bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Fire Emblem: Seisen no Keifu > Articles > Review

Fire Emblem: Seisen no Keifu

trpg snes japon
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Large scale tactical RPG
Il arrive parfois que l'on lance un jeu juste pour l'essayer, et qu'on se fasse tellement absorber qu'on ne puisse toujours pas décrocher quatre heures plus tard. C'est le cas de Fire Emblem Seisen no Keifu, le quatrième épisode de la désormais célèbre série.
Après un Monshou no Nazo qui était bon mais n'apportait pas grand chose, la série avait besoin d'évoluer un peu, de passer à la vitesse supérieure, et c'est ainsi que Seisen no Keifu a pointé le bout de son nez sur Super Famicom en 1996. Sorti à la fin de vie de la machine, le jeu a été produit par le légendaire Gunpei Yokoi et dirigé par Shouzou Kaga.
Préparez-vous à faire un voyage mémorable.

Vers une nouvelle aventure

Dans Fire Emblem Seisen no Keifu (aussi appelé Fire Emblem 4 par les fans), l'aventure de Marth et son monde ont été laissés de côté pour se concentrer sur un nouvel univers.

On raconte qu'il y a longtemps, le seigneur des ténèbres Lopotus conquit le continent de Jugdral, sacrifiant et massacrant des milliers d'être humains. Peu de temps plus tard et après une guerre sanguinaire, douze héros ont réussi à vaincre Lopotus en utilisant 12 armes légendaires d'une puissance inouïe, qui leur ont été données par 12 divinités. Suite à cette guerre, chacun des douze héros établit un royaume dans lequel ses descendants, héritiers du sang sacré, continuèrent à gouverner. Chaque descendant garda son arme sacrée, et grâce à cela l'équilibre et la paix dans le monde furent préservés.
Le jeu commence quand Verdane, un royaume qui n'a aucune lignée de la légende attaque son voisin Grandbell, un grand royaume composé de plusieurs duchés descendants des fameux héros. Grandbell ayant envoyé toute son armée pour résoudre un conflit avec un autre royaume, l'ennemi guettait cette chance pour faire son attaque. C'est ainsi qu'un jeune chevalier nommé Sigurd, descendant du chevalier légendaire Baldo, se retrouve contraint de mener les quelques hommes qu'il a à sa disposition pour défendre ses terres, et rapidement tout le continent se retrouve en guerre. Des évènements complètement inopinés allaient se produire et l'équilibre du monde s'en retrouver rompu.

L'histoire est racontée de manière très bien construite. Le récit est plus maîtrisé que dans les épisodes précédents. Nous avons d'abord le récit de l'introduction qui raconte ce qui s'est passé pendant la fameuse guerre et ses conséquences. Le tout renforcé par des images et animations fort réussies et qui plongent le joueur directement dans l'ambiance. Ensuite, une fois une nouvelle partie lancée, le prologue du jeu défile. On y explique le contexte avec la carte du monde et quelques personnages importants à l'appui. Cette façon de raconter l'histoire est devenue typique de la série et on sent une grande amélioration.

Le jeu est composé de chapitres comme dans les précédents. Mais la façon avec laquelle ces chapitres sont présentés est belle et bien différente. Chaque chapitre est composé de plusieurs sous-chapitres et pour avancer il faut capturer les châteaux les uns après les autres dans le même chapitre, sur des maps immenses. Contrairement aux autres Fire Emblem où la capture du château termine le chapitre, ici elle déclenche des évènements, ouvre une nouvelle voie et donne de nouveaux objectifs à accomplir. Bien entendu ceci implique inévitablement que le nombre total de chapitres soit plus restreint que d'habitude vu la longueur de ces derniers. Il est intéressant de noter que toutes les maps sont liées de manière logique et on avance de façon continue entre les chapitres. En effet le dernier château conquis dans le chapitre précédent devient la base principale dans le chapitre qui suit. Tout ceci renforce la crédibilité de l'univers qu'on parcourt et donne une sensation de faire un grand voyage à travers des terres immenses.
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu

L'amour et la guerre

Au début de chaque chapitre le joueur possède une base principale qui ne doit pas être capturée par l'ennemi, sans quoi il perd la bataille, puis tous les châteaux qui sont capturés peuvent servir de base. Les bases sont très importantes dans la mesure où le joueur peut faire pas mal de choses comme acheter des armes ou stoker des objets. On peut aussi réparer les armes usées voire complètement cassées ou combattre dans l'arène. L'arène ici sert à pas mal de choses, comme entraîner ses unités, gagner de l'argent, ainsi que d'autres utilités. Sachant que chaque unité a le droit de combattre jusqu'à sept adversaires par chapitre dans l'arène, et qu'on ne peut pas mourir si on perd pendant cet entraînement, le joueur doit bien gérer pour avoir toujours de l'argent et mettre à jour ses unités question niveau. On trouve aussi un diseur de bonne aventure qui donne des indices sur les affinités entre les personnages, un aspect important dans le jeu, que j'expliquerai plus loin. Une base sert aussi de protection, en effet le personnage qui la défend gagne un bonus en défense, en esquive, et regagnera des points de vie à chaque tour. En plus de tout ça, la base principale de l'armée a 2 fonctions très importantes : promouvoir une unité vers la classe suivante une fois le niveau 20 atteint, ou servir de refuge. Quand un chapitre démarre, tous les personnages de l'armée du joueur se trouvent à l'intérieur de la base. Tant que personne ne sort, le chapitre ne commence pas. En revanche on peut faire toutes les actions nécessaires sans perdre de tour : faire des achats, combattre dans l'arène ou réparer ses armes. Bref, ce moment est précieux et permet au joueur de bien se préparer avant chaque bataille.

Seisen no Keifu possède deux particularités uniques en ce qui concerne les personnages. Premièrement, le joueur pourra toujours déployer tous les personnages qu'il a sous la main. Mais il ne faut pas s'affoler car on dispose au maximum de 24 personnages à la fois. Les personnages jouables changent au cours du jeu grâce au système de génération. Si on compte tous ceux de la première génération plus ceux de la deuxième, plus les substituts (voir plus loin), on arrive à pas loin de 65 personnages en tout.
Bref, le système est ingénieux et on ne se pose jamais la question "quel personnage vais-je prendre?" puisqu'on peut déployer tout le monde dans chaque mission. Un très bon point qui distingue cet épisode et qui évite la frustration quand on veut choisir entre les personnages.
Deuxièmement, les différents personnages de sexes opposés peuvent entretenir une relation plus ou moins intime au cours de l'aventure. Admettons qu'un personnage masculin a l'occasion de discuter avec un personnage féminin, dans ce cas-là leur relation se renforce, et si elle dépasse un certain seuil, il tombent amoureux et finissent par se marier et avoir des enfants.
Le mariage a plusieurs conséquences sur le jeu. En plus des dialogues, il y a un autre facteur qui permet d'augmenter l'affinité entre deux personnages, les tours que lesdits personnages passent côte à côte. Un système vraiment ingénieux qui rend les personnages plus attachants, les développer devient un vrai plaisir.
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu

Tel père, tel fils

Seisen no Keifu se traduit en français par "la généalogie de la guerre sacrée". Ce titre symbolise un point très important dans le jeu, et qui le distingue de tous les autres épisodes de la série, j'ai nommé le système des générations.
Le jeu est divisé en deux grandes parties. La première commence en l'an 757 et dure environ 2 ans. La deuxième se déroule 17 ans plus tard avec les enfants des personnages de la première génération. Et oui, si cette idée n'est pas inédite dans les RPG japonais (déjà vue dans Phantasy Star III ou Dragon Quest V sortis plus tôt), c'est la première fois qu'elle était exploitée dans un T-RPG.
Alors comment ça se passe ? Chaque couple de la première génération peut avoir deux enfants, souvent un garçon et une fille. Ces derniers sont déterminés par leurs mères, qui auront toujours les mêmes enfants quelque soit le mari. En revanche, le mari a une grande importance sur la constitution de ses enfants. En effet l'enfant héritera de pas mal de choses. D'abord on retrouve les stats combinés des parents (défense, attaque, vitesse...). Ensuite, les skills des parents se retrouvent chez les enfants. On retrouve également une combinaison du sang sacré des parents. Enfin, tous les objets du père seront souvent hérités par le garçon et ceux de la mère par la fille, à quelques exceptions près. Du coup, on peut imaginer tout un tas de combinaisons possibles. La question qui se pose maintenant est : si un personnage féminin meurt pendant la première génération ou ne se marie pas ? Les développeurs ont pensé à cette possibilité et ont proposé des personnages différents appelés substituts. Sauf que ces derniers seront toujours inférieurs et n'hériteront rien. Le choix est vite fait donc, et là on se retrouve plus que jamais motivé pour ne laisser personne mourir et recruter tout le monde. Recruter des personnages se fait de manière classique et souvent en parlant à l'unité en question avec un personnage précis. Des fois ça se fait en déclenchant un événement ou en faisant une action précise. Certaines unités se joindront à l'armée automatiquement.
Dans la seconde génération il est aussi possible de mettre deux personnages de sexes opposés en couple. Bien entendu, l'intérêt est moindre par rapport à la première génération, mais il reste quelques détails apportés par les couples dans le jeu. D'abord au combat, le couple apporte du soutien pour booster les stats des deux mariés et leur permettre de faire des coups critiques. En plus le transfert de l'argent entre les personnages n'est possible qu'entre deux mariés, si on excepte les voleurs qui peuvent donner de l'argent à tout le monde.
En effet, dans ce Fire Emblem, chaque personnage a sa propre bourse et il pourra gagner de l'argent soit en libérant des villages, soit en combattant dans l'arène. Ceci ajoute une composante de gestion qui n'est pas négligeable. Sachant en plus que la seule façon de transférer un objet d'un personnage à un autre est de le revendre pour ensuite l'acheter à nouveau, c'est là que ce système prend toute son importance. La gestion de l'argent de chaque unité devient vitale. L'argent sert bien entendu à acheter des objets mais aussi et surtout à réparer les armes abîmées.

Les personnages de Seisen no Keifu sont très attachants. Le système de l'amour renforce encore plus ce sentiment. Quel plaisir de retrouver les enfants dans la seconde partie et essayer de deviner qui étaient leurs parents ou bien d'assister à une conversation romantique entre deux personnages. Dans le jeu on parlera de ces parents comme étant des légendes. Ayant participé à leur guerre, le joueur se sent tout de suite impliqué, et certains passages sont très émouvants.
Chaque personnage ici a un background et une histoire. Certains vont mourir, d'autres se révéleront comme étant des traîtres. Le jeu regorge de moments d'héroïsme, de gloire, de joie et de tristesse. Les développeurs ont réussi avec quelques pixels à dégager de telles émotions.
Pas mal de personnages ont ce qu'on appelle le sang sacré dans leurs veines. Il faut savoir que le sang sacré peut être mineur ou majeur. Le sang majeur donne une croissance plus développée en plus de pouvoir manier une arme légendaire. Le sang mineur en revanche donne juste une croissance plus importante dans le type d'arme lié à ce sang, en plus de la possibilité d'utiliser des armes de rang A. Si on croise deux personnages qui ont deux sangs sacrés différents, leurs enfants hériteront des deux sangs leur donnant encore plus d'avantage.
Les armes légendaires sont beaucoup plus puissantes que les armes standards et donnent souvent des bonus démesurés. La même arme peut donner +10 en attaque, +20 en vitesse par exemple et régénérer son utilisateur. En plus, ces armes ont leurs propres animations lors des combats qui donnent souvent lieu à un feu d'artifice d'effets spéciaux. Elles ont aussi une grande importance dans l'histoire. Il est donc très important de les obtenir. Si certains personnages auront automatiquement leur arme sacrée, pour d'autres ce n'est pas évident et ça dépendra des parents.
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu

L'art de la guerre

On retrouve le système classique de la série qui a fait ses preuves, avec des ajouts bienvenus.
Une fois le joueur prêt, il peut déployer toutes ses unités en dehors de la base principale. Comme d'habitude, on clique sur une unité avec le bouton A pour la sélectionner. Un menu s'ouvre alors pour présenter différentes actions possibles et ces dernières dépendent de la situation et du personnage. Avant de passer à l'action, on a toujours une prévisualisation de ce que pourrait arriver suite à l'attaque : puissance de l'attaque, défense de l'ennemi, taux de réussite etc... Un calcul simple et rapide permet d'avoir une idée et d'évaluer le risque après l'attaque. Le combat est au tour par tour, l'attaquant frappe en premier et l'adversaire riposte s'il le peut. L'attaquant a souvent l'avantage vu qu'il frappe en premier. L'issue du combat est souvent déterminée par la défense face à l'attaque, et la résistance face à la magie. Il faut donc savoir répartir les unités selon leurs forces et faiblesses. Mais s'ajoutent à ça d'autres aléas comme le taux de réussite qui fait qu'une attaque peut réussir comme échouer, ainsi que les skills comme les attaques critiques, les double attaques... Le joueur peut visionner les stats de l'adversaire pour évaluer sa force car, des fois, on peut avoir de mauvaises surprises. Avant d'attaquer, le joueur peut sélectionner l'arme qu'il va utiliser parmi celles qu'il possède.
Il faut savoir aussi que chaque coup dégradera l'arme en question, et si son endurance atteint zéro, l'arme se brise et devient inutilisable. Elle devient même un handicap pour celui qui la porte puisqu'elle diminuera ses stats tant qu'elle est équipée. Les armes ne disparaissent pas une fois cassées et peuvent toujours être réparées dans la base en échange de quelques pièces d'or. Chaque unité qui fait une action gagnera immédiatement de l'expérience qui dépend de plusieurs facteurs. Ici l'expérience est linéaire et les niveaux sont toujours séparés de 100 points les uns des autres. Une unité qui atteint le niveau 20 pourra évoluer vers une classe plus puissante et qui lui ouvre la possibilité d'utiliser plus d'armes. Ici on ne retourne pas au niveau 1 après l'évolution mais on continue jusqu'au niveau 30. Le jeu offre la possibilité de sauvegarder au début de chaque tour, ce qui évite les frustrations en cas de grosse erreur.

On ne s'en rend peut-être pas compte, mais cet épisode a introduit des éléments de gameplay majeurs dans la série et a eu ainsi de grosses influences sur les Fire Emblem tels qu'on les connait aujourd'hui. Les joueurs connaissent le système triangulaire des armes et des magies à la "pierre-feuille-ciseaux". Ce système est apparu pour la première fois dans ce jeu. L'épée bat la hache, qui bat à son tour la lance et cette dernière bat l'épée. Pareil pour les magies : le feu bat le vent, qui bat la foudre, et cette dernière bat le feu. En plus, il y a des armes moins puissantes mais plus légères. Il faut donc prendre en compte tout ceci avant de passer à l'action. Il faut savoir également qu'il y a deux autres types de magie qui sont au dessus du reste : les magies du type light et dark, mais elles sont en général les plus lourdes. Le poids d'une arme influe sur l'esquive et la vitesse d'une unité. Par exemple, chaque point dans le poids diminuera de 2 points l'esquive.
Une autre nouveauté a été introduite au niveau des unités montées. Si elles disposent encore de déplacement après avoir effectué une action, elles peuvent encore bouger. On peut aussi changer d'équipement après avoir attaqué, très pratique pour se défendre contre une éventuelle future attaque.
Le terrain donne du bonus au personnage qui se trouve dessus. Selon son type, le terrain peut ajouter des protections ou handicaps. Il faut donc gérer ce facteur qui se révèle plus important qu'il n'en a l'air.
Fire Emblem 4 a également introduit les skills, qui donnent des avantages au personnages. Il y a des skills innées (ils peuvent être hérités) et d'autres que le personnage peut avoir en portant un objet spécial. Parmi ces skills, on trouve par exemple le double hit, les coups critiques, la régénération ou encore le bouclier. Certains de ces skills donnent la possibilité d'effectuer des actions de support. Certaines classes comme le très apprécié sword master, qui a fait son apparition pour la première fois dans cet épisode, se trouvent avec des atouts inégalés. Les armes légendaires donnent aussi des skills bonus à ceux qui les portent, les rendant encore plus indispensables. Le système de la base évoqué plus haut est aussi une nouveauté de cet épisode.
Tous ces ajouts sont devenus incontournables, et rendent le jeu encore plus riche et addictif.
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu

L'emblème du T-RPG

En tant que Tactical RPG, Fire Emblem Seisen no Keifu est assez particulier. On parle ici de T-RPG à grande échelle. Les combats se déroulent sur des cartes énormes qui représentent souvent un pays ou un continent entier, et les ennemis débarquent par dizaines.
Tous les chapitres se passent dans des environnements en extérieur durant des batailles épiques.
Inutile de foncer dans le tas comme un bourrin, le jeu est très tactique. Il faut toujours réfléchir longuement avant chaque action, autrement les conséquences sont désastreuses. Des fois il faut savoir prendre des risques et la jouer quitte ou double. Le jeu ne pardonne pas, et comme d'habitude une unité qui tombe au combat est perdue à jamais. Il y a quand même une petite exception car il y a un objet légendaire qui, une fois récupéré, permet de ressusciter les morts. Mais ça reste assez difficile de le garder pendant plusieurs chapitres, et surtout très cher à réparer. En plus il n'y a pas de choix au niveau de la difficulté. Si le jeu est quand même ardu par défaut, cette difficulté est très bien dosée et donne au joueur le temps de se familiariser avec le système.
La durée de vie quant à elle est plus que correcte, puisqu'il faudra plus de 55 heures pour finir le jeu la première fois.

Graphiquement le jeu s'en sort bien. Même si certains décors sont assez sommaires, ça reste très propre et lisible. En plus les animations des combats sont réussies, mention spéciale aux coups liés aux skills et surtout les armes légendaires. Les portraits des personnages sont bien mis en valeur lors des discussions et dans le menu. L'interface est très claire et permet de naviguer ou de jeter rapidement un coup d'œil pour avoir les informations que l'on cherche. A noter aussi que l'introduction du jeu est très belle, et constitue une prouesse technique sur Super Famicom.
Et ce n'est pas tout, car le jeu brille aussi grâce à la qualité exceptionnelle de ses musiques qui sont composées par Yuka Tsujiyoko, la compositrice vedette de la série. L'OST est aussi bien fournie que variée, elle ne compte pas moins de 114 pistes différentes. Ces musiques vont très bien avec les différents passages du jeu et renforcent l'ambiance. Que ce soit les moments forts, les moments de tristesse, les combats ou les événements, les thèmes collent bien et c'est un régal pour les oreilles. On ne s'étonne pas de se retrouver à siffler la musique d'une map après avoir éteint la console. Bref, on ne s'en lasse pas surtout vu la variété des pistes proposées. En plus des musiques à proprement parler, les effets sonores sont bien rendus et le processeur sonore de la Super Famicom a été bien exploité. La partie son, comme le reste, est une réussite totale.

Finalement, Fire Emblem Seisen no Keifu a plusieurs atouts en sa faveur aussi bien au niveau du contenu que la forme. Tout a été bien dosé et il est difficile de trouver un défaut. C'est beau, c'est émouvant, c'est jouissif et terriblement addictif, le jeu a tout pour lui. Il juste regrettable que le titre n'ait jamais dépassé les frontières du Japon, comme beaucoup d'excellents RPG de l'époque.
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Fire Emblem: Seisen no Keifu
Avec ses personnages charismatiques, ses rebondissements renversants, son scénario intelligent et immersif, ses batailles très tactiques dotées d'une profondeur et d'une richesse inouïe, sans oublier son ingénieux système de génération, Seisen no Keifu est un titre majeur de la Super Famicom au même titre que Tactics Ogre: let Us Cling Together. Il n'a pas usurpé sa réputation et on a affaire ici à un jeu culte, un poids lourd du Tactical-RPG qui continue de briller encore aujourd'hui de mille feux.
Intelligent System a placé la barre très haut. Voilà un titre indispensable pour tout amateur du genre qui se respecte.

25/10/2009
  • Le système des couples
  • Gameplay d'une efficacité redoutable
  • Les personnages attachants
  • Les armes légendaires
  • L'histoire prenante
  • De belles musiques
  • Graphiquement très propre
  • La classe Sword Master
  • Toujours pas de localisation en dehors du Japon
9

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 4.5/5
LENGTH 4/5
GAMEPLAY 4.5/5
Fire Emblem: Seisen no Keifu > Commentaires :

Fire Emblem: Seisen no Keifu

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires vc [0]
11 commentaires sur Super Nintendo
Gwimdor

le 22/12/2010
Edité le 28/02/2011
9
Voilà un Fire Emblem qui n'a pas volé sa réputation, malgré un début un peu laborieux et délicat pour ceux qui sont habitués à la facilité des derniers épisodes. Rien que le prologue qui d'habitude vous initie au système de combat et ne vous livre que 5 adversaires pitoyables à laminer histoire de vous mettre en confiance, vous entraînera cette fois ci dans de douloureux affrontements sans la moindre pitié.
Par la suite vous serez constamment confrontés à des cartes gigantesques dans lesquelles il faudra libérer de nombreux châteaux et vaincre une pléiade d'adversaires durant de nombreuses heures. Paradoxalement le jeu qui se compose seulement de 11 chapitres propose en réalité la plus grande durée de vie vu dans un Fire Emblem au vu de l'immensité de ces cartes, pour ma part j'ai avoisiné les 90 heures.

Voilà maintenant une des raisons pour lesquelles, ce FE est devenu culte, car durant ces nombreuses heures, ce n'est pas qu'une équipe de mercenaire que l'on sera amené à contrôler mais bien 2 générations, ce qui permet à un simple conflit de s'étaler sur plus de 17 années laissant par la suite les enfants continuer la lutte acharnée de leurs parents.
Et pour s'assurer que la futur génération soit efficace, il faut créer de jolis couples, ce qui implique de les laisser côte à côte durant une cinquantaine de tour pour créer des affinités et une alchimie, choses connue chez les fan de la saga qui connaissent par cœur le système de soutien.
Si là aussi le départ est un peu déroutant, on prend rapidement la main et on attend avec impatience le résultat, car si les parents ne brillent pas forcément pas une force impressionnante, les enfants sont de vrais petits tueurs, rien qu'un seul d'entre eux armé d'une arme légendaire pourrait réussir à démonter une armée entière.

Du côté des classiques, le chara-design grande force de la série est toujours aussi efficace, le scénario juste excellent réserve son lot d'émotion et se laisse suivre avec un grand intérêt et les musiques sans être transcendantes font leur boulot.

Entre ses armes légendaires, ses 2 générations, et ses idées géniales qui ont malheureusement disparu avec les années, comme pouvoir réparer ces propres armes ou l'arène qui permet de gagner son argent et de prendre un peu d'expérience à chaque chapitre, ce FE est un grand cru que tout fan de la saga se doit d'essayer.
Mizuti

le 30/11/2010
10
+ Le chara design, très spécial mais exceptionnel
+ Certains persos, ultra cheatés, sont surtout super classes (ahhh enfin un mage d'envergureavec un tome de vent! et très stylé qui plus est)
+ Un jeu qui se mérite (difficulté omniprésente)
+ Le love system
+ Les générations, même si la deuxième est un peu moins bonne (parce que les persos sont moins charismatiques)
+ Le pionnier du tactical moderne
+ Un bad guy charismatique
+ Long!
+ Un système de jeu ultra complet et très bien pensé
+ Le meilleur scénario estampillé Fire Emblem, tout simplement
+ Des maps gigantesques
+ On se sent invincible après avoir fini un jeu pareil.

- Une fois fini ce jeu, tous les autres TRPG vous paraîtront fades. Vous voilà prévenus.


En conclusion : meilleur FE, meilleur TRPG de la SNES, voire meilleur TRPG tout court.
Yahiko

le 05/11/2010
9
Un jeu que j'ai découvert sur le tard et qui m'a scotché comme pas permis.
Un système de générations excellent, un scénario passionnant et des batailles dantesques servies par un gameplay parfaitement dosé. FE : Seisen no Keifu est un must du Tactical. Un des meilleurs jeux de la superbre Snes.
Bao

le 19/08/2010
Edité le 26/08/2010
9
Les ressentiments que j’ai eu dès le début ont persistés tout le long : les maps sont immenses, ridiculement immenses (elles sont censées représenter une région entière) et ça casse le rythme, et pas que le rythme quand on calque son avancée sur les unités les plus lentes, unités évidemment les plus indispensables (j’ai pas honte de le dire, j’ai pas hésité longtemps avant d’avoir recours aux fonctions speed up de l’émulateur...) Aussi, moyennement apprécié la « mécanique d’individualité » du jeu : autant le système arène / réparation d’armes est une idée géniale, autant le système de gestion gold / items est vraiment chiant. Les prémices du système qu’on connaît aujourd’hui apparaissent dans ce jeu, et c’est déséquilibré à mort (General ou porteurs de haches juste bon à jeter, à l’inverse les Swordmasters sont de véritables bouchers, par exemple)

Mais j’ai pas décroché tout le long. Le background du jeu est riche et immersif, le scénario est travaillé, sans concessions et est prenant à mort, et alterne avec finesse moments sombres, dramatiques, épiques ou touchants (TOUT le chapitre 5, qui tombe comme un couperet !!). En termes d’intensité et de profondeur, Seisen no Keifu enfonce tous les FE que j’ai fait jusqu’à présent. Le casting du jeu est également très réussi, aussi attachant que haïssable (le devenir de la 1st gen >< !). Le système de génération est super bien foutu, même si un peu compliqué à dompter à la base (la mécanique de formation des couples est tout sauf évidente), et peut donner des résultats vraiment monstrueux pour peu qu’on l’exploite correctement. Le mot « Bataille » à jamais trouvé autant d’écho dans un FE, la difficulté est bien présente et parfaitement dosée, même si elle tend à s’effacer un peu dans la deuxième partie du jeu, ou l’on dispose d’unités surpuissantes issues de la formation des couples, et des armes légendaires.

Un petit mot sur le patch US, malheureusement pas fini : les titres de chapitre ne sont pas traduits (et y’a 2-3 blagues des traducteurs tout le long), et la conclusion après le dernier chapitre ne l’est pas non plus (il faut avoir recours à un script si on veut la connaître !). Mais tout le reste (histoire, talk events, menus, etc) l’est entièrement.

En définitif, bonne petite tuerie. Son titre de « meilleur Fire Emblem » est pas volé.
Alban

le 14/02/2010
9
Un de mes jeux préférés dans ce monde de brute !
Même si je n'avais rien compris aux dialogues, cela ne m'avait pas empêché de profiter pleinement du jeu !
Volke13

le 27/10/2009
Edité le 27/10/2009
très beau test, il faut que je pense à le terminer! Quand j'en aurais le temps !

Je rajouterais les petites galères pour recruter certains personnages. Notamment Ayra au chapitre un qui est bien casse tête surtout quand elle se décide à lancer stellaire sur le personnage appat qu'on lui avait envoyé !
Shinji

le 25/10/2009
9
Le meilleur celui qui m'a fait découvrir la série.

Rah Ayra la bourrine et le principe de génération!
Benjimaru

le 22/10/2009
8
Très bon jeu, mon premier Fire Emblem, j'ai adoré le fait qu'on puisse joué avec la descendance des personnage de la première partie! (ce qui m'a valu de refaire le jeu pour essayer d'autres "combinaisons")
Soulhouf

le 01/07/2009
Edité le 12/08/2009
9
L'un des meilleurs Fire Emblem à ce jour. C'est l'un des rares RPG ou je me suis amusé, j'ai stressé, j'ai pleuré et j'ai rigolé. Seisen no Keifu évoque tout ça à la fois. Moments de joie, de gloire et de tristesse. Le scénario est tres profond et travaillé, notamment grace à des personnages attachants et bien étudiés. Le système des génération est tout bonnement excellent.
Le gameplay est toujours très simple mais redoutable d'efficacité. Les armes légendaires ajoutent pas mal de charme à ce jeu exceptionnel.
L'avant dernier épisode par Shouzou Kaga et probablement son oeuvre ultime.
Chapeau!
vincentmagus
le 20/06/2006
10
Cherchez pas tout est dit...le meilleur TACTICAL RPG voir le meilleur jeu de tous les temps aux cotés de FF6.
70 active users (0 member, 70 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion