bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
Commentaires de Yama avatar
fiche
Trier par : Date | Support | Nom | Note
157 commentaires
Tales of Berseria play4
Yama

le 01/12/2019
6_5
Se déroulant dans le même univers que l'opus précédent (Zestiria), on connait déjà un peu la musique (au propre comme au figuré) si on a joué à ce dernier, ce qui est mon cas.

Pas que ça me dérange, mais j'aurais aimé un peu plus de variété et de surprises, d'autant que le scénario est vraiment sans surprise.

La force d'un Tales Of est sans aucun doute ses combats, qui sont pour le coup assez mou, en comparaison des opus précédents. Pas d'armatisation avec de gros Arts de brutasse ici, non, on doit gérer sa jauge de PA pour ne pas se retrouver à sec rapidement et sans pouvoir agir. C'est dommage, j'aime bien rentrer comme un bourrin dans les combats des Tales of habituellement, et je trouve donc ça un peu contraignant. Mais bon, soyons honnête, les combats restent tout de même bourrins.

Les donjons, eux, sont relativement barbants et classiques, avec toujours à la fin un gros donjon final plein de téléportations à la con, histoire de rallonger la durée de vie.

Le casting est médiocre, avec un amas de clichés. Seule Magilou sort un peu du lot.

Il reste que ce Tales Of est tout de même sympa à faire, avec son chara design intéressant, et ses saynètes rigolotes.

Les menus sont simples, et progresser dans cet univers pendant plus de 50 heures fait qu'on s'attache tout de même à ce petit monde.
Sword Art Online: Lost Song pstore
Yama

le 01/12/2019
5_5
Casting: 12/20
Le casting reprend les personnages emblématique de l'animé, et en ajoute quelques uns très quelconques. On aurait pu s'attendre à un peu mieux, même si le contexte du jeu se veut plus dans le fun que dans la survie.
Mais bon, les personnages n'évoluent pas d'un pouce par rapport à leurs dernières aventures, ce qui pour les habitués de la série a tendance à vite gaver.
Pour les nouveaux, ce sera l'occasion de faire connaissance gentiment.

Musiques 14/20
Le bon point du jeu, les musiques sont enfin variées, à la différence de l'opus précédent. On a enfin des musiques propres à chaque type de donjon, et parfois de très bonnes musiques d'ambiance. Un effort louable qui aurait pu contribuer au côté épique recherché par ce type d'aventure si le scénario avait suivi...

Combats: 12/20
Les combats sont plus dynamiques que dans l'opus précédent, mais sont parfois très fouillis, et ce, surtout à cause d'une mauvaise attribution des touches, et une caméra vacillante.
Il manque aussi cruellement de gros skill d'équipes, attaques combinées totalement absentes.

Histoire: 10/20
Ils ne se sont pas trop foulé. ça se laisse suivre, mais bon, c'est assez navrant tout de même, et on voit pas mal de choses dix milles kilomètres avant.

Mise en scène: 10/20
La aussi, c'est très chiche. A part deux-trois scènes animées, et quelques redites de l'animé, aucun effort n'est fait pour impliquer le joueur. On se contente de regarder, souvent impuissant face à la molesse de la plupart des situations.

Gameplay: 12/20
Le mode vol du jeu constitue le véritable atout de cet opus. C'est fun, voir grisant de voler à trois dans le ciel et trancher du dragon.
Après, c'est vite répétitif, dans le fonctionnement, et j'ai fait le jeu avec juste 2 autres personnages (Leafa et Asuna), car le fait que les autres persos non utilisés ne montent pas de niveau en ne participant pas aux combats, limite grandement l'envie de les utiliser, car ils se retrouvent vite under level.
L’intérêt de l'énorme casting jouable est donc hyper limité, une fois que l'on a choisi ses persos favoris.

Quêtes annexes: 8/20
Pour le coup, c'est de la merde. Aucune quête n'est intéressante. Juste du monster bashing classique, ou du loot. Il aurait été bien de mettre des quêtes de boss scénarisées, ou des petites histoires autres que les 2 lignes de texte qui composent les quêtes uniques de personnages

Ergonomie des menus: 9/20
C'est très fouillis, avec beaucoup de choses inutiles. Les menus de gestion des persos sont mal fichus, alors que c'est tellement simple de faire quelque chose de clair et efficace.

Graphismes: 12/20
On a vu mieux sur PS2, donc bon, c'est assez pauvre, même si c'est plus joli que l'opus précédent. (Et mettre des écrans noirs avec du son car on à pas le budget ou qu'on à la flemme de mettre deux trois arts, c'est petit)

Chara design: 14/20
Le chara design de l'animé est respecté, les personnages sont bien dessinés, et l'approche de l'univers de AOL est fidèle. Alors certes, il faut aimer le style manga, mais sinon, la plupart des costumes sont classes, et les dragons ont de la gueule.
Sword Art Online: Lost Song psv
Yama

le 30/11/2019
5_5
Terminé sur PS4 en une 20aine d'heures, cet épisode est pauvre en contenu comparé à son grand frère Re Hollow Fragment (10 à 20 fois plus long selon que l'on fasse l'extension à fond ou non)

Casting: 12/20
Le casting reprend les personnages emblématique de l'animé, et en ajoute quelques uns très quelconques. On aurait pu s'attendre à un peu mieux, même si le contexte du jeu se veut plus dans le fun que dans la survie.
Mais bon, les personnages n'évoluent pas d'un pouce par rapport à leurs dernières aventures, ce qui pour les habitués de la série a tendance à vite gaver.
Pour les nouveaux, ce sera l'occasion de faire connaissance gentiment.

Musiques 14/20
Le bon point du jeu, les musiques sont enfin variées, à la différence de l'opus précédent. On a enfin des musiques propres à chaque type de donjon, et parfois de très bonnes musiques d'ambiance. Un effort louable qui aurait pu contribuer au côté épique recherché par ce type d'aventure si le scénario avait suivi...

Combats: 12/20
Les combats sont plus dynamiques que dans l'opus précédent, mais sont parfois très fouillis, et ce, surtout à cause d'une mauvaise attribution des touches, et une caméra vacillante.
Il manque aussi cruellement de gros skill d'équipes, attaques combinées totalement absentes.

Histoire: 10/20
Ils ne se sont pas trop foulé. ça se laisse suivre, mais bon, c'est assez navrant tout de même, et on voit pas mal de choses dix milles kilomètres avant.

Mise en scène: 10/20
La aussi, c'est très chiche. A part deux-trois scènes animées, et quelques redites de l'animé, aucun effort n'est fait pour impliquer le joueur. On se contente de regarder, souvent impuissant face à la molesse de la plupart des situations.

Gameplay: 12/20
Le mode vol du jeu constitue le véritable atout de cet opus. C'est fun, voir grisant de voler à trois dans le ciel et trancher du dragon.
Après, c'est vite répétitif, dans le fonctionnement, et j'ai fait le jeu avec juste 2 autres personnages (Leafa et Asuna), car le fait que les autres persos non utilisés ne montent pas de niveau en ne participant pas aux combats, limite grandement l'envie de les utiliser, car ils se retrouvent vite under level.
L’intérêt de l'énorme casting jouable est donc hyper limité, une fois que l'on a choisi ses persos favoris.

Quêtes annexes: 8/20
Pour le coup, c'est de la merde. Aucune quête n'est intéressante. Juste du monster bashing classique, ou du loot. Il aurait été bien de mettre des quêtes de boss scénarisées, ou des petites histoires autres que les 2 lignes de texte qui composent les quêtes uniques de personnages

Ergonomie des menus: 9/20
C'est très fouillis, avec beaucoup de choses inutiles. Les menus de gestion des persos sont mal fichus, alors que c'est tellement simple de faire quelque chose de clair et efficace.

Graphismes: 12/20
On a vu mieux sur PS2, donc bon, c'est assez pauvre, même si c'est plus joli que l'opus précédent. (Et mettre des écrans noirs avec du son car on à pas le budget ou qu'on à la flemme de mettre deux trois arts, c'est petit)

Chara design: 14/20
Le chara design de l'animé est respecté, les personnages sont bien dessinés, et l'approche de l'univers de AOL est fidèle. Alors certes, il faut aimer le style manga, mais sinon, la plupart des costumes sont classes, et les dragons ont de la gueule.


Note finale: 113/200 soit 5.65/10 = 5.5.













Sword Art Online Re: Hollow Fragment pstore
Yama

le 20/07/2019
2_5
Commençons par le casting. Un petit groupe d'ados prépubères, avec des minettes complétement folles du petit Kirito, qui lui, ne se rend compte de rien la plupart du temps. (en même temps, un mec à 16 ans pense plus à jouer qu'à jouir. )

Mais c'est assez gonflant de voir le nombre de situations impressionnantes dans lequel se trouve le héros avec souvent le même déroulé. Pas un personnage pour rattraper l'autre, et seul Klein sort un peu du lot de par son côté comique.



Le scénario, est une presque repompe de la première saison, et ils se sont vraiment pas foulé. C'est bien nul, alors que le potentiel est là.

Quant à l'avancée dans l'histoire, on passe toujours pas les mêmes phases de jeu, avec les mêmes discours de pré combat de boss, et les mêmes quêtes à chaque niveau de la tour. idem pour la partie Hollow,dont les quêtes respawn toutes les x minutes et se ressemblant quasiment toutes.

Je ne vais pas trop évoquer les phases de dialogue à la con entre Kirito et son harem, mais quand même, c'est le véritable élément bien gonflant du jeu, et heureusement que l'on peut zapper avec la touche L1. Mais en gros, c'est Kirito est à table, toutes les filles vont lui faire à manger. Kirito joue au papa avec Yui presque contre son gré (il est vraiment con d'accepter tout le temps), toutes les filles vont faire sa soeur ou la maman, Kirito va prendre un bain, toutes les filles vont prendre un bain avec lui etc etc etc ....

Franchement, juste pour rire, j'aurai bien aimé voir le héro de H Rpg Rance dans une situation pareille, je crois que les filles en auraient eu pour leur "compte" et auraient fermé leur gueule lol.





Les graphismes sont pourris. Alors sur psp, ça valait peut être un peu le coup d'oeil, mais sur PS4, ça fait mal aux yeux, les décors sont très redondants, les donjons sont tous les mêmes, bref, le gros poil dans la main pour les graphistes.



Les combats sont parfois très brouillons, surtout quand il y a beaucoup d'ennemis et que le décors nous masque la vue.Malgré tout, la prise en main est simple. Les boss sont parfois impressionnants, et c'est le véritable élément qui m'a fait tenir, même si je m'attendais à mieux sur la fin.



Les musiques sont très moyennes, et vraiment pas variées du tout. Une musique de boss, une autre pour ceux de la partie Hollow, et 4 musiques différentes pour les donjons (extérieur et intérieur, jour et nuit).Et 2 ou 3 musiques pour les villes et phases de niaiseries.Vraiment trop peu pour un jeu qui comprend pas moins d'une centaine d'endroits différents.



En résumé,je m'attendais à un scénario un peu plus développé, avec des musiques de boss qui butent, et de la variété dans les objectifs et les donjons, ce qu'on est en droit d'attendre dans un mmorpg like, et la déception est au rendez vous, avec trop peu d'envolée épique, trop de niaiserie et trop de redondances dans le déroulé du jeu.
Ys VIII: Lacrimosa of Dana play4
Yama

le 18/07/2019
3
Le jeu est techniquement très faible. Dès qu'on approche un peu la camera des personnages, ils disparaissent pour n'en laisser qu'un,à croire que la puissance de calcul de la ps4 pro n'est pas suffisante pour afficher 3 personnages de près... <img src=" /> .

Les décors sont très bof, et vraiment peu variés. En dépit du scénraio qui veut que tout se passe sur uneîle, ils auraient pu faire un petit effort en terme de dépaysement.

Les musiques,tout comme les décors, sont très moyennes pour beaucoup. Seuls 1 ou 2 thèmes sont vraiment cool, mais je m'attendais à beaucoup mieux.

Le casting proposé est d'un ridicule amère. Entre la pouf mal baisée,et le plouc qui lâche ses pets, le pauvre Adol a en effet de quoi rester muet.

D’ailleurs, je ne sais pas si c'est une question de budget, mais je plains le doubleur d'Adol qui a du sortir 1 ou 2 phrase et quelques "ah" de tout le jeu, ce qui est frustrant quand on voit que quasiment tous les autres persos sont doublés.

(Oui, j'aime pas les héros muets, ça fait vraiment teubé, surtout quand un narrateur parle pour eux, autant les faire parler eux)

Ensuite, mon Dieu, que de fautes d'orthographe (les"é" à la place de "er", ça m’énerve), de vocabulaire, et de syntaxe !! Ils ont fait du google trad ou quoi ??. Il eut mieux valu laisser le jeu en anglais plutôt que de pourrir la langue française. Même certains objets ont des noms différents dans les menus et dans les quêtes..... <img src=" />

Question scénario, c'est une vraie repompe de plusieurs thématiques déjà vues et revues dans des centaines de milliers de rpgs jap, donc on passera vite fait sur ça.Heureusement, la touche R1 permet de zapper vite fait dès que ça commence à titiller. (et ça titillait beaucoup)

Question gameplay, on a du Ys, donc c'est nerveux, et heureusement encore, c'est la seule chose à peu près potable du jeu. Je dis à peu près potable, car les 3 personnages de base se suffisent à eux même pour couvrir l'ensemble des situations dans lesquelles on se trouve, donc je n'ai jamais touché à Ricotta, ou Humel.

Enfin, je n'aime pas quand les personnages se mettent à parler en pleins combat, on comprend rien, et c'est gonflant.

Le côté découverte de l'île avait son bon côté au début, avec quelques péripéties, mais la routine se fait vite ressentir au bout d'un moment. Cela va de même pour ce qui est de l'agrandissement du village.

Au final, cet opus est le plus pourri auquel j'ai joué. Un gros coup d'épée dans l'eau, de la part de notre Adol le Rouge.

D'ailleurs au passage, j'ai débloqué le trophée "finir le jeu avec Adol" au bout de 2 heures de jeu, en me promenant sur la plage au tout début...encore un bug du jeu.... <img src=" />


The Caligula Effect: Overdose pstore
Yama

le 18/05/2019
5_5
Un rpg assez moyen, je dirai, qui ne fait pas honneur à la bécane,tant il sent le simple portage de la version Vita.

Les points positifs :

- Un système de combat assez fun qui joue la carte de l'anticipation et de la stratégie, même si le challenge en normal reste relatif.
- Des musiques assez sympa, mais parfois trop redondantes, les donjons étant assez long.
- Un chara design assez cool et épuré
- Un scénario qui a le mérite de parfois être intéressant avec ses personnages atypiques,

Les points négatifs:

- Les graphismes trop peu recherchés, que ce soit dans les donjons ou dans les phases de parlottes. Je ne parle pas des combats qui se déroulent toujours dans la même aire.
- Le joueur n'est pas récompensé de ses fouilles dans les donjons, ou on obtient à 90 % des items inutiles dans des coffres parfois bien cachés.
- Les quêtes annexes sont un enfer, et ne donnent pas du tout envie de s'y mettre, la chasse aux 521 étudiants (et la résolution de leur trauma)étant bien lassante, et peu lucrative, en plus d'être trop chronophage et redondante.
- La navigation dans les menus qui est mal foutue.
- Les chapitres qui répètent toujours le même schéma
- La fin toute pourrie à mon goût, ou je me suis dit...tout ça pour ça ??.
Tales of Zestiria play4
Yama

le 11/04/2019
6

Les +:

- Un univers coloré avec des personnages attachants.

- Des combats qui sont dynamiques

- Une très bonne durée de vie

- graphiquement très potable

- Les petites scénettes qui sont toujours un plus implicatif et rafraîchissant.

Les -:

- Le héros qui comme souvent est très barbant.

- Un scénario somme toute assez moyen (bon c'est un Tales Of en même temps...)

- Les longueurs sur la fin

- Les équipements et leur système de fusion que je trouve très nul.

- L'introduction en musique de merde alors qu'on se devrait d'avoir un générique chanté.

En résumé, j'ai tout de même passé de bons petits moments sur ce Tales Of, et il surpasse largement la bouse Xillia 2, par exemple, ou le navrant Graces F. L'univers aurait gagné à être plus mature, et mieux maîtrisé, mais il faut toujours qu'ils nous mettent un héros à la con. Heureusement, quelques personnages sont présents pour relever le niveau (Edna, Rose et Zavied ).

Pas le jeu du siècle, mais il fait le job, sans pour autant verser dans l'épique comme certains de ses prédécesseurs (Abyss, Legendia et le premier Xillia, pour ceux que j'ai fait)


Persona 5 play4
Yama

le 22/02/2019
5
P5 m'aura laissé sur ma faim. Surtout sur la fin en fait.
Le jeu est globalement bon, mais on ressent trop la pâte japonaise, à vouloir considérer le Japon comme le centre du monde.
De même, les personnages très stéréotypés ont un goût de déjà vu, et les situations à la Star Ocean IV à répétitions sont lassantes sur la fin. L'amitié plus fort que tout et patati et patata.
Je regrette beaucoup de ne pas avoir pu choisir le côté obscur de la force pour notre personnage, ça aurait donné un certain caché au jeu.

Le rythme du jeu est aussi un gros défaut, parfois, c'est vif et intense, puis, on tombe dans l'ennuis peu après, pendant de longues phases ou on attend que le temps passe. Et surtout sur la fin, ou on a droit au jour le plus long, version Shonen. J'ai rarement vu une fin traîner autant en longueur, et j'avais hâte de finir le jeu.

J'aurais préféré que ça se termine avec la fin de Shido plutôt que de se taper un Mementos avec toujours la même musique, puis pleins de boss, puis de nouveau un donjon, puis pleins de boss etc....


J'ai bien aimé la pâte graphique, qui fait très bande dessinée, de même que certaines musiques
celle du bâteau, et celle qui accompagne le combat contre Shido


Je suis pas vraiment fan du système de combat, mais je savais à quoi m'attendre avec un Persona. Le tout reste très dynamique tout de même, il faut le reconnaître. Par contre, je pestais souvent contre la lenteur du menu de résultat d'après combat, qui casse le rythme de l'exploration je trouve.

Bref, le jeu est joli, mais cumule pleins de défauts qui sont typiques du J Rpg.




Tokyo Xanadu eX+ play4
Yama

le 19/08/2018
6
Tokyo Xanadu Ex+ est un Jrpg tout ce qu'il y a de plus classique.
Les habitués de la série des Legend of Heroes ne seront pas dépaysés, car le jeu en reprend toutes les bases dans le développement de son histoire et de ses personnages. D'ailleurs, de nombreux clins d'oeil à la série éponyme sont présents tout au long de l'aventure.

Le scénario ne surprendra pas, et on se laissera guider tout au long de la cinquantaine d'heures que promet le jeu, sur une autoroute avec beaucoup de signalisation, et très peu de chemins annexes.


Le point fort du jeu est son dynamisme pour les combats, qui sont très vifs, sous la forme d'un action rpg à la Ys, du même éditeur.

Pour le reste, c'est donc du grand classique, du développement des personnages, aux musiques, en passant par le level design et l'ambiance procurée.


Utawarerumono: Mask Of Deception play4
Yama

le 13/05/2018
8
Un très bon jeu, aux frontières du tactical et du Visual Novel.
Inutile de préciser, donc, que le joueur ne sera pas très actif durant la quarantaine d'heures que propose le jeu si on prend son temps comme moi.
Le jeu est très bavard, donc, mais moins fastidieux qu'un Tears To Tiara, selon moi.
Le casting est très riche, et on s'attache très vite à tous ces personnages très bien dessinés, et au caractère bien trempé.
Le héro est gaffeur (certains passages sont à mourir de rire), un poil pervers, et une partie du jeu est orienté humour, donc, ainsi qu'à la présentation des personnages.
Mais attention, il s'agit de la partie haute de l'iceberg, car dès qu'on a franchi le cap de la grosse moitié du jeu, le ton devient plus grave, et les twists prendrons le joueur à contre pied, et ce, jusque dans les tout derniers instants du jeu (à mon grand désarrois d’ailleurs mais ce n'est que mon opinion personnelle (
quel coup de poignard dans le coeur quand Haku se fait passer pour mort, et crève le coeur de Kuon, tout ça à cause de la pleureuse de Nekone....shit....j'ai eu envie de briser le BR en 2....mais bon, on va dire que c'est pour la bonne cause, et que les personnages qui l'accompagnent ne seront pas dupes très longtemps (surtout les 2 jumelles...)


Concernant la direction artistique, elle est très bonne, avec des arts sublimes, et un environnement musical de choix.
L'opening est très bon, du reste, c'est la grande classe.

Les combats sont peu nombreux, etrestent assez simples (tant mieux pour moi dans un sens )
Seuls les 2 dernières map m'ont donné du fil à retordre (oui, parce que finir la dernière map avec un seul perso vivant qui à 80 pv sur 600, c'est chaud quand même )

En résumé, un très bon jeu, avec une histoire palpitante, bien qu'ayant du mal à démarrer, et qui sera vraiment à juger avec sa suite, car oui, il s'agit bien d'un demi jeu avant tout

8/10



Blue Reflection play4
Yama

le 13/01/2018
5
Blue Reflection est un petit rpg signé Gust, sans aucune prétention, il nous fait suivre l'histoire d'une lycéene du nom de Hinako, qui sera amenée à devoir sauver le monde.(c'est pas un spoiler, c'est le cas dans 99 % des JRPG).

Le jeu mise surtout par l'attachement que l'on peut éprouver vis à vis des personnages, qui dévoilent leurs sentiments (on reste dans le pur style moe, sans aucune vulgarité) au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire.

Chaque chapitre nous présente donc une camarade de l'héroine, qu'il faudra rallier à sa cause.
Les derniers chapitres étant concentrés sur l'explication de l'histoire avant le chapitre final concentré sur le dernier boss.

Il faut avouer que la redondance des premiers chapitres pourra en dégouter plus d'un(e), car c'est quand même très nyan nyan.
Les petites missions sont toutes pareilles, et donc la variété est à mettre à la poubelle.

En gros, quand on a fait un chapitre,c'est bis répétita jusqu'au presque final.

Question combats, idem, c'est vite lassant, le challenge est inexistant (pour ça que je l'ai fini aussi...), et le fait de toujours utiliser les 3 mêmes personnages rend le tout encore une fois répétitif. Du tour par tour classique avec une timeline qui nous montre qui va bientôt agir.


Les musiques ne sont pas nulles, mais ne marquent pas non plus. Heureusement, il y a les combats contre les boss qui sont impressionnants. Enfin attention, impressionnant par rapport au reste, hein, ça reste un jeu Gust et donc avec le peu de moyens qu'ils ont aussi.

Au final, on a un jeu à l'image de son environnement, assez tranquille, et qui laissera assez indifférent.

5/10
MeiQ: Labyrinth of Death psv
Yama

le 29/05/2017
5
Mei Q aurai pu être une bonne surprise, avec ses habits de D Rpg gentillet à dose de mechas et de jolies filles.
Et bien le soufflet retombe un peu vite.
L'histoire est, comme dans beaucoup de jeux du genre, un poil trop classique, repompe du genre japanim' shonen de base, avec un casting entièrement féminin, trop peu mis en valeur.

Les environnements, qui sont censés être variés pour se distinguer un peu des autres jeux du genre, ne sont au nombre que de 4.
4 tours à explorer, une fois vers le haut, une fois vers le bas, et avec des endroits accessibles uniquement à certainsmoments de l'histoire avec les bons items clefs.

Bref, une durée de vie artificiellement rallongée à coup d'allers-retour un tantinet barbant.

Alors on va se rattraper avec le système de combat, se dit on. Les combats sont, avec l'exploration, la 2ème source de distinction entre les titres du genre D Rpg.
Et bien mon poulet non, que nenni, on a un système bien classique qui se base sur les éléments qui respectent une grille bien définie avec les sempiternels eau >feu>vent>terre>metal>eau avec des variantes sur le magique et le physique.

Bref, on fait son mecha en fonction du donjon, ou bien on se contente d'attribuer un perso à un mecha et de prendre tel ou tel couple pour tel ou tel donjon. Sachant que dansles donjons, on peut retrouver tous les types d'ennemis, avec bien sûr, une majorité d'ennemis liés à la tour en question (la tour de feu, une majorité d'ennemis liés à l'élément du feu par exemple).

Le jeu n'est donc pas très varié en terme de découverte, les ennemis sont biens classiques, les persos aussi, et le scénario aussi. On a même pas droit à deux-trois images pour flatter le joueur et le pousser à avancer un peu plus, non, le jeu et bien radin sur ce point et ce contente de petites scènes de parlotte avec les portraits de personnages....encore du grand classique, et je dirai même qu'il perd en contenu par rapport à ses concurrents.

Mei Q ne brillera pas non plus pour ses musiques très classiques elles aussi.

Vous comprendrez donc que ce jeu n'apporte rien par rapport à la ribambelle de jeux du même genre (et il y en a un sacré paquet sur Vita !), donc ne contentera que le collectionneur, ou bien le fan de D Rpg en manque de labyrinthes à arpenter.

Touhou: Scarlet Curiosity pstore
Yama

le 12/04/2017
7_5
On a quand même la chance d'avoir chez nous plusieurs jeux de cette licence depuis peu.

En tant que fan, bien évidemment, mon avis est sans doute un peu tourné vers le plus.
Ce jeu se joue (sans blague !) à la Ys, toute proportion gardée.
Un petit jeu d'aventure surtout orienté donjons-action.
L'histoire est assez faiblarde (comme pour beaucoup de jeux du genre du reste), mais garde un petit côté Touhou très sympathique.

On y joue 2 personnages au choix, Sakuya, la fidèle Maid, et Remilia Scarlett, personnage central de la série, souvent mis dans l'ombre (normal pour un vampire), par les Reimu et autres Marisa.

Le jeu est fluide, et on prend plaisir à défourailler de la fée à coup de griffes ou de pouvoir spéciaux. La prise en main est assez simple (2 coups spéciaux à choisir parmi la dizaine que l'on apprend au fur et à mesure de la montée en niveau), et un super coup (très violent), en plus des essentiels coups normaux et sauts.

Les points d'orgue de chaque niveau, comme pour Ys du reste, sont les combats de boss. Mois durs que dans le shoot éponyme (beaucoup moins dur même), il faut toujours éviter quelques salves de boulettes et autres rayons pour massacrer son adversaire en bonne et due forme (c'est là que les super coups sont essentiels en fait, plus que sur le menu fretin, car les barres de vie sont longues).

Il faut mettre en avant aussi l’environnement musical signé Zun. Les compositions maîtresse de Zun sont présentes et de façon réorchestrées, pour le plus grand bonheur des fans (et des autres aussi).

En résumé, un très bon action rpg, simple à prendre en main, qui défoule, et sans aucun bug.

Du bon boulot.
The Witcher 3: Wild Hunt play4
Yama

le 02/04/2017
9
Difficile de ne pas tarir d'éloges sur ce que je considère comme le meilleur RPG de la dernière décennie.
L'aventure est belle, longue, ce n'était que du bonheur, malgrès quelques petits bugs malvenus.
Il faut reconnaître la qualité d'écriture tout à fait incroyable, qui donne vie à un univers profond et des personnages parfois touchants, parfois énervants, mais tellement crédibles.

La crédibilité, voilà un maître mot qui suivra le joueur tout au long de son aventure. Chaque choix aura une importance au final, et le joueur aura le dénouement qu'il aura cherché à obtenir (et donc ne sera jamais déçu). Un coup de maître, à vrai dire, dans le derrière de nombre de rpgs de ces dernières années.

Surtout un coup dans notre derrière, en fait, tellement les 3/4 de ce que nous propose CD Projekt est maîtrisé.

Graphiquement parlant,on frôle le génie. De nombreux paysages sont fabuleux, et j'ai pris un grand nombre de screenshots tellement ça en valait le coup. Entre les tempêtes de neige ou de pluie, les levers ou couchers de soleil, la plaine, la montagne, la forêt, la ville, tout est tellement bien foutu qu'on ne voit pas le temps passer dès lors que l'on monte sur le dos d'Ablette (ou à pied ou en bateau).

Le scénario est pour ma part le gros point fort,que dis je, l'ENORME point fort du jeu. La dessus, malgré une lenteur à peine apparente en début de jeu, le tout s'enchaîne, s'imbrique petit à petit, tel une oeuvre d'art confectionnée à l'image des différents tissus que prendra le joueur entre ses mains.
Et la tapisserie finale ne sera que la résultante des divers choix/embranchements, pour rendre le tout magnifiquement crédible.

Le second point fort du jeu, et pas des moindre, c'est son casting. Rarement un héros de rpg ne m'aura paru si puissant, non part sa valeur physique (qui n'est pas négligeable, soit), mais surtout par ses sentiments. Mon Dieu, que Geralt est grand !! son caractère, son savoir parler, son audace, sa classe, son tempérament, et ce quel que soit les choix de dialogues. Geralt à le don de nous surprendre, même jusqu'à la fin du jeu. Une belle baffe dans la tronche de la plupart des J Rgs et leurs profils de héros stéréotypés (ou pire, muets).

Mais si Geralt et le moteur du casting, il est fichtrement bien entouré ! que ce soient les personnages ennemis au joueur ou alliés, tous sont joués à merveille, tous ont leur rôle, et en fonction de nos choix, seront plus ou moins enclins à nous filer un coup de main.
Les doublages sont hyper crédibles, et même le petit péquenot qui nous file une quête à 2 Orins est doublé merveilleusement bien.
C'est la grande classe, et je suis content que le jeu se soit avéré très rentable pour le studio Polonais. C'est la preuve que quand on fait les choses très biens, on est justement récompensé.

Le système de combat est efficace. J'ai mis 80 heures à me rendre compte que l'on pouvait parer un coup lol. Je me contentait de rouler sur les côtés pour contre attaquer derrière. Ce qui est très fort de la part des programmeurs, car cela prouve que l'on peut s'en sortir en jouant à sa façon et non en suivant un choix qui serait imposé par le jeu.
Le développement du personnage est simple, on peut s'orienter vers un gros bil à l'épée (comme moi), ou bien vers le langage des signes (mais pas pour les sourds...).

Les musiques sont assez discrètes, elles collent bien aux environnements, ne sont jamais lourdes, mais pas transcendantes non plus.

Au final, les seuls petits défauts du jeu sont les bugs parfois un peu frustrant, surtout quand on sait plus tard l'incidence de certains d'entre eux sur l'avenir même de tout un peuple !
A priori, ces bugs ne sont pas les mêmes en fonction des joueurs, donc chaque partie pourra réserver son lot de surprise à un niveau plus ou moins élevé. (et non, c'est pas la console qui se meurt lol).

De même, j'ai un peu de réticence avec l'interface des menus, qui sont pas très ergonomiques

Le verdict est sans appel, ce jeu mérite d'être joué au moins une fois par tout fan de rpg qui se respecte, sa durée de vie est conséquente, surtout si l'on prend en compte les 2 extensions qui promettent, et surtout, surtout, ne serait ce que pour profiter de l'un des plus grands personnages de tous les temps, Môsieur GDR.
The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel play3
Yama

le 03/11/2016
5

+: Un casting de personnages très riche.(il y en a même un peu trop à retenir)

+: un background très riche

+: Le système de combat assez fun et dynamique

+: Une difficulté abordable qui permet de retry les boss trop durs en les affaiblissant un tantinet (une riche idée qui mérite d'être soulignée, ça évite la frustration du joueur peu patient (comme moi))

+: Les maps des donjons sont claires, on peut rien louper.

+/- : Un J RPG dans toute sa splendeur, avec le positif comme le négatif en largement amplifié.

-: Des graphismes vraiment dépassés (ça pixelise de partout au niveau des jambes assez régulièrement), aucune cinématique quand ça aurait pu donner du liant et du punch à tout ça.

-: Des musiques complètement lambda, aucun thème ne m'a fait vibrer, et dans certains donjon trop longs, ça se transforme vite en mal de crâne

-: Trop de longueurs, bien trop de longueurs, beaucoup trop de longueurs. Bref c'est trop long et chiant tout ça.Il aurait fallu mettre en place une montée en puissance régulière plutôt qu'une incessante sinusoïdale (un coup ça monte, puis ça redescend brusquement etc etc tout le long du jeu. )

-: Un scénario qui se transforme en shonen de base pour ados pré-pubères (JAPON !!).

-: Des pseudos à toutes les sauces en veux tu en voilà, à quand Johnny Power dit la Bite Sauvage, ou encore Sylvia Midnight, alias la Chienne de Minuit ? (ces sacrés japonais et leur volonté de mystifier tous les persos pour faire genre c'est trop cool, un peu comme leurs noms francisés dans d'autres jeux du genre.


Hyperdevotion Noire: Goddess Black Heart psv
Yama

le 04/09/2016
2

Etant fan de la licence, j'abordais le jeu la fleur au fusil, pensant me retrouver dans un tactical fun, avec un univers toujours délirant et fun....et bien non, hélas, ce jeu est une merde.

Tout d'abord, le casting qui prend les mauvais côtés de la série en enlevant les bons. Inutile de dire qu'il s'agit d'un désastre. Tout d'abord, le personnage centrale du jeu (en plus de Noire) et un pauvre mec qu'on ne vois jamais (mais qu'on imagine brun à lunettes cheveux courts comme tous les persos de shonen-harem) et dont le tempérament est aussi transparent que son visage. Le personnage classique qui me fait haïr la japoniaiserie, de par ses gomen gomen à répétition et sa fausse modestie et ses répliques toujours trop mielleuses sans jamais froisser les oreilles et faisant preuve d'une extrême naïveté.

Je le sentais mal de toute façon, j'ai toujours pensé qu'un héro masculin n'avait pas sa place dans ce type de licence, à moins d'être un gros connard comme j'aurai aimé qu'il le soit. (au moins, on aurait eu des bons chocs de caractères et donc des passages de blabla un tant soit peu intéressant).

Bon, après le côté barbant du pitch, c'est la redondance affligeante de situations identiques dans leur déroulement. L héroine est seule et doit rallier à sa cause d'autres persos. Une fois ralliés, les persos se retournent contre elle et elle doit les rallier à sa cause. Une fois "re ralliés", les persos se retournent contre elle et elle doit les rallier à sa cause.....heu ....WAIT !!! IS THAT A JOKE ?????

Le comble quand même avec le dernier chapitre qui

Spoiler

L'ensemble du jeu sert à recruter des persos sans jamais avancer un tant soit peu dans un semblant d'histoire. Pour 26 personnages, on va donc avoir 26 stages + quellques stages ou on doit à nouveau rallier des personnages pour des raisons souvent très connes qui prouvent que le scénariste était sans doute le petit fils de 3 ans du directeur de Compile Heart

L’histoire, c'est donc de la grosse merde immonde que je pensais ne plus trouver de nos jours. (même le scénario d'un Pokemon est plus inventif...c'est dire, quand on prend en considération le respect que j'ai pour cette licence...)

Reste l'aspect tactical qui pourra émoustiller l'âme de tacticiens en herbes que nous sommes, mais bon, ça sauve pas le jeu non plus, surtout que question graphismes (mais là, j'en attendais pas beaucoup) et musiques (les mêmes depuis Neptunia 1), ça reste au ras du sol.

Les seuls points positifs (s'il y en a), ce sont parfois les répliques cinglantes de Neptunia qui m'ont fait regretter que le jeu ne soit pas à son effigie pour rencontrer d'autres persos délirants.

L'idée était là, mais un tactical sans scénario, et avec un casting de merde à 80 % inutile, ça le fait moyen. Surtout que les à côtés, il n'y en a pas vraiment, à part acheter des meubles pour la petite maison de l’héroïne....et des quêtes à la con pour gagner des items.

Je lui mets un 2/10 et je suis sympa car il ne mérite pas les 45 heures que j'y ai consacré.


MIND≒0 psv
Yama

le 19/06/2016
1
Le jeu se résumerai en cette petite phrase: "if you don't Mind, that's worth Zero".

Alors je vais être gentil, je vais pas mettre Zero à cette chose, mais plutôt 1. Car après tout, le jeu aurait pu (Du ?) rester hors de nos frontières, et la jaquette est plutôt pas mal.
Mais c'est tout.

Alors je suis sans doute bien plus exigeant que Bao, mais de mon côté, les loading ne sont pas DU TOUT passé. 1 putain de minute à chaque étage d'un donjon, ou quand tu rentre dans un donjon à partir de la map.
C'est atroce, d'autant plus que le jeu est quand même très faiblard techniquement parlant (aucun effet spécial de badass ou de décors transcendants).

En parlant de décors, les donjons sont à la limite de la honte. Même To Heart 2 DT, c'est du high level à côté.Non seulement ce n'est pas varié (copié collé du premier donjon, avec des couleurs différentes sur les murs et point barre, mais les musiques qui nous accompagnent puent du cul.

Les protagonistes sont à l'image du reste, complètement clichés et donc pas du tout attachants.

Les quêtes annexes sont vraiment nulles, inintéressantes au possible. Du Fedex, mais avec la taxe de douane à chaque livraison.

En bref, on a du très nul à tous les niveau, ce jeu n'a aucune âme, c'est de la repompe intégrale de concepts clichés propres au D Rpg, mais sans saveur aucune. Avec en prime, la technique en moins.

Un joli 1/10 donc.




Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3: V Generation psv
Yama

le 20/04/2016
7
Un bon Neptunia qui améliore l'approche des combats en ajustant le système au poil.

Question scénario, par contre, c'est un peu nul à chier. Même si on retrouve des personnages attachants, et une redondance de métalepses de la part des protagonistes, les dialogues sont quand même parfois lourdingues.

Les "à côtés" du jeu sont assez faibles, et se limitent toujours à un pauvre colisée qui propose des combats necessitant parfois des levels entre 200 et 500, donc pour des multi runs, des armes trop chères, et des plans que l'on ne peut fabriquer sans faire plusieurs runs aussi.

Donc c'est un peu dommage de devoir se taper 10 fois le jeu pour profiter du tout.

J'ai terminé le jeu avec des persos niveau 100 - 110, ce qui était quand même juste pour le combat final. (le boss pouvait one shot un perso de temps à autre).

La durée de vie est donc colossale, vu qu'un run m'a pris 51 heures, sans trop me balader dans les donjons cachés ou sans me prendre la tête avec la création de plans dès que ça cherchait trop loin.

Un point faible aussi, qui peut être un point fort, c'est le nombre de persos jouables. 16 à 20 personnages à choisir pour une équipe de 8 sur le terrain (dont 4 qui se battent et 4 en support), c'est beaucoup...trop !!
Du coup, on sait plus trop qui choisir, et j'ai eu la grande détresse (enfin une boulette quoi, comme à mon habitude) de dépenser un million de credits gagnés tout au long du jeu sur des personnages qui juste après ont quitté l'équipe.....

Bref, ce jeu est un mélange de bonne humeur et de rage en même temps. Mais la bonne humeur des persos et de l'anti héroine (quelle tête à claque cette Nep Nep !!), l'emporte assez souvent quand même.

Reste que ce jeu n'est pas le meilleur de la licence selon moi (je préfère le 2ème Rebirth).
Hyperdimension Neptunia Re;Birth 2: Sisters Generation psv
Yama

le 17/01/2016
7
Contrairement au premier opus, qui est une refonte quasi totale du premier épisode sorti sur PS3, le Ribirth 2 nous replonge dans un copié collé de la version Mk2, si ce n'est quelques personnages différents.

Le scénario est respecté trait pour trait, et donc les fans de la première heure ne seront aucunement surpris. Un peu dommage, ils auraient pu rajouter 2 ou 3 variantes histoire de surprendre un peu le fan.

Celà dit, quelques ajouts sont tout de même à signaler, notamment au niveau de l'exploration. Les donjons ont un peu plus de personnalité (les décors sont plus fins et les musiques plus variées), les ennemis aussi, et le system de plans implémenté dans le premier opus est toujours présent pour les fans de challenge.

On note aussi la présence d'un petit jeu dans le jeu avec le D Crawler de Felis & Stella, dans la pure tradition avec retour au niveau 1 à la fin de chaque aventure pour se retaper un donjon à étages dans le but ultime de trouver d'autres plans. Avec l'avantage de tout laisser gérer par la console, sauf le choix des équipements bien entendu. (la console éteinte le jeu continue aussi ce qui évite de cramer du temps de jeu pour rien)

Sinon, les combats sont toujours aussi fun et bourrins. J'ai trouvé la difficulté un peu en dessous de R1 (à niveau de difficulté équivalent), mais les personnages qui nous accompagnent sont aussi de gros bourrins (mention spéciale à Tekken et Cave).

L'ambiance globale du jeu est toujours aussi fun et les répliques des personnages laissent toujours la place à de belles métaphores et métalepses, ce qui rend le joueur un peu plus proche et complice de son équipe.

En définitive, c'est un bon opus pour ceux qui n'ont pas touché à la version MK2 sur PS3, mais il reste dispensable pour les autres.

Child of Light psv
Yama

le 04/10/2015
7

Un petit rpg poétique qui tranche un peu avec ce que j'ai l'habitude de jouer. Le gros point fort du jeu est son ambiance musicale, épique à souhait !

Le casting est largement en deçà du reste, n'offrant que quelques trublions sans saveur à se coltiner le long de l'histoire. (bienvenue à toi, Robert le souriceau !, viens faire équipe avec mes deux clown et un nain de jardin ! <img src=" /> )

L'histoire quant à elle, est digne d'un conte pour enfant qui se laisse suivre, mais le tout est quand même très soporifique. Il est donc déconseiller d'y jouer avant de dormir sans quoi vous risquez de ne pas éteindre la console à temps avant de fermer les yeux.En fait c'est surtout du aux couleurs pastel, le tout bercé par la petite musique des niveaux et villages. D'ailleurs j'ai eu du mal à tenir éveiller pendant le générique de fin, un vrai calvaire ! <img src=" /> (il est presque aussi long que le jeu lui, il devait être un bon millier d'artistes à défiler, mais bon, la chanson "off to sleep" est sympa).

Les combats se déroule sur un semi temps réèl qui pousse à ne pas faire n'importe quoi pour ne pas perdre ses tours, mais en faire perdre à l'adversaire. Globalement assez bien dosé dans sa difficulté (aucun game over), le joueur un temps soit peu habitué au genre roulera dessus pour profiter un max de l'ambiance sans craindre une rouste.

En résumé, un bon petit rpg pour faire le tampon entre 2 gros. <img src=" />


Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
100 active users (5 members, 95 guests, 0 anonymous member)
Online members: Bahamut-Omega, Bao, Mikaya, Ragna, yusuke
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion