bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Rogue > 6 galeries :

Rogue

screenshots

pc [5] amg [7] c64 [2] atst [5] cpc [2] trs80 [10]

Rogue > Commentaires :

Rogue

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires cpc [0] at800 [0] atst [0] c64 [0] pc [0] trs80 [0] zx [0]
1 commentaire sur Amiga
sarbabilim

le 19/11/2010
Edité le 07/12/2010
8
Une première précision j'ai joué à la version IBM PC de 1983. Ce jeu m'a bluffé sachant qu'il date de 1980 pour sa première édition. Il s'agit d'un des pères du genre RPG et doit s'aborder comme un jeu qui permet des parties rapides et à chaque fois différentes. Pour le dire autrement, terminer Rogue est un vrai challenge, voire un rêve lointain qui se dissipe au réveil...

Passons rapidement sur l'histoire anecdotique : pour finaliser votre appartenance à une guilde de guerriers, les maîtres vous envoient équipé d’une masse et d’une armure dans les Dark Mountains à la recherche de l’Amulette sacrée de Yendor, volée par le méchant Dungeon Lord du coin. Au final, ce jeu consiste à explorer les différents niveaux d'un donjon, niveaux générés de façon aléatoire. Ce principe assure une excellente rejouabilité au titre.

Le coeur du gameplay consiste à tuer des monstres et s'équiper d'items pour devenir plus puissant pour tuer encore plus de monstres, et chercher des trésors et gagner en puissance et ... Bref c'est le B.A.-BA du hack'n'slash qu'on retrouve de façon primitive avec Rogue. Et c'est probablement la raison pour laquelle ce jeu est encore si addictif, jouable et appréciable aujourd'hui. Oui, addictif, jouable et appréciable malgré une réalisation d'un autre temps : visuellement pauvre, pas de son, pas de cinématique, pas de dialogue,...

En effet, vu de 2010, les graphismes de Rogue sont pour le moins "originaux" : le jeu est fait uniquement de caractères ASCII, c'est-à-dire les caractères du clavier, sans que cela nuise à la compréhension et l'immersion. Les monstres sont les lettres de l’alphabet ; on s'amuse ainsi à en trucider 26 sortes : des Z zombies, O orcs, B bats, S snakes,… On retrouve des symboles : pour les armes, potions, parchemins magiques, or, pièges,...

Au niveau des contrôles, oublions les facilités durement acquises avec le temps : une action = une touche du clavier. Par exemple, on s'équipe d'un anneau avec P, on enlève une armure avec T,... C'est sûr, c'est pas pratique, mais on s'y fait vite et en appuyant sur F1, le jeu se paie le luxe de vous rappeler tous les raccourcis. Autre atout de ce jeu : on peut sauvegarder à tout moment. A titre de comparaison, beaucoup d'autres jeux du début des 80s n'ont qu'un système très rudimentaire et contraignant de sauvegarde. Il existe même des jeux où il est impossible de sauvagarder !

Revenons à Rogue : s'agit-il d'un jeu de rôle s'il n'y a ni dialogue, ni histoire, ni cinématique ? Oui car on trouve quelques bases des RPG : gain d'expérience et de niveaux en tuant des monstres, caractéristiques basiques (vie, force, classe d'armure,...). Est-il trop dépassé ? Non ! Creusons encore le gameplay : on peut se battre au corps-à-corps ou à distance (en tirant des flèches, des carreaux ou tout ce qui est possible dans l'inventaire). La santé quant à elle se régénère automatiquement ou avec du repos. Cependant la difficulté globale du titre vous fera tout de même mourrir.

En effet, j'ai expliqué précédemment que le jeu est généré aléatoirement. Mais il n'y a pas que les niveaux du donjon qui soient aléatoires ! Ainsi, dans une partie, une potion rouge peut vous guérir, dans l'autre vous rendre malade, confus,... Il faut à chaque partie redécouvrir les effets des potions, des bâtons magiques, des anneaux,... Pour ce faire, vous trouverez parfois des parchemins d'identification (ah Diablo), très utiles. Pourquoi ? Car l'équipement peut être maudit : vous êtes content de trouver une armure de plate, vous la mettez et remarquez qu'elle n'offre pas le nombre de points de défense qu'elle devrait offrir (+9). En l'identifiant, vous constatez qu'elle offre un malus (-4), en en plus, vous ne pouvez pas l'ôter, à moins de trouver un parchemin spécifique ! Ou de tomber sur un monstre A aquanor, qui ronge votre armure à chaque coup ! Avec un tel principe de jeu, chaque partie est vraiment différente, et pimentée ! Car les parchemins d'identification sont rares.

En parlant d'Aquanor, il est temps de passer au bestiaire et autres joyeusetés du donjon : des monstres et des pièges de poisons qui diminuent votre force (à moins de boire une potion de force, si vous avez la chance d'en avoir dans l'inventaire limité), des monstres qui volent votre or, d'autres qui volent vos objets, des oubliettes qui vous font chuter d'un étage, des sorts qui vous rendent confus,... Et j'allais oublier le meilleur : le jeu intègre la gestion de la faim et il vous faudra régulièrement vous nourrir avec ce que vous trouvez dans le donjon, faute de quoi vous mourrez. Et croyez-moi, cela arrivera plus d'une fois...

Il y a encore beaucoup à en dire mais je vais m'arrêter ici, en espèrant vous avoir donné envie de tester ce Rogue. Pour être honnête, je suis loin d'avoir réussi à le finir, je suis arrivé au niveau 20 sur 26 (je crois) et je n'ai jamais vu la couleur de cette fameuse amulette de Yendor. Au cours des nombreuses parties, je suis mort de faim, massacré en 3 coups par un U ou un T, affaibli par les morsures d'un R, piégé par la confusion, mais jamais je n'ai été frustré. Rogue offre le plaisir simple d'un petit jeu moins basique qu'il n'y paraît. Pour son époque et eu égard à son grand âge et au fun qu'il procure, Rogue est à sa façon un jeu fondateur, aux côtés des Ultima et Wizardry.
40 active users (0 member, 40 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion