bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Tales of Xillia > Articles > Review

Tales of Xillia

crpg play3 japon
Tales of Xillia
Joyeux anniversaire !
Une des plus grosses attentes de l'année à n'en pas douter, Tales of Xillia est le treizième RPG de la série phare de Namco et se voit incomber le difficile privilège de marquer les 15 ans de la licence, en exclusivité sur la machine de Sony. Fort d'une première semaine où les fans se sont réunis en masse, nous allons voir si le jeu est à la hauteur de l'engouement qu'il suscite.

Un monde divisé

Le récit narre la fragile situation qui sépare les différents royaumes, aux cultures et politiques que tout oppose. Dans cette atmosphère où la guerre semble plus imminente que jamais, le roi du royaume du sud (La Sugal) décide de jeter les premiers pions dans la bataille, en préparant une invasion.

Nous suivons Jude Mathis, interne dans l'hôpital d'Il Fan, la capitale de La Sugal. Alors qu'il traite les blessures d'un patient à l'aide des esprits, le résultats ne semblent pas convaincants pour une raison inconnue. C'est alors que Jude va recevoir une lettre de son supérieur lui demandant de se rendre au quartier des installations militaires de la ville. Tandis que Jude se rend sur place, il va faire la rencontre de Mira Maxwell, une jeune femme qui semble vouloir intervenir secrètement dans la structure, car selon elle un grand nombre d'esprits viennent de disparaître, ce qui pourrait affecter l'équilibre du monde et mettre toutes formes de vie en danger. Jude, à la recherche de son professeur, décide de suivre Mira mais la réalité dépasse toutes les suppositions. Notre tandem découvre un complexe faisant d'étranges expériences humaines qui semblent avoir pour but d'extraire le mana, ou plus simplement l'énergie vitale. Ils tombent alors sur une énorme arme top secrète qui sans aucun doute est la cause de la disparition des esprits. Repérés puis pris en chasse, nos héros doivent fuir au plus vite, mais un malheur n'arrivant jamais seul, Mira se rend compte qu'elle ne peut plus utiliser ses esprits. Que lui arrive-t-elle et qui est-elle vraiment ? C’est le début d'une longue aventure pour le savoir.

Le scénario du jeu part sur une base assez solide et va globalement tenir la plupart de ses promesses. Les personnages alliés n'échappent pas aux stéréotypes (Jude, interne en médecine à 15 ans...) malgré un design plutôt convaincant (la plantureuse Mira en tête), et c’est surtout la classe de certains adversaires qui se démarque. Mention spéciale à Tipo, la petite créature qui accompagne Elise, c'est un rayon de soleil à elle seule.
Maintenant, l'histoire possède plusieurs gros points faibles. Le premier est de taille, car il faut attendre au bas mot 25h (!) pour qu'il y ait la première séquence intéressante. Le deuxième, de taille aussi, concerne le rythme du jeu, affreusement lent au point qu'on s'endormirait presque devant. Ironie mis à part, on suit avec intérêt l'histoire une fois démarrée, mais vu le résultat final on se demande si ça valait vraiment la peine de supporter toute la lourdeur de la longue première partie. Une critique n'arrivant jamais seule, nous sommes également mystifié par la différence flagrante que nous proposent les séquences animées, splendides et enlevées, là où le jeu est tout l'inverse.
Tales of Xillia
Tales of Xillia
Tales of Xillia

Stagnation

Sur la partie technique, on note en premier lieu les séquences animées bénéficiant d'une animation et d'une patte graphique sans reproche possible : c'est du lourd. En revanche là aussi, il ne faudra pas être pressé, la première (hormis l'intro) se trouve très loin dans le jeu. Les artworks et l'interface sont toujours dans le ton de la saga, de très bonne qualité.

Concernant la partie graphique du jeu, nous sommes face à un Tales of intégralement en 3D comme c'est le cas depuis un moment sur console de salon, et autant ne pas mâcher ses mots : Xillia n'est pas bien beau. Si certains reprochait le style épuré de Tales of Vesperia, que vont-il dire ici ? Les villes et villages tiennent sur trois écrans, les arrières-plans sont indigestes, les textures et animations minimalistes, le level-design affligeant, la mise en scène médiocre (à deux ou trois exceptions près) et l'aliasing s'invite dans la plupart des cas quand ce n'est pas le framerate qui toussote. Pas très reluisant.
Un des problèmes majeurs vient des phases de plaines ou "donjons" qui se veulent légèrement ouvertes, elles gagnent en espace ce qu'elles perdent en précision, toutes plus ou moins clonées les unes sur les autres avec trois brins d'herbe qui se battent en duel pour dire qu'il y a un peu de mouvement. Raté ! Le résultat est vide et d'une froideur sans nom, d'autant que le jeu peine à proposer de véritables donjons. Venant d'une production aussi bien huilée d'ordinaire, on boit la tasse amèrement.

Heureusement, quelques artifices font illusion assez efficacement.
Le travail sur les personnages d'abord rend plutôt bien. Ensuite, on est parfois épaté par des trouvailles artistiques admirables ou par certains villages et décors qui invitent à l'émerveillement. Et puis, s'il y a bien un paramètre quasiment irréprochable, ce sont les combats. "Comme d'habitude" diront certains et ils auront raison, mais plus encore ici lorsque l'on sait à quoi on a droit en dehors desdits combats. Namco sort de sa boîte tout le stock d'un 14 juillet national pour nous en mettre plein les yeux : des zooms, des arts, des effets visuels sidérants, de la vitesse (malgré quelques chutes de framerate), de l'énergie avec tout plein de chiffres et des indications qu'on n'a pas le temps de voir mais qui sont pourtant d'une précision diabolique. Pas de doute, le résultat est bel et bien à la hauteur et perdure dans l'excellence, surtout avec l'intégration des séquences d'équipe.

Pour le reste, on aura droit à un bestiaire dans l'ensemble connu mais bien redondant. Si je prends un scorpion, vous l'aurez en marron, en jaune, en fluo, en mode robot et j'en passe... A peu près tous les ennemis se déclinent à la même sauce et les PNJ n'y échappent pas également, je vous laisse vous faire une idée. Autant dire que pour la variété on repassera.
On est tout de même bien plus surpris par le fait que le jeu soit aussi bancal techniquement alors que même le portage de Tales of Graces f tient mieux la corde. Espérons que ce ne soit que passager pour la licence.
Tales of Xillia
Tales of Xillia
Tales of Xillia

Sakuraba contaminé lui aussi

Après le croche-pied graphique, on comptait évidemment sur Motoi Sakuraba pour relever la barre, même si ses compositions pour la saga ne comptent pas parmi ses plus brillants travaux. Comme un vieillard grippé, notre compositeur se démarque par un manque d'inspiration qui laisse pantois. C'est simple, hormis une petite poignée de pistes (celle du boss de fin, entre autres) on zappe presque toute l'ost et il vaut peut-être mieux d'ailleurs. Car quand dans un univers heroic-fantasy on se retrouve à traverser un canyon sur une musique jazzy tout droit sortie d'un piano bar, on a envie de se pincer pour ne pas rêver.

L'équilibre survient des doublages, encore une fois excellents et qui donnent du pep à l'œuvre ou aux diverses situations. Mention à nouveau pour Tipo et sa voix toute mignonne, parfois électrisante. Les bruitages demeurent dans la veine des précédents opus.

Un vrai travail d'équipe


Tales of Xillia se veut être un jeu de rôle de type classical avec des combats en temps réel de type action, à 4 personnages dans de petites arènes. La structure propose le schéma suivant : cinématiques/"exploration"/"donjons" et donc combats et ainsi de suite. Que du grand classique pour un Tales of.

Le premier souci qu'on rencontre vient de la disparation de la carte du monde, relégué en point'n'click de fortune qui n'a pour seul mérite d'être un système de téléportation immédiat vers presque tous les points de sauvegarde du jeu, faisant gagner des allers-retours un peu trop barbants. Le second vient de l'exploration. Comme je le mentionnais dans le chapitre technique, les zones traversées possèdent une structure trop proche et vide. Vous y trouverez des coffres et des matériaux dans le décor qui sont immanquables et en faisant le tour d'une zone, vous verrez des petits orifices ou branches d'arbres laissant place à un mode subjectif pour découvrir un coffre caché. Ajoutons à ceci quelques actions de type contextuel pour monter ou descendre et vous savez l'essentiel du gameplay dans ses phases décevantes et linéaires.

Au milieu des zones, une multitude d'ennemis se baladent, revenant tout le temps, et avec qui il faudra jouer pour les prendre à revers, ce qui divisera les points de vie par deux. Un bref écran de transition lancera un combat.
Tales of Xillia
Tales of Xillia
Tales of Xillia

Les combats

Coutume oblige, on retrouve notre système digne d'un jeu de baston à quatre personnages.

Pour résumer le système, vous avez les coups normaux, les coups spéciaux (skills) qui se déclenchent avec une direction + un bouton, vous avez la garde (qui sert aussi à sauter avec un bouton en combinaison), un bouton pour courir sur la zone et un autre pour accéder au menu (qui fige l'action). Le menu en question permet d'accéder aux objets, de réorganiser tactiques/skills et de fuir.

Ici, les développeurs ont décidé de mélanger le système de TP (points de magie) et le système de CC qu'on retrouve entre autre dans Destiny PS2, Rebirth et Graces (qui permet de récupérer tous ses points d'action en un instant). Du coup, je vous laisse imaginer la mayonnaise à votre disposition sur une barre de TP à 300 points par exemple (un skill moyen à 15 points disons) avec une jauge de CC à 7 points (recharge quasi instantanée). Les plus grandes folies sont permises. Cela dit, une question vient instantanément à l'esprit des fans inconditionnels, la jauge de TP ne va t-elle pas descendre trop vite ? Ma réponse est oui, elle file à vu d'œil mais, je dis bien mais, les développeurs maîtrisent si bien le sujet qu'ils ont optimisé le système au maximum.

Les skills s'obtiennent à force d'utilisation et toutes les autres compétences (en attaque, soutien et support) s'apprennent via une sorte de toile d'araignée qui fait office de sphérier. Sur les fils de la toile, on retrouve un peu de tout, des améliorations de statistiques ou améliorations des jauges. L'atout des compétences de soutien est assez incroyable, vous pourrez ensuite en ajoutant les apports tactiques vous permettre de configurer l'utilisation automatique des objets (résurrection, guérison, d'état ou autres), diviser le temps d'incantation par quatre, récupérer des CC en cas de contre attaque ou de garde parfaite, ressusciter automatiquement, regagner des pourcentages de TP ou de points de vie, tout en même temps ! Par exemple si vous perdez trois personnages (dont vous), il y a neuf chances sur dix que dans les cinq secondes tout le monde soit de nouveau debout.
Les skills sont eux au nombre de quatre en combat (les quatre directions du stick) et les personnages possèdent des aptitudes propres, Elise (avec Tipo) et Rowen sont spécialistes en magie, Alvin et Leia sont mages/attaquants, Jude est le seul attaquant pur. Vient Mira, LE personnage à jouer de cet épisode, attaquante, spécialiste en combo aérien et en magie instantanée et/ou concentrée, c'est un véritable plaisir de la manier.

Mais il y a surtout la grosse nouveauté que tout le monde attendait au tournant : les équipes. Je vous fais grâce du nom barbare qu'utilise Namco pour qualifier son système et m'attardant sur son fonctionnement. Nous avons une jauge à gauche de l'écran qui va se recharger au cours des attaques données/reçues, elle est divisée en paliers et grimpe rapidement pour que vous puissiez abuser du système d'équipe. Il consiste à relier via la croix de direction deux personnages pour qu'ils puissent lancer une attaque dévastatrice, le point de repère étant une icône qui apparaît sur votre personnage (comme les Fatals Strikes de Vesperia). Évidemment, il faut faire en sorte que les skills des protagonistes soient complémentaires mais vous saurez tout dans le menu adéquat qui répertorie au fur et à mesure les combinaisons. Libre à vous de jouer le yoyo entre les protagonistes ou de tout combiner avec un même partenaire. Oui, tout combiner car une fois la jauge au max, pendant qu'elle replonge vous pourrez faire un enchaînement jusqu'à quatre attaques de team et finir, plus tard, par les arcanes (Ougi) pour un déchaînement de puissance sans précédent. C'est du grand spectacle, d'autant plus que c'est toujours aussi maniable et fort en sensation.
Pour être complet, vous pourrez aussi et à tout moment changer sur la zone les membres de l'équipe, histoire que tout le monde participe à la fête.
Tales of Xillia
Tales of Xillia
Tales of Xillia

Malgré un système bien rôdé et des combats impressionnants, le jeu accuse malheureusement quelques ratés.
Tous les matériaux que vous récupérerez seront à troquer en boutique pour qu'il y ait de nouveaux arrivages. Le quota de matériaux étant trop important vous pourrez sans peine avoir un équipement de vingt niveaux de plus que vous, rendant le jeu trop simple alors que de base il est déjà facile. Même en optant pour le mode difficile le jeu n'oppose pas beaucoup de résistance, nous sommes un rouleau compresseur que seul le boss final peut supporter. Ensuite, les recettes caractéristiques de la licence sont réduites à de bêtes objets sans grandes utilités. Enfin, ce monde laid veut que Namco propose des DLC payants (costumes entre autres) pour une centaine d'euros supplémentaires, sachant que le jeu est déjà cher à la base (NamcoBandai s'édite), la pilule passera mal pour beaucoup d'entre nous.

Du bon et du moins bon, du mauvais et de l'excellence, la saga Tales of n'avait pas habitué à partir dans de tels extrêmes. Reste les combats, toujours aussi bon à défaut de challenge, un système de compétence intuitif et une histoire sympathique malgré sa lenteur.

Sous quêtes

40h devraient suffire pour boucler l'aventure principale, ce qui place Xillia dans la moyenne basse de la série. Comptez une petite dizaine d'heures de plus pour les annexes.

Annexes : quelques PNJ proposeront des quêtes, de la collecte à la chasse aux monstres, argent et récompenses sont à saisir. A noter que de nombreuses quêtes sont limitées dans le temps. L'arène est toujours présente sous une formule avec ring (entendez par là que vous pouvez tomber).

Donjons optionnels : quelques donjons sont en marge de l'histoire, notamment en relation avec la quête des armes maudites.

New Game+ : deux options, la première de revenir au dernier point de sauvegarde avec l'opportunité de finir les quêtes et d'accéder à l'ultime donjon optionnel. L'autre de repartir de zéro avec les attributs du système de grade (qui fonctionne dans l'ombre), histoire de choisir l'autre personnage (entre Jude et Mira) pour l'introduction.
Tales of Xillia
Tales of Xillia
Tales of Xillia
Tales of Xillia est un peu à la saga Tales of ce que fut Final Fantasy XIII à Final Fantasy : une recette changeante vers plus d'accessibilité, donnant la primeur au récit et aux fantastiques combats plutôt qu'à la découverte d'un univers. Soit, sauf que le résultat est ici plus que mitigé avec trop de lourdeurs dans la narration et une absence de challenge. Les fans répondront certainement présents mais le gâteau d'anniversaire, goûteux au demeurant, laisse un arrière-goût bien désagréable.

25/09/2011
  • L'excellence des combats
  • Dessins animés somptueux
  • Quelques trouvailles artistiques
  • Une histoire agréable...
  • ... mais qui démarre au bout de 25h
  • Techniquement en dedans
  • Musicalement aussi
  • Progression dirigiste
  • Manque de challenge
6

GRAPHICS 3/5
SOUND/MUSIC 2.5/5
STORY 3/5
LENGTH 3.5/5
GAMEPLAY 3.5/5
Tales of Xillia > Commentaires :

Tales of Xillia

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pstore [0]
28 commentaires sur PlayStation 3
Golden Leaf

le 26/08/2019
8_5
Un des meilleurs Tales of à mon sens, toujours très classique (oui, c'est un Tales of), qui gravite surtout autour d'un scénario émouvant et d'un couple principal attachant. L'ambiance est variée tout au long de l'aventure et toujours réussie, changeant radicalement dans la dernière partie du jeu, mais toujours aussi réussie.
Jonathan Ingram

le 15/08/2018
8

Fini Tales of Xillia (PS3) fini en 35 heures – [2700 points, 335 plumes noires, quasi toutes les saynètes, clé Magnus Zero récupérée, trophée des trésors]

Après plus de 7 ans de « frustration » ayant suivi de près la sortie Japonaise mais n’ayant pour diverses raisons pas eu l’occasion de jouer à ce Tales of c’est finalement en 2018 que j’ai enfin pu terminer Xillia, il était temps comme dirait l’autre mais le moins que l’on puisse dire c’est que je ne regrette pas un instant, j’ai tout simplement adoré ce Tales of !

Je vais revenir plus en détails sur les points positifs et négatif du soft mais je souhaitais en préambule mettre l’accent sur l’univers ainsi que la narration de ce Tales, j’ai été bluffé par la qualité scénaristique ainsi que la mise en scène et le rythme global de l’intrigue, franchement on est dedans du début à la fin ; peu voir pas de longueur ce qui est un exploit pour un Tales, des thèmes matures, une narration qui clairement nous transporte dans l’univers (le tout couplé à des expression faciales de qualité), honnêtement la mayonnaise prend ! La mise en scène quant à elle est très bonne avec certains passages épiques comme jamais même si cette dernière souffre parfois de la lenteur des révélations scénaristiques. Le nombre conséquent de cut scenes/scènes animées contribuent bien évidemment à l’immersion et favorise la qualité globale de la mise en scène. Malgré son allure Tales classique au niveau du scénario, Xillia tire son épingle du jeu et se révèle un excellent Tales qui se positionne dans le top du classement de la série (histoire accrocheuses avec des révélations judicieusement placées, tout est bien calculé et rythmé). Vous l’avez compris j’ai été sous le charme de ce Tales que je trouve magnifiquement interprété, bien aidé par un casting de haute voltige, une autre grosse qualité du titre. Notre duo Jude-Milla fonctionne à la perfection, mention spéciale pour Milla et ses analyses sur les humains ainsi que son humour, en décallage constant avec le reste de l’équipe. Jude s’en tire pas trop mal malgré le handicap du cliché jeune de 15 ans interne en médecine qui souhaite aider et sauver tout le monde, je le trouve bien équilibré et justement pas trop cliché. Mais c’est surtout la pierre angulaire de ce casting que je trouve tout bonnement énorme j’ai nommé Alvin, un yoyo constant entre amitié et trahison, le pseudo badass du scénario bourré d’humour, il est juste excellent ce perso, dans mon top tout Tales confondu. J’ai adoré le travail des scénaristes sur le chaud/froid constant qui entoure Al, du bon boulot. Alors oui il y a eu mieux dans les Tales mais là encore je trouve que cette équipe est vraiment sympa et on a envie d’en savoir plus sur leurs backgrounds ainsi que leurs intentions/évolutions, du très très bon. L’intrigue qui entoure ce petit monde est excellente, je ne m’attendais pas à ce niveau-là en lançant le jeu et en 2018 je dois dire que ça fonctionne encore. Mais parler de casting sans parler des ennemis serait une erreur, encore plus pour ce Tales ou le groupe des « méchants » est là également excellent, en passant du Roi Nachtigal à la team Chimériade avec pour point d’orgue Wingul et Gaius c’est là encore du très bon boulot, ce cast est vraiment top décidemment et contribue comme je le disais à cette narration, intrigue et mise en scène de qualité.

Ceci étant dit, je vais passer à l’autre gros morceau et point fort de cet épisode anniversary : le système de combat. N’ayant que très peu joué à Graces, pas du tout à Zestiria ni Berseria j’avoue m’être pris une grosse claque avec Xillia, c’est dynamique, technique, innovant, stratégique et immersif. Le nombre de possibilités qu’offre ce système de link est hallucinant, j’en suis presque même frustré car j’ai l’impression d’avoir utilisé que 50% de ce que propose ce battle system ! Je ne vais pas rentrer dans le détail tout a déjà été dit, du fun en barre, le meilleur système de combat Tales que je connais, sans hésitation aucune.

Passons désormais à la synthèse :

Points positifs :

-Scénario/intrigue/mise en scène

-Un casting excellent (mention spéciale à Milla-Jude, Alvin, Wingul et Gaius)

-Système de combat fun et dynamique, en plus d’être stratégique et technique

-Durée de vie correcte, sans longueur au niveau du scénario et bien rythmé

-L’orbe de Lys, c’est simple mais prenant proposant une customisation pour notre team

-Les Saynètes toujours excellentes même si parfois trop nombreuses

-L’humour toujours omniprésent

-Le système d’économie, grosse révolution dans cet épisode Anniversaire avec une refonte totale du système mais … qui dit nouveauté dit parfois déséquilibre (risque de sur stuffage au bout de quelques heures de jeu notamment et perte d’intérêt pour l’exploration et système d’upgrade)

Points négatifs/en demi teintes :

-L’OST, la grosse déception de ce Tales, je m’attendais à beaucoup mieux

-Les villes sont vides et se ressemblent quasi toute, mention spéciale toute de même à Xian Du et Fennmont

-Très peu de phases d’explorations car paysages également vides … sans compter la possibilité de ce TP via la Map. Cela étant dit je me suis surpris à vouloir récolter tout ce qui était présent dans les différentes zones

-Absence de world map

-Bestiaire Tales classique sans surprise et redondant

-Les NPC des villes quasi tous similaire

-Quelques ralentissements vers la fin du jeu lors des phases de combat

-Un poil trop facile

Vous l’aurez donc compris j’ai vraiment apprécié mon expérience, le jeu n’est pas parfait et souffre de quelques problèmes mais c’est un excellent Tales, j’ajouterai même un très bon épisode Anniversary avec prises de risques et conservation de l’ADN de la série. En 2018 ça fonctionne toujours autant, et définitivement j’adore vraiment cette licence et plus particulièrement la team Destiny.

8/10


Arefu

le 19/12/2016
7
Pour moi le principal défaut de ce Tales of, c'est qu'il se targue d'être un épisode anniversaire alors qu'il n'en a juste pas l'étoffe. Le dernier à fêter l'anniversaire de la série était The Abyss et on s'attend naturellement à ce que cet épisode soit à la hauteur, ce qui n'est pas absolument pas le cas.

Mais malgré tout je trouve que le jeu reste solide et apporte de très bonnes bases ainsi qu'un très bon cast. Si le jeu en fait trop à certains moments, certains passages sont réellement épiques et j'ai pris beaucoup de plaisir à tout explorer dans le jeu. Le gameplay est très vif et l'idée d'apporter 2 persos principaux fait que l'on a naturellement envie d'en tester plusieurs dans les combats, ce qui change des autres où il n'y a aucune raison réelle de ne pas jouer le protagoniste.

2 gros défauts pour moi : le manque grave d'annexes (ce donjon post game en carton m'a tué par sa non-originalité) ainsi que les grosses plaines vides entre les villes. Enlever la world map ne me dérange pas plus que ça, mais n'y ajoutez pas des énormes zones où l'exploration se révèle être juste chiante. ToGf sorti précédemment avait beaucoup mieux géré cette transition à mon avis.

Sachant que c'est le premier jeu de la team Symphonia après Vesperia, le jeu ne pouvait être que décevant mais reste malgré tout une solide expérience.
MadMax

le 08/08/2016
7
Un Tales Of qui fesait peur de réputation beaucoup critiquer j'en suis ressortie a apprécier cet opus.

Alors tous d'abord au niveau de cast c'est sympa sans plus, mention spéciale à Jude que j'adore contrôler et qui se bat pas avec une épée pour une fois ( J'adore jouer Leia aussi mais on s'en fout ). Le problème avec Jude c'est que il a du mal à s'intégrer dans le jeu on a clairement pas l'impression que c'est le héros et laisse plus la place à Milla.

Comme d'habitude un scénario qui se laisse suivre faut pas s'attendre à un bouleversement ou de renversements de ouf mais ça reste appréciable
Même si il y a encore un second monde comme ToE,ToS,ToG c'est barbant a force
.

Un système de combat encore une fois simple et plaisant avec les liaisons, capacité d'allié et de personnages.

Le plus gros problème du jeu est que c'est légèrement linéaire je trouve il n'y a pas vraiment d'intérêt de retourner dans d'ancienne zones où villes pour le peu de quêtes annexes réellement intéressante, et le plus gros mauvais point serait que il n'y a pas de map monde du coup : PAS DE VAISSEAU !

Sinon pour les platineurs ou les gens qui aime le jeu, le platine est vraiment pas très compliquer juste un peu long, et à aussi le donjon bonus et boss secret le plus simple et nul des Tales que j'ai fait pour le moment.
YaHallouf

le 23/06/2016
6_5
Terminé Tales of Xillia en 56h.

Un Tales of qui tente des choses, pour un résultat pas toujours probant.

J'ai fait le Jude side, en mattant les scènes spécifiques à Milla sur le net, ça vaut pas vraiment le coup de refaire le jeu pour ça vu le peu de différences.

Le fake spherier est naze, on finit par booster toutes les stat si on veut l'élargir, donc au final c'est juste une perte de temps en plus d’être bien frustrant quand à partir du lvl 60 on ne gagne que 2 pauvres points pas lvl.

Après le jouissif système de combat de GracesF, j'ai moins adhéré à celui de Xillia, avec ses Links couplé à un IA à la ramasse qui m'a couté quelques Game Over frustrants contre certains boss (difficulté max), mais ça reste un BS de qualité, riche et amusant.

Graphiquement c'est moche, les donjons font le minimum et les zones entre les villes sont chiantes comme la mort.

Le scénario mets 20/30h à démarrer, mais une fois que c'est fait, j'ai trouvé ça très bon jusqu'au bout et Gaius pue la classe.

Les personnages sont attachants quoique peu marquants (hormis Millia), pour une fois pas de perso énervant/détestable et ça c'est cool ( mais un perso complétement inutile: l'amie d'enfance mais qu'est ce qu'elle fout là ).
BlackJowy

le 31/12/2014
Edité le 12/01/2015
7_5

J'avais hésité a faire le jeu suite aux commentaires comme quoi l'histoire mettait 25h à démarrer, sortant de Tales of Graces f j'appréhendais les mêmes problèmes de rythme, mais ici c'est mieux géré : l'histoire met du temps à se mettre en place et beaucoup d'informations se dévoilent sur le dernier quart du jeu mais ça reste suffisamment prenant tout le long.

Le fait d'avoir deux personnages est par contre un problème, j'ai fait le jeu avec Jude, et sans forcément toutes les quêtes annexes, du coup certaines choses me paraissaient incohérentes, mal finies, ou des informations me semblaient débarquer de nul part, en regardant les vidéos d'une partie avec Milla tout devient beaucoup plus clair et cohérent. Au final il aurait mieux valu ne pas avoir le choix :/ (Ou que le scénario de Milla soit vraiment plus intéressant pour mériter une deuxième partie).

Sinon comme déjà dit par d'autres, le système de combat est vraiment bon, cinématiques rares mais sympa, des touches d'humour, les musiques quelconques, techniquement un peu bâclé, mais peu de chargements et un parfum de Xenoblade sans le côté grandiose (zones plus petites, bestiaire limité, décors peu travaillés)


devildestinyman

le 28/10/2014
9
Le scénario est pas mal, il faut faire deux fois le jeux pour avoir toutes les subtilités ce qui augmentent la durée de vie du jeu.
Une partie réflexion un peu en vacances mais un systèmes de quetes secondaires excellentes ...
Les graphismes sont super, je pense au dessus d'un tales of vesperia !
C'est mon tales of préféré pour le moment !
Slash

le 03/08/2014
6_5
alors j'ai plutôt apprécier ce jeu mais il a des défauts tout de même gros pour certains.

Les + :

le design des personnage et du monde plutôt agréable
le système de combat dynamique même si pourrai être plus pousser
les musiques agréable surtout les jazzy
les scènes dessins animées sublimes

alors l'histoire je la met pas dans les plus car même si elle est sympathique je trouve que les histoires tales of tournent en rond

les - :
quelques mondes vide
le système d'upgrade des magasins que j'apprécie pas
personnages moyen voir pas développer
la niaiserie qui m'a marquer plus que dans n'importe quel jeu
vidok

le 25/05/2014
7
Malgré son allure très classique, Tales of Xillia se révèle un bon RPG, et se positionne fort bien dans le classement des épisodes de la série. Sa prise de risque a beau être quasi nulle, son casting en béton et son scénario blindé de surprises, en plus de disposer de suffisamment de ressources pour tenir sur deux épisodes, compensent amplement. Son double scénario peut être vu comme une tentative d’allongement d’une durée de vie assez maigre pour un titre de ce standing, mais le concept est suffisamment intéressant pour que chacun s’y plonge, ne serait-ce que pour découvrir toutes les subtilités de l’histoire. Le couple Jude/Milla n’en finit pas de vous surprendre et compte bien continuer dans un second volet encore plus ambitieux…
nico

le 01/02/2014
9_5
Agréablement surpris, je me suis laissé emporter dans cette aventure que beaucoup critique a savoir : scenario banale, les décors assez vides entre les villages ou les dongeons ....
POURTANT MOI, j'ai trouvé ce tales magnifiquement bien interprétés par un groupe de personnages tout aussi intéressants les uns que les autres (mention spéciale à Milla et Elise (gros coup de coeur). Parlons du système de combat le meilleur de tout tales confondus UNE VRAIE TUERIE , un vrai régal !!! Beaucoup le dise facile, oui c'est sur mais quand on a un Tales of Graces F incroyablement difficile, on finit par en avoir marre d'avoir des combat donc moi je dis BRAVO a tales of xillia et si vous le trouvez facile il est évidemment possible de réajuster la difficulté, quant au scénario je l'ai trouvé relativement bien, beaucoup de liberté aussi dans le jeu + phases comiques (TEEPO). J'allais oublier les relations entre les personnages vraiment superbes. Pour conclure j'ai envie de dire que j'ai passé un moment superbe et j'attends biensur sa suite avec impatience 19/20.
75 active users (2 members, 73 guests, 0 anonymous member)
Online members: ckool13, Riskbreaker
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion