bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Final Fantasy VI Advance > Articles > Review

Final Fantasy VI Advance

crpg gba europe
Final Fantasy VI Advance
Le retour du mythe
Considéré par beaucoup comme l'un des plus grands RPG de la création, si ce n'est le meilleur, Final Fantasy VI s'offre une nouvelle déclinaison. Loin du portage mitigé de la Playstation, le jeu débarque cette fois-ci sur Game Boy Advance, permettant ainsi à tous de (re-)découvrir un mythe dans la morosité des transports quotidiens.
Et avec des bonus je vous prie, Square Enix ayant décidé de ne pas faire les choses à moitié.

La folie des hommes et des dieux

Il y a très longtemps, trois déesses qui étaient la source de toute magie sur Terre se déclarèrent la guerre, période noire retenue comme "la guerre des Magies". Leur puissance magique était telle qu'elles engendrèrent des "Espers", créatures magique à leur service, aux fantastiques pouvoirs. Hélas, les humains, dans leur quête de puissance et de suprématie, prirent vite conscience des pouvoirs des Espers, et se mirent à se servir d'eux à des fins destructrices. Après avoir été dépassée par leur folie, les déesses prirent conscience de leur erreur et décidèrent de se changer en pierre pour se repentir. Les humains et les Espers se séparèrent, ces derniers s'isolant dans leur propre monde afin de ne plus être manipulés pour de sombres desseins. Les Espers partis en emportant les statues des déesses déchues, la magie disparut du monde des hommes.
La guerre des Magi passée au rang de vieille légende de grand-mère, les hommes se mirent à développer la technologie, source de progrès mais aussi de désastres humains. Le monde est aujourd'hui dominé par l'Empire, qui possède la technologie la plus avancée. L'empereur Gestahl et son bras droit, le machiavélique Kefka, rêvent de domination globale sur le monde. Surtout, Gestahl rêve de s'emparer du pouvoir des Espers, après en avoir été si proche 18 ans auparavant lorsqu'il réussit à s'infiltrer dans leur monde et à en capturer. Depuis lors, de nombreuses expériences sont conduites au sein de l'Empire, et Gestahl ne pense qu'à forcer à nouveau la barrière pour capturer tous les Espers restants.

Le début du jeu nous place dans la peau de Terra, jeune fille amnésique possédant d'étranges pouvoirs, qui est envoyée en mission par l'Empire à Narshe, au nord du continent. Il semblerait que les traces d'un Esper aient été trouvées. Mais, sur place, l'Esper va se réveiller au contact de Terra, et se débarrasser des deux soldats l'accompagnant. Recueillie par la Résistance, Terra va commencer une longue quête identitaire, qui va amener le joueur à contrôler une incroyable palette de personnages.
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance

Emotions

J'ai souvent entendu dire que le scénario de Final Fantasy VI était exceptionnel, et marquait les joueurs à vie. Personnellement, si j'ai trouvé le scénario intéressant, il me semble qu'il n’apparaît pas comme ce qui fait de FFVI un jeu culte, un jeu à part, capable de transporter le joueur comme peu de RPG, et m'a même semblé finalement classique et quelque peu effacé par moment.

Non, pour moi la force du jeu tient dans les scènes, toutes plus cultes les unes que les autres, et dans ses personnages. Oubliez le classique (mais si plaisant) schéma du héros bouseux qui part de son village pour sauver le monde d'une menace (comprenez le grand méchant avide de pouvoir qui va réveiller un infâme vilain qui dort depuis la nuit des temps) et qui va rencontrer au fur et à mesure son équipe. Non, FF6 ne possède pas un héros autour duquel est structuré toute l'histoire. FF6, c'est un ensemble de situations vécues par des personnages (presque) tous charismatiques et travaillés, qui vont se croiser, se séparer, et chacun avoir leurs propres motivations et raisons de se battre (ou non). On est régulièrement émerveillé devant la beauté de certaines scènes (l'Opéra, une des plus belles scènes vues dans un RPG), très souvent ému par les émotions véhiculées (la chute de Doma) ou encore enragé par les actions presque inhumaines de Kefka.
La force du titre, c'est ça, le jeu happe totalement le joueur, qui en oublie presque ce qui l'entoure, non pas par son histoire, mais par la galerie des personnages et les sentiments qui les habitent.

Final Fantasy 6
est un jeu mature, qui évoque les horreurs de la guerre, la quête du soi et la lassitude de la vie.
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance

Le Final Fantasy de la rupture

Final Fantasy VI marquait clairement une rupture dans la saga, et reste aujourd'hui encore un épisode un peu à part. De part sa non présence d'un héros désigné, bien sûr, mais également par l'absence des cristaux, caractéristiques des précédents opus, et par l'ambiance générale du jeu. On pourrait également considérer qu'il s'agit d'un épisode central, transition entre les FF old school et les nouveaux mettant en avant les phases de scénario et la mise en scène léchée.
Jusqu'alors, les jeux de la série arborait fièrement une ambiance Heroic-Fantasy, et se présentaient vraiment comme une sorte de fantaisie finale. Ici, dès les premiers instants, on se retrouve devant une ambiance quelque peu Steampunk, teintée de fantaisie, tandis que la deuxième moitié du jeu (on peut considérer que le jeu est découpé en deux parties majeures) vire vers le Baroque Post-Apocalytpique. Une orientation qui a surpris (souvent positivement) les fans de l'époque, et qui devraient surprendre à nouveau ceux qui se sont replongés avec délice (ou horreur, selon l'épisode) dans les origines de la série grâce aux multiples portages de Square Enix, qui aime donner l'occasion à ses fans de redécouvrir les jeux qui ont fait sa légende (à moins qu'il n'y ait quelque appât du gain là-dessous ?... Non...).
Enfin, la deuxième partie du jeu abandonne totalement les indications, et le joueur est livré à lui même, devant chercher les infos, et oublier la linéarité des précédents sur Super Nintendo. Une sorte de retour aux sources, qui rappelle le premier Final Fantasy, sans jamais être lourd, contrairement à ce dernier.

C'est aussi le premier (et le seul dans une certaine mesure) Final Fantasy qui permettait de choisir son équipe parmi un grand nombre de personnages (14, dont certains tout de même bien cachés), avec de nombreux splits qui donnent lieu à la constitution de plusieurs équipes différentes.
La direction artistique avait une nouvelle fois été confiée à Yoshitaka Amano et son style si caractéristique. Si son style pour les artworks et les visages m'a toujours laissé une certaine impression mitigée (certes, certains parleront d'art, mais est-ce vraiment approprié à un jeu vidéo ?), on se régale toujours devant le bestiaire du jeu, fabuleux, varié et d'une beauté sublime.
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance

Une certaine perfection vidéoludique

Mais que ce serait un jeu culte sans un gameplay solide et un équilibre parfait ?
Final Fantasy VI reprend évidemment le fameux ATB, et des combats à quatre combattants. Loin des personnages façonnables de FF3 ou FF5 mais finalement sans réelle identité en combat, le jeu intègre des "skills" propres à chaque personnage. Ainsi, Locke pourra voler des objets, Sabin utiliser les fameux Blitz (coup d'art martial nécessitant une petite manip' à la manière d'un jeu de combat) et Gau partir quelques combats le temps d'assimiler les techniques des monstres de la zone, par exemple. Chaque personnage est à ce sens vraiment unique, tant par son background et sa personnalité que par ses compétences propres. Pour autant, Square ne délaissait pas la possibilité de modeler un minimum les membres de l'équipe à sa façon. Au cours du jeu, on récupère de nombreuses magicites, reliques contenant l'essence et la puissance des Espers. Ces petits bouts de métal donnent accès aux fameuses invocations, que l'on peut utiliser une fois par combat, et qui permettent de lancer des magies dévastatrices, de se guérir ou d'augmenter ses diverses défenses.
Quel rapport avec la customisation de ses troupes ? J'y viens!
En équipant ces fameuses magicites, on permet non seulement aux personnages d'apprendre de nouvelles magies (graduellement avec les combats), mais également de moduler les gains de caractéristiques au passage de niveau. Si les premières donnent des bonus négligeables comme +1 d'attaque ou de défense, les dernières magicites donnent des bonus tels que HP+50% ou MP+50%. Il devient alors aisé de monter une véritable brute ou un magicien, ou bien sûr en prenant le temps, un guerrier polyvalent capable de tout.

Le jeu est par ailleurs parfaitement équilibré, la difficulté étant croissante et jamais oppressante, contrairement à bien des jeux de la génération 16 bits. De même, la fréquence des combats est simplement parfaite, on échappe aux classiques affrontements tous les deux pas qui donnent envie de se jeter par la fenêtre. Les lieux sont incroyablement bien pensés, variés, et demandent toujours un minimum de réflexion. Enfin, il est à noter que le jeu n'est pas avare en quêtes annexes, plus qu'intéressantes pour développer le passé des protagonistes, ou encore pour se mesurer à des défis plus ardus que de coutume.
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance

Pureté éternelle

Techniquement, le jeu faisait honneur à la Super Nintendo. La conversion fidèle n'est certes plus époustouflante de nos jours, mais les graphismes restent toujours aussi agréables et pleins de charme. Les sprites des différents persos sont mignons, et possèdent plusieurs expressions pour bien souligner les émotions vécues. Les décors sont fins et détaillés, avec souvent du scrolling différentiel du meilleur effet. Mais ce qui a toujours été brillant dans les Final Fantasy, ce sont les ennemis lors des combats. Final Fantasy 6 n'échappait pas à la règle, avec des monstres souvent énormes, originaux et d'une beauté rare. Mais, comme il faut un mais, ils sont hélas une nouvelle fois statiques.
Toujours au rayon technique, on peut noter les excellents effets de transparence et de déformation accompagnant les magies et attaques spéciales, qui restent un régal pour les mirettes, et ce même plus de 10 ans après la sortie originale. Il n'y a donc rien à craindre de ce côté. Même presque non retouché, la technique du jeu fait toujours mouche, et n'a pas grand chose à envier aux meilleures productions de la portable de Nintendo.

Enfin, comme il faut garder le meilleur pour la fin, parlons de la bande-son.
On a rarement entendu si pures, si belles et si émouvantes compositions. Cela restera comme le chef d'œuvre de Nobuo Uematsu (No-bu-o), pourtant pas le dernier quand il s'agit de pondre des compositions de premier ordre (preuve encore avec Lost Odyssey). Mais ici, le maître était à son apogée, maniant son art comme Zidane manie le ballon (ouais bon, restons abordable à tous, surtout aux beaufs comme moi). Alors que j'avais déjà fini plusieurs fois le jeu, j'ai une nouvelle fois été émerveillé, arrêtant souvent de jouer pour laisser tourner la musique (et la siffler dans le métro lors du passage mythique de l'Opéra, je suis passé pour un gros geek, pas très grave, j'en suis un!).
Une bande-son inoubliable, souvent citée à juste titre comme l'une des meilleures jamais entendues.
Mais...
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance

Les joies du portage

Premier constat, la qualité sonore en a pris un sacré coup. Si le jeu original impressionnait par la maîtrise du processeur sonore de la 16 bits de Nintendo et en tirait toute sa quintessence, ce remake écorche les si belles sonorités de nos souvenirs. Son un peu saturé, qualité au rabais, on est clairement déçu. Mauvais travail de Square Enix ou réelle limitation de la console ? Difficile à dire, et l'on finit par s'y habituer, les mélodies restant toujours aussi somptueuses.

Passée cette déception, il faut bien honnête, le reste est un long chemin de sans faute, qui fait passer la pilule sans problème.
La version Super Nintendo souffrait de quelques bugs ? Ils ont été corrigés.
La traduction était considérée comme peu fidèle à la version japonaise par moment ? Elle a été retravaillée.
Et pour ceux qui n'aiment pas l'anglais, on peut passer le jeu en français, avec une traduction plus qu'honnête. De ce côté là le travail est réalisé est de qualité, ce qui ravira les fans.
Mais, depuis Final Fantasy IV Advance, qui proposait de très nombreux ajouts intéressants, le fan est gourmand, on en attendait donc autant ! Inutile de le cacher, il y a bien moins d'ajouts, mais le jeu original n'en nécessitait pas vraiment. On pourra donc citer les deux nouveaux lieux, pour les plus acharnés, les nouveaux Espers, les nouvelles magies, ainsi que la présence désormais classique d'un bestiaire consultable et d'un sound test.
Des ajouts plaisants, qui pourraient convaincre les derniers réfractaires aux portages/remakes de se laisser tenter.

Du bon boulot, pour un jeu de légende.
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Final Fantasy VI Advance
Véritable ode à la poésie, Final Fantasy VI débarque sur Game Boy Advance précédé d'une flatteuse réputation. Faisant partie de ces RPG intemporels, il devrait passionner les joueurs qui n'ont pas eu l'occasion de le découvrir, ou tout simplement ceux qui ont envie de refaire l'un des meilleurs RPG de la création dans les transports, bonifié par les quelques ajouts judicieux.
Tout juste pourra-t-on regretter une perte de qualité dans le son, mais ce n'est qu'une goutte de saturation au milieu d'un océan de perfection.

06/08/2008
  • Un jeu parfaitement équilibré
  • Le bestiaire du jeu
  • Les personnages, (presque) tous très travaillés
  • Les bonus, discrets mais excellents
  • Les musiques fantastiques malgré...
  • ...une perte de qualité sonore qui sature un peu
  • Assez court en ligne droite
9.5

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 3.5/5
STORY 4/5
LENGTH 3.5/5
GAMEPLAY 4.5/5
Final Fantasy VI Advance > Commentaires :

Final Fantasy VI Advance

9.5
9.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
21 commentaires
PXL

le 04/09/2014
5
Depuis le temps que j'ai ce jeu et le nombre de fois que je l'ai commencé puis abandonné par ennui...
Je l'ai enfin fini, après avoir enchainé les 5 premiers épisodes d'affilée (y compris la suite du IV) et je dois dire que je suis déçu par cet épisode 6.

Les plus : La bande son.
Pour le reste, on repassera.

Je trouve le jeu assez chiant dans sa première partie et terriblement ennuyeux dans sa deuxième partie, ceci dû au fait de passer par un levelling interminable pour faire apprendre les sorts les plus importants à ses persos et leur faire gagner quelques précieux niveaux. c'est vraiment très long...

J'ai fini le jeu en 36 heures. avec tous mes persos niv 50 minimum et avec tous les sorts les plus importants appris par ces derniers. Ce qui m'a valu au moins 7 ou 8 heures de levelling pour ça sur tout le jeu. Dont 5/6 heures avant d'attaquer le dernier donjon.

Sans parler du fait qu'il n'y a pas vraiment de personnages qui se détache du roster (personne n'est plus important qu'un autre), ces derniers n'augmentent pas de niveau quand on en les utilise pas, d'où le levelling interminable.

D'autre part, le fait qu'un personnage ne soit pas plus important qu'un autre n'engendre pas une destinée incroyable dans le jeu. C'est un groupe de persos qui se bat contre le plus grand méchant de l'univers qui veut détruire.... l'univers lol... en fait ce sont les Gardiens de la Galaxie version FF.

Comme dans ce film, les persos ont chacun leur spécialité et leur caractère, là dessus c'est un bon point. Mais comme le film, le scénar est à la ramasse. L'univers créé est original à n'en point douter, mais ça n'en fait pas une histoire originale. résultat des courses: Gentils/ Gros Méchant/ Détruire le Monde/ Sauver le Monde... point barre. On mets un semblant d'univers de chimères pour faire croire qu'on fait des trucs nouveaux mais ça s'arrete là, le monde des chimère ne prenant aucune part au scénario et n'étant pas plus grand qu'un timbre poste.. c'est dommage y avait de quoi faire à ce niveau là.

La deuxième partie du jeu est semble-t-il plus dark, plus mature, plus sombre... mais ça ne se ressent pas tellement quand on visite les villages. Tout le monde va bien alors que rien ne pousse... lol, ils ne connaissent même pas la faim... il faut attendre de découvrir le chateau de Figaro pour enfin trouver des gens qui en ont chié.

Au final, Le bad guy, n'est même pas intéressant. autant le personnage est comico sadique pendant tout le jeu, pour mourir comme une merde sans un mot. Et la fin, n'en parlons pas.. elle est longue et techniquement belle. mais totalement inintéressante. c'est juste pour faire passer les crédits et montrer le roster de personnages... sorti de ça on devine que tout le monde va bien dans le meilleur des mondes mais on aurait aimé voir ce qu'ils deviennent...

Enfin bon, je pense que je n'y rejouerai plus. Je lui mets la moyenne.
Elekami

le 09/05/2014
10
Tout simplement LE meilleur Final Fantasy.
Graphismes sublimes, bande-son géniale, histoire passionnante, gameplay parfait et un contenu annexe exceptionnel qui nous maintient et des dizaines et des dizaines d'heures sur ce chef-d'oeuvre.
Portage impeccable pour un jeu intemporel !
Lokki

le 14/01/2014
10
Je ne vais pas y aller par quatre chemins, Final Fantasy VI est un vrai petit bijou. Je ne sais pas quoi vous dire d’autre sur ce jeu tant ce fut un vrai plaisir de le découvrir ! Je comprends maintenant très clairement pourquoi cet épisode est considéré comme unique dans l’histoire de la série et pourquoi Allesthar me tannait tant pour que j’y joue !

Moi qui suis un grand un fan de Final Fantasy VII, j’ai pu découvrir à quel point Final Fantasy VI avait influencé son successeur. Honnêtement, ce jeu n’a pas vieilli d’un pouce que ce soit au niveau graphique, au niveau du Gameplay ou au niveau du scénario.

Pour tous les amateurs de RPG, j’estime que ce jeu est un must have et qu’il fait partie des meilleurs (le meilleur ?) Final Fantasy ! S’en passer serait une erreur.

Les "plus"
- Une mise en scène et un scénario captivants
- Des musiques enchanteresses
- Un univers fascinant
- Des personnages attachants et nombreux
- Une durée de vie importante avec de vraies quêtes annexes

Les "moins"
- Difficile de se procurer la version GBA (traduite en français) à moins d’avoir un portefeuille bien fourni !
anhhoi

le 11/01/2013
10
Un jeu toujours aussi bon. Et j'ai apprécié l'effort d'ajouter une traduction française que je trouve honorable.
Par contre, même si j'ai terminé le donjon bonus, je ne l'ai pas trouvé extraordinaire.

Pour le reste, des musiques toujours aussi divines (même si elles rendent moins bien sur ce support), une magnifique galerie de personnages, une ambiance toujours aussi magique.

J'adore!
Mikaya

le 12/03/2012
9
Pas de com ici aussi?? WTF? (désolé, je fais un tour de mes RPGs sans com !)
un jeu exceptionnel qui mérite que tous le monde s'attarde dessus une fois dans sa vie de gamer
Kronos59

le 28/02/2012
10
Et voilà, je viens de terminer FF6, et je comprends évidemment en quoi c'est un monument du jeu vidéo...
L'histoire proposée est vraiment classe, le scénario très bien amené, avec peu de temps mort. Quand on voit certaines scènes par rapport aux rpg actuels, on se dit "à l'époque, les scénaristes avaient des couilles!" tant les scènes dramatiques se succèdent, les émotions (que ce soit l'amour, ici abordé subtilement ; ou le désespoir) sont parfaitement mises en scène, si bien que j'ai eu la larme à l'oeil deux ou 3 fois devant mes petits pixels... BRAVO.
Pour rester dans le domaine de l'histoire, on a affaire ici à un méchant des plus charismatiques, me rappelant (surtout à la fin) Sephiroth certes dans un autre style ; ainsi qu'à un casting de personnages touffu (14) mais pour la plupart (allez, au moins 10) très intéressants et disposant d'un background riche. D'ailleurs, à la fin j'ai certaines questions sans réponse, notamment sur un personnage bien mystérieux...

En parlant de ce méchant charismatique, j'ai juste été soufflé par la beauté du combat final (design du boss + musiques!) vraiment épique, à noter aussi qu'on a affaire selon moi à une des meilleures ost de ff (avec le 7), l'histoire possède comme je le disais son lot d'événements dramatiques et les musiques soulignent parfaitement cela, j'ai des tas d'airs mémorables en tête. La classe!

Le système de combat est le classique mais efficace ATB, et le système d'évolution utilisant les chimères pour apprendre les magies est très bon, d'autant plus que ces dernières sont très nombreuses. Les quêtes annexes apportent elles aussi un ajout satisfaisant, notamment les chimères cachées, les personnages cachés et les 8 dragons à battre.

La durée de vie je ne la trouve ni très courte, ni très longue, juste bien ; sachant qu'à l'époque on n'avait pas droit à des cinématiques et les animations restaient minimalistes, le jeu gagnerait une dizaine d'heures en passant sur consoles actuelles j'en suis certain. J'en rêve d'un remake, s'il ne dénature pas le ton original avec des bonus comme on en voit dans l'actuel FF XIII-2 (sic)...


en un mot : LEGENDAIRE. 5/5 mérité amplement!
heavenly

le 22/10/2011
10
Tous simplement le final fantasy le plus représentatif de la licence... tout y est magique et parfaitement maîtrisé... Une legende videoludique !!
yusuke

le 21/10/2011
9
FF6 est un excellent jeu,un magnifique rpg et un très grand FF.
Il dispose d'un scénario intéressant,bien ficelé et qui nous permet de faire la connaissance de personnages charismatiques tout au long de
l'aventure.
Le système de combat est comme d'habitude,d'une simplicité remarquable mais diablement efficace avec des personnages disposant chacun d'une aptitude spécial ce qui permet de créer une équipe homogène avec la multitude de personnages disponible.
Les musiques sont excellentes,du grand travail d'Uematsu encore une fois En particulier,le thème de Terra !
Les quêtes annexes ne sont pas légions,mais elles sont vraiment intéressantes et elles nous permettront de gagner des objets rares ainsi que des Espers ce qui n'est pas à prendre à la légère ^^
Seul bémol,j'ai trouvé le jeu relativement court,même si pour l'époque,ca me parait un peu normal,mais les graphismes en 2D du jeu,je trouve,gâche la fin du jeu,qui ne transmet aucune émotion...
En bref,FF6 est une perle que tout rpgiste se doit d'avoir terminer au moins une fois !

maxff9

le 16/10/2011
10
Un jeu long et prenant dans lequel on veut tout parcourir, tout découvrir.
Je ne me suis pas ennuyé un seul instant, que ce soit au niveau du scénario ou du système de jeu.
Beaucoup de bons personnages avec leurs histoires propres dans une ambiance sonore réussie. Les décors et graphismes sont excellents pour la vieille GBA.

Ce jeu est à faire absolument
Elincia

le 04/08/2011
Edité le 04/08/2011
9
Pendant les premières heures de jeu, j'étais très sceptique. L'intrigue a un peu de mal à vraiment décoller, je n'étais pas entrainé dans l'aventure. Puis au fur et à mesure ça s'améliore, on découvre toute une galerie de personnages tous plus intéressants les uns que les autres (bon ok, sauf mog, umaro et gogo) et on s'attache très vite à eux. De ce fait lorsqu'arrive la seconde partie du jeu où on craint de tous les perdre et que l'on se met à leur recherche et que l'on découvre dans le même temps leur passé, plus ou moins touchant (mention spéciale à Edgar/Sabin et Celes), c'est l'apothéose. Toutes les retrouvailles sont finement orchestrées et on se délecte de ces instants.
Du reste, le soft est porté par une très bonne OST et s'appuie sur un système de combat qui a fait ses preuves. On pourra peut-être regretter la facilité du titre qui fait que l'on torche le boss final un peu trop vite.
En bref, un excellent jeu.
61 active users (0 member, 61 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion