bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Blood of Bahamut > Articles > Review

Blood of Bahamut

arpg nds japon
Blood of Bahamut
Le sang de la Bête
Square Enix - plutôt actif sur la console portable de Nintendo mais également amateur de remake de ses anciennes gloires - décide un certain mois d'août 2009 de sortir un "rookie title" sur l'une de ses créatures phares : Bahamut. Non sans rappeler un certain Shadow of Colossus, nous allons voir si cet action-RPG est aussi intéressant à jouer qu'agréable à regarder au vu des différents trailers que la firme avait mis à disposition.

Bahamut, j'aurai ta peau !

L'histoire prend place dans un monde où les différentes cités reposent sur les épaules d'impressionnants et mystérieux colosses. Pour une raison toute aussi mystérieuse, les colosses se sont réveillés avec des envies d'en découdre dans une bataille sanglante pour la suprématie. Malheureusement, sans tenir compte des villes et des habitants qui sont présents et deux héros (Yui et Ibuki) vont devoir prendre les armes pour protéger leur cité Gigant.

Ne cherchons pas d'innombrables mots pour décrypter le scénario squelettique du jeu, car il n'y a pour ainsi dire rien à en ressortir. Des colosses qui portent des cités, des héros qui défendent leurs différentes zones, et Bahamut en ligne de mire... voilà en tout et pour tout l'unique prétexte pour installer un gameplay plutôt qu'un récit.

Bien sûr, les développeurs ont implémenté quelques séquences pour raconter les douloureux passés de nos six héros, mais les différents évènements sont si vite expédiés qu'ils n'apportent strictement rien au jeu. Amateurs de belles histoires, vous pouvez passer votre chemin.
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut

Bahamut l'audacieux

La première chose qui frappait lors des différentes images ou vidéos du jeu, c'est la patte graphique, et force est de constater qu'elle est à la hauteur. Après avoir pu apprécier un joli chara design et des menus un peu austères mais lisibles, nous pouvons de suite s'intéresser à la partie la plus impressionnante.

Les rares cut-scenes proposées offrent une perspective intéressante sur l'affichage double écran de la console qui nous montre des colosses plus impressionnants les uns que les autres avec parfois des designs superbes parmi de vieilles connaissances (Shiva et Bahamut entre autre). Les textures sont convaincantes, l'animation ne souffre que de peu de failles et c'est avec un certain plaisir que l'on voit ses mastodontes se déplacer plus ou moins gracieusement.

En revanche, le bilan est mois reluisant pour nos héros. En effet, les différents protagonistes et les petits ennemis se trouvant au premier plan sur la partie plates-formes sont en 2D et les sprites sont très loin d'être satisfaisants. Ca pixelise, c'est peu lisible et l'ensemble est massacré par un plan d'action risible à cause d'une vue horizontale qui ne permet pas de gérer convenablement ses actions.

On aurait pu plus ou moins s'adapter si le level design n'était pas aussi peu inspiré, et que Square Enix avait songé à débugger son titre. Bugs graphiques et de collisions, ralentissements, caméra à la rue avec des zooms qui sortent d'une autre dimension, il y a franchement de quoi être surpris alors que l'impact visuel lui, était assez saisissant. Dommage.

Bahamut l'épique

Pas grand chose à reprocher à la bande-son. Les différents thèmes très heroic-fantasy collent parfaitement à l'ambiance épique un peu apocalyptique des affrontements. On apprécie aussi ces thèmes variés pour la cohésion vis-à-vis des différents colosses, plus doux pour la froideur de Shiva, plus d'impact pour la violence d'Ifrit par exemple. Sans toutefois proposer quelque chose d'inoubliable, les musiques accompagnent agréablement notre périple.

On passera rapidement les doublages, puisqu'il n'y en a pas dans le jeu définitif (contrairement à certaines vidéos vues par le passé) et que les bruitages sont limités et répétitifs.
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut

Des idées...

Blood of Bahamut est un action-RPG un peu particulier. Vous avez une structure découpée en chapitres qui correspondent aux différents colosses du jeu, chapitres eux-mêmes scindés en plusieurs missions. Le but est d'enchainer les différents objectifs dans un temps limité avec la meilleure performance possible. Vous débloquerez les missions et chapitres suivants au fur et à mesure de la progression.

Le gros menu principal est décomposé comme suit : vous pouvez sélectionner vos missions, rejoindre une mission en cours (multijoueur), accéder au magasin, vous équiper, sélectionner vos capacités, et il y a un dernier menu qui regroupe les différents contenus du jeu (de l'inventaire aux titres honorifiques que vous obtenez). Cet ultime menu est aussi celui qui vous permettra de choisir, comme vous le souhaitez, l'un des six personnages jouables. Une fois le personnage sélectionné, on est prêt à en découdre dans les missions.

Missions

Ici le décor est simple. Vous vous trouvez sur une plate-forme au premier plan et vous voyez le colosse au second plan. Le deuxième écran de la DS permet de visualiser la zone où l'on se trouve et la position des différents téléporteurs (à noter que le mode scénario bride les accès). Vous devez progresser sur les plateaux jusqu'à obtenir une bonne position pour frapper le colosse. Mais ce n'est pas de tout repos, puisque les zones sont truffées d'ennemis que les colosses s'amusent à faire revenir autant qu'ils peuvent. Ces ennemis pourront lâcher quelques orbes de soins ou des matériaux pour fabriquer vos équipements, j'y reviendrai.

Les objectifs sont simples aussi, car chacun des colosses possède des cœurs à divers endroits, dont certains d'entre eux sont protégés par des armures. On vous demandera soit de détruire une armure spécifique, soit de détruire un cœur, ou les deux. En fin de chapitre, vous devrez quoi qu'il arrive vaincre le colosse (une barre de vie apparait) en martelant les différents points faibles. Comment faire ? C’est simple là aussi puisque le jeu permet de se déplacer (logique), de faire une esquive via un bouton de tranche (ou avec le stylet) et de frapper en picorant l'écran (le système est pensé de base pour être jouable par un droitier ou un gaucher). Plus vous picorez, plus vous avez de chances de faire des enchainements. À cela s'ajoute trois capacités spéciales (upgradables) à paramétrer, qui se rechargent avec le temps, et quelques canons aux propriétés diverses (geler un colosse, le ralentir...).

Et là, le gros problème se pose à cause de la vue. Ce plan horizontal rend les zones délicates à toucher car les colosses sont généralement assez loin, et lorsqu'ils sont à portée, les niveaux des plates-formes bouchent les angles de vue. Je ne parlerai pas trop des ennemis qui vous entourent au premier plan et qui, très souvent, vous font picorer à côté de votre cible ou rater vos esquives. Du coup le système perd de son intérêt assez vite puisque la seule chose que l'on fait, c'est picorer l'écran le plus rapidement possible sur une zone minuscule. Heureusement, les concepteurs ont pensé à pimenter un peu les rixes avec des parties sensibles (et destructibles) qui feront chuter les colosses, ou du moins prendre une position spéciale. Cela permet d'escalader le molosse pour atteindre certaines parties peu accessibles autrement, sachant que plus vous êtes proches d'un point sensible plus les dégâts sont importants. Ce sera un point décisif dans votre progression car plus vous détruisez les colosses (les yeux, un bras, une jambe et j'en passe...), plus vous obtiendrez les matériaux indispensables pour les missions suivantes. Je dis ça car l'équipement est bien plus important dans ce jeu que l'expérience offerte en fin de mission.
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut

C'est dans la boutique que vous pourrez faire vos achats. Ici, vous pourrez acheter armes, armures et accessoires, sans oublier les objets périssables (gain de force ou de santé temporaire, par exemple). Armes et armures ne s'achèteront qu'à la condition d'avoir les bons ingrédients, et ainsi de suite car il faudra toujours un équipement précédent en stock pour faire quelque chose de nouveau. L'argent s'obtenant par la revente, inutile de préciser que vous allez refaire les missions en boucle, même si une loterie onéreuse est disponible pour faire jouer la chance et gagner du temps dans la collecte.

Le système, déjà lourd en pratique, le sera encore plus à cause d'une difficulté rébarbative qui impose d'avoir toujours le meilleur équipement possible, et donc d'avoir les bons matériaux. Pour cela les développeurs ont inclus le mode libre qui, ô joie, permettra de combattre les mêmes colosses dans deux versions différentes avec des objectifs variables mais globalement similaires dans leur approche. C'est donc le summum du répétitif dans ce jeu, car l'ultime chapitre du scénario est si difficile qu'il vous obligera à exploiter les missions libres, qui représentent les deux tiers du jeu.

Fatiguant en solo, le jeu prend tout de même une autre dimension si vous avez l'opportunité d'y jouer en multi (jusqu'à quatre joueurs). Au-delà d'une difficulté d'un coup plus abordable, vous pouvez mettre au point des stratégies en plaçant les joueurs sur différentes plates-formes.

Sous quêtes

Il faut compter une vingtaine d'heures pour boucler les missions du scénario, mais à mon avis le dernier chapitre donnera tellement de sueurs froides qu'il faudra exploiter le mode libre.

Missions libres : les colosses du scénario dans deux nouvelles versions, c'est plusieurs dizaines de missions, plus difficiles, qui seront indispensables pour faire des équipements toujours plus exigeants en matériaux.
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut
Blood of Bahamut
Graphiquement aguichant au premier abord, Blood of Bahamut est surtout un jeu de gameplay qui trouve son intérêt dans la coopération. En solo, on se retrouve devant un jeu très éprouvant et répétitif jusqu'à l'overdose, avec une jolie ambiance mais une histoire à jeter aux oubliettes. On n'osera pas parler de ratage complet, mais trop de défauts émaillent le titre pour en faire un achat intéressant. En somme, l'adage des joueurs "un beau jeu n'est pas forcément un bon jeu" prend tout son sens ici.

22/03/2011
  • Jouable à 4
  • Des colosses impressionnants
  • Adapté pour droitiers et gauchers
  • Beaucoup de pépins techniques
  • Vue pathétique
  • Répétitif à souhait
  • Difficulté rébarbative
  • Gameplay très limité en solo
  • Histoire oubliée en chemin
4

GRAPHICS 2.5/5
SOUND/MUSIC 3/5
STORY 0.5/5
LENGTH 3/5
GAMEPLAY 2/5
Blood of Bahamut > Commentaires :

Blood of Bahamut

4

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
0 commentaire
Aucun commentaire
63 active users (0 member, 63 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion