bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Tales of Phantasia > Articles > Review

Tales of Phantasia

crpg snes japon
Tales of Phantasia
Japon, fin 1994. Wolf Team sort le premier volet de l'une de ses plus prestigieuses séries sous la houlette de Namco : Tales of Phantasia. A sa sortie dans le pays du soleil levant, le RPG impressionne. En effet, tenant sur une cartouche de 48 Mbits (une première pour l'époque), il rencontre un vif succès grâce à des graphismes proprement époustouflant et un système de combat tout à fait original.

Scénario

Tout commence par un combat, les combattants ainsi que l'ennemi (un sorcier, semble-t-il) vous sont inconnus. L'équipe est très mal en point et l'issue du combat semble immuable, l'ennemi va gagner. C'est alors qu'un des alliés lance un sort d'une puissance inouïe, le combat prend fin et le sorcier est scellé dans un champ de force grâce à deux pendentifs... Fin du prologue.
Dix années ont passé depuis. Le jour de ses quinze ans, Cless, notre héros part à la chasse avec son ami Chester. Durant la chasse, nos amis poursuivent un sanglier qui les mène devant un arbre carbonisé. Cless, seul à se moment, a la vision d'une femme devant ce même arbre mais en bonne santé. Celle-ci lui demande de protéger l'arbre. La vision s'estompe, Chester réapparaît (il poursuivait le sanglier) et vous battez l'animal. C'est alors que la cloche du village retentit, vous rentrez au village : il a été entièrement détruit et tout le monde a été tué y compris les familles de nos deux héros. Après plusieurs (més)aventures (sachez que Mint, une magicienne a rejoint votre équipe) vous vous retrouvez devant le sorcier qui a détruit la ville et vous vous rendez compte que c'est le même sorcier que vous avez découvert dans le prologue (comme par hasard). Alors, pour vous protéger (vous alliez clairement vous faire exploser), Morisson un allié qui a rejoint votre équipe auparavant lance un sort qui catapulte Mint et Cless dans le passé. Chester et Morisson restent seuls devant le sorcier (vous savez maintenant qu'il se nomme Dhaos), leur destin est donc plus qu'incertain...
Voila c'est le début de l'histoire, sachez que vous parcourrez le temps et l'espace dans l'unique but de détruire Dhaos. Malgré la simplicité de sa trame principale, sachez que l'histoire est excellente et les rebondissement nombreux.
Tales of Phantasia
Tales of Phantasia
Tales of Phantasia

Système de jeu

Tales of Phantasia (appelons-le ToP) est un RPG classique avec des combats aléatoires comme dans un FF. Mais sachez que le système de combats et d'évolution n'a strictement rien à voir, avec justement un classique FF. Le système de combat, qui se nomme Linear Motion Battle (LMB, donc), vous permet de dirigez un seul personnage parmi les quatre qui compose votre équipe (les autres sont dirigés par l'ordinateur, certains paramètres de leur IA peuvent être modifiés dans le menu du jeu). Pendant les combats vous êtes sur un plan horizontal, et c'est là ce qui fait la force du LMB : vous contrôlez réellement votre personnage ! Vous pouvez le faire courir, le faire frappez et lui faire sortir une des quatre techniques que vous lui avez préalablement assignez dans le menu (B et haut + B, avec deux assignements différents selon l'éloignement par rapport à l'ennemi). Ah oui, petite précision : vous pouvez, à tout moment, pendant les combats faire lancer un sort à l'un de vos alliés via le menu des combats (ou vous pourrez également utiliser des objets, comme dans un RPG classique, mais aussi modifier les paramètres de l'IA des alliés). Sachez également que votre inventaire ne peut pas compter plus de 15 objets de même nature (cela ajoute un petit côté stratégique aux phases d'explorations de donjons) et que vous pouvez remplir un sac de nourriture qui vous permettra de récupérer des HP et MP lorsque vous marchez. Tiens les donjons, parlons-en; ils sont très longs et parfois très durs. Mais là, je vous vois déjà en train de vous lever pour me poser la question suivante : Mais d'où vient cette difficulté ?? Tout d'abord, la fréquence de combat est GI-GAN-TES-QUE, énorme, vraiment je pèse mes mots, je n'ai jamais vu ça dans un RPG, vous aurez un combat minimum toutes les 15 secondes (ah, je viens de rechronométrer, toutes les 10 secondes en moyenne, en fait) à l'intérieur des donjons, pour l'information sachez que j'ai fait plus 1200 combats en 35 heures de jeu (un compteur vous l'indique dans le menu). Ce sentiment est accentué par la longueur des donjons. Mais rassurez-vous les combats ne sont jamais très longs (sauf peut-être dans le donjon final) et dynamiquement jouissif (oui oui, c'est le terme qui convient ^^). Une autre précision : un objet nommé eau bénite vous permettra de diminuer la fréquence de combats. La durée de vie est plus que respectable (entre 30 et 40 heures de jeu, pas mal pour l'époque) et les sous-quêtes nombreuses.
Tales of Phantasia
Tales of Phantasia
Tales of Phantasia

Technique

Techniquement parlant et en se remettant dans le contexte de l'époque, le jeu est SU-BLI-ME. De la 2D superbe qui avait estomaqué les petits japonais à l'époque (le jeu n'a jamais quitté le pays). Aujourd'hui encore, avec cette version Playstation, les graphismes restent très beaux. L'ambiance est magique et l'humour omniprésent (ARF, la scène du sauna, dans le village des ninjas ^^); l'espiègle petite sorcière, Arche, y est souvent pour quelque chose. Le character designer, Koshuke Fujishima est vraiment agréable (on le retrouvera sur Symphonia, Mutsumi Inomata se chargeant du chara design "gay" des autres épisodes). Les musiques quant à elles, sont signées Motoi Sakuraba, certains aimeront, d'autres pas. Je les trouves pas mal pour la plupart d'entre elles (certains thèmes sont excellents : combats, Fire Tower et certains thèmes tristes). Vous aurez même une petites surprise pour le thème des crédits de fins (attention SPOILER, que ceux qui ne veulent pas savoir sautent la ligne qui suit : c'est le boléro de Ravel remixé).
Tales of Phantasia
Tales of Phantasia
Tales of Phantasia
Au final, ce jeu se hisse sans efforts au rang des tous meilleurs RPG de la création avec un système de combats exceptionnelle, une histoire excellente, des personnages attachants et des musiques sublimes. Un RPG culte, le meilleur de la série, le plus beau et peut-être même le meilleur de la SNES. Rien que de vous en reparler, comme ça, j'en ai la larme à l'œil. ToP est ressortit en 1998 dans une version Playstation remanié (meilleurs graphismes, quelques détails en plus) et qu'il n'est pas du tout insurmontable de se le procurer.

23/04/2003
  • Graphismes époustouflants pour un jeu 16 bits
  • Ambiance, design
  • Humour omniprésent
  • Personnages attachants
  • Fréquence de combats affolante
  • Des passages difficiles
  • Fin légèrement décevante
9

GRAPHICS 5/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 4/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 5/5
Tales of Phantasia > Commentaires :

Tales of Phantasia

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires gba [7] ios [0] play [5] psp [3]
25 commentaires sur Super Nintendo
Kray7

le 16/04/2021
9_5
Je peux enfin dire que après 15 ans... J'ai décidé de le terminer à 100% mais à la fin je n'ai pas pu récupérer certains ?articles pour une Perfect Save.
Au moins je suis content de 99% et ça me suffit: tous 5 chars MASTER LVL avec meilleur équipement, tous SKILL.
S'il n'y avait pas eu de stratégie différente pour le dernier boss, je ne l'aurais jamais fait.
Les deux points que j'aime le moins sont la ruée vers Alvanista et la difficulté impardonnable des batailles contre monstres et boss.

Un des rares RPG que j'ai adoré.
heavenly

le 15/11/2018
9
Prés de 20 ans après voici que je me décide enfin à faire la premier tales of (via la superbe traduction anglaise de la team "De jap"), et la découverte fut a la mesure de l'attente ! Graphisme sublimes pour de la snes, musiques divines de Sakuraba, scénario prenant et bien sur, le noyau dur du jeu: des combats hyper dynamiques et intenses ! Même si ce jeu reste très orienté rpg old school (à savoir bcp de combats et peu de blabla) c'est clairement un indispensable de son support et une pierre angulaire du rpg japonais )
Renty

le 19/08/2017
5
Tales of Phantasia é mais um daqueles grandes RPGs de SNES. Sua excelente parte técnica e sistema de batalha inovador impressionaram na época, e o jogo influenciou inúmeros títulos lançados depois. O jogo foi muito bem recebido no Japão, sendo adaptado também para a forma de anime e mangá. Várias versões foram lançadas para outros consoles, que receberam melhorias baseadas em outros títulos da série Tales.
flosuke

le 16/07/2015
8
Les bases de la série tales of, un bon jeu mais le système de combat est le point faible.
Elekami

le 09/05/2014
9
Tales of Phantasia fait sans doute parti des plus grands jeux de rôle de la Super Nintendo, pourtant déjà bien garnie dans le genre, de par ses qualités très nombreuses. Outre un système de combat aussi nerveux que novateur, on pourra également retenir une bande-son de choix, ainsi qu'une histoire qui se développe agréablement et astucieusement au fil de l'aventure. Long et riche, malgré quelques petits défauts qui paraissent vraiment mineurs face au plaisir procuré par l'expérience qu'offre ce premier Tales of, voici un jeu absolument incontournable pour tous les rôlistes, et qui près de vingt ans après n'a guère perdu sa fraicheur d'antan. En gros, un premier opus exceptionnel pour une série maintenant devenue mythique.
david06

le 03/11/2013
Edité le 03/11/2013
8
Le premier de la série bouclé en 1791 combats et 36heures

Au final, je ne suis vraiment pas déçu, cette expérience, très plaisante, m'a permis de voir que de nombreuses bases de la série étaient déjà présentes dans ce premier opus.
Le scénario est très basique malgré le voyage temporel et les personnages clichés au possible, mais on est happé par la musique de Sakuraba, la 2D magnifique pour le support et le système de combat hyper dynamique.
Du tout bon en somme
Riskbreaker

le 03/11/2011
Edité le 03/11/2011
7
Les Tales of, ça fait maintenant plus d'une décennie que j'en entends parler à toutes les sauces. Certains les considèrent comme les meilleurs rpg du monde (merci ToSymphonia) d'autres comme la pire mouise jamais créée.
Moi, j'étais plutôt du second bord.
L'aspect niais de cette série m'a toujours pousser à arrêter au bout de quelques heures... Et puis vint Tales of Vesperia qui, en dépits de quelques défauts, m'avait fourni une chouette aventure, riche et intéressante. Du coup, force est d'avouer que je devais revoir mon jugement et laisser une deuxième chance à cette série phare.
Commençons donc par le commencement, et par Phantasia.
40h plus tard, il est fini et c'est avec le sourire que je termine cette aventure.
Le soft est vraiment exceptionnellement beau et on approche de ce qu'il se faisait de mieux sur le support à l'époque. Seul Star Ocean reste devant (dans le genre RPG j'entends), mais ToP émerveillle assez souvent en début d'aventure. Malheureusement, certains décors peinent à se renouveler et au final, ma soif de dépaysement n'a pas été étanchée. Le monde n'est pas si grand que ça, et hormis quelques lieux d'enfer (le village des elfes, le donjon final, Thor), on tourne assez vite en rond. Surtout que dans ce titre, par l'intermédiaire de l'excuse du voyage temporel, on est obligé de se taper pas mal de backtracking.
Musicalement, c'est du très bon Sakuraba, et je dois dire dans la majorité des lieux, j'étais porté et entrainé par l'OST. Chose rare pour ma part avec cet artiste.
Pour le scénario, c'est du basique. On nous promet beaucoup de choses en début de partie, avec un méchant pas si méchant, des retours dans le temps, des personnages qui se croisent et se recroisent, mais au final, le synopsis est vraiment très simplet et retombe comme un flan à la fin quand Dhaos nous sort son speech final. Dommage.
Reste Arche, incroyablement brute de pomme, qui, en raison d'une trad' anglaise assez premier degré, peut choquer à plusieurs moments. Ce qui tranche totalement avec l'esprit général du titre. Cela dit, on l'assimile assez bien au final, et on commence même à rigoler en lisant certaines de ses répliques. Il faut s'y faire... Pour le reste de l'équipe, rien de phénoménal. Cless est l'archétype du héros inintéressant. Le blondinet qui va tout poutrer en somme, passons. De même pour tous les autres.
Et là on arrive au sujet qui fâche : la redondance des combats !
Durant 40h, c'est simple, j'ai fait plus de 1800 combats. Soit 30 combats par heure en moyenne, pas énorme hein ? Sauf que si vous virez les scènes de blabla, les phases de déplacement, et la durée des combats (entre 30 sec et 2 min en moyenne), ben on passe les 3/4 du temps là dedans... Je devenais fou. Jamais vu ça dans un RPG. On ne peut pas passer plus de 10 sec dans un donjon sans avoir un combat aléatoire. Horrible. Du coup, le plaisir de jeu en prend un sacré coup, et avec ce foutu dernier donjon, je dois dire que le titre a presque perdu un point sur la note... Groumpf.
Cela dit, les combats, bien que très basiques et demandant peu de skill/concentration, sont agréables et très dynamiques. C'est tout de même la base qui a servi aux excellents combats des titres futurs, et cela se voit.

Bref, au final, un titre de qualité oui, mais entaché de quelques défauts qui m'ont sincèrement énervé. Place à Destiny maintenant.
synbios

le 03/09/2010
8
Très sympa, premier épisode réussi d'une excellente série.
Bao

le 16/02/2010
Edité le 21/05/2013
7_5
Super jeu ce ToP. Beau et très prenant, les perso. sont très attachants, et surtout le système ce combat bien jouissif et dynamique (faut au moins ça, car la fréquence des fights était affreusement haute), et un scénar' plutôt simple mais sympa, tout ça étant suffisant pour tenir en haleine du début à la fin. C'est toujours sympa de découvrir la genèse d'une série, encore plus si elle est bonne.
Alban

le 14/02/2010
7
Un jeu sympa mais ... des combats trop fréquents (même si très facile).
N'ayant pas eu de chance, j'ai joué sur une version buggée ce qui ne m'a pas aidé à profiter pleinement du jeu en lui même.
Mais on sent un jeu avec un certain potentiel tout de même.