bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Divine Divinity > 3 galeries :

Divine Divinity

screenshots

pc [11]

artworks

pc [20]

wallpapers

pc [8]

Divine Divinity > Commentaires :

Divine Divinity

7.5

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
2 commentaires
Xeldar

le 11/07/2020
7

Divine Divinity est un jeu sorti en 2002 et est le premier jeu de la saga des Divinity, mais aussi le second jeu de Larian Studio. Ce dernier étant principalement connu récemment pour Divinity Original Sin, ainsi que pour être le développeur de la future suite de Baldur’s Gate.

Dans Divine Divinity, vous incarnez un personnage qui se fait soigner dans le village d’Aleroth suite à une embuscade par des orcs. Il va se rendre compte qu’il a été marqué pour être un désigné dont la mission sera de déjouer les plans du seigneur du chaos.

Le contexte est assez cliché et ne donne pas vraiment envie, mais ce n’est pas là que le jeu brille. C’est plutôt dans l’écriture qu’il a réussi à captiver mon attention, principalement grâce à un humour que j’adhère complètement avec des petits détails dans les dialogues et des situations plutôt cocasses. Il arrive aussi à captiver le joueur par son univers et son lore assez riche. Il y a pas mal de texte à lire, mais c'est plutôt intéressant et l'humour fait toujours mouche.
Un dernier point plus personnel, c’est que le jeu m’a totalement happé. Dés que je le lançais, je ne pouvais plus m’arrêter et je ne voyais pas le temps passer. Je voulais en plus découvrir un maximum de ce que le jeu avait à offrir et explorait ainsi le moindre recoin. Et c’est quelque chose sur lequel je dois vous avertir : si vous voulez faire ce jeu uniquement pour son histoire principale, passez votre chemin. Déjà car le jeu s’attends à ce que le joueur explore et fasse du secondaire, mais aussi car vous passerez à côté de 90% du contenu du jeu.

Maintenant le sujet qui m’a un peu plus divisé, c’est le gameplay. Divine Divinity c’est une sorte de mixte entre un Diablo et un Baldur’s Gate. Diablo pour l’aspect hack and slash en 3D isométrique où on tape des monstres à la chaine avec plein de loot complètement aléatoire, Baldur’s Gate pour le soin apporté à l’univers et à la qualité d’écriture des dialogues, personnages et quêtes ainsi que les diverses possibilités de résoudre ces dernières. J’ai vu PC Gamer le comparé à un Oblivion en 2D, et c’est vrai que ce n’est pas si loin que ça. En soi le gameplay n’est pas mauvais et le leveling permet de faire tout ce qu’on veut avec son personnage. On a accès aux arbres de compétences de toutes les classes, et ainsi on peut faire un guerrier qui fait de la magie ainsi qu’un mage qui se bat au corps à corps.

Le problème vient plutôt de l’équilibrage et du loot aléatoire. Tous les loots sont générés aléatoirement, à part certaines armes uniques. Les stats par contre sont complètement random. Un joueur peut ainsi se retrouver avec une arme unique ultra pétée, alors qu’un autre joueur aura la même arme unique mais qui sera aussi forte qu’une arme trouvée au fond d’une vieille poubelle. Ce qui fait que le jeu peut varier de beaucoup trop difficile à beaucoup trop facile juste sur le simple fait d’avoir de la chance ou non. Les joueurs avertis feront une sauvegarde avant d’identifier un item unique et rechargeront jusqu’à avoir des stats correctes.

Mais ce n’est pas tout, il y a aussi l’équilibrage des monstres. Vous pouvez rouler sur toute une zone, et puis vous rencontrez un ennemi élite qui sort de nulle part. Et pouf, vous vous faites one shot. Le jeu est sans pitié et peut paraitre très difficile au début. Une fois que vous avez vos premiers bons équipements ça va mieux et vous arrivez à mieux vous en sortir à part sur quelques boss. Puis viens la fin du jeu où si vous avez été chanceux, ou avez utiliser la méthode du save/reload sur les uniques, vous roulez tout simplement sur le jeu. Au point où vous pouvez faire un clic gauche sur le boss puis d’aller boire un café (même en difficile). J’avais une épée qui givrait l’ennemi quand je tapais, et ça fonctionnait même sur les boss. Ce qui faisait qu’ils ne pouvaient rien faire. L’équilibrage est vraiment aux fraises et c’est bien dommage.

Tant que je suis dans les points qui peuvent fâcher, je vais parler des bugs du jeu. Je n’en ai pas eu de très grave, mais j’ai vu sur les forums que certaines quêtes pouvaient être compléments cassées, rendant leurs complétions impossibles. Le jeu proposant une grande liberté, ça ne m’étonnerait pas que ça soit le cas. Il y a aussi le fait qu’il n’y ait aucune protection sur les objets de quêtes. Vous pouvez les jeter ou même les vendre. Heureusement le jeu garde en mémoire les emplacements de tous les objets, mais le monde du jeu n’est pas petit et il faut donc savoir les retrouver…

Je dois aussi préciser que l'interface n'est pas du tout ergonomique, et que si vous voulez y jouer dans une résolution d'écran actuelle, c'est à dire en 1080p, il faudra installer un mod car le texte sera sinon beaucoup trop petit.

Ça fait beaucoup de points qui peuvent faire abandonner le jeu à une personne, et je le comprendrai parfaitement. C’est de base un type de jeu qui ne plait pas à tout le monde, mais qui en plus est truffé de problèmes. La fin est en plus rushé dû au fait que Larian Studio a été poussé par son éditeur à sortir le jeu et n’a ainsi pas pu le finir comme ils le voulaient. Peut-être qu’un jour on aura un remake avec le jeu complètement fini ? S’il vous plait.

Personnellement, comme j’ai dit plus haut, j’ai totalement accroché au jeu. C’était ma petite drogue. C’était un vrai bonheur de vagabonder dans les décors du jeu, avec en plus une somptueuse musique. Que ça soit en vagabondant dans les ruelles de la grande et majestueuse ville de Verdistis, ou encore en essayant de trouver mon chemin dans la forêt sombre des elfes, ou tout simplement en étant porté par le vent sur les routes du monde de Rivellon.

Je recommande donc ce jeu uniquement aux personnes qui savent dans quoi elles se lancent. C’est un jeu qui a presque 20 ans et qui en plus a une tripotée de bugs. Il fait en plus un mauvais travail pour diriger le joueur et la version française qui change les noms dans les dialogues mais pas sur la map n’arrange pas les choses. Si vous êtes bloqués, n’hésitez pas à regarder un guide, il n’y a aucune honte à avoir. Si vous bloquez sur un boss, n’hésitez pas à aller faire autre chose dans le jeu, ou de changer la difficulté. Ce n’est clairement pas un mauvais jeu, mais il faut savoir être très tolérant par moment.


Takhnor

le 10/05/2013
Edité le 28/05/2013
7_5
Je précise que j'ai joué à la version "Divine Divinity HD" présente sur Divinity Anthology (patch 1.0061A), qui semble être la plus aboutie à ce jour.

DD m'a donné une impression assez particulière. Le choix des couleurs est un peu terne, mais ça reste plus roleplay pour du médiéval fantastique (que certains aspects flashy de Baldur's Gate ou trop goth de Diablo), ça reste soigné; l'interface au départ un peu dérourante et envahissante sur de petites résolutions, est découpée en plusieurs morceaux qu'on peut déplacer et masquer, et qui ne prennent pas autant de place sur de plus hautes résolutions; si l'intrigue principale et le background général ne sont pas spécialement très originaux, tout est bien amené, le fond étant assez sombre mais l'humour par petites touches donne un aspect attachant, d'ailleurs, un bon nombre de PNJ ont des noms qui étaient les pseudos des fans, ce qui est sympa dans l'idée. S'il y a peu de cinématiques en 3D, les "cut scenes" "in game" sont plaisantes; le voice acting sans être sublime, reste efficace et on reconnait quelques doubleurs(ses) connu(e)s. Finalement à la réflexion (en réécoutant certains thèmes sur l'OST du "collector" et en y rejouant un peu), si je préfère largement la version piano du thème principal, les autres compositions et arrangements procurent un certain envoûtement (le style de Koprowsky est parfois organique), ça reste assez spécial entre la musique typique de RPG des années 90 et des sonorités expérimentales, ce qui donne un cachet particulier à la bande sonore et caractéristique du jeu.

Le monde est en open-world et vaste, et on marche beaucoup mais merci à certaines astuces données quasiment dès le départ de l'histoire! L'aspect action offre une prise en main rapide, et si on a le choix entre six types de personnages (en fait 3 classes H/F, mage, guerrier, survivant), il existe de très bonnes possibilités de personnalisation, voire de prendre des compétences à la base spécifiques à une classe qui n'était pas celle d'origine. S'il y a un bon nombre de quêtes, il faut quand même noter que 95% d'entre elles sont faisables quelle que soit la classe, si on a pas mal de dialogues et des choix à faire, si les comportements des PNJ sont bien gérés avec le système de réputation, on est globalement amené à avoir une tendance de personnage bon.

Comme Larian l'ont eux-mêmes admis, la dernière grande map est malheureusement plutôt vide de quêtes à cause des problèmes de temps, mais cela dit pour la toute dernière zone, j'ai particulièrement aimé le level design, même si à cause du template de mon perso et des résistances, j'ai largement eu moins de mal à dégommer le boss de fin par rapport à un demi-boss.

Au final, Divine Divinity ne fait rien en mal, je trouve qu'il lui manque ce petit quelque chose pour être excellent. J'ai passé un bon moment et DD m'a apporté une certaine fraîcheur pour son mix entre sa base assez oldschool "Ultima-esque" et ses aspects modernes d'action.
75 active users (0 member, 75 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion