bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
Commentaires de Yama avatar
fiche
Trier par : Date | Support | Nom | Note
172 commentaires
Tales of Vesperia: Definitive Edition play4
Yama

le 28/11/2020
6
Un Tales of classique avec quand même beaucoup de lacunes dues à sa date de sortie initiale, et dont les retouches auraient pu être plus efficaces.



Les + :

-Les graphismes ont été lissés pour le plaisir des yeux. C'est joli tout plein, on joue à un dessin animé, et à ce niveau là, l'immersion est très bonne.



-Le héro, Yuri, est parmi les meilleurs personnages principaux d'un Tales Of. Malheureusement, il n'est pas aidé par le reste du casting, et il tombe au fur et à mesure de l'avancée du jeu dans du classique bien trop gentil.





Les - :



- Le battle système est trop mou. Peu de coups spéciaux, c'est pas spectaculaire, et le pire, c'est au niveau de la gestion des coups en eux mêmes .Les ennemis qui sont par terre ou qui se relèvent sont intouchables ce qui est hyper frustrant quand un allié ou sois même on lâche un coup spécial qui fait rien du tout parce que l'ennemi se relève tranquillement et qu'il est donc invincible. (en quoi se relever rend intouchable ?????). Sinon, les Hors Limites sont quasi inutiles vu le peu de temps qu'on a pour les utiliser (et j'ai même pas pu placer un seul Mystic Arte)

On a vu bien plus efficace et spectaculaire dans d'autres opus, donc.



- La navigation dans les donjons est une honte. Même pas une carte des lieux qui permettrait de se repérer, j'ai galéré comme un malade avec mon sens de l'orientation pourri. Une map du donjon, c'est le minimum, quand même, on est pas dans les années 80 sur Atari ST.

De plus, l'anneau qui sert à immobiliser ou sonner les monstres traverse souvent les ennemis, rendant la chose mal gérée. Un coup ça touche, un coup ça fait rien.

Et pour terminer, les ennemis très faibles continuent de vouloir se friter, et on peut même pas les tuer d'un coup en les touchant, comme dans beaucoup de rpg qui permettent de s'éviter des écrans de combat à rallonge contre des mobs tout faibles.





- Le casting, mis à part Yuri, est insipide. On retrouve toutes les tares du J RPG avec les mêmes profils à 100 yens. Que ce soit du côté des ennemis comme des alliés. (Et puis il faut voir le nombre de gamins qu'on se trimballe dans les pattes pffff)

A des années lumières donc du casting d'un Tales of The Abyss par exemple (qui reste une référence pour cette licence à mes yeux).

Et puis zut aussi, le nombre de fois ou on est tout seul et que l'on doit parler à tous les membres de l'équipe, les uns après les autres....gonflant !! surtout quand ils sont à des kilomètres les uns des autres.

Enfin côté niaiserie, on échappe pas plusieurs fois aux moments ou chacun doit s'exprimer avant un combat devant un méchant qui écoute tout le monde bien sagement.....pfffffff.

Heureusement, le "start - Triangle" (pause - passer la scène) m'a été utiles à de (très) nombreuses reprises hi hi



- Les musiques sont bof bof. On est loin de la période Valkyrie Profile - Star Ocean 2 et 3 de tonton Saku. L'avant dernière musique de combats sort du lot, mais à part celle ci, rien de transcendant vraiment.



- Pour finir, j'ai trouvé dommage qu'aucune indication ne soit donnée au joueur à certains moments de l'histoire sur où aller. Beaucoup de rpg mettent une indication dans les menus, sur la map, ou bien en permettant de discuter avec son groupe pour savoir quoi faire après. Mais là, non, même en lisant le synopsis, il n'y a rien. Donc j'ai du m'aider d'un guide à certains moments, juste pour savoir vers quel endroit aller pour continuer le jeu. (car ç'a m'arrivait quand même d'éteindre la console et de ne pas y jouer pendant quelques jours à ce jeu donc bon, un petit rappel aurait été un vrai plus).



Voilà, donc, j'ai pas vraiment aimé ce jeu, vous vous en doutez, mais bon, je n'en ai pas non plus de très mauvais souvenirs, et je savais aussi à quoi m'attendre, l'ayant déjà essayé sur 360 à l'époque, sans aller très loin.
Ni no Kuni II: Revenant Kingdom play4
Yama

le 05/11/2020
5_5

Bon, j'avoue que je n'en attendais pas grand chose, venant d'un studio qui a de la peine à se renouveler. Force est de constater que j'avais raison, le tableau proposé par Ni No Kuni 2 est d'un classicisme à toute épreuve, en bien comme en mal.

Tout d'abord les points positifs:

Le jeu est superbe, graphiquement parlant. C'est un vrai bonheur de se balader dans les décors, en ville comme à l'extérieur.

Les combats sont dynamiques, et les effets de poussière et d'explosions sont très beaux. Même si du coup, ça fait souffler à mort la console.( Surtout quand fait apparaître la carte globale, ma console se transformait en aspirateur lol).

La map est immense, et les aventuriers auront de quoi faire.

Quelques musiques sortent du lot, mais ça reste très classique on va dire.

Pour le négatif maintenant:

Je n'ai pas eu droit à un opening, dommage, j'aime bien les openings, ça met dans le bain.

(C'est très rare d'ailleurs, un jeu sans cinématique d'ouverture).

Les personnages sont d'une platitude navrante, le tout dans un enrobage très enfantin (studio Ghibli oblige). Du coup, j'avais l'impression de jouer à un jeu pour gamin en bas âge tout le long, mais bon, ça peut plaire quand même à beaucoup d'adultes.

(Le roi a quand même le charisme d'une huitre moldave, ce qui m'avait empêché d'acheter le jeu à sa sortie du reste)

Le scénario est nul, et les axes qui font évoluer la trame correspondent trop à ceux de

Dragon Quest XI
. Quasiment un copier coller, donc j'avoue avoir été très déçu à ce niveau.

Les recrutements de personnages sont une bonne idée, mais encore faut il savoir le mettre en forme. Le roi se retrouve le larbin de service, et c'est hyper frustrant. On a donc au court du jeu aucun sentiment de puissance et on doit cravacher à lécher le cul de la populace pour les supplier de nous rejoindre.

(ça ne m'a pas empêché tout de même de recruter 75 personnages sur les 100 à récupérer)

Pareil, faire évoluer son royaume est super chiant. On avance à 2 à l'heure, et de toute façon, plus tu gagnes d'argent, plus tu peux construire, mais aussi plus les bâtiments coûtent cher, donc le rythme de construction est le même du début à la fin.

Et puis c'est vraiment stupide de devoir soit même aller récupérer les sous dans la caisse, plutôt que ça se fasse de façon automatique (idem pour les ingrédients). Genre le roi il est tout seul à tout faire, de la vaisselle, au budget.

Bref, ça plaira sans doute aux fans des Harvest Moon, Animal Crossing &co.

Bon, et puis parlons de la mise en scène. Elle est à chier. C'est d'une lenteur pas possible, ce qui fait que, dès la moitié du jeu, j'ai zappé au final la plupart des scènes à l'aide de la touche triangle, tellement c'était mou. (Et puis de toute façon, aucune surprise de prévue au scénar sauf peut un peu à la fin, mais rien de fou).

Voilà, le portrait dressé est un peu dur peut être, mais bon, c'est un jeu qui plaira aux plus jeunes, qui est très beau, très lent, avec beaucoup de niaiserie, pour créer un royaume aux millions de sourires...ah ah...j'ai bien aimé celle là....pffff.


Conception Plus: Maidens of the Twelve Stars play4
Yama

le 03/10/2020
4
Terminé Conception Plus, Maidens of the 12 stars sur PS4, en 51h00, niveau 47, 35 % de trophée, 40% de complétion (si je m'en réfère au menu end game).



Bon, je vais pas y aller par 4 chemins, ce jeu est nul, mais je m'y attendais un peu.



Le scénario est moisi, car vu et revu, mais même un scénario convenu aurait pu mériter une meilleure mise en scène, hors pour le coup, c'est tout moisi.

Le tout est appuyé par un casting propre à un jrpg de base ou à un VN très classique, à savoir que tous les archétypes sont représentés, de la tsundere à la Hikikomori, en passant par la vantarde, la bonne soeur aux gros nénés, la sportive enjouée etc etc....et le héro bidon comme pas possible, et aussi charismatique qu'une carpe de Corée.



Le contenu est aussi très limité, avec en menu un donjon rpg très basique.

On parcoure donc les labyrinthes en faisant évoluer les star children, en améliorant son équipement, et rebelotte, le tout dans des décors très pauvres, avec des musiques très pauvres.

On fait pas mal d'allers-retours, les niveaux des star children étant limités, il faut recommencer à zéro pour les augmenter etc etc...perso, j'ai fini le jeu avec une équipe niveau 40 environ (la limite étant 99). Donc une fois qu'on a un bon équipement, inutile de grinder à fond.



Les donjons sont parsemés d'embûches totalement aléatoires, entre les pièges qui font perdre 10% des HP, le poison, le Seal, etc etc...sans oublier les coffre piégés ou avec des montres dedans. Bref, un vrai plaisir, et on voit que les devs ont mis ça en place pour éviter aux joueurs de trop rusher facilement. (ça m'a pas empêché de rusher sur la fin)
Trials of Mana play4
Yama

le 01/09/2020
5_5
Bon, globalement, j'ai trouvé le jeu très moyen. Il faut aussi se remettre dans le contexte de l'époque, certes, mais s'agissant d'un jeu retapé et sorti ces derniers mois, je pense qu'un effort aurait pu être apporté à l'ensemble du soft.

Bien entendu, ils n'allaient pas refaire le scénario, doncla dessus, on ne peut pas leur en vouloir. Mais bon, si le scénario est mauvais, il le reste quelle que soit l'époque. Enfin mauvais, disons sans aucune surprise. Tout est très convenu, des héros, aux ennemis, et aux objectifs des uns et des autres.

Maintenant, c'est plus dans la forme que je suis déçu. Les musiques sont franchement nulles à part une ou 2. Le reste est trop basique à mon goût. Le gameplay, bien qu'assez agréable en combat, est quand même trop rigide dans sa globalité.

On ne peut pas, par exemple, utiliser d'objet via le menu. On est obligé de le mettre dans sa roue à objet (parmis 12), puis ensuite, de l'utiliser en le sélectionnant....quelle galère !!!

Ensuite, l'IA des personnages qui nous aident dans notre périple est calamiteuse. J'ai eu beau choisir des stratégies complémentaires via le menu adéquat, le perso censé soigner nous a ignoré trop souvent, et il a fallut que je soigne moi même très régulièrement les troupes. A quoi bon définir des stratégie si ça sert à rien ????

Le pire, c'est vraiment contre les boss (et il y en a un paquet), il y a beau avoir une information comme quoi un sort ennemi se prépare à l'aide d'un cercle rouge qui de rempli, et bien non !! on va allégrement se foutre en pleinmilieu pour se prendre un max de dégât !! raaagghh ....et qui c'est qui soigne après ? c'est bibi !! et pas l'autre dont c'est le rôle et qui regarde comme une taupe ses copains ensanglantés.

Autre chose, aussi, histoire de montrer le niveau technique du jeu, alors ça peut paraître anecdotique, mais quand un personnage commence à parler, quand n entre dans une ville par exemple, et bien si on le coupe au milieu de sa phrase en parlant à un PNJ, et nien il va reprendre depuis le début......j'ai fait tout un village avec un perso qui commençait toujours sa phrase...et qui a finir par la terminer avant que j'en sorte mais bon, c'était super lourd. (et comme j'ai tendance à parler à pas mal de NPC ou de vendeurs, ça pouvait parfois durer longtemps ha ha).

Autre chose encore, les vendeurs sont tous les mêmes, avec la même voix. Bon je sais je suis tatillon, mais ils auraient au moins pu varier un peu, quitte à faire un remake.

Dans le positif, il y a le changement de classe qui reste gratifiant. Mais bon, on a beau faire évoluer son arsenal, les combats restent toujours aussi longs car les ennemis évoluent aussi vite (voir plus vite) que l'équipe, donc même avec le dernier équipement tout neuf, on met autant de temps aux combats, se privant d'un sentiment de montée en puissance.

Les personnages en question sont malgré tout attachants, et bien modélisés.

Ha, et autre détail technique qui m'a lourdé, c'est le bouton X pendant les scènes. Ils zappe totalement les scènes au lieu de juste abréger la phrase comme dans tout bon jeu qui se respecte. Du coup, j'ai manqué plein de scènes car je trouvais un texte un peu trop long à être doublé...et paf ! scène suivante et on sait pas (enfin si on devine bien), mais on ne voit pas ce qui s'est passé.

Alors qu'il existe une vraie touche pour zapper la scène (le triangle enfoncé). Donc à quoi ça sert à part pourrir l'expérience de jeu ?

Pour ce qui est du rythme de jeu, il est plutôt bon, on ne réfléchis pas du tout ou on doit aller, on suit juste la petite étoile dorée, et pour les à côtés, il y a juste le petit cactus à trouver, mais dont les récompenses donnent envie de lui casser la gueule lol.

Tiens mon ami !! tu as galéré pour me trouver 20 fois ?, je t'offre la possibilité de fuir plus rapidement les combats !!! .Petit Salopard !! Tiens !! voilà du désherbant pour soigner tes piquants !!

En résumé, il faut bien avouer que c'est une petite déception me concernant, même si j'en attendais pas grand chose. Au moins, j'en attendais plus qu'un jeu indé qui sort tous les 2 jours à 4.99 €. Donc ça fait un peu mal au derche quand même.

Un scénario pauvre, des persos attachants mais trop stéréotypés, (idem pour les ennemis), des villages qui se ressemblent, des musiques pas glop, et une technique générale à la ramasse.
Horizon: Zero Dawn Complete Edition play4
Yama

le 11/08/2020
7_5

Alors, faisons un rapide petit tour..d'Horizon

Ce jeu est tout d'abord très beau, bien qu'en deçà d'un Witcher 3 (qui reste le plus beau sur PS4 à ce jour selon moi), il reste agréable à parcourir. Plus de jour que de nuit, j'avoue, et d'ailleurs, je trouve que la nuit tombe bien vite, et dommage que l'on ne puisse pas camper pour attendre l'aube. Cela à eu pour conséquence de me retrouver à faire des missions importantes de nuit ou je voyais pas grand chose.

Mais globalement, c'est une réussite graphique, les paysages sont variés, et parfois magnifiques. Petit bémôlesur les ruines qui se ressemblent toutes, et sont d'un classicisme à toute épreuve.

Le casting proposé par le jeu est assez convenu, mais bien en place. Pas de vraie surprise donc, et on se retrouve souvent face à des archétypes des grosses production hollywoodiennes.

De même pour le scénario et toute la mise en scène derrière. Beaucoup de repompe de grands classiques du genre post apo / neo futuriste, mais le tout est très bien ficelé, c'est à souligner.

C'est donc un jeu propre, sans grosses surprises, que l'on suit avec une bonne bière dans son canap, avec une lumière tamisée, façon film du dimanche soir.

Le gameplay est quasi parfait. Le personnage se manipule avec plaisir, les accès aux menus sont simples et réactifs, et bien que la map soit souvent surchargée d'info (ma console soufflait du tonnerre au chargement de la map), le tout reste lisible.

Les quêtes annexes sont assez variées, mais proposent quand même souvent les mêmes objectifs (élimination souvent).

Évidement, entant que monde ouvert, un tas de collectibles s'offrent à nous (ou pas...me concernant, j'ai récupéré pasmal de chose, mais je ne me suis pas trop éloigné des sentiers battus pour récupérer un truc D'ailleurs les récompenses d'une collection complète sont bien faiblardes, donc ça concerne ceux qui chassent les trophées, ce qui me rebute au plus haut point).

Enfin, pour la partie musicale, c'est assez moyen j'avoue. Je ne supporte plus le thème sonore de la map et du menu, qui est lancinant à souhait et m'agresse les oreilles. Les autres thèmes sont trop discrets pour être marquants.

Un petit bémole aussi sur la synchro labiale, qui part parfois en sucette. (du moins sur la VF).


Sakura Wars play4
Yama

le 17/06/2020
7
Bon, j'avoue que je ne m'attendais pas à grand chose de cet opus, après la suppression du mode tactical, mais je comptais tout de même retrouver une ambiance mecha/fun, et bon, je suis quand même partagé.



On retrouve donc une ambiance théâtrale pour accompagner notre DRH de personnage principal. DRH car oui, vous aurez à consoler les demoiselles régulièrement pour avancer de façon correcte dans l'histoire.

Cela se fait via des dialogues façon Visual Novel, mais timé, ce qui impose une implication afin de répondre rapidement en fonction des situations.



C'est assez bien fait, et ça ne change pas du reste de la saga à ce niveau.



Le hic vient surtout de la deuxième phase de chaque chapitre, à savoir les combats .C'est du musou "du pauvre", à mille années lumières d'un Gundam Musou par exemple, pour reprendre un genre identique. Les actions réalisables sont peu nombreuses et de plus, sont inversées par rapport au musou traditionnel. A savoir, le Carré sert à déclancher le musou, quand le rond ser à frapper....une vraie plaie quand on est habitué à l'inverse. Letriangle sert toujours à déclencher un mouvement qui boucle un combot, et ce jusqu'à 5 coup maximum, ce qui est faible pour le genre. Et il n'y a qu'un seul musou par perso.



Bref, les combats sont vite expédiés, dans des décors très redondants (voir quasi tous identiques pour les 7 premiers chapitres...sur 8 lol).



On oublie donc la partie combat, et il reste donc la phase de déplacement qui permet de chopper des portraits, et de jouer au Koi Koi, ou au Kombat Tank, deux jeux peu interessants. Le Koi Koi étant une sorte de jeu de 7 familles mais en bien plus complex, (que l'on retrouve dans la série Yakuza pour les fans), et le Kombat Tank étant juste le fait de refaire chauqe niveau fini avec chaque personnage, bref...quel bande de fainéants !! ha ha.



Pour conclure, on finira sur le scénario, qui ne surprendra aucunement les fans de shonen en général. Le Nekketsu est à l'honneur, et seule l'amitié triomphera !! il faut aimer le style J Rpg avec un gros J, pour le coup, et ça ne me dérange personnellement pas trop, ça me fait plus rire qu'autre chose (mode Bao quoi).



Je pense donc que le studio a fait avec un budget un peu limité pour le contenu (ils ont même complétement omis d'ajouter un 3 ème personnage aux autres troupes, qui disposent de 3 mechas, mais que de deux personnages...sans doute la faute à pas de temps ou d'argent)

Mais le jeu reste malgré tout très agréable à parcourir, les personnages sont attachants pour la plupart, les musiques sont chouettes (un bon point pour l'intro qui met bien dans le bain avec le remix du thème de Sakura Wars qui m'a donné des frissons la première fois).



Les fans de japanim version Shonen/Jpop seront en terrain connu. Les autres fuiront à toute jambe.
Dragon Quest XI : Les Combattants de la Destinée play4
Yama

le 01/06/2020
8

Ce Jrpg pure souche est plutôt très bon, dans l'ensemble. Le scenario, bien que très classique, est mis en valeur à l'aide d'une mise en scène de très bonne facture. Les personnages sont très attachants (sauf le héros), et les ennemis sont aussi assez variés pour ne pas subir de lassitude.

Graphiquement, le jeu est une pure merveille, tout est fluide, les décors sont de toute beauté (comme dirait Erik dans la Tour Montparnasse Infernale ). Les cinématique en jettent un max, et le tout rend l'universtrès fidèle au style Draq, et plus particulièrement de Toriyama.

(D'ailleurs, on échappera pas au Puf Puf traditionnels)

Les combats sont biens mis en scènes, eux aussi, avec de très bonne animations des ennemis, et la variété de l'équipe permet de nombreuses stratégies.

Le jeu n'est pas très dur, quelques combats sont assez retors face à certains boss, mais le fait que je n'ai subit aucun game over prouve que la difficulté globale est adaptée à tout joueur ayant soif de découvrir le genre J Rpg, dans tous ces avantages, mais aussi ses défauts, car il y en a quelques uns.

Tout d'abord, les musiques, qui sont en format PS1, donc équivalentes au Draq VII sorti il y a des années. Dommage, car pour Draque 8, ils avaient fait de l'orchestral. Ici, seule la cinématique d'intro est en symphonique. On a pour le reste droit à des petits bruitages ancestraux, et à des sons que l'on retrouve uniquement sur 32 bits.

Une vraie déception, donc, de ce côté ci.

Et puis, outre un scénario typiquement shonen (mais pas désagréable pour autant grâce à une très bonne mise en scène je me répète), on a droit au fameux héro muet, et j'insiste sur ce point, car il m'exaspère, surtout que dans les crédits, un doubleur est cité...le pauvre.

Alors certes, on peut imaginer diverses stratégies de la part de Squix.

La première, plus philosophique, qui consiste à dire que le héro est en fait un objet, (ou un pantin, un réceptacle), manipulé par ses alliées comme ses ennemis, et qu'il n'a pas de libre arbitre. De nombreuses situations de jeu font penser à cette thèse.

Il dépend toujours du comportement des autres, et n'agit jamais de lui même. Un peu comme un soldat de l'armée dans une dictature, ou un paysan de l'époque féodal, il n'a pas droit à la parole, et son unique but est de servir le bien commun.

La seconde, est une question de budget, ou de flemme de la part de Squix. Sous le couvert de la personnification du joueur à travers le héros muet, c'est un bon prétexte pour économiser beaucoup d'argent dans les doublages onéreux.

Pourtant, quand on voit le travail effectué sur le reste de l'équipe et des autres personnages de l'histoire, on ne peut que regretter ce choix, ce qui me fait penser que la première option est la plus censée.

Au final, il s'agit d'une œuvre agréable, qui plaira sans aucun doute aux fans de Jrpg, et à tous les débutants dans le genre .On en a pour son argent (surtout qu'il est pas très cher maintenant), et les qualités du jeu compensent largement ses défauts.


Shining Resonance Refrain play4
Yama

le 20/04/2020
3
Shining Resonance se la joue RPG du pauvre.

Malgrès une exellente DA (merci qui ? merci Tony ! ), le reste est à jeter.


Le scénario, c'est du vu et revu, mais au moins, ils auraient pu y mettre les formes, et bien non. Les combats sont très lents, c'est une pauvre copie d'un Tales Of, mais en moins punchy, et en moins beau.

Les musiques sont nulles.

Et mon Dieu ce héro ! quel Zéro oui ! à chaque fois qu'il parle, on a l'impression qu'il a un maillet à pointe dans le fion. Il est toujours en train de se plaindre, c'est un androgyne trop sensible, qui se fait protéger par ses copines alors qu'il s'agit quand même du personnage sensé être le plus puissant du jeu...

Bref, il ne veut rien assumer, c'est une pauvre lopette, et jouer une pauvre lopette n'est pas fun du tout pour le joueur lambda.

Donc passez votre chemin, fiers aventuriers, ce n'est pas avec cette immonde bouse que vous allez pouvoir passer un bon moment.

Super Neptunia RPG play4
Yama

le 19/04/2020
4
La série aurait pu repartir sur de bons rails, mais hélàs, à force de vouloir compliquer les choses et ne pas penser à l'essentiel, à savoir, le fun, les développeurs se sont sabotés eux mêmes.

Les graphismes façon Vanillaware sont très jolis et les personnages très mignons, et les musiques sont très bonnes, mais malheureusement, il s'agit là de la façade.

Et le fruit est pourri de l'intérieur, les combats sont ridiculement compliqués à cause d'un système difficilement abordable, et dur à gérer, et lesmenus sont d'une navigation trop complexe.
Le système de quête est super mal foutu et l'histoire semble encore une fois jouer la carte de la facilité.

Bref, c'est joli, mais c'est frustrant, chiant et pas agréable à jouer.

Même les villes qui sont jolies sont un véritable calvaire à parcourir et on peut même perdre de la vie en tombant dans des trous à peine visibles dans les villes....

Une très mauvaise expérience donc et à vite oublier, même pour un fan de la première heure.
Azur Lane: Crosswave play4
Yama

le 09/04/2020
2

Je déconseille cette bouse. En même temps, un jeu Idea Factory / Compile Heart, on peut se douter qu'il s'agit d'un étron, et bien dans un sens, c'est rassurant, c'en est un.

Le jeu s'apparente donc à un visual novel mais sans les choix, divisé en quelques petits chapitres, le tout saupoudré d'un peu de shoot merdique.

La partie parlotte est franchement imbuvable, mille fois en dessous des dialogues de la série Neptunia par exemple, et on aborde du slice of life du genre quel sachet de thé mettre dans une tasse chaude ou froide. Et 90 % du jeu est comme ça.

Les phases de shoot qui étaient sensées représenter la partie la plus intéressante du soft à mon goût ne ressemblent pas à grand chose. Les combats durent quasiment tous entre 5 et 40 secondes. Alors qu'il aurait été fun de se balader dans un océan vaste rempli d'ennemis abattre, et bien non, le terrain de jeu est très limité avec une ligne bleue que l'on ne peut franchir, et des gros cercles rouges dans lesquels on tire, ce qui fait qu'on ne distingue qu'à peine l'adversaire, qui de toute façon ne fait pas long feu

Pour ce qui est du déroulé du jeu, on se balade sur une map restreinte, on sélectionne un personnage pour débuter une discussion ou un combat. Et c'est tout. Rebelote à chaque chapitre.

Les graphismes sont mignons, mais tiendraient sur une ps2 très facilement, et la liste des personnages est très (trop) importante pour que l'on s'attache à eux. Toutes les 5 minutes, il y a un nouveau personnage qui apparaît .Donc à moins d'être un fondu de la licence sur téléphone portable, on est vite blasé.

Je pense que Azure Lane a voulu un peu concurrencer Kancolle, sauf qu'il a choisi le mauvais terrain de jeu. Kancolle s'est orienté vers du tactical, ce qui parait plus judicieux au vu du principe de jeu (des filles navires de guerre).

Donc il aurait été souhaitable de faire de Azure Lane un tactical rpg, à la Kancolle ou à la Moe Moe Daisensou, là au moins il y aurait eu un minimum d’intérêt.

ça plus un scénario ne serait qu'un minimum sérieux, ça l'aurait fait. Mais bon non, ils sont tombés dans une facilité malheureuse qui rend le tout repoussant.


The Outer Worlds play4
Yama

le 27/03/2020
6
Si j'étais prof je dirai: Peut mieux faire. En effet, quand on connaît le pédigrée d'Obsidian, on pouvait largement s'attendre à mieux. Pas que le jeu soit une daube, mais ce n'est pas non plus un très bon shooter-rpg.

J'ai senti une petite touche de Mass Effect vers le début du jeu, mais ensuite, il fait tout en vraiment moins bien, on a donc droit à un petit Mass Effect du pauvre.
Le Space Opéra référence (avec Kotor) pèsera de tout son poids sur le dos de ce pauvre Outer Worlds tellement on sent qu'ils ont voulu s'en inspirer en apportant leur petite touche.
Mais non, la sauce prend rarement et ils auraient du s'en détacher totalement pour imprimer leur propre marque de fabrique. Le pire est que l'on sait le studio capable de beaucoup mieux ce qui me fait penser qu'ils ont sorti le jeu bien trop tôt.

Et cette sensation perdure jusqu'à la fin. Bon sang, pourquoi tant de temps de chargement avant d'entrer dans un niveau ? (ville ou pseudo donjon, ou vaisseau). 25 à 30 putains de secondes à chaque fois !! et avec des écran de chargement profondément ridicules et inintéressants, composés de fiches d'anatomies de canidés et autre manticores. Super ! heureux ! fait chier !!

La variété dans les décors est aussi aux abonnés absents. Un space opéra doit permettre du voyage et de découverte en terres inconnues, mais jamais on est pris de ce sentiment d'immensité sauvage que l'on peut retrouver dans ses illustres représentants.

Et c'est tout comme ça !

Les personnages qui accompagnent le joueur ont une pauvre quête de compagnon de merde qui dure 3 minutes, et qui est souvent ridicule. C'est un vrai fuck aux scénaristes, franchement !

Les combats sont correctes, même si on atteint pas des sommets dans les possibilités que peut offrir le genre, il s'en sort plutôt bien. Mais juste: pourquoi quand on tue un ennemi en lui tirant dans le pied, il explose comme s'il avait été fait en baudruche ??
Ils explosent quasiment tous de façon grotesque que s'en est risible. Franchement, ils auraient pu faire un plus réaliste.

Et puis les 2 coéquipiers font souvent n'importe quoi et sont atteint du syndrome du suicide prématuré. Heureusement le jeu est tellement facile qu'on peut voir mourir des dizaines de fois ses compagnons qu'on peut de toute façon défourailler à loisir la quasi totalité des ennemis sans suer un peu.

Le seul vrai truc potable, c'est la qualité d'écriture des dialogues pour ce qui est du scénario principale, et généralement des quêtes de factions. Les choix de réponses sont funs et variés, et touts les archétypes de joueurs seront forcément représentés.

Donc en résumé, ce jeu est globalement moyen, il fait le boulot en terme de shooter, mais manque cruellement de profondeur pour le côté rpg.
On aurait par exemple apprécié de pouvoir recruter plus d'équipage, de pouvoir faire évoluer son vaisseau ou même créer une colonie.
On aurait aimé plus de variété dans les décors et les ennemis (j'ai du croiser une dizaine d'ennemis différents en tout dans tout le jeu...)
Et mettre pourquoi pas des combats de vaisseaux, enfin bref, il y a pleins de choses qu'ils auraient pu faire pour rendre le jeu plus immersif que ce feuilleton de série B.
Megadimension Neptunia VII play4
Yama

le 27/03/2020
7
Bon, ce n'est clairement pas le meilleur opus, mais ce n'est pas l'immense bouse qu'est Cyber Dimension Neptunia. C'est déjà ça <img src=" />
On reste sur du J Rpg classique, avec son lot de scènes d'amitié, le tout saupoudré d'un humour que je qualifierai de "neptunesque". (L'héroine s'adresse souvent au joueur, ou bien à une situation qui contourne la frontière entre le joueur et le jeu. )

Le jeu est scindé en 3 parties, ou chapitres.
Les 2 premiers sont intéressants, ils mettent en avant des personnages nouveaux et l'histoire est pas trop tirée par les cheveux. Pour le 3ème et dernier chapitre, je le trouve très mauvais. ça aurait pu être une belle apothéose, mais on tombe dans le mille fois recyclé, et c'est très dommage. La facilité des scénaristes se fait trop sentir sur la fin, et on fini le jeu en trombe afin de mettre fin au supplice.

En ce qui concerne les musiques, pour le coup, c'est plutôt pas mal, quelques titres sont vraiment bons, et d'autres très classiques. Pas trop de déchet, à part un ou deux donjon dont les musiques sont casse bonbon.

L'interface du jeu est plutôt bonne, mais comme souvent avec les Neptunia, il y a trop de rubriques, et on peut vite se retrouver moyé sous le flot d'infos à l'écran.

ça influe donc sur le gameplay général avec des choses complétement inutiles que l'on utilisera quasiment pas, et des quêtes de guilde toutes pourries.
Donc les à côtés ne sont pas vraiment le point fort du jeu.

Par contre les combats sont dynamiques, funs, et explosifs. Les mises en scène des coups spéciaux sont bien foutues

Les graphismes sont moyens, il faut le dire, et quelques niveaux sont une honte en terme de design tellement ils se sont pas foulé. Mais la pâte artistique est fidèle à elle même en donnant vie à des persos tout choupinous et attachants, aux mimiques hilarantes.

Pour terminer, on reste aussi dans l'univers de la métaphore vidéoludique (chaque perso représentant une console), donc beaucoup de niveaux, de thématiques et d'ennemis ou PNJ font référence à l'univers du jeu vidéo et de ses nombreuses licences

Un petit rpg sympa donc, avec son lot de personnages très joyeux et caricaturaux, mais sans zeste de folie, alors que ça avait bien commencé.
The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel II for PS4 play4
Yama

le 12/03/2020
8

En ce qui concerne le gameplay, on a affaire une version améliorée de l'opus précédent, avec le système d'overdrive qui est bien fichu et rend les combats très punchy. Un très bon point de ce côté.

Les musiques sont plutôt pas mal, même si la musique des ruines m'a bien gonflé à force.

Côté personnages, ils sont toujours très attachants, mais bon, on reste tout de même dans un Shōnen RPG, donc rien de bien méchant ou mature à se mettre sous les dents. C'est gentillet tout le long, et notre héros Kirito...pardon Rean (je pense que c'est le même doubleur du reste) nous balance avant chaque gros combat un petit discours fédérateur comme dans tout bon shōnen rpg qui se respecte (il abuse même un peu dans cet opus mais bon, le héros de shōnen aime se la péter donc bon c'est légitime)

Le scénario est pas mal, même si sur la fin, le joueur qui n'a pas fait les opus Ao et Zero (comme moi) se sent un peu enflé. J'aurai bien aimé qu'ils proposent de zapper ce fameux passage vers la fin vis à vis des joueurs qui n'ont pas la connaissance de tous les persos de ces opus. Par respect au moins.

Question déroulement, on a malheureusement trop souvent droit aux mêmes paternes de mise en scène que l'on retrouve par exemple dans le deuxième opus de la trilogie TITS.

J'aurais vraiment apprécié plus d'efforts à ce niveau là, quitte à surprendre un peu le joueur et le bouger de sa situation de confort et d'anticipation.

Donc c'était un peu comme regarder une saison de Naruto ou de One Piece, c'était cool, les persos ont fait preuve d'une belle amitié, tout le monde est heureux et on passe à la suite.

Le jeu est agréable malgré le fait qu'il traîne bien trop en longueur sur la fin, et peut réserver un gros challenge à celles et ceux qui osent le mode hard ou nightmare. (Car on peut pas recommencer les combats trop durs ou même affaiblir les boss ce qui m'a vraiment servi pour mon premier run)

Ah si, un petit point noir, ce sont les graphismes. Autant j'ai ressenti un effort sur le premier opus au niveau de la remasterisation HD, autant là, le jeu est pas très beau à voir. De plus il est super lent (vive le mode turbo), et on a l'impression que les persos sont sous formole en mode vitesse normal pendant les combats.


The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel for PS4 play4
Yama

le 05/02/2020
8_5
Autant pour la version PS3, j’avais sombré dans la lassitude, vers la fin, autant le mode turbo est une bénédiction dans cette version PS4, même si je ne l'ai utilisé que vers la fin pour des combats rapides (surtout le dernier donjon qui est bien long de base)



Donc c'est avec une certaine curiosité que j'ai abordé cet opus, ayant déjà passé 77 heures sur la version PS3, et bien j'ai passé 95 heures à bien m'éclater sur celui ci. (et encore sans tout pouvoir faire si je vois la liste des trophées manquant).



L'opus est donc une grande introduction à l'univers immense de cette série, qui met en avant l'empire d'Erebonia.

Le panel de personnages est impressionnant, et certains fans verront donc revenir des têtes connues de précédents opus.



Mais plus que les personnages qui composent cette aventure, c'est la notion de voyage initiatique qui prédomine le tout, en confrontant le héros et ses camarades à leurs différences, et leurs points de vue, tout en les faisant voyager à travers tout le continent.



On se plait donc à suivre leur quotidien d'étudiant tout simple, avec quelques petites quêtes plus ou moins amusantes, tout en découvrant petit à petit les conflits naissants entre une multitude de factions qui ont leurs propres intérêts, parfois communs, mais pas tout le temps.



La partie aventure est donc là, avec un scénario qui prend son envol passée la première moitié du jeu, et les musiques ne sont pas en reste, toujours bien en accord avec l'action en cours.

Et j'ai apprécié le travail sur les graphismes, retouchés pour ne pas faire aussi pauvre que sur PS3.(on respecte le joueur, et c'est à souligner)



Le gameplay est aux petits oignons, les menus simples et complets, tout comme le système de combat qui est un des tout meilleurs pour du J Rpg. (Je le place tout de même en dessous de la série Grandia toutefois, ou encore Shadow Hearts par exemple).

Mais le fait qu'il évolue avec les capacités de l'équipe est franchement fun, et puis l'implémentation du mode turbo change radicalement la donne par rapport à l'opus PS3, ce qui permet d'expédier des petits monstres ad patres rapidement.

Et puis pour ma part, la notion d'échec étant parfois source d'abandon d'un jeu, le fait de pouvoir recommencer le combat en affaiblissant un peu l’ennemi est une vraie bénédiction ! (sans en abuser, j'ai du l'utiliser 2-3 fois.). De ce fait, on est pas confronté à un gap trop important sur un boss (ou plusieurs d'affilée) ce qui terni parfois l'expérience de jeu pour certains J Rpgs.



On a donc un jeu complet, avec une foule de persos attachants, de bonnes musiques, une aventure passionnante quoiqu'un peu longuette par moments pour certains passages, et si on est pas difficile on tient une belle perle.
Greedfall play4
Yama

le 05/02/2020
5
Greedfall, comme son titre l'indique, est un peu l'incarnation de la chute d'un jeu à cause de son ambition trop forte.

En effet, les beaux atours du soft ne sont là que pour idéaliser les souhaits de ses concepteur, en envoyant de beaux graphismes, de beaux effets spéciaux, mais tout cela dans un monde qui sonne aussi creux qu'un oeuf de Pâque non garni.

La partie graphique du jeu, qui tourne en full HD, en met plein les mirettes, avec ses grands espaces de fôrets, de carrières, de chutes d'eaux, et de villes aux accents renaissance.
Mais bon, le tout est blindé de redites, les bâtiments se ressemblent tous à l'intérieur, les villages aussi, et les décors aussi. Donc passons notre chemin si on veut du dépaysement, on aura vite fait le tour des environnements, et l'effet de surprise qui prend le joueur dans les premières heures ne fera plus effet tout le reste du jeu.

Pareil pour les personnages qui peuplent le jeu. Ils sont creux comme une palourde de Mongolie. Sous leurs beaux apparats, aucun des personnages croisés ne mérite une quelconque attention.

Le scénario s'effiloche d'heure en heure, et on a une redite de ces bonnes leçons d'histoire et de morale perçues lors de nos cours sur la colonisation et la découverte du nouveau monde par CC.

Très loin des jeux dont il semble s'inspirer (The Witcher, Dragon Age et consorts), Greedfall ne surprend personne, et ses quêtes en demi teinte sont d'une pauvreté flagrante, en plus d'être très redondantes.
Dur dur pour le fan de rpg que je suis.

Pour ce qui est du développement du personnage, on est la encore très loin des cadors du genre, avec au final, une grille de compétences restreinte, et hyper longue à remplir qui plus est.
Les choix sont très limités, et on se contente de 3 orientations de bases, et de quelques sous talents très basiques et qui sont améliorés tous les 7 ou 8 niveaux, une vraie plaie quoi...

Enfin, les combats sont bien nuls, et pas du tout épiques comme on pouvait s'y attendre malheureusement. La dualité arme de poing/arme à feu aurait gagné à être davantage exploitée, d'autant plus que le menu est un vrai bordel même si on peut le customiser.

Pour terminer, les musiques sont fades, surtout pendant l'exploration.

En bref, le jeu n'est pas non plus une catastrophe, mais ça reste très moyen quand même, surtout quand on recherche de l'aventure avec des personnages attachants.

5/10.





Tales of Berseria play4
Yama

le 01/12/2019
6_5
Se déroulant dans le même univers que l'opus précédent (Zestiria), on connait déjà un peu la musique (au propre comme au figuré) si on a joué à ce dernier, ce qui est mon cas.

Pas que ça me dérange, mais j'aurais aimé un peu plus de variété et de surprises, d'autant que le scénario est vraiment sans surprise.

La force d'un Tales Of est sans aucun doute ses combats, qui sont pour le coup assez mou, en comparaison des opus précédents. Pas d'armatisation avec de gros Arts de brutasse ici, non, on doit gérer sa jauge de PA pour ne pas se retrouver à sec rapidement et sans pouvoir agir. C'est dommage, j'aime bien rentrer comme un bourrin dans les combats des Tales of habituellement, et je trouve donc ça un peu contraignant. Mais bon, soyons honnête, les combats restent tout de même bourrins.

Les donjons, eux, sont relativement barbants et classiques, avec toujours à la fin un gros donjon final plein de téléportations à la con, histoire de rallonger la durée de vie.

Le casting est médiocre, avec un amas de clichés. Seule Magilou sort un peu du lot.

Il reste que ce Tales Of est tout de même sympa à faire, avec son chara design intéressant, et ses saynètes rigolotes.

Les menus sont simples, et progresser dans cet univers pendant plus de 50 heures fait qu'on s'attache tout de même à ce petit monde.
Sword Art Online: Lost Song pstore
Yama

le 01/12/2019
5_5
Casting: 12/20
Le casting reprend les personnages emblématique de l'animé, et en ajoute quelques uns très quelconques. On aurait pu s'attendre à un peu mieux, même si le contexte du jeu se veut plus dans le fun que dans la survie.
Mais bon, les personnages n'évoluent pas d'un pouce par rapport à leurs dernières aventures, ce qui pour les habitués de la série a tendance à vite gaver.
Pour les nouveaux, ce sera l'occasion de faire connaissance gentiment.

Musiques 14/20
Le bon point du jeu, les musiques sont enfin variées, à la différence de l'opus précédent. On a enfin des musiques propres à chaque type de donjon, et parfois de très bonnes musiques d'ambiance. Un effort louable qui aurait pu contribuer au côté épique recherché par ce type d'aventure si le scénario avait suivi...

Combats: 12/20
Les combats sont plus dynamiques que dans l'opus précédent, mais sont parfois très fouillis, et ce, surtout à cause d'une mauvaise attribution des touches, et une caméra vacillante.
Il manque aussi cruellement de gros skill d'équipes, attaques combinées totalement absentes.

Histoire: 10/20
Ils ne se sont pas trop foulé. ça se laisse suivre, mais bon, c'est assez navrant tout de même, et on voit pas mal de choses dix milles kilomètres avant.

Mise en scène: 10/20
La aussi, c'est très chiche. A part deux-trois scènes animées, et quelques redites de l'animé, aucun effort n'est fait pour impliquer le joueur. On se contente de regarder, souvent impuissant face à la molesse de la plupart des situations.

Gameplay: 12/20
Le mode vol du jeu constitue le véritable atout de cet opus. C'est fun, voir grisant de voler à trois dans le ciel et trancher du dragon.
Après, c'est vite répétitif, dans le fonctionnement, et j'ai fait le jeu avec juste 2 autres personnages (Leafa et Asuna), car le fait que les autres persos non utilisés ne montent pas de niveau en ne participant pas aux combats, limite grandement l'envie de les utiliser, car ils se retrouvent vite under level.
L’intérêt de l'énorme casting jouable est donc hyper limité, une fois que l'on a choisi ses persos favoris.

Quêtes annexes: 8/20
Pour le coup, c'est de la merde. Aucune quête n'est intéressante. Juste du monster bashing classique, ou du loot. Il aurait été bien de mettre des quêtes de boss scénarisées, ou des petites histoires autres que les 2 lignes de texte qui composent les quêtes uniques de personnages

Ergonomie des menus: 9/20
C'est très fouillis, avec beaucoup de choses inutiles. Les menus de gestion des persos sont mal fichus, alors que c'est tellement simple de faire quelque chose de clair et efficace.

Graphismes: 12/20
On a vu mieux sur PS2, donc bon, c'est assez pauvre, même si c'est plus joli que l'opus précédent. (Et mettre des écrans noirs avec du son car on à pas le budget ou qu'on à la flemme de mettre deux trois arts, c'est petit)

Chara design: 14/20
Le chara design de l'animé est respecté, les personnages sont bien dessinés, et l'approche de l'univers de AOL est fidèle. Alors certes, il faut aimer le style manga, mais sinon, la plupart des costumes sont classes, et les dragons ont de la gueule.
Sword Art Online: Lost Song psv
Yama

le 30/11/2019
5_5
Terminé sur PS4 en une 20aine d'heures, cet épisode est pauvre en contenu comparé à son grand frère Re Hollow Fragment (10 à 20 fois plus long selon que l'on fasse l'extension à fond ou non)

Casting: 12/20
Le casting reprend les personnages emblématique de l'animé, et en ajoute quelques uns très quelconques. On aurait pu s'attendre à un peu mieux, même si le contexte du jeu se veut plus dans le fun que dans la survie.
Mais bon, les personnages n'évoluent pas d'un pouce par rapport à leurs dernières aventures, ce qui pour les habitués de la série a tendance à vite gaver.
Pour les nouveaux, ce sera l'occasion de faire connaissance gentiment.

Musiques 14/20
Le bon point du jeu, les musiques sont enfin variées, à la différence de l'opus précédent. On a enfin des musiques propres à chaque type de donjon, et parfois de très bonnes musiques d'ambiance. Un effort louable qui aurait pu contribuer au côté épique recherché par ce type d'aventure si le scénario avait suivi...

Combats: 12/20
Les combats sont plus dynamiques que dans l'opus précédent, mais sont parfois très fouillis, et ce, surtout à cause d'une mauvaise attribution des touches, et une caméra vacillante.
Il manque aussi cruellement de gros skill d'équipes, attaques combinées totalement absentes.

Histoire: 10/20
Ils ne se sont pas trop foulé. ça se laisse suivre, mais bon, c'est assez navrant tout de même, et on voit pas mal de choses dix milles kilomètres avant.

Mise en scène: 10/20
La aussi, c'est très chiche. A part deux-trois scènes animées, et quelques redites de l'animé, aucun effort n'est fait pour impliquer le joueur. On se contente de regarder, souvent impuissant face à la molesse de la plupart des situations.

Gameplay: 12/20
Le mode vol du jeu constitue le véritable atout de cet opus. C'est fun, voir grisant de voler à trois dans le ciel et trancher du dragon.
Après, c'est vite répétitif, dans le fonctionnement, et j'ai fait le jeu avec juste 2 autres personnages (Leafa et Asuna), car le fait que les autres persos non utilisés ne montent pas de niveau en ne participant pas aux combats, limite grandement l'envie de les utiliser, car ils se retrouvent vite under level.
L’intérêt de l'énorme casting jouable est donc hyper limité, une fois que l'on a choisi ses persos favoris.

Quêtes annexes: 8/20
Pour le coup, c'est de la merde. Aucune quête n'est intéressante. Juste du monster bashing classique, ou du loot. Il aurait été bien de mettre des quêtes de boss scénarisées, ou des petites histoires autres que les 2 lignes de texte qui composent les quêtes uniques de personnages

Ergonomie des menus: 9/20
C'est très fouillis, avec beaucoup de choses inutiles. Les menus de gestion des persos sont mal fichus, alors que c'est tellement simple de faire quelque chose de clair et efficace.

Graphismes: 12/20
On a vu mieux sur PS2, donc bon, c'est assez pauvre, même si c'est plus joli que l'opus précédent. (Et mettre des écrans noirs avec du son car on à pas le budget ou qu'on à la flemme de mettre deux trois arts, c'est petit)

Chara design: 14/20
Le chara design de l'animé est respecté, les personnages sont bien dessinés, et l'approche de l'univers de AOL est fidèle. Alors certes, il faut aimer le style manga, mais sinon, la plupart des costumes sont classes, et les dragons ont de la gueule.


Note finale: 113/200 soit 5.65/10 = 5.5.













Sword Art Online Re: Hollow Fragment pstore
Yama

le 20/07/2019
2_5
Commençons par le casting. Un petit groupe d'ados prépubères, avec des minettes complétement folles du petit Kirito, qui lui, ne se rend compte de rien la plupart du temps. (en même temps, un mec à 16 ans pense plus à jouer qu'à jouir. )

Mais c'est assez gonflant de voir le nombre de situations impressionnantes dans lequel se trouve le héros avec souvent le même déroulé. Pas un personnage pour rattraper l'autre, et seul Klein sort un peu du lot de par son côté comique.



Le scénario, est une presque repompe de la première saison, et ils se sont vraiment pas foulé. C'est bien nul, alors que le potentiel est là.

Quant à l'avancée dans l'histoire, on passe toujours pas les mêmes phases de jeu, avec les mêmes discours de pré combat de boss, et les mêmes quêtes à chaque niveau de la tour. idem pour la partie Hollow,dont les quêtes respawn toutes les x minutes et se ressemblant quasiment toutes.

Je ne vais pas trop évoquer les phases de dialogue à la con entre Kirito et son harem, mais quand même, c'est le véritable élément bien gonflant du jeu, et heureusement que l'on peut zapper avec la touche L1. Mais en gros, c'est Kirito est à table, toutes les filles vont lui faire à manger. Kirito joue au papa avec Yui presque contre son gré (il est vraiment con d'accepter tout le temps), toutes les filles vont faire sa soeur ou la maman, Kirito va prendre un bain, toutes les filles vont prendre un bain avec lui etc etc etc ....

Franchement, juste pour rire, j'aurai bien aimé voir le héro de H Rpg Rance dans une situation pareille, je crois que les filles en auraient eu pour leur "compte" et auraient fermé leur gueule lol.





Les graphismes sont pourris. Alors sur psp, ça valait peut être un peu le coup d'oeil, mais sur PS4, ça fait mal aux yeux, les décors sont très redondants, les donjons sont tous les mêmes, bref, le gros poil dans la main pour les graphistes.



Les combats sont parfois très brouillons, surtout quand il y a beaucoup d'ennemis et que le décors nous masque la vue.Malgré tout, la prise en main est simple. Les boss sont parfois impressionnants, et c'est le véritable élément qui m'a fait tenir, même si je m'attendais à mieux sur la fin.



Les musiques sont très moyennes, et vraiment pas variées du tout. Une musique de boss, une autre pour ceux de la partie Hollow, et 4 musiques différentes pour les donjons (extérieur et intérieur, jour et nuit).Et 2 ou 3 musiques pour les villes et phases de niaiseries.Vraiment trop peu pour un jeu qui comprend pas moins d'une centaine d'endroits différents.



En résumé,je m'attendais à un scénario un peu plus développé, avec des musiques de boss qui butent, et de la variété dans les objectifs et les donjons, ce qu'on est en droit d'attendre dans un mmorpg like, et la déception est au rendez vous, avec trop peu d'envolée épique, trop de niaiserie et trop de redondances dans le déroulé du jeu.
Ys VIII: Lacrimosa of Dana play4
Yama

le 18/07/2019
3
Le jeu est techniquement très faible. Dès qu'on approche un peu la camera des personnages, ils disparaissent pour n'en laisser qu'un,à croire que la puissance de calcul de la ps4 pro n'est pas suffisante pour afficher 3 personnages de près... <img src=" /> .

Les décors sont très bof, et vraiment peu variés. En dépit du scénraio qui veut que tout se passe sur uneîle, ils auraient pu faire un petit effort en terme de dépaysement.

Les musiques,tout comme les décors, sont très moyennes pour beaucoup. Seuls 1 ou 2 thèmes sont vraiment cool, mais je m'attendais à beaucoup mieux.

Le casting proposé est d'un ridicule amère. Entre la pouf mal baisée,et le plouc qui lâche ses pets, le pauvre Adol a en effet de quoi rester muet.

D’ailleurs, je ne sais pas si c'est une question de budget, mais je plains le doubleur d'Adol qui a du sortir 1 ou 2 phrase et quelques "ah" de tout le jeu, ce qui est frustrant quand on voit que quasiment tous les autres persos sont doublés.

(Oui, j'aime pas les héros muets, ça fait vraiment teubé, surtout quand un narrateur parle pour eux, autant les faire parler eux)

Ensuite, mon Dieu, que de fautes d'orthographe (les"é" à la place de "er", ça m’énerve), de vocabulaire, et de syntaxe !! Ils ont fait du google trad ou quoi ??. Il eut mieux valu laisser le jeu en anglais plutôt que de pourrir la langue française. Même certains objets ont des noms différents dans les menus et dans les quêtes..... <img src=" />

Question scénario, c'est une vraie repompe de plusieurs thématiques déjà vues et revues dans des centaines de milliers de rpgs jap, donc on passera vite fait sur ça.Heureusement, la touche R1 permet de zapper vite fait dès que ça commence à titiller. (et ça titillait beaucoup)

Question gameplay, on a du Ys, donc c'est nerveux, et heureusement encore, c'est la seule chose à peu près potable du jeu. Je dis à peu près potable, car les 3 personnages de base se suffisent à eux même pour couvrir l'ensemble des situations dans lesquelles on se trouve, donc je n'ai jamais touché à Ricotta, ou Humel.

Enfin, je n'aime pas quand les personnages se mettent à parler en pleins combat, on comprend rien, et c'est gonflant.

Le côté découverte de l'île avait son bon côté au début, avec quelques péripéties, mais la routine se fait vite ressentir au bout d'un moment. Cela va de même pour ce qui est de l'agrandissement du village.

Au final, cet opus est le plus pourri auquel j'ai joué. Un gros coup d'épée dans l'eau, de la part de notre Adol le Rouge.

D'ailleurs au passage, j'ai débloqué le trophée "finir le jeu avec Adol" au bout de 2 heures de jeu, en me promenant sur la plage au tout début...encore un bug du jeu.... <img src=" />


Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
84 active users (0 member, 84 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8 © Force 2020 - Legal Mention
Webmaster : Medion