attaquée et si vous la sauvez elle ouvrira aussi des passages. C'est un petit plus sympa, une sorte d'objectif secondaire dans certains niveaux. Bien sûr, chaque perso possède ses caractéristiques. Le guerrier est balèze au corps à corps et peut utiliser un bouclier ainsi qu'une arbalète. L'elfe n'utilise pas de bouclier mais un arc (elle peut lancer jusqu'à 12 flèches simultanément), une arbalète et une dague. La druide utilise les éléments de la nature (glace, feu) et les esprits. Elle peut faire apparaître des golems ou se protéger grâce à la magie. C'est un super perso : les autres aussi ont leurs caractéristiques que je vous laisse découvrir.

Parlons des différents décors de vos exploits. Plaines, villes, châteaux, fortins, plaines volcaniques,... les différents lieux sont variés et superbes. Une foule de choses est en mouvement, des papillons, des cascades d'eau, des ennemis qui font tout exploser, qui frappent le fer, qui se bourrent la gueule (oui, oui, dans le premier niveau !). Il se dégage une ambiance rarement vu dans une jeu d'action de ce type, une excellente impression de vie. A vous les combats contre catapultes, berserkers, monstres de lave dans ces paysages qui s'émancipent au fur et à mesure de votre avancée, les niveaux devenant immenses. Et trouver un chekpoint révèlera de la bénédiction divine. Ces chekpoints vous permettent de reprendre votre partie sans devoir recommencer le niveau depuis le début. Autant vous dire que c'est important, d'autant plus que le jeu est dur (très dur diront certains !!) mais ça change de ces jeux hyper-faciles que l'on boucle en un après-midi et puis basta ! Et vu le prix des jeux XBox, il vaut mieux que ce dernier nous dure longtemps (et c'est le cas). 25 niveaux, 2 campagnes (les gentils et les méchants), il y a de quoi faire !

Parlons technique un peu. Les graphismes sont fabuleux, d'une finesse rarement atteinte, les textures tuent, la modélisation des différents protagonistes est excellente et le design général est superbe. Bien sûr, l'esthétique tient plus du PC que du design jap' mais le tout se tient parfaitement. Un petit défaut quand même, il n'y a pas de remous quand on marche dans l'eau (superbe soit dit en passant !!). L'animation est quant à elle excellente à tous points de vue. Tout bouge nickel sans aucuns ralentissements, même avec les animations du décor et tous les ennemis. Ah si, un autre défaut ! Il arrive que cela saccade très légèrement quand la console calcule l'apparition d'un monstre au loin. Mais cela n'arrive quasiment jamais et cela ne dure qu'une demi-seconde. Autant dire que c'est négligeable.
Niveau son, là encore c'est génial pour ne pas dire parfait. Les bruitages sont superbes en complète concordance avec ce qui se passe. La lave bouillonne, pendant que les épées buttent sur les boucliers, la magie est lancée et les flèches sifflent... C'est génial et avec un matériel sonore adéquat cela devient dantesque. Les voix aussi sont très bonnes. Les monstres possèdent leurs propores tons. Les gobelins ont une voix aiguë et les trolls bien plus grave. Pour les humains, c'est pareil mais sans les effets de voix qui rendent les trolls si effrayants. A noter que le tout est en français et que le doublage est correct. Enfin pour clore le chapitre son, parlons des musiques. Si l'Ost existait, je l'achèterai aussi sec . Toutes les compositions sont magnifiques. Epiques ou malsaines, elles s'accordent avec le niveau parcouru. Souvent accompagnées de choeur superbe, elles ne sont absolument pas répétitives sachant changer de rythme lorsque l'action devient plus intense. Franchement, il est dommage qu'il n'y ait pas de "Sound Test".

Par contre au niveau maniabilité, tout n'est pas rose et beaucoup auront du mal à s'habituer aux commandes, surtout si ils ne jouent pas aux Doom-like. En effet, le stick gauche sert à se déplacer (avant, arrière, gauche et droite) et le stick droit sert à la direction. Par exemple, je regarde un arbre : si je vais à gauche ou à droite, je vais me déplacer en pas chassé (pour imager), si je veux courir à gauche ou à droite, il faut que je regarde avec le stick droit dans une autre direction. C'est confus à expliquer mais les joueurs de Doom-like sur console comprendront. Mais le plus chaud, c'est que le stick droit sert aussi à la vue. On peut alors regarder partout comme Shenmue. Le problème, c'est que cela ne se recale pas derrière le héros tout seul. Au début, on se perd facilement. On peut aussi sauter, s'accroupir, utiliser le bouclier, changer d'orne, utiliser une potion ou passer à la vue "Doom-like" (utile pour sniper les ennemis). Toutes ces actions confèrent une petite tactique à ce jeu que nombreux croient bourrin, impression accentué par l'hémoglobine qui coule à flots. Mais je le répète, bourriner comme un malade ne fait qu'avancer le joueur vers une mort certaine. Pour finir, les sauvegardes ne s'effectuent qu'en fin de mission et que le niveau de difficulté n'est pas sélectionnable. Un seul et unique niveau de difficulté... dur !

En conclusion, et même s'il est axé action, ce jeu est bon, beau, magnifique et cela fait longtemps que je ne me suis pas emballé comme ça pour un jeu. Alors ne boudez pas le plaisir juste parce qu'il est sûr une machine de 'crosoft et jetez-y un œil. C'est ce que j'ai fait et je l'ai acheté avec la XBoîte. Encore une fois, un superbe jeu !
62 active users (0 member, 62 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion